Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2015

Retour le mois précédent, en avril 2015


Vendredi 1er

Même pas plu !!! Comme quoi ceux qui prétendent que dans le Finistère il pleut tous les jours sont des mauvaises langues. Par contre, ici il a dû bien rincer car le pluviomètre débordait ce soir.
Superbe journée dans le vallon du Stang-Alar à Brest pour cette fête des plantes très cotée. Et en plus… en agréable compagnie.
Vous commencez à me connaître : aucune volonté et aucune envie de résister devant une belle plante. Et de belles plantes, il n’en manquait pas. On était venus pour des arbustes : chercher les erreurs dans la liste ci-dessous.
- Pseudopanax lessonii ‘Rangatira’
- Pseudopanax lessonii
- Osmanthus heterophyllus ‘Purpureus’
- Acer shirasawanum ‘Aureum’
- Spiraea nipponica ‘Snow Mound’
- Geum ‘Maï Taï’
- Aeonium ‘Schwarzkopf’
- Fetuca gautieri
- Narcisse bulbocodium
- Deinanthe caerulea

Et quelques plantes données par les copines qui nous accompagnaient
- Euphorbe mellifera
- 2 Corydalys flexuosa (2 bleus différents)
- petit sedum jaune de rocaille
- Woodwardia radicans (une fougère)

La semaine prochaine, « ça va planter grave »… Je sais à peu près où je vais planter tous ces végétaux donc les neurones devraient surchauffer raisonnablement.

JPEG - 14.5 ko
Un gâteau au chocolat bien sympathique...
Merci les copines...

Samedi 2


Dimanche 3

Pas le temps de jardiner : juste le temps de faire un tour dans le jardin et constater qu’après 2 ou 3 jours de pluie les plantes explosent… et je soupçonne les mauvaises herbes d’en faire autant. Bref, du boulot à venir alors que j’ai bien d’autres choses à faire : mettre en place les plantes achetées vendredi, tailler les Pittosporum, finir le plancher de la cabane, faire la terrasse à l’arrière de la maison etc.

JPEG - 17 ko
Le premier Iris en fleur : ’Mer du Sud’
JPEG - 30.7 ko
3 boules plantées dans un Acer dissectum
Mais elles ont un nom : la boule Mimi, la boule Françoise et la boule Coccinelle !

Lundi 4

Encore trop de choses à faire pour pouvoir jardiner longtemps. Désespérant…
6ème tonte du gazon
Le reste d’engrais pelouse à libération lente est répandu aux endroits où la pelouse est la moins belle. En fait avec la pluie, elle est superbe… un green de golf !

Mardi 5

De la pluie : oui… Du vent : non ! Et pourtant c’est ce que l’on a eu toute la journée. Les ancolies et les Iris sont chahutés et comme je suis une âme sensible, je souffre pour les plantes et en plus, ça m’énerve !
Encore peu de temps à consacrer au jardin, mais je peux planter un Osmanthus heterophyllus ‘Purpureus’ au jeune feuillage pourpre et un Pseudopanax lessonii au feuillage panaché de jaune. Ce dernier remplace une Restionacée (Rhodocoma gigantea) qui ne veut pas démarrer (le plant ne semble pas mort mais il est plus que fatigué).
Une amie jardinière qui était avec nous à Brest vendredi dernier m’a donné une Euphorbe mellifera de son jardin sachant que le plant qui est dans le jardin a vraiment du mal à pousser depuis 3 ou 4 ans. D’un pas alerte, je vais pour planter la nouvelle euphorbe près la poussive. Et je découvre que le plant du jardin déplacé l’an dernier vient enfin de prendre son envol et commence à être beau. Bref, impossible de mettre les 2 plants côte à côte. Que faire ? Et c’est alors que me vient une idée que l’on peut qualifier « de génie » : la planter sur le petit espace vert qui borde le terrain et qui est plutôt dénudé depuis les travaux de la commune. Il sera bien mis en valeur et pourra s’étaler autant qu’il veut. Mais avant cela, il faut nettoyer l’endroit. C’est ce que j’ai commencé à faire. La plantation attendra un ou deux jours.
Le petit Aeonium noir acheté à Brest est planté dans un pot noir acheté hier dans une jardinerie. Et tout va dans le jardin… noir !

Mercredi 6

Toujours ce satané vent… je ne m’y ferai pas !
Près de 2 heures pour planter une Ipomée batatas au feuillage pourpre dans le jardin noir. Oui, je sais, ça fait beaucoup ! Non, ma dernière partie de foot ne m’a pas usé au point que je ne peux plus mettre un pied devant l’autre et que je fonctionne au ralenti. Simplement je ne me vois pas mettre une nouvelle plante dans le jardin noir sans l’avoir nettoyé auparavant. C’est fait, mais l’Ipomée n’est toujours pas plantée !!!
J’ai profité du nettoyage de cet endroit pour tailler la clématite armandii. Certaines branches partent dans les grands bambous et le Gleditsia ‘Sunburst’ tout proches. Laissons faire. On verra bien.
De plus, découverte de petits semis spontantés de l’Halogaris erecta ‘Wellington Bronze’. Ouf… car le pied-mère est mort à cause des gelées. Je vais probablement laisser pousser encore un peu puis en planter un ou deux dans le jardin noir. Pour les autres, ils seront donnés un jour prochain.

Jeudi 7

Le vent s’est enfin calmé… ça repose.
La spirée prunifolia ‘Pleniflora’ a fini de fleurir. Elle est donc taillée et je fais un pot de boutures. Vous avez compris que les ¾ des boutures faites ne sont pas pour ici, mais pour être données.
Il faut bien que je me décide à mettre en terre les plantes rapportées de Brest !
Plantation d’un petit Sedum jaune de rocaille ‘Lemon Ball’ dans un panier en métal qui est posé sur le mur de clôture.
Plantation de la graminée Fetuca gautieri dans un gros pot recouvert d’helxine.
L’Ipomée batatas est plantée dans le jardin noir au pied du hêtre pourpre Fagus sylvatica ‘Rohan Weeping’ que je ne trouve pas particulièrement vigoureux.
Le petit espace vert situé de l’autre côté du mur de clôture est formé d’une petite pelouse encadrée de deux grandes plates-bandes que j’avais aménagées il y a environ 35 ans. L’entretien était fait par une entreprise de pseudo-paysagisme (pas de commentaire !) et depuis peu repris par la commune qui a fait un grand nettoyage. Dans ces deux massifs, des arbustes ont été supprimés (à juste titre) et maintenant il y a des vides à combler. Dans le massif désherbé mardi, j’affine les tailles des arbustes restants (Eleagnus, Cognassier du Japon…) et je plante, non pas l’Euphorbe mellifera mais un Choisya ‘Aztec Pearl’. C’est une bouture faite il y a deux ans et qui avait été plantée dans le jardin à l’automne dernier : c’est un arbuste sympa qui n’a pas coûté cher et peut donc aller sur l’espace vert sans regret.
A sa place est planté un Acer shirasawanum ‘Aureum’. A l’ombre, il devrait donner un peu de lumière.

Vendredi 8

Nettoyage du 2ème massif de l’espace vert et plantation de l’Euphorbe mellifera. Elle devrait faire son petit effet.
De l’autre côté de muret, une clématite eriostemon pousse un peu n’importe comment. Un tuteurage avec des cannes de Fargesia rufa lui donne un peu d’allure.



Avec toutes les coupes des arbustes (et notamment d’un immense Eleagnus qui, lui, se trouve dans le jardin et déborde sur l’espace vert), je passe un temps fou à broyer et dans la descente du garage, il y a ce soir encore un tas non négligeable de branches : encore au minimum une bonne heure de broyage demain.
Quelques clématites en fleurs dans le jardin en ce moment. Attention aux limaces, car actuellement avec la pluie de ces derniers jours, elles sont redoutables et dévorent les tépales.

JPEG - 10.9 ko
’Dawn’
JPEG - 16.1 ko
’Y F Young’
JPEG - 10.3 ko
’Alabaste’

Samedi 9

Broyage pendant plus de 3 h pour évacuer le tas impressionnant de branches taillées. Cerise sur le gâteau : ce sont des branches d’Eleagnus avec des épines comparables à celles des rosiers ! Quelques petites échardes en témoignent ! Le broyat recouvre la terre des deux plates-bandes. Deux jours de broyage pour enrichir de la terre qui ne nous appartient pas !!!
Les bordures de pelouse avaient été abandonnées. Le travail a bien avancé aujourd’hui mais il reste quelques dizaines de mètres à faire !
Un peu de nettoyage pour terminer la journée…

Dimanche 10

Une journée de plantation signifie journée de nettoyage. Je vous ai déjà expliqué pourquoi. C’est exactement ce qui s’est passé si bien qu’il reste encore ce soir des plantes à mettre en place.
Après avoir nettoyé la plate-bande de graminées (en fait c’est surtout un griffage du sol entre les plants), du compost est répandu (3 ou 4 brouettes). Vider les trous du compost relève plutôt de la corvée, aussi je prends mon temps : une brouette par ci, une brouette par là.
Plantations :
- d’un pot d’helxine vert pâle au pied d’un Acer pourpre planté en pot (ici, il y a des dizaines de mètres-carrés d’helxine verte – la classique – un peu de la variété jaune mais il manquait celle de couleur gris-vert).
- d’une Spirée nipponica ‘Snowmound’ (une spirée de plus !)
- d’un Pseudopanax lessonii ‘Rangatira’ (ce qui m’inquiète pour les deux Pseudopanax c’est leur rusticité plus que moyenne. Celui planté aujourd’hui a un joli feuillage bronze qui se marie bien avec le feuillage de l’Acer palmatum ‘Seiryu’. Il est à l’avant de la maison plus ou moins protégé du froid… L’avenir le dira.)
- des bulbes de narcisses bulbocodium (deux variétés dont ‘Spoirot’)
- d’un plant de Deinanthe caerulea (c’est une plante découverte cet été au jardin de Meli-Melo en Franche-comté. Il s’agissait certainement d’un cultivar à la floraison plus claire. Le nôtre sera plus bleu. Je ne suis pas sûr que ce soit une vivace facile à cultiver – ombre, humidité – mais elle est vraiment magnifique : cela valait le coup d’essayer).

JPEG - 8 ko
Deinanthe caerulea (vue au jardin de Méli-mélo")
Celle que l’on a acheté est peut-être plus bleue... on verra. En tout cas c’est une merveille que l’on peut trouver à la pépinière "Sous un arbre perché". Ils ont plusieurs cultivars.


Les bordures de pelouse continuent d’avancer ! Un jour on en verra bien le bout !!!

Lundi 11

J’ai vraiment un problème avec les outils : je suis constamment à la recherche d’un plantoir, d’une binette, d’une petite pelle…J’ai perdu hier la petite pelle à main (certains l’appellent transplantoir) achetée il y a une semaine. Donc je la cherche, mais par contre je viens de retrouver un plantoir dans une touffe de bambou ! Normalement je retrouve les outils dans le compost ! Bref, je vous pose une question : comment faites-vous pour ne pas perdre vos outils ? Cet après-midi, tout en poussant la tondeuse, je réfléchissais. Oui cela m’arrive encore parfois et puis que voulez-vous faire d’autre pour que la séance tonte du gazon passe plus vite ? Je me disais donc qu’il devait y avoir une solution pour résoudre mon problème. Et j’ai trouvé ! Je suis bon pour le prochain concours Lépine : il suffit que je trouve un « bricolo » de première pour réaliser mon invention. C’est simple : on installe un truc avec un code (quoi ? à vous de chercher !) sur chaque outil. Et il suffit en utilisant son téléphone portable de déclencher une sonnerie. Je sens que mon compost va souvent se mettre à sonner… une sonnerie d’outre-tombe ! Pas bête le gars !!! Bien sûr, je prends 70 % des gains pour l’idée et je laisse 30 % à celui qui fait la réalisation. Malin le gars !!!
Cette fois, les plantations sont terminées :
- Un piment de Cayenne : non, vous ne rêvez pas car c’est un petit cadeau d’un jeune plaisantin qui connaît bien mes goûts pour la nourriture épicée !
- d’une fougère (Woodwardia radicans) à l’arrière de la « cabane ».
- d’une benoîte (Geum ‘Maï Taï’). Elle est orange comme ‘Marmelade’ mais double. Elle est plantée près de la clématitie recta ‘Purpurea’. Au moment de la floraison de la benoîte le feuillage de la clématite est franchement pourpre (après la floraison il devient vert malheureusement). Pourpre et orange, cela peut-être sympa. Artiste le gars !!!
- d’un Correa backhouseana. C’est un plant qui m’a été donné par un pépiniériste (sympa non ?). Ce qui m’inquiète, c’est que sa rusticité est assez moyenne. Bon, on verra bien. Mais je me voyais mal refuser un cadeau. Bien élevé le gars !!!
7ème tonte du gazon
Les bordures de gazon sont terminées grâce à Madame… Pour un peu le jardin me plairait bien en ce moment. Mais je ne peux pas le dire… En plus, modeste le gars !!!
Demain on est à Belle-île en mer. C’est à deux pas d’ici, plus exactement à quelques brassées mais on a choisi le bateau : j’ai horreur de la natation. Et plus, on est 36 et j’ai droit à 0 % de perte. On va bien sûr pour visiter un jardin mais on en reparlera… C’est le début des visites de jardins pour le printemps : 17 sont au programme en mai et juin. Conclusion : 17 articles à écrire dans les semaines à venir pour vous faire regretter de ne pas être avec nous. Vicelard le gars !!!
Les premières roses s’ouvrent :

JPEG - 14.2 ko
’Lilac charm’
Un tout petit rosier très charm...ant.
JPEG - 15.8 ko
’Stanwell perpetual’
fidèle au rendez-vous... ses épines aussi !

Mardi 12

Journée à Belle-île tout près d’ici (encore faut-il prendre le bateau à Quiberon pour ¾ h de traversée).

JPEG - 16.3 ko
Arrivée à Belle-île
JPEG - 39.3 ko
Visite du sentier côtier pour découvrir la flore locale avec Michel Damblant
JPEG - 50.4 ko
Pique-nique sur une plage près de la villa de Sarah Bernardt
JPEG - 51 ko
Découverte du jardin de Michel (ex-paysagiste, botaniste, auteur de livres, jardinier etc)
JPEG - 48.3 ko
Une visite du jardin oui, mais aussi une conférence ! Un régal.
Des histoires de fleurs du monde entier, de botanistes...

Et tout ça sous un soleil de plomb : j’ai ce soir le pif en surchauffe (et je n’ai pas bu !).
Bien belle journée. Je pense que les 33 participants étaient enchantés.
Merci Michel... on est appelé à se revoir...

Jeudi 14

Vent et petites averses ont de quoi décourager tout jardinier. Je me contente de faire un peu de bricolage : remise du croisillon sur l’arche bleue de l’entrée (il reste à passer un coup de lasure quand le beau temps reviendra) finition au niveau du plancher de la cabane (il reste là aussi à lasurer, mais chêne foncé).

Vendredi 15

Taille et broyage au programme aujourd’hui.
Le Rhamnus alaterne ‘Variegata’ a pris une grosse claque. C’est la deuxième fois que j’interviens ainsi. Il ne reste pratiquement que des troncs mais il va refaire un jeune feuillage. C’est curieux mais régulièrement son feuillage devient moins beau et il a tendance à se dégarnir. Une taille sévère lui fait du bien.

JPEG - 46.6 ko
C’est vrai que, comme ça, il a l’air nul !
Je me demande s’il ne faudrait encore l’alléger au centre.


« De l’air ! J’étouffe ! » hurlait depuis un bon moment un Acer palmatum ‘Katsura’, coincé entre la serre et un Camellia sasanqua ‘Kanjiro’. Le Camellia va donc être taillé en transparence.

Aujourd’hui, le bas est dégagé. Reste à faire le haut et ça c’est une autre paire de manche. « Hélène, au secours ! De l’aide ! » (Hélène, c’est la reine de la taille en transparence). Mon petit doigt me dit que demain soir, elle me donnera des conseils. Mais chut, elle ne le sait pas encore !

JPEG - 48.2 ko
Il est plus léger du bas...
mais le haut ?


Bref, bilan : 5 ou 6 belles brouettes de broyat...

Samedi 16

Encore une petite claque supplémentaire pour le Rhamnus mais une grosse pour le Camellia après les conseils d’Hélène.

Dimanche 17

La taille en transparence du Camellia est terminée et ma modestie naturelle m’empêche de dire trop fort que je suis assez content du résultat (zut, je l’ai écrit !). Le pied étant dégagé, deux belles brouettes de compost sont répandues. Un coin idéal pour planter des hellébores !!!

JPEG - 47.5 ko
L’Acer peut enfin respirer !
JPEG - 42.4 ko
Pas trop mal pour un début... non ?
du compost au pied... on aperçoit une petite clématite qui devrait mieux pousser.


Etant presque expert en taille en transparence, il ne faut pas perdre la main : un autre Camellia va subir le même sort. Mais cette fois c’est le C. japonica ‘Mme Lebois’ qui est encore tout en fleurs. Il faut donc patienter.
Et l’on en revient aux deux Pittosporum tenuifolium monstrueux derrière le mur de clôture le long de la rue.

JPEG - 45.2 ko
Il est grand temps de faire quelque chose...
... je ne peux plus les voir... et je ne vois que ça !


Je commence par m’occuper du petit : aujourd’hui il subit une première taille au taille-haie (même celui-là, je n’atteins pas le sommet… mais c’est vrai que la nature m’a pourvu de petits bras !). Je vais certainement le tailler en transparence pour résoudre le problème de hauteur. Le seul truc qui me retient encore, c’est qu’il ne fera plus écran. Cela dit, à côté il y a un Choisya qui a été taillé à moins de 1 m. Quand il se sera regarni, il pourra nous protéger de l’extérieur.
Non, je n’oublie pas de dire que 2 belles brouettes de broyat s’ajoute aux autres pour recouvrir la terre des massifs de l’espace vert d’à côté.

Lundi 18

8ème tonte du gazon (au pas de course car on prévoit de la pluie… il est tombé 3 gouttes !).
Début de la taille en transparence du Pittosporum tenuifolium.

Mardi 19

Suite de la taille en transparence du Pittosporum. C’est presque terminé et le résultat n’est pas trop mal.
Et broyage, cela va de soi.
Quelques Viburnum du jardin en fleurs

JPEG - 35.3 ko
Viburnum ’Jackii’
JPEG - 16.6 ko
Les boules du Viburnum ’Jackii’
JPEG - 46.8 ko
Viburnum ’Shasta’
JPEG - 25.5 ko
Viburnum ’Shasta’
JPEG - 48.7 ko
Viburnum watanabe
Il n’a jamais été aussi fleuri.
JPEG - 37.4 ko
Viburnum opulus ’Pink Harvest’

Mercredi 20

Il est mort… en tout cas son pronostic vital est très engagé. C’est un Pittosporum tobira ‘Variegata’ qui a été planté en 1993. Il a été superbe pendant très longtemps mais depuis 4 ou 5 ans il semblait dépérir (feuillage clairsemé, branches sèches…). Cette année, c’est la catastrophe. Il est rabattu à moins 50 cm. Peu de chance qu’il redémarre. La souche sera enlevée plus tard.
Encore une occasion de faire ronronner le broyeur…

Jeudi 21

Les quelques mètres-carrés au pied du Pittosporum ont été un peu « chahutés » hier. Une remise en état s’imposait. Juste au dessus, un Hydrangea petiolaris grimpe sur la façade Nord. Petit problème : un chèvrefeuille voisin a réussi sournoisement à le coloniser. Il est vigoureusement remis à sa place, ce qui a nécessité un peu d’escalade. Quant à l’Hydrangea, les branches les plus hautes se sont fait raccourcir car il arrive dans la gouttière du toit.
Ca y est : la taille du deuxième Pittosporum (le plus gros) est commencée !
Et broyage bien sûr…

Vendredi 22

Nouvelle journée de visites de jardins cette fois du côté de Nantes. J’ai aimé et je pense que les 42 autres personnes aussi. 3 jardins totalement différents les uns des autres. Ils seront bientôt sur le site.

Samedi 23

Retour sur le Pittosporum. En fait, il sera taillé à environ 2 m en espérant qu’il reparte du pied. J’ai un peu d’espoir car il a plein de petites tiges feuillées sur les troncs restants. Couper, c’est bien… mais broyer prend un temps fou mais qui ne manque pas d’intérêt.
Il y a des gens qui savent tout faire en bricolage : mécanique, électricité, soudure etc. Cela m’impressionne et je connais depuis peu une de ces personnes. Je lui avais apporté dernièrement des chaises de salons de jardin à réparer. Elles viennent d’être récupérées et maintenant il faut repasser un bon coup de peinture. Je viens de commencer dans la joie et la bonne humeur ! En fait, je vous l’ai déjà dit : ce n’est pas mon truc. La peinture à peine commencée, j’en ai déjà plein les mains… ou le pantalon, à moins que ce soit sur la chemise. Mon côté artiste sans doute.

Dimanche 24

Jardinage à 4 mains aujourd’hui : 2 mains s’acharnent d’un côté sur le sécateur pour couper les fleurs d’ancolie… 2 mains s’acharnent sur la scie pour couper le Pittosporum et le broyeur. Il faudra bien encore un bon après-midi pour venir à bout de ce maudit arbuste.

JPEG - 10.5 ko
Inquiétant à la tombée de la nuit non ?


Pour varier les plaisirs, j’ai refait un bonhomme avec des branches du Pittosporum. Celui réalisé il y a environ 2 ans et qui se trouvait en limite de propriété avait pris un bon coup de vieux et s’était écroulé… Entre parenthèses, celui qui se trouve sur la serre devrait aussi être remplacé car s’il tombe sur la serre un jour de coup de vent, il risque d’y avoir du dégât : la tête est un pot de terre cuite.

Peinture (suite)

Lundi 25

Tailler et broyer c’est passionnant mais au bout de 3 ou 4 jours, on a envie de passer à autre chose d’autant plus que d’autres activités m’attendent. Le Pittosporum patientera un peu pour la fin de la taille (pas trop car il a une drôle d’allure ! Il a un air "pas fini"). N’ayant pas beaucoup de temps pour jardiner aujourd’hui, j’en profite pour commencer le nettoyage et le rangement de la serre. Il faut
- supprimer les pots de boutures ratées
- changer de pot et mettre de la terre dans les pots où les boutures sont bien enracinées et trop jeunes pour être mises en pleine terre
- nettoyer les tablettes et la serre en général
- ranger les boutures réussies (ajouter éventuellement une couche de cosse de sarrazin pour les protéger de la chaleur et arroser).
Après une visite de jardin cet après-midi, je reviens avec une Astrance ‘Ruby Wedding’ (à planter demain) et des rameaux du Physocarpus ‘Diable d’Or’ (une merveille). Les boutures sont faites dans 3 pots : j’en ai fait aussi pour la personne qui m’a donné les rameaux car elle souhaite le multiplier.

JPEG - 20.4 ko
’Diable d’Or’ photographié cet après-midi
JPEG - 15.6 ko
Je craque...
On a ’Dart’s Gold’, ’Little Devil’ et ’Diabolo’, mais celui-là il nous le faut...

Mardi 26

9ème tonte du gazon
Nettoyage (suite) de la serre.
Il y a longtemps que je n’ai pas semé des ipomées à grandes fleurs bleues. Je pense que derrière le petit banc de pierre, là où il y avait la structure en osier, des ipomées grimpant sur la brande pourraient être une bonne idée… pour cette année en tout cas. Et ça tombe bien car j’ai de l’aide. Atelier semis dans la serre : Gaspard apprend à semer des graines dans des pots.

Mercredi 26

Il y a pris goût : « Je veux encore semer des graines ». Le paquet n’est pas vide, donc on remet ça ! Bon, c’est sûr que renverser un pot quand tout est fini… « Pas grave, Papy ! », mais je la sens bien la fibre jardinière… Bien sûr, il a fallu lui expliquer le soir que les plantes ne pouvaient pas être déjà sorties… l’impatience de la jeunesse… J’espère que mercredi prochain à son retour il pourra voir ses semis levés. Ce n’est pas impossible car les 6 pots sont dans la serre.
A propos de serre, je continue le nettoyage.
2 troncs du Pittosporum passent dans le broyeur. J’en viens à bout…

JPEG - 30.2 ko
Le geste auguste du semeur... encore un peu maladroit

Jeudi 27

La serre est entièrement nettoyée. Elle était pleine à craquer et ce soir on a comme une sensation de vide ! Voila une bonne chose de faite.
On part demain pour quelques jours avec le groupe de « Balades et jardins ». On visitera 7 jardins du côté du Mans à environ 3 h 30 de route d’ici. Mais certains viennent de plusieurs coins de Bretagne, d’Orléans ou même de Bourgogne. Quelques articles à écrire en perspective ! Tout ça pour vous dire que pendant notre absence les mauvaises herbes vont pousser, les ancolies monter à graines etc. Attention au travail au retour, d’autant plus qu’avec toutes ces tailles et ce broyage continuel, le jardin demande un peu de reprise en main.


Suite au mois prochain (JUIN 2015)



Retour (les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
Mai 2014
Mai 2013
Mai 2012
Mai 2011
Mai 2010
Mai 2009
Mai 2008
Mai 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2015

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic