Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en octobre 2017

Retour le mois dernier en septembre 2016


Dimanche 1er

Une journée pluvieuse : ce n’est pas le déluge mais un beau crachin presque continuel.
Les boutures des deux asters sont faites. Avec un peu de chance, qui sait ?
Plantation des deux graminées. L’une (Miscanthus nepalensis), devrait être bien mise en valeur près d’un petit escalier de pierre au haut d’un muret. Ses épis dorés devraient faire de l’effet. L’autre (Molinia arundinacea ‘Skyracer’) rejoint la plate-bande de graminées. Ces deux graminées ont eu un succès auprès du groupe et plus d’une personne est repartie avec au moins l’une d’entre elles. C’est vrai que visiter le jardin d’un pépiniériste a l’avantage que l’on peut passer à la pépinière pour acheter les plantes qui nous ont fait craquer quelques minutes auparavant dans le jardin.

JPEG - 37.5 ko
Les épis dorés du Miscanthus sont superbes
Une photo prise dans le jardin de la pépinière "Vert tige"
JPEG - 35.8 ko
A l’automne, les tiges jaunes de la Molinia arundinacea ’Skyracer’ éclairent le jardin.
Une photo prise dans le jardin de la pépinière Lepage.

Lundi 2

Je n’ai pu jardiner que l’après-midi mais je ne suis pas mécontent du travail réalisé.
- Plantation dans un gros pot bleu (où il n’y avait plus rien) du Senecio ‘Angel Wings’. On adore !!! Pourvu que cette petite merveille soit assez rustique. En cas de gros gel, je vais mettre une protection temporaire car il est hors de question de la perdre. Son feuillage est tellement lumineux qu’on ne voit qu’elle. Elle est bien sûr mise dans la plate-bande à dominante grise.

JPEG - 13.7 ko
Senecio ’Angel Wings’

- Plantation de la Salvia ‘Amistad’. Ses épis violets devraient bien se marier avec le rosier ‘Amber Queen’ à fleurs jaunes et la graminée à feuillage bleuté (Panicum virgatum ‘Prairie Sky’).
-  Plantation du plant d’Achillea crithmifolia. J’ai déjà eu cette plante en 2012. Elle m’avait été donnée par une amie-jardinière. Je l’aimais beaucoup (principalement son feuillage) mais c’est une colonisatrice si bien qu’au retour de vacances elle avait envahi la pelouse ! Elle avait été déplacée dans un endroit sec où elle pouvait s’en donner à cœur-joie. Mais, sans doute vexée d’être changée de place, elle s’est laissée mourir et je la pleurais presque tous les jours (j’ai bien dit presque). Mais je l’ai enfin retrouvée chez Lepage samedi dernier. Elle est plantée dans un endroit où elle pourra cavaler. En tout cas, elle sera facile à limiter. Il ne faut surtout pas la mettre en bordure de pelouse !!!
Depuis un bon moment on a une alternance de pluie et de soleil. Super… et les plantes apprécient. Le seul problème est qu’il y a une levée intempestive de mauvaises herbes. Il faut donc intervenir très vite avant que le désherbage ne devienne une corvée. C’est surtout aux endroits où a été répandu du compost il y a peu de temps. Je me contente de griffer et par conséquent le nettoyage se fait assez vite. Mais encore faut-il le faire.
J’ai fait un tour de jardin en regardant toutes les plates-bandes pour faire le point. Sur un plan du jardin ont été notés les espaces libres où il faudrait faire une ou plusieurs plantations, sur un autre les plantes à déplacer et un troisième où je peux planter un petit arbuste bouche-trou. Ensuite, j’ai fait l’inventaire des plantes dans la serre et près de la serre qui demandent à mises en place (elles proviennent de boutures de 1 ou 2 ans). Il y en a quand même 24 dont 6 clématites.

Mardi 3

En bordure de propriété se trouve un petit espace vert d’à peine 100 m². C’est une petite pelouse et une haie qui a pour intérêt de nous protéger un peu des vents venant de la mer. Depuis peu, cet espace vert est propriété de la Commune. Depuis 40 ans je tonds et entretiens la pelouse. Depuis un moment je trouvais qu’elle se dégradait (ce qui ne gêne que moi !). Les mauvaises herbes ont été supprimées (désherbant gazon) et aujourd’hui elle a été scarifiée et tondue.
Il y a très longtemps, on avait acheté une clématite viticella (type) : de superbes petites clochettes bleues. Elle a été bouturée et depuis plusieurs années on en a donc 3. Elle fleurit fin juin début juillet avec des milliers de fleurs. Ce que je ne savais pas c’est à quel point elle pouvait être vigoureuse. Une recouvre le bas d’un cerisier. Les deux autres recouvrent entièrement des arbustes de plus de 2 m de haut. Il faut les tailler à moins d’un mètre en fin d’été. Celle qui pousse dans le cerisier a été taillée début septembre et aujourd’hui j’ai taillé celle qui recouvre un Viburnum x burkwoodii et un Azara dentata. Je ne pensais pas y passer presque 2 h ! Bien sûr les tailles ont été broyées, cela va de soi (une grosse brouette de broyat).

Mercredi 4

Peu de temps pour jardiner (on est mercredi !!!).
Juste le temps de planter deux fougères (Microlepia strigosa Mac Faddeniae et Athyrium othophorum var. Okanum) et un Actaea japonica.

Jeudi 5

J’étais parti pour planter des arbustes et des vivaces… mais c’est raté ! Et même complètement raté.
En fait, deux Pittosporum tenuifolium ont été taillés pour obtenir une forme en boule. Nouvelle cueillette de coings mais cette fois-ci on s’y met à deux car ceux du bas de l’arbre ont déjà été cueillis. On en profite pour couper les branches mortes, les branches inutiles et celles qui gênent. Il faudra y revenir car l’arbre est planté en bordure de propriété le long de la rue. De plus, certaines branches ont tendance à passer entre les fils de téléphone (quand on téléphone, on n’entend pas allo mais « coing-coing ». Oui, c’est nul, mais je n’ai pas pu m’empêcher de la faire… j’ai honte !).
Bien entendu, j’ai passé plus de temps à broyer qu’à tailler.
Pour me détendre après plusieurs heures de broyage, j’ai fait un peu de nettoyage. Ben oui, le nettoyage me détend… cherchez l’erreur !

Vendredi 6

Le Viburnum x burkwoodii qui était recouvert par la clématite viticella a une fâcheuse tendance à pousser en largeur à tel point qu’il gêne (et ce n’est pas d’aujourd’hui) le passage dans une petite allée. Je me décide enfin à le tailler et c’est beaucoup mieux ainsi. Il peut pousser en hauteur autant qu’il veut mais en largeur, il faut le limiter.
J’ai le regret de vous faire part du décès du rosier ‘Henri Martin’. Il eut une vie flamboyante… un peu trop au point qu’il gênait un passage. Il a été taillé sévèrement il y a 2 ou 3 ans : il n’a pas aimé du tout… vraiment pas du tout et il est mort au printemps. Ce n’est qu’aujourd’hui que la souche a été enlevée. Il va reposer en paix au fond d’une benne à la déchetterie. Paix à son âme.
J’en profite pour nettoyer à fond le petit carré où il se trouvait. Quoi mettre à la place ? Certainement pas un rosier… Soit un tout petit arbuste, soit des vivaces. A voir.
Je ne suis pas un fan des lamiums mais la variété ‘Beacon Silver’ au feuillage argenté me plait beaucoup. Pour illuminer un coin à l’ombre, c’est extra. 2 ou 3 pieds poussaient trop près de la pelouse. Ils ont été déplacés et pourront s’étendre à volonté.

Samedi 7

Un Indigofera a été planté il y a une bonne quinzaine d’années dans le fond du jardin au soleil. Mais depuis, les arbres ont poussé si bien qu’il s’est retrouvé à l’ombre et depuis plusieurs années il refusait de fleurir. Je le gardais car son feuillage léger ne manquait pas d’intérêt. Mais cette année, il a refusé de pousser, ne dépassant pas les 10 cm. Il avait signé son arrêt de mort. Et ce soir… il est vraiment mort et rejoindra ‘Henri Martin’ au fond de la benne à la déchetterie. Encore une place à prendre : demain on va du côté de Nantes aux « Pépites botaniques » et on trouvera bien un arbuste pour le remplacer.
Traitement contre la pyrale du buis. Certainement le dernier traitement de l’année. A moins que… Un petit buis qui était complètement attaqué (je vous en avais parlé fin août au retour d’Alsace) semble redémarrer. Il refait des feuilles. Comme quoi il ne faut pas désespérer.
Le sol de la serre est en terre et des fougères scolopendre y poussent. Comment sont-elles arrivées là ? Mystère. L’une d’entre elles est plantée dans un massif. Les autres vont bientôt suivre.

Dimanche 8

Décidément on ne sera jamais riche ! Adieu les chevaux de course, les yachts et les châteaux de conte de fée : on a encore craqué pour des plantes aux « Pépites botaniques » près de Nantes. On a bien essayé de résister mais comment rester insensibles à certaines merveilles ? On est donc revenu le coffre plein de trésors. Voici la liste mais nous en reparlerons au moment des plantations (probablement dès demain).
- Hydrangea macrophylla ‘Wedding Gown’
- Aster ericoides ‘Snow Flurry’
- Grevillea ‘Victoria’
- Nipponanthemum nipponicum
- Aster novae-angliae ‘Marina Wolkonsky’
- Solidago rugosa ‘Fire Works’
- Salvia atrocyanea
- Coniogramme emeiensis (fougère)



JPEG - 23.3 ko
Remise des prix par Alain Olivier
De gauche à droite : Pépite de bronze : Pépinière des vieilles forges Pépite d’or : Pépinière Arven Pépite d’argent : Pépinière Duval (St Nazaire)


Décidément une bien belle fête des plantes.

Lundi 9

Et maintenant il faut planter…
L’Aster novae-angliae ‘Marina Wolkonsky’ (floraison bleu-violet) est planté près du Solidago rugosa ‘Snow Flurry’ (floraison jaune) entre deux arbustes : un petit Prunus mais surtout un Campylotropis macrocarpa à la floraison d’automne violacée. L’association des couleurs devrait être sympathique.
Plantation du Nipponanthemum nipponicum devant la maison. C’est une vivace qui peut devenir assez imposante (60 x 60 cm). Les fleurs sont en fait de grandes marguerites. J’avais découvert cette plante dans un jardin visité l’an dernier.
Plantation du Grevillea ‘Victoria’. C’est un arbuste persistant d’environ 2 m à la floraison orange. Il est placé en limite de clôture dans la haie. Il y avait un trou qui me gênait.
Pour les autres plantes achetées hier, on verra plus tard. Manque d’inspiration ! En attendant j’ai planté des tiges de bambous pour marquer les emplacements libres pour mettre un arbuste. Entre les arbustes achetés ou ceux qui ont été obtenus par bouture et qui doivent être plantés, et les arbustes qui pourraient être déplacés, c’est la prise de tête. Du calme… Laissons les neurones au repos et les solutions arriveront bien.

Mardi 10

Les jardinières aux fenêtres Nord et Sud de la maison ont bien besoin d’un petit rajeunissement. Je ne mets aucune annuelles mais uniquement des vivaces pour que l’hiver elles restent esthétiques. Du moins j’essaie. Au Sud, je plante des succulentes. Une des deux jardinières est correcte mais l’autre est à refaire. J’ai donc pris des petits Sedum (notamment S. reflexum ‘Angelina) qui se trouvaient dans la serre.
La Salvia atrocyanea achetée dimanche est une merveille. L’épi est bleu (avec du vert) et sa taille adulte peut avoisiner 1,50 m. Je disais au pépiniériste (que je connais bien) qu’on lui en avait acheté une il y a un an (une bleu-violet évidemment) mais qu’elle n’était pas réapparue au printemps. Comme S. atrocyanea ne fait pas partie des plus rustiques, il a conseillé de lui faire passer l’hiver dans la serre. Conclusion : elle a été mise dans un pot plus grand et plantée dans une plate-bande avec le pot. On espère donc profiter de sa floraison et ensuite je la retirerai pour la mettre en serre.

Mercredi 11

Reparlons de sauge. Depuis plusieurs années, il y a dans le jardin la Salvia ianthina qui est d’un magnifique bleu. Elle était mal placée car trop à l’ombre. Depuis un bon moment je devais la déplacer mais penser c’est bien, agir c’est autre chose ! Cette année elle était maigrichonne et n’a fait aucune fleur. Mauvais signe. J’ai donc décidé de la changer de place. Après récupération d’une bonne quinzaine de plants ils ont été plantés plein soleil en deux endroits différents. La sagesse aurait été d’attendre le printemps pour le faire mais aurait-elle été encore là ?
Plantation de la petite fougère découverte sur un stand dimanche. Il s’agit de Coniogramme emeiensis. Son feuillage strié est vraiment superbe.

JPEG - 60 ko
Coniogramme emeiensis


Je vous disais qu’hier j’avais mis des tiges de bambou aux endroits où il fallait planter des arbustes. Aujourd’hui, j’ai commencé à réfléchir où mettre les arbustes que l’on a déjà (achetés ou obtenus par bouture). Casse-tête assuré car il faut tenir compte des dimensions adultes, des expositions souhaitées… Mais j’avance !

Jeudi 12

Il y a des jours où je dois avoir des neurones qui font des nœuds et je fais n’importe quoi : j’ai planté il y a 4 ans un superbe Philadelphus ‘Manteau d’hermine’ dans un endroit trop ombragé mais, plus grave, au pied d’un Viburnum si bien qu’il n’est absolument pas mis en valeur. Sa floraison passe totalement inaperçue. Il a donc été transplanté dans un endroit où on ne pourra pas le rater. De plus, comme il reste petit (autour de 1 m), il ne cachera pas un grand Acer pourpre superbe (A. ‘Beni Kagami’.
Pendant très longtemps je ne m’intéressais pas aux Hydrangeas. Pour moi, Hydrangea voulait dire hortensias à grosses têtes que l’on voit partout en Bretagne et que je n’apprécie pas plus que ça (vu et revu). Et puis sont arrivés sur le marché les Hydrangeas à têtes plates : de la vraie dentelle. Il doit y en avoir maintenant une dizaine dans le jardin. En tout cas, ce soir il y en a deux de plus. Ce sont des petits ne dépassant guère un mètre : H. arborescens ‘Hayes Starbust’ et H. macrophylla ‘Wedding Gown’. Au passage, j’en profite pour vous dire que si vous aimez les Hydrangeas, je vous conseille la pépinière « Sous un arbre perché » dans le Finistère (à Guerlesquin). Pour être très franc, il faut avouer que j’ai eu quelques déboires car ils sont très sensibles à la sécheresse de l’été, surtout s’ils ne sont encore bien installés. Il y eu donc quelques pertes.

JPEG - 36.1 ko
H. arborescens ’Hayes Starbust’


La journée se termine évidemment par un peu de nettoyage.
Il y a une semaine, j’ai ressemé à certains endroits un peu de gazon. C’est la raison pour laquelle les poules ont été quelques jours privées de sortie. Aujourd’hui, elles sont libérées et que font-elles ? Elles vont labourer deux endroits où j’ai fait un semis ! « Papa » n’était pas content ! Il a même été un peu grossier…

Vendredi 13

Et un de plus ! Hydrangea quercifolia ‘Snow Flake’. C’est une bouture faite il y a juste un an. Elle ne fait pas plus de 15 cm, donc il y a intérêt à bien surveiller.
Plantation d’un Sophora prostrata ‘Little Baby’ acheté en avril. Il avait été placé en attente dans un pot. Il est mis dans le coin du carré de buis c’est-à-dire le coin que j’appelle potager ! Cherchez l’erreur !
Une bonne partie de la journée se passe à 4 pattes pour désherber ce coin des buis. Il y a notamment 3 carrés séparés par des allées en pierre (Aïe les genoux !) qui étaient censés faire office de potager. Il y a maintenant des Iris récupérés et en attente d’être remis en place (un mélange indescriptible… quelles sont les couleurs ?), quelques Crocosmias ‘Lucifer’ à replanter, des tulipes en mélange (!) à replanter et un nombre invraisemblable de semis spontané de Viola cornuta. Il va falloir faire du ménage !

Samedi 14

Le travail de désherbage continue du côté de la serre.
Plantation d’un plant de Rumex sanguineus. Il m’avait été donné. Je trouvais son feuillage nervuré de rouge original mais il était resté dans la serre. C’est seulement il ya quelques jours que j’ai réalisé qu’il s’agit d’oseille. On l’appelle l’oseille sanguine.
Plantation d’un plant d’Erodium. Je ne sais plus quelle espèce mais c’est un Erodium très connu, ce qui ne l’empêche pas d’être très joli. Il était dans la serre depuis 2 ans environ. Je n’avais pas trouvé où le mettre et aujourd’hui l’étincelle jailli. Je lui ai trouvé une place qui semble idéale au soleil, terrain sec et espace bien dégagé.
Plantation d’un buis. Non, vous ne rêvez pas ! Je me bagarre contre la pyrale pour les gros buis et j’en plante un nouveau. Cherchez l’erreur ! En fait c’est un buis acheté il y a quelques années à Marqueyssac. Il était tout petit et comme il végétait dans un petit pot… il est resté petit. Je lui ai trouvé une place qui me plait bien : tout près du carré de buis ! Il est là comme un rappel…
Dans ce coin qui servait de potager, j’avais planté des bulbes de Crocosmia ‘Lucifer’. Oui, une purée de Crocosmia c’est original ! Ils ont été déterrés et mis dans une plate-bande. Je me méfie de la couleur rouge mais j’aime beaucoup les fleurs élégantes du ‘Lucifer’.
Récolte de rhubarbe. Maigre récolte mais si on obtient 1 ou 2 pots de confiture ce sera déjà mieux que rien du tout.
A certains endroits je refais un petit semis de gazon. C’est sans doute un peu tard mais on verra.

Dimanche 15

Le nettoyage près de la serre est terminé. Ouf !
Tout ce coin appelé potager est en cours de réaménagement. Un Physocarpus ‘Diable d’Or’ est planté près des buis (c’est une bouture faite en début d’année ou à l’automne dernier je ne sais plus). Dans le même coin est planté un petit Iris sibirica récupéré dans un coin du jardin où il ne se plait pas. A la place, je mets une graminée jaune (Luzula sylvatica ‘Aurea’). C’est à l’entrée de la grande arche recouverte de rosiers, donc à mi-ombre près des deux rangées d’Heuchères. C’est une graminée qui aime l’ombre donc c’est très bien.
Un Syringa laciniata planté il y a 2 ou 3 ans refuse de fleurir. Je pense savoir pourquoi : il ne reçoit pas assez de soleil. Il est donc déplacé et vient au soleil entre un petit Prunus et un petit Hydrangea. Avant de le planter, il a fallu enlever une touffe d’Aconit en pleine floraison. Aucun regret car ce ne sont pas les Aconits qui manquent. L’occasion de faire un bouquet. Je pense remplacer le Syringa par un Itea virginica ‘Henry’s Garnet’ (encore une bouture). A voir.

JPEG - 60.3 ko
Un bouquet d’Aconitum carmichaelii ’Arendsii’

Lundi 16

Ce matin, le ciel était jaune orangé à cause du passage de l’ouragan Ophélia. A 11 h, on se serait cru en fin de nuit à tel point que j’ai failli retourner me coucher !
J’aurais peut-être dû car je n’avais pas envie de jardiner. Je me suis contenté de planter deux succulentes dans une jardinière à une fenêtre de l’étage.
Il faut absolument continuer les peintures des huisseries extérieures de la maison. J’avais commencé en début d’été mais la reprise est difficile car c’est une corvée. La peinture, c’est pas mon truc ! (je n’ai pas commencé que je m’en suis mis partout !). Le jardin demande un peu moins ma présence donc j’ai redémarré aujourd’hui dans la joie et la bonne humeur… enfin presque !
L’Itea est toujours en attente de plantation : je n’arrive pas à me décider pour lui trouver une place. On verra un peu plus tard.

Jeudi 19

Bouturage de petits brins de Sedum palmeri. J’aime beaucoup ce Sedum car il est très lumineux, rustique, increvable, et en plus la pousse grossit très vite. Cerise sur le gâteau, il apprécie le plein soleil comme la mi-ombre. D’ailleurs, en fonction de l’exposition, sa couleur varie : il peut être franchement jaune, vert-jaune et parfois il est teinté d’orange. Que demander de plus ?

Et là s’arrête mon boulot dans le jardin pour aujourd’hui car la pluie arrive en début d’après-midi, et c’est TANT MIEUX !!! Oui, il y a eu un peu de pluie de temps en temps en septembre et octobre mais c’est très largement insuffisant. En surface on a l’impression que la terre est humide mais si on doit faire un trou pour planter un arbuste, on déchante très vite. Il y a un déficit d’eau depuis le début de l’année qui est impressionnant (Je rappelle aux mauvaises langues qu’ici on est en Bretagne !).
Je profite de ce beau temps (mais oui) pour continuer à peindre un peu.
Je termine ces quelques lignes en entendant la pluie tomber... le bonheur !

Vendredi 20

Peinture… Grrr…
Plus intéressant : l’Itea virginica ‘Henry’s Garnet’ est mis dans un plus gros pot avec de la terre. On verra avant l’hiver où le mettre dans le jardin.
13ème tonte du gazon

Samedi 21

Alternance de pluie et de soleil… mais en prime, on a droit à une mini tempête. S’il y a bien une chose que je déteste, c’est le vent : il me fait tourner en bourrique et dans ces cas-là j’évite de sortir. En fin d’après-midi, pour m’aérer les poumons, je vais balayer les feuilles sur la pelouse et ramasser les coings pourris qui sont tombés.



RETOUR
N’oubliez pas de refaire un tour en..
Octobre 2016
Octobre 2015
Octobre 2014
Octobre 2013
Octobre 2012
Octobre 2011
Octobre 2010
Octobre 2009
Octobre 2008
Octobre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en octobre 2017

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic