Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2017

Retour en novembre

Jeudi 7 / Vendredi 8

On arrive !!! Préparez sécateur, binette, râteau et plantoir. Attention, ça va déménager !

Vendredi 8

15 h 33… On est donc arrivés sous un soleil magnifique et un ciel d’un bleu… très bleu (bleu Bretagne en fait) alors que l’on avait quittés l’Alsace sous un ciel gris et une température très alsacienne. Bref, la doudoune est tombée. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai remis une tenue estivale mais on s’est fait une remarque au fur et à mesure que l’on approchait : il y a une lumière en Bretagne assez exceptionnelle. Une chose est certaine : le jardinage en Bretagne et dans l’Est n’ont vraiment rien à voir.
A chaque fois que l’on revient après un mois d’absence (en été et maintenant à l’automne), il y a toujours une appréhension : quel va être l’état du jardin ? On a donc eu largement le temps de faire un tour. Bilan : le jardin est tel qu’il peut être à cette période. Il demande évidemment du nettoyage, ce qui est tout à fait normal. Mais dans un premier temps (et ce sera mon travail demain), il faudra balayer une partie de la pelouse complètement recouverte par les feuilles. Je m’y attendais un peu. Ensuite il faudra tondre et le jardin paraîtra moins négligé.

Sur l’autoroute, coup de téléphone pour nous prévenir que la petite poule ’Cosinus’ est morte. Il semblerait d’après les premières constatations que cette mort subite soit suspecte. La grosse poule noire ’Maths’ qui est une hargneuse, pourrait bien ne pas être tout à fait innocente. Les interrogatoires se poursuivent : elle est en garde à vue… En tout cas, elle est condamnée à vivre toute seule le reste de ses jours car cette harpie ne supportera pas de nouvelles venues.

Samedi 9

Démarrage sur les chapeaux de roues : dans ma tête, j’allais abattre un boulot de tous les diables. Désillusion car la pluie menace, le temps est humide et peu engageant et quand on sort d’un mois de semi-léthargie au chaud derrière un ordinateur, mon corps d’athlète est en rodage et n’apprécie pas trop ce changement de rythme (les mauvaises langues diront que l’âge). J’ai passé un temps fou à souffler les feuilles sur la terrasse et sur la pelouse. Ensuite, j’ai balayé une grosse partie de la pelouse et réparti les feuilles dans certaines plates-bandes. Une quantité impressionnante… J’aurais pu gagner du temps en me contentant de passer la tondeuse mais la quantité de feuilles était trop importante et le résultat n’aurait pas été très heureux. Bien entendu quand j’ai voulu sortir la tondeuse il s’est mis à pleuvoir pour de bon !

Dimanche 10

La tonte de la pelouse attendra encore un peu…
Le temps est toujours aussi peu clément même s’il ne pleut plus. Je passe une grande partie de la journée à l’intérieur pour
- m’occuper des petits oiseaux : je bourre de margarine des pots et une demi noix de coco que je suspends dans un bouleau et un cerisier tout près de la fenêtre de la cuisine. Une grande mangeoire est remise en place (le stock de graines de tournesol est refait). On revient d’Alsace avec un petit nid pour mésanges : il est badigeonné extérieurement d’huile de lin.

JPEG - 47.6 ko
Boules de graisse, margarine, graines de tournesol : un festin royal pour les zoziaux

- placer un petit totem fait de boules bleues. Comme les autres boules bleues du jardin, il vient d’Alsace (très exactement de Fellering où l’on a une excellente adresse que l’on vous recommande) .



On en profite pour déplacer certains éléments de décoration.
La mangeoire pour la poule est rafistolée. Je l’avais fabriquée il y a plus de 10 ans, c’est donc un peu normal qu’elle donne quelques signes de fatigue.

Lundi 11

Il aura vraiment fallu que je me botte les fesses pour que j’aille dans le jardin. Deviendrais-je fainéant ou trop sensible au temps froid et humide ?
15ème tonte du gazon. En réalité, seule la grande pelouse à l’arrière de la maison a été tondue. Il reste la petite pelouse devant la maison, le petit espace vert de la résidence de l’autre côté du mur de clôture. Mais c’est bon pour aujourd’hui.
En novembre, je vous ai expliqué qu’il y avait une fuite d’eau importante dans les tonneaux. Elle vient très certainement du bambou qui relie deux tonneaux. J’ai eu tout mon temps pour réfléchir comment y remédier. Je crois avoir trouvé : je vais mettre à l’intérieur un tuyau plastique noir et siliconer. Et j’ai trouvé aujourd’hui le tuyau idéal au bon diamètre dans mon bazar dans le garage.

JPEG - 54.5 ko
Au bout de 10 ans le bambou est fatigué


Aujourd’hui, j’ai vidé avec le vide-cave les trois tonneaux. Affaire à suivre…

Mardi 12

Le jardin était complètement gelé ce matin.
Fin de la tonte du gazon.
Les plantes sont sorties des tonneaux qui sont nettoyés et pratiquement vidés. Je sens que je vais passer un bon bout de temps pour réparer et remettre tout en place. Pour l’instant il faut que le bambou sèche. En fait, je devrais dire les bambous car je vais faire le même travail sur le 2ème bambou. Ce n’est pas la peine d’attendre qu’il donne lui aussi des signes de fatigue.
Bien entendu quand je suis rentré en fin d’après-midi le pantalon était dans un état que je ne vous décrirai même pas. Disons qu’en plus flottait autour de moi une forte odeur de vase et d’eau croupie ! (normal, il n’y a pas eu de circulation depuis plus d’un mois).
Dans la « cabane » il y avait un miroir et un cadre (sans miroir). Le cadre était complètement mort. Il est donc remplacé par un autre que j’avais en réserve et qui semble plus costaud. Avant de partir en Alsace, le cadre du miroir et le nouveau cadre avaient été repeints. Aujourd’hui ils sont mis en place.


J’ai retrouvé dans une plate-bande un pot avec un Aeonium. J’avais simplement oublié de le rentrer dans la serre avant de partir. Il est maintenant dans le compost ! Ce n’est pas grave car il n’avait aucune allure.
Jeudi 14
Pluie et vent : un temps idéal... pour rester au chaud !
Je profite de ce temps pourri (qui pourrait bien continuer) pour fabriquer des bougies. Je les utilise pour la serre.

Vendredi 15

Malgré un petit vent frisquet, le soleil a fait sa réapparition si bien que retourner dans le jardin n’a pas été désagréable.
Cette fois les tonneaux sont bien complètement vidés. Il faudra attendre plusieurs jours sans pluie pour commencer la réparation au niveau des bambous. Par contre la petite fontaine est remise en route. Le problème de la fuite n’étant toujours pas résolu, je m’attends à la retrouver vide sous peu. Il faudrait que je la démonte en partie car je pense savoir d’où vient le problème mais c’est la galère ! La motivation n’est pas là ! Et pourtant il le faudrait…
Reprise du nettoyage : les tiges de fleurs fanées sont coupées et je désherbe (on ne pas dire que les mauvaises herbes soient importantes d’autant plus qu’entre les plantes j’ai laissé les feuilles tombées à l’automne. Mais tout de même).

Samedi 16

Après une bonne journée de jardinage, quel bonheur de rentrer bien au chaud dans la maison !
J’ai repris le nettoyage du jardin en utilisant mes bonnes vieilles habitudes : commencer par le coin devant la maison. Quand on regarde le jardin, on a l’impression que tout est propre et qu’il n’y a pratiquement rien à faire. Mais quand on se met à 4 pattes au niveau des plates-bandes avec en main une binette, c’est autre chose ! Pour une quinzaine de m², j’ai dû passer environ 3 heures. Il faut dire qu’il y avait un semis de Briza maxima à supprimer en partie. C’est une graminée que l’on appelle aussi « Amourette ». C’est un amour de petite graminée annuelle mais il faut s’en méfier car c’est vraiment le genre d’amourette envahissante. Un peu c’est bien mais point trop n’en faut !
Je dois avoir fabriqué une bonne quinzaine de bougies. Il y a encore de quoi en faire une dizaine. Ce ne sera pas trop car dans la serre ce soir, la température devait friser les 8°C vers 18 h.
La reprise a-t-elle été trop brutale ? Est-ce le froid qui m’a anéanti ? (Qui a dit « c’est l’âge » ?). En tout cas ce soir, je me sens mou des genoux, comme sur un petit nuage. Je sens que si je ne fais pas attention, je vais piquer du nez sur le clavier.



Les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année :
Retour en
Décembre 2016
Décembre 2015
Décembre 2014
Décembre 2013
Décembre 2012
Décembre 2011
Décembre 2010
Décembre 2009
Décembre 2008
Décembre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2017

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic