Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2017

Retour le mois précédent, en avril 2017


Lundi 1er


Cette année le muguet était en fleurs dès le 15 avril. Il est donc fané pour ce 1er mai ! J’ai donc repris dans mon stock de photos des années précédentes pour vous envoyer ce petit brin de muguet...
Fête des plantes au Stangalar à Brest. C’est une de mes fêtes des plantes préférées. Il y a les pépiniéristes que je connais depuis longtemps et que je rencontre chez eux ou sur les fêtes des plantes. Un petit brin de conversation sur le froid du mois de janvier ou la sécheresse d’avril ça entretient les relations. Et il y a les nouveaux que je découvre.
J’étais venu surtout pour trouver des arbustes.
Quelques achats :
- 3 arbustes : Ligustrum sinensis ’Lemon Lime’, Olearia paniculata, Syringa patula ’Miss Kim’
- Narcisse ’Baby Moon’
- 2 fougères : Dryopteris affinis ’Polydactyla Dadd’s’, Dryopteris erytrosora ’Prolifica’
Je mettrai des photos. Mais pendant quelques jours je risque d’être un peu moins disponible car le petit Achile (le futur petit jardinier) est arrivé hier soir !

Mardi 2

Gaspard m’aide à planter les 2 arbustes pour la naissance de son petit frère : l’Olearia paniculata (un feuillage persistant très résistant en bord de mer. Il est donc planté sur le côté de la maison à l’endroit le plus venté près du Physocarpus ‘Amber Jubilee’ planté la semaine dernière) et le Ligustrum sinensis ‘Lemon Lime’ (un troëne aux feuilles entièrement jaunes. Il est planté dans la haie de clôture. C’est un endroit où il a toujours manqué un arbuste : plus de 20 ans pour me décider !).

JPEG - 55.7 ko
Gaspard plante l’Olearia paniculata
JPEG - 62.6 ko
Ligustrum sinensis ’Lemon Lime’ au milieu d’hellébores


Gaspard en profite pour planter son nouvel arbuste. C’est un Syringa patula ‘Miss Kim’. Sa floraison mauve est à tomber. Son arbre planté pour sa naissance (un Disanthus) est mort à cause de la sécheresse il y a un ou deux ans.

JPEG - 25.5 ko
Syringa patula ’Miss Kim’


Plantation d’un petit narcisse botanique ‘Baby Moon’ près de la terrasse tout près de 3 fougères au pied d’un camellia. En fait, une fougère (Selaginella involvens) est enlevée car elle n’a pas l’air de se plaire à cet endroit. Elle est plantée dans un autre coin du jardin et remplacée par une autre achetée hier : Dryopteris erythrosora ‘Prolifica’. L’autre fougère (Dryopteris affinis ’Polydactyla Dadd’s’) est installée dans la descente du garage.
Beau boulot… je ne pensais pas pouvoir en faire autant… en ce moment, le temps à consacrer au jardinage est limité !

Mercredi 3

Peu de temps pour jardiner (devinez pourquoi !)
Dans les bassins, j’ajoute deux plantes dont un Eriophorum angustifolium (coup de foudre pour ses petits épis blancs).

Jeudi 4

Dans un des pots j’ai mis une plante dans du terreau pour plantes aquatiques. C’est cher mais en plus l’eau des bassins est devenue trouble voire laiteuse. Tout faux ! J’ai donc vidé 2 fois les bassins et recouvert de morceaux d’ardoise le pot qui contient ce terreau. Et apparemment le problème est résolu.
Les potées qui se trouvaient dans la serre sont mises dehors dans les plates-bandes (3 Aeonium, 3 variétés de Plectranthus, pelargonium sidoides, lavande). Normalement il ne devrait plus y avoir de risques.
Et un peu de nettoyage du côté de la serre…

JPEG - 38.1 ko
Le pot d’Aeonium est placé sur la terrasse
JPEG - 37.1 ko
un pot de Plectranthus
JPEG - 57.4 ko
Une lavande (gélive) en pot
JPEG - 49.3 ko
Un Plectranthus argentatus en pot

Vendredi 5

J’ai trouvé tout à fait par hasard un bout de rouleau de grillage à poules. L’occasion de faire 3 cloches. Elles me servent à protéger les nouvelles plantations de vivaces des dégâts éventuels dus aux poules. En fait, je sais où elles vont dans le jardin car elles ont leurs coins privilégiés et donc si je plante dans ces endroits, je me méfie car ces deux là sont redoutables (il y a des poules depuis plus de 10 ans et il n’y avait jamais eu de problèmes avec les autres). Mais ces cloches servent aussi de décoration. Quand elles sont posées entre les plantes et qu’il y a un visiteur, j’attends la question qui ne tarde pas à arriver « elles servent à quoi tes cloches ? ».

La belle saison est arrivée définitivement (même si elle a commencé tôt cette année) : le radiateur de la serre est rentré dans la maison et les « grosses » sont de sortie près des bassins.
Ci-dessous, 4 des 6 "grosses".



Une partie de la serre est nettoyée (avec les pots sortis hier, du vide a été fait). J’ai fait un peu de tri parmi les plantes : il y a celles qui doivent être plantées très vite, celles qui doivent changer de pot (un pot plus grand avec du terreau), celles que je vais donner lors d’une tombola prochaine lors d’une journée de visites de jardins…
Il y avait justement deux pots d’Itea virginica ‘Henry’s Garnet’. Je donnerai certainement l’un des pots mais l’autre Itea est planté en pleine terre.

Samedi 6

Il faut continuer à vider la serre. C’est bien de faire des boutures, encore faut-il ensuite les planter dans les plates-bandes !
Les succulentes servent de décoration (elles sont placées du côté de la terrasse, sur les salons de jardin…). Petit problème avec les succulentes : quelles sont celles qui supportent le froid ? J’ai tout mélangé si bien qu’elles sont toutes stockées l’hiver dans la serre. Il faudrait que je prenne le temps de rechercher les noms des plantes pour savoir si on peut les laisser dehors.

Nettoyage d’un petit coin de plate-bande et réaménagement : plantation de boutures enracinées d’un Hypericum arbustif au feuillage jaune (sans doute ‘Golden Beacon’), de Senecio vira-vira et de Polygonum equisitiformis. J’y ajoute des petits plants de Nigelles de Damas récupérés dans un autre coin du jardin. Tous les jours depuis plusieurs mois je passe près de semis spontanés de nigelles et tous les jours je me dis que ces petits plants sont mal placés et qu’il faut les déplacer. Je me suis enfin décidé à le faire, ce n’est pas trop tôt !

Dimanche 7

Dans la serre, certaines boutures sont enracinées mais le pot est devenu trop petit. De plus, le terreau de bouturage est, par définition, neutre et pauvre. Ils sont mis dans des pots plus grands en ajoutant de la terre. C’est le cas notamment de la clématite ‘Blue Angel’, de la clématite ‘Golden Tiara’, de l’Hydrangea ‘Snow Flake’…
Je fais même du ménage dans la serre. Du vrai ménage sur les étagères avec la petite balayette, l’éponge. Ne manque que le produit pour faire les vitres ! Une vraie petite fée du logis !
Le taille haie reprend du service : un quatrième Pittosporum tenuifolium est taillé. Il commençait à prendre des dimensions qui nécessitaient une intervention. On ne fait pas attention et un jour on réalise qu’il est impossible de le tailler car trop volumineux. Je me suis fait avoir pour deux d’entre eux, j’ai retenu la leçon.
Et la journée se termine par une séance de broyage (je parle de jardinage… pas de politique !!!)

Lundi 8

Même si le gazon ne pousse pas beaucoup (en tout cas beaucoup moins que ce qu’il devrait à cette époque), il a bien fallu le tondre. C’est la 4ème fois de l’année.
A nouveau une bonne séance broyage (les coupes du Pittosporum). Le broyat est répandu sur un carré de terre préalablement nettoyé autour d’un Hydrangea paniculata ‘Limelight’.
Même si c’est un peu tard, je me décide enfin à tailler les buis. Il doit y avoir en tout 18 boules. Elles deviennent un peu trop grosses et notamment les 16 qui forment un carré. Je veux absolument que les boules restent bien distinctes les unes des autres. Il faut donc agir. Je compte bien sur Gaspard pour m’aider mardi et mercredi (il adore les tailler avec une paire de ciseaux !)

Mardi 9

Je ne suis pas mécontent ce soir car aujourd’hui je viens d’avoir la confirmation que j’ai très probablement un QI supérieur à celui d’une poule. Je sais, c’est un peu prétentieux mais c’est à vous de juger. Vous savez que les poules ont tendance à gratter systématiquement la terre ou le compost autour des plantes nouvellement mises en place. Bien entendu c’est ce qui s’est passé avec les heuchères. J’ai donc mis les cloches en grillage. J’ai lâché les poules et elles ont évidemment pris immédiatement la direction des heuchères. Mais elles se sont trouvées coincées car les cloches les empêchaient de gratter aux pieds des heuchères. Mais elles ont toutefois réussi à gratter un peu entre les cloches. J’ai donc placé devant les cloches des petites barrières décoratives en fonte. Je lâcherai demain les bestioles et je saurai alors vraiment si je suis plus futé qu’une poule et si mon QI est supérieur aux leurs. Suspense…
Quelques petites plantations sans grande importance. Le courage n’était pas au rendez-vous car il a fait une chaleur lourde et depuis que vous me lisez, vous savez qu’au dessus de 22/23°C je suis complètement liquéfié. Et c’était le cas aujourd’hui.
Dans ce cas, je me replis devant l’ordinateur au frais ou bien dans le garage par exemple pour faire du broyage. Mais, cet après-midi, aucune taille sous la main. J’en ai donc profité pour remettre en état un élément décoratif en bois : ponçage puis couverture avec de la bouillie bordelaise bleue (comme pour la porte). Vous verrez avec une photo de quoi il s’agit quand il sera remis en place.

Mercredi 10

Lâcher des poules : j’ai gagné ! Je peux donc confirmer que mon QI est supérieur à celui d’une poule. Ouf, c’est réconfortant.
Avec Gaspard, je suis allé acheter une paire de ciseaux pour tailler les buis (SA paire de ciseaux). Elle me servira dans la serre pour faire des boutures. Mais une fois les ciseaux achetés, il m’a planté lamentablement : « Non, j’ai pas envie ». Du coup, je n’ai rien fait !

Jeudi 11

Mais pourquoi faut-il que j’attende qu’il pleuve et que la gouttière déborde pour la vider de toutes ses cochonneries. Cette fois ce sont les chatons du bouleau et à l’automne j’interviendrai encore en catastrophe quand elle sera remplie de feuilles. Et c’est comme ça depuis plus de 30 ans ! Désespérant…
Les Aster ericoides sont superbes mais plutôt envahissants. Il devait bien y avoir une touffe de 2 m² qui entourait un petit camelia qui ne demandait qu’à avoir un peu d’air. J’ai donc supprimé les ¾ des plants et les donnerai demain aux ami(e)s d’Arrosoirs et sécateurs en balade dans le Finistère. Avant de mettre ces plants dans la voiture (2 grands paniers), je les ai taillés de moitié (j’en ai fait autant sur les plants restants). Pourquoi ? C’est une sorte de pincement : les tiges vont se ramifier et les plants seront moins hauts donc moins sensibles au vent qui a tendance à les coucher.
Ouf, le compost est entièrement vidé.

Vendredi 12

Les visites de jardins avec A&S, c’est reparti... Le matin nous étions au Huelgoat dans le Finistère à l’arboretum "Les arbres du monde". Je l’avais visité il y a plus de 10 ans mais il fallait absolument y retourner, d’autant plus qu’il vient d’être « repris en mains » par Malo Dormont, un jeune jardinier débordant d’énergie. Malo nous a fait visiter une partie de l’arboretum (22 ha en 2 h ½, ça fait beaucoup… surtout quand dans le groupe il y a un demi-handicapé de la hanche et du genou !).
Que de raretés et que de merveilles. Et Malo est passionnant et chaleureux !


L’après-midi, visite du « jardin du bout de la lande » à Plévin (22). Un jardin de plantes de terre de bruyère (Rhododendron, Azalée...). Cet été, les Hydrangeas seront les vedettes et à l’automne les feuillages d’automne. Je commence à être habitué aux visites et aux jardiniers qui nous reçoivent. A part quelques très rares exceptions, l’accueil est toujours chaleureux et le jardinier est heureux de nous montrer son jardin (les jardinières aussi d’ailleurs !!!). L’enthousiasme de Jean-Luc Riou est vraiment unique.


La journée se termine à la pépinière de Julien Caillarec à Motreff. Quelques achats s’imposaient et on a trouvé des vivaces intéressantes mais on en reparlera.

Samedi 13

Désherbage du gazon. Chimique : j’assume ! Je ne l’avais pas fait depuis au moins 2 ans et à certains endroits apparaît du trèfle et quelques autres cochonneries. Il fallait agir. Le traitement a été fait seulement aux endroits touchés.
La fenêtre en bois qui a été repeinte à la bouillie bordelaise est remise en place. Mais pas au même endroit : elle est cette fois près de la fontaine.


Dimanche 14

J’étais parti pour mettre en place les plantes achetées vendredi et notamment deux fougères. En fait, j’ai désherbé le petit (très petit !) sous-bois et planté une des deux fougères : Athyrium ‘Victoriae’.
Plantation d’un Iris sibirica ‘Caesar Brother’. Il y a quelques années il y avait plusieurs cultivars d’Iris sibirica. Il me semble qu’il y a eu des pertes (à voir) donc on a craqué…

Lundi 15

5ème tonte du gazon. Avec l’alternance des petites pluies et de la chaleur il avait bien poussé d’autant plus qu’il y a une semaine je l’avais tondu trop haut sans le faire exprès.
Journée de plantations des vivaces achetées vendredi :
- Athyrium nipponicum ‘Red Beauty’ : une fougère qui va rejoindre les autres fougères dans le petit sous-bois. C’est un cultivar voisin de la ‘Metallicum’ mais son feuillage décline plusieurs tons de vert. La ‘Metallicum est superbe et se plait bien près de la serre.
- Sedum spurium fuldaglut : son feuillage pourpre le destinait évidemment au jardin noir.
- Disporopsis pernyi  : un couvre-sol cousin du muguet mais dont les fleurs font penser à celles du « sceau de Salomon ». Coup de foudre… Rejoint le sous-bois.
- Aster albescens : un Aster arbustif qui semble être sympa. Sa place a tout de suite été trouvée. Etonnant !

JPEG - 16.1 ko
Disporopsis pernyi

Mardi 16

J’aime les belles pelouses, elles mettent en valeur un jardin. Mais le top du top, ce sont les bordures qui doivent être soignées. Personnellement j’ai du mal pour deux raisons. La terre est très légère, donc je ne peux pas obtenir des bordures nettes très longtemps car il est impossible de faire des petites tranchées qui se maintiennent en bordure de plate-bande. De plus, il faudrait refaire les bordures au moins 3 ou 4 fois par an et cela me barbe. Il y aurait bien la solution des petits pavés à la queue leu leu mais je déteste car cela manque de naturel.
Bref, tout ça pour dire que j’ai passé la journée à faire la bordure de la pelouse devant la maison. J’y ai passé la journée car, bien entendu, remettre en état la bordure nécessite un minimum de nettoyage de la plate-bande. C’est la moindre des choses ! Mais au lieu de passer une heure... on en passe trois... et ça change tout.

Jeudi 18

Hier il a bien plu et apparemment presque toute la journée. Tant mieux, d’autant plus que je ne pouvais pas jardiner.
Aujourd’hui changement de programme : je pensais continuer les bordures mais un imprévu est ven tout chambouler. Imprévu… pas tout à fait…
Mon arbre préféré dans le jardin est le Cercis canadensis ‘Forest Pansy’. Une merveille plantée il y a une vingtaine d’années. En fait, ce soir, je devrais dire était car il est maintenant à l’état de broyat et demain il devrait être aussi à l’état de bûches pour la cheminée. Oui, vous pouvez verser une petite larme et me demander la gorge nouée « mais pourquoi donc ? ». C’est simple et c’est toujours la même raison : le vent de la mer et le jardinier imprévoyant qui ne tuteure pas suffisamment. Quand il a été planté, j’étais jeune et je ne l’ai pas du tout tuteuré. Petit à petit le tronc s’est mis à pencher, mais d’une façon très esthétique si bien que je ne me suis pas inquiété, bien au contraire. Je le trouvais tellement… pas comme les autres. Et puis, depuis 2 ou 3 ans je trouvais qu’il se couchait un peu trop mais tout en gardant son aspect original. Toutefois, depuis un an il commençait à gêner un peu le passage sur la pelouse alors qu’il était au milieu d’une plate-bande et il y a quelques jours je sentais bien qu’il avait tendance à se laisser aller : un tronc se rapprochait dangereusement de l’horizontale au point de ne plus passer la tondeuse sous le tronc. J’avais beau le regarder en coin en sachant qu’il allait falloir agir très vite… Et j’ai agi aujourd’hui car il s’est écroulé complètement (probablement hier ou cette nuit). Donc sécateur, scie-sabre, broyeur et demain tronçonneuse.

Et pour couronner le tout la scie-sabre s’est arrêtée brutalement et ne veut plus redémarrer. Y’a des jours où l’on ferait mieux de rester sous la couette ! Bref, je suis « vénère », dépité, dégoûté au point d’envisager de me mettre au tricot ou pire… aux mots croisés ! C’est dire…

Vendredi 19

La tronçonneuse a été d’une efficacité redoutable une bonne partie de la journée. Le Cercis est à l’état de bûches au milieu de la pelouse. Je ne pourrai les enlever que lundi. Une constatation : il avait un problème au bas du tronc et il était condamné depuis un bon moment. Je sais que je suis assez balèze mais pour l’arracher, je n’ai eu qu’à tirer sans aucune résistance sur les troncs.
Et maintenant ? La décision est prise : on en mettra un nouveau car on n’envisage pas le jardin sans cet arbre. Demain le groupe A&S passe entre deux jardins dans une excellente pépinière… avec un peu de chance, sait-on jamais ?

Samedi 20

Le groupe A&S avait besoin de prendre l’air (l’air du Finistère).
Le matin : Jardin des Sitelles. On connaissait ce jardin pour l’avoir visité fin juin 2016 (Lire l’article mais je voulais le faire connaître aux amis et amies d’A&S. Je ne regrette pas car ils ont aimé et on a passé un excellent moment avec Gérard et Jacques. Quel accueil !

JPEG - 34.5 ko
On m’appelle "GENAOUEG"
... parce que j’ai une grande bouche ! (= celui qui parle pour ne rien dire = benêt, nigaud)


Midi : Juste avant la pause sandwiches dans un petit coin très bucolique près d’une rivière, petit tour à la pépinière Talascorn (elle touche le jardin des Sitelles… il aurait été stupide de ne pas en profiter d’autant plus que je connais la pépinière depuis très longtemps… une très bonne adresse). Et devinez ce que l’on y trouvait ? Je vous le donne en mille : 2 très beaux Cercis canadensis ‘Forest Pansy’. Ce soir, il y en a au moins un de parti ! Bien sûr on a craqué pour quelques autres plantes, mais j’en reparlerai.
L’après-midi : Jardin de Treuscoat. Depuis plus d’un an plusieurs personnes m’avaient parlé de ce jardin ouvert au public depuis peu. Pourquoi résister ? C’est un jardin de 1,8 ha planté de Rhododendrons, Hydrangeas, Magnolias et autres plantes de terre acide. Une heureuse découverte et là encore, l’accueil par un couple passionné par les plantes a été particulièrement chaleureux. Mais je vous en reparlerai dans la rubrique « Jardins à visiter ». Petit regret : nous sommes venus un peu tard : floraison des Rhododendrons terminée.



Ce soir, j’ai le dos, les genoux, les hanches, les mollets complètement en vrac !!! (j’exagère peut-être un peu, mais je sens comme un petit coup de fatigue). Mais très belle journée.



Retour (les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
Mai 2016
Mai 2015
Mai 2014
Mai 2013
Mai 2012
Mai 2011
Mai 2010
Mai 2009
Mai 2008
Mai 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2017

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic