Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en octobre 2011

Samedi 1er et dimanche 2


Des achats durant le week-end lors d’une manifestation horticole.
La priorité est de remplacer un Eleagnus et un Lilas. Il nous fallait 3 arbustes persistants. On en a trouvé 2 :
- Itea illicifolia (pour ses fleurs pendantes ressemblant à des chatons)
- Cocculus laurifolius (pour son feuillage vernissé). Au fait, vous connaissiez ? Nous pas.
Pour le troisième arbuste, qui sera mis à la place du lilas, on pense avoir trouvé ce qu’on veut mais on verra un peu plus tard.
Et puis un petit coup de cœur, dans la même pépinière (Duval à Molac), un Helicrysum Selago (Syn : Ozothamnus selago) : une petite boule au feuillage gris.

Lundi 3

Dialogue avec le « m’as-tu-vu d’en haut » :
— Bon d’accord, c’était sympa d’être là pendant le week-end (une façon de te faire pardonner ton absence de l’an dernier peut-être ?). Quoi que, si tu nous avais un peu moins tapé sur le crâne certains jardiniers seraient certainement venus nous voir au lieu d’aller faire la bronzette à la plage.
— Jamais content !
— La ferme, c’est moi qui cause et j’ai pas que deux mots à te dire.
—  ??
— Non mais je rêve, t’as pété un câble depuis le début de l’année ? Au printemps, tu nous grilles les pelouses. Tu assoiffes les pauvres petites plantes qui ne demandent qu’un peu de pluie pour pousser et offrir leur feuillage tendre au jardinier qui sort de quelques mois de grisaille. Tu nous grilles les roses avec un mois d’avance (j’ai l’air malin de prévoir une visite de roseraie début juin. L’an prochain, c’est à prévoir à Pâques ?). En été, tu es aux abonnés absents (bon, c’est moins grave, vu l’état du jardin fin juin), mais toi c’est pas ton problème si je retrouve une jungle au retour de vacances (humides). On pouvait penser que tu allais arrêter de délirer et après un printemps raté et un été raté, tu allais nous offrir un automne avec un temps… automnal. Eh bien non ! On est en été et maintenant on bat les records de chaleur.
— Faut savoir…
— Tu mets en veilleuse… OK ? Tiens à propos de veilleuse, à ta naissance on ne t’a pas pourvu d’un interrupteur avec option veilleuse ? La pelouse que j’ai scarifiée vire au jaune à force de lui cogner dessus et je ne parle pas des feuilles qui tombent complètement grillées. Elles ne demandaient qu’à jaunir, rougir ou virer à l’orange. Je suis en train de travailler un texte sur les feuillages d’automne pour une conférence et j’ai prévu une balade pour voir 5 jardins de feuillages début novembre. Et si les feuilles sont par terre, j’aurai l’air de quoi ?
— Aujourd’hui je me suis calmé tout de même.
— Ouais, mais c’est sans doute que t’as senti venir le coup de gueule. Alors maintenant, tu nous lâches. Chiale un bon coup et envoie-nous de la flotte en bonne quantité et planque-toi derrière un bon ciel gris pendant un bon moment. Compris ?

Excusez-moi mais j’avais quelques comptes à régler.

Aujourd’hui, pas trop d’énergie… Le tapis de feuilles sèches du cerisier et de quelques autres arbres sur la pelouse me déprimait. De toute façon la pelouse avait besoin d’être tondue. C’est la 23ème tonte de l’année.
L’Ozothamus selago est planté plein soleil dans un coin assez sec. Ce sont ses exigences. Il devrait former une boule grise de 40 à 50 cm de diamètre. Vu de près, son feuillage est curieux : des tiges écailleuses vertes et grises. En enlevant l’étiquette, j’ai cassé une tige… une bouture de plus dans la serre. Elle fera un(e) heureux à une prochaine tombola.

Mardi 4

Devant la maison, une partie de la haie est à refaire. Je ne supporte plus l’Elaeagnus pungens ‘Maculata’. Ses épines sont redoutables, il grimpe dans le Cognassier (fruits) qui le recouvre et pour achever le tableau, il est revenu au type donc il est vert. Plus aucun intérêt. Avant l’été j’avais commencé à le tailler mais pas complètement car il forme un rideau protecteur.

C’est donc avec un certain plaisir que je le taille (avec pour une fois des gants !) et que c’est avec une joie non dissimulée que les branches taillées sont mises dans la benne à la déchetterie. Il reste ce soir une souche impressionnante et un bout de plate-bande vide !

Mercredi 5


Il aura fallu le secours d’un voisin pour supprimer la souche. Vous le connaissez : c’est lui qui a prêté son épuisette pour sauver les 2 poulettes, qui surveille le jardin l’été et qui vient avec sa tronçonneuse dès qu’il y a un tronc à couper.
En fin d’après-midi je peux commencer à préparer la plate-bande pour planter les nouveaux arbustes. Mais c’est assez long car il y a des tas de racines à supprimer, notamment d’un bambou qui a trouvé une porte de sortie et qui cavale allègrement sur plus de 10 m. On verra demain pour terminer…

Jeudi 6

Je n’aime pas faire les choses à moitié. Une partie de la haie de devant ne nous plaisait plus. Virée ! C’est sûr, ça fait de l’air et une vue imprenable sur ce que je n’ai pas envie de voir mais peu importe. J’en profite pour dégager le pied d’un Prunus lusitanica qui étouffe une Griselinia littoralis.

JPEG - 24.6 ko
vue dans l’autre sens



- 1 : Prunus lusitanica
- 2 : Griselinia littoralis
- 3 : Cotoneaster franchetii
- 4 : Cognassier (fruits)

Vendredi 7

Début d’aménagement de la plate-bande, c’est-à-dire plantation des deux arbustes achetés le week-end dernier : Itea illicifolia et Cocculus laurifolius.
Entre les arbustes de la plate-bande, sont ajoutées trois clématites qui proviennent de boutures datant de 2 ou 3 ans : C. cirrhosa balearica au pied du Prunus pour une floraison d’hiver, C. ‘Golden Tiara’ (jaune) et C. eriostemon (bleue) pour une floraison d’été.
Broyage des tailles de ces derniers jours. Résultat : deux belles brouettes de broyat. Il est étalé sur un coin de la plate-bande, notamment au pied du Prunus lusitanica.
Il faudra compléter par des vivaces de mi-ombre. C’est l’occasion de terminer l’inventaire des plantes de la serre ou en attente devant la serre qui peuvent rejoindre les plates-bandes du jardin.
On adore les petits érables japonais mais je commence à penser qu’eux ne nous aiment pas.
On en a une dizaine… en fait on en a eu une bonne dizaine car 2 sont morts de verticilliose (brutalement le feuillage dessèche, le bois meurt... terminé !). Aujourd’hui je viens d’en supprimer 2 (‘Deshojo’ qui était superbe début septembre et ‘Shaina’ qui m’inquiétait depuis fin août). D’après ce que j’ai lu (internet et livres), il n’y a pas grand chose à faire et des traitements préventifs, je n’en connais pas.
Je suis dégoûté d’autant plus qu’un troisième m’inquiète.

Samedi 8

JPEG - 28.5 ko
La plate-bande avec les 2 nouveaux arbustes
on ne voit pas les 3 clématites

Je ne décolère pas après ces Acers moribonds. J’aurais dû créer un jardin annexe : le « jardin des souvenirs » de mes plantes défuntes. Aujourd’hui il dépasserait les 2 hectares. Ce serait un parc ! On y trouverait des petites merveilles aujourd’hui disparues. On pourrait lire des petits écriteaux du genre « A mon Acer ‘Deshojo’ décédé brutalement d’une verticilliose foudroyante… 2009-2011 » ou bien « A ma pivoine arbustive qui ne survécut pas à une transplantation hasardeuse… vers 1985-2010 » ou encore « A mon Hoheria sexstylosa de plus de 5 m foudroyé par la tempête de Noël 99 et qui finit sa vie dans le broyeur avant le nouvel an ». Sortez vos mouchoirs…
Aujourd’hui bourse d’échanges de végétaux. J’enlève à toute vitesse quelques plantes à donner (et non échanger !) : Montia sibirica, Hémérocalles et Iris sibirica ‘Tropical Night’. Pas le temps d’en chercher d’autres : en ce moment je cours après le temps et ça m’énerve.
Je repars tout de même avec un Aster, une Heuchère ‘Petticoat’ et un Iris sibirica (crème ?).

Lundi 10

Hier, petite escapade à Rennes pour parler à la Société d’Horticulture d’Ille et Vilaine des clématites. Bien sympathique et on sait recevoir ! Rennes et Quimper : deux bonnes adresses de Sociétés d’Horticulture… mais j’en connais d’autres. Décidément les jardiniers sont des gens très fréquentables !
Aujourd’hui, retour à la réalité du terrain même si je n’ai pas trop de temps pour jardiner (le jardinage virtuel m’occupe une grosse partie de la journée et de la soirée).
Depuis un bon moment, j’ai répertorié les plantes à supprimer ou à déplacer. J’ai également dressé la liste des plantes en attente de plantations (achats ou boutures). Bref, c’est le bon moment pour voir le réaménagement du jardin. Il suffit de le faire rationnellement.

Les arbustes étant plantés dans la plate-bande située devant la maison, je commence à l’habiller de vivaces de mi-ombre :
- un lierre panaché,
- un Iris japonica"Ledger’s variety" (il aime la mi-ombre),
- un Thalictrum rochebruneaum plus un Thalictrum delavayi (récupéré dans un autre coin du jardin),
- des plants de lamium maculatum ‘Silver Beacon’ pour avoir un tapis gris clair lumineux près du portillon d’entrée,
- un épimedium leptorrhizum (floraison blanche et lilas).
Toutes ces plantes sont mises au pied du cognassier et devant le Cocculus laurifolius.
Au pied et devant le Cotoneaster, plantation de petits plants de Brunnera (semis spontanés).
On verra la suite ces jours-ci mais il ne faut pas se presser.

Mardi 11

Peu de temps à consacrer au jardin… A partir de la semaine prochaine je devrais être plus tranquille… en fait, pas sûr !
L’heuchère ‘Pettitcoat’ est plantée dans un pot et mise dans la serre le temps qu’elle s’enracine.
L’Iris sibirica et l’Aster donnés à la bourse d’échanges sont plantés. Est également mis en pleine terre dans une plate-bande d’automne l’Aster novae-angliae ‘Rudelsbrug’ qui m’a été donné à la tombola de la Société d’Horticulture à Rennes dimanche dernier. J’ai un plant qui vient de celle de Quimper et un de Rennes… Sympa non ?
L’Helianthus decapetalus ‘Lemon Queen’ est défleuri. Il est rasé. L’an dernier, j’avais essayé de le bouturer. C’est une réussite. Donc nouvel essai cette année. Faut bien penser aux copains et copines pour une prochaine tombola !
Et il ne pleut toujours pas !!!

Mercredi 12

Encore une journée où j’ai peu de temps pour jardiner mais j’y consacre quand même 2 petites heures pour continuer l’aménagement de la même plate-bande.
- Plantation d’un deuxième Griselinia littoralis : c’est une bouture qui viendra boucher un espace. Elle est plantée près de l’autre Griselinia.
- Un Fuchsia magellanica ‘Alba’ est déplacé de un mètre à l’arrière de la plate-bande.
- Plantation de deux fougères (une rapportée d’Alsace, et une achetée mi-septembre Dryopteris sieboldii).
- Plantation du Rubus jaune rampant que je multiplie à tout-va mais dont je ne connais toujours pas le nom).

Jeudi 13

Un peu le matin… pas trop l’après-midi…c’est du jardinage en pointillé. Et pourtant ce n’est pas le travail qui manque. Mais tant que les journées ne feront que 24 h !!!
Pour aujourd’hui, un peu de nettoyage toujours devant la maison et aménagement d’un petit coin devant un rosier arbuste « ’Seven sisters’ : plantation d’un Helicrysum italicum à l’odeur de curry (il est en fait déplacé car il était déjà dans le jardin) et d’un Sedum ‘Matrona’ (une bouture).
Les Salvia patens bleues sont défleuries (elles ont moins fleuri que l’an dernier… manque de soleil cet été ?). Je fais des boutures avec les tiges coupées. On verra bien. Qui ne tente rien n’a rien.
Avant de planter l’Helicrysum il est taillé de moitié. Je fais évidemment des boutures. Cela va de soi...

Vendredi 14

Y’a ceux qui pointent au boulot… moi je « pointille » au jardin. Je n’avance guère !
Un plant d’Hellébore de Corse s’est ressemé il y a 2 ou 3 ans à un endroit complètement fantaisiste. Je devais toujours l’arracher et aujourd‘hui une idée géniale m’est venue brutalement (ça m’arrive parfois) : l’hellébore a été transplanté dans la plate-bande qui m’occupe depuis plusieurs jours. Elle se remplit doucement.
A cette époque, impossible résister à l’achat de bulbes. Certains (pas tous !) ont été plantés aujourd’hui :
- des crocus (jaunes et d’autres violets). Ils devraient fleurir très tôt car ce sont des botaniques et non des hybrides.
- 3 jacinthes bleues. C’est un bulbe que j’ai rarement planté. Pourquoi ? Sans doute parce que cela rappelle trop les jardins de nos grands-mères où on les plantait en rang d’oignons (Mémé manquait parfois de fantaisie !). Démodé peut-être mais c’est un peu dommage car la plante ne manque pas d’intérêt ne serait-ce que par son parfum. Bon, on verra bien.
- des narcisses trompettes jaunes (un sac de 40... mais une quinzaine pour l’instant sont plantés)
Tous ces bulbes sont mis devant la maison (un endroit que je ne quitte plus !)
- 3 Allium giganteum. Cela fait des années que je bave devant les Allium giganteum. Mais c’est toujours quand je les vois en fleur au printemps. Et au moment de les acheter à l’automne, je les trouve un peu chers. Mais cette année le pas est franchi. Mais où les planter ? Après 43 tours de jardin (si, si, j’ai compté !), je tente le coup de les mettre en plein milieu du carré de graminées. Pourquoi pas ? On verra et si c’est décevant, ils iront ailleurs.
Je suis obsédé par ces fichus Acers. Je me demande même si la nuit je ne vais pas faire des cauchemars : des Acers qui se tordent de douleur pour mourir dans d’atroces souffrances et qui me sautent dessus pour se venger de ne pas avoir pris soin d’eux. Rien que de l’écrire j’en frissonne d’horreur ! J’ai donc acheté un paquet d’Aliette et ils ont eu tous droit à une bonne dose. Pas sûr que ce soit efficace mais je ne veux pas qu’ils puissent me reprocher de n’avoir rien fait pour eux. J’ai même déterré l’Acer ‘Deshojo’ qui, il y a quelques semaines était une pure merveille. Maintenant il reste un tronc de 5 cm !!! La motte a été lavée au jet pour supprimer la terre et il a été replanté dans un pot avec du terreau de plantation tout neuf. Mis dans la serre, il est sous haute surveillance. Son pronostic vital est engagé mais les miracles ça existe… (au jardin je veux dire, car j’ai déjà sauvé des plantes d’une mort certaine et notamment des rosiers. Mais là, la partie n’est pas gagnée ! Au moins, je n’aurai pas sa mort sur la conscience !).

JPEG - 21.9 ko
une branche d’un des Acers


Dimanche 16

C’est plutôt une bonne nouvelle : il est certain que les Acer ne sont pas atteints de verticilliose. Avis formel d’une experte en maladies des plantes. Conclusion : à titre préventif, les troncs sont tous pulvérisés de bouillie bordelaise. Si ça ne fait pas de bien, ça ne fera pas de mal… car pour l’instant c’est plutôt au porte-monnaie que ça fait du mal. Et ma femme ne s’appelle pas Liliane !
Au printemps dernier, j’avais découvert dans le jardin de la copine d’une copine (merci Joëlle) une fougère magnifique (Polystichum setiferum ‘Plumoso-Multilobum’). J’avais fait une dizaine de boutures de tronçons de feuilles dans une jardinière (voir le 18 mai. Au moins l’une d’entre-elles semble bien partie. Elle est transplantée délicatement dans un godet. Croisons les doigts. C’est la première fois que je fais des boutures de feuilles.

JPEG - 23.9 ko
La bouture de Polystichum setiferum ‘Plumoso-Multilobum’
on voit 2 toutes petites pousses...

La leptinella squalida ‘Platt’s Black’ est un superbe petit couvre-sol (feuillage vert et bronze). Elle avait été multipliée en début d’été et donc dans la serre il y avait 2 belles potées. Elle est plantée en couvre-sol dans un gros pot au pied d’un Acer japonais. C’est une vivace magnifique à planter par exemple dans une potée pour accompagner des Ophiopogon planiscapus ‘Nigrescens’. Il faudra qu’un jour je fasse une fiche sur ce petit bijou peu connu… quand j’aurai le temps !
Retour dans le jardin devant la maison. Je n’en sors plus … J’y suis depuis au moins une semaine alors qu’il doit faire 150 m². C’est un coin que j’entretiens par nécessité mais ce n’est pas mon endroit préféré. Mais en ce moment, avec toutes les transformations, il me plait bien. Ce n’est pas tout à fait terminé. Depuis un bon moment, sur la façade sud une grande jardinière est à réaménager. C’est fait : le terreau est entièrement changé et des vivaces de plein soleil y sont plantées (2 euphorbes myrsinites, une succulente dont j’ai perdu le nom, 2 Festuca glauca).
Un peu de nettoyage évidemment. Ce qui me permet de récupérer un petit plant d’Euphorbe myrsinites et un de Salvia licioides provenant de semis spontanés. Ils sont mis en pot et placés dans la serre.

Lundi 17


24ème tonte du gazon. Mais avant il a fallu balayer la pelouse : les feuilles du cerisier et celles du Liquidambar tombent avant de prendre de vraies belles couleurs. Désolant.
J’ai réalisé aujourd’hui que le gazon reverdissait. Il faut dire que si les journées sont toujours désespérément et bêtement ensoleillées, les nuits sont fraîches et la rosée du matin est importante. Cela dit, on nous annonce quelques pluies. Je n’y crois pas...
J’ai récupéré des plants de Perovskia ‘Blue Spire’ et d’une graminée bleue qui doit être Helictotrichon sempervirens. Elles sont mises dans des pots pour s’enraciner. On verra plus tard où les installer.
Ca y est, le jardin devant la maison est réaménagé presque entièrement. Il est en tout cas prêt pour passer l’hiver. L’ennui, c’est qu’il reste tout l’arrière à nettoyer et à modifier. Et là, ça ne se fera pas en quelques jours !

Mardi 18

YOUPPIIIII… il a plu ! En fait ça mérite un tout petit youppi car il est tombé une petite pluie fine quelques heures. Pas de quoi détremper les racines des arbustes et encore moins remplir les nappes phréatiques. Mais bon, on se contente de ce qu’on a…
Toujours dans le jardin devant la maison (je n’en sors plus !), plantation de
- 18 Allium ‘Purple sensation’
(ils ressemblent à A. giganteum mais en beaucoup plus petits) en 3 endroits différents,
- 10 narcisses triandrus ‘Thalia’… blancs (ben oui, j’ai craqué… c’est la première fois que je plante des narcisses qui ne sont pas jaunes),
- quelques plants de Verbena bonariensis récupérés dans le potager (dans ce potager on y trouve de tout… sauf des légumes !).
Au fur et à mesure de l’aménagement du jardin Sud, j’ai répandu de temps en temps une brouette de compost (commencé en juillet) si bien que ce soir un trou est pratiquement vide. Une brouette de temps en temps ça va mais j’ai horreur de vider ce fichu compost en une seule fois car au bout de la 3ème brouette... ras le bol. Et comme vider chaque trou c’est au minimum 10 brouettes…
Les voiles d’hivernage c’est utile mais je ne sais pas quel est le rigolo qui les a « peints » en blanc. Dans un jardin autour d’une plante tout l’hiver, on ne voit que ça ! Bonjour l’artiste ! L’an dernier, j’ai découvert qu’il y avait les mêmes en vert. Et aujourd’hui, promo sur des voiles d’hivernage verts à un prix défiant toute concurrence (2 de 1 x 10 m ou 2 x 5 m pour 3 euros). Les plantes seront habillées pour l’hiver… en toute discrétion, car j’ai fait un stock !
Et bien sûr, suite du nettoyage sur le côté de la maison mais à cet endroit, aucune modification à faire.

Bon, allez... Youppiiiii quand même.

Mercredi 19

Décidément je ne peux plus quitter le côté Sud de la maison car je termine par le nettoyage du trottoir. Entre parenthèses, les Ipheion sortent de terre… de terre c’est vite dit car sur le trottoir la terre brille par son absence. Et dire qu’on s’emm… à essayer de faire pousser des plantes dans de la terre enrichie de compost alors que le trottoir déborde de floraisons !
Cette année, presque tous les coings étaient attaqués par la moniliose à tel point qu’il a été bien difficile de faire de la gelée et de la pâte de fruit. Il est temps d’agir : pulvérisation de bouillie bordelaise. 1ère pulvérisation car il y en aura d’autres et un traitement d’hiver. C’est un peu de ma faute car je n’ai guère été vigilant : laisser les fruits pourrir au sol n’est pas conseillé. Mais maintenant il n’y aura plus ce défunt Elaeagnus pour servir de refuge aux fruits malades.
Chronique d’une mort annoncée : peut-être vous souvenez-vous de ce pommier en espalier (double U) qui a perdu 2 troncs (un chancre qui gagne du terrain). Un troisième est mort… Il est scié à la base, pulvérisé de bouillie bordelaise et badigeonné de goudron de Norvège. Il reste un dernier tronc mais pour combien de temps ? En tout cas, le pauvre vieux, il a l’air bancal, c’est le moins qu’on puisse dire !

une bonne couche de goudron de Norvège. pas l'air malin !!!

Décidément le potager et le verger, c’est pas mon truc… quoique… j’ai trouvé sous un pommier en cordon une pomme. Je vous jure. Vous avez du mal à y croire ? Moi aussi. En feuilletant mes archives, il semble que ce soit la variété ‘Clochard’. Il faut dire qu’avec toutes ces récoltes abondantes (au moins 5 ou 6 pommes) depuis 30 ans, j’avais oublié que ce truc avec des feuilles a un nom. Quand mangera-t-on cette pomme ? Aucune idée… je me demande si on ne va pas la momifier pour la garder en souvenir. Et peut-être que dans quelques bonnes dizaines d’années les arrières petits-enfants viendront se prosterner devant et, émus, diront avec des trémolos dans la voix « Tiens, c’est la pomme à Pépé ».
Depuis un moment, je trouve que l’Heuchère (dont j’ai oublié le nom) est trop sombre pour être mise entre les deux pots bleus. Il faudrait du jaune ou du vert clair. Je pensais à une autre Heuchère mais aujourd’hui, tout à fait par hasard, j’ai trouvé : une graminée persistante au feuillage vert presque jaune. Pile poil ce qu’il fallait. C’est une Luzula sylvatica "Aurea" qui avait été plantée dans un autre coin du jardin. De plus, il y en avait deux côte à côte. Super… Quant à l’Heuchère, elle vient compléter la plate-bande à l’avant de la maison entre l’Itea et le Cocculus. Dans peu de temps elle se trouvera à mi-ombre.

En nettoyant près des pots, découverte de 4 petits semis spontanés d’une autre graminée jaune plantée dans le coin. C’est un Millium effusum. Les plants sont mis dans un pot qui passera l’hiver dans la serre.

Jeudi 20

Pour faire dans l’originalité, j’ai continué à nettoyer, mais dans un endroit où il n’y a rien à déplacer, supprimer, transplanter… un nettoyage très basique qui met les neurones au repos.
Mais j’allais oublier une plantation très importante : quelques giroflées ravenelles obtenues par semis en juin. Les plus beaux plants sont donc mis en pleine terre dans la plate-bande dont vous entendez parler tous les jours. Il reste un nombre non négligeable de petits plants. J’adore les ravenelles… un souvenir d’enfance ? Peut-être car c’est la fleur des jardins des Mémés d’autrefois…
_ Comment la trouvez-vous la fontaine ?

JPEG - 27.7 ko
Et dire qu’i va falloir en redémonter une partie !

Moi je commence à aimer… les plantes l’habillent et je ne suis pas mécontent… sauf que d’ici peu elle va se retrouver à poil, car elle continue à fuir et cela vient certainement du tuyau de bambou qui doit être fendu. Quand, il y a une dizaine d’années, j’avais réalisé le circuit d’eau avec les tonneaux, je me suis bagarré avec les fuites d’eau pendant au moins un an. Moi, je suis du style de bricoleur qui réussit rarement du premier coup. Y’a toujours le petit truc qui fait que je suis bon pour recommencer. Question d’habitude !
Bilan : pour la 2ème fois je vais la démonter ! Mais seulement quand le jardin sera entièrement réaménagé (en novembre). Après la fontaine, j’attaque la « cabane ». Ca va, je ne suis pas prêt de trouver le temps trop long !

Vendredi 21

Les nuits commencent à être vraiment trop fraîches. Dans la serre, le thermomètre maxi-mini indique que la température est descendue à 2°C !!! La décision est donc prise : il a fallu remettre le radiateur. Je sens que je vais encore galérer quelques jours pour trouver le bon réglage du thermostat.

Samedi 22

Pas moyen d’avancer dans le nettoyage car je passe mon temps à faire des petites bricoles :
- Bouturage d’une bonne vingtaine de rameaux de Senecio vira-vira
Hier, on était dans le jardin d’une copine et les bonnes copines, c’est généreux en rameaux à bouturer :
- Bouturage d’une petite Salvia (probablement microphylla ‘Stormy Pink’ d’après le forum) à la jolie floraison pink (traduire par rose pour ceux qui ne pratiquent pas l’anglais !) et d’un Aster vigoureux et très florifère, également pink.

JPEG - 9.9 ko
Salvia microphylla ’Stormy Pink’ ?


JPEG - 23.6 ko
L’Aster



- Plantation d’une Viola cornuta bleue dans un pot… bleu et d’une autre orange et bleu en pleine terre. Je trouve ces petites violas très craquantes (alors que je déteste les pensées).
- Plantation d’un Carex buchananii. J’ai réalisé ces jours-ci qu’il n’y avait pas cette graminée dans le jardin. Impensable ! Hier, comme par hasard, il y avait de très beaux plants dans la jardinerie ! Qu’auriez-vous fait à notre place ?
A l’automne dernier, on avait acheté un Miscanthus sinensis ‘Sioux’ au jardin Plume. Il avait été planté dans un gros pot mais il a souffert de sécheresse en avril-mai. Pour moi, il était mort. Aujourd’hui, alors que je voulais l’enlever, j’ai découvert une petite pousse de 2 cm… C’est ridicule mais est-ce à dire qu’il y a encore un espoir ? Donc, pas question d’y toucher. On verra.
Et la bonne copine a eu pitié de moi et mes déboires avec les Acers. Elle est revenue de son périple dans une pépinière finistérienne avec l’Acer palmatum ‘Shaina’. Il est planté près de la fontaine, là où se trouvait ‘Deshojo’.

JPEG - 29.8 ko
L’Acer ’Shaina’ (feuillage pourpre) est à gauche.

Dimanche 23

Cette semaine il va falloir jongler entre le jardinage (virtuel et réel) et le baby-sitting car les deux petites « gonzesses » sont là.
Juste le temps de m’échapper une petite heure pour :
- bouturer un Fuchsia microphylla rose (toujours du jardin de la bonne copine - je n’ai pas le nom)
- planter une Lysimachia nummularia ’Aureum’ : une tache jaune à mi-ombre
- planter 10 bulbes de tulipes pulchella (des petites tulipes botaniques roses).

JPEG - 14.1 ko
Le Fuchsia microphylla

Et ce soir il y a du vent ! C’est le bouquet ! Toujours pas de pluie...

Lundi 24

« Il pleut… il mouille,
C’est la fête à la grenouille… »
Oh, pardon, en période de baby-sitting, je m’emmêle un peu les pinceaux. Mais il faut dire qu’une bonne partie de la journée il a plu. Pas trop tôt ! et pas assez…
Un rayon de soleil dans l’après midi nous a permis de sortir un peu pour enlever les feuilles sur la pelouse (pas étonnant avec le vent d’hier soir) et nettoyer un petit coin.

JPEG - 22 ko
Tout comme Papy !


Mardi 25

25 mm entre hier soir et ce matin. Bien sympathique !
Un peu de soleil dans l’après-midi mais pour le jardinage c’est raté…

Mercredi 26

A nouveau de la pluie le matin : on ne s’en lasse pas ! Et on nous en promet pour demain… j’adore.
Possibilité aujourd‘hui de faire un petit tour au jardin :
- pour déboucher une canalisation d’eau de pluie qui passe sous le bureau. Pourquoi je vous dis cela ? Parce que ce sont les conséquences de la plantation des 2 bouleaux près de la maison. Evidemment, c’est lorsqu’il pleut à torrent que je réalise que la gouttière est envahie de feuilles ou de chatons et que çà déborde. Nettoyer la gouttière, c’est bien, mais encore faut-il que la canalisation qui part du regard vers la rue puisse laisser l’eau s’écouler. Bref, deux solutions étaient possibles : ou bien démolir le bureau ou utiliser le furet. J’ai préféré la deuxième ! Conclusion : ne jamais planter un arbre contre la maison… sauf s’il est en plastique.
- pour planter 10 narcisses blancs, les mêmes que la semaine dernière.
- pour nettoyer un bon bout de plate-bande.

Jeudi 27

Pas plus d’une heure au jardin… le temps d’enlever deux clématites qui végètent (texensis ‘Gravetye Beauty’ et ‘Shirayukihime’. Elles sont mises en pot et placées pour l’hiver dans la serre côté infirmerie. Au fait, pourquoi végètent-elles ? Parce que le jardinier n’a pas su leur trouver un endroit convenable. C’est aussi bête que ça !
Nettoyage -suite- en continuant de noter toutes les plantes à déplacer dans les semaines à venir.
Mais la journée se termine mal : coup de téléphone de Dominique, pépiniériste de la Roche St Louis. Sa copine Eliane (Nérine) est décédée brutalement. J’ai connu Eliane en 2007 lors d’une visite de jardins organisée avec Dominique. dans le Pays de Retz (2ème jardin). Elle avait une belle collection de vivaces et de clématites (c’est grâce à elle que j’ai connu et acheté les clématites ’Teshio’ et ’Saphira Indigo’).
En février 2009, elle est arrivée sur un forum et c’est en lisant son adresse internet que j’ai compris qui était Nérine (c’était son pseudo). Le contact était repris.
Il y a un peu plus de 15 jours, je lui ai téléphoné pour lui demander si elle était d’accord pour faire une conférence dans un an avec Dominique sur les Heuchères... On avait bien rigolé au téléphone et elle était d’accord. Je me faisais une joie de l’aider à préparer sa conférence puis de la retrouver
"Merde, c’est trop con !" (excusez ma grossièreté, mais ça fait du bien).

JPEG - 44.9 ko
Une photo de son jardin (2007)
Beaucoup de clématites et de vivaces.


JPEG - 45.1 ko
Heuchère ’Lime Pie’
Une plante qu’elle connaissait bien. Elle aurait dû venir nous en parler dans un an. (photo prise dans son jardin)

Vendredi 28

Un peu de nettoyage… mais j’ai de l’aide !

JPEG - 36.2 ko
Il faut couper les vieilles feuilles d’hellébore
C’est Papy qu’a dit.

dimanche 30

Et encore du nettoyage… pour varier les plaisirs ! Il est vrai que c’est ce que je préfère faire dans le jardin : vous arrivez dans une plate-bande négligée (fleurs fanées, mauvaises herbes, feuillages grillés ou abîmés etc.) et vous repartez une heure ou deux après (ou plus) avec la même plate-bande toute belle… J’aime.
Tout le week-end je n’ai pas pu ne pas penser à Nérine (Eliane) qui vient de nous quitter. Quand j’avais visité son jardin il y a 4 ans, j’avais découvert des vivaces (en plus de certaines clématites) qui m’étaient inconnues, et notamment une plante superbe à feuillage gris : la Centaurée cineraria. Je la garde précieusement et aujourd’hui je l’ai à nouveau bouturée car elle est d’une rusticité moyenne. Une des plantes les plus faciles à bouturer. Elle a été plantée il y a 4 ans dans une grande lessiveuse près du portail d’entrée. Elle est imposante et on ne voit qu’elle. J’ai fait une fiche sur le site Internet. Elle n’est pas facile à trouver, j’y tiens donc beaucoup et encore plus depuis quelques jours.

JPEG - 25.3 ko
En souvenir de "Nérine"
que je ne pourrai jamais oublier.

Cà y est, les feuillages d’automne apparaissent. Ouf… un peu moins d’inquiétude pour le week-end prochain : visites de 5 jardins dans mon pays… je veux dire le Nord-Cotentin.

JPEG - 25.2 ko
Acer dissectum


JPEG - 15.2 ko
Acer griseum


JPEG - 9.5 ko
Le rosier ’Albertine’
Il refait des fleurs pour la première fois en 30 ans

Lundi 31


Quelle calamité ce Buglossoides purpurocaerulea, autrefois appelé Lithospermum purpurocaerulea ! Avec un nom pareil, ça sent la peste… et c’est une peste ! C’est une vivace qui émet des longues tiges qui s’enracinent un peu comme le fait la pervenche. Peut-être est-elle plantée trop à mi-ombre et manque-t-elle de soleil, en tout cas elle fleurit ridiculement peu. Evidemment, quand elle sent que je vais la supprimer (épouvantable à déraciner), elle émet quelques fleurs d’un bleu superbe… et je craque. Une peste vous dis-je mais en plus pas très franche du collier : « T’as envie de me zigouiller ? Regarde mes fleurs… Ne sont-elles pas d’un beau bleu intense comme tu les aimes ? ». Et toc, je me fais avoir et c’est pour ça qu’elle est toujours dans le jardin depuis plus de 10 ans. Aujourd‘hui, j’ai bien supprimé un petit mètre carré car à cet endroit elle colonise le muguet. Et on ne touche pas à mon muguet !
Dernier mot sur cette plante : si vraiment vous voulez vous fâcher avec un copain ou une copine de jardinage, offrez-lui cette plante, c’est garanti. Une copine m’a donné de l’Aspérule odorante : c’est pas mal non plus et je la maudis tous les jours (je blague ! mais elle le mériterait !).


RETOUR
N’oubliez pas de refaire un tour en...
Octobre 2010
Octobre 2009
Octobre 2008
Octobre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en octobre 2011

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic