Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en juillet 2014

Mardi 1er

Je vais au plus pressé. Et avec mon âge bien avancé, il n’est pas bon de trop se presser…
La plate-bande du fond est à peu près nettoyée et à certains endroits la terre est recouverte de compost. Car il faut qu’avant de partir le compost soit vidé. Pourquoi ? Au retour, il faudra tailler, couper, nettoyer et si le trou du compost est plein, où vais-je mettre les déchets ? Chez le voisin ? Je sors donc de temps en temps quelques brouettes de compost. En général à la 3 ou 4ème brouette, je passe à autre chose… Quand je parlais de nettoyage, une grande partie du travail a consisté à raser totalement les innombrables touffes d’ancolies. Dans le jardin noir, les touffes d’Haloragis erecta ‘Wellington Bronze’ sont remises en forme car c’est une plante un peu foldingue.
En nettoyant la plate-bande j’ai malencontreusement marché sur la souche du rosier ‘Charles de Mills’. Coupé net : bon pour le champ d’à côté ! Faut-il vraiment le regretter ? Pas du tout car sans le faire exprès, j’ai supprimé un rosier qui aurait dû l’être depuis longtemps. Il a toujours plus ou moins végété. Je l’avais déplacé pour lui redonner une chance mais « Charly » jouait sa feignasse. De plus, les arbres poussant, il s’est retrouvé à mi-ombre, ce qu’il n’appréciait pas du tout. Depuis longtemps il était en sursis. Aucun regret. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire des boutures… au cas où…
Dans cette même plate-bande, j’ai retrouvé la clématite ’Blue Angel’ dont je vous parlais hier. On ne peut pas dire qu’elle soit vaillante (2 branchouillettes ridicules de 80 cm) mais, au moins, elle est toujours en vie. Il me reste à la bichonner !
Plantation de 3 plants de Dianthus ‘Sooty’. C’est un œillet des poètes aux fleurs chocolat (noir bien sûr). Ces plants qui étaient dans la serre ont été obtenus par bouturage.
Devant la serre, un petit carré est nettoyé pour semer de la giroflée ravenelle (il est grand temps !) et du lin bleu.

Mercredi 2

Une nouvelle grande plate-bande est en cours de lifting. On continue à couper petit à petit les roses fanées (ou pas…). Satanés rosiers : s’il y a bien un jardin que je ne pourrais pas avoir, c’est bien un jardin planté principalement de rosiers ! Mais je vous soupçonne de l’avoir compris depuis longtemps !!!
14ème tonte du gazon. Le peu de pluie tombée depuis le week-end dernier a requinqué la pelouse au point qu’elle aurait dû être tondue depuis lundi. Si cela n’a pas été fait, c’est parce qu’alors j’aurais dû remettre ça juste avant le départ. Vous connaissez mon allergie à la tondeuse, donc j’ai trouvé un compromis : tondre aujourd’hui car il était temps, mais cela m’évitera de le refaire samedi ou dimanche.

JPEG - 11.2 ko
Les clématites fleurissent les unes après les autres
Ici, ’Aljonushka’ que j’aime de plus en plus. De grosses cloches roses tournées vers le bas.

Jeudi 3

En ce moment, le jardin ne me déplait pas. La pluie de ces derniers jours lui a redonné des couleurs. Et quand on parle de couleurs, je parle bien sûr du vert qui est pour moi la seule qui soit importante et indispensable dans un jardin.
Il a fait une chaleur épouvantable aujourd’hui et ce n’est que vers 18 h que je commence à vivre dehors, ce qui est un peu gênant pour un jardinier !
La préparation du jardin continue… très doucement.
Les consignes pour l’arrosage sont passées à la personne qui viendra pendant notre absence. Je vais essayer de lui faciliter la tâche en regroupant les plants en pots à arroser dans ou près de la serre. Comme il y a un robinet à l’entrée de celle-ci, il suffit brancher un tuyau. Par contre, plusieurs arbustes plantés cet hiver pourraient souffrir donc une canne de bambou a été plantée à leur pied pour lui permettre de les retrouver plus vite. Elle n’est pas très jardinière, mais je sais qu’elle va faire pour le mieux.

Vendredi 4

Hier je dégoulinais à cause de la chaleur et aujourd’hui je dégoulinais, mais à cause de la pluie ! Un crachin bien breton mais qui ne saurait arrêter un Normand (bâtardé breton !).
Divine surprise : Je viens de retrouver la clématite viticella ‘Purpurea Plena Elegans’. Elle n’est pas très vaillante (2 tiges de 1 m) mais elle n’est pas morte. Elle avait simplement disparu depuis 2 ans. En tout cas, c’est ce que je croyais. Dans le Top 5 des clématites, il est évident qu’elle serait en très bonne place. Une merveille que je vais bichonner. J’ai déjà commencé car elle a eu droit à un arrosage copieux. En fait il y en avait une autre qui grimpait sur la serre, elle aussi disparue depuis 2 ans. 2 clématites sont réapparues en 2 jours. Jamais 2 sans 3 !!!

JPEG - 21.9 ko
Du temps de sa splendeur...


La glycine qui grimpe le long de la maison est taillée (avant que ses tiges fines ne s’immiscent sur le toit dans des endroits peu recommandés) ainsi que des grandes tiges d’osier vivant sur une structure. Une séance interminable de broyage s’ensuit. Saleté de broyeur !
Un nouveau coin du jardin est nettoyé. Ce sera probablement le dernier. Pendant ce temps, des doigts de fée coupent les roses fanées. Pas simplement les fanées d’ailleurs ! ‘Graham Thomas’ préparait une superbe floraison. De 2 m il est passé à moins de 50 cm. Avec un peu de chance, au retour on aura droit à de nouvelles fleurs.

Samedi 5

De la pluie toute la journée. Excellent pour le jardin qui est redevenu bien vert, un vert comme j’aime. Mais je pensais terminer la préparation du jardin pour notre absence aujourd’hui. C’est raté ! On verra demain.

Dimanche 6

TERMINE… Ouf, ça fait du bien quand ça s’arrête et tout compte fait, j’ai pratiquement réussi à tout faire avant de partir.
La journée a commencé par un nettoyage des plantes fleuries du trottoir : les valérianes et les Erigeron karvinskianus sont rabattus sévèrement. Au retour ces plantes devraient refleurir. C’est un travail qui a demandé près de 2 h tout de même.
Changement de paille dans le poulailler et l’enclos. Le fumier de poule est mis au pied de rosiers.
Le Liquidambar a des branches mortes. Je ne comprends pas bien pourquoi car elles se trouvent toutes du même côté de l’arbre. Elles sont coupées et broyées ainsi que des tailles de bambou. Une séance de broyage qui s’éternise et aujourd’hui je m’en serais bien passé.
Quelques derniers préparatifs : regroupement des plantes à arroser, les pompes dans les bassins sont enlevées (je crains que les algues filamenteuses ne bouchent les tuyaux) etc.
Bref, tout est prêt…

Et nous on garde la maison… de loin car il va bien sûr nous confiner dans notre prison dorée. Ben oui, il a changé la paille, ce qui n’était pas un luxe. Interdiction de sortir jusqu’à la fin du mois. Pas sûr que le voisinage ne nous entende pas gueuler le matin (oui, nous on ne cot-cot pas) pour demander à sortir. Il ne nous reste plus qu’à tourner en rond et… pondre des œufs pour la personne qui viendra arroser le jardin. Parce qu’en ce moment… on pond en rafale.
Il y a bien longtemps qu’il ne nous a pas donné la parole. Depuis… au moins ça ! Au cas où on ne vous aurait pas souhaité la bonne année 2014, joyeuses Pâques, il est encore de temps de se rattraper. Et comme on y est, pour être sûr que ce soit fait, des fois que l’on serait encore privé de paroles (avec lui, il faut s’attendre à tout), on vous souhaite un bon Noël et une heureuse année 2015. En attendant : bonnes vacances… si vous partez bien sûr.

Lundi 7


Ne déprimez pas, je vous écrirai, ne serait-ce que pour vous parler des jardins visités lors de notre séjour (j’en connais au moins 6 !), de nos achats de plantes...

Mardi 29

Alain… le retour…
Comme toujours depuis plus de 30 ans, au retour des vacances se pose toujours la même question : comment va-t-on retrouver le jardin ? A peine descendu de voiture après un bon millier de kilomètres, il ne faut pas plus 5 minutes pour avoir une idée des dégâts (s’il y en a !), et du travail qu’il reste à faire. Cette année le bilan est plutôt positif malgré le manque de pluie : la pelouse est verte et les plantes n’ont pas l’air de souffrir. Rien à voir avec l’an dernier au retour fin août. Il faut dire que la voisine venue arroser a bien fait son boulot. Mais bien entendu un bon nettoyage s’impose à nouveau dans toutes les plates-bandes. Demain, il faudra commencer par le plus important : tondre la pelouse. Une fois celle-ci tondue, le jardin va reprendre un aspect un peu plus sympathique.
Pendant ces trois semaines en Alsace, globalement le temps a été pourri avec parfois des trombes d’eau. On revient ici avec un temps chaud et sec. Ici, vous ne vous trompez pas, c’est la Bretagne. Et l’on dit qu’il pleut tout le temps en Bretagne ! Côté météo, la différence entre ces deux régions, c’est que dans l’une quand il fait mauvais temps, il tombe des seaux et le lendemain il fait beau. Dans l’autre il crachouille et le lendemain il bruinasse… Pour le jardin, aucun intérêt et en plus ça fait râler les touristes ! Bref, cette année, d’après les échos que l’on a eus à l’arrivée par notre jardinière-arroseuse-chef, il a fait beau et chaud.
Durant notre absence, le jardinage et les jardins n’ont jamais été très loin.
- Sur la route de l’aller : visites du village fleuri de Chédigny (à voir en juin car en juillet les roses sont pour la plupart fanées… mais il reste les vivaces), du festival des jardins de Chaumont sur Loire (incontournable… impératif… 5 h de visite, c’est trop court !), du jardin de Cuy en Bourgogne (superbe découverte).

JPEG - 22.8 ko
Ici, les trottoirs sont des mini-jardins...
JPEG - 35.2 ko
"Le jardin des poules" à Chaumont sur Loire.
JPEG - 41.3 ko
Le jardin de Cuy : reposant et plein de charme.

- Visite dans les Vosges du jardin d’altitude du Haut-Chitelet (sous un parapluie et dans les nuages !!! mais 201 photos quand même…)

JPEG - 24.2 ko
"Le Haut-Chitelet" dans les nuages : magique.

- Escapade dans le Jura avec le festival des jardins d’Arc et Senans (déception…), et du jardin « Les Pins Noirs » et du « jardin de Méli-Mélo ».

JPEG - 52.4 ko
"Les Pins Noirs"
JPEG - 57.2 ko
Le jardin de Méli-mélo

- Bien entendu, le Parc de Wesserling étant à 5 km de notre lieu de séjour, plusieurs visites s’imposaient (le potager avec ses nouveautés et le festival des « Jardins métissés »).

Vous ne serez certainement pas surpris d’apprendre que, comme tous les ans, une partie de la remorque contenait au retour un lot de plantes achetées, données ou tout simplement trouvées dans la nature.
- 3 Ipomées batatas (2 vertes et une pourpre). On trouve beaucoup cette plante dans les jardineries d’Alsace (il n’y a pas que des géraniums !)
- 1 Platycodon bleu (c’est le 2ème essai, mais c’est vrai que la floraison est superbe et cela vaut bien le coup de réessayer)

JPEG - 13.8 ko
Platycodon grandiflorus

- quelques succulentes
- 1 Sedum ‘Bertram Anderson’ (pour son feuillage pourpre foncé… vous devinez quelle est sa destination ?)
- 1 beau plant de Tulbaghia violacea. C’est vraiment une plante superbe avec une floraison exceptionnellement longue.
Des plants donnés (merci à Cécile et Claudie)
- une quinzaine de petits plants de Verveine bonariensis (ils sont dans des pots et iront dans la serre dans un premier temps). J’ai envie d’en planter dans le carré de graminées… et ailleurs.
- 2 plants de Calamagrostis brachytricha. C’est l’herbe aux diamants, une très belle graminée. Ces plants ont été obtenus par semis ! Trop fort Cécile !
- des boutures d’une petite symphorine (moins de 80 cm) dont le nom est à déterminer. Merci Claudie.
- des graines de Nigelle et de pois de senteur pourpre. Merci Cécile.
Des plantes trouvées dans la nature à quelques pas de la maison :
- 4 geranium pyreanicum (poussant naturellement sur le parking au milieu des mauvaises herbes !)
-  2 petites fougères trouvées dans un vieux mur (Asplenium trichomanes).
C’est tout !!!...
… pour les plantes car il faut ajouter quelques éléments de décoration. On en reparlera plus tard.

Je viens de réaliser que l’on ne pouvait plus accéder au site depuis ce matin. Je n’en connais pas la raison et je vais essayer de contacter mon informaticien au plus vite… s’il n’est pas en vacances ! Ces lignes seront donc sur le site… plus tard ! Grrrrrr….

Mercredi 30

15ème tonte du gazon. Ce fut assez long car l’herbe était assez haute mais le jardin a pris un coup de jeune… quand on le regarde de loin, bien sûr.
Le nettoyage commence et comme toujours par le jardin situé devant la maison. La première chose à faire a été de couper les cannes de bambous qui sortent régulièrement de terre dans une plate-bande dès que j’ai le dos tourné. Je vous avais expliqué que le Phyllostachys ‘Aurea’ avait trouvé des portes de sortie de l’enclos en parpaings et pierre ! Un jour j’en viendrai à bout. Mais ce jour n’est pas arrivé !

Jeudi 31

Pas de temps pour jardiner. Je me contente de passer du Rustol sur une grille et une colonne métalliques rapportées d’Alsace. Elles serviront de support pour grimpantes. Les bestioles du jardin (je parle des objets métalliques de déco) reçoivent une couche de Rustol (produit anti-rouille. Je voulais le faire avant de partir mais la réfection des bancs et salons m’a pris beaucoup de temps, plus que prévu en tout cas.

JPEG - 28.2 ko
Reste à trouver où les mettre !


Retour
Juillet 2013
Juillet 2012
Juillet 2011
Juillet 2010
Juillet 2009
juillet 2008
juillet 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en juillet 2014

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic