Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en janvier 2018

Retour le mois précédent, en décembre 2017



L’année commence plutôt bien : "Carmen" a fait des siennes dans la nuit mais elle était plutôt du genre poussive dans la journée.

Mardi 2

Un ami jardinier m’a donné des petites boutures de Cotula. Elles sont mises sous serre pour l’instant.
Bouturage du Ligustrum ibota ‘Musli’. En ce moment, c’est une merveille avec des branches au feuillage jaune. Ces boutures sont faites pour être données (au jardinier qui m’a donné le Cotula : en voyant l’article sur le site, il était très intéressé. Mais je compte aussi donner cette plante à… je ne vous dirai pas car je ne le sais pas encore… Mystère… vous en saurez plus… plus tard... mais cela vous concerne !).


« Carmen » est passée et le temps permet de travailler dans d’assez bonnes conditions. Donc, un petit peu de nettoyage… pour changer !

Mercredi 3


Entre Carmen et Eleanor, y’en a marre. A quand Adélaïde, Germaine ou Cunégonde ? Bon le vent a ceci de bien, c’est qu’il fait tomber les branchouillettes mortes des arbres pour alimenter le broyeur ! On se console comme on peut !
En tout cas, je n’ai guère avancé. Au programme : pluie et vent ! C’est trop pour un seul bonhomme.
Aujourd’hui, « le jardin au fil des jours » commence sa 11ème année. J’ai effectivement démarré cette rubrique le 3 janvier 2007. De plus, cela fait 15 ans que je suis webmaster d’un site (A&S n’a été créé qu’en février 2013).
Bref, le temps passe trop vite… passons à autre chose, ça me fiche un coup au moral !

Jeudi 4

Un petit tour dehors histoire de m’aérer les poumons et d’éviter de sentir le renfermé. Mais le début d’année est difficile à cause du temps pourri. Le nettoyage se fait donc lentement… mais sûrement.

Vendredi 5

Miracle : le soleil existe encore. Je l’ai vu.
Autant en profiter et une grande plate-bande a été nettoyée. En fait, entre les plantes, j’avais étendu en décembre au retour d’Alsace une bonne couche de feuilles. Je me contente donc d’aérer cette couche. Dessous poussent toutes sortes de bulbes : narcisses, crocus, perce-neige… De plus, les hellébores se réveillent et les fleurs arrivent. On n’a jamais été aussi proche du printemps ! Quand je parle de nettoyage en ce moment, ce n’est pas du désherbage car les mauvaises herbes sont peu nombreuses.
Rentré un peu plus tôt que prévu : la pluie revient en fin d’après-midi. Ben oui, faut pas trop rêver non plus.

Samedi 6

Une belle gelée ce matin (c’est ce qu’on m’a dit !!!). Si le fond de l’air n’est pas très chaud, le soleil fait du bien et comme je n’ai pas un petit pois à la place du cerveau, je me suis arrangé pour travailler au soleil. Oui, parfois mon bon sens me surprend.
Petite question importante car j’ai un problème à résoudre. Quand je travaille au niveau du sol, c’est pratiquement toujours à genoux (quand ce n’est pas assis ou allongé !). Et bien entendu à cette période, au bout de 5 minutes les genoux de pantalon sont dans un état pas possible (ce qui est parfois gênant si je dois m’interrompre pour aller faire une course par exemple au magasin de bricolage tout près d’ici. Je ne vais tout de même pas changer de pantalon et il est préférable que j’en mette un !). Donc si vous avez un truc pour éviter les décorations des genoux de pantalon, faites-moi signe, je suis preneur.
Les premières fleurs d’hellébores apparaissent. Voici les fleurs d’un plant que j’aime beaucoup.

Dimanche 7

Et c’est reparti !!! Côté positif : j’ai pu notamment travailler sur le programme des visites de jardins pour A&S.

JPEG - 31 ko
Une autre fleur d’hellébore.
Rien d’extraordinaire mais sympathique.

Lundi 8

Je me suis enfin décidé à nettoyer le poulailler. Le fumier est réparti sur un petit carré du côté ex-potager ainsi qu’aux pieds des framboisiers.

JPEG - 71 ko
Sympa non ?

Mardi 9

Et une journée pourrie de plus ! Quand je veux aller jardiner, une petite bruine commence à tomber. Je suis tout de même sorti une petite heure. Des tiges de vivaces peu esthétiques sont rasées (Aconit, Phlox…). Pour l’instant, les déchets sont stockés dans de grands sacs car le trou du compost n’est pas entièrement vidé.

Jeudi 11

Le compost se vide… Et les sacs se remplissent de déchets… Une plate-bande a été nettoyée.
Nouvelle fleur d’hellébore. En fait, tous les jours des nouvelles arrivent.

Vendredi 12

Les journées se suivent et se ressemblent…

Samedi 13

Super... le compost est vidé complètement.

JPEG - 115 ko
A chaque fois que je vide le compost, je réparti en surface dans les plates-bandes environ 10 brouettées de compost
Je le fais 3 fois par an. Faites le compte !
JPEG - 152.4 ko
Pas beau mon compost ?
Il doit avoir environ 4 mois. Certains jardiniers prétendent qu’il faut 2 ans (parfois 3). Je pouffe !!!

Dimanche 14

Un vrai gamin ! Vous avez tous vu le gamin le lendemain de Noël qui joue avec ses nouveaux jouets. C’est un peu moi aujourd’hui : j’ai un nouvel ordinateur et donc maintenant je vais pouvoir travailler sur le site et vous écrire sans râler parce que ça rame, ça bugue, ça plante (aucun rapport avec le jardinage !). Bref, ma patience ne sera plus mise à rude épreuve. Il faut tout réinstaller (des milliers de photos, des centaines de documents) mais pour être très honnête, je ne vous cacherai pas qu’hier soir Patrick, mon informaticien préféré, m’a donné un sérieux coup de main pendant 5 heures. Oui, je sais, des perles comme ça pour les trouver il faut chercher !
Je me suis tout de même forcé à faire un peu nettoyage dans le jardin (la fraîcheur ambiante ne m’a guère aidé à quitter mon nouveau joujou !).

Lundi 15


La totale !!! Pour avoir l’impression de faire quelque chose, je fabrique de nouvelles bougies. Désolant car je n’avance pas.

Jeudi 18

Depuis Noël, ou bien le temps est pourri ou bien d’autres activités m’empêchent de jardiner. Si bien que le nettoyage du jardin n’avance pas : depuis notre retour d’Alsace mi-décembre, je n’ai nettoyé que la moitié du jardin. On ne peut pas dire que les endroits non nettoyés soient en mauvais état mais, pour faire simple, ils ne sont pas comme ils devraient être !
Après une matinée pourrie, en milieu d’après-midi le soleil a bien voulu se rappeler à nous. J’en ai donc profité pour nettoyer une petite plate-bande.
Plantation de deux violas cornuta. A cette époque, je ne peux pas m’empêcher de dénicher des petites violas dans les jardineries. L’an dernier, j’avais fait fort. Elles se sont ressemées abondamment. On verra si les coloris sont intéressants.

Vendredi 19

Enfin une belle journée. J’avais oublié ce que pouvait procurer comme plaisir le jardinage au soleil. Un bout de plate-bande est nettoyé. Un bout seulement car à cet endroit, il faut jardiner entre et sous les arbustes tout en surveillant les rosiers qui sont à cet endroit redoutables : entre le rosier-liane ‘Toby Tristam’ qui attaque par le dessus ou ‘Westerland’ avec ses épines agressives, il y intérêt à faire attention.

Samedi 20

Désespérant… Là, je suis au bord de la crise de nerfs… Pluie et vent ! Cet été je râlais parce que le jardin manquait d’eau. Et maintenant je peste car de la flotte c’est presque tous les jours. Si seulement les nappes phréatiques pouvaient refaire le plein… mais le vrai plein ! Mais connaissez-vous un jardinier content de la météo ? J’aime beaucoup cette phrase de Daninos qui résume bien l’état d’esprit d’une bonne majorité de jardiniers. Et je fais partie de cette majorité. Il est vrai que je suis assez naturellement râleur (râler fait parfois du bien) !!!

Si tous les jardiniers déprimés pouvaient se donner la main…
Bref, je n’ai pas mis les pieds dehors. Je me suis contenté de faire à nouveau quelques bougies pour la serre.

Dimanche 21

On ne va tout de même pas faire le difficile ! Un peu de vent… un petit crachin… et alors ?
Le nettoyage continue dans le coin de la « cabane ». Les feuilles d’hellébores sont systématiquement coupées mettant plus en valeur les fleurs qui arrivent de partout. On fait d’ailleurs des découvertes : il y a des fleurs assez basiques (sympas mais basiques) mais il y a aussi des petites merveilles. Je pense que l’on bien avoir une trentaine de plants en fleurs dans tous les coins du jardin. Cette année, elles sont en avance car il n’y a pas d’hiver. Hier, je téléphonais à un jardinier pour venir visiter son jardin avec le groupe et il me disait qu’il n’y avait pas d’hiver mais un « printaumne ». C’est assez bien vu.

La plate-bande que je nettoie actuellement est située sous un grand Koelreuteria paniculata. A cause des coups de vent successifs il y a partout sur le sol des petites branches mortes (avec les feuilles d’hellébores, elles passent dans le broyeur) et à cause de la douceur actuelle, il y a une levée de semis spontanés impressionnante : des centaines de petits plants un peu partout.
Décidément, nous n’aurons jamais de Fothergilla dans le jardin. Et pourtant, le terrain s’y prête mais il y a toujours quelque chose qui fait que c’est un échec à chaque fois. Je dois pourtant en être à ma 4ème tentative. J’abandonne. Je pense que cette fois, c’est la conséquence de la sécheresse de l’été dernier car il n’était pas encore implanté et il a manqué d’eau pendant notre absence en août.
J’ai rencontré quelques clématites qui commencent à démarrer sérieusement. Elles ont été taillées mais moins que d’habitude. Je me suis contenté pour les hybrides à grandes fleurs de couper au-dessus de beaux bourgeons ce qui donne souvent une taille à 1 m. Quant aux deux C. viticella, qui sont encore de vrais fagots malgré la taille faite à l’automne, elles subissent une taille sévère à 50 cm. Au printemps elles seront déjà à plus de 2 m.

Mardi 23

Quand le temps est superbe comme en ce moment (je blague !), c’est là que j’apprécie de travailler dans la serre… au chaud et à l’abri. Je me suis amusé à faire quelques boutures : une petite plante vivace dont j’ai oublié le nom et l’une de mes vivaces préférées (Rubus parvifolius ‘Ogon’). Si je bouture encore cette vivace, c’est dans un but bien précis, mais je ne vous dirai pas lequel aujourd’hui. Vous le saurez bientôt !
Vous l’avez compris, il a encore « bruinassé » toute la journée et j’ai nettoyé le carré de graminées. Heureusement, la terre est très légère (consistance du terreau), ce qui permet de travailler même après 3 semaines de pluies incessantes. Mais l’état du pantalon ce soir était encore pitoyable ! A propos des graminées, je trouve qu’elles ne sont plus aussi vigoureuses qu’il y a quelques années. C’est bizarre. Par exemple, la touffe de Miscanthus ‘Morning Light’ qui était énorme il y a encore 3 ou 4 ans, rétrécit à vue d’œil. Le carré de graminées se trouve dans un endroit assez humide. Le problème ne viendrait-il pas de là ?

Jeudi 25

JPEG - 11.8 ko
Evidemment que c’est beau, mais laissez un plant fleurir et vous vous en mordez les doigts un an après.

Je hais l’Allium triquetrum. A un point que vous ne pouvez pas imaginer. Plus j’en enlève et plus il y en a. Aujourd’hui, j’ai passé au moins 2 heures pour en supprimer dans un coin de plate-bande au milieu des graminées, cyclamens et arbustes. J’aurais dû prendre une photo pour que vous vous rendiez compte. J’ai tout donné gracieusement et avec un plaisir non dissimulé à une personne du coin qui veut en recouvrir tout son verger. Et quand je lui ai dit qu’en fin de semaine je lui en ramènerai deux fois, elle a failli me sauter au cou. Heureusement, on a signé un contrat : elle ne me fera jamais la gueule, même si elle réalise un jour que je lui ai fait un cadeau empoisonné. Je l’ai assez prévenue. Avant la fin de la semaine, il va falloir que je continue à arracher cette foutue peste qui commence à coloniser la pelouse. Et là je prends une photo !
Il a fait tellement beau que j’en ai profité pour ouvrir en grand la serre pour aérer les plantes  : le pire pour les boutures est la pourriture due à l’excès d’humidité.
Et bien sûr le nettoyage continue inlassablement…

JPEG - 37.3 ko
Les premiers crocus botaniques sont en fleurs depuis environ une semaine.

Vendredi 26

C’est sûr : quand il fait beau, l’énergie est au rendez-vous et le boulot avance plus vite. Et aujourd’hui j’ai vraiment bien avancé. Il reste à nettoyer deux grandes plates-bandes, le jardin noir plus le coin de la serre et des boules de buis (en fait l’ex potager). Donc, encore une bonne semaine de nettoyage.

Samedi 27

Le matin est moyennement pourri, donc je continue un peu. Mais l’après-midi est totalement pourri, catastrophiquement pourri et je dirai même désespérément pourri. Et moi, je suis totalement catastrophé et désespéré. Je vais craquer…

JPEG - 31.2 ko
Le cognassier est en fleurs
N’importe quoi !

Dimanche 28

Le nettoyage de la grande plate-bande du fond du jardin continue. Cet endroit est très humide. Je n’avais jamais vu cela ici car le terrain est très drainant.

Lundi 29

J’avance doucement. Belle récolte d’Allium triquetrum ! Il est comestible mais bonjour l’haleine de cow-boy après la dégustation ! Et pourtant j’aime l’ail dans mon assiette, mais à petite dose.

Mardi 30

Désherber des allées de pierre n’est vraiment pas confortable. Ce sont des pierres du jardin donc de forme fantaisiste. Heureusement, un petit coussin de mousse sous mes genoux a été bien utile. La moitié du jardin noir est nettoyé. A propos de ce coin « noir », je me pose des questions. Ce n’est pas l’endroit du jardin le plus facile à aménager car la terre est peu profonde et en été le coin est sensible à la sécheresse. Le nombre de plantes à feuillage « noir » est assez limité donc j’ai subi pas mal d’échecs. Je me demande si je ne vais pas ajouter une deuxième couleur (du gris ? du jaune ?) A voir…
Il y avait dans une plate-bande un superbe Dierama blanc. Une merveille qui n’a fleuri qu’une année à cause d’un manque de soleil. L’an dernier, il a été déplacé. Mais où ? Impossible de m’en souvenir. Parfois négligent lorsque je reviens le soir devant l’ordinateur, j’ai souvent la flemme de noter les nouvelles plantations dans les tableaux de plantes. Depuis plusieurs mois, je cherchais donc où pouvait bien se trouver ce fichu Dierama. Ce soir, je sais car en nettoyant du côté de l’ex potager, je suis tombé nez à nez avec lui. La touffe de feuilles est superbe. Il a l’air de se plaire et je pense, cette fois, l’avoir bien placé.


Suite en février 2018



Retour en
(les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
- janvier 2017
- janvier 2016
- janvier 2015
- janvier 2014
- janvier 2013
- janvier 2012
- janvier 2011
- janvier 2010
- janvier 2009
- janvier 2008
- janvier 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en janvier 2018

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic