Arrosoirs & sécateurs

Boutures des vivaces, arbres et arbustes.

POURQUOI MULTIPLIER PAR BOUTURAGE ?

- Solution simple et économique de multiplier une plante.

- Les plantes obtenues sont identiques à la plante mère (ce qui n’est pas toujours le cas par la méthode du semis).

- Impossibilité d’affranchissement du porte-greffe avec retour au type sauvage comme c’est le cas pour le greffage (ex. : Rosiers).

JPEG - 30.3 ko
Un Prunus padus obtenu par bouture


QU’EST-CE QUE LE BOUTURAGE ?

Bouturer consiste à séparer d’une plante un de ses organes (seules les fleurs ne se bouturent pas) et le placer dans des conditions telles qu’il développe les organes manquants afin qu’il devienne une plante complète.

ASPECT BIOLOGIQUE DU BOUTURAGE

- Les méristèmes sont des tissus de cellules embryonnaires (non spécialisées) capables de se diviser facilement pour assurer :

  • l’allongement des rameaux, de la tige, des feuilles,
  • la croissance des racines, etc.

Ce sont des tissus de croissance qui vont être à l’origine de la reprise de la bouture en :

  • cicatrisant la plaie,
  • émettant des racines adventives (rhizogénèse) grâce à la formation d’hormones au niveau des yeux.



- Facteurs stimulant l’enracinement :

  • La racine principale est inhibitrice pour les racines secondaires ; en coupant la bouture, on l’isole de cette influence et le processus d’enracinement est immédiatement mis en route : les lenticelles (protubérances de l’écorce très visibles chez le Forsythia) contenant des cellules indifférenciées d’origine méristématique, émettent des rameaux, feuilles ou racines.
  • Les auxines (hormones d’enracinement) : les plantes fabriquent dans leurs méristèmes des hormones appelées auxines (dont l’acide indole acétique). Elles agissent sur la croissance des jeunes cellules et permettent de stimuler l’apparition des racines sur les boutures.
    Synthétisées industriellement, on les trouve très facilement sous forme d’un liquide ou d’une poudre blanche dans les jardineries sous le nom d’hormone d’enracinement.
  • Plus l’organe prélevé sur le pied mère est jeune, plus la rhizogénèse augmente. Il faut donc rabattre le pied mère afin qu’il émette de nombreuses pousses jeunes le plus près possible du pied.
  • Les fleurs ont une action négative : il faut donc systématiquement les retirer.
  • Les feuilles jeunes ont une action positive : il faut retirer les feuilles âgées.
  • Les bourgeons (yeux axillaires situés à la base des feuilles) émettent des hormones et sont donc facteurs de multiplication : la base de la bouture sera retaillée juste en dessous d’un nœud.


Alain, le 17 avril 2011
A lire également :
- Les clés de la réussite
- Différents types de bouturage

Boutures des vivaces, arbres et arbustes.

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic