Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en juillet 2017

Reour au mois précédent : Juin 2017


Samedi 1er

Le jardin sur le côté de la maison est propre. Il reste tout l’arrière à faire.

Dimanche 2

Et la peinture continue…
Et le nettoyage continue…
C’est d’une banalité !

Lundi 3

Je ne vais pas continuer à écrire que je passe un petit moment chaque jour à peindre les huisseries extérieures de la maison.
Il y a longtemps que je n’en ai pas parlé mais sachez que le mystère de la petite fontaine qui fuit n’est toujours pas résolu. Et en ce moment, elle est assez souvent vide. C’est à n’y rien comprendre car elle se vide brutalement en quelques heures et non petit à petit sur plusieurs jours. Bref… Je profite qu’elle soit vide pour nettoyer le bac : au fond, il y avait plusieurs centimètres de terre et de feuilles pourries.
Le nettoyage au Nord de la maison a bien avancé. La lutte contre le feuillage bourré d’oïdium des ancolies a repris. Les touffes sont rasées. C’est tous les ans. D’après mes renseignements, certains n’ont pas d’oïdium, ici c’est systématique. Pourquoi ? Je ne sais pas. En tout cas, c’est particulièrement laid.
Et comme tous les ans, c’est la chasse aux plants d’Anémone du Japon. Comme peste, cette plante tient le pompon. Si je laissais faire, il n’y aurait que ça dans une plate-bande.
Quand on nettoie, on a le nez au niveau des plantes et l’on voit mieux leur état. Et dans la plate-bande où j’ai travaillé aujourd’hui, on sent bien que l’eau commence à manquer sérieusement. Et ce n’est pas ce que la météo prévoit pour les jours prochains qui va arranger la situation. Oui, je déteste l’été au jardin !

JPEG - 25.6 ko
J’adore les Agapanthes. Et vous ?
J’ai eu beaucoup de mal pour en voir fleurir mais maintenant certains plants fleurissent bien et de plus en plus.

Mardi 4

Je ne supporte plus les touffes de feuillage d’ancolie. A cause de l’oïdium, il est taché de gris et c’est vraiment laid. Donc décision radicale : je vais raser toutes les touffes. Mais il y en a partout. Le travail est commencé mais est bien loin d’être terminé.
La fontaine ce soir est vide ! La plaisanterie est un peu lourdingue...

Jeudi 6

La fontaine a été remplie hier. Dans combien de temps faudra-t-il recommencer ? Connaîtrai-je un jour l’explication ?
La chaleur est à nouveau là. Moins qu’hier, mais suffisamment pour me faire renoncer au jardinage dans l’après-midi. Vers les 18 h je retourne raser les pieds d’ancolies dans le fond du jardin. Pourquoi là ? Tout simplement parce que la grande plate-bande est à l’ombre la plupart du temps. En fait, une bonne partie du jardin est ombragée et il y fait souvent très bon alors qu’au soleil c’est intenable (pour moi en tout cas). Et dire qu’à moins de 2 kilomètres d’ici certain(e)s rôtissent côté pile… puis côté face ! D’ici, parfois j’ai des relents de viande grillée !!!
En plus des ancolies, je rase des touffes de Tradescantia x andersoniana. C’est une plante sympa en fleurs mais qui a la fâcheuse tendance à s’écrouler après la floraison. Je pense que je vais me décider à supprimer des plants (il y en a trop).

Vendredi 7

Impossible de jardiner dans la journée : le jardin est un four. Dans la soirée je vais nettoyer la grande plate-bande où j’étais déjà hier. C’est une plate-bande que je n’aime pas et que je n’ai jamais réussie. Il va falloir supprimer des vivaces sans grand intérêt et planter quelques petits arbustes. J’avais commencé mais certains arbustes n’ont jamais démarré (soit à cause du manque d’eau l’été pendant notre absence, soit à cause du gel l’hiver).

Samedi 8

Même en bermuda je ne tiens pas dehors. Je ne vais tout de même mettre un string !!!
Toutes les ancolies sont rasées (sauf les quelques plants oubliés par ci par là !). Toujours un peu de nettoyage dans un autre coin du fond du jardin… à l’ombre. Je fuis le soleil !
L’arrosage continue. Pour éviter le gaspillage et l’arrosage inutile, je mets au bout du tuyau une pomme d’arrosage et je laisse couler un filet d’eau au pied des plantes qui sont susceptibles de souffrir ou bien qui souffrent. Attention aux Hydrangea qui sont très sensibles au manque d’eau. J’en ai perdu ainsi qui n’étaient pas encore installés.

Lundi 10

Pas le temps de jardiner… ou si peu.
Je me suis enfin décidé à tailler le Physocarpus ‘Diabolo’. Il était trop touffu. Les vieilles branches ont donc été supprimées. Il est beaucoup plus léger et pour un peu je me ferais des compliments ! Bien entendu, une séance de broyage s’imposait.

Mardi 11

Les séances de jardinage seront un peu limitées jusqu’à la fin du mois. Les vacances scolaires ont commencé, je n’ai donc pas besoin de vous faire un dessin. Mais j’arriverai toujours bien à m’échapper un peu…
Comme aujourd’hui… Je me décide enfin à planter 3 vivaces achetées il y a un mois. Elles commencent à souffrir en pot donc il fallait agir au plus vite même si je ne suis pas sûr d’avoir trouvé leurs places définitives. Il s’agit encore de 3 moutons à 5 pattes dont je n’avais aucune idée de l’existence il y a encore un mois : Xanthorhiza simplissima (un couvre-sol), Rubus illecebrosus (le framboisier-fraise du Japon. C’était pour moi, le champion de la culture des fruitiers !!!) et Potentilla anserina (couvre-sol au feuillage gris).
Et bien sûr un peu de nettoyage. J’ai oublié de dire qu’au fur et à mesure que je nettoie les plates-bandes, j’en profite pour faire les bordures de la pelouse… qui jaunit lamentablement. Je l’ai rarement vue ainsi…
J’ai pris un plaisir tout particulier à jardiner environ une heure car il pleuviotait… il bruinassait… il crachouillait… L’extase. Je respire enfin ! Bon, pour les plantes, c’est plus que juste (!) mais pour moi c’est revigorant, énergisant, vivifiant, tonique… bref je me sentais tout d’un coup plus jeune !

Jeudi 13

Satanés bambous ! Quelle idée ai-je eu de planter ces Phyllostachys ‘Aurea’ en limite de propriété ? Je coupe… je coupe… et je broie. Bon, j’obtiens un bon paillis, mais quand même.
Actuellement le nettoyage se fait autour de la cabane.

Vendredi 14

Corvée bambous (suite). J’avance bien même si je suis loin d’avoir terminé. En fait les bambous qui sont à moins de 20 cm du claustra de séparation sont rasés et broyés.
Nettoyage d’une nouvelle plate-bande. La terre est sèche !
Découverte d’un Hydrangea bleu en fleur. Il fait au moins 1,50 m. Il est vraiment très beau cette année. Mais petit problème : les feuilles pendouillent ! Arrosage copieux en catastrophe. Ce soir, il a retrouvé toute sa superbe ! Ouf…

Samedi 15

Je continue à nettoyer la plate-bande qui longe la rue. En bout il y a le rosier ‘Toby Tristam’ que je maudis car c’est un rosier liane monté sur une structure en fer à béton. Il fait au moins 4 m de haut et 3 m de large. Un monument ! Pourquoi le tailler ? Tout bêtement pour qu’il prenne moins de place et pour donner de l’air à l’Hydrangea planté à côté. Le pauvre se trouve recouvert par le rosier après la floraison. Mais pourquoi ai-je réussi cette fichue bouture ? Bref, une corvée m’attend…

Dimanche 16

Encore de la grosse chaleur mais je ne travaille pas au soleil. Oui, j’ai commencé par travailler sous le ‘Toby Tristam’ ! Aujourd’hui, il m’a fallu près d’une heure pour tailler la partie basse des branches qui retombent. L’Hydrangea m’a remercié car il voit un peu plus la lumière. Il reste à tailler le haut. Mais comme il fait des fruits à l’automne, pourquoi ne pas tenter le coup d’en avoir donc de ne pas tailler toutes les branches ayant fleuri. A voir… Mais il faut tout de même tailler les branches mortes sans s’accrocher, en évitant les échardes… Pas de quoi prendre son pied.
Tout près, il y a la petite arche d’une des entrées. Elle était recouverte par une clématite dont je ne connais pas le nom (elle n’existe pas dans ma liste des clématites du jardin !). C’est certainement une viticella, mais laquelle ? Ses petites fleurs sont d’un bleu soutenu. Elle est jolie mais sa floraison est terminée. J’ai pris la décision de couper à la moitié de sa hauteur. Bien m’en a pris car j’ai fait une découverte à laquelle je ne m’attendais pas : une traverse de l’arche (qui est en bois) est pourrie à tel point qu’il manque une bonne partie du bois ! Coup de chance : cela ne se voit pas quand on est dans le passage. Je vais donc tricher : mettre du durcisseur, recouvrir le bois pourri de silicone et peindre. Ca de plus ou de moins… Mais cela va tenir combien de temps ?
Suite du nettoyage dans un autre coin et une autre découverte : un Hydrangea planté dernièrement crève de soif, ce qui n’est pas surprenant. Il se trouve juste à côté de l’Hydrangea macrophylla ‘Ayesha’ qui mesure environ 2 m en tout sens. Lui aussi commence à réclamer de l’eau. Ils en ont eu tous les deux. En fait je surveille les plantes mais il y en aura bien quelques-unes qui vont échapper à ma vigilance. Et au retour fin août, je n’ose pas y penser !

Dimanche 16

Impossible de jardiner : je tiens à ma peau…
Changement de programme pour la traverse de l’arche. En regardant de plus près, le mieux est de l’enlever et de la refaire. Il suffit que le jardinier se transforme en menuisier. Je pense être capable de refaire la pièce à l’identique… ou presque.

Lundi 17

Toujours dans l’incapacité de jardiner. En ce moment je survis… difficilement.
J’ai acheté un gros tasseau pour faire la pièce de l’arche. Pour l’instant le jardinier est tantôt peintre, tantôt menuisier (au bout de 40 ans, les huisseries ont besoin de quelques réparations avant d’être peintes). C’est moins fatigant !

Mardi 18

GIF - 11.9 ko
C’est moi... mais sans parapluie !

Ca pète de partout… les coups de tonnerre et les éclairs se succèdent… Par moments l’eau tombe à seau. Il paraît que les touristes font la gueule mais moi je jubile. Le bonheur ! Je revis… Je rajeunis… Je ne peux pas m’empêcher d’aller faire un tour dans le jardin sous la pluie : un cure de jouvence !
En fait il est tombé 10 mm de pluie (mon pluviomètre est étrenné). Bien sûr, cela ne rattrape pas le retard mais c’est bon à prendre. Malheureusement dans l’après-midi le soleil ne peut pas s’empêcher de faire une courte apparition.
Bref, petite séance de nettoyage en fin d’après-midi.

JPEG - 12.5 ko
Le rosier ’Héritage’ est encore en fleurs.
C’est un David Austin

Mercredi 19

Le ciel est gris… il fait même un peu frisquet. Et même à un moment il a bruinassé. Qu’est-ce que c’est bon. J’avais oublié que jardiner peut donner autant de plaisir. Et donc je nettoie à fond… Le pied. Je pense que j’aurai le temps avant notre départ de remettre le jardin en état pour notre absence.
Quelques photos du fond du jardin :


Jeudi 20

Un peu de menuiserie dans le garage quand il fait chaud… une peu de jardinage quand le soleil se fait plus discret. J’ai réussi à finir de nettoyer une plate-bande. Il reste à remettre en état une plate-bande et le coin (ex)potager et serre.
Découverte funeste : le rosier ‘Henri Martin’ est mort. Amen… Il y a quelques années, je le trouvais trop vigoureux au point de gêner le passage dans une allée. Depuis le jour où je l’ai taillé sévèrement il a périclité et maintenant il a rejoint le « jardin des souvenirs ». Depuis un moment c’est le vide du côté des rosiers mais cela ne me gêne pas trop. Des rosiers oui… mais pas trop.

Vendredi 21

Le programme de la journée est toujours le même (menuiserie - peinture - jardinage). Nouvelle plate-bande à nettoyer mais je suis interrompu par la pluie, pas bien violente mais suffisante pour interrompre le travail. A propos de la pluie qui est tombée, elle semble avoir des effets bénéfiques (du moins en apparence) car la pelouse semble moins jaune et certaines vivaces sont incontestablement plus fringantes. A moins que ce soit dans ma tête !

Dimanche 23

Ca crachouillait ou plutôt ça bruinassait mais peut-être que ça crachinait. En fait je crois bien que cela avait tendance à boucailler. Bref, un régal pour jardiner. Le coin ex-potager, c’est à dire près de la serre et des buis reprend un aspect bien sympathique. En réalité, surtout les allées étaient à nettoyer (pas trop de nettoyage entre les légumes, il n’y en a pas !). Mais comme les pavés sont des grosses pierres du terrain, j’ai donc passé ma journée à genoux sur des pierres. Un moment j’ai dû me résoudre à aller chercher mon banc agenouilloir car les genoux criaient au secours. Tout ce coin va être à réaménager… depuis le temps que je le dis ! Mais manque d’inspiration.
J’ai oublié de dire que j’ai commencé le matin par la taille de la glycine qui court sur la façade Est de la maison. Pour la tailler, il faut grimper sur le toit du bureau. Autant dire que ce n’est pas évident. Mais aujourd’hui tout particulièrement car avec la pluie, le toit est glissant. Et comme je ne tiens pas à me retrouver en une fraction de seconde quelques 3 ou 4 m plus bas, j’ai vite abandonné. Mais il faut terminer dans les 3 jours.

Lundi 24

Le soleil est revenu mais le temps n’est pas trop chaud. Idéal pour jardiner. C’est simple : j’ai nettoyé le dernier carré, c’est-à-dire le coin de la serre… à nouveau à genoux sur les pavés. Particulièrement désagréable. Je me demande si pour ces endroits là il ne faudrait pas mettre des genouillères. En écrivant ça je réalise que je dois en avoir mais que je n’ai pratiquement jamais utilisées



Retour
Juillet 2016
Juillet 2015
Juillet 2014
Juillet 2013
Juillet 2012
Juillet 2011
Juillet 2010
Juillet 2009
juillet 2008
juillet 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en juillet 2017

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic