Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2012

Mardi 1er


Aucune inspiration, c’est désolant. Conclusion : les plantes sont toujours au même endroit près de la cabane dans leurs godets.
Par contre, deux touffes de Sternbergia lutea n’ont rien à faire là. En les enlevant, on y verra plus clair. Il faut donc replanter une cinquantaine de bulbes par-ci par-là… et ça prend une bonne heure.
Les plantations des vivaces achetées dimanche étant repoussées à demain (si l’inspiration me vient !), je me venge sur les mauvaises herbes qui passent un sale quart d’heure : la plate-bande du fond est presque entièrement nettoyée.

JPEG - 31.2 ko
Des zoziaux ont élu domicile au dessus de la cabane.

Mercredi 2

Dans un des jardins visités samedi la jardinière nous a fait un petit ( ?) cadeau : une touffe de narcisses bulbocodium. Ce sont des petits narcisses botaniques adorables dont la forme de la fleur est très particulière. Je n’en avais jamais planté. Maintenant c’est fait… une bonne trentaine en plusieurs endroits.
Début de nettoyage d’une nouvelle plate-bande. C’est celle qui est envahie (si je n’y prends pas garde) par une peste : l’anémone du Japon. Tous les ans j’enlève des dizaines de plants. Il y a dans cette plate-bande à mi-ombre le matin et ensoleillée l’après-midi des plants de Rodgersia podophylla. Le feuillage est superbe mais il lui faut de l’ombre et un terrain frais à humide. 4 plants ont été récupérés et mis sur le côté de la cabane.

JPEG - 25.8 ko
La feuille du Rodgersia podophylla.

Avant de les planter, j’en profite pour couper quelques grosses branches du Prunus padus à l’arrière de la cabane, qui partent sur le côté et qui n’ont aucun intérêt. Il faudra dans les jours prochains continuer la taille car ce Prunus est devenu un monument. L’idéal serait de le tailler par transparence. Avec ce qui a été coupé aujourd‘hui, c’est 2 heures de broyage qui m’attendent !

Jeudi 3

Le nettoyage de la plate-bande est terminé. Une de plus ! Mais avec la pluie tombée ces derniers temps, le jardin a explosé et je suis pris de vitesse. Sans compter, toutes les plantes restant à mettre en pleine terre !
Broyage d’une partie des branches du Prunus (et du reste !). Au bout de 1 ½ h j’abandonne !

Vendredi 4


Broyage (fin) : une brouette de plus de mulch.
4ème tonte du gazon (une fois sec, car le matin une petite pluie fine et salutaire arrose le jardin). Je passe un bon moment à terminer les bordures des pelouses. Un jour il faudra que je m’amuse à mesurer la longueur totale !
Nettoyage d’un petit carré de plate-bande. En fait, ce qui m’intéresse, ce sont les bulbes de Cyclamen de Naples à floraison automnale (C. hederifolium) mal placés sous des arbustes. Ils rejoignent le côté de la cabane entre les fougères plantées il y a quelques jours.
« Z’auriez pas vu le rosier ‘Raubritter’ ? ». Si oui, soyez sympa de me dire où il se trouve ! Je le cherche depuis une semaine. Il se trouvait à l’emplacement de la cabane. Donc, mi-décembre il a été transplanté et j’écrivais ce jour-là « Il a été transplanté au seul endroit où je pouvais mettre un rosier (plus ou moins) arbustif. ». D’accord… mais c’est où ? C’est le début de la sénilité ?

Samedi 5

Le carré d’hier est nettoyé. Il y a de la place pour des plantations. D’ailleurs il faut que je consacre la semaine prochaine aux plantations. C’est bien d’acheter ou de faire des boutures. Encore faut-il ensuite planter ! Aujourd’hui, on a essayé de voir où mettre les plants achetés dimanche dernier. Ils sont disposés sur la terre à l’entrée de la cabane. On prendra le temps de la réflexion et lundi ils seront plantés… enfin.
L’été dernier, on avait rapporté d’Alsace des plants d’une fougère de la forêt proche de la maison. Plusieurs avaient été mis en pleine terre à l’automne mais il restait 3 pots. Rien ne semblait sortir. Erreur, car en y regardant de plus près des crosses se préparent à montrer le bout de leur nez donc les plants sont mis à l’arrière de la cabane. Toujours près de la cabane, plantation d’un lamium au feuillage argenté. L’un des seuls que j’aime.
Et Gaspard ? Je veux dire l’Epimédium ‘Gaspard MT’. Ma foi, il se porte bien et ce soir il est sorti de la couveuse (lapsus… je voulais dire : la serre) a été mis dans un pot plus gros. Il ne sera mis en pleine terre qu’à sa majorité (encore un lapsus… il faut lire : à l’automne).
Ce soir, on découvre sa floraison grâce à des photos prises par sa marraine qui a écrit sur le forum. C’est un épimédium vigoureux avec un beau feuillage coriace mais on ne savait pas la couleur de la fleur. Maintenant on sait.

JPEG - 19.5 ko
’Gaspard-MT’


JPEG - 28.9 ko
Le Viburnum ’Shasta près de la cabane.

Lundi 7

Trêve de plaisanterie : le jardin est presque correct (surtout si on ferme les yeux !), les ancolies explosent, les Iris commencent à montrer des boutons prometteurs… il faut maintenant que je consacre une bonne partie de mon temps à planter car le nombre de vivaces à placer en pleine terre est impressionnant.
Donc, aménagement à l’entrée de la cabane. Plantation de :
- Vancouveria hexandra (un faux épimédium au très beau feuillage)
- Epimedium pauciflorum ( feuillage persistant, floraison rose)
- Epimedium youngianum ‘Niveum’ (un petit épimédium caduc à la floraison blanche)
- Deschampsia flexuosa ‘Tatra Gold’ (une graminée jaune fluo pour la mi-ombre)
- Ophiopogon bodinieri
- Ophiopogon scaber (les feuilles sont de longs rubans verts)
Ce sont des vivaces achetées il y a une semaine à l’exposition-vente et toujours en attente de plantation par manque d’inspiration du jardinier.
4 pots de Campanula rotundifolia sont ajoutées. Ce sont des campanules sauvages rapportées d’Alsace l’été dernier.
Un Epimedium x warleyense est placé dans un coin d’Heuchères... ailleurs car il n’y a plus de place pour lui devant la cabane. Sa floraison orangée est superbe (je vous l’ai montré en photo le 24 mars dernier).
En fouillant dans la « pépinière » devant la serre, il y avait un pot d’Heuchère ‘Strawberry’. D’où vient-il ? Je ne me souviens plus. En tout cas, elle est plantée dans un coin à mi-ombre au milieu d’Heuchères et d’Hostas.
En visitant un jardin dans le Cotentin (le « Toucan fleuri » pour être exact), j’ai découvert une plante étonnante : la Silène fimbriata. Michelle, la jardinière nous avait donné des petits plants. Ils étaient en serre mais ils végétaient. Ils ont donc été plantés dans le coin de la cabane car c’est une plante de mi-ombre qui fleurit blanc en été mais qui était encore en fleurs à la Toussaint ! Je vous avais montré une photo le 9 novembre dernier (voir article si vous ne connaissez pas)

JPEG - 31 ko
les vivaces devant la cabane

La semaine dernière pendant un apéro avec des amis de la SHPA, je pose innocemment la question « Y’aurait pas quelqu’un qui saurait où je pourrais me procurer des ardoises cassées pour faire l’allée du jardin « noir » ? ».
Et aujourd’hui le copain s’est transformé… en livreur d’ardoises ! Et on a repris l’apéro !
Modification du programme : je vais donc commencer par faire l’allée et ensuite les plantations. Il était prévu le contraire mais c’est mieux ainsi bien sûr. Les pierres restantes de l’allée sont enlevées : demain je mets les ardoises.

Mardi 8

Pose d’un film noir (probablement un film geotextile). Il est extrêmement résistant et a la consistance d’un tissu. Il épouse donc très bien les formes de l’allée. Et pose des ardoises. Il en faudra encore autant. Il faut dire que j’ai prévu au moins 5 cm d’épaisseur. Suite dans dans quelques jours…

Plantations à l’arrière de la cabane de
- quelques plants d’Euphorbe cyparissias ‘Clarice Howard’ (une petite Euphorbe au feuillage pourpre et floraison verte. Une peste qui pourra se propager comme elle veut à cet endroit)
- 4 plants de Verbena bonariensis récupérés en nettoyant près du jardin « noir ». Ils sont mis au pied du rosier ‘Cornelia’ qui se trouve contre la cabane.
Une fougère (certainement Dryopteris erythrosa, d’après ma liste de plantes dans l’ordinateur) a été plus ou moins recouverte avec le temps par un Acer. Bref, elle gêne l’Acer et en plus, elle n’est absolument pas mise en valeur. Une cohabitation inappropriée. La fougère est enlevée et va à l’arrière de la cabane.
Je ne suis pas mécontent car l’entourage de cette cabane commence à avoir de l’allure.

Mercredi 9

Plantation d’Iris innominata (des petits Iris botaniques de 10-15 cm avec des fleurs jaunes striées de rouge) toujours à l’entrée de la cabane. Ils m’ont été donnés par la personne dont on a visité le jardin il y a une semaine et qui nous a donné les narcisses bulbocodium. Ben oui, dans ce monde de brutes, ça existe encore des gens comme ça !
Je voulais continuer des plantations mais pour ça, il faut faire place nette donc je passe beaucoup de temps à nettoyer certains petits coins qui demandent à être plantés.
A un endroit, il faut ajouter un peu de terre. Astuce : une allée qui va du bureau à la pelouse n’est pas tout à fait complète (elle ne l’a jamais été). Donc j’enlève de la terre pour placer 4 pierres récupérées avant-hier dans l’allée du futur jardin « noir ».
Ouf, j’ai l’adresse du couvreur qui va me donner de vieilles ardoises. Et en plus ça l’arrange ! J’y vais demain soir. J’aimerais bien finir l’allée cette semaine et commencer les plantations la semaine prochaine.
Ce soir il pleut. Super ! Le jardin est une vraie jungle, ça pousse partout. Le jardin change tous les jours. Les ancolies sont fleuries (il y en a partout !) et les Iris germanica commencent leur floraison. Il va d’ailleurs falloir surveiller les Iris pour supprimer ceux qui ne fleurissent pas ou ceux dont la fleur est quelconque.

JPEG - 33.1 ko
Un des premiers Iris germanica
sur un tapis de myosotis.


JPEG - 23.3 ko
Le Viburnum x ’Jackii’ planté en janvier dernier est tout en fleurs.


JPEG - 13.4 ko

Jeudi 10

Opération trottoir (plaisanteries douteuses à éviter !). Le nettoyage est à terminer car au bout d’une heure, j’ai envie de passer à autre chose.
Broyage… une fois de plus !
On est allés récupérer un lot d’ardoises chez un couvreur bien sympa. La voiture avait au retour l’arrière-train un peu bas ! Normalement on a ce qu’il faut mais on peut en avoir autant que l’on souhaite.

Vendredi 11

L’allée d’ardoises est pratiquement terminée. Il faudrait en remettre encore une petite couche pour arriver au niveau des plates-bandes, sinon la terre risque de glisser dans l’allée. On verra la semaine prochaine mais il est possible maintenant d’aménager le jardin « noir ». Il est évident qu’il manque des plantes. Demain il y a une expo-vente importante. Objectif : feuillages pourpres…
On a posé les godets pour voir comment disposer les plantes. La prise de tête…comme toujours ! On verra demain avec les autres plantes achetées.
Un Acer palmatum ‘Beni Kagami’ au feuillage pourpre m’inquiète sérieusement. Il mesurait 1,80 m. Maintenant il ne dépasse guère les 50 cm : une grosse partie est morte. Il a donc été taillé et j’ai mis du produit pour protéger les plaies mais je ne suis pas rassuré. C’est un champignon qui dessèche une partie des branches des Acer et je ne sais pas quoi faire pour l’empêcher . De la bouille bordelaise ? C’est ce qu’on m’a suggéré. Mais c’est à faire à l’automne.

Samedi 12

« Vannes côté jardin » une expo-vente très intéressante. L’objectif était de trouver des plantes à feuillage noir.
Certains voient la vie en rose, nous c’est en noir ! Et le noir n’est pas tendance… Des feuillages pourpres qui tirent plus ou moins sur le rouge : oui. Mais du noir : non (ou très peu). On a bien sûr déniché quelques plantes dont
- un géranium (sans nom car la pépiniériste nous l’a vendu sous le nom de G. sanguineum mais il a autant du sanguineum que moi du petit rat de l’opéra !).
- un Cryptotaenia japonica ‘Atropurpurea’ (superbe feuillage. Plante que je ne connaissais pas du tout)
- une Ancolie ‘Black Barlow’
- un Delosperma (nom de l’espèce non précisé par le pépiniériste… c’est pénible.)

JPEG - 17.4 ko
La fleur (crème à centre jaune) fait moins d’un centimètre de diamètre.



- un Acer palmatum ‘Garnet’ (on est là plus sur le rouge ou le pourpre que sur le noir). Petite remarque : sur l’étiquette de la pépinière il est écrit 1 m. En réalité il peut atteindre 4 m ! Sans commentaire !!!
Du boulot pour demain…

Dimanche 13

Toute la journée a été consacrée à l’aménagement, ou plutôt au début d’aménagement , du jardin « noir ». Et ce n’est pas une mince affaire. Ont donc été plantés :
- une quinzaine d’Ophiopogon planiscapus ‘Nigrescens’ (des plants récupérés à l’automne et qui ont passé l’hiver en serre)
- Acer ‘Garnet’, géranium (X ?), ancolie, Cryptotaenia, Delosperma (d’après des recherches, sur le forum on me propose D. alpinum ou D. ‘Ruby Coral’). Ce sont les plantes achetées à Vannes hier et citées plus haut.
- Geranium ‘Dusky Crug’ (ressemble bizarrement au géranium acheté à Vannes), Sedum ‘Purple Emperor’ et ‘José Aubergine’. Ces plantes ont été achetées à l’expo-vente de Josselin il y a 15 jours.
- des plants récupérés dans le jardin : Plantain pourpre (une bonne dizaine), Euphorbe dulcis ‘Chameleon’, Lysimachia ciliata ‘Fire Cracker’, Dianthus barbatus ‘Sooty’ (Cela fait 3 ans qu’il est ici et je pense enfin lui avoir trouvé la bonne place !), Euphorbe ‘Black Bird’, Leptinella squalida ‘Platt’s Black’, Phormium tenax ‘Platt’s Black’ (il était en pot et n’appréciait pas du tout), Geranium pratense ‘Dark Reiter’.
- Haloragis erecta ‘Wellington Bronze’ : une bouture faite à l’automne. Une vivace au superbe feuillage bronze.
- Scabiosa atropurpurea ‘Chile Black’ : un semis d’automne à partir de graines envoyées par un membre du forum. Un grand merci au passage !
- Heuchère ‘Frosted Violet’. Je dois récupérer une heuchère ‘Obsidian’ samedi prochain.
- Rose-tremière à fleurs noires (Alcea rosea ‘Nigra’). Elle m’a été donnée. Merci Claudine !
- une succulente pourpre (Echeveria ?)
- une graminée récupérée dans le jardin il y a au moins un an. J’avais écrit « Miscanthus ? » sur l’étiquette. En fait ce n’est pas un Miscanthus. Son feuillage est vert et pourpre et me fait penser à un Pennisetum. A voir…
Ca méritait bien une journée pour agencer tout ça non ? Ce qui est pénible, c’est que dans peu de temps on verra les erreurs et il faudra encore faire des changements !
Le Cornus ‘Eddie’s White Wonder’ est mort. Il ne s’est jamais plu. Tant pis, il a rejoint le « jardin des souvenirs » avec petit passage obligé par le broyeur (pas de crémation mais c’est tout comme : il retournera à la terre). Il est remplacé par un Sambucus nigra ‘Black Lace’ au feuillage pourpre. Ce qui est parfait car il est dans le coin du jardin « noir ». C’est une bouture faite à l’automne.

JPEG - 28.5 ko
Difficile de rendre en photo l’aspect du coin noir
car les plantes sombres sont peu visibles sur la terre et en plus elles demandent à prendre du volume. A revoir plus tard .

Lundi 14

Un Camellia sasanqua est mort cet hiver (il n’a jamais démarré et depuis un an donnait des signes de fatigue). Il est remplacé par un rosier grimpant. C’est un rosier au nom inconnu, au coloris étonnant vu il y a juste un an dans le jardin d’une amie de la SHPA. Bouturage… et plantation aujourd’hui. Il pourra cavaler sur la brande de bruyère au dessus des arbustes qui bordent le potager (entre parenthèses, il faudrait que je trouve un autre nom à ce coin de jardin car l’appeler potager est un peu ridicule !).
Je remets la photo de la rose prise il y a un an. Si vous connaissez son nom, je suis preneur.

A son pied sont plantés des boutures de Perovskia ‘Blue Spire’ de d’Artemsia ‘Valerie Finnis’ (une cavaleuse mais qui sera vite arrêtée dans son élan par l’allée de pierre).
Plantations suite : Geranium pyreanicum, Senecio vira-vira, une plante à feuillage gris à port retombant (un Helichrysum ?).
J’ai enlevé un beau plant d’hellébore il y a au moins 3 ou 4 jours. Depuis tout ce temps, le pied baigne dans un seau d’eau ! Il est enfin replanté.
Les clématites viticella, quand elles démarrent au printemps, il y a intérêt à surveiller. Et avec mon grand âge, j’ai parfois du retard à l’allumage. Bilan : il y en a deux qui poussent n’importe comment. L’une devrait partir à l’assaut d’un cerisier et l’autre d’un trépied en bois de châtaignier. Au lieu de cela, elles se répandent lamentablement sur les vivaces qui sont à leur pied. Je prends enfin le temps de les tuteurer et les mettre au pas. Qui est le patron ?
5ème tonte du gazon.

Lundi 15

Le Viburnum x ‘Jackii’ planté à l’automne dernier est un bouquet blanc depuis 15 jours ? C’est incroyable ! Avant de le planter, j’avais fait place nette. Il était temps d’habiller l’avant du Viburnum par des vivaces basses car c’est un Viburnum petit modèle. Dans la serre, il y avait ce qu’il fallait, surtout des floraisons bleues : Dierama (couleur inconnue), Aster violet venant du jardin de la Basfeuille, Salvia patens, Salvia lycioides, Campanule rotundifolia, graminée bleue et Polygonum equisitiformis (floraison blanche).
Il y a un mois j’avais fait des boutures d’une menthe chocolat. Elles ont pris et donc vont rejoindre la collection de menthes. Sans doute pensez-vous que l’on boit une quantité de thé à la menthe impressionnante. Heu… pas du tout même si j’adore mais je n’y pense pas… ou alors en hiver quand elle a disparu !
Plantation d’une graminée. Je ne sais pas son nom car elle m’avait été donnée il y a deux ans et maintenant le plant se trouvait à l’étroit.

J’ai réalisé que la structure en osier vivant n’avait pas été taillée. Ce qui est un demi mal, car certaines branches charpentières sont mortes. En utilisant les nouvelles branches vertes, je vais essayer de retricoter les croisillons. J’ai commencé ce soir. Patience… patience… Je finirai demain.

Chez vous, il pousse quoi dans vos cerisiers ? Des cerises ? Ici, il y a autant de cerises dans le cerisier que de salades dans le potager ! Mais aujourd’hui je viens de faire une découverte : un plant de Montia sibirica !!! Une fraction de seconde, j’ai cru que j’avais un peu trop abusé du chouchen !!! (boisson bretonne hallucinatoire, parait-il !). le jardin est envahi par le Montia sibirica (j’en ai donné, avec plaisir, ce matin à une personne venue faire un tour de jardin... si elle savait à quoi elle doit s’attendre, elle me maudirait dès maintenant !), mais de là à pousser à 2 m du sol au creux du tronc du cerisier !

Mercredi16

Trop de choses à faire aujourd’hui pour pouvoir jardiner : juste le temps de finir ce fichu trottoir… Avant de remettre ça ! Quelle plaie !!!
Quelques clématites à grandes fleurs commencent à ouvrir.

JPEG - 14.7 ko
’Dawn’

Vendredi18

Je retourne chercher des ardoises. C’est bon : le résultat est bien plus satisfaisant.

Samedi 19

Temps pourri : plantation dans le jardin noir d’une Heuchère ‘Obsidian’ au feuillage très foncé.
Le Dichondra argentea ‘Silver Falls’ est une plante retombante au feuillage gris argenté. Il y a quelques semaines, elle a été plantée dans un pot mais la dernière tempête ayant « chahuté » les tiges, elle a été mise à l’abri et taillée sévèrement. Mais où l’installer ? En pot, ou en pleine terre ? J’ai préféré la planter au-dessus du muret au Nord à l’entrée du sous-sol. On verra… Avec les tiges coupées je fais des boutures… au cas où…

Lundi 21

Hier matin, avec un groupe de la SHPA, on était à la roseraie de la pépinière de la Laïta. On y va très souvent en mai-juin et c’est toujours un spectacle exceptionnel. Mais cette année, j’avais choisi une date plus avancée en mai et les rosiers ont du retard dans leur floraison. 8 jours trop tôt… beaucoup de rosiers n’étaient pas en fleurs. Dommage !
Pas de rosiers à acheter mais je suis revenu avec un sac d’Algo-forestier (un dopant équivalent de l’Or Brun). Une dizaine de rosiers un peu « faiblards » ont droit à la dose revigorante.
Plantation d’une giroflée panachée de jaune et à la floraison mauve très longue (3 pots de boutures). C’est un Erysinum linifolium ‘Variegatum’. Elle n’a qu’un défaut : elle est sensible au gel. 2 pieds ont survécu mais j’avais fait des boutures à l’automne… au cas où !
Taille du Lonicera tatarica. Il a fini de fleurir : il faut donc le tailler maintenant. C’est simple : après la floraison de printemps, on taille. C’est valable pour les seringat, lilas etc. Voir la page du site Taille des arbustes à floraison printanière

Mardi 22

Aïe… c’est le gros « coup de mou ». Aucun rapport avec l’âge avancé du bonhomme, avec le fait que j’ai dû me lever aux aurores ce matin (je n’ose pas vous dire l’heure tellement c’est inhumain !). Non, hier soir en visitant un jardin entre personnes d’excellente compagnie, un très gros rhume m’est tombé dessus. Et croyez-moi, jardiner avec le sécateur dans une main et le mouchoir dans l’autre, n’est pas évident. D’autant plus qu’il faut être très attentif : se moucher avec le sécateur comporte des risques !
J’ai profité ce matin de la « balade » – dont je me serais bien passé – pour aller au retour dans une pépinière. Ca va, c’est facile de se moquer !
J’ai donc acheté la fougère que je cherchais pour le jardin « noir » : Athyrium nipponicum ‘Metallicum’. Elle est plantée entre deux heuchères. J’ai trouvé un geranium nimbus. Il me semble que c’est un bon choix car sa floraison doit être assez longue. Il est planté près d’un rosier couvre-sol.

JPEG - 12.5 ko
Geranium nimbus


JPEG - 27.3 ko
La fougère est entre l’heuchère ’Obsidian’ et l’heuchère ’Frosted Violet’


JPEG - 21.8 ko
Athyrium nipponicum ’Metallicum’
Je trouve que son feuillage se prête bien à la décoration d’un jardin noir.

On est revenus du jardin hier soir avec des éclats de plantes et des boutures (on n’était pas les seuls ! Trop sympa la jardinière… que certain(e)s connaissent sur le forum). Ont donc été mis en pots des éclats de plants d’heuchères : 3 ‘Caramel’ et 4 ‘Black Out’ qui, comme le nom l’indique, a un feuillage foncé. Besoin d’un dessin pour vous expliquer où ‘Black Out’ sera planté ?
Plantation de 3 petits plants de Tolmiea menziesii venant toujours du même jardin. C’est une plante d’ombre couvre-sol au feuillage jaune lumineux. Exactement ce qu’il fallait à l’arrière de la cabane.

JPEG - 19.9 ko
Tolmiea menziesii
A utiliser plus souvent pour les coins ombragés.

Mercredi 23

Deux plants de Miscanthus (‘Gracillimus’ et ‘Morning Light’) commencent à devenir imposants : au sol, les touffes ont un diamètre qui dépasse 80 cm. Mais il y a un problème car dans la saison, le feuillage au port naturel retombant a tendance à… retomber ! Si bien que les touffes ont alors, en fin d’été, un diamètre de 2 m ! C’est très joli mais un peu excessif car impossible de planter quoi que ce soit aux alentours. C’est ainsi que des Heuchères l’an dernier, ne voyant pas le jour, sont mortes étouffées. Une mort cruelle que j’aimerais éviter à d’autres plantes… J’ai donc posé un treillis de 1,20 m de haut tout autour de ‘Morning Light’ : une cage pour l’emprisonner. Pour l’instant elle est un peu à l’étroit mais on va voir ce que ça donne quand elle va pousser.
Une fougère (Cyrtomium fortunei var clivicola) est mal en point. Elle étouffe et le sol est trop sec. Elle est déplacée et, bien entendu, va rejoindre les abords de la cabane.

Jeudi 24

Après le coup de mou, c’est le coup de chaud. Alors forcément ça m’a « refichu » un coup de mou !
6ème tonte du gazon. Il faisait tellement chaud que j’avais du mal à suivre la tondeuse, mais depuis le temps elle connaît le chemin !
Un Rodgersia aesculifolia (une autre variété à feuilles plus rondes) est déplacé et vient près de la cabane.
De même que des plants de Geranium phaeum. Ce n’est pas la bonne époque pour les déplacer mais peu importe car ils envahissent tout. A tel point qu’ils bouchent un passage ! Il y en a des deux côtés. Pour ceux qui ne connaissent pas (une faute grave car je lui ai consacré un article sur le site !), il faut savoir qu’il fait des touffes de 50 cm de large et 80 cm de haut. Un belle bête… Il y a 4 ou 5 variétés dans le jardin. Il va falloir supprimer une bonne dizaine de plants minimum sinon quelques plates-bandes vont manquer d’air. Il y a aussi les Montia sibirica et les ancolies dont certains pieds forment déjà des graines. Je sens que le tas de compost va être alimenté dans les jours à venir ! Et tous les ans à la même époque c’est le même problème. Heureux les jardiniers qui ont des plantes qui ne poussent pas et qui ne se reproduisent pas !
Et une petite séance de broyage pour varier les plaisirs ! Le broyat est répandu au pied des vivaces plantées à l’arrière da cabane.

Et la cabane, que devient-elle ? Elle commence à s’habiller de feuillages...


JPEG - 25.4 ko
Si on prenait le temps de s’assoir à l’intérieur...


JPEG - 19.9 ko
on pourrait voir le jardin...
et tout le travail à y faire !

Samedi 26

Hier, visites de 2 jardins privés et d’une pépinière que je connais bien.
Une journée bien sympathique avec un groupe bien sympathique reçu par des jardinières fort sympathiques dans une ambiance toujours aussi sympathique… Mais qu’est-ce qu’on a eu chaud !!! Et pourtant on était bien en Bretagne à deux pas d’ici.

JPEG - 25.1 ko
Début de journée...
10 h... avant la 1ère visite.


JPEG - 20.6 ko
Fin de la 2ème visite...
Il est 16 h !

A la pépinière on a craqué pour deux épimédiums… mais vous en saurez plus demain car je n’ai toujours pas eu le temps de les planter.
Taille d’un Exochorda (fin de floraison printanière taille). Il en sera bientôt de même pour un Kolkwitzia, une Spirée etc.
Je viens de réaliser que les pommiers n’ont pas été taillés au printemps. Tant pis pour les deux basse-tige mais il a fallu tout de même le faire pour les espaliers. C’est vous dire à quel point je suis intéressé par les fruitiers !
Une bonne partie du jardin noir (celle qui est plantée) est recouverte avec des cosses de sarrazin. Plus pour la finition et le côté esthétique qu’autre chose. Pas mécontent du résultat. Je réalise que ce coin de jardin n’aura de l’allure (ou pas !) que dans au moins un an.
Plantation d’un chou perpétuel. Il nous a été donné hier et je n’en connaissais pas l’existence auparavant, ce qui ne m’empêche pas d’étaler ma science aujourd’hui. C’est le Brassica oleracea. Merci Alain et Anne-Marie mais j’ai intérêt à le réussir sinon je vais passer une fois de plus pour un « naze du potager ». Je sais, c’est inratable… mais la dernière fois qu’on m’a fait le coup c’était pour l’oignon rocambole… soi-disant inratable.
Chronique d’un jardinier au bord de la crise de nerfs :
Les négociations ayant échoué, il n’y aura pas de préavis, la guerre est déclarée : geranium phaeum, Montia sibirica et autres pestes doivent prendre conscience qu’il est temps de rentrer dans le rang, de calmer leurs ardeurs pour se multiplier à tout-va. D’ailleurs aujourd’hui certains plants de G. phaeum sont passés dans le broyeur et se retrouvent à l’état de mulch dans une plate-bande. Quant aux Montia, c’est par dizaine qu’ils finissent leur vie au compost. En ce moment j’ai des envies meurtrières non contrôlées…

Samedi 26

Quelques plantations :
- de l’Origan doré dans le coin aromatique
- 3 Fuchsia microphylla . Des boutures faites à l’automne dernier. Deux plants ont une floraison rose superbe. Ils ont été mis dans un massif d’Hellébore.
- un plant de giroflée vivace d’un très joli rose lilas récupéré dans une plate-bande à l’automne (sur l’étiquette j’avais écrit : giroflée jaune ? On comprend mieux le point d’interrogation !).
- deux plants d’Epimedium achetés vendredi à la pépinière (Duval à Molac entre Vannes et Ploermel) visitée avec le groupe. Il s’agit de E. ‘Star cloud’ à la floraison blanche et E. x perralderianum ‘Weihenstephan’ à la floraison jaune (il serait persistant). Deux très beaux plants à un prix très raisonnable. Ils sont mis au Nord de la maison sous les bouleaux, à la place de fougères plantées il y a quelques jours près de la cabane. Ici, c’est souvent le jeu des chaises musicales !
Vendredi à la pépinière, on m’a conseillé (c’est la 2ème personne) de dégager les troncs de la Myrte communis pour que l’on puisse apprécier son écorce. J’enrage d’avoir tant tardé à le faire et en plus de ne pas y avoir pensé moi-même. Cela s’imposait ! C’est fait… La Myrte est placée à l’entrée du jardin noir et maintenant que le pied est dégagé, il y a de la place, ne serait-ce que pour mettre un pot gris foncé avec dedans un Cosmos chocolat (Cosmos atrosanguineus).

JPEG - 31.1 ko
Avant...



JPEG - 24.9 ko
et après.

Lundi 28

J’étais parti pour faire des tas de choses un peu partout et j’ai travaillé toute la journée ou presque au même endroit : dans et devant la serre. Il était temps de faire le point sur les plantes en pots, c’est à dire des boutures enracinées bonnes à planter, enracinées mais trop jeunes encore, en cours d’enracinement ou… ratées.
Les plantes prêtes à être mises en place ou bien assez solides pour être hors de la serre rejoignent une plate-bande devant la serre entre le potager et la fontaine (qui ne fuit plus !). Ce soir elle est pleine, surtout de plantes qui attendront l’automne pour la mise en place (il y a notamment plusieurs clématites !). Quant à la serre elle a été nettoyée de fond en comble. Mais il y a eu beaucoup de nettoyage par le vide car les grosses potées de Salvia discolor vont dans le jardin noir et de Plectranthus argentatus en plein soleil devant la maison. Ce sont des pots de l’an dernier mis en serre à l’automne.
Jouer les fées du logis prend du temps mais le résultat me plait.

JPEG - 18.2 ko
des boutures...
JPEG - 17.6 ko
ce côté là est un peu vide...
mais pour combien de temps ?


JPEG - 26.5 ko
Les abords de la serre :
Les plantes en attente au premier plan.

Il restait un joli pot bleu sans plante (qu’y avait-il ? aucune idée !). Bref, quoi y planter ? Réunion avec moi-même… et idée de génie (oui, ça m’arrive assez souvent !) : une heuchère ’Caramel’ rapporté lundi soir du jardin de Marie-Claire. Problème : l’éclat n’a pas de racines mais se porte à merveille. Le transplanter au risque de le chahuter ? Et mes petits doigts de fée (un peu potelés pour des doigts de fée !) ont opéré le changement de pot avec une précision chirurgicale qui m’a laissé béat d’admiration… pour moi-même ! J’arrive encore à me surprendre !
Bon, ça fait peut-être un peu beaucoup d’auto-satisfaction pour ce soir. Cela dit, quand on est bon… on est bon !

JPEG - 21.5 ko
H. ’Caramel’ dans toute sa splendeur.
Marie-Claire, je la bichonne !

Mardi 29

Avec les premières chaleurs , l’eau des bassins est envahie d’algues vertes filamenteuses. Une seule chose à faire : vider (aux ¾), nettoyer et remettre de l’eau. A quand la prochaine fois ?
On ne rigole pas !!! J’aurais mieux fait de ne pas reparler de la fontaine. Ce matin, le bac était complètement vide ! Mystère…
Il fait une chaleur intenable, donc changement de programme : je vais au jardin le soir. Certains moqueurs et certaines moqueuses me suggèreront d’y aller le matin ! Ca va pas non ?
Il ne faisait pas bon, ce soir, ressembler à une ancolie. En quelques jours elles ont presque toutes fané et s’apprêtaient sournoisement à former des graines. Hors de question car il y en a déjà partout. J’ai donc passé entre une et deux heures à couper les tiges fanées. Demain, il faudra bien encore autant de temps pour terminer.
Il y a un an, j’avais mis un plant de myosotis pour la 1ère fois depuis que je jardine. Cette année, cela a donné 1 m² ! C’était très joli, mais comme pour les ancolies, les geranium phaeum, les Montia… point trop n’en faut. J’ai peur d’avoir trop tardé à supprimer les plants. Je crains fort de me retrouver l’an prochain avec un champ de myosotis !
Plantation d’Ajuga reptans ‘Black Scallop’ dans le jardin… « black ».

Mercredi 30

Trop chaud pour être courageux ! Je passe quand même 2 heures à couper les fleurs fanées d’ancolies… et il en reste encore !
Tout est passé dans le broyeur. Résultat : 2 brouettes pleines de broyat !

Jeudi 31


7ème tonte du gazon.
Avant de quitter la Bretagne pour quelques jours (week-end de visites de jardins en Normandie avec les copains et copines), il fallait terminer le nettoyage qui consistait surtout à finir d’enlever les fleurs fanées d’ancolies. J’ai bien cru ne jamais y arriver ! On croit qu’il n’y en a plus et on en découvre encore. Pas question de les laisser dégrainer partout pendant ces quelques jours.
Il paraît qu’en jardinage, c’est toujours la plante et non le jardinier qui a le dernier mot. Je ne suis pas loin de le penser. Depuis une vingtaine d’années, il y a dans le jardin une merveille, je veux dire la merveille des merveilles : l’Iris sibirica ‘Tropic Night’. Il m’avait été donné et depuis je le garde précieusement. Pas difficile car il se multiplie à une vitesse incroyable au point de former des touffes énormes. A la Société d’Horticulture beaucoup de personnes l’ont dans leur jardin car je l’ai distribué tous les ans. Mais il y a un problème : il ne fait pas énormément de fleurs depuis un certain temps. Les touffes ont été divisées pour en mettre à différents endroits, à différentes expositions. Résultat : bof… Une année, j’ai mis une touffe un peu n’importe où par manque d’inspiration. Normalement à cet endroit il ne devait rien donner sinon du feuillage. Cette touffe est en bordure du potager devant la serre… en attendant d’être mise ailleurs. Bilan : c’est la touffe qui fleurit depuis 3 ans avec une quantité incroyable de fleurs alors que les autres sont décevantes. Pourquoi ? Je connais par cœur la culture des Iris de Sibérie (il y a 5 ou 6 autres variétés dans le jardin qui fleurissent très bien), j’ai même écrit un article, mais là il y a un mystère… Aucune raison d’avoir plus de fleurs là plutôt qu’ailleurs.

Le chou perpétuel planté il y a quelques jours semble moins beau (j’écrivais qu’il était inratable !). A y regarder de plus près, je soupçonnais quelques visites peu souhaitées. Quelques petits granulés près du plant ont donc été déposés hier soir. Bingo ! une vingtaine d’escargots « fatigués » ce matin !!!


Retour (les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
Mai 2011
Mai 2010
Mai 2009
Mai 2008
Mai 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2012

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic