Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en septembre 2014

Mardi 2

Dans les jours à venir, les travaux dans le jardin devraient être plus réguliers et donc avancer plus vite.
C’est la période où l’on trouve dans tous les coins du jardin des araignées. Personnellement j’ai tendance actuellement à me déplacer dans toutes les allées la bouche fermée et en brassant de l’air. Oui, c’est un peu ridicule mais gober une araignée ou me prendre une toile en pleine figure… j’aime pas ! Chacun son truc…
18ème tonte du gazon
Nettoyage (suite) dans le carré appelé potager. A propos de « potager », c’est l’endroit où se trouvent 16 belles boules de… buis ! (non, on ne mange pas les feuilles de buis en salade !). En mai-juin, j’ai oublié de les tailler. La taille a donc commencé ce soir mais demain il va falloir fignoler. Quand on nous a donné ces buis, ils étaient petits sans aucune forme, bref ils étaient franchement laids. Et maintenant les boules sont vraiment superbes.
Certains petits éléments de décoration sont remis en place… ce qui prend du temps, ne serait-ce que pour trouver le bon endroit.

Mercredi 3

Il y a des jours où, si je m’écoutais, je me ficherais des paires de baffes. Depuis que je jardine, c’est-à-dire que « je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître », je fais régulièrement la même ânerie : transplanter une plante au moment où l’on s’aperçoit qu’elle n’est pas au bon endroit sans attendre la période propice. Au moment où je donne le coup de bêche pour l’enlever, je me dis que j’ai tort mais je le fais tout de même. Combien de plantes perdues comme cela ? La dernière en date est un Physocarpus opulifolius ‘Little Devil’ planté il y a moins d’un an. Tout début juillet, à 3 ou 4 jours du départ en vacances (ça ne pouvait pas attendre ?), je n’ai pas pu m’empêcher de le déplacer d’environ 1 m. Toutes les précautions possibles ont été prises. Je savais que je prenais un gros risque d’autant plus que la personne qui est venu pendant notre absence ne l’a pas vu. Je pense qu’il est grillé. Il a été bien arrosé depuis notre retour mais je ne me fais aucune illusion. Aïe !!! Non, ne vous affolez pas, je viens simplement de me mettre deux baffes… Je crois savoir dans quelle pépinière il est possible de le retrouver, elle n’est pas loin d’ici. Aïe ! (je m’en suis remis deux autres). Et dire que je ne pourrai pas m’empêcher de recommencer : c’est mon côté grand enfant qui ne veut pas grandir.
Un Liquidambar trône au milieu de la pelouse. Il doit bien mesurer pas loin de 10 m. Jusqu’à cette année, son feuillage traînait par terre. L’an dernier il a perdu quelques branches en bas (elles sont mortes sans que je sache pourquoi). Elles ont été enlevées et j’en ai profité pour tout couper jusqu’à 2 m de haut. En fait le résultat est sympa car cela dégage le pied ce qui permet d’avoir une vue derrière l’arbre. Il fait moins écran.

JPEG - 22.6 ko
Le liquidambar déplumé du bas.


Les 16 boules de buis sont taillées. Je vais me lancer un compliment pour une fois mais j’avoue que je ne me débrouille pas trop mal pour manier la cisaille à buis. Pas d’utilisation de gabarit… tout à l’œil. Il en reste 3 autres à tailler dans d’autres coins du jardin.

JPEG - 35.7 ko
Pas trop mal non ?


Le nettoyage continue dans la plate-bande grise où un millier de petits plants de Cerinthe major ‘Purpurascens’ sont sortis de terre. Les ¾ iront au compost. Des personnes en souhaitent, mais je ne sais plus qui. Si elles lisent cette chronique, qu’elles viennent en chercher avant qu’il ne soit trop tard. Ces plants poussent autour d’une lessiveuse où se trouvait une superbe Centaurea cineraria. Plus exactement elle était superbe, tout près d’un Melianthus major… (du gris + du gris = j’adore). Mais il y a quelques jours, elle s’est écroulée, sans doute à cause de son poids ! Je vais en remettre une (elle est bouturée constamment) à moins que je me décide pour une Artémise ‘Powis Castle’. J’hésite.
Aïe ! 2 nouvelles baffes (ça c’est pour le prochain arbuste ou la prochaine vivace que je vais faire crever à cause d’une transplantation inappropriée).

Jeudi 4

Ce soir il doit rester un petit carré de 3 ou 4 m² à nettoyer. C’est l’endroit où la clématite lasiandra fait des ravages. Ses fleurs superbes sont toutes petites mais elle a une vigueur impressionnante, ce qui pose quelques problèmes car elle s’étale sur un rosier arbustif et un Exochorda ‘The Bride’. Sa floraison est tardive, vers septembre-octobre.

JPEG - 13.5 ko
Clématite lasiandra


Rien de bien original aujourd’hui sinon le bouturage d’un petit Acer japonais.

Vendredi 5

Il fait trop chaud pour travailler en milieu d’après-midi. Un peu de pluie serait bienvenue. Je sais que je vais faire hurler mais tant pis !
Le nettoyage complet du jardin est terminé. Mais maintenant il va falloir prendre le taille-haie, le sécateur, la cisaille et faire chauffer le broyeur car certains arbres et arbustes ont besoin d’une petite coupe (plus ou moins petite d’ailleurs).
Bref, ça continue… Mais pour varier les plaisirs je vais me lancer dans la fabrication de plusieurs nichoirs. J’en veux de tous les styles et toutes les formes dans tous les coins du jardin. Mais je n’en dis pas plus…

Samedi 6

Il y avait plus de 10 ans que l’on n’était pas allés à la fête des plantes au parc du Grand Blottereau à Nantes. Inadmissible car c’est une manifestation incontournable. On y a donc passé toute la journée : arrivée 10 h 45 (lever tôt ! car presque 2 h de route, il faut vraiment être motivé) et départ 18 h 30. On a raté quelques stands mais on a pris notre temps : on n’est pas là uniquement pour des achats, faut bien « causer » un peu avec les copains et copines que l’on retrouve, avec des lecteurs d’Arrosoirs et sécateurs rencontrés par hasard et évidemment les pépiniéristes. Il y a ceux que l’on rencontre régulièrement et il y a ceux que l’on n’avait pas vus depuis longtemps. Bref, une excellente journée bien sympa sous un soleil de plomb.
Et les achats ? On était venus pour des arbustes : sur 15 plantes, on a 2 arbustes !!!
Une pépinière belge
- Clématite viticella ‘Rosalyn’
- Clématite texensis ‘Princess Kate’

2 graminée à la pépinière « Les filles du Vent »
- Dichromena colorata
- Schizachyrium scoparium ‘The Blues’

1 graminée au “Jardin d’herbes”
- Mulhenbergia dumosa
Pépinière “Vert-Tige”
- Beesia deltophylla
4 fougères à la pépinière de référence en fougères : “Ecoute s’il pleut”
- Dryopteris buschiana
- Dryopteris dilatata lepidata crispa cristata
- Asplenium scolopendrium muricatum
- Polypodium glycyrrhiza longicaudatum

Pépinière “Le clos d’Armoise”
- Carex trifida ‘Rekohu Sunrise’
- Carex conica ‘Snowline’

Pépinière du jardin de Maulévrier
- Acer palmatum ‘Red Pigmy’
Et en plus : un seau à charbon (sans doute en laiton) et un arrosoir (sans sécateur !).
A la pause sandwiches sous les arbres, 3 jardinières expérimentées que je connais bien m’ont assuré que le Physocarpus ‘Little Devil’ repartira. Je ne le crois pas du tout. On verra bien. En tout cas, si elles se trompent, c’est-à-dire si elles m’ont donné de faux espoirs, je me venge et je balance les noms ! Tremblez nobles dames !!!

Dimanche 7

Et maintenant il reste à planter ! Comme d’habitude il va falloir prendre son temps, faire chauffer les neurones. Pour certaines plantes l’endroit sera facile à trouver, mais pour d’autres…

JPEG - 17.7 ko
Dichromena colorata dans un des tonneaux


Plantation du Beesia deltophylla qui est une plante d’ombre : endroit tout trouvé au fond du jardin sous les arbres au milieu des hellébores et des épimédiums.
Plantation du Dichromena colorata qui est une plante aquatique : endroit tout trouvé dans un des tonneaux.
Pour le reste, on verra.



Je hais Toby !!! Je parle du rosier-liane ‘Toby Tristam’. Vous devez vous souvenir que la tempête de Noël avait couché la structure et qu’il a donc été rasé à la fin du printemps à moins de 1 m. Je ne m’en suis pas occupé et j’ai eu tort car il a maintenant des branches de 4 ou 5 m. Il faut les réinstaller sur le support et là où il est c’est pratiquement impossible. Les branches sont donc taillées et il est re-palissé sur la colonne. Après plus d’une heure, il reste encore quelques branches folles. Mais pourquoi avoir planté un rosier-liane ? Toby, tu me fatigues !!!
Les hérons sont revenus près des bassins... remis (presque) à neuf.

Lundi 8

J’étais parti pour donner 3 ou 4 petits coups de sécateurs pour finir le travail sur le vieux ‘Toby Tristam’. En fait j’ai passé une bonne heure pour terminer et plus une bonne heure pour nettoyer tout le coin. Donc mon brave ‘Toby’, je te préviens : tu te calmes et tu fleuris abondamment sinon tes jours sont comptés. D’autant plus que l’on me pousse à te faire passer de vie à trépas.
Un Viburnum burkwoodii mesure plus de 3 m et gêne le passage dans une allée. De plus, il est entièrement recouvert d’une clématite viticella défleurie. Le Viburnum va prendre une grosse claque, même si ce n’est pas la bonne époque, et la clématite va être raccourcie à moins d’un mètre. Faites chauffer le broyeur ! J’ai commencé mais j’en ai pour un petit moment.
Il fait une chaleur épouvantable et le seul endroit où il fait bon, c’est près du broyeur au sous-sol !

Mardi 9

Coup de chaud… A quand un peu de fraîcheur ?
Pas trop de temps pour jardiner donc taille du Viburnum et de la clématite (suite) puis broyage. Le broyage demande plus de temps que la taille !

Mercredi 10

Viburnum burckwoodii et clématite viticella : terminé. Le broyage aussi. Ouf ! Le coin est plus aéré. J’en ai profité pour couper les branches les plus basses du Ginkgo biloba. Les végétaux plantés à son pied respirent mieux. Je ne sais pas si vous vous souvenez que je lui avais coupé la tête car avec le vent il avait une fâcheuse tendance à prendre un air penché. J’avoue que j’avais quelques inquiétudes. Il a très bien réagi et il fait une nouvelle flèche pour l’instant verticale. Elle est d’ailleurs avertie que si un jour elle perd le sens de la verticalité, le broyeur l’attend.
Hier, on est passés dans une pépinière que j’apprécie beaucoup (pépinière de Kerzac’h) pour acheter un… Physocarpus opulifolius ‘Little Devil’ ! Et si l’autre daigne redémarrer, comme m’assurent les copines, il y en aura deux. Et alors ? Pas de problème. On a acheté également un nouveau Corokia virgata (c’est le 4ème). Cette fois c’est le cultivar ‘Red Wonder’. Avec les plantes achetées à Nantes, dans les jours à venir il va y avoir des plantations à tout va.

Jeudi 11

On varie les plaisirs ! Cette fois le taille-haie est de sortie. Il fallait dégager une allée comprise entre la haie de clôture et les pommiers en espalier. Dans cette haie, il y a des Pttosporum tenuifolium qui ont pris un volume plus que conséquent depuis 3 ou 4 ans. Je me demande comment je vais faire pour les tailler à nouveau en boule. Sur les côtés, pas soucis, mais sur le dessus ? Même perché sur mon grand escabeau, je suis loin du compte ! Les nouvelles branches sur les 3 pommiers en espaliers sont sévèrement raccourcies : une taille en vert tardive ! Miracle : 2 pommes !!! Youppiiiii… Quant au ‘Granny Smith’ qui croulait tous les ans sous les pommes, cette année, pour la première fois il n’en a aucune !
Achat de 3 pots en ciment de tailles différentes (c’est un lot à un prix très intéressant). J’étais parti pour un seul pot mais quand on vous en propose 3 pour le prix d’un, il faudrait être un goujat pour refuser ! Pourquoi acheter un pot ? Pour y planter l’Acer ‘Red Pigmy’ ! On a réalisé que son feuillage foncé ira très bien dans le jardin noir. Aujourd’hui, le pot a donc été recouvert de produit de ragréage teinté en noir.
Ce soir, au menu : côtes d’agneau et haricots frais du jardin ! Mais si, mais si… Attention, je n’ai pas dit que c’était du nôtre !!! C’est un couple d’amis jardiniers qui nous a apporté une cagette de haricots. Pas belle la vie ? Je n’apprécie pas beaucoup les haricots en conserve ou congelés mais les haricots frais… J’en bave rien que d’y penser ! Il y en aura pour plusieurs repas : je me dis parfois que la vie vaut parfois d’être vécue !!!

JPEG - 12.6 ko
L’Heptacodium miconioides est en fleur. Une merveille.

Pour en savoir plus sur cet arbuste

Vendredi 12

L’Acer ‘Red Pigmy’ est dans son pot dans le jardin noir.
19ème tonte du gazon.
Ras le bol de la chaleur et du soleil. Quelques bonnes averses feraient du bien au jardin… et au jardinier. Je surveille les plantes car certaines donnent des signes de fatigue. Ce n’est pas catastrophique mais il faut rester vigilant.
Je vais bientôt m’amuser à construire des nichoirs mais aujourd’hui, j’ai commencé par enlever et nettoyer au jet d’eau 2 nichoirs et 2 mangeoires en contre-plaqué d’extérieur. Elles sèchent… Je remettrai les nichoirs très vite. Cette année, on a eu des nichées de mésanges dans 2 nichoirs dont l’un en terre cuite.
J’avais besoin de plantes à donner demain pour la tombola de « Balades et jardins » après la conférence sur la couleur orange. J’en ai trouvé 5. Cela m’a permis de faire un peu de nettoyage dans la serre… et du vide.
Malgré mon âge avancé, il m’arrive encore de me surprendre. Quand j’ai des plantes à placer, il me faut parfois un temps fou pour trouver le bon endroit (ou que je crois être le bon endroit). Aujourd’hui, je pensais à tout (et surtout à rien, ce qui est bien moins fatigant) mais en regardant des arbustes dans une haie, cela a fait tilt : c’est là que je dois planter les deux clématites. C’est arrivé comme une évidence… et je me suis félicité d’être encore aussi performant avec si peu de neurones encore en bon état !

JPEG - 10.3 ko
’Princess Kate’
Je la cherchais depuis plusieurs années (je parle de la clématite car pour la Princesse quelqu’un est passé avant moi !)
JPEG - 16.9 ko
C. viticella ’Rosalyn’
Ses petites fleurs chiffonnées sont originales.

Elles sont plantées à 1 m de distance dans des arbustes encore petits.

Dimanche 14

Entre le mur de clôture qui longe la rue et la « cabane » il y a une petite surface qui se trouve dans un coin du fond du jardin. C’est là que se trouvait feu le Prunus padus mort la veille du dernier Noël. Quand je dis mort, ce n’est pas tout à fait exact car j’ai découvert aujourd’hui une repousse d’une trentaine de centimètres avec de superbes feuilles. Dommage pour lui, il va bien falloir qu’il comprenne que pour lui, ses jours sont comptés et que ce n’est pas la peine de me faire du charme avec ses jolies feuilles toutes jeunettes.
Il va donc falloir réaménager ce coin d’environ 3 m sur 3 m.
Problème (car il y a évidemment toujours un problème ! sinon la vie serait tellement monotone) : ce carré est entouré de bambous. D’un côté ce sont des Fargesias qui se tiennent tranquilles mais sur un côté il y a des bambous cavaleurs qui commencent à envahir l’espace. Il faut donc absolument agir en faisant une petite tranchée avec une barrière. Re-problème : faire une tranchée, c’est facile à dire mais beaucoup moins facile à faire quand des rhizomes ont déjà sournoisement commencé à cavaler.
Conclusion : avant de planter (un cornus hongkongensis notamment), il faut faire cette tranchée et il y en a pour un bon moment. J’ai commencé aujourd’hui et au vu de ce que j’ai fait, je pense que l’on va me voir souvent dans ce coin. Et sous le soleil qu’il fait en ce moment, manier la pioche, la hache (pour couper les rhizomes) et autres outils du même acabit, c’est un plaisir… que j’aimerais bien vous faire partager ! (levez la main les volontaires !)

Lundi 15

Ce matin je continue mon dur labeur et j’avance… très lentement (en fait, c’est très très lentement).
Heureusement, en fin d’après-midi, un très jeune footballeur vient me sauver. Enfin un peu de détente… d’autant plus que la partie se termine par une cueillette de mûres dans les chemins environnants.

Mercredi 17

Trop, c’est trop… Je frise la crise de nerfs, je suis au bord du « pétage de plombs »… retenez-moi car je vais « m’énerver grave »… Le soleil, j’en ai ras la casquette. En réalité, je me ramollis, je me décompose et je sue à grosses gouttes dès que je bouge un orteil. Je n’en peux plus ! C’est vraiment trop demander que souhaiter quelques bonnes averses et un peu de fraîcheur ? La pelouse commence à jaunir et moi je suis vert… de rage. Il faut surveiller les plantes et donner à boire dès qu’elles commencent à prendre un air de chien battu. Demain, quelqu’un a eu la bonne idée d’organiser des visites de jardins avec l’association « Balades et jardins » et ce quelqu’un n’en mène pas large : comment seront ces jardins ?
Ce matin, suite de la petite tranchée qui longe les bambous. Ca avance… doucement mais il faut vraiment être motivé pour manier la pioche par un temps pareil.
Plantation dans un pot d’une superbe graminée, le Mulhenbergia dumosa.
Dans le jardin noir, un Lophomyrthus x ralphii ’Kathryn’ est très mal en point. Il a été planté récemment et n’a pas apprécié notre absence de juillet. Il n’a plus une feuille et la couleur du bois n’inspire pas confiance. Il est enlevé, mis à tremper dans un seau d’eau et placé dans un pot. Il est remplacé par le Physocarpus ‘Little Devil’. Auparavant, une bouture est tentée car avoir plusieurs ‘Little Devil’ ne me déplairait pas. C’est la version naine du Physocarpus ‘Diabolo’ au feuillage pourpre. ‘Diabolo’… ‘Little Devil’… vous suivez ?

Jeudi 18

Encore une journée de visites de jardins bien sympathique. On était plus de 40…
Le matin, visite du jardin Nelly et Eric sous la pluie (on était dans le Finistère !)

L’après-midi, visite du jardin de la pépinière de Stéphane Bellec sous le soleil (on était dans le Morbihan !)

Quelques plantes à rapporter (difficile de ne pas craquer !) : 2 graminées et 2 asters. Sans compter que deux charmantes jardinières m’avaient apporté des plantes : des boutures du fameux rosier ‘Hot chocolate’ (j’ai tellement dit que je le voulais que je pourrais bien avoir une indigestion de chocolat chaud !) et une centaurée montana noire (cela pourrait bien être ‘Black Sprite’… à vérifier.).

Samedi 20

La tranchée le long des bambous avance un peu.
Plusieurs arbustes près de la rue ont pris trop de volume, notamment des Pittosporum tenuifolium (ce sont des boules de 3 à 4 m). Le taille-haie a chauffé. Petit problème : comment, avec mes petits bras et mon escabeau, tailler le dessus ? On verra plus tard… En attendant, il y a un tas impressionnant de branchages à broyer. J’ai commencé mais c’est un boulot interminable.
Je recommence le nettoyage du jardin par le devant de la maison. Cette fois, je vais noter toutes les modifications à apporter : plantes mal placées et à transplanter à l’automne (c’est demain mais on est en plein été avec une terre sèche), plantations à faire (notamment des plantes achetées dernièrement) etc.

Dimanche 21

Toujours la tranchée… au bout d’une heure maximum, j’arrête… épuisé.
Broyage… au bout d’une heure maximum, j’arrête… énervé.
Le nettoyage devant la maison est bien plus reposant. Cela dit, c’est un endroit où je me bagarre avec des… bambous cavaleurs ! Un comble.
Et toujours aucune pluie !!!

Lundi 22

La journée d’aujourd’hui est un parfait copier-coller de celle d’hier !

Mardi 23

Il paraît qu’aujourd’hui est le premier jour de l’automne. Difficile à croire car ici le temps est désespérément ensoleillé et surtout il ne pleut pas. Or la terre est vraiment sèche et si le jardin reste bien vert, je dois surveiller certains arbustes qui ont besoin d’arrosage. De plus certains arbres et arbustes perdent leurs feuilles, notamment le cognassier (l’arbre fruitier).
Même programme que ces derniers jours : le jardinage est souvent répétitif ! Pour éviter que le bambou cavaleur continue à gambader joyeusement, je pose une chute de liner pour bassin qui restait et dont je ne vois pas l’utilité. Je vais en profiter pour border également un Fargesia. Entre les deux, un Cornus hongkongensis sera planté. Je crois déjà l’avoir écrit. Ne m’en veuillez pas, mais avec l’âge je radote !
Changement de l’eau dans les tonneaux. Pour vider l’eau, j’utilise le vide-cave si bien qu’au lieu de passer ½ h avec un seau, je mets 5 minutes. Il n’y a pratiquement plus aucune algue filamenteuse. Est-ce dû au produit mis dans l’eau ? A voir…

Mercredi 24

Il a plu ! Au moins 3 gouttes au m². Bon d’accord, j’exagère un peu : on dira 2 gouttes. C’est mon côté méridional qui exagère un peu et qui s’emballe pour rien qui ressort. Quoi ? Je suis bien en Bretagne Sud tout de même !
La journée s’est passée comme toutes les autres depuis plusieurs jours : lutte anti-bambous le matin, broyage en début d’après-midi (je n’ai broyé que la moitié du tas !) et nettoyage devant la maison en fin d’après-midi. C’est terminé devant et sur le côté de la maison. Il va falloir que je me décide à planter les végétaux achetés dernièrement car j’en ai un peu marre de les stocker en bas de la descente du garage. Normalement c’est prévu pour demain.

Jeudi 25

Terminé !!! Les bambous ont été isolés pour éviter qu’ils continuent à coloniser le coin derrière la cabane. Le terrain (moins de 10 m²) a été défoncé à la pioche car la terre est dure à cet endroit et surtout très sèche. Elle a ensuite été recouverte de broyat (je n’ai toujours pas terminé de broyer les tailles des derniers jours !) puis de compost. C’est l’occasion de commencer à vider un des trous du compost. Et pour finir arrosage copieux.
Plantation de 3 graminées :
- Molinia caerulea ‘Edith Dudzus’
- Schizachyrium scoparium ‘The Blues’
- Schizachyrium scoparium ‘Bue Heaven’
Et je m’arrête là car pour trouver des emplacements pour les autres plantes achetées dernièrement, c’est la prise de tête.
Quelques plantes sont arrosées copieusement car la sécheresse commence à sévir. Un Deutzia calycosa, notamment, a des feuilles qui pendouillent dangereusement. Mais il n’est pas le seul !

JPEG - 13.8 ko
Le Chysanthème ’Soleil d’or’ est en fleur.
Acheté l’an dernier, la touffe devient belle.

Mardi 30

Je sais, vous vous posez des questions : « Mais que fait-il ? », « Aurait-il décidé d’arrêter cette chronique par manque de temps, de motivation ? », « Aurait-il tout simplement un coup de mou ? » etc. Que nenni… Je vous sens inquiet(e)s. Soyez rassuré(e)s : tout cela est dû à un week-end prolongé à 2 h de route d’ici.
Ce soir il y avait à la télévision « le jardin préféré des Français » et on ne voulait pas rater ça car de tous ces jardins, on en connaît 7. Celui qui a gagné (le jardin d’Entêoulet) fait partie de la liste des jardins que je veux visiter depuis plusieurs années. Malheureusement, quand on habite dans le Morbihan, on ne va pas tous les jours dans le Gers ! On visite environ 20 à 25 jardins par an et je suis bien souvent impressionné par le travail et le sens artistique de certains jardinier(e)s. Beaucoup de jardins sont de vraies œuvres d’art et les jardiniers des artistes au même titre que les peintres.
Et le jardinier besogneux s’est remis au boulot…
Broyage du reste des tailles. J’en suis venu enfin à bout. Pour terminer, les feuillages et les petites brindilles sont passés dans la tondeuse car sinon j’y serais encore !
Les 2 nids sont remis en place. Je pensais commencer à en fabriquer de nouveaux, mais on remettra ça à plus tard, faute de temps.
Plantation de graminées dans le carré de graminées. Elles viennent remplacer un plant de Stipa arundinacea. Il s’agit d’un Panicum virgatum ‘Prairie Sky’ et deux Stipa brachytricha (herbe aux diamants)



RETOUR
Septembre 2013
Septembre 2012
Septembre 2011
Septembre 2010
Septembre 2009
Septembre 2008
Septembre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en septembre 2014

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic