Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mars 2015

Retour le mois précédent, en février 2015


Dimanche 1er

Plantation d’un Berberis thunbergii ‘Clairon Rouge’. Il m’a été donné hier. Une belle bête car il mesure 1 m, c’est-à-dire sa taille adulte.
Nettoyage du jardin devant la maison. Oui, c’est reparti une fois de plus !

Lundi 2

Suite du nettoyage devant la maison. Les rosiers (il y en a 7 dont un grimpant et un arbustif) sont taillés. La grande période des échardes va commencer ! Que voulez-vous, je ne sais pas travailler avec gants et je ne les utilise qu’en cas de nécessité absolue, c’est-à-dire pratiquement jamais. Je ne suis pas comme une jardinière (dont le mari est très connu) qui jardine toujours avec des petits gants… blancs !!!

Mardi 3

Fin du nettoyage devant la maison. La petite pelouse est tondue et sa bordure est refaite. Enfin le trottoir devant ce coin de jardin est remis en état : les touffes de valérianes et d’Erigeron karvinskianus sont rasées. Des petits plants d’Erigeron ainsi que des touffes d’Ipheion uniflorum sont récupérés : ils devraient faire le bonheur de quelques jardinier(e)s.

Mercredi 4

1ère tonte du gazon. Je le trouve bien fatigué à certains endroits. Il va falloir le scarifier et le booster mais pour l’instant j’ai mis à certains endroits (où il y a de la mousse) de la chaux magnésienne. Le terrain étant acide, cela peut être une raison pour laquelle il y a de la mousse. La chaux, en remontant le Ph, peut avoir un effet bénéfique. J’ai mis également de la cendre de bois.
Toujours devant la maison, dans un coin du terrain il y a un Phyllostachys aurea. La touffe est trop dense. J’ai commencé à supprimer des cannes mortes. Il faudra ensuite éclaircir pour aérer la touffe. Les cannes sèches sont passées au broyeur. Sans problème et j’obtiens un broyat homogène alors qu’il ne broie pas correctement les cannes vertes. Décidément ce broyeur est caractériel !
‘Arabella’ est une clématite qu’on apprécie beaucoup. Mais elle a un gros défaut : elle n’a pas de vrilles pour s’accrocher. Il faudrait l’employer en couvre-sol au milieu des vivaces. Là où elle est plantée, il faut la faire monter impérativement. Je lui ai donc refait un tuteurage avec des cannes fines du bambou Fargesia rufa : un croisillon triangulaire.

JPEG - 67.8 ko
Discret et pas cher !

Jeudi 5

Très franchement, en toute modestie bien sûr, j’ai envie de m’applaudir, de me féliciter, de me congratuler… Est-ce l’arrivée du printemps (on n’en a jamais été aussi près) qui explique ce regain d’énergie ? Est-ce le beau temps ensoleillé ? Mais en tout cas aujourd’hui j’ai travaillé comme un jeune jardinier débutant. J’ai même zappé la sieste ! C’est dire…
Nouvelle pulvérisation de produit anti-mousse sur la maison. Du soleil pour plusieurs jours : il fallait en profiter.
Récupération, à nouveau, de cannes mortes du Phyllostachys et broyage.
Nettoyage du coin de jardin situé sur le côté Ouest de la maison. Plantation à cet endroit entre un Miscanthus et un Corokia d’une dizaine de plants de Verbena bonariensis. Ces plants sont des semis spontanés ou des plants donnés l’été dernier par une jardinière qui ne sait plus quoi en faire !
Arrosage de la pelouse là où j’ai mis de la chaux. Oui, j’aimerais bien qu’elle disparaisse car marcher sur la pelouse et rentrer ensuite dans la maison n’est pas sans laisser quelques traces sur le carrelage ! C’est la même chose avec l’engrais.

Vendredi 6

Après ce regain d’énergie, aujourd’hui je me suis un peu traîné…
Plantation d’un œillet blanc : pour le parfum…
Devant le grand portail sur le côté de la maison, le bout de trottoir avait besoin d’un petit relooking. C’est fait et c’est plus accueillant. Et ensuite, nettoyage pour changer.
Petit problème : le compost déborde. Je ne vois pas bien ce que je vais faire. Je ne sais pas quand il a été vidé la dernière fois, mais j’ai l’impression que c’est tout récemment.

Samedi 7

Rien à faire : il va falloir vider le compost. J’ai commencé aujourd’hui.
La pelouse n’est vraiment pas belle à quelques endroits. Il faut donc employer les grands moyens. Je pensais scarifier à ces endroits avec le scarificateur mais je l’ai prêté ! Je suis donc obligé de le faire au râteau-scarificateur. Heureusement que la surface est petite car mes petits bras musclés fatiguent vite. J’ai répandu, là où la scarification est faite, un terreau basique (très basique !). La suite sera pour demain… ou après-demain !
Le pommier ‘Granny Smith’ est taillé. Vous connaissez ma capacité à faire pousser des fruitiers qui ne donnent pas de fruits, mais il y a un seul pommier qui donne des fruits, c’est le ‘Granny Smith’. En général il y en a trop mais pour la première fois il n’en n’a pas donné un seul l’an dernier. Allez savoir pourquoi ! Des mauvaises langues diront que je l’avais mal taillé…
Aujourd’hui, il y avait comme un petit air de printemps et jardiner était un régal. Nettoyer les plates-bandes était jubilatoire !

Dimanche 8

Les ombrières sont remises sur le toit de la serre, côté sud. En ce moment il y a du soleil et derrière la vitre ça cogne ! Les boutures n’apprécient pas trop : le thermomètre mini-maxi indiquait mini 5°C (normal car le chauffage fonctionne !!!), maxi 40°C !!! Moi à cette température, je me décompose… alors une petite bouture !
Les plates-bandes au Nord à l’arrière de la maison sont nettoyées. Il y a notamment beaucoup d’hellébores (mais moins de floraisons qu’il y a quelques années… bizarre) et la terre nettoyée est recouverte de Litobiosol (voir article).
J’ai fini de scarifier les endroits abîmés de la pelouse. Le terreau recouvre ces endroits. Il ne reste qu’à semer. De l’engrais gazon est répandu sur une partie de la pelouse.
Les perce-neige commencent à faner. Dommage. Mais les Crocus sont toujours là et les narcisses arrivent… avec le printemps ?

JPEG - 10.5 ko
Il y a des Crocus un peu partout
mais il n’y en a jamais assez.
JPEG - 34.9 ko
Pour moi, la floraison des narcisses marque la fin de l’hiver et l’arrivée du printemps.

Lundi 9

Opération pelouse terminée : semis là où a été répandu du terreau, engrais sur la partie qui n’en avait pas eu hier.
Peut-être vous souvenez-vous que le haut du Ginkgo biloba avait été supprimé (plus de 2 m) car à cause des vents forts venant de la mer, le tronc avait une fâcheuse tendance à pencher. Depuis, trois nouvelles flèches bien verticales sont apparues. La plus belle est conservée

Mardi 10

Peu de temps pour jardiner. J’ai juste pu bouturer pour la Xème fois le Rubus parvifolius ‘Ogon’ que j’aime beaucoup. Si je ne les plante pas dans le jardin, je les donnerai à une prochaine tombola ! Ensuite, l’Hydrangea ‘Ayesha’ a été taillé.

Mercredi 11

Entre un entraînement de foot et une balade dans le coin (c’est mercredi donc la journée du futur Zidane !), j’arrive tout de même pendant la sieste du petit sportif à nettoyer un coin du pseudo-potager. En fait de potager, il sera réduit entre 2 et 3 m². Oui, quand même… On m’a toujours dit que je voyais les choses en grand, que je vivais dans la démesure. A bien y réfléchir, c’est bien possible.

Jeudi 12

Le jardin noir avait besoin d’un petit lifting. C’est fait et un sac de Litobiosol y est répandu. Un autre sac va dans le coin potager.

JPEG - 40.9 ko
Avouez que c’est quand même bien beau même si on ne voit pas les oignons
Je me suis dépêché de prendre une photo avant la catastrophe inévitable !

Plantation de 24 batavias : 12 vertes et 12 rouges plantées en alternance pour la déco… Plantation d’oignons blancs. La grande question que je me pose ce soir est la suivante : quelle calamité va s’abattre sur ces 2 m² de potager avant une semaine ? Une horde d’escargots ? un déluge qui va tout inonder ? Une sécheresse précoce ? Une taupe ? Un renard végétarien ? En tout cas, je n’avais pas terminé de planter qu’Anastasie qui m’ignore complètement quand je suis dans le jardin a trouvé le moyen de venir droit sur les salades pour essayer de « choper » une feuille. J’ai mis un filet par précaution.

Vendredi 13

Demain matin, je fais une conférence sur la couleur verte à l’association. Depuis plusieurs années, je donne des plantes du jardin pour la tombola. Aujourd’hui j’ai donc préparé le lot : des perce-neige, des Ipheion uniflorum, des Erigeron karvinskianus et des Cyclamens de Naples. Les Erigerons proviennent du trottoir car il doit y en avoir sur une bonne trentaine de mètres au pied du mur de clôture. J’en ai profité pour commencé à nettoyer ce satané trottoir. Il faut remettre en forme les touffes d’Erigeron, raser celles de valériane et bien sûr désherber. 50 m ne se nettoient pas d’un coup de baguette magique !

Dimanche 15

Plantation d’un Ribes laurifolius (arbuste à floraison… verte !) qui m’a été donné avant la conférence par un membre de l’association. Pas belle la vie ?
La plate-bande où il a été planté est nettoyée. Ce qui s’est fait rapidement car elle est recouverte de cosse de sarrazin.
Retour sur le trottoir. Ce soir, c’est loin d’être terminé !

Lundi 16

3 jours sur le trottoir, je suis usé ! (ne rigolez pas, c’est pas drôle !). En tout cas il est propre… mais pour combien de temps ?

Mardi 17

On quitte une corvée pour en continuer une autre : vider le compost. 3 ou 4 brouettes par jour c’est largement suffisant. D’autant plus qu’avec l’âge, le trou semble de plus en plus profond et le dos de plus en plus fragile ! Aujourd’hui, le jardinage est très limité car mon informaticien préféré passe à la maison pour faire le point sur le site internet… très important !

Jeudi 19

Un temps superbe pour jardiner…
Le compost est vidé : une corvée de moins.
J’ai passé la journée dans une seule plate-bande. Il faut dire qu’il y avait du travail (et je n’ai pas fini !). Elle est envahie d’anémones du Japon donc j’enlève régulièrement du printemps à la fin de l’été des petits plants de cette peste (sans doute très jolie, mais tout de même une belle peste !). De plus, des milliers de petits plants de véroniques sauvages apparaissent dans beaucoup de plates-bandes depuis 2 ou 3 ans. Je ne sais pas comment ils sont arrivés là mais j’élimine sans relâche. En viendrai-je à bout ?
Autre gros travail à cet endroit : supprimer un pommier ‘Granny Smith’. Aucun regret car il était en fond de plate-bande donc très mal placé. Le jardin a subi beaucoup de modifications si bien qu’il s’est retrouvé dans cet endroit incongru. Il donnait beaucoup de pommes jusqu’à ce qu’un chancre le fasse périr en 2 ou 3 ans. Il avait subi une attaque de pucerons lanigères et je crains fort que ces salopards soient un peu (beaucoup ?) responsables.
Demain, une corvée m’attend dans cette plate-bande. J’irai à reculons (ce qui, en l’occurrence, risque d’être dangereux), mais quand faut y’aller…

Vendredi 20

Pour une arnaque, c’est une belle arnaque ! Sur tous les calendriers, il est écrit que le printemps c’est aujourd’hui. Tu parles ! Foutaise… Le printemps, pour moi, c’est un minimum de chaleur, des petits oiseaux qui gazouillent, la nature qui explose, le soleil… Zéro ! J’ai eu froid toute la journée (le bonnet a repris du service), les zoziaux étaient discrets. Par contre, ils ne se sont pas trompés : on a bien eu une éclipse du soleil. Dans certains endroits le soleil s’est éclipsé quelques minutes. Ici c’était toute la journée ! Y’a pas à dire, ce n’est plus ce que c’était : une arnaque, je vous dis.
La plate-bande commencée hier est bien terminée. En réalité, je me suis contenté de raser à 10 cm un Lonicera japonica ‘Aureoreticulata’ qui avait recouvert un rosier grimpant palissé sur une arche. Mais cela m’a pris toute la journée. Je sentais bien depuis au moins 2 ans que le rosier manquait d’air. En fait, il y en a deux et ils couvrent l’arche sur plus 3 m de large. Ce Lonicera s’enroule sur toutes les branches du rosier : imaginez le travail ! Inutile de dire que pour une fois j’ai mis des gants !!! Ce soir les deux rosiers respirent et les tailles du Lonicera sont passées au broyeur. J’ai obtenu une brouette pleine à ras-bord de broyat. Le sol à cet endroit est recouvert de Litobiosol puis de broyat. En nettoyant le pied de l’arche, j’ai découvert deux clématites en vie (l’une sort de terre) que je croyais bien perdues à jamais.
Semis de persil : indispensable comme la ciboulette dans un jardin !

Dimanche 22

Tous les « Arrosoirs et sécateurs » n’étaient pas à Andel dans les Côtes d’Armor mais on était un bon petit groupe. Et que j’te fais la bise… et que j’papote… et que j’rigole… et que j’ t’explose le porte-monnaie. Bref, une journée bien sympa (petit bémol : pas chaudes les Côtes d’Armor !!!) et je ne voudrais pas oublier les pépiniéristes que j’ai eu plaisir à retrouver (jardiniers et pépiniéristes, c’est un peu une grande famille non ?) ou en connaître de nouveaux.

JPEG - 17.2 ko
4 fans d’ A et S frigorifiés photographiés par une fan d’A et S qui a incontestablement des problèmes de cadrage de photos !!!
Devinez qui peut bien être assez farfelu pour se balader avec un badge d’A et S ?


Pour nous, on a été moyennement raisonnables (mais après nous, la fin du monde et faire marcher le petit commerce des pépiniéristes est une bonne œuvre).
Il faudra donc planter dans les jours à venir :
- une giroflée ravenelle
- une barquette de Viola cornuta
- Eriostemon (syn : Philotheca) myoporoides
- Daphne x transatlantica ‘Eternal Fragrance’
- Pittosporum tenuifolium ‘Tom Thumbs’
- Epimedium acuminatum ‘Night Mistress’
- Epimedium grandiflora ‘Queen Esta’
- Primula ‘Gold Lace’
- Chionochloa rubra (une graminée bronze)
- Cassinia retorta ‘Ward Silver’
- Centaurea ragusina (doute pour le nom de l’espèce)
- Leptinella squalida
- Cornus hongkongensis

- Agapanthe
Les noms ont été livrés en vrac mais pour certaines plantes, vous aurez quelques descriptifs et sans doute quelques photos au moment des plantations. Bien entendu, pour éviter la surchauffe des neurones, les plantations commenceront par les plantes dont je connais déjà leur futur emplacement. Pour certaines, il faudra quelques tours de jardin et quelques neurones fatigués mais on verra…

Lundi 23

Il me faut toujours un temps fou pour faire les plantations. Il faut d’abord trouver le bon endroit (ce qui n’est pas une mince affaire pour certaines plantes. Je trouve tout de suite ou bien c’est le casse tête assuré). Mais une fois l’endroit déterminé, dans la majorité des cas, la plantation commence par une séance plus ou moins longue de nettoyage. Je ne supporte pas de planter dans un endroit qui laisse à désirer. C’est logique mais parfois cela prend des proportions un peu exagérées : pour planter un arbuste dans une plate-bande, je suis capable de nettoyer entièrement celle-ci, même si elle fait 30 m² !!! C’est la raison pour laquelle une plantation peut prendre plusieurs heures ! Bref, je suis en train de vous faire comprendre qu’aujourd’hui la moitié des plantes achetées hier n’a pas été plantée !
Sont tout de même mis en place :
- la giroflée ravenelle (on a flashé sur son coloris délicat)
- la barquette de Viola cornuta (parmi les 6 violas, il y a une jaune, une bicolore jaune et bleu et 4 cuivrées). Il y a une dizaine d’années, elles se ressemaient partout au point d’être une vraie peste. Maintenant impossible de les garder. Je régresse !!!
- le Cornus hongkongensis. Oui, ce n’est pas la peine de me faire remarquer qu’un Cornus hongkongensis avait été planté à l’automne. Ce n’est vraiment pas sympa d’appuyer là où ça fait mal car bien entendu il est mort. Je pensais que c’était à cause du gel mais d’après le pépiniériste, ce serait plutôt de soif ! Mourir de soif en Bretagne, faut le faire !
- le Pittosporum tenuifolium ‘Tom Thumbs’. Il est ajouté dans le jardin “noir”. Il y en aura donc 2 et c’est très bien. A propos de « jardin noir », ce n’est pas très facile à réaliser pour différentes raisons : c’est un jardin de feuillages (et non de fleurs) et les feuillages presque noirs sont en fait assez limités. De plus l’endroit choisi est assez chaud et plutôt sec. J’ai donc un peu de mal avec les heuchères. Par contre, l’Ophiopogon ‘Nigrescens’ se plaît. Mais un Normand bâtardé breton ne baisse pas les bras !
- le (ou la ?) Chionochloa rubra : c’est une superbe graminée bronze qui a fait un tabac auprès des copines du groupe. Elle est persistante, a un beau port évasé et ne demande aucun entretien.
- l’Eriostemon (syn : Philotheca) myoporoides  : petit arbuste persistant à la longue floraison blanche. Superbe… mais il y a un hic : sa rusticité. Je l’ai réalisé une fois acheté et j’ai eu confirmation dans les bouquins. De plus, il y en a eu un dans le jardin il y a quelques années : il n’a pas vu la fin du premier hiver ! Pas sûr que ce soit le meilleur achat de la journée…
- le Daphne x transatlantica ‘Eternal Fragrance’ : en revanche, ce petit arbuste bas, qui est une nouvelle obtention, semble n’avoir que des qualités : son parfum, son port, sa longévité (semblerait plus solide que le Daphné odora).

JPEG - 15.7 ko
Giroflée ravenelle
JPEG - 20.7 ko
Daphne x transatlantica ‘Eternal Fragrance’
JPEG - 27.4 ko
Eriostemon myoporoides

Mardi 24

Planter c’est bien, mais en observant de près le jardin, j’ai découvert que les plates-bandes du fond du jardin sont à nettoyer au plus vite car la véronique sauvage en prend un peu trop à son aise. Il va falloir agir très vite.
Plantation de l’Agapanthe (un beau pied-mère). Fleurira-t-elle ? Cette plante a du mal à fleurir ici et je ne sais pas trop pourquoi
2 plantes grises achetées dimanche sont à mettre en place. Mais, comme je l’écrivais hier, pour planter il faut faire place nette… et propre. La plate-bande grise est donc nettoyée entièrement. Pour les plantations on verra plus tard, sans doute jeudi car demain foot et balades sont au programme !
Quand on désherbe et que l’on a le nez au ras du sol, on fait souvent des découvertes que l’on ne voit pas normalement. Ainsi j’ai trouvé des clématites qui sortent du sol (j’espère que les escargots ne les ont pas encore repérées !) et il semble que le Melianthus major soit encore en vie car une petite pousse fait son apparition. Tous les ans c’est l’angoisse d’autant plus que c’est une plante qui sort de sa léthargie assez tard car elle aime la chaleur.

Mercredi 25

Une petite échappée dans le jardin pour installer dans la plate-bande grise une Centaurée. Son nom exact est très douteux et le pépiniériste en est conscient. Il me l’a vendue sous le nom de C. cineraria et je suis à peu près certain que c’est faux car je l’ai et sa floraison est mauve et non jaune. Un mystère à éclaircir… Je vais poser la question sur le forum. On ne sait jamais. Un Cassinia retorta ‘Ward Silver’ est également planté. Son feuillage fin est superbe. Enfin, nouvelle tentative de Primula ‘Golden Lace’. J’aime les Primula… mais elles ne m’aiment… Impossible à réussir.

JPEG - 26.5 ko
Centaurea (X )
JPEG - 47.8 ko
Cassinia retorta ‘Ward Silver’
JPEG - 23.9 ko
Primula ’Gold Lace’


Découverte d’une deuxième pousse du Melianthus major ! Bon signe.

Jeudi 26


Nettoyage d’une grande plate-bande dans le fond du jardin. Je pensais le faire dans la journée car enlever les mauvaises herbes (toujours cette satanée véronique sauvage !) va vite. J’avais simplement oublié que les arbustes qui servent de haie en bordure du champ qui se trouve derrière le terrain ont besoin d’une bonne taille avant qu’ils ne deviennent envahissants. Tailler, puis broyer prend du temps. Je terminerai donc demain.
J’ai remarqué que la poule Anastasia, depuis qu’elle a perdu sa copine, est beaucoup plus présente. Auparavant, les deux poulettes se baladaient toujours ensemble, en m’ignorant complètement. Depuis qu’Anastasia est seule, elle est souvent assez proche de moi. Je ne me lancerai pas dans la psychologie des gallinacées, mais il est possible qu’elle cherche de la compagnie. De là à jouer au petit coq, il y a un pas que je ne franchirai pas !

Vendredi 27

Jardinage toute la journée sous un crachin bien breton… à moins qu’il ne soit normand ! Ce crachin est plutôt bienvenu car depuis un bon mois il n’a pas plu et le jardin a besoin d’eau. Bien sûr, il ne mouille pas en profondeur mais c’est mieux que rien. La pelouse apprécie.
La plate-bande commencée hier est terminée. En réalité, j’ai passé une bonne partie de la journée à broyer pour obtenir au moins 5 ou 6 belles brouettes de broyat répandu sur la plate-bande nettoyée.
A propos de broyage, j’ai noté que le broyeur fait un bien meilleur travail depuis un moment. A force de bidouiller les réglages (au pif), il semblerait qu’il soit décidé à me donner satisfaction… au bout d’un an !

JPEG - 49.6 ko
Ca sent le printemps...

Samedi 28

Nettoyage de la plate-bande de graminées sous un temps très humide même si le crachin a cessé. Il faut savoir que quel que soit le temps, je jardine toujours à genoux. C’est sûr que depuis hier je rentre le soir avec un pantalon très décoré au niveau des genoux. Cela dit on a une très bonne machine à laver !

JPEG - 41.3 ko
Il faut maintenant attendre que les graminées s’étoffent.

Dimanche 29

3ème journée où « ça crachouille grave ». Mais aujourd’hui on a du vent en prime. Un petit bonus qui m’exaspère. Trop, c’est trop. Une peu de jardinage ce matin mais dans l’après-midi, au bout d’une petite heure, je baisse les bras. J’aimerais bien qu’un peu de soleil revienne pour pouvoir tondre la pelouse car elle en a besoin.

Lundi 30


Pas mécontent de la journée : la plate-bande qui longe la rue est remise en état mais il faudra y revenir très vite car les arbustes le long du mur sont à tailler. De plus le Morus kagayame a besoin de quelques coups de tronçonneuse.
En ce moment, je me bagarre avec deux pestes : la véronique mais aussi l’Allium triquetrum dont je n’arrive pas à me débarrasser. Je maudis la personne (je ne sais plus qui) qui m’a donné quelques bulbes. J’arrache sans relâche mais il y en a partout !
2ème tonte du gazon. Il était temps mais impossible de le faire plus tôt avec la pluie des derniers jours.
Je vous ai dit qu’il fallait faire un vrai plancher dans la « cabane ». J’ai donc commencé à enlever de la terre. Il faut le faire sur une vingtaine de centimètres et cette terre enlevée est répandue dans certaines plates-bandes. Dire que c’est une partie de plaisir serait exagéré mais je prends mon temps : une ou deux brouettes de temps en temps. J’aimerais bien que cette terrasse soit faite courant avril.

Mardi 31

Peu de temps pour le jardinage. Deux épimédiums achetés à la fête des plantes il y a une dizaine de jours sont enfin plantés. Ce sont deux petits bijoux : E. acuminatum ‘Night Mistress’ et E. grandiflora ‘Queen Esta’. J’aime beaucoup les épimédiums mais certains peuvent se montrer envahissants et les fleurs étant très petites, il vaut mieux les planter assez près de la bordure de la plate-bande. Il m’aura donc fallu 10 jours pour trouver les bons endroits.

JPEG - 10.5 ko
Epimedium acuminatum ‘Night Mistress’


Gaspard végète… Non, je ne parle pas du petit bonhomme mais de l’épimédium qui porte son nom et qui avait été planté il y a 3 ans pour sa naissance. Sous le Viburnum ‘Shasta’, il ne voulait pas démarrer. Il y a bien longtemps que je voulais le déplacer. C’est fait et il a été replanté par… Gaspard lui-même !



Retour en
Mars 2014
Mars 2013
Mars 2012
Mars 2011
Mars 2010
Mars 2009
Mars 2008
Mars 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mars 2015

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic