Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2012

lundi 3

Un vrai temps de chien, mais comme le travail ne manque pas sur l’ordinateur pour refaire le nouveau site (je suis entré en action !!!), ce n’est pas trop embêtant. Autant dire que j’ai tendance à délaisser le jardin mais il faut choisir. Pour ventiler mon reste de neurones, je vais ramasser les feuilles du Morus kagayamae. Ce sont de grandes feuilles lourdes qui ont la délicatesse de tomber à la verticale. Heureusement, car une bonne partie jonche le trottoir et mieux vaut agir avant que le vent n’éparpille tout sur la route. Le liquidambar n’a plus de feuilles : balayage de la pelouse. Toutes ces feuilles (et quelques déchets de la semaine dernière) passent dans le broyeur ce qui donne deux brouettes de plus de mulch.
L’helxine est une de mes plantes préférées. Je parle de la verte, c’est-à-dire de la plus connue. Pendant le week-end, j’ai eu l’opportunité de prendre un peu d’helxine vert-jaune. Elle est très lumineuse mais je la soupçonne d’être plus fragile. Je me trompe peut-être. En tout cas, elle est plaquée sur du terreau mis en pot et elle passera l’hiver en serre (c’est évident).

Mardi 4

Probablement la dernière tonte du gazon pour cette année. Je termine au pas de course (faut pas exagérer, disons plutôt que je ne traîne pas) car la pluie commence à tomber.
Javotte6 Pauvre chéri, il tombe 3 gouttes sur son crâne déplumé et le voilà qui fait du sport pour ne pas se faire mouiller ! Et moi qu’est-ce que je devrais dire ? Il n’a pas comme moi son brushing qui part en quenouille !

Mercredi 5

Peu de temps à consacrer au jardin mais j’ai tout de même besoin de prendre l’air (il y a surchauffe du côté des neurones… ce qui est très prétentieux car cela laisse supposer qu’il m’en reste encore !)

Il faut nettoyer l’entrée du côté du petit portillon. En fait je passe plus d’une heure à tailler (avec des gants !) les branches les plus basses du rosier liane ‘Toby Tristam’ monté sur une colonne. Il faut être fou pour planter ce genre de rosier. Il est incontrôlable. Et dire que c’était une bouture de quelques centimètres. Depuis une dizaine d’années il fait 7 m au moins. Les branches basses sont sèches : le nettoyage était indispensable. Mais quelle corvée !

Jeudi 6

Cette fois-ci je monte sur l’escabeau pour lui supprimer le maximum de bois mort. La plate- bande qui fait l’angle est nettoyée.

Vendredi 7

Le jardinage est passé vraiment au second plan car la principale occupation est la création du nouveau site dont le nom n’est toujours pas divulgué. Pas pour tous puisque 5 personnes ont trouvé la bonne réponse. Car je suis vicieux : il fallait mettre des s à « arrosoirs et sécateurs ». Beaucoup l’ont écrit au singulier mais que pensez-vous d’un jardinier qui n’aurait qu’un arrosoir (en zinc bien sûr) et un seul sécateur ? Tout le monde sait qu’ici il y a une petite collection d’arrosoirs. Quant au sécateur, il m’arrive d’en retrouver dans le compost ou un coin du jardin plusieurs semaines après l’avoir perdu. Mais j’en ai toujours un sur moi qui ne me quitte pas car il est dans un étui accroché à une ceinture.
Depuis hier, c’est la folie : 8 ou 10 heures par jour pour mettre les articles en place sur le site mais surtout pour remettre les photos car une bonne partie d’entre-elles se sont envolées. Ce n’était pas prévu !!! Il y a plus de 1 000 articles et au bout de 2 jours seulement 200 sont complets et en place ! Bref, c’est un retour de plus de 4 ans en arrière à la création d’un site qui m’avait valu 3 mois de boulot non-stop (et j’avais de l’aide !). Il faut avoir un sacré grain !!!
Un peu d’air : deux petites heures pour continuer le nettoyage de l’entrée près du portillon. Des clématites sont raccourcies et des vivaces sont rasées (Aconit, Iris sibirica…).
En ce moment le Jasmin nudiflorum est en fleurs. Ce n’est pas un arbuste exceptionnel mais il est palissé sur le mur à la sortie du bureau et cache la gouttière. Quelques fleurs en décembre ne font pas de mal.

Dimanche 9

Retour un peu plus long dans le jardin, même si une bonne partie de la journée est consacrée encore à la création du nouveau site internet.
La journée commence par une belle séance de broyage. Et deux brouettes de plus de mulch à répandre sur la terre préalablement nettoyée.
Il ne fait pas bien chaud et le matin quelques bonnes gelées ces derniers jours me rappellent à l’ordre : et les zoziaux ? La mangeoire est remise en place et les boules de graisse sont de sortie.
Le nettoyage continue mais un Prunus incisa ‘Kojono-Mai’ est planté juste à un endroit idéal où il sera bien mis en valeur. J’avais vu cette merveille chez une amie l’an dernier. Et cette amie avec quelques autres ami(e)s m’ont offert cet arbuste après la conférence sur les heuchères qui aura été la dernière que j’ai organisée dans l’association dont j’ai oublié le nom. Cet arbuste symbolisera la fin d’une époque mais aussi le début d’une autre. Avant de le planter, il faut enlever des Iris chrysographes un peu trop cavaleurs. J’enlève une vingtaine de bulbes et comme demain je dois retrouver ces mêmes amies pour préparer l’avenir (j’espère que vous savez lire entre les lignes !), je compte bien faire une petite distribution.
Au pied du Prunus est enfin planté la clématite ‘Justa’ achetée en juin dernier et qui était toujours dans son pot.
Plantation de 2 plants de Symphorine jaune panaché (Symphoricarpos orbiculatus ’Foliis Variegatis’… impossible de retrouver son nom !). Ces 2 plants sont récupérés dans une plate-bande et mis dans la plate-bande aménagée près de la cabane. Son feuillage jaune devrait donner un peu de couleur et de lumière à cet endroit à mi-ombre derrière un banc bleu.

Il me fait rire avec ses mots en latin. Je n’y comprends rien. Normal, car je suis un peu nunuche mais il va falloir que j’aille faire un tour sur le lexique botanique.
Entre parenthèses, si je suis un peu "handicapé du latin", pour lui c’est du côté de l’anglais ! Match nul...

Surprise… surprise : la clématite cirrhosa ‘Winter Parasol’ commence à fleurir.

JPEG - 17.2 ko
Clématite cirrhosa ’Winter Parasol’

Mardi 11

C’est sûr, rester sous la couette le matin a des avantages, car le jardin tout blanc pétrifié par le froid n’est guère engageant. Le jardinage est donc réduit à son strict minimum. Il faut dire que le temps manque pour aller jardiner.
Je peux m’échapper à peine une heure. Juste le temps de replanter quelques bulbes d’Iris chrysographes. En nettoyant un tout petit coin, je récupère une dizaine de plants d’Alchemille mollis. Ils sont mis en godets. On verra bien ce qu’ils vont devenir mais j’ai bien l’impression que dans peu de temps certains feront le bonheur (j’espère) de jardinier(e)s.

JPEG - 15.4 ko
Du Physalis "fatigué"


JPEG - 8.9 ko


Mercredi 12

Ce n’est pas encore aujourd’hui que je vais m’éterniser dans le jardin car il fait un froid de canard.
Les deux pots de Fuchsia procumbens ‘Variegata’ sont rentrés dans la serre. C’est un Fuchsia assez rustique mais j’y tiens tellement que je ne veux pas courir de risques.
Depuis le printemps dernier, je m’amusais à mettre dans des pots des petits plants du jardin. C’est ainsi que je dois avoir une bonne centaine de plantes, et je ne parle pas des plants en serre. Pourquoi ? Tout simplement parce que je souhaitais donner à chaque personne présente à l’une des conférences de fin d’année une de ces plantes lors d’une tombola. Il en fallait donc au moins 60 à 70 et le compte y était largement. La raison était toute bête : la section « Jardin d’Ornement » dans une certaine Société d’Horticulture a eu 20 ans en novembre – j’en étais l’animateur depuis 18 ans - (curieusement l’association a 30 ans, et le site dont j’étais le webmaster a 10 ans). Je voulais marquer le coup sans ne demander rien à personne… c’est raté et maintenant vous savez pourquoi.
Raté ? En fait, pas du tout. Car ce petit cadeau, je le donnerai aux mêmes personnes mais dans un autre cadre samedi prochain. Je vais les retrouver en effet dans un restaurant où, entre deux plats, on préparera l’avenir… c’est-à-dire la future association qui va se créer. Disons qu’au lieu de fêter les 20 ans passées, ces plantes symboliseront le nouveau départ et les futurs projets. Je peux ce soir dévoiler mon petit secret (bien gardé car seules 3 ou 4 personnes étaient dans la confidence) puisque vous ne lirez ces lignes que dans quelques jours. Quelles sont ces plantes ? Un Rhododendron, des jeunes plants de clématites cirrhosa ‘Winter Parasol’ et des vivaces (Centaurée montana, hellébores etc.).

Jeudi 13

Aujourd’hui ce n’est guère mieux car la pluie est tombée cette nuit.
Bilan : froid + humidité = bricolage à l’intérieur. Réparation d’une mangeoire pour les oiseaux, fabrication de bougies etc.

Lundi 17

Les plantes ont bien été distribuées au restaurant lors de la petite tombola à plus de 50 personnes. Une bien belle soirée chargée de beaucoup d’émotion…
Les zoziaux ont-ils bien conscience de la chance qu’ils ont : réparation d’une deuxième mangeoire et utilisation de deux noix de coco que je suspends dans le bouleau bourrées de margarine (premier prix… faut pas pousser non plus !)
Il y a bien longtemps que je n’ai pas tripoté la terre : nettoyage d’un petit carré sous le gros cerisier. Ca change du tripotage de clavier informatique…
A propos d’informatique, pour le site internet… ça traîne et la patience n’est pas ma qualité première ! Je reçois de plus en plus souvent des mails de personnes impatientes elles aussi mais je n’y suis pour rien.
Il y a maintenant 15 jours que j’ai perdu un croc dans le jardin. Impossible de le retrouver et pourtant il ne devrait pas passer inaperçu avec son manche de 1,50 m. Heureusement que j’en ai un de rechange. Il faudra qu’un jour je me décide à peindre les manches de mes outils, en jaune fluo par exemple. Mieux : il faudrait qu’en plus ils émettent un bip-bip quelconque de temps en temps. Ras le bol de toujours chercher mes outils. Il est vrai qu’il n’y a que mon sécateur que je garde normalement toujours sur moi comme le disait un des indices pour trouver le nom du site. Bon, vous me le retrouvez ce fichu croc ?

Mardi 18

Plantation de 4 beaux plants de Rubus rampant à feuillage jaune (obtenus par bouturage). Je ne connais toujours pas son nom. Je crains que cela reste un mystère et pourtant cette plante est superbe. Les plants sont mis entre des hellébores pour illuminer la plate-bande proche de la cabane réaménagée il y a plus d’un mois.
Nettoyage de la plate-bande d’hellébores au nord de la maison. Les feuilles sont coupées au ras du sol, ce qui présente deux intérêts : supprimer le feuillage abîmé et dégager les boutons floraux. C’est ainsi que j’ai découvert deux plants en début de floraison. C’est un feuillage coriace qui se décompose très lentement dans le tas de compost, il est donc passé dans le broyeur.
Dans cette plate-bande pousse une clématite viticella dans une structure de châtaignier. Cette structure est supprimée car elle est trop abîmée. Elle rejoindra la cheminée un de ces jours. Elle est remplacée par une structure métallique plus discrète.
Il y avait longtemps que je n’avais pas passé plusieurs heures de suite dans le jardin. Ca fait du bien… ça « lave » la tête !

Vendredi 21

Miracle, il ne pleut pas ! Il serait bon que là-haut ça se calme (ce qui n’est pas prévu dans les jours à venir) car dans les alentours l’eau déborde de partout… même dans ici dans le sous-sol où le bas du tas de bois baigne dans quelques centimètres (ce n’est pas la première fois).
Mais aujourd’hui il fait même assez beau et le temps est doux. Ca tombe bien parce que j’ai besoin d’air. Ici la terre est très légère (consistance du terreau) et après plusieurs jours de pluie, il n’y a aucun problème pour jardiner. Je continue donc à remettre un peu d’ordre dans les plates-bandes : les vivaces sont nettoyées (hellébores…) voire rabattues ou rasées pour les plus grandes (Aconit par exemple). Il faut y aller modérément mais c’est plutôt pour donner un aspect moins négligé au jardin.
Une petite séance de broyage donne une belle brouette de mulch pour recouvrir la terre ou protéger quelques plants de vivaces d’un possible gel dans les semaines à venir.

Une cage à oiseaux (sans oiseaux, sinon un cui-cui en plomb peu gourmand en graines de tournesol !) est réparée : le toit en bois est refait et la ferraille est protégée par un vernis.
A propos d’oiseaux, 3 petites bestioles se balancent au gré du vent (ce qui ne manque pas en ce moment) sous le Koelreuteria. Ils ne sont pas nouveaux mais ils avaient besoin d’un petit coup de vernis pour « redorer le plumage ». Et puis, c’est la période de migration des oiseaux en ferraille. De l’Albizia ils sont passés au Koelreuteria.

Première fleur d’hellébore ! Impossible de résister à l’envie de vous la montrer... Aïe, j’ai oublié : vous ne la verrez qu’en janvier... Grrrr...

Samedi 22

J’ai l’impression de devenir sérieux dans cette chronique. Il est vrai que certains évènements récents ne m’encouragent pas trop à faire de l’humour (en supposant que je sois capable d’en faire !). Promis je vais me ressaisir.
Une nouvelle journée agréable sans pluie et j’en ai profité pour remettre en état une grande plate-bande. Dans celle-ci il y a la place pour planter 3 arbustes caducs. Je vous ai déjà dit que j’allais m’orienter vers les arbustes et délaisser un peu les vivaces dans les grandes plates-bandes. Des Hydrangeas par exemple ne seraient pas mal. Il semblerait que Noël approche, c’est ce qu’on m’a dit, et par conséquent il se pourrait que je me dépêche d’envoyer une petite « bafouille » au gros pépère en rouge à la barbe blanche. Si, si, il paraît qu’on peut lui écrire, il faut que je retrouve son adresse.
Cet après-midi « La Glu » festoyait : la bourrique a « chopé » une mésange. Est-ce sa première ? Il faut dire qu’elle apprécie que les oiseaux viennent se servir en graines de tournesol et margarine. J’ai eu beau lui expliquer qu’elle aurait pu garder ce petit extra pour la nuit du réveillon. J’ai bien compris que je parlais dans le vide. Cela dit elle a tout de même laissé deux plumes !

Jeudi 27

Après ces jours de fête, il faut bien s’y remettre un peu car en faisant le tour du jardin, j’ai réalisé que du travail m’attendait.
Stop… et si on reparlait réveillon dans notre hôtel des courants d’air ? On l’a passé entre copines… deux très exactement. Au menu :
- entrée : graines de blé
- plat de résistance : graines de blé
- dessert : graines de blé
- boisson : eau… de pluie, car il a rincé !
Bref, royal et on a rigolé comme des petites folles en attendant le Père Noël des poules qui n’est jamais venu ! Le Père Noël (le nôtre en tout cas) est vraiment une ordure !

A propos de Père Noël, pour nous il est passé et il a eu la bonne idée de nous donner un petit chèque pour quelques arbustes à acheter, certainement demain. Trop fort le mec ! Mais comment a-t-il pu savoir ?
Un coin à l’arrière de la maison est nettoyé mais je suis bien loin d’avoir terminé.
J’ai toujours été admiratif des jardiniers qui entretiennent des surfaces de 5 000 m², voire un ou deux hectares. Il m’est souvent arrivé d’être béat d’admiration devant ces jardiniers mais quand je les entends dire qu’ils ont des projets d’agrandissement, mon état dépasse le stade de la béatitude. Je me souviens de la Princesse Sturdza qui, sur la fin de sa vie c’est-à-dire à près de 90 ans, envisageait d’agrandir la partie aménagée du Vastérival. Bon, c’est vrai qu’elle faisait faire, mais tout de même. Moi à cet âge là, si je suis encore de ce monde, je serai tout juste bon à arroser mes petits pots de boutures dans la serre en évitant d’en mettre la moitié à côté…

Samedi 29

J’ai bien essayé et j’aurais bien voulu mais le temps de réagir à la première éclaircie et c’est le déluge ou la tempête qui arrive. Un temps de m… et je ne peux pas aller planter les arbustes achetés hier (dans une excellente pépinière située à 20 minutes d’ici) grâce au passage du « Petit Papa Noël qu’est descendu du ciel avec des arbustes par milliers » (trois c’est déjà pas mal ! Ici ce n’est pas le Vastérival ou le Bois des Moutiers).
Je me contente d’écrire leurs noms :
- Michelia yunnanensis : depuis le temps que l’on en voulait un. Je lorgnais bien dessus à chaque fois que j’en voyais un dans un jardin mais de là à lui trouver une place ici… maintenant je sais.
- Spirea prunifolia ‘Pleniflora’ : encore une petite floraison blanche printanière et le feuillage d’automne sera superbe. Que demander de plus ?
- Itea virginica ‘Henry’s Garnet’ : pour sa floraison blanche d’été en longs épis, mais aussi pour son feuillage bronze à l’automne.
Oui, je recherche des arbustes bouche-trou car je suis un peu fatigué des plates-bandes de vivaces. Pas évident à réussir et c’est trop d’entretien. A mon âge, faut se ménager !
Les plantations sont-elles pour demain ? Pas sûr car au moment où j’écris dehors les coups de vent sont violents. Bien qu’ayant une très-très légère surcharge pondérale (bon, ça va, ne soyez pas désagréable et laissez-moi rêver encore à ma sveltesse d’antan), je ne tiens pas à décoller du sol et me retrouver en haut du cerisier… j’ai le vertige.
En désespoir de cause, je me suis rabattu sur une petite séance de broyage au sous-sol. C’est toujours ça de fait !

Dimanche 30


J’étais parti pour planter les trois arbustes dans la plate-bande proche du poulailler. En fait seulement un est planté (la spirée) car j’ai commencé par récupérer un beau plant d’Euphorbe characias qui vivotait dans un pot pour le planter devant le pommier ‘Granny Smith’ et cacher en partie le poulailler. Il va falloir trouver des plantes persistantes d’environ 50 cm de haut pour dissimuler les parpaings qui bordent le pied du poulailler (des graminées ? des fougères ?). Ces parpaings peu esthétiques ont été mis pour dissuader quelques bestioles de venir festoyer en se régalant de quelques poulettes au menu (ce qui s’est passé il y a quelques années). Le poulailler a été transformé en bunker.
Suite de l’aménagement demain.

Lundi 31

Difficile d’avoir un temps plus pourri pour terminer l’année : du vent et de la pluie. Bref un temps idéal pour faire une longue sieste avant le réveillon !
Etait-il vraiment sérieux de terminer ce matin les plantations (Michelia et Itea) sous un fin crachin alors qu’un rhume me cherche et que mon état est plutôt fébrile ? Quel gamin (malgré les années qui passent) ou quelle inconscience !
A l’année prochaine…



Les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année :
Retour en
Décembre 2011
Décembre 2010
Décembre 2009
Décembre 2008
Décembre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2012

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic