Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2013

Mercredi 1er


Cette année les griffes de muguet sont moins nombreuses. Il devenait envahissant et j’ai peut-être un peu trop nettoyé l’endroit l’année dernière ! De plus, il a beaucoup de retard. Il faut dire qu’avec ce début de printemps pourri, il était difficile qu’il en soit autrement.


J’ai commencé à mettre sur la pelouse toutes, en fait une partie des plantes bonnes à planter (arbustes achetés, vivaces en pot…). C’est bien d’avoir une serre pleine à craquer mais c’est encore mieux quand les plantes sont en place.
Quelques plantations ont été faites mais je passe du temps à préparer le terrain (foutu nettoyage !) et à me creuser les méninges. Et moi, mes méninges sont dans un état !!! (Ca sent le « Plus côté à l’Argus »)
Ont donc été mis en place : :
- Une belle potée de Centaurée montana ‘Jordy’ (fleur pourpre magnifique). Merci Michelle. Elle m’avait apporté de sa Normandie la blanche plantée la semaine dernière.
La variété 'Jordy' l'est tout autant
- 6 gros godets de Pratia pedunculata. Ce sont des plants récupérés dans un coin du jardin et qui, en pot dans la serre, ont eu le temps de se refaire une belle santé et proliférer. J’avoue avoir beaucoup usé mes neurones pour leur trouver une place adéquate.
- la Spirée media ‘Darsnorm’. Ce plant a une histoire… Mi-mai 2009, je visite un jardin du Centre-Bretagne avec la bande de passionnés. Je flashe sur une petite merveille d’environ 1 mètre, la propriétaire du jardin me donne une bouture que je réussis. Malheureusement, je vous parle d’un temps où j’étais encore jeune jardinier ( !) et la bouture à peine enracinée rejoint une plate-bande où elle végète un bon moment. Je me décide alors à remettre la plante en pot, elle séjourne en serre et en ressort aujourd’hui. Morale de cette histoire : prendre son temps et ne jamais se dépêcher de mettre les boutures en pleine-terre.

JPEG - 21.5 ko
Spirée media ‘Darsnorm’

- une Euphorbe. Laquelle ? Je ne sais pas car elle avait été plantée il y a plusieurs années mais elle semblait dépérir. Elle a eu droit, elle aussi, a un séjour en serre et, redevenue présentable, elle regagne le jardin. Je crois me souvenir qu’elle était pourpre mais pour l’instant son feuillage est bien vert.
Et ce soir, il reste un nombre non négligeable de plantes en pot, sur la pelouse, à planter !

JPEG - 28.3 ko
Quelques plantes à mettre en priorité
mais il y en a d’autres !

Jeudi 2

Pour la énième fois je pars pour planter et je suis obligé de nettoyer. Ca n’a pas raté encore aujourd’hui. Une grosse séance de broyage… de bulbes de narcisses blancs à moitié dégénérés (les fleurs, pas les bulbes) ! Une vraie cochonnerie et en plus ça encrasse le broyeur. Si je les broie c’est parce que s’ils sont mis au compost, ils en profitent pour se multiplier tout comme les bulbes d’Allium triquetrum.
J’aime beaucoup les Miscanthus mais les touffes, du fait du port retombant qui en soi est fort beau, prennent un peu trop de place en largeur et les plantes avoisinantes manquent d’air. 4 fers à béton, des branches de pommier et le tour est joué.

JPEG - 32.8 ko
Même les nunuches sont admiratives !


Remise en place de 3 belles potées du Fuchsia procumbens ‘Variegata’. Une merveille en 3 exemplaires : un dans la cabane, un dans un petit tonneau et un dans un pot à la sortie du garage.

JPEG - 27.2 ko
3 potées dans un coin de la cabane
2 graminées et un Fuchsia procumbens ’Variegata’
JPEG - 30.2 ko
La grosse potée de F. procumbens ’Variegata’ a retrouvé sa place.

Une découverte dont je ne suis pas peu fier : un Iris innominata. Une autre merveille d’environ 10 à 15 cm. Cet Iris a une histoire : il y a une dizaine d’années, on avait visité avec le groupe un jardin dans le Finistère et la jardinière vendait quelques plantes. On lui avait acheté un petit Iris innominata. Malheureusement il a très vite disparu et j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Ben oui, ne vous gaussez point, car cet Iris est difficile à trouver. Pendant 10 ans, j’ai traîné comme un boulet cette perte lamentable. Inconsolable vous dis-je… L’an dernier, toujours avec le groupe, je retourne dans ce jardin et je raconte à la jardinière ma mésaventure. Et que croyez-vous qu’elle fit la gentille dame ? Elle m’en a donné un autre ! C’est pas beau ça ? Et c’est hier que j’ai découvert la fleur à l’entrée de la cabane. Elle n’est pas belle mon histoire ?
Il y a ½ heure, je lui ai envoyé un mail de remerciements avec en PJ, la photo de l’Iris !

JPEG - 15.6 ko
le petit Iris innominata.
Vous connaissiez ?

Vendredi 3

La petite touffe d’Iris innominata a 3 fleurs… Pas belle la vie ?
6ème tonte du gazon
Dans la vie il faut parfois prendre de la hauteur, par exemple en montant sur un escabeau. C’est ce que j’ai fait aujourd’hui, et j’ai découvert le dessus de l’arche d’entrée. Elle est en bois… et le bois parfois, avec la pluie, ça pourrit ! Reprise des esprits… descente de l’escabeau… direction magasin de bricolage… pâte à bois. Il faudra terminer et lasurer au plus vite.
Y’ a des jours où ça n’avance pas. Les neurones sont bloqués. Rien à faire. Quand on n’arrive pas à trouver le bon endroit pour une plante, on peut se torturer les méninges dans tous les sens, quand ça ne veut pas, inutile d’insister et ¼ h après on revient dépité après 3 tours du jardin avec la plante dans les mains : elle revient au point de départ c’est-à-dire devant la serre. Vous connaissez ? Moi, c’est très souvent car j’ai souvent les neurones bloqués. Et le déblocage demande parfois quelques jours…
Toutefois, plantation :
- d’un plant de tomate cerise ‘Cocktail clémentine’ dans le potager au milieu d’un carré de Limnanthes douglasii ‘Meringue’ (blanches) en fleurs.
- d’une bouture de Choisya ternata ‘Aztec Pearl’. La bouture a été faite à l’automne. Elle a fleuri et le plant est bien enraciné. Il est placé en fond de terrain pour nous isoler de l’extérieur.
- du Syringa persica ‘Alba’. Une merveille de lilas à feuillage fin et à la floraison blanche superbe. Il y a déjà le Syringa laciniata à la floraison lilas.
- de trois plants de géraniums sauvages rapportés l’été dernier d’Alsace. Je pense qu’il s’agit de géranium pyreanicum.
C’est tout… Quand ça veut pas… Après 3 tours de jardin et un peu d’énervement, le Deutzia calycosa est retourné devant la serre (ainsi que quelques autres plantes !).
Petite remarque : j’aime bien le jardin en ce moment. C’est tous les ans la même impression à cette époque. Après, ça va se dégrader : trop de fleurs !!! Je ne blague pas…

Dimanche 5

Je passe un bon moment à bricoler le dessus de l’arche d’entrée  : pâte à bois puis lasure. Je n’ai pas terminé car il reste maintenant à passer une couche de lasure bleue pour la finition.
Le 2ème pommier basse-tige ‘Granny Smith’ subit comme le premier un élagage dont il se souviendra. Les petites branches sont coupées en petits bouts pour passer dans le broyeur. Les innombrables bouquets de fleurs y passeront aussi !
Un peu de désherbage pour me détendre (oui, je sais, je ne suis pas comme tout le monde !) et bouturage de 2 plantes rapportées des jardins visités hier avec la bande : une artémise canescens et un Tanacetum densum ssp amani.

Lundi 6

Plantation de deux plants de Dianthus carthusianorum dont l’un est une variété plus petite ‘Rupert’s Pink’. Ils ont été achetés il y a un an. Ils étaient toujours en pots. Oui, il m’arrive de prendre mon temps. On réfléchit à la vitesse que l’on peut et parfois ça « patine grave » !
Plantation des deux autres plants de tomate cerise ‘Cocktail Clémentine’ dans une grande lessiveuse placée dans le potager. Quelle calamité va leur tomber dessus ? Des limaces ? du mildiou ? Et si j’organisais un petit concours … qui va trouver le nombre de tomates-cerises que l’on mangera dans l’été ? Question subsidiaire : quelle calamité va s’abattre sur les plants de tomates ?

Après plus de 35 ans de jardinage, le premier conifère entre dans le jardin. C’est Chamaecyparis obtusa ‘Nana’. Il est planté en bout d’une plate-bande où sont stockés devant la serre les plantes prêtes à être mises en pleine terre. Pourquoi ce soudain intérêt pour les conifères nains ? Parce que je prépare une conférence sur les arbustes « bouche-trous » et ils sont intéressants à ce titre et parce qu’à Saint-Jean de Beauregard, on les a regardés d’un peu plus près. Il y a toutefois quelque chose qui me gêne : on lui prête l’intention de monter à 3 m ! Il va falloir que le Pèpère se calme parce que là où il est, il a intérêt à rester ‘Nana’.



La semaine dernière, achat d’un romarin pour mettre dans une lessiveuse dans le coin des aromatiques, persuadé qu’une lessiveuse était disponible. Erreur et du coup je me retrouve avec une plante sur les bras. Hier, tout à fait par hasard, je lui ai trouvé une place en bordure de ce que j’appelle le potager ! En visitant de nombreux jardins, je me suis aperçu qu’un potager ne ressemblait pas du tout à ce qu’il y a ici : il va falloir que je trouve un autre nom.

JPEG - 10.2 ko
La persicaire...
photographiée avant qu’elle ne disparaisse à nouveau !


Je l’ai retrouvé !!! Quoi ? La Persicaire (‘Red Dragon’ ? j’ai un gros doute). Où ? A l’endroit où elle devait être c’est-à-dire dans le carré des plantes à mettre en pleine terre ! J’ai dû passer 50 fois à côté sans la voir ! Sitôt trouvée, sitôt plantée…



Je ne vous l’avais pas dit (sacré cachotier !) mais il y a 3 semaines au retour de St Jean de Beauregard, j’ai trouvé la petite pompe de la petite fontaine très fatiguée : elle fonctionne mais elle est incapable de remonter l’eau. C’est ballot ! surtout au bout de 2 ans et quelques mois si bien que la garantie n’est plus valable. Aujourd’hui une neuve prend le relais (moins de 10 €, ça va). Quant à l’autre, celle des tonneaux, après plus de 10 ans, elle fonctionne toujours aussi bien… (pour combien de temps encore ?).

Mardi 7

Une petite heure de broyage pour commencer la journée, ça réveille !
J’ai enfin planté le dernier arbuste de St Jean de Beauregard, un Deutzia calycosa qui vient de chez Maurice. Quel Maurice ? Ben, je n’en connais qu’un… « Monsieur Viburnum » bien sûr ! Je n’arrivais pas à me décider pour l’endroit. Quel casse-tête les plantations, au moins quand on désherbe, les neurones tournent au ralenti… ça repose !
Gaspard est en fleurs ! Mais non, pas le petiot mais l’épimédium. Quelques petites fleurs qui s’annonçaient oranges (c’est ce que je croyais) mais elles sont lie de vin. Superbes. Je n’ai pas pris de photos car les fleurs étaient un peu fatiguées.
Ce soir, j’ai reçu un mail qui me confirme que la Persicaire n’est pas ‘Red Dragon’, ce qui me semble assez logique car du « red », y’en a pas (pour les ignares en anglais : y’a pas de rouge. Faut vraiment tout vous dire !). Il s’agit de Persicaire runcinata ‘Yunnan Giant’. D’après ma Bible, elle serait envahissante. Aïe… pas impossible que je la change de place !
Le compost déborde. Il faut le vider absolument. Ca tombe bien car il y a des endroits où un peu de compost en surface ferait du bien, par exemple sur les plates-bandes devant la maison.
Oui, je suis allé faire un petit tour dans le jardin devant la maison (je n’y vais que par nécessité, c’est-à-dire peu) et je n’ai pu que constater l’urgence salutaire d’une intervention du jardinier en chef ! Bref, c’est reparti pour un tour !!! Question d’habitude… et vous devez commencer à être habitués !

Mercredi 8

Broyage et nettoyage...
Non, c’est nettoyage puis broyage...
Quoi que il se pourrait bien que ... bref, j’ai nettoyé et broyé !

Jeudi 9

Du nettoyage dans le jardin devant la maison pour ne pas perdre la main, mais quelques plantations pour varier les plaisirs :
- Clématite ‘Alabaste’. Le plant est très beau mais l’ai-je acheté ou bien est-ce une bouture ? Aucune idée. Elle est plantée dans les arbustes de la haie de clôture à l’avant de la maison.
- Carex acutiformis planté dans le carré de graminées. Pour lui, c’est la même chose… d’où vient-il ?
En nettoyant j’ai découvert un arbuste planté l’an dernier. Il doit faire une petite vingtaine de centimètres. Il passe pour l’instant assez inaperçu mais quand on désherbe, on a le nez au ras des pâquerettes, ce qui permet de voir d’un peu plus près. Son nom ? Je ne sais pas ! Peut-être une Spirée media ‘Darsnorm’ obtenue par bouture. Mais si c’est le cas, cela veut dire que le 1er mai, j’ai planté un autre arbuste. Lequel ?
Hello… je perds la boule ? Y’a une bouillie là-haut ! J’ai le neurone fatigué, c’est sûr…
Ces jours-ci on a eu droit à la pluie et pendant que j’étais dans les bras de Morphée, quelques limaces se sont aventurées dans le carré d’hostas. Je vais faire hurler dans les chaumières, mais je ne suis pas du style faux-cul et j’assume, mais j’ai en réserve quelques « pilules bleues » pour cet endroit (et un ou deux autres particulièrement sensibles). J’ai tout essayé et j’ai vraiment l’impression que ces cochonneries se fichent de moi.
Le trou du compost est presque vide. Au moins 6 ou 7 brouettées de compost sont étalées sur les plates-bandes propres devant la maison.

Vendredi 10

Je déteste tondre et j’adore désherber… donc j’ai fini de désherber le jardin devant la maison. Et quand j’ai voulu tondre, il s’est mis à pleuvoir. Pas de déluge mais juste assez pour renoncer à pousser la tondeuse. L’herbe est un peu haute (pas étonnant avec le temps pluvieux de ces derniers jours) et je crains de devoir attendre lundi.
Aujourd’hui désherbage à 4 mains car j’avais de l’aide ! Et, c’est sûr, ça avance plus vite… Des débuts prometteurs pour mon jeune apprenti.

JPEG - 17.4 ko
Le geste auguste de l’apprenti jardinier


En nettoyant, j’ai trouvé un des deux Jovellana violacea planté à l’automne en piteux état (il n’apprécie pas trop la vigueur des vivaces voisines. Je n’ai pas bichonné pendant près de 2 ans cette bouture pour la voir mourir aujourd’hui. Solution radicale : elle est déterrée et elle ira se refaire une santé dans un pot (d’abord dans la serre). D’ailleurs, il est possible qu’elle reste en pot. Il y a un deuxième plant qui lui, se porte à merveille.

Dimanche 12

Dans une vie future je serai riche, j’aurai une grande propriété avec vue sur la campagne et des vaches (normandes évidemment), mais je n’aurai pas de trottoirs à nettoyer ! Car je hais les trottoirs… les trottoirs pourrissent ma vie de jardinier.
Et aujourd’hui, opération trottoirs à 4 mains. Chacun son trottoir ! Faut quand même éviter, le week-end prochain, lors de la visite des jardins des membres organisée au sein de l’association « Balades et jardins » que l’on fasse demi-tour au pas de course en voyant l’état peu engageant du trottoir. C’est, bien entendu, l’occasion de se rencontrer dans nos jardins et de partager notre passion mais ce n’est, en aucun cas, un concours de maisons fleuries. Aucun prix pour le jardin le plus soigné ou le plus fleuri. Mais tout de même…
Bref, on y aura consacré une bonne partie de la journée (j’avais choisi le plus petit ! pas fou...). Le travail sera fini demain.
Après avoir fui ce fichu trottoir, le jardin « noir » a été re-nettoyé. Je suis assez inquiet pour un Fagus sylvatica ’Rohan Weeping’. Il n’a toujours pas de feuilles mais son bois semble vert. Bizarre d’autant plus que j’en ai vu un hier dans un jardin et ses feuilles sont déjà formées. Oui, très inquiétant…

Lundi 13

J’ai fait un cauchemar cette nuit et ça m’a réveillé : le Fagus sylvatica ‘Rohan Weeping’ auquel je tiens est mort. Ca vous fait rire et vous croyez que je blague ? Pas du tout car c’est la stricte vérité.
Et puisqu’on parle de cauchemar… le trottoir n’est pas terminé !
Broyage pendant presque deux heures : de quoi faire un autre cauchemar !
Mais auparavant 7ème tonte du gazon. Tondre est pour moi une corvée mais quand, en plus, l’herbe est haute, on perd du temps parce qu’il faut vider souvent le bac et ensuite il reste des traces d’herbe coupée sur la pelouse. La corvée frise alors le cauchemar !
La vie de jardinier n’est pas un long fleuve tranquille !!!
Désherbage de quelques endroits du jardin. Je passe d’un endroit à un autre. Un coin du potager est nettoyé. Le carré de salades sera beau comme un sou neuf pour le week-end prochain… de quoi faire des envieux !
En nettoyant le pied de l’Albizia (envahi par cette cochonnerie d’Allium triquetrum), j’ai retrouvé un plant maigrichon (voire ridicule) de clématite qui n’avait jamais voulu pousser (et pour cause !). Il est déterré et mis en pot. Il est possible, en le bichonnant, de le sauver. Après des recherches dans mes fichiers sur l’ordinateur, j’ai retrouvé son nom : c’est ‘Hagley Hybrid’. Il était plus que temps d’intervenir.

Mardi 14

Du vent et un petit crachin… Bref, il ne fait pas chaud : un temps d’automne. Et pourtant, quand il faut y aller…
Journée plantations :
- une touffe d’Iris sibirica ‘Ships Are Sailing’ : j’adore ces Iris (celui-ci est bleu) et on le sait… c’est un petit cadeau.
- Alchemilla conjuncta (un autre petit cadeau de la même personne… ben oui, je sens que je vais faire des jaloux !). Je pense qu’il s’agit de A. alpina, d’après mes recherches. C’est un couvre-sol au joli petit feuillage.
- Callicarpa kwangtungensis (3ème cadeau… pour me consoler d’avoir pris une année de plus !). Vous connaissiez ce Callicarpa ? Moi pas ! Il doit avoir un joli feuillage d’automne et comme on sait que j’aime les feuillages d’automne ! Entre parenthèses, je pense que cet arbuste fera partie des plantes dont je ne saurai jamais écrire le nom de l’espèce.
- une bouture d’Anchusa. Je pense avoir senti l’été dernier que le pied-mère allait passer de vie à trépas. C’est une vivace superbe mais j’ai un peu de mal à la garder. Et pourtant… il y a une bonne quinzaine d’années un jardinier m’avait donné un plant. Il était tellement envahissant, sans compter qu’il se ressemait partout que je passais mon temps à arracher des petits plants…. jusqu’au jour où tout a disparu ! J’étais jeune !!! Et depuis je galère pour en avoir. Le dernier plant a duré 2 ans mais rien n’est ressorti cette année.
- deux dahlias au feuillage pourpre pour le jardin noir. Les tubercules ont passé l’hiver au sous-sol et ont été mis en février-mars en pot dans la serre. Il était temps de les mettre en pleine terre. Il s’agit de ‘Candy Eyes’ (floraison simple rose) et ‘Twinings After Eight’ (floraison simple blanche).
- le Jovellana violacea est planté dans un pot à la place d’un Muhlenbergia dumosa. C’est une graminée peu connue mais vraiment originale. Elle avait été achetée en septembre 2011 et comme j’avais lu qu’elle était assez sensible au gel, elle avait été mise pot et elle a passé l’hiver dans la serre. Le feuillage est sec, il a été coupé mais rien ne repart. Elle est donc plantée en pleine terre et on verra. Je sais dans quelle pépinière la retrouver au cas où… (« Jardin d’herbes », une pépinière bretonne que je vous recommande fortement).
- une Persicaire microphylla ‘Red Dragon’ et celle-là, c’est bien ‘Red Dragon’. Explications : l’amie-jardinière qui m’avait donné à l’automne une Persicaire, m’avait dit que c’était ‘Red Dragon’. En fait, elle s’était trompée et m’avait donné son autre Persicaire (P. runcinata ‘Yunnan Giant’). Or celle-ci s’avère être une vraie peste ! Jolie… mais peste tout de même ! Elle m’a donc apporté ‘Red Dragon’ qui est plantée là où j’avais mis la première. Quant à P. runcinata ‘Yunnan Giant’ elle pourra aller cavaler comme elle veut derrière la cabane. Comme elle veut… mais pas trop quand même ! Elle est sous étroite surveillance.
- une Stipa gigantea. Dans le carré de graminées, la Stipa gigantea a fait un beau bébé (un bon gros bébé) en bordure de pelouse. Impossible de la laisser là. Elle est replantée en fond de plate-bande au pied d’un Prunus padus ‘Colorata’, à l’endroit où il y avait jadis une… Stipa gigantea ! Peut-être avez-vous compris que j’aime particulièrement cette graminée majestueuse.
Un peu de broyage pour terminer cette journée (humide) en beauté…
Aïe, j’allais oublier de vous dire que je surveille le Fagus sylvatica ‘Rowan Weeping’ et qu’aujourd’hui j’ai découvert que des feuilles semblent se former. Il ne faut pas crier victoire top vite mais ça semblerait plutôt aller dans le bon sens. A suivre… le suspens est insoutenable, je vous comprends.

JPEG - 31 ko
Le Viburnum ’Shasta’ est en fleurs
et tous les ans, c’est le même spectacle.

Mercredi 15

Le taille-haie est de sortie : la bruyère arbustive (Erica mediterranea) et un Abelia ont droit à une petite coupe de printemps, juste un petit rafraîchissement.
Les buis (17 boules dont 16 dans le potager !) sont taillés. J’avoue avoir le coup de patte pour mettre les buis en boule (s’il n’y avait que les buis !).
A nouveau jardinage à 4 mains aujourd’hui : pendant que l’un est sur le trottoir (il n’a jamais été aussi beau !), l’autre est à 4 pattes dans la grande plate-bande le long de la rue. A ce propos, dans cette plate-bande il y a un Acer ‘Beni kagami’ au feuillage pourpre. A l’automne dernier je lui supprimé les ¾ de ses branches et je dois bien avouer que le pronostic semblait bien engagé. La seule branche qui restait partait à l’horizontale. Cette branche a été tuteurée à la verticale et aujourd’hui il est superbe. Le restera-t-il ?

jeudi 16

Confirmation : le Fagus démarre enfin ! Le salopard, il m’a fichu une de ces trouilles !
Plantations du géranium ‘Dark Reiter’ dans le jardin noir (sauvé in extrémis à l’automne : il a passé l’hiver dans la serre), d’une campanule makaschvilii (encore une plante sauvée de justesse). J’aurais dû travailler à « Médecins sans frontières » (médecins pour plantes évidemment !). Plantation d’une Centaurea cineraria dans le coin gris du jardin. C’est vraiment une plante que j’adore, mais je trouve qu’elle n’a pas grand-chose d’une Centaurée sinon sa fleur (sans intérêt). Son feuillage gris est superbe.
J’avais envie d’un autre Phormium noir dans le jardin noir. Et comme les gamins, il m’arrive de n’avoir aucune envie de patienter. Je sais dans quelle pépinière trouver celui que je veux (‘All Black’) et comme elle n’est pas bien loin, j’y vais et je reviens avec mais aussi avec une Hebe ‘Wiri Mist’. Ce serait peut-être celle que l’on a vue dans un jardin la semaine dernière et que l’on avait tous trouvée superbe.
Une bassine en zinc sur le mur de clôture placée près de l’entrée est assez décevante. Elle contient des perce-neige (qui ont fleuri) et des Ophiopogon planiscapus ‘Nigrescens’. Les perce-neige sont mis en pleine terre et les Ophiopogon rejoignent les autres dans le jardin noir. A ce propos, le jardin noir retrouve un peu d’allure mais il n’est pas terminé, loin de là. Patience… Dans la bassine, plantation d’un Erodium ‘Cézembre’ et de deux couvre-sol du style sedum ou succulentes (j’ai perdu les noms).
Une nouvelle journée à 4 mains (et à 4 pattes !) : les bordures de pelouse sont superbes… mais pour combien de temps ?

JPEG - 12.2 ko
La clématite ’Dawn’
Quand on est à 4 pattes le nez dans les plantes, on voit mieux certaines merveilles. ’Dawn’ en fait partie car ses coloris sont étonnants.

Vendredi 17

8ème tonte du gazon
Un peu de broyage.
Nettoyage (fin)
Bref, tout est (presque) prêt pour recevoir copains et copines !

Nous, on s’est fait refaire le brushing et on va sans doute animer un atelier « ponte ». Mais ont-ils prévu la dégustation d’œufs à la coque ? Bien entendu on ne nous dit pas tout !



Et moi j’anime l’atelier « Comment croquer un mulot ou… une mésange »… Je blague ! Pour une fois qu’il me donne la parole, si je ne peux pas un peu rigoler.


Lundi 20

Ouf... le week-end s’est bien passé et je pense que l’on peut dire que c’est une réussite. Je dis ouf, car c’est toujours un peu l’angoisse quand on organise quelque chose quelle que soit son importance. Le but était de faire connaître les jardins des membres de l’association "Balades et jardins" (on visite ensemble des jardins mais on ne connait pas le jardin de sa voisine de conférence !). Je l’avais déjà organisé 2 fois dans une autre asso dont je n’arrive pas à retrouver le nom (ce doit être l’âge qui fait ça, c’est terrible !). Je n’ai pu visiter que 2 jardins (puisqu’on ouvrit le nôtre) dont un que je ne connaissais pas (un vrai bijou ! je ferai une page entière sur le site).
Quant aux copains et copines qui sont venus ici ils n’avaient pas l’air trop désolés et aucun n’est reparti à la course ! Et ma modestie naturelle m’interdit de répéter ici les commentaires flatteurs devant le mini potager et ses superbes salades ! Je soupçonne même certains d’avoir, derrière mon dos, tâté les salades pour savoir si elles n’étaient pas en plastique… juste pour la déco du week-end. Et bien non, ce sont des vraies car il m’arrive, accidentellement ou par étourderie, d’oublier de rater les légumes !
Ca vous en bouche un coin !!!
Les nunuches n’ont pas eu l’air effrayé de voir du monde.



Ben un peu qu’on était contentes de voir des gens. On a même pondu deux œufs en leur honneur. Bien sûr y’a l’autre qu’à pas pu s’empêcher de minauder. La tueuse de mésanges s’est faite toute câline. Quel faux-cul celle-là !



Hé les deux harpies emplumées, vous avez passé la moitié du temps dans le poulailler bien au chaud. Aucun savoir-vivre !


Silence les bestioles…
Bref, ce week-end a été sympa. Convivialité, ambiance détendue et rigolade… et, cerise sur le gâteau : on revient avec encore des plantes à mettre en place, notamment des plantes données dans un des jardins.
Le jardin est presque en état, le week-end est passé et maintenant il faut remettre ça car en me baladant avec les copains et copines, je ne peux pas m’empêcher de voir… ce qu’il ne faut pas voir !
Aujourd’hui mon temps est plutôt consacré à la mise en place des plantes données par Jocelyne lors de la visite de son jardin. Donc plantations…
- d’oignons rocambole. 2ème tentative car la première fois fut un lamentable échec dont j’ai honte. Je l’avoue, mais à vous seulement, et ne le répétez à personne, que cela reste confidentiel : quand Nadine m’avait donné 2 ou 3 bulbes d’oignons rocambole il y a 2 ou 3 ans, elle m’avait dit que ce légume était inratable et que même si je voulais le rater je ne pourrais pas. Et je l’ai raté !
- un petit Iris jaune. Nom inconnu mais il viendrait d’une pépinière de Jersey. Superbe !

- une jolie petite graminée (nom inconnu !) est mise dans des petites bassines en zinc.
Certaines petites plantes sont mises en pots car trop petites pour aller en pleine terre.
Il était vraiment grand temps de palisser la clématite ‘Etoile violette’. Tous les ans elle me prend de vitesse. C’est une clématite vigoureuse et il faut la canaliser car sa place est limitée. Je fais donc un trépied de fortune avec 3 tuteurs de châtaignier. Elle a tendance à vouloir envahir l’Heptacodium et c’est hors de question. « Qui qu’est l’chef ? »

Mardi 21

En limite de terrain au fond du jardin, il y a une haie de persistants pour éviter d’avoir la vue sur un bout de champ plus ou moins bien entretenu. En fait, c’est plutôt moins que plus, car l’entretien se limite à une tonte par an ! Et dire qu’à notre arrivée il y avait des vaches… bretonnes, mais tout de même !
A l’automne dernier, j’ai, sur 6 m de long, taillé des arbustes devenus particulièrement laids (Berberis darwinii, Fusain, Prunus…). De 4 m ils sont passés à moins de 2 m. Autant dire qu’il ne reste que des troncs. Mais ça repousse ! Donc taille aujourd’hui à 1 m. Bien entendu la vue est encore plus dégagée sur le champ et la maison voisine. Je me décide à mettre une brande.

Mercredi 22

Le bricolage, c’est comme le jardinage : on sait quand on commence mais on ne sait jamais quand ce sera fini. C’est simple, quand je bricole, si je pense passer ¼ d’heure, au bout d’une heure j’y suis encore et aujourd’hui c’est ce qui s’est passé une fois de plus. Malgré le temps pourri de ce printemps (qui n’en est pas un), il y a des jours ou le soleil cogne dans la serre et les plantes situées sur la tablette juste derrière la vitre n’apprécient pas du tout. J’ai mis des ombrières sur le toit mais il faut en mettre sur les vitres du côté sud. L’an dernier, je les avais mises à l’intérieur ce qui est une erreur car la chaleur entre dans la serre entre le carreau et l’ombrière. Mise à l’extérieur, l’ombrière fait obstacle aux rayons du soleil. Je suis clair ou pas ? Bref, il suffisait de fixer les 4 panneaux sur les montants de bois de la serre. Fastoche et rapide à faire… ¼ h pas plus… Et c’est là que ça se complique car je n’ai pas les bonnes vis… direction le magasin de bricolage… mais en fait il fallait mettre des clous… les tasseaux de bois de l’an dernier sont trop courts… bref, une bonne heure après j’y étais encore. Bon, c’est pratiquement terminé. On verra la finition plus tard car le jardinage m’attend. Je devrais dire plutôt désherbage car j’ai repéré un petit coin de plate-bande pas net du tout.

JPEG - 18.6 ko
Les ombrières vues de l’extérieur
JPEG - 15.8 ko
la tablette est maintenant protégée

9ème tonte du gazon (on a de la visite demain !)
Pour terminer, un peu de broyage (pour varier les plaisirs !).

Jeudi 23

Pas de temps pour jardiner cet après-midi mais ce matin je me suis amusé à faire un nouveau personnage avec les tailles du pommier. Cette fois il est grandeur nature.

Lundi 27

Il y a un peu plus d’une semaine, j’ai acheté chez un pépiniériste du coin des arbustes en godets pour un prix dérisoire. Ils sont restés dans la serre mais je n’ai guère eu le temps de m’en occuper. 2 jours d’absence… la serre étant restée fermée, avec le soleil du week-end (non ce n’est pas une blague !), le Boronia heterophylla est fatigué ! Encore un jour et il passait de vie à trépas. Il a passé la nuit immergé dans un seau d’eau ! 4 arbustes sont donc plantés dans de plus gros pots (j’aurais dû commencer par ça !) : Myrthus ugni, Myrtus ugni ‘Flambeau’ et le Boronia. Pour les plantations définitives, on verra plus tard. 2 autres arbustes iront en pleine terre directement. Demain ?
Plantation en pot d’une petite plante adorable qui a été donnée par un couple que nous connaissons bien de la région de Nantes venu visiter le jardin lors du week-end de visites des jardins des membres de « Balades et jardins ». La plante est un Hypoxis parvula. Vous connaissiez ? Moi pas.

Les grands Iris germanica sont tuteurés… discrètement. Et à nouveau ce sont les cannes fines du bambou Fargesia rufa qui sont utilisées.
La serre a été mise en place il y a maintenant plus de 4 ans. Elle est en verre et bois. C’est du bois exotique mais il a besoin d’être protégé. J’ai donc commencé à le barbouiller d’huile pour teck. L’intérieur sera enduit avec de l’huile de lin. C’est moins pénible à passer que de la peinture, mais dire que je m’éclate serait très exagéré.
Super… Je connais maintenant le nom de l’Iris jaune planté lundi denier : c’est I. ‘Broadleigh Peacock’. C’est un hybride faisant partie du groupe « Pacific Coast ». Lui aussi n’a pas apprécié notre absence. Il a eu droit à une bonne douche et je vais le surveiller de très près.
Un grand moment... j’oserais dire HISTORIQUE : on a commencé à manger les salades du potager ! Vous ne me croyez pas ? Pas étonnant car j’ai vraiment eu du mal à le croire... Vous comprendrez certainement mon émotion en écrivant ces lignes car ces instants intenses font vraiment partie de ces grands moments qui marquent une vie. Si, si...

Mardi 28

De la pluie une bonne partie de la nuit. Ce qui n’est pas un mal mais les grands Iris germanica n’apprécient pas trop et un bel Iris majestueux parti à l’horizontale perd un peu de sa superbe ! Il faut donc continuer à tuteurer discrètement. Au fur et à mesure des floraisons, on note ceux qui sont à déplacer, à diviser, à supprimer. C’est maintenant qu’il faut le faire car dans un mois il ne restera que du feuillage. L’Iris noir du jardin noir ne fleurira pas cette année. Grrr…
Quelques Iris du jardin...



JPEG - 12.8 ko
Iris sibirica


Vous pourrez remarquer que ce sont des Iris pratiquement unicolores. L’Iris germanica est tout de même une fleur exceptionnellement belle. Bien sûr sa floraison est courte. Je pense que l’on pourrait être tentés de refaire une petite commande auprès de notre producteur préféré : "Jardin d’Iris à Bubry"
Le soleil revenu dans l’après-midi permet de continuer de mettre de l’huile sur le bois de la serre.
Il faut absolument planter mais je tourne en rond. Quelques arbustes à feuillages gris font 10 fois le tour du terrain et je n’arrive pas à me décider. Seul l’Erigeron ’Sommerschnee’ a été planté. Et une fois planté, je m’aperçois que ça ne va pas. Quand ça veut pas… Bref, d’autres occupations m’éloignent du jardin en milieu d’après-midi, donc on reverra ça demain !
J’ai réalisé qu’il n’y avait plus aucun Gaura dans le jardin. C’est impardonnable ! Direction la jardinerie toute proche et je reviens avec le seul plant de Gaura dans les rayons.
Mise en pot d’une graminée au feuillage rougeâtre  : Uncinia rubra ‘Belinda’s Find’. Elle m’a été donnée par un visiteur du jardin.

Mercredi 29

Chronique d’un jardinier dépité…
Re-pluie… re-froid…re-ras le bol
Je dois absolument tondre avant demain soir puisque l’on part visiter des jardins dans l’Orne le week-end prochain. Cela aurait pu être fait en fin d’après-midi mais j’ai eu la flemme car pousser la tondeuse n’est vraiment pas mon truc. A souhaiter que ce soit possible demain.
L’après-midi le soleil est revenu (par intermittence évidemment), il m’est donc possible prendre l’air et faire quelques plantations.
- une Hebe colensoi ‘Glauca’ dans un coin gris d’une plate-bande.
- une Hebe ‘Wiri Mist’. On l’a découverte dans un jardin visité il y a presqu’un mois. Elle est placée dans un angle de plate-bande pour le marquer car elle devrait former une boule.
- une lavande des Canaries. Elle a été achetée il y a plusieurs années et tous les ans elle meurt car elle est gélive. Mais, bien sûr, je la bouture en fin d’été.
- un Bidens triplinervia. C’est un plant qui m’avait été donné par un jardinier normand lors d’une visite à l’automne 2011. L’an dernier, le plant est resté dans son pot dans la serre et il a assez bien fleuri. Cette année il fallait bien se décider à le mettre en pleine terre.
En l’espace d’une semaine le jardin a changé. Je le trouve moins net. La pluie est passée par là. Certaines plantes défleuries sont à rabattre (giroflée ravenelle…) et les ancolies commencent à former des graines. On dit qu’un jardin ne doit pas être figé et changer suivant les périodes. Par moment j’aimerais bien qu’il me lâche et qu’il fasse sa vie sans avoir constamment besoin de mes services !

Jeudi 30

J’ai oublié de vous montrer ces deux iris.

JPEG - 22.3 ko
Sans doute notre préféré...
JPEG - 15.2 ko
Aucune idée de sa provenance... et de son nom d’espèce.

En mai, ce fut l’automne, donc, et mon raisonnement est imparable, en juin ce ne pourra être que l’hiver (quand a-t-on vu l’été arriver après l’automne ?). C’est la raison pour laquelle on a tronçonné des grosses branches du Morus et du Prunus padus taillés début avril. Prêt pour la cheminée…
10ème tonte du gazon.
Un peu de nettoyage, un peu de broyage, un peu de bouturage, un peu d’huile de lin pour la serre…
Depuis une quinzaine de jours j’avais repéré que le rosier ‘Burgundy Ice’ suffocait de plus en plus. Tous les jours, on le voyait de moins en moins car il est cerné par une touffe d’aster ericoides qui pousse de plus en plus. Pris de vitesse, j’ai réalisé aujourd’hui qu’on ne le voyait plus du tout. Il ne suffocait plus, il était au bord de l’apoplexie !

Il était grand temps d’agir. J’ai donc enlevé une bonne partie de la touffe, notamment la partie avant pour que le rosier voit un peu le soleil. De plus, j’ai taillé d’au moins la moitié de la hauteur. On verra comment il réagit. Comme il a tendance à faire une touffe trop haute, il a tendance à se coucher (ce n’est même pas une tendance, il se couche carrément. En le coupant de moitié, il devrait se ramifier et être moins haut. A voir à l’automne.

Plantation d’un Helicrysum italicum (plante curry) dans le coin gris dont je parlais hier.
J’avais prévu de planter un Ozothamnus rosmarinifolium ‘Silver jubilee’ au feuillage gris. Mais impossible de trouver la bonne place. Au bout du 10ème tour de jardin, il s’est retrouvé transplanté dans un plus gros pot et mis dans la serre. A voir plus tard !
En arrachant des rhizomes d’Iris germanica, je suis tombé sur une quantité impressionnante de gros vers blancs (un colloque ? une manif ?). Ils ont fait le bonheur des deux nunuches.

JPEG - 17.8 ko
"On ne peut pas manger tranquille ?"


Retour (les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
Mai 2012
Mai 2011
Mai 2010
Mai 2009
Mai 2008
Mai 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2013

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic