Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en avril 2012

Dimanche 1er

Aucune inspiration pour ce premier avril. J’aurais pu vous faire croire que dans le potager, on avait déjà récolté 2 radis et 3 salades mais la ficelle était un peu grosse. Tant pis.
Il aura fallu au moins 15 ans pour trouver un emplacement pouvant convenir à une clématite armandii. Depuis une quinzaine de jours elle est en fleurs. Comme quoi il ne faut jamais désespérer ! Elle s’accroche à la brande de bruyère mais elle ne tiendra pas éternellement. Comme elle se trouvera en bordure du jardin noir, je vais en profiter pour la palisser sur un grillage avant de commencer le jardin noir… donc dans peu de temps.

Actuellement c’est nettoyage... nettoyage... nettoyage... mais en repérant tous les coins à boucher par une plante.
Je ne sais pas comment vous faites mais pour moi c’est vite la prise de tête. J’ai la liste sur papier de toutes les plantes disponibles (celles à déplacer et celles qui sont en pots). Ca, c’est le côté rigoureux de l’ex matheux !!! Mais ça ne suffit pas car il faut de l’inspiration… et elle manque parfois. Pour certaines plantes, je peux faire 50 fois le tour du jardin, impossible de lui trouver la bonne place car il y a toujours quelque chose qui ne va pas. C’est ce qui s’est produit avec le geranium cinereum ‘Subcaulescens’ d’hier. Il a changé 3 fois de place !
Et puis parfois j’ai des illuminations ! (de là à me prendre pour un illuminé !). Et aujourd’hui, j’ai trouvé où planter un Helicrysum italicum, une lavande des Canaries et une potée de semis de Cerinthe major ‘Purpurascens’ (dans une lessiveuse). Les nuits sont encore fraîches et on n’est pas à l’abri de gelées donc il va falloir surveiller les Cerinthe et la lavande. Pour la nuit, la lavande est mise sous une cloche en verre. Une Salvia officinalis ‘Berggarten’ au feuillage gris a été aussi plantée mais pas sûr que ce soit au bon endroit. A revoir sans doute demain.
Je me suis donc dispersé en nettoyant plusieurs coins de plates-bandes. Mais avant de planter, il est indispensable de le faire dans un coin propre.
Sur le côté de la maison (côté Ouest… et en Bretagne on sait ce que cela signifie, d’autant plus qu’ici rien ne nous protège des vents de la mer, même à 1 km), il est vraiment difficile d’aménager le couloir entre la maison et le mur de clôture. Il faut refaire quelques aménagements et surtout compléter les plantations d’arbustes par des vivaces. Le passage est un tapis d’helxine. J’ai donc commencé en mettant des plants d’Achillée crithmifolia récupérés dans un endroit où elle ne pouvait pas s’étendre. Car la bougresse est une sacrée envahisseuse ! Ici, elle pourra cavaler entre les pieds d’un Leycesteria et d’un Corokia. L’an dernier, au retour des vacances, je l’avais retrouvée dans la pelouse !

JPEG - 40.6 ko
La mer, c’est à droite...
à 1 km...



J’ai quelques idées de plantations pour demain… à voir.

Lundi 2

2ème tonte du gazon
Broyage des déchets de ces 2 ou 3 derniers jours : encore deux belles brouettes de mulch. Depuis que j’emploie cette technique je ne suis plus débordé par le compost et le résultat sera aussi efficace.
Nettoyage des bassins (enfin… des trois demi-tonneaux). J’y passe une bonne partie de l’après-midi car il faut vider presque entièrement chaque tonneau, sortir les pots, nettoyer les plantes c’est-à-dire surtout enlever les algues vertes, remettre les pots, remettre de l’eau et enfin nettoyer la pompe. Les bassins nettoyés, les 6 « grosses » sont remises en place. Les nuits sont fraîches et donc dans leur tenue (très sobre !) elles risquent d’avoir la chair de poule mais elles sont tout de même bien « enveloppées » (ça protège) !!!

JPEG - 34.3 ko
Ca papote, ça se prélasse... la belle vie !
Mais si je compte sur elles pour un coup de main au jardin...

Plantation de deux clématites obtenues par bouturage. Ce sont des clématites qui existent déjà dans le jardin mais elles sont très belles. Il s’agit de ‘Perle d’azur’ (grande fleur bleu clair) qui poussera sur un arbuste à feuillage vert foncé et C. viticella ‘Polish spirit’ qui a des fleurs moyennes bleu-violet qui poussera dans un rosier ‘Polka’ au coloris orange. Violet et orange pâle… ça devrait être sympa. A voir.

Mardi 3

Encore une courte journée de jardinage…
En tout début d’après-midi, on a eu comme l’impression qu’enfin il allait pleuvoir. Et il a plu ! Alleluia !!! Mais 3 gouttes sur tout le jardin ! Si, si, je les ai comptées… manque de chance, la quatrième goutte est tombée dans le jardin du voisin…
Ces jours-ci début de nettoyage d’une grande plate-bande, dans un coin où il y a des plantes grises (notamment un Melianthus major). Comme à l’automne j’avais fait du vide (suppression d’une Euphorbe characias vieillissante), j’en profite pour agrandir le coin gris pour obtenir une grande plate-bande combinant le gris avec du rose et du bleu. Donc aujourd’hui, plantation d’
- une petite Hebe à feuillage gris (je ne me souviens plus du nom). Elle se trouvait dans le futur jardin « noir »,
- une Salvia officinalis ‘Berggarten’ (toujours au feuillage gris).
Ces deux plantes forment un triangle avec une graminée au feuillage fin gris bleuté (Eragrostis curvula).
- une clématite herbacée qui ne devrait pas dépasser 80 cm et à la floraison bleu-violet (C. heracleifolia ‘Purple Princess’). Elle avait été achetée en février.

Mercredi 4

Je papillonne !!!
J’aimerais bien planter assez vite tout ce qu’il y a en réserve, donc dès que j’ai une idée pour boucher un trou dans une plate-bande, je plante… mais pour planter, il faut faire du nettoyage dans le coin. C’est ainsi que je passe d’une plate-bande à une autre. Je n’aime pas travailler de cette façon mais je vais au plus pressé…
- Un Carex ‘Prairie Fire’ au feuillage bronze est planté au bord du carré d’helxine (couloir Ouest déjà évoqué).
-  3 plants de graminées bronze ‘Uncinia rubra’ récupérés dans des plates-bandes sont regroupés devant la cabane.
- Un plant de Pennisetum (son nom ? Mystère !) qui avait du mal à faire sa place dans le carré de graminées est replanté dans un endroit où il pourra mieux se développer.
Nettoyage d’un carré envahi par des feuillages de perce-neige, de crocus et de narcisses défleuris. Mais entre ces bulbes pointent des mauvaises herbes. Vous avez déjà désherbé allongé sur un tapis de perce-neige ?
En ce moment ça pousse partout mais avec le temps chaud de mars, beaucoup d’arbustes ont des floraisons avancées ([Exochorda-753], Prunus ‘Accolade’…). A propos du Prunus ‘Accolade’, quand il fleurit, c’est un immense bouquet rose de 5 m de haut et 8 m de large (sinon plus) devant la maison. Cette année, il est très décevant. J’hésite à le tailler mais je me demande si je ne devrais pas le faire pour le limiter.

JPEG - 34.1 ko
Exochorda

Jeudi 5

On m’a dit qu’il avait bien gelé ce matin (alors que j’étais encore bien au chaud sous la couette ! Oui, je ne suis pas du matin…). Les nuits sont vraiment fraîches (les journées aussi malgré le soleil) et ce soir, j’ai remis un voile d’hivernage sur le Melianthus et sur un des Fuchsia procumbens ‘Variegata’.
Une bonne partie de la fin de matinée (l’extrême fin pour être très franc !), je remets en état un tout petit coin au pied d’un Rhamnus alaterne ‘Variegata’. Il y en a deux dans le jardin, mais celui-là, près de l’entrée, pose des problèmes car depuis 2 ou 3 ans, son feuillage est taché et son feuillage est clairsemé. Certainement une maladie. Mais laquelle ? Il a eu droit il y a un bon mois à de la bouillie bordelaise. Aujourd’hui il a droit à un fongicide. Au pied, j’arrache encore quelques plants d’une peste : l’Aspérule odorante. L’an prochain je parlerai à la Société d’horticulture des pestes et cette cochonnerie ne sera pas oubliée. Il y en a d’autres ici comme le Montia sibirica ou l’Euphorbe cyparicias. Cet après midi suppression de 100 plants de Montia. Vous en voulez ? Venez et vous serez accueillis à bras ouverts !
C’est également un coin où des Geranium phaeum se sont multipliés par semis d’une façon spectaculaire. C’est un géranium d’ombre que l’on a tort de mépriser. 3 plants sont récupérés et plantés sur le côté de la cabane.
Sous le Rhamnus sont plantés une touffe de Crocosmia ‘Lucifer’ (elle était dans le futur jardin noir) et une clématite viticella ‘Margot Koster’ (acheté en juin l’an dernier, elle végétait. Je l’avais enlevée pour la mettre dans un pot où elle s’est refait une santé). Avant ces plantations, un Teucrium fruticans avait été arraché. J’ai envie de dire enfin arraché car je l’avais dans le collimateur depuis 2 ou 3 ans et quand on est un grand sentimental (interdit de rire !) vous savez ce que c’est, on s’attache.
Il y a deux ans, on m’avait donné un beau plant de Silphium perfoliatum. Raté… Devant ma mine déconfite, une autre personne de la Société d’horticulture m’a apporté deux plants. Il faut savoir que lorsque je rate une plante, si je m’obstine… je la rate une seconde fois. Question de feeling ? Parfois ça ne passe pas… Quelle ne fut donc pas ma surprise de découvrir il y a quelques jours dans la serre deux beaux plants de Silphium. Aujourd’hui, je vais donc avec un des plants pour le mettre en pleine terre au même endroit que le plant d’il y a deux ans. Et là je découvre une superbe touffe de feuillage identique aux plants de la serre. Je n’en crus point mes yeux et failli tomber sur la partie charnue de mon anatomie. Je me retrouve donc avec 3 plants et quand on sait que la plante peut mesurer plus de 1,50 m de haut et de large… Un des plants est mis près du premier et l’autre proche du Rhamnus.

Planter le 2ème Silphium dans la plate-bande qui se trouve le long de la rue a été l’occasion de nettoyer pratiquement toute la plate-bande.
Il y a 3 ans j’avais fait des boutures du rosier ‘Etoile de Hollande’ (un rosier rouge d’un parfum…). Un plant avait été mis en terre l’an dernier sur une arche mais il a beaucoup végété (cette année, il démarre enfin). Je l’ai bouturé à nouveau il y a un an et aujourd’hui un deuxième plant a été mis au pied de la même arche. Pourvu que son parfum enivrant et renversant ne me fasse pas tomber sur la même partie charnue de mon anatomie !

Vendredi 6

Vous connaissez le roman « le mystère de la chambre jaune » ou le film « les WC étaient fermés de l’intérieur » ? Vous avez lu comme moi tous les Agatha Christie ? Oui ? Et bien, ces énigmes sont de la « gnognotte ». Ici, depuis plus d’un an, un mystère non élucidé plane sur le jardin. Un mystère qui ridiculiserait Poirot, Miss Marple et Mac Gyver… Le bac de la fontaine est presque vide !!! C’est la deuxième fois en l’espace de 3 jours ! Je ne vous avais rien dit mais là je ne peux pas cacher mon angoisse, mon désarroi, mon désespoir… La fontaine NE PEUT PAS fuir… et elle fuit. Faut-il envisager que le monstre du Loch Ness ou la bête du Gévaudan viennent s’y désaltérer quand j’ai le dos tourné ? Ce soir, j’ai laissé la pompe fonctionner pour voir jusqu’où le niveau va baisser mais il ne reste plus beaucoup d’eau.
Broyage une fois de plus et une bonne brouette de mulch… une fois de plus.
La grande plate-bande (voir image) est complètement nettoyée et la bordure de la pelouse à cet endroit est refaite. Une bonne vingtaine de mètres… mais ça change tout !
Un des Fuchsia procumbens ‘Variegata’ retourne dans la serre car il n’a pas apprécié les gelées. Trop pressé… une erreur de débutant. Je mérite des paires de claques !

Samedi 7

Réparation de la porte d’entrée du poulailler. Il était grand temps d’agir car depuis plusieurs mois, je jouais avec le feu. J’avais bien bricolé une réparation de fortune mais la nuit, 9 fois sur 10, le passage d’une bestiole style belette était très possible.

JPEG - 21.4 ko
Anastasie en liberté

Rien d’exceptionnel aujourd’hui : nettoyage et bordure de pelouse (suite). Aucune plantation.
Je vous ai attendu(e)(s) mais je n’ai vu personne : j’ai encore enlevé une centaine de plants de Montia sibirica (certains en début de floraison). Ils sont au compost… Et demain il faudra en enlever encore plus. D’accord, parler du Montia sibirica comme d’une peste n’encourage guère à en mettre dans son jardin. Et pourtant, j’aime bien… mais à petite dose !

Et la fontaine ? Bof… Je n’ai pas remis d’eau pour voir ce qui se passe, et il ne se passe rien. Je veux dire qu’il reste ¼ de la hauteur mais apparemment le niveau ne continue pas de baisser. A n’y rien comprendre !
C’est l’histoire d’un mec… qui voudrait comprendre et qui ne comprend rien. Et pourtant il n’est pas plus idiot qu’un autre… le mec.

Dimanche 8

Plantation d’un origan (Origanum vulgare) dans une des lessiveuses du coin d’aromatiques et de trois nouveaux plants récupérés de la graminée Uncinia rubra. Elle semble se ressemer beaucoup car 2 plants au maximum ont dû être plantés les années dernières. J’espère avoir été plus malin pour trouver cette fois les bons endroits ?
Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis : le Pennisetum alopecuroides ‘Hameln’ (j’ai retrouvé le nom) transplanté mercredi re-déménage pour se retrouver dans le grand carré de graminées au centre du jardin.
Nettoyage d’une nouvelle grande plate-bande (et 2 146 plants de Montia sibirica de plus au compost !)

JPEG - 13.6 ko
Des Montia au milieu de pervenches.

Jeudi 12

J’arrive…
J’avais noté que dans le jardin les floraisons sont en avance, ce qui, entre parenthèses, n’a rien de bien étonnant après le mois de mars estival que l’on vient d’avoir. Une petite virée à Ouessant (vous savez l’île du bout du monde… que si le bateau la rate tu te retrouves aux Amériques…) nous a confirmé cette impression. Il faut savoir qu’en ce moment on peut y voir des Agapanthes en fleurs. On en a plus vu en fleurs qu’à Bréhat, fin juin, il y a 2 ans ! Ici les Agapanthes caduques sortent seulement de terre. Il y a quelque chose qui m’échappe.

JPEG - 19.3 ko
La preuve !

Bien évidemment, 3 jours d’absence et le jardin a changé : des Acer ont des feuillages bien formés, l’Exochorda ‘The Bride’ est un bouquet (rond) tout blanc etc.
Durant notre absence, il semble bien que la pluie soit tombée (apparemment 8 mm… c’est mieux que rien !). Ce qui n’est pas très étonnant vu le temps qu’il faisait pendant notre traversée (secouée) pour arriver sur l’île. Les Finistériens se font tremper et pendant ce temps-là, les Morbihannais sortent les parapluies : la solidarité bretonne !
Aujourd’hui je n’ai guère pu jardiner. Juste le temps de tondre la pelouse devant la maison et de planter deux Trifolium pratense ‘Susan Smith’ au-dessus des murets bordant la descente du sous-sol.

Vendredi 13

Enfin une vraie journée de jardinage…
3ème tonte de la pelouse. Sous la grande arche recouverte de rosiers, le passage est étroit et on piétine toujours au même endroit si bien que le sol s’est tassé avec les années. Il faut donc relever la pelouse au niveau des plates-bandes qui la borde. Un sac de terreau (basique) est répandu. Un deuxième sera ajouté quand la pelouse aura refait surface. Peut-être y aura-t-il besoin de compléter par un semis.
A l’automne dernier, lors de la visite du jardin de Jérôme Goutier (« La Bizerie » dans le Nord Cotentin), j’avais eu gracieusement (et je n’étais pas le seul !) des petits rameaux d’arbustes pour faire des boutures. Elles ont toutes prises ! (ou bien Jérôme n’a que des plantes faciles à bouturer, ou bien je suis vraiment un bon… et modeste !). Bref… parmi ces petits trésors il y a un Jovellana violacea, petit arbuste que déjà vu dans d’autres jardins et qui a une floraison rose étonnante. Il semble beaucoup moins fragile qu’il n’en a l’air. La bouture (en fleurs !) est montée tout en hauteur : elle a été coupée de moitié pour qu’elle se ramifie et devinez ce que j’ai fait du morceau de tige coupé ? Oui, j’ai fait une autre bouture… Mais comment avez-vous pu deviner ?

JPEG - 8.2 ko
La fleur de la bouture de Jovellana violacea



Ca y est : J’ATTAQUE LE JARDIN « NOIR »…
Tout doucement car je compte bien prendre mon temps : il ne devrait être présentable que mi-juin pour la conférence sur le jardin « noir » du 16 juin. Mon challenge : en parler tout en en créant un ici. Je vais peut-être me planter dans sa réalisation… on verra.
Il se fera en plusieurs étapes :
- nettoyage complet et préparation de l’endroit,
- réalisation d’un plan à l’échelle,
- choix des plantes et disposition sur le plan,
- réalisation sur le terrain.

Aujourd’hui, début de la première phase : nettoyage.
Le rosier grimpant ‘Sénégal’ monté en arbuste a des roses d’un coloris se mariant bien avec le « noir » puisque les roses sont rouge cramoisi. C’est un rosier qui a de très belles fleurs d’un parfum… Je ne vous en dis pas plus, venez les sentir ! Il sera donc la pièce centrale du jardin. Au fait, sans doute avez-vous remarqué que je mets toujours des guillemets avec noir. J’y tiens absolument pour une raison simple : le noir dans le domaine végétal n’existe pas !!! C’est toujours un pourpre plus ou moins foncé.
Revenons à ‘Sénégal’ : il est encore jeune donc les branches sont encore un peu frêles si bien qu’il a tendance à s’écrouler. Avec du fer à béton et des branches de châtaigner il est mis en « cage ». Il y a une autre raison : il faut absolument que le pied soit bien dégagé pour ne pas perdre de place car celle-ci est comptée. Quand on parle de jardin, vous avez bien sûr compris qu’il s’agit d’un coin du jardin. Je vous donnerai les dimensions plus tard, lorsque je ferai le plan.

JPEG - 30.3 ko
Ce matin...

Ensuite, j’ai nettoyé tout l’endroit (et même au-delà), c’est-à-dire que, notamment, des centaines de plants d’Ail triquetrum ont été enlevés. Les semaines passées, quelques plantes (Crocosmia ‘Lucifer’, Hebe etc) avaient déjà été transplantées. J’ai laissé pour l’instant des touffes de narcisses mais elles ne vont pas tarder à disparaître. Il faut une place nette.

JPEG - 36.9 ko
Ce soir...
Les touffes de narcisses sont encore à enlever.

Revenons à l’Allium triquetrum. C’est une peste (encore une)… une calamité… un fléau… Heureusement que j’ai oublié qui m’a donné cette cochonnerie à une bourse d’échanges !!!
Oui, c’est joli en fleurs et on se laisse attendrir par ses clochettes blanches mais ensuite c’est l’enfer pour le jardinier qui n’a plus que ça. Au bout du monde, avant de prendre le bateau pour Ouessant, j’ai eu le temps de découvrir des taches impressionnantes de cet ail sur les talus en bord de route. C’est justement dans le futur jardin « noir » que cet ail a été planté. Depuis plusieurs années je l’arrache mais il en revient toujours et l’an dernier (ou avant), j’ai la bonne ( ?) idée de mettre tous les bulbes au compost sans précaution. Et cette année, j’ai découvert cet ail dans tous les coins du jardin. Inutile de dire qu’aussitôt après la floraison je vais arracher les plants et les broyer. Oui, aujourd’hui tous les bulbes sont passés au broyeur avec les déchets de taille.

JPEG - 12.7 ko
Une jolie peste...
mais une peste tout de même !

Ce soir, j’avoue être un peu moulu. Ce qui est fort ennuyeux car demain matin c’est le radio-réveil qui va me torturer très très tôt : la saison des visites de jardins commence demain (20 jardins + des pépinières avant fin juin).

Dimanche 15

Hier, visite de 2 jardins près de Quimper et pour finir la journée au programme était prévu un petit tour dans une pépinière. Je sens quelques petits sourires moqueurs se dessiner ! Ben quoi, en cette période de crise il faut bien se dévouer pour faire marcher le commerce ! Non ?
Donc, journée de plantations. Non pas que nous ayons dévalisé la pépinière, mais quand je plante, je nettoie avant… parfois 10 m² pour mettre en place une vivace. Il est important que la nouvelle plante apprécie son nouvel environnement. Comment voulez-vous qu’elle ait envie de se développer si elle est entourée de mauvaises herbes ? Vous aimeriez vous ?
Donc plantations :
- d’un Rhodocoma gigantea. C’est une Restoniacée qui devrait mesurer environ 1,50 m. C’est la 3ème tentative avec ce genre de plantes. C’est superbe car elles ressemblent un peu à de la prêle ou du bambou et donc je m’entête. Vous ne connaissez pas ? Alors allez sur cette page les_restionacees.
- d’un Thym citron (Thymus citriodorus ‘Aureus’) dans le coin des aromatiques
- d’une Heuchère ‘Electra’ au feuillage jaune. Mais avant de la planter il a fallu déplacer une Achillée ptarmica.
- d’une fougère au feuillage étonnant (Athyrium filix-femina ’Frizelliae’). Elle est évidemment plantée devant la cabane.

JPEG - 32.5 ko
Athyrium filix-femina ’Frizelliae’



- d’une Primula (primevère candélabre… très certainement). Elle est mise à l’entrée de la cabane.
- d’une clématite Intégrifolia ‘Alba’. Une herbacée qui doit former un petit buisson caduc à floraison blanche.
Demain, nouvelle balade, (re-radio-réveil ! Grrrr....) mais cette fois dans les Côtes d’Armor. Au programme, deux jardins et une pépinière de Primula… Ne soyez donc pas étonné(e)s si mercredi je plante quelques primevères autour de la cabane !
Ce soir, j’ai le bas du dos en vrac. Et pourtant j’avais mis ma ceinture lombaire !

Mardi 17

Hier, deuxième journée de visite de jardins et petit tour dans la pépinière Barhaven spécialisée en Primula (primevères). On a été raisonnables car on n’en a achetées que 4 (plus une succulente pourpre très foncé, probablement pour le jardin « noir »). L’une d’elles a un feuillage sombre et des fleurs pourpre foncé pour… (Vous avez compris !). Il y avait deux Primula dans la serre donc 5 (4 -1 + 2) ont été plantées à l’entrée de la cabane.
L’environnement de cette cabane commence à devenir intéressant.
Divine surprise : près de la fontaine, découverte de l’Anemonella thalictroides ‘Cameo’ en fleurs. Elle avait été achetée il y a 2 ans et comme je ne l’avais pas vue l’an dernier, elle avait déjà rejoint le « jardin des souvenirs ». D’autant plus que la pépiniériste nous avait dit en nous la vendant que ce n’est pas une plante facile. Erreur, elle est toujours là.

JPEG - 8.4 ko
Anemonella thalictroides ’Cameo : un petit bijou.

Retour vers le jardin « noir »… phase N° 2 : suite de la préparation du jardin.
Il y a deux ans une clématite armandii avait été plantée et depuis elle pousse sur la brande en limite de terrain. Bien entendu, il était prévu de la palisser plus sérieusement et maintenant il est temps de le faire car il arrive ce qui devait arriver : elle devient trop importante donc elle s’écroule.

Elle est coincée entre des bambous et une Myrte (4 m). Mais un troène au pied du bambou devient gênant. Il est donc supprimé et comme, tout près, en fond de terrain, il manque un arbuste persistant (ou semi-persistant), je fais directement des boutures du troène en pleine terre (10 boutures dans un carré de 20 sur 20, il y en aura bien une qui prendra !). Une fois le troène enlevé, je plante deux fers à béton de 2,50 m, un au pied du bambou et l’autre dans la Myrte. Demain je mettrai un grillage.
J’ai oublié de dire, et c’est important, que l’on a eu de la pluie ce matin. Certains doivent être désolés, moi je suis ravi et j’espère que l’on en aura encore. Par contre, ce que j’apprécie beaucoup moins, c’est le vent. Mais en Bretagne, pluie et vent sont « copains comme cochons ».

JPEG - 41.7 ko
Le cerisier vu de l’étage
J’adore les cerises... les merles aussi !

Mercredi 18

La journée commence bien : de la pluie ! (et du vent non souhaité en bonus). De la bonne pluie qui ravigote, de l’eau qui mouille bien, des averses qui détrempent. Le bonheur du jardin… J’avais presque oublié le bruit sympathique de la pluie qui frappe les carreaux. Et puis ça se gâte en début dans l’après-midi : le soleil revient (et le vent continue à souffler).
Je suis donc contraint à poursuivre le palissage de la clématite. C’est long et pas évident. Je terminerai demain, sauf si la pluie a la bonne idée de revenir… sans le maudit vent !

Jeudi 19

Le palissage de la clématite est terminé. Je ne pensais pas y passer autant de temps. Le nettoyage de la plate-bande continue.

Vendredi 20

Broyage = une brouette de mulch répandu sur un bout de la plate-bande du futur « jardin noir » (notamment au pied des clématites armandii et montana ‘Marjorie’).
A l’entrée du jardin « noir » il y a un Teucrium fruticans. Cela fait un bon moment que je l’observe et j’ai beau le regarder, il fait plus gris, blanc et bleu que noir. La décision est prise : il n’a plus rien à faire ici, donc il est replanté dans un autre endroit du jardin. Heureusement que je suis bâti comme un fort des halles* car la motte avoisinait les 50 cm de diamètre. A la place, est planté la première plante « noire » : Un Pittosporum tenuifolium ‘Tom Thumb’ acheté à l’automne dernier et toujours dans son pot. Il reste encore à enlever des plantes et ensuite aménager le jardin. Mais c’est là que ça va se corser !
_ Plantation dans le potager (ou ce qui ressemble vaguement à un potager !) de 12 plants de chicorée « Pain de sucre ». Ils sont mis dans la plate-bande de fraisiers. Ca m’étonnerait qu’ils empêchent les fraisiers de produire (ils n’ont pas besoin de ça !). De toute façon, soit il n’y aura pas de fraises, soit les salades seront bouffées par les escargots ou ne pousseront pas pour une raison quelconque. Moi défaitiste ? Non, réaliste ! Les Dieux du potager me font la gueule !
En nettoyant la plate-bande de fraisiers, j’ai trouvé des rejets du prunier. Il faut savoir qu’à l’origine le prunier vient de chez l’ex-voisine qui était autant jardinière que moi danseuse étoile**. Elle n’avait qu’une plante ayant un minimum d’intérêt dans son jardin : un prunier qui croulait sous les fruits. Et moi de voir tous ces fruits de l’autre côté de la haie alors qu’elle faisait vraiment n’importe quoi, j’en étais vert de jalousie. Ce prunier a le bon goût de faire des dizaines de rejets (ce qui n’a pas que des avantages d’ailleurs) et un jour elle m’a proposé un de ces rejets. Etant bien élevé, je n’ai pas osé dire non et il a été planté au milieu du potager-verger (oui, parce qu’en plus le supposé potager fait aussi office de supposé verger ! Pas de moqueries s’il vous plait !). Si bien que tous les ans (ou presque), il croule sous les fruits que souvent on ne consomme pas car on est alors à l’autre bout de la France côté Est !!! (cette année on sera là en août donc il est permit d’espérer). J’en reviens donc aux deux rejets prélevés aujourd’hui. Ils sont mis en pots car l’un intéressera un jeune couple qui aménage leur jardin (le petit Gaspard pourra s’en faire des ventrées !). L’autre rejoindra un verger en Alsace où Gaspard pourra continuer à se régaler à satiété (avec la complicité du Papy).
Plantation d’une toute petite ancolie (‘Blue Star’) au dessus de la fontaine.

JPEG - 22.7 ko
Aquilegia ’Blue star’
15 cm maximum... craquante !

A propos de la fontaine, le problème n’est toujours pas résolu. Depuis plus d’une semaine, j’ai mis dans le bac, quatre couvercles pour arrêter les éclaboussures sur les côtés. Le niveau d’eau baisse très vite de 2 ou 3 centimètres puis ensuite il n’y a plus de perte. Je n’y comprends rien. Ce soir, j’ai enlevé les couvercles : on verra !

JPEG - 50.4 ko
la fontaine et les 4 couvercles pour arrêter les éclaboussures.

* (chut… même pas vrai !)
** Vous avez déjà vu un fort des halles danseuse étoile ?

Samedi 21

Le matin, conférence sur les semis et pollinisation des rhododendrons... passionnant ! et l’après-midi, atelier de bouturage dans le jardin avec 10 personnes.

Lundi 23

Si je n’étais pas une personne bien élevée, je pourrais être très grossier car la journée a débuté avec du vent s’est poursuivie avec du vent et s’est terminée… avec du vent !
Donc je ne dirais qu’une chose : saleté de vent.
Le matin c’est une alternance d’averses et de soleil mais l’après-midi on a le droit à de la pluie en continu… de quoi décourager le plus motivé des jardiniers.
Bilan : je continue à vider l’endroit du futur jardin « noir ». Quelques plants de Catananche et de Verbena bonariensis rejoignent d’autres plates-bandes (autant dire que je n’ai pas fait grand-chose !). Un deuxième sac de terreau est répandu sur la pelouse sous l’arche (au même endroit qu’il y a quelques jours).
Et que fait un jardinier désoeuvré quand le temps est pourri ? Il broie (non pas du noir… quoi que…) mais des tailles de végétaux, bien à l’abri dans le garage. Et pour finir la journée, fabrication d’un petit élément de déco. Je vous le montrerai demain ou plutôt mercredi car il n’est pas terminé.

Mardi 24

Question temps c’est plutôt mieux aujourd’hui mais s’il y a du soleil, il y a toujours du vent et ça devient pénible.
Encore un peu de nettoyage par le vide dans le futur jardin « noir ». Il est prêt pour les plantations mais il faut commencer par le début : faire un plan à l’échelle. J’ai donc pris les mesures, il reste à le faire au propre. Quant à la liste de plantes disponibles, elle est faite. On aura certainement peu de plantes à acheter.
Plusieurs touffes de narcisses ont été enlevées et une bonne vingtaine de bulbes ont été replantés aussitôt autour de la cabane ainsi que des plants d’Ajuga reptans donnés samedi dernier. Près de l’entrée de la cabane, un Viburnum x burkwoodii a terminé sa floraison. Il est taillé car il faut qu’il retrouve une forme bien compacte qu’il a perdue ces dernières années. C’est l’occasion de faire des boutures qui intéresseront certainement des jardiniers de la SHPA.

Mercredi 25

Elle s’appelle Greta paraît-il ! Et elle souffle à 110-120 km/h. Excès de vitesse ! Moi, j’en peux plus, ça m’énerve, me met de sale poil et me « fout le bourdon ». Je parle évidemment de la tempête qui n’en finit pas.

JPEG - 17.5 ko
Même Javotte n’apprécie pas !
"Z’avez vu mon brushing ?"

Je regardais cet après-midi l’aubépine en arbre plantée il y a environ 30 ans, et à chaque bourrasque je souffrais pour elle. Après la floraison, il faudra qu’elle soit taillée sévèrement car elle a trop de prise au vent. Mais tailler une aubépine n’est pas une partie de plaisir. Mes petites mains délicates ne vont encore pas apprécier !

JPEG - 32.8 ko
L’aubépine secouée...
JPEG - 28.7 ko
La verticalité... version Bretagne !

Je me suis vraiment forcé pour aller dans le jardin, en traînant les pieds pour ne pas m’envoler (car moi aussi j’ai de la prise au vent !).
Rien d’exceptionnel mais j’ai continué l’allée du jardin « noir » pour qu’elle aille plus en profondeur dans la plate-bande. En fait, j’ai enlevé la terre sur une dizaine de centimètres. On devrait, à priori, faire une allée d’ardoises. Pour l’instant elle est en pierres du jardin (sauf, bien sûr, le bout fait aujourd’hui). Il faudra donc les enlever si on choisit les ardoises. A voir plus tard…
La peinture dorée sur les cadres dans la cabane ne tient pas. Je vais donc recommencer, en mettant cette fois du vernis sur la peinture. Aujourd’hui, nettoyage d’un des cadres. Bien sûr, les moulures se sont détériorées. Pour l’instant il sèche car le bois est plus qu’humide !
Mais pourquoi faut-il perdre du temps à refaire ce qu’on a raté ? Ca m’énerve et me met de sale poil… J’exagère, car il m’arrive parfois d’avoir quelques réussites. Exemple : la fontaine ne semble plus perdre d’eau ! Pourquoi ? Aucune idée ! Je n’aurais jamais dû écrire ça car demain je vais la retrouver vide !

Jeudi 26


Nettoyage de la plate-bande bordant le potager. C’est une plate-bande à dominante grise, je veux dire à feuillages gris.

Vendredi 27

3ème tonte du gazon. Je ne trouve pas qu’il pousse très vite. Certains trouvent cela très bien (moins de tontes). Oui, mais plus il pousse, plus on le tond et plus il est beau. Il faut savoir ce qu’on veut !
Un peu de nettoyage dans une nouvelle plate-bande… pour varier les plaisirs.
Dans la plate-bande grise d’hier, ajouts d’ une Artémise ‘Powis-Castle’ (une merveille qui n’a qu’un défaut : celui de ne pas vivre très longtemps) et deux plants de Perovskia atriciplifolia ‘Blue Spire’. Ces plants sont des boutures faites à l’automne. Je refais plusieurs pots de boutures de ‘Powis-Castle’.
Dans le jardin « noir », je stocke les pots de plantes « noires ». J’ai écrit une belle ânerie ces jours-ci : on n’aura pas assez de plantes. Mais dimanche prochain on espère en trouver quelques-unes dans une expo-vente (j’ai pris contact avec 2 pépinières du coin). Sont visés notamment un petit trèfle (Trifolium repens ‘Purpurascens’), un Sedum et une Heuchère ‘Obsidian’.
_En attendant, le plan du jardin « noir » est fait.
5 m sur environ 4 m

Dimanche 29

Hier, visite de trois jardins près de Quimper. Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer des photos ! Pour les photos des jardins, vous attendrez !

JPEG - 17.7 ko
Chez Paulette...
après la visite, c’est l’heure de l’apéro !


JPEG - 14 ko
Pause sandwiches sur la plage...
Parfois dans un champ, un bar, un fossé... on n’est pas des "chochottes" ! On aurait même pu rapporter du goémon !


JPEG - 14.4 ko
Cette fois c’est un coup de cidre !
Avec modération... je surveille !


Non seulement les jardiniers qui nous accueillent nous offrent un « pot », mais en plus on revient avec des plantes qu’ils nous ont données ! Bon d’accord, on est un bon groupe, que des gens bien, passionnés, pas tristes… mais quand même ! Sympa non ?
Aujourd’hui, expo-vente « Les floraisons du château de Josselin ». Deux objectifs : des fougères pour l’abord de la cabane et des feuillages pourpres pour le jardin « noir ». Premier objectif, c’est bon. Mais il faut dire qu’on savait qu’il y aurait un stand avec uniquement des fougères (pépinière « les jardins d’écoute s’il pleut »). Quant à l’autre, on reste un peu sur notre faim car on voulait l’heuchère ‘Obsidian’. Depuis qu’on la cherche, impossible de la trouver ! Mais on revient avec quelques trésors et des vivaces dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Lesquelles ? Vous en saurez un peu plus dans les jours à venir… patience ! Mais il y en a tout de même 20 à placer dans les jours à venir. Pour certaines, trouver leur place sera évident pour quelques autres... je sens la prise de tête !
Aucun regret d’y être allés sauf que le temps était pourri : de la pluie. Et ce soir c’est la tempête ! Une de plus…
A peine rentrés, il fallait bien (à l’abri !) faire un petit quelque chose et notamment s’occuper des plantes rapportées hier.
Dans le premier jardin visité hier (le jardin de Paulette qui sera bientôt sur le site), on a eu la permission de se servir en semis spontanés. On a donc rapporté 3 petits plants de Cornus capitata qui sont mis dans des godets, et surtout un Acer (ne me demandez pas son nom, mais son feuillage est très beau. On l’appellera l’Acer ’Paulette’ ) d’une trentaine de centimètres. Il est planté dans un pot et ira rejoindre une plate-bande au Nord derrière la maison, placé discrètement entre des vivaces.

JPEG - 22.5 ko
L’Acer ’Paulette’

Lundi 30

Aïe, j’ai mal aux cheveux à force de réfléchir, la tête comme une citrouille, les neurones en surchauffe…
La journée avait pourtant bien commencé : les plantes pour le jardin « noir » - feuillages pourpres - sont mises de côté (on verra plus tard)
- Sedum ‘Purple Emperor’
- Sedum ‘José Aubergine’
- Geranium ‘Dusky Crug’
- Cimicifuga simplex ‘James Compton’
Ensuite, 3 petites succulentes :
- Graptosedum ‘Francesco Baldi’ (dans un récipient au Nord à la sortie du garage)
- Sedeveria letizia (dans un pot sur le mur de clôture)
- Crassula radicans (dans une petite auge en pierre sur le même mur).

JPEG - 29 ko
des succulentes dans une petite auge en pierre.

Ces succulentes sont, comme toujours, achetées à la pépinière finistérienne au cœur des Monts d’Arrées : Arrées succulentes

JPEG - 20.8 ko
Graptosedum ‘Francesco Baldi’
sur tapis d’helxine

Plantation d’une capucine grimpante (Tropaeolum ciliatum), donnée par une pépiniériste de la région nantaise.
Jusque là, pas de problème… mais c’est ensuite que ça se corse !
_ Près de la cabane, il faut planter les 3 fougères persistantes de la pépinière « les jardins d’Ecoute s’il pleut » :
-  Dryopteris crassirhizoma et Polystichum aculeatum (port étalé)
- Dryopteris cycadina (port vertical)
Tout était pensé avec la pépiniériste : plantation en triangle entre le Viburnum x burkwoodii et le Morus kagayamae avec la D. cycadina en arrière plan… sauf que, arrivés sur le terrain, il n’y a pas la place ! Patatras… Donc il faut tout revoir. Au bout d’une bonne demi-heure de cogitation frénétique (mets-la un peu plus à gauche… non, plus à droite… un peu en arrière pour voir ;..) , il semble que les bons emplacements soient trouvés. Donc plantations… et une fois plantées tout est à refaire : ça ne va pas ! Deux fougères plantées récemment sont déplacées et je replace les trois nouvelles. Bref, la prise de tête et deux heures de perdues.
Et il reste les autres plantes (notamment des Ophiopogon et des Epimedium). Mais là je capitule car je n’avance à rien. Pas de précipitation, on verra demain… ou plus tard !
Dépité, je nettoie un peu, ça vide la tête !
Quelle vie !

Retour (les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
en avril 2011
en avril 2010
en avril 2009
en avril 2008
en avril 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en avril 2012

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic