Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en septembre 2015

Retour le mois précédent : Août 2015


Mardi 1er

Encore deux petits coins nettoyés. J’ai passé un temps fou à cause des fichus plants d’Oxalis. Il faut absolument que je m’en débarrasse. Certainement un travail de longue haleine…
C’est bizarre. La clématite jouiniana ‘Mrs Robert Brydon’ est toujours en fleurs, alors qu’elle fleurit normalement début août. Elle est très en retard. Beaucoup de cyclamens de Naples sont en fleurs. Il y a des tapis un peu partout dans le jardin. Ils sont plutôt en avance. Et j’ai découvert ce matin le premier Sternbergia lutea. Les Sternbergia sont plutôt en retard. Comment voulez-vous que je ne me sente pas un peu déboussolé ?

Mercredi 2

Plusieurs clématites défleuries ont pris une grosse claque. Elles ont été taillées au moins de moitié. C’est le cas de ‘Huldine’, viticella ‘Aotearoa’, jackmanii ‘Alba’, ‘Alionushka’.
Peu de temps à consacrer au jardin aujourd’hui (le petit bonhomme est de retour le mercredi, donc priorité balade avec dégustation de mûres !!!) mais quelques m² de plus sont nettoyés. Quand je vois ce qui reste à faire, ça m’affole !

JPEG - 47.1 ko
Promesse de coings...
donc de gelées et de pâtes de fruits !

Jeudi 3

Normalement deux nouvelles pensionnaires devraient arriver samedi soir dans le poulailler. On va samedi à une fête des plantes à Nantes et coup de chance : il y a un stand de poules d’ornement ! Quand la poulette est morte en juillet, c’était juste avant notre départ et je n’avais pas le temps de nettoyer le poulailler. J’ai donc commencé aujourd’hui en enlevant la paille (elle est allée au compost) et en lavant au jet d’eau l’enclos et l’abri. Mais je n’ai pas pu en faire plus car la journée était chargée.

Depuis notre retour d’Alsace, je cherche ma brosse pour chien. Non, en plus des poules et de la chatte, on n’a pas de chien. Cette brosse me sert à peigner les graminées persistantes pour enlever les feuilles fanées. Où est-elle ? Quelque part dans un coin de plate-bande ou au compost ! Et comme elle est noire, je risque de la chercher encore un bon moment. Comme en ce moment certaines graminées ont besoin d’un toilettage, je me suis décidé à en acheter une nouvelle. Manche rouge, donc plus visible !


Vendredi 4

16ème tonte du gazon.
Le poulailler est impeccable : paille nouvelle, abreuvoir et distributeur de graines pleins à ras bord. Si j’osais, je dirais bien qu’elles vont être comme des… coqs en pâte. Je me fais rire moi-même ! Ne manque que le tapis rouge, la fanfare et les majorettes… Les noms sont déjà choisis depuis un bon moment.

Samedi 5

Superbe journée à Nantes (« La folie des plantes »)…


On était venus pour acheter 2 poules et on a assez peu traîné sur les stands de plantes d’où peu d’achats (il faut se limiter car il n’y a plus de places dans le jardin !) : deux clématites (C. yunnanensis et connata), un codonopsis tangshen et un Helenium ‘Bruno’. Je vous parlerai de ces plantes lors de leur plantation.
Et pour retrouver certains pépiniéristes (Clos d’Armoise, La Roche St Louis, etc) mais on en a raté… faute de temps ! (on y était de 10 h 30 à 19 h, donc vous comprenez !!!)
Mais surtout retrouvailles avec quelques copines et copains du forum (ou d’ailleurs !)  : Jocelyne (du clos du lavoir), Marie-Annie, Odile, Pascale, Coccinelle, Mamouchka, Flora 29... Louis, Roses en Bretagne et Valpinard.
Ca fait du bien ! Les gens de bonne compagnie, ça vaut tous les médocs pour vous doper.
Et les poules sont donc arrivées dans la caisse de la chatte. Voyage 1ère classe. Comment sont-elles ? Leurs noms ? Ce sera pour demain ! (oui, je sais, vous vivez là un moment intense de suspense insoutenable, j’en suis bien conscient).

Dimanche 6

Un peu de nettoyage… sans plus (arthrose + sciatique = jardinage à faible dose). Ben oui, c’est pas la peine de me faire remarquer que je ne suis pas un perdreau de l’année… je m’en doute depuis un moment.
Alors les poules ? 1ère journée de découverte du poulailler et de l’enclos. Elles resteront enfermées jusqu’à mercredi, jour de leur 1ère sortie : c’est un petit bonhomme qui aura le privilège d’ouvrir la porte ! Alors, comment s’appellent-elles ?



Mais non c’est pas ça... En fait, c’est plutôt...



Ce sont des "Wyandotte", race originaire des Etats-Unis. Très rustique, volaille calme, robuste au caractère agréable (comme moi !), familière (toujours moi !), volant peu mais alerte (encore moi !) et bonne pondeuse (pas du tout moi malgré mon nom de famille !).

Lundi 7

Rien de bien original : un peu de nettoyage !

Mardi 8

Même programme. A la vitesse où je vais, le jardin devrait être « nickel » pour Noël !!!
J’ai coupé très sévèrement une Ballota dictamnus. Il ne reste que du bois en sale état. Il faudra penser à la remplacer. Chouette, une place libre !
Le Cercis canadensis ‘Forest Pansy, qui est certainement l’arbre que je préfère dans le jardin, a une allure penchée à cause du vent. Esthétiquement pas de problème car il est très beau. L’ennui est qu’il recouvre un passage engazonné. Quand on passe sur la pelouse à cet endroit, il n’y a pas intérêt à dépasser 1,50 m, car on risque de se fracasser le crâne. Quelques branches ont été supprimées et ça passe si on ne fait pas plus de 1,70 m. Et moi, c’est 1,69 m… Ouf !

Mercredi 9

Pas beaucoup de temps pour jardiner (je gaspille mon énergie pour des conn… dont je me passerais bien, mais il n’y en a plus pour longtemps), donc un peu de nettoyage (quelques m²… à cette allure ce sera plutôt pour Pâques la fin du boulot !)

Jeudi 10

J’étais parti pour une bonne journée de jardinage. Raté… Tout juste une petite heure histoire de m’oxygéner et me vider la tête (elle va exploser !). En ce moment le jardinage est un peu mis entre parenthèses et ça me désole.

Vendredi 11

Une nouvelle grande plate-bande est remise en état. Normal : il n’y avait pas grand-chose à y faire !

Samedi 12

Superbe journée dans un jardin à ¾ h d’ici que je ne connaissais pas du tout. Pique-nique et visite avec un petit groupe d’une quinzaine de copains et copines dans une ambiance de franche rigolade. De quoi transformer un dépressif en gai luron !

Lundi 14

Un vent pas possible, à tel point qu’une branche du Cornus canadensis ‘Forest Pansy’ s’est cassée. Pas grave. Habiter en bord de mer et détester les coups de vent : cherchez l’erreur !
C’est la période des araignées dans le jardin. J’ai beau être quelqu’un de courageux (entre Rambo pour le QI et D’Artagnan pour le panache) je ne supporte pas les grosses araignées noires qui me font grimper au plafond. Mais dans le jardin, les araignées jaunes (Epeires) moins spectaculaires mais qui ont la fâcheuse habitude de tisser des toiles en travers des allées me font pousser des cris de fofolle effarouchée. Je me sens profondément ridicule mais je suis seul donc je m’exprime bruyamment. C’est la période où je jardine à certains endroits la bouche fermée : ma hantise est d’en avaler une !
Avec ce fichu vent, aucune envie de beaucoup jardiner et je me contente d’un peu de nettoyage à l’abri et à plat-ventre (le vent glisse sur mon corps d’athlète)…

Mardi15

Pas de vent… envolé !
Plantations des plantes achetées il y a une semaine
- Codonopsis tangshen entre deux arbustes à mi-ombre.
- Clématite yunnanensis (des petites clochettes blanches qui, sur les photos, me font penser à une autre clématite du jardin : C. campaniflora). Elle est plantée sur une arche dans un rosier ‘Iceberg’. Du blanc avec du blanc…
- Clématite connata (des petites clochettes jaunes). Elle est plantée devant une symphorine panachée de jaune (du jaune avec du jaune) et un Viburnum burkwoodii.
Le nettoyage du carré de graminées est commencé.
En soirée il dégringole des cordes… et on nous annonce un vent de 110 km/h. Je sens déjà monter la mauvaise humeur !

Mercredi 16

Nettoyage (entre les averses) du carré de graminées. En fait, il suffit de passer le peigne pour chien et on enlève ainsi le feuillage jaune, en tout cas une bonne partie. Certaines graminées affalées ont repris un peu d’allure.

Jeudi 17

JPEG - 7.6 ko
Sont entourées en rouge, les deux parties qui restent à nettoyer

C’est plutôt à reculons que je jardine en ce moment. Mon corps fébrile n’assume pas (en plus, j’ai une voix d’outre-tombe…). Donc c’est fébrilement que j’ai continué le nettoyage.
"Math" et "Matique" sortent pour le deuxième fois. Elles ne s’éloignent pas beaucoup du poulailler pour l’instant. Ce sont des couche-tôt car à 18 h elles avaient retrouvé le bercail. J’ai failli dire "couchées comme des poules", mais c’est un peu facile.

Vendredi 18

J’ai pris une RTT… pas de jardinage aujourd’hui pour cause de fébrilité chronique. J’ai roupillé une partie de la journée et je n’ai pas mis le nez dehors. Il semblerait que derrière les carreaux, il y avait du soleil… je crois. Une journée de petit vieux… très vieux ! J’ai une bouillotte dans le dos pour mon mal de dos (et ça me réchauffe), il ne manque plus que le bonnet, la chemise de nuit et le feu de cheminée.

Samedi 19

Pas beaucoup plus énergique mais faut bien oxygéner le bonhomme ! Donc je continue tout doucement à remettre en état une grande plate-bande au fond du jardin. Heureusement elle ne demande pas beaucoup de travail. C’est surtout un griffage car il y a assez peu de mauvaises herbes.

Dimanche 20

Ca va plutôt mieux (c’est en tout cas moins pire) et j’ai bon espoir de retrouver la pêche avant… la fin de l’hiver ! Aujourd’hui, nettoyage du jardin noir et de ses environs.
Que me reste-t-il à faire ? Le devant de la maison (une journée), le coin potager où se trouve la serre (gros boulot de plusieurs jours) et une grande plate-bande en bordure de ce coin potager (1 ou 2 journées). Et ensuite on passera à d’autres occupations, notamment refaire toutes les barrières de châtaignier et faire une terrasse à l’arrière de la maison.

Lundi 21


C’est nous ! Nous sommes bien sûr un peu émues de vous causer car avec notre petit QI de poule on craint de ne pas être très à la hauteur après les deux poules de luxe qui nous ont précédées. Nous, c’est entre le luxe un peu chochotte et le rustique. Au passage, vous avez vu les noms qu’il nous a donnés : c’est de l’humour « à 2 balles » ou un retour dans le passé ?
Question appartement, faut pas se plaindre. Le logement a plus de 10 ans mais il est en parfait état. Un petit ravalement de façade pourrait être utile mais l’intérieur est confortable. C’est sûr, le salon sert de chambre à coucher et aussi de cuisine. Pour les commodités, c’est plutôt dehors dans l’enclos à l’abri derrière une haie de bambous et avec vue sur le jardin de la voisine.
Le propriétaire des lieux n’est pas un perdreau de l’année et en ce moment il marche un peu au ralenti… et même dans sa tête : cette nuit il a oublié de refermer la porte de l’enclos. Sa femme, très charmante est très drôle quand elle imite le cri de la poule, nous a aperçues ce matin dans le jardin. Oups, pas de renard dans le coin mais faudrait peut-être que le Pépère revienne sur terre !

17ème tonte du gazon. Dans l’après-midi, le temps se dégrade et je reste bien au chaud… pas kamikaze.

Mardi 22

Je vais exploser ! Ras le bol de rester dans la maison, il faut que je prenne l’air malgré un temps un peu frisquet (c’est un peu idiot ce que j’écris puisque j’ai froid du matin au soir. Même en plein Sahara, je mettrais une doudoune pour me réchauffer !). J’ai donc trouvé un endroit à désherber : l’endroit le plus chaud du jardin, le pseudo-potager. Les allées sont en pierres et je m’amuse à enlever une quantité impressionnante de mauvaises herbes entre les pierres. J’y prends même du plaisir car il fait bon. Et puis Gaspard arrive après l’école… Changement de programme (c’est toujours lui qui décide, j’exécute) : il a décidé que les 16 boules de buis devaient être taillées. Il va chercher la paire de ciseaux dans la serre et commence le boulot (il faut d’abord que je chasse les araignées entre les boules… courageux mais pas téméraire). Au bout d’un moment il en a marre de me voir le regarder les mains dans les poches. Je dois donc aller chercher ma cisaille à buis et on se retrouve tous les deux au milieu des boules en train de travailler le plus sérieusement du monde (tout en refaisant le monde car on a toujours des conversations très passionnantes). Cela a duré une bonne ½ heure. Il aurait fallu nous filmer !

Mercredi 23

Sa sieste a duré une éternité. Impossible d’aller ensuite se promener. Après son départ, j’ai désherbé une bonne heure. J’ai commencé la grande plate-bande grise qui borde le pseudo-potager. Il y a du boulot ! Quand je la regarde je la trouve, en toute modestie, assez réussie (c’est même la plate-bande du jardin que je préfère). Elle est plantée pratiquement que de petits arbustes (beaucoup de feuillages gris… j’adore). Mais quand on regarde de près au pied des arbustes, ça se gâte car il y a un tapis de mauvaises herbes et à certains endroits de… myosotis ! Il faudra encore une bonne après-midi pour tout remettre en état.

Samedi 26

Retour au jardin après quelques journées chargées mais qui m’en ont éloigné.
Il faut absolument terminer cette plate-bande grise qui borde le pseudo-potager (je n’ai toujours pas trouvé d’autre nom). J’ai bien avancé.
Vous connaissez mes dons pour rater tout ce qui ressemble de près ou de loin à un légume. Bien entendu, je ne veux plus entendre parler de la culture de la tomate : mildiou assuré ! Dans la plate bande grise, entre deux arbustes, j’ai découvert un plant de tomates couché avec 3 ou 4 belles grosses tomates prêtes à rougir. Malheureusement, quelques limaces les avaient repérées ! Je pense tout de même que c’est de la provocation !!! Non, je n’ai pas pété un câble au point de faire un potager au milieu des arbustes (!), mais vous l’avez compris : c’est un apport de compost qui a produit ce plant saugrenu.

Dimanche 27

La plate-bande est impeccable. Maintenant je continue le pseudo-potager et là, il y a de quoi m’occuper !

Lundi 28

Nettoyage à l’intérieur et autour de la serre. Gros travail car c’était l’endroit le plus « cra-cra » du jardin.

Mardi 29

Je continue au même endroit. Ca avance doucement.
Le piège à frelons est enlevé. Bilan nul ! Pas une seule bestiole. Il faut dire que je l’avais mis dans un endroit discret (question déco c’est pas génial), tellement discret que pas un frelon ne l’a vu !
Surprise !!! On m’avait donné un plant de piment (j’aime la cuisine épicée) et j’étais bien persuadé qu’évidemment ce serait à nouveau un désastre. Que nenni… Pour l’instant on a cueilli 2 beaux piments bien rouges et à mon avis il y en aura d’autres.
En ce moment c’est la période de la gelée de coing et ce matin au petit-déjeuner le premier pot a été entamé : un régal. Pour un peu, j’aurais presque regretté de ne pas m’être levé !


Suite en Octobre 2015



RETOUR
Septembre 2014
Septembre 2013
Septembre 2012
Septembre 2011
Septembre 2010
Septembre 2009
Septembre 2008
Septembre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en septembre 2015

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic