Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en janvier 2014

Mercredi 1er

Difficile de faire original pour souhaiter les vœux. Je vais faire simple : Bonne année ! Oui, c’est un peu court et ça manque de chaleur. Je recommence : que cette nouvelle année vous apporte joie, bonheur et surtout la santé. Ouais, question originalité on repassera. Et si je souhaitais « bon jardinage pour 2014 » ? Pas brillant… car je me vois mal vous souhaiter de tout rater : par exemple les légumes au potager ou les fruits (ça je m’en charge !). Je suis décidément désespérant. Donc le mieux est tout résumer dans une photo…

Le passage à cette nouvelle année a été copieusement arrosé. Mais non, ne vous méprenez pas, je parle du temps. Une journée de m… Du vent et de la pluie toute la journée. Oui, je sais, je me répète mais depuis plus d’une semaine on n’est vraiment pas gâtés question météo. De la flotte, il y en a partout. Heureusement, la terre ici est très légère (consistance du terreau), si bien qu’après trois jours de pluie continuelle, on peut jardiner sans problème. Heureusement aussi pour vous car si la terre était argileuse, je serais vite en chômage technique et vous seriez désespéré(e) de ne pas pouvoir lire ma prose quotidienne ! (je blague).
Cela me fait penser qu’il y a exactement 7 ans que cette chronique est commencée. J’ai écrit pour la première fois le 3 janvier 2007. Oups, ça ne nous rajeunit pas…
Vous avez compris, je n’ai pas mis le nez dehors…
Et le bilan 2013 au jardin ? Bof, bof. Je dirais même que je n’ai pas aimé. Un printemps pourri, un mois d’août catastrophique (au retour, un jardin grillé), un automne pas très flamboyant. En plus, je n’ai pas arrêté de nettoyer avec des périodes où j’étais complètement débordé. Les vivaces commencent à me fatiguer et les petits arbustes vont peu à peu les remplacer. C’est d’ailleurs ce que je suis en train de faire. Salut 2013… sans aucun regret !

Jeudi 2

2014 débute comme c’était terminé 2013 : nettoyage, broyage, tronçonnage.
Etonnant : aujourd’hui, pas de vent, pas de pluie et même un peu de soleil. Donc pas question de flemmarder à la sieste !
Un petit coin de plate-bande est nettoyé, ce qui me permet de découvrir quelques plants d’hellébores en boutons. Ca redonne un peu de baume au cœur…
J’abandonne assez vite car l’absence de pluie permet d’utiliser la tronçonneuse… électrique. Electricité et eau, il paraît que ce n’est pas recommandé ! Le travail de bûcheron n’est pas fait pour moi : ça tombe bien, je n’ai jamais souhaité être bûcheron ! Je veux dégager les souches mais le diamètre des troncs est d’au moins 40 cm ! Et moi au bout d’une petite demi-heure je capitule. Le Prunus s’est écroulé sur une touffe de bambous (ils s’en remettront), mais je redresse les cannes couchées et c’est l’occasion de supprimer les cannes sèches ou cassées. Maintenant le coin reprend vie. Bon, il reste encore du boulot et quand je vois tous les troncs couchés dans le champ qu’il va falloir débiter, je suis un peu affolé.
Le tas de bambou est broyé et donne presque 2 brouettes de broyat.
Au moment où j’écris… il vente et… il pleut ! Et c’est le régime pour la semaine à venir… Désespérant…

Samedi 4

Au risque de me répéter, mon but en 2014 est de réaménager les plates-bandes en diminuant le nombre de vivaces pour mettre à la place des petits arbustes (1,50 m grand maximum). La structure est créée depuis longtemps avec les arbres (qui veulent bien résister aux vents marins) et les grands arbustes. Mais j’en ai « ras la binette » du nettoyage incessant des plates-bandes. Ce n’est plus de mon âge !
Je ne vais pas vous refaire le couplet sur la pluie qui ne nous quitte pas. J’ai dû jardiner un petit moment sous un léger crachin parce que sinon je ne vais jamais arriver à avancer. Un nouveau coin est nettoyé mais j’ai surtout dans la tête de trouver les arbustes à planter aux endroits qui se libèrent. Hier, on a craqué pour un Corokia x virgata ‘Bronze King’, un deuxième Corokia x virgata ‘Sunsplash’, une Myrtus apiculata ‘Glanleam Gold’ (une myrte à petit feuillage persistant jaune). Les corokias sont des plantes de bord de mer qui supportent très bien les vents marins. Depuis une quinzaine d’années il y en a une dans l’endroit le plus venté du jardin. Aucun problème… sinon une année à cause du gel. Il a depuis une forme un peu tourmentée. De plus, on a acheté un Correa alba ‘Rosea’. C’est un petit arbuste persistant avec une floraison blanc-rosé en hiver. C’est une merveille. C’est le deuxième dans le jardin mais le premier n’a pas résisté à l’hiver qui a suivi sa plantation.
Ce soir (en tout cas ces jours-ci), je vais sérieusement réfléchir aux arbustes à planter à certains endroits. Il va bien falloir arrêter de collectionner les plantes en pots !!! Donc : papier… crayon… neurones… vaste programme et prise de tête.

JPEG - 16.3 ko
Le Correa alba ’Rosea’

Le Correa alba 'Rosea'
Le Correa alba 'Rosea'

JPEG - 32.6 ko
Corokia x virgata ‘Sunsplash’
JPEG - 24.1 ko
Corokia x virgata ‘Bronze King’
JPEG - 36.5 ko
Myrtus apiculata ‘Glanleam Gold’


Tous ces arbustes vont être plantés sous peu.

Dimanche 5

Ca devient rengaine mais aujourd’hui on a eu un temps tel qu’à 15 h, on pouvait imaginer être à la nuit tombée. Un temps à fermer les volets et se mettre sous la couette ou près d’un feu de cheminée. C’est la 2ème solution qui a été choisie.
Il fallait bien mettre le nez un peu dehors histoire de s’aérer les bronches. Je me suis contenté de modifier l’agencement d’une applique sur le mur de la maison à la sortie du garage. C’est un endroit à l’abri de la pluie (si, si, je ne blague pas ! mais c’est le seul.), si bien que rien ne pousse. J’ai essayé des succulentes, de l’helxine… il n’y a que quelques centimètres de profondeur, donc échec assuré. J’abandonne. J’ai mis une couche de cosse de sarrazin et des éléments de décoration (un ange, un oiseau et une bougie). Avant de prochains changements ?

J’ai un peu avancé dans mes réflexions pour les plantations. Ca cogite mais ça ne plante guère !

Lundi 6

C’est l’histoire d’un Hydrangea à floraison blanche (grosses inflorescences en boules). Il avait été obtenu par bouture au début des années 80 (1980 évidemment… je ne suis pas un perdreau de l’année mais tout de même !). Il avait été planté au Nord à l’arrière de la maison, dans un endroit où la profondeur de terre est limitée (on est sur de la roche). Bref, avec le temps sa floraison était assez limitée et en plus il végétait. C’était l’un des plus vieux arbustes et il était le baromètre du jardin : en été en période de sécheresse il était la première plante (arbustes, arbres et vivaces confondus) à donner des signes de fatigue. Depuis plusieurs années, je voulais l’enlever… c’est fait ! Quand il avait été planté, plusieurs boutures avaient dû être mises dans le même trou car j’ai récupéré 8 plants en faisant, en plus, des divisions. Ces plants ont été mis dans des pots. Ils devraient faire quelques heureux et heureuses dans quelques jours (j’espère en tout cas car les plants sont beaux). J’ai oublié de dire son nom. C’est probablement ‘Mme Emile Mouillère’. J’ai dit probablement car, comme écrit plus haut, il avait été obtenu par bouturage d’un plant dans un jardin voisin.
En enlevant l’Hydrangea, je ne pouvais pas ne pas enlever des bulbes de Cyclamen naepolitanum. Ils sont replantés ailleurs, avec d’autres cyclamens. J’aimerais bien savoir combien il y a de m² de cyclamen. C’est impressionnant. Il y en a même dans des endroits les plus improbables. En hiver, ils forment de superbes tapis au feuillage marbré. C’est le moment de profiter du réaménagement des plates-bandes pour les regrouper au maximum car certains sont dans des coins où il est impossible d’en profiter.
Mais quoi mettre à la place l’Hydrangea ? Oups… c’est là que ça se corse car il faut un petit arbuste (pas plus de 1,50 m) au port érigé car la place est assez limitée. De plus il ne doit pas être trop exigeant et se contentant d’un sol peu profond pouvant être sec l’été. Et l’idéal serait un feuillage lumineux (jaune ?) car c’est un coin plutôt sombre. Prise de tête… car dans ma liste de plantes disponibles, je ne sais pas s’il y a ce qu’il faut. Je cherche…
Donc on attendra pour les plantations. En attendant je nettoie !

Mardi 7

Quand j’ai mis le nez dehors pour aller jardiner, j’ai bien senti qu’il se passait quelque chose, que ce n’était pas comme d’habitude, qu’il y avait du changement dans l’air. Y’avait un truc, c’est sûr… mais quoi ? Et j’ai trouvé : il y avait du soleil !!! Bizarre : depuis qu’on ne l’avait pas vu celui-là, on avait presqu’oublié ce qu’est une journée ensoleillée ! Et ça requinque !
Même le premier crocus en fleur était tout guilleret.

Dans les années 80, 5 pommiers en espalier ont été plantés en bordure de ce qui était alors un potager. C’était du temps où j’avais quelques réussites avec les légumes ! Depuis, après l’agrandissement du terrain, le potager a changé de place et rétréci… comme mes compétences. Bref, ces pommiers n’ont pratiquement jamais donné de fruits (problème d’emplacement ? de taille ?... de jardinier ?). De plus, il y a une dizaine d’années des pucerons lanigères sont apparus sur l’un d’entre eux et se sont propagés aux autres. Impossible de m’en débarrasser. Conclusion : un pommier est mort et cette année un autre a fait de même cet été. Coup de chance : ce sont les pommiers situés aux extrémités de la rangée. Aujourd’hui le deuxième a subi les assauts de la tronçonneuse. Aucun regret. Quant aux trois derniers, ils n’ont qu’une utilité : servir de support à une clématite ‘Huldine’ ! Je sais : il n’y a pas que pour les légumes que j’ai une compétence très en dessous de la moyenne ! (je le dis avant que vous ne m’en fassiez la remarque !).
Faut-il ajouter qu’un petit bout de plate-bande a été nettoyé ?
Ce soir tout est rentré dans l’ordre : il pleut des cordes !!! Ouf…

Mercredi 8

Je procrastine (aujourd’hui je cause riche !).
Explications pour ceux et celles qui n’utilisent pas comme moi ce mot tous les jours : il y a une vingtaine d’arbustes à planter et je n’arrive pas à leur trouver la bonne place. Donc je repousse sans arrêt ces plantations au lendemain.
J’ai bien fait un plan des emplacements pour les mettre et j’ai la liste des arbustes. Si je mets celui-ci à cet endroit, c’est super, sauf qu’il va se trouver trop à l’ombre. Oui, mais si je le remplace par celui-là il n’y aura pas assez de place. Et si… et si.
Bon, le mieux est de… nettoyer, noter les places disponibles etc. On verra plus tard.

Jeudi 9

Hier , j’ai voulu jouer à l’intello ! C’est raté !!! Mes petits doigts potelés sur le clavier (étant plus rapides que mon cerveau) avaient écrit prograstine au lieu de procrastine. J’ai l’air malin. Promis, à l’avenir je resterai simple (je n’ai pas dit simplet !).
La tempête de la veille de Noël n’a même pas été capable de faire correctement des dégâts : il reste un tronc ridicule qui ressemble plus à un poteau de téléphone qu’à un Prunus padus. Il faut l’abattre c’est-à-dire le tronçonner par petits bouts. Petit souci : il se trouve coincé entre des fils de téléphone (comme par hasard !) et la « cabane ». Autant dire qu’il faut viser juste ! (la tempête a bien su le faire, alors pourquoi pas moi ?). J’ai donc commencé à supprimer quelques branches tout en haut. Mais il en reste encore car au bout d’une demi-heure j’en ai eu vite marre (sur le haut de l’échelle avec la tronçonneuse ou la scie, on se fatigue vite ! et je tiens à ma peau !!!). De plus, les branches restantes risquent de tomber sur les fils. Pour la suite, on verra car tout seul je risque de faire des âneries. Toutes les branches coupées sont passées dans le broyeur : plus d’une brouette de BRF tout de même.

JPEG - 14.7 ko
Perché en haut de l’échelle avec une tronçonneuse, c’est pas trop le moment de faire le malin !


Une clématite viticella qui recouvrait un Viburnum ‘Carlesii’ de plus de 3 m a été raccourcie à moins d’un mètre. A propos des clématites, comme tous les ans à cette époque, elles démarrent sérieusement. Ce n’est pas exceptionnel car ici certaines commencent à faire des bourgeons dès le début janvier. C’est pourquoi je les taille assez tôt. Un bambou a été complètement rasé. C’est le petit Pleioblastus auricoma. En le rasant, son feuillage jaune est beaucoup plus beau. Il ne dépasse pas 1 m.
Et tout ça est passé dans le broyeur. Cela va de soi.

Vendredi 10

Beaucoup de temps passé pour préparer des plants à donner demain à l’assemblée générale de « Balades et jardins » : 9 Hydrangea ‘Mme Emile Mouillère’, des touffes d’Iris Sibirica ‘Tropic Night’, des Salvia licioides et une Hebe microphylla.
Et bien sûr du nettoyage, interrompu par la pluie ! Sans commentaire…

Dimanche 12

Retour en haut du Prunus. Mais ne me prenez pas pour une mésange charbonnière, car je n’en ai jamais vu une faire cui-cui, en haut d’un arbre, armée d’une tronçonneuse. Résultat : une des deux branches qui restait est par terre ou plus exactement passée au broyeur et les fils de téléphone sont toujours là-haut. Il reste donc une dernière branche qui doit tomber du bon côté entre les fils et la cabane. J’étudie la stratégie… A propos de broyeur, le sapin de Noël est passé dedans (pas le père Noël, vu son embonpoint ! et puis il peut resservir…).
Un petit peu de nettoyage interrompu par… non, je ne dirai pas par quoi.

Lundi 13

Un grand moment aujourd’hui : première fleur d’hellébore. C’est toujours le même plant qui fleurit le premier. Cette fleur n’est pas ma préférée, mais c’est la première…

La plate-bande commencée hier est terminée et j’ai même désherbé un bout du dernier trottoir à remettre en état. Mais j’ai dû m’interrompre à cause de… j’ai dit que je ne dirai pas à cause de quoi !

Mardi 14

Une partie d’une plate-bande dans le fond du jardin est à aménager. J’avais commencé à créer une allée car cette plate-bande est trop profonde. Elle permettra d’entrer dans la plate-bande et de profiter des arbustes plantés. Je dois continuer mais avant il y avait du nettoyage à faire : aujourd’hui, suppression d’un Berberis darwinii (il y en avait 2 côte à côte, donc un de trop). Il est remplacé par un Osmanthus heterophyllus ‘Purpureus’. Un sureau mort depuis plusieurs années a été dessouché. Je n’ai eu aucun mal, ni pour l’un ni pour l’autre. Le coin est propre. Il reste maintenant à finir l’allée et planter.

JPEG - 52.1 ko
Un petit dessin pour vous expliquer ce que je veux faire.
Pas sûr que ce soit très parlant ! Mais faites un effort d’imagination, que diable !

Mercredi 15

Je me décide enfin à planter :
- une myrte à feuillage panaché de jaune (Myrtus apiculata ‘Glanleam Gold’). Elle remplace l’Hydrangea ‘Mme Emile Mouillère’. Son feuillage jaune devrait bien éclairer ce coin à mi-ombre. Sa taille est donnée entre 1,50 m et 3 m !!! Mais elle se taille bien.

- un Corokia x virgata ‘Sunsplash’. C’est le 2ème dans le jardin. Lui aussi a un feuillage jaune et vert qui devrait illuminer un coin au Nord très venté. Mais le Corokia supporte bien les vents.

- un Corokia x virgata ‘Bronze King’. Je vous laisse deviner sa couleur. Il est planté encore dans un endroit venté au pied d’un Exochorda. J’en profite pour déplacer de moins d’un mètre une Hebe ‘Wiri Mist’ plantée au printemps trop près d’un Daphné odora ‘Aureomarginata’.
Enfin, un rosier ‘Marie Curie’ planté au printemps est déplacé pour aller dans un endroit plus ensoleillé.
Je pensais continuer un peu de nettoyage mais le temps pourri calme mes ardeurs… et ça sent le rhume à plein nez !

Jeudi 16

Je l’ai vu arriver en douce mais maintenant il est bien là : le « rhube ». Il faut dire que jardiner relève de l’exploit : il faut viser les périodes entre les averses, c’est-à-dire sortir dès la dernière goutte tombée et rentrer au pas de course dès le début du déluge suivant.
Plantations dans une plate-bande de 4 arbustes : Campylotropis macrocarpa, Rhodotypos scandens, Prunus glandulosa ‘Alba-Plena’ et Correa alba ‘Rosea’. Il reste encore un peu de place pour 2 petits arbustes. A voir.

Vendredi 17

Ca baigne… Non, je ne suis pas en train de vous parler de mon état physique ou moral, je veux dire que le sol est gorgé d’eau. Heureusement ici la terre est très légère et non argileuse, sinon je serais au chômage technique. Le coin nettoyé aujourd’hui (le coin le plus humide du jardin) sature. Floc… floc…
Fabrication d’un pot avec 4 tuiles. J’ai commencé aujourd’hui. Je vous montrerai avec des photos quand j’aurai fini… si je réussis !

Samedi 18

Suite de la fabrication du pot avec les tuiles. Explications en images (ce soir, il reste à recouvrir de produit de ragréage teinté de noir).
- choisir 4 tuiles


JPEG - 11.6 ko
dessus
JPEG - 16 ko
dessous

- les placer en carré côte à côte. Les lier entre elles.



- Placer un fond. La forme des tuiles utilisées m’ont facilité la tache.

JPEG - 17.4 ko
Fixer un fond. Ici c’est une ardoise qui sera ensuite recouverte de mortier à prise rapide.

- Avec du mortier à prise rapide, sceller les tuiles entre elles.
- Recouvrir d’un produit d’accrochage puis d’un produit de ragréage.

JPEG - 12.4 ko
Produit d’accrochage.


Et pour finir la journée : encore un petit coin nettoyé…

Dimanche 19

Je pensais terminer le pot aujourd’hui. C’est raté car je suis en panne de colorant noir !

Encore quelques mètres-carrés nettoyés. Dans la plate-bande du fond du jardin qui m’occupe en ce moment il va falloir aussi faire du vide (notamment des touffes d’Aster ericoides envahissantes) et planter par la suite des petits arbustes.

Mercredi 22

Un emploi du temps chargé m’a éloigné du jardin, ce qui n’est peut-être pas plus mal par ce temps peu engageant quand on est un peu fébrile.
Aujourd’hui, c’est un retour timide car Pépé n’est pas très courageux, c’est le moins que l’on puisse dire !
Plantation de graminées dans un coin nettoyé il y a une quinzaine de jours. C’est l’endroit le plus venté du jardin, au dessus d’un muret. Le vent vient tout droit de la mer. Des graminées s’imposaient. C’est d’ailleurs ce qu’il y avait auparavant mais les Stipa arundinacea vieillissaient mal et prenaient trop de place. Ont donc été plantés 3 Carex buchanani et un Carex comans ‘Bronze Form’. En fait 4 graminées au feuillage bronze. C. buchanani a un port érigé pour le dessus du mur et ‘Bronze Form’ avec son port retombant est planté sur le bord du muret. Il faudra une autre graminée. A voir.

Le pot fait avec des tuiles est terminé.
Oui, je sais, ça ne fait pas grand-chose, mais qui veut voyager loin ménage sa monture… donc je me ménage !

Jeudi 23


J’ai rédigé il y a quelques jours un article sur la prêle (Equisetun hyemale). Et cela m’a donné des idées. Dans le jardin, la prêle, plantée au départ près des bassins, commence à coloniser des plates-bandes. Il faudrait donc regrouper tous les plants. Dans un premier temps, certains ont été plantés dans le pot terminé hier. Le pot est placé devant les boules de buis : opposition des lignes verticales de la prêle et des boules de buis. Je n’ai rien inventé car l’idée m’est venue en regardant les images du superbe jardin du Grand-Launay. Et tant qu’à copier, autant le faire jusqu’au bout ! Je vais donc créer un rideau de prêle derrière les buis. La tranchée pour la planter est commencée.


Vendredi 24


Consternant…
Repli dans le garage pour recouvrir de vernis anti-rouille un bidon de lait rapporté de Normandie à l’automne dernier. Aucune idée de l’endroit où il sera mis et comment il sera utilisé… Des boules commencent à s’abîmer. Sur les trois, une est bonne pour la casse. J’ai eu une idée : les recouvrir d’une pellicule de béton teinté. A la surface il y a des structures : il serait idiot de les supprimer.

Donc changement de technique : je recouvre au pinceau, il suffit que le béton soit assez liquide. Le résultat semble sympa. A voir quand ce sera terminé. Il restait du béton. Au lieu de le jeter, je recouvre 3 pots en utilisant la même technique. Cela donne une surface unie et non irrégulière comme avant (j’utilisais une langue de chat ou une cuillère à soupe… ou la main)

Samedi 25

Entre deux balades à pied, le « petit bonhomme » a la bonne idée de faire une longue sieste (j’ai découvert que l’art de la sieste était héréditaire !). J’en profite pour terminer l’installation du rideau de prêle. Pour éviter qu’elle ne cavale et se retrouve au milieu des buis ou de la plate-bande du potager, ce qui pourrait compromettre les futures récoltes (!!!), les bords de la tranchée sont couverts par une bande de liner pour bassin (un reste qui s’avère bien utile).

Pour le résultat… à voir demain en image. Désolé, pas le temps de faire des photos : le petit m’attendais !!!

Dimanche 26


Au péril de ma vie, je suis allé faire quelques photos… C’était la chronique d’un jardinier breton au bord de la crise de nerfs !!!

JPEG - 40.3 ko
L’aspect est noir si elle est mouillée et gris foncé par temps sec.
Le produit de ragréage a été mis au pinceau pour garder les dessins.

JPEG - 64.2 ko
A revoir quand les tiges seront plus longues et les plants plus fournis

Mardi 28

Je ne voudrais pas jouer la pleurnicheuse mais j’avais ce matin le moral au ras des chaussettes. Ce soir, c’est largement en dessous. Est-ce trop demander que d’avoir une journée sans pluie ?
Vu mon état de fébrilité avancée à cause d’un mauvais temps permanent, je me suis posé cette question en début de journée (j’allais dire ce matin… mais chez moi le matin se passe ailleurs !) : je reste à l’abri et je « pète un câble » ou je brave le crachin ? Choix cornélien…
Mon courage bien connu m’a poussé à faire un petit tour dehors pour remettre en état le petit carré sensé être un petit coin de potager qui se trouve à côté du rideau de prêle. Ensuite, quelques brouettées de compost sont répandues juste avant de capituler. Du crachin à petite dose, passe encore. Mais au bout d’un moment ça mouille !

Vendredi 31

Deux jours d’absence sous des cieux que l’on pouvait espérer plus cléments. C’est raté ! On revient avec quelques plantes car, c’est curieux, quel que soit l’endroit où l’on se déplace, il y a toujours une pépinière sur notre trajet !
- 4 graminées : Carex comans ‘Frosted Curls’, Carex tenuiculmis ‘Bronzina’, Carex testacea ‘Prairie Fire’, Pennisetum alopecuroides ‘Moudry’.
- Un Daphné mezereum ‘Rubra’
. Ca s’arrose ! Cela doit faire au moins 15 ans que je recherche cet arbuste dans les pépinières et hier celui-là me tendait ses petites branchouillettes. Attendrissant…
- Une Erica x darleyensis ’Spring Surprise’ (des bruyères d’hiver, il n’y en a jamais assez)
- un Mahonia eurybracteata ‘Soft Caress’. Vous connaissez ? Moi pas du tout. D’après mes recherches, ce serait une nouveauté. Fort intéressante d’ailleurs car si je n’aime pas beaucoup les Mahonias en général, celui-ci semble avoir des qualités : persistant, pour mi-ombre et ombre, floraison d’automne, mais en plus, le feuillage est gracieux et non épineux et il ne dépasse pas 1 m. Tout à fait le genre d’arbuste que je recherche.

JPEG - 23.2 ko
Le feuillage du Mahonia

- deux godets d’Iris reticulata bleus (2 variétés différentes ‘Harmony’ et ‘Sensation’)
Aussitôt de retour, je comptais faire quelques plantations. La pluie est arrivée et n’a pas cessé de tomber ! Et ce soir, pour couronner le tout, le vent se lève ! Le jardinage c’est bien, mais je sens que je vais me mettre au tricot !!!



Retour en
- janvier 2013
- janvier 2012
- janvier 2011
- janvier 2010
- janvier 2009
- janvier 2008
- janvier 2007
(les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en janvier 2014

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic