Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en août 2016

Retour le mois précédent : Juillet 2016

Lundi 1er

15 h 05 : descente de la voiture pour un rapide tour de jardin…
Qui a dit « En Bretagne il pleut tout le temps » ? Si… vous l’avez dit… (un jour ou l’autre). Alors, je vous préviens, j’ai beau être une personne accommodante qui ne hausse jamais le ton, qui garde son calme en toute situation, si vous l’avez dit un jour ou même si vous n’avez fait que le penser, je vais m’énerver !
Il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour réaliser que depuis notre départ, c’est-à-dire début juillet, il n’est pas tombé une goutte d’eau. Aux endroits ensoleillés, la pelouse a irrégulièrement grillé mais dans les coins ombragés (le fond du jardin) elle est restée bien verte. Elle est évidemment bonne à tondre mais sans tondeuse, c’est assez difficile. J’irai voir demain si elle est prête (aujourd’hui : porte close).
Mais le spectacle des plates-bandes n’est pas très réjouissant. Il y a les vivaces défraîchies dont les ancolies au feuillage bourré d’oïdium (ça me donne des boutons !). Ce n’est pas grave même si c’est laid. Par contre, ce qui est plus inquiétant, ce sont les arbustes jeunes nouvellement plantés qui donnent de sérieux signes de fatigue. Depuis notre retour, je pense, ou plutôt l’espère, avoir sauvé 5 arbustes : deux petits Hydrangeas, une Myrte, un Viburnum et le Cornus hongkongensis. In extrémis… dans quelques jours, ils rejoignaient le « jardin des souvenirs ». Ils ont eu droit à une quantité d’eau au pied non négligeable. Reste à les surveiller. Demain, il faut absolument inspecter de nouveaux coins du jardin pour voir s’il y a d’autres arbustes en perdition. Ma technique : pas d’arrosoir (vu mes problèmes actuels, j’en suis pratiquement incapable et puis je n’aime pas arroser à l’arrosoir). Je branche le tuyau (il y a une bonne dizaine de points d’eau dans tout le jardin) et je laisse couler un bon moment au pied des arbustes.
Les plantes dans la serre ont eu droit à une bonne douche, mais dans l’ensemble elles se portent bien (elles ont dû être arrosées assez régulièrement). J’ai noté tout de même que la température était montée à 45°C (porte grande ouverte) !!!
Arroser c’est ce que j’ai fait depuis notre retour, mais en utilisant un nouvel outil dont je risque de ne pas pouvoir me passer pendant un bon moment.



Ah, si tous les jardiniers arthrosés (ou futurs arthrosés) voulaient bien se donner la main, assis sur leur canne-siège... ce serait beau quand même. Mais je rêve !

Mardi 2

La vieille tondeuse ne mérite pas d’être réparée. Il faut dire qu’elle a exactement 20 ans. Pas mal non ? J’avais regretté de l’avoir achetée car je voulais une Honda. Dans la nuit qui a suivi l’achat, petite insomnie : je lis les magazines de pub de la journée et je vois une tondeuse Honda pour 100 € de plus, mais on reprenait ma vieille tondeuse pour… 100 €. Je ne me souviens plus si je me suis rendormi facilement ! En fin de compte, je pense ne pas avoir à me plaindre car elle aura fait son temps. Le panier de ramassage part en vrac, les roues sont dans un sale état mais surtout le système d’embrayage est fichu. Il faut la pousser (ce que j’ai fait avant partir en Alsace) : j’ai cru y laisser ma peau !
J’avais repéré une tondeuse dans un magasin à deux minutes d’ici et comme l’un des vendeurs est un ancien élève sérieux et compétent (logique !), j’ai donc droit à ses conseils très avisés. Il m’a conseillé justement celle que j’avais visée. Ce n’est pas une Honda (200 € de plus !) mais seulement un moteur Honda, ce qui est déjà très bien. Dans 20 ans je ne suis pas sûr de courir encore derrière une tondeuse !!!
A propos de courir, j’ai donc fait un essai et j’ai tondu une vingtaine de m². Le gag : quand je mets l’embrayage pour qu’elle avance seule, je n’arrive pas à suivre !!! Il vaut mieux en rire mais sur le coup, je me suis trouvé un peu stupide. Bon, ne rigolez pas trop car je crains d’être toujours dans l’impossibilité de tondre. Une de mes filles s’est gentiment proposée de le faire samedi prochain. Une fois tondu le jardin paraîtra peut-être moins négligé.
Bien entendu j’arrose car j’ai à nouveau découvert des arbustes très fatigués…
Pendant notre absence, un bambou (toujours le même) a fait de grandes cannes dans les plates-bandes voisines. Elles ont été supprimées et broyées.
Dure journée !

Mercredi 3

Enfin il a plu ou plutôt « crachiné » presque toute la journée. Juste de quoi rafraîchir les feuillages (pour les racines, on verra plus tard !). Mais c’est toujours ça de pris, je ne vais pas faire la fine bouche, d’autant plus que mon énergie pour jardiner était ce matin voisine de zéro… et même en dessous.
« … J’ai la hanche qui s’démanche
J’ai les genoux qui sont mous…
Ah mon Dieu qu’c’est embêtant d’être toujours patraque
Ah mon Dieu qu’c’est embêtant, je n’suis pas bien portant »
La terrasse va devenir mon lieu préféré du jardin ! L’ennui c’est qu’au dessus de ma tête il y a la glycine qui court le long de la maison. Et pendant notre absence, elle a fait de grandes tiges fines qui risquent de s’infiltrer à des endroits pas recommandés. Le soleil revenant en fin d’après-midi (un peu d’énergie aussi), j’ai donc fait une taille de ces tiges et elles sont passées au broyeur. C’est l’occasion de rappeler que la taille d’entretien d’une glycine est particulièrement simple : il suffit de tailler à 2 ou 3 yeux les longues tiges qui se forment et qui peuvent mesurer plusieurs mètres.
J’en ai profité pour remettre de l’eau dans les tonneaux : pas trop fatigant quand il suffit de mettre le tuyau d’eau !
Encore une découverte d’un jeune arbuste très, très fatigué ! Désolant !

Jeudi 4

Difficile de rester inactif et se contenter de regarder le jardin souffrir. J’arrose bien sûr car tous les jours je découvre un arbuste en piteux état. Une de mes filles s’est proposée de tondre la pelouse samedi. Je pense qu’une fois la pelouse tondue, le jardin sera un peu plus avenant. Mais il y a les vivaces fanées, les ancolies bourrées d’oïdium (je ne supporte pas), les roses fanées… En fait je me fais du mal à aller dans le jardin !!!
Dans l’après-midi, je me suis dit qu’en travaillant à mon rythme une petite heure, ce serait déjà ça de fait et j’aurais l’impression de servir à quelque chose. Assis sur une chaise d’un des salons de jardin, j’ai récupéré les graines d’une touffe de Nigelle de Damas. Pas trop fatigant ! Ensuite, j’ai supprimé des touffes de tiges fanées de vivaces (campanule…), taillé deux clématites. Tout est passé dans le broyeur, car n’ayant pas pu vider complètement le tas de compost, j’évite d’ajouter des déchets sur le compost mûr et bon à répandre dans les plates-bandes.
Bilan :
Positif : nettoyage d’environ 10 m²… il ne reste plus que 1190 m² ! Je suis incontestablement sur la bonne voie.
Négatif : ça grince sérieusement du côté de la hanche gauche et du genou droit (pour un peu, je pourrais jouer un rôle de fantôme dans un château hanté ! Frissons assurés.). Bref, pas sûr que cette initiative ait été très bonne… On réduira à ½ h le jardinage par jour !

Vendredi 5

Aujourd’hui, pas question de forcer car mon escapade dans le jardin hier n’a pas arrangé l’état du bonhomme.
Je me suis contenté d’arroser les arbustes assoiffés (j’en ai encore trouvé d’autres ! Je n’avais jamais connu cela depuis que je jardine). J’ai pris ma canne-siège et le tuyau d’arrosage. Assis sur ma canne et le tuyau en main, une bonne quinzaine d’arbustes ont eu leur dose de flotte : reconversion du jardinier en pêcheur à la ligne ! Heureusement que l’on ne peut pas me voir de l’extérieur car je devais avoir l’air franchement ridicule. Mais le ridicule ne tue pas !

Samedi 6

Sauvé ! Une de nos filles venue pour le week-end a eu pitié de son vieux père déglingué. Elle a tondu la pelouse (11ème tonte) et coupé le feuillage des ancolies bourré d’oïdium. Efficace la gamine ! Ce soir, le jardin me semble plus acceptable… vu de loin ! Mais l’opération survie des arbustes continue…

JPEG - 11.4 ko
Tout le monde connait la clématite blanche ’Mme Le Coultre’, mais en blanc, je préfère...
C. jackmanii ’Alba’
JPEG - 21 ko
et bien sûr ’Huldine’ qui est une de mes clémarites préférées. A acheter en priorité.
Elles sont en fleurs depuis juillet et ce n’est pas fini...

Dimanche 7

2ème journée de travail dans le jardin pour ma fille : des touffes de vivaces défleuries sont rasées. Tous les déchets passent sous la tondeuse (plus rapide que le broyeur). Les branches basses du Tilia henryana qui recouvrent le coin de graminées sont coupées et passées au broyeur. Le broyat (3 grands sacs) est répandu dans quelques plates-bandes.
En fait, c’est amusant de donner ses « ordres » assis sur la canne-siège au milieu de la pelouse. Ca fait un peu maton surveillant ses bagnards !!!
A propos de canne-siège, c’est la 2ème fois qu’elle est réparée (je fais aussi bosser mon gendre !). Et pourtant elle doit supporter jusqu’à 115 kg ! Et je suis encore loin des 115 kg, nom d’un chien !!! J’ai vérifié. Il y a tromperie sur la marchandise…
Vous l’avez sans doute compris : je suis très satisfait du « petit personnel » qui a opéré ce week-end (je me demande même si je vais laisser le chirurgien me remettre en état !). En tout cas, le jardin, en 2 jours, a repris un peu d’allure.

Mardi 9

Après 24 h de RTT, histoire de passer une journée sans marcher, aujourd’hui j’ai repris le chemin du jardin. En fait, je me suis trouvé deux occupations qui m’évitent de marcher.
J’ai commencé par passer de la peinture (toujours la même) sur les objets en ferraille rapportés d’Alsace. Ensuite j’ai fait, avec les tailles de dimanche, des boutures de Leucanthème x superbum ‘Becky’ (c’est tout simplement une marguerite à grosses fleurs). Oui, j’ai redécouvert les marguerites l’an dernier en regardant… un champ ! Je me demande si je ne vais pas en planter dans le carré de graminées. A voir… J’espère que les boutures vont s’enraciner : j’ai dû en faire pas loin d’une cinquantaine !!!

Mercredi 10

J’ai réussi le tour de force de jardiner une petite heure, le temps de couper quelques vivaces défleuries. Même si ce n’est pas grand-chose, je ne suis pas mécontent de moi.

JPEG - 8 ko
La clématite viticella ’Odoriba’ est en fleurs depuis un bon moment.
Ses fleurs sont très petites mais elle ne passe pas inaperçue.

Jeudi 11

Le Cornus hongkongensis repique du nez alors qu’il a été arrosé copieusement il y a une semaine. Cet été est particulièrement sec et chaud cette année. Il y aura des pertes, même si j’arrose. Entre parenthèses, les réactions des plantes au manque d’eau me surprennent. Certaines à l’ombre souffrent beaucoup (notamment un Pseudowintera colorata auquel je tiens beaucoup, Viburnums et Hydrangeas nouvellement plantés…), d’autres souffrent moins alors qu’elles sont au soleil. Bizarre ! Il faut aller au plus pressé car je ne peux pas inonder tous les arbustes assoiffés en même temps.
Je n’ai pas eu le temps de faire grand-chose aujourd’hui car j’avais un rendez-vous important dans l’après-midi chez le « rhumato ». Je vous en parle simplement pour vous dire que ce soir mon problème au genou qui m’empêchait de marcher est réglé. Pour un peu j’aurais presque envie de galoper, de sauter comme un cabri mais il faut que je sois sage encore 48 h. Mais la 49ème j’explose !... Enfin, pas trop car ma hanche me rappelle à l’ordre. Ce soir, je me dis que j’ai de bonnes chances d’organiser des visites de jardins autour de la Toussaint pour les membres d’A&S. Reste donc la hanche à opérer et je serai à nouveau un petit jeunot, un perdreau de l’année (?)… bref un jardinier tout neuf ! Adieu cannes anglaises et canne-siège !!! Un regret : que la petite intervention d’hier n’ait pas eu lieu fin juin (et si je n’avais pas bousculé le corps médical, j’aurais dû attendre encore un mois !).
Aujourd’hui je n’ai donc eu que le temps de fixer sur le haut de la claustra qui borde la terrasse un petit chat (d’une couleur très particulière : rouille) venu avec nous lors de notre retour d’Alsace.
Le thym planté en pot sur la terrasse a grillé en juillet. J’ai profité de mon escapade dans la grande ville pour aller en acheter un nouveau… sans avoir besoin de mes cannes ! Pas belle la vie ?

Vendredi 12

Quel bonheur de retrouver les joies du jardinage !
On va reprendre le nettoyage du jardin par le début c’est-à-dire par le devant de la maison. Il ne s’agira pas d’un nettoyage à 100% (faute de temps) mais au moins il est impératif de supprimer les tiges de vivaces défleuries, les feuillages grillés, tailler quelques arbustes pour leur redonner une forme esthétique. Bref, de faire en sorte que le jardin ne fasse pas trop négligé d’autant plus que la pelouse jaunit avec la chaleur écrasante qu’il fait en ce moment. Après ma fille, c’est ma femme qui m’aide : comme en juin, elle taille les rosiers défleuris.
Le compost n’étant toujours pas vidé, les tailles passent au broyeur ou dans la tondeuse (j’arrive à la suivre !). Le broyat va directement dans les plates-bandes. Il aura au moins un intérêt : protéger les pieds des plantes de la chaleur.
On a donc commencé hier. Sans doute n’ai-je pas su m’arrêter à temps car en fin de journée ma hanche m’a rappelé à l’ordre. Il va falloir que je sois plus raisonnable mais ai-je dépassé l’âge de raison ? Par moment je me le demande !

Samedi 13

Tout guilleret, je suis allé au jardin plus tôt que d’habitude (avant l’arrivée de la grosse chaleur, mais pas trop tôt non plus, faut pas exagérer !). J’ai vidé un peu le trou du compost : 4 belles brouettes. La 4ème était peut-être en trop car je suis rentré à la maison sur les genoux (je veux dire avec la hanche qui grince puisque le genou est remis en état !). Non, décidément, je ne saurai jamais être raisonnable ! Des claques… je mérite des claques !
La chaleur est insupportable et le jardin crie « à boire ». Tous les jours on découvre de nouvelles plantes assoiffées, notamment le Viburnum ‘Jackie’ planté il y a au moins 2 ans et un Physocarpus ‘Diabolo’ de 3 m planté il y a au moins 10 ans. Je n’ai jamais vu ça ! Pour les revigorer le tuyau est mis au pied et je laisse l’eau couler lentement pendant une bonne ½ heure. J’en suis même à arroser certains arbustes pour la 2ème fois depuis notre retour. Décourageant !
Les plantes dans la serre, bizarrement, supportent bien les 35 ou 40 degrés. Ce sont pourtant des boutures pour la plupart enracinées, mais tout de même. Elles ont été copieusement arrosées.
En arrosant près de la serre, j’ai découvert une petite merveille en fleurs dans un pot. Des bulbes m’avaient été donnés et miracle, j’ai réussi ! C’est de l’Allium carinatum ssp pulchellum ‘Album’. Adorable ! Et en plus je viens de découvrir qu’il fleurit effectivement en juillet-août. Il faut donc le planter au plus vite dans un coin ensoleillé du jardin… sans casser la motte ! En fait je vais plutôt enterrer la motte avec le pot pour ne pas prendre de risques.

JPEG - 12.1 ko
Adorable ce petit Allium !


Madame continue le nettoyage des rosiers pendant que moi je reste au frais !!!

Dimanche 14

Un peu le matin (pas trop tôt tout de même) et un peu le soir (après 19 h) !!! Car entre les deux certains endroits du jardin sont intenables tellement il fait chaud… et le Normand « bâtardé » Breton, il déteste ! Il se calfeutre derrière des volets clos…
Ouf, le compost est vide : 2 belles brouettes (du terreau !).
Il y a maintenant une dizaine d’années que j’ai fabriqué un poulailler et les poules se succèdent (attaques de bestioles, décès suspects en tout genre !). Celles qui sont actuellement dans le jardin (Math et Sinus) sont vraiment bizarres : elles se couchent à des heures pas possibles et ont la sale habitude de virer le compost ou tout simplement la terre sur la pelouse. Elles ont 1200 m² pour farfouiller tranquillement entre les plantes, ce qui n’est pas gênant, mais elles adorent picorer en bordure de plate-bande, si bien que le soir il faut passer le râteau pour nettoyer le gazon. Bien entendu le compost mis dans les plates-bandes ces jours-ci a été pour elles une aubaine. C’est énervant mais allez expliquer à des poules (au QI… de poule !) de respecter le gazon !!! Le comble : j’avais mis en pleine terre, au printemps, 3 éclats d’Heuchères ‘Caramel’. Elles s’enracinaient bien mais Math et Sinus ont trouvé le moyen de chahuter deux plants (pas malin : j’avais mis du compost autour, ce qu’il ne fallait pas faire). Un plant a été récupéré et est resté quelques dans l’eau. Il est replanté dans un pot et ira dans la serre.

Mais qu’est-ce qu’il dit l’handicapé ? On lui fait des œufs (et les œufs à la coque, il ne crache pas dessus !), on lui fait du fumier haut de gamme, on lui nettoie les plates-bandes de toutes les petites bestioles qui pourraient attaquer les plantes et il râle le maniaque.



La clématite viticella ‘Etoile Violette’ a complètement fini sa floraison : elle est rasée presque complètement. ‘Huldine’ a encore quelques fleurs : elle est nettoyée sévèrement pour ne garder que les tiges encore fleuries. Et tout ça passe dans le broyeur bien sûr.

Lundi 15

Aujourd’hui c’était intenable dehors… La Bretagne n’est plus ce qu’elle était ! C’est la désolation : la pelouse est vert-jaune (tendance jaune à certains endroits) et ce qui est plus grave c’est que de nombreux arbustes souffrent de la sécheresse. On en a encore découvert d’autres. Ce sont bien sûr en général des jeunes plantés il y a moins de deux ans mais il y a aussi des arbustes adultes. Je suis assez dégoûté mais en ce moment et je ne dois pas être le seul jardinier à faire grise mine.
Il y a quelques endroits du jardin que je n’ai jamais réussi à aménager à ma convenance. Et en particulier un coin sec et ensoleillé. En ce moment, ce n’est que vivaces défleuries et quelques petits arbustes fatigués. J’ai tout nettoyé mais il faudrait, à l’automne en revoir l’aménagement avec des petits arbustes de terrain sec ou de graminées. A voir.
Les deux « foldingues » avaient mis tout le compost sur la pelouse. En 10 ans, c’est la première fois qu’on voit ça (du compost au milieu des plates-bandes, c’est bon, mais en bordure, c’est la catastrophe… relative tout de même). Etant encore le patron dans le jardin, une décision sérieuse a été prise : les « foldingues » resteront à l’isolement quelques jours. Les lâcher, même avec un bracelet électronique pour savoir où elles sont ne servirait à rien !

- Dis donc, t’as vu ça ma poule, on n’a plus le droit de mettre une patte dehors.
- Faut dire qu’on n’y a pas été de mains mortes avec nos petites pattes ! Le bazar qu’on a mis !!
- Caquète à tue-tête, ils détestent. Tu vas voir, ils vont craquer et nous lâcher vite fait.
- C’est lui qui ne devrait pas mettre un pied dans le jardin. Avec sa hanche déglinguée, t’as vu sa démarche ?
- C’est sûr qu’avec nos petites pattes, on est plus habiles pour virer le compost !!!
- T’es vache quand même !


Mardi 16

La célèbre fontaine qui fuit quand ça lui prend avait bien sûr été arrêtée début juillet quand nous sommes partis. Il fallait bien un jour la remettre en fonctionnement. Le bac a donc été vidé et nettoyé et c’est reparti ! L’ennui est qu’elle a perdu de sa superbe car les plantes qui l’habillaient ont en partie grillé (notamment l’helxine) et les plantes dans la plate-bande à côté sont fatiguées. Remettre tout ce coin aura été mon travail d’aujourd’hui. Je suis à cet endroit un peu protégé du soleil une partie de journée donc je n’ai pas trop peiné.

Mercredi 17

Enfin une journée sans soleil ! Ca doit râler à 2 km d’ici sur la plage mais au moins, pour nous, c’est vivable. Encore un petit effort et un peu de pluie et ce serait le paradis.
Journée jardinage à 4 mains (n’étant pas très performant, ça aide bien !). Les rosiers sont tous taillés. Une bonne corvée de terminée.
Aujourd’hui, j’ai consacré la journée au carré de graminées. Quand je parle de journée, c’est la journée d’un « handicapé » qui tire la patte donc on dira qu’elle dure maximum 3 heures (ce qui n’est déjà pas très raisonnable). Même les graminées sont assoiffées ! Certaines ont un feuillage jaune comme au cœur de l’automne. Elles ont été peignées et le carré a repris un peu d’allure mais il ne faut pas être trop difficile. Deux nouvelles graminées (qui étaient dans la serre) ont été plantées pour remplacer des Nassella trichlotonia en fin de course : une dont je ne connais pas le nom (elle a dû m’être donnée) et un Calamagrostis ‘Overdam’.

JPEG - 6.9 ko
Les épis de la graminée que je viens de planter
D’où vient-elle ? (achat ? cadeau ?) Et quel est son nom ?


Au moment où j’écris, j’entends un petit bruit sympathique : il pleut ! Je ne pense pas que l’on puisse craindre des inondations, mais qu’est-ce que c’est agréable ! La porte du bureau est grande ouverte : j’entends mieux !!!

Jeudi 18

Il fait légèrement moins chaud aujourd’hui malgré le retour du soleil, autant en profiter.

Jardinage à 4 mains… Je ne jardine absolument pas de façon rationnelle, c’est-à-dire que je passe d’une plate-bande à une autre en allant au plus pressé. On vient d’attaquer la plate-bande de la glycine en arbre. Et là le travail ne manque pas ! Il faut raser les vivaces défleuries mais commencer par le nettoyage de la glycine. Elle pose d’ailleurs un problème car elle penche dangereusement et mon système de tuteurage est à revoir. S’il y a une bonne tempête, je ne donne pas chère de sa peau ! La clématite ‘Romantika’ qui se trouve à son pied a été sévèrement taillée.
Un 3ème Plectranthus (acheté en juillet à Chaumont sur Loire) est enfin mis en pot. Son feuillage est vert et jaune mais je ne connais pas le nom. C’est le 3ème car il y avait déjà le Plectranthus argentatus (superbe feuillage gris) et un autre au feuillage vert foncé avec le revers et les tiges rouges. J’aime beaucoup ces plantes intéressantes pour le feuillage. Dommage qu’elles soient gélives, ce qui oblige à les cultiver en pot à les rentrer en serre l’hiver.

JPEG - 10.2 ko
Plectranthus argentatus
Mon préféré. J’adore cette plante que je bichonne... et que je bouture de peur de la perdre.
JPEG - 14.4 ko
Le 2ème acheté il y a 2 ou 3 ans.
JPEG - 23.7 ko
Et le petit nouveau.

Vendredi 19

A nouveau un peu de pluie ce matin. 10 mm… c’est tout de même mieux que rien ! Mais c’est insuffisant.
Malgré le soleil dans l’après-midi, l’air est plus respirable (pour combien de temps ?) et jardiner n’était pas trop pénible.
Retour dans la même plate-bande. Ce n’était pas du simple nettoyage mais plutôt du ménage. Je me suis enfin décidé à supprimer les plants d’hémérocalles qui se contentaient de faire du feuillage mais pour les fleurs, c’était nul. Aucun regret d’autant plus que je ne suis pas fan. Pourquoi ne l’ai-je pas fait plus tôt ? D’autres vivaces envahissantes ont été supprimées. Ce n’est pas tout à fait terminé mais je ne suis pas mécontent du résultat. On verra plus tard le réaménagement de ce coin du jardin.

Samedi 20

Il y avait bien longtemps que je n’avais pas travaillé autant dans le jardin. Oui, je sais, je dois faire attention mais il n’y a pas de mal à se faire plaisir ! J’ai donc continué à nettoyer dans le même coin et je ne suis pas mécontent du résultat.

Dimanche 21

Il ne m’était possible de jardiner que le matin. Je nettoie toujours dans le même secteur. Des Iris germanica fatigués sont partis au compost. Il va d’ailleurs falloir faire du ménage car certains ne fleurissent plus. Problème : pour beaucoup de plants, il va être difficile de retrouver de quelle couleur sont les fleurs. C’est un peu le bazar !
Un Viburnum burkwoodii est un vrai monument. En hauteur, ce n’est pas bien grave, mais en largeur, c’est plus embêtant car il empêche de passer dans une allée. Si je le taille trop, il risque de ne rester que des troncs. Il faut donc le diminuer de volume progressivement sur plusieurs années. La taille est commencée mais il va falloir continuer ces jours-ci. Encore du bois à broyer !

Lundi 22

Broyage des tailles du Viburnum. Je ne pouvais pas en faire plus car j’avais un rendez-vous important dans l’après-midi. Bilan : opération de la hanche (pose d’une prothèse) le 1er… décembre, ce qui n’est pas une catastrophe car depuis l’intervention sur le genou, je peux marcher sans trop de difficultés (ça dépend des moments) et jardiner… en restant raisonnable. Je vais même dans les jours à venir, réfléchir à des visites de jardins pour le groupe « Arrosoirs et sécateurs ». J’ai déjà quelques idées !

Mardi 23

A nouveau la grosse chaleur… Pas de temps pour jardiner : je me contente
- de mettre en pots des éclats d’un bambou (donnés par mon gendre) mais dont je ne connais pas le nom (il a de très beaux épis – le bambou, pas le gendre !… il faut que je fasse des recherches)
- et de faire des boutures d’un Sedum confusum.

Jeudi 25

L’escabeau est resté bêtement toute la journée près du Viburnum à attendre le jardinier… Mais le jardinier a préféré faire du tir à l’arc, aller à la plage faire des pâtés et aller du côté du manège !

Vendredi 26

Même programme qu’hier à ceci près que j’ai réussi à m’échapper une petite heure pour continuer la taille du Viburnum, d’une clématite viticella qui le recouvre complètement (plusieurs m² de petites fleurs en juillet) et d’un Fargesia rufa (un bambou non traçant mais qui a tendance à faire une touffe trop volumineuse. De plus, à cause de ses tiges fines, celles qui sont à l’extérieur s’écroulent sur les plantes des alentours). Petite remarque… si vous avez un petit-fils qui aime le tir à l’arc, je vous donne un conseil qui est de planter un Fargesia : ses cannes font d’excellentes flèches ! (et vous plantez bien sûr un noisetier ou un châtaignier pour faire l’arc !). Le jardinage mène à tout !!!

Samedi 27

Reprise du jardinage pour deux jours… Il y a un gros travail de taille du côté du Viburnum car les arbustes de tout ce coin de jardin sont également à tailler (bambou, clématite viticella, Azara dentata…). De plus, je taille les pommiers en espalier (taille en vert). En réalité c’est le broyage qui prend le plus de temps. Je n’ai pas chronométré, mais j’ai dû passer environ 2 h ½ à broyer pour obtenir 3 brouettes de paillis.
Incident : Sans doute ai-je dérangé une guêpe en taillant un des pommiers. En tout cas, elle me pique le doigt. Je la chasse mais trois copines (des foldingues) me foncent dessus et me piquent à la main et à l’oreille. Le tout en 2 ou 3 secondes, c’est assez impressionnant. Je n’ose imaginer ce qui peut se passer quand on tombe sur un nid de guêpes !

Dimanche 28

Le mystère des guêpes est résolu. Je me trouvais tout près d’un nid pour oiseaux posé il y a un an. Or, le nid a servi aux guêpes qui s’y sont installées. Un beau nid de guêpes… Pulvérisation d’un insecticide par le trou du nid. Elles étaient piégées et le nombre de bestioles qui sont sorties était impressionnant.
A propos de bestioles, hier ce sont les aoûtats qui se sont régalés sur mon avant-bras droit. Des démangeaisons pénibles et rien à faire sinon attendre que ça passe.
Je termine les tailles et le broyage (près de 2 h et 2 belles brouettes de broyat).
Découverte de deux plants de Griselinia littoralis qui mesurent 1,50 m pas très fringants : les feuilles sont marrons et tombent. Manque d’eau ? C’est bizarre car il y a une bonne semaine, on avait remarqué que les plants avaient déjà un feuillage en partie abîmé et on avait arrosé. En tout cas, si les plants crèvent il va falloir très vite les remplacer car ils sont placés dans un endroit de la haie qui ne supporte aucune vue extérieure !

JPEG - 13.9 ko
Sécheresse ? maladie ?
Bizarre...

Lundi 29

Pas beaucoup de temps pour jardiner mais je dois l’avouer, pas trop de courage : même si on est sortis de la canicule, le soleil est revenu et il fait vraiment chaud… je n’en peux plus ! De plus, le jardin me désole. Je ne l’ai jamais vu dans cet état. C’est sec à tel point que je ne regarde plus certains endroits. Pour l’instant j’essaie de limiter les dégâts, mais il y aura de la casse… Le côté positif : on aura de bonnes raisons pour aller encore à des fêtes des plantes !
Seul travail de la journée : taille puis broyage d’une autre clématite viticella.


Suite : Septembre 2016



Retour
en août 2015
en août 2014
en août 2013
en août 2012
en août 2011
en août 2010
en août 2009
en août 2008
en août 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en août 2016

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic