Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2018

Retour le mois précédent, en avril 2018


Mardi 1er

Fête des plantes au Stang-Alar à Brest. Incontournable en Bretagne. Il y avait un monde fou. Dire que toutes les personnes qui sont venues étaient intéressées serait peut-être exagéré car le vallon du Stang-Alar est un joli lieu de promenade. Et comme l’entrée est gratuite !

On venait pour des arbustes : on en a trouvé deux originaux et qui me semblent intéressants : Halesia carolina (ou monticola ?) ‘Variegata’ et Abelia spathulata.
Mais on a évidemment craqué pour quelques vivaces :
- Epimedium niveum
- Silene maritima ‘Swan Lake’ (je suppose car la plante a été mal étiquetée)
- Hosta ‘Golden Scepter’
- Anemone rivularis ‘Glacier’
- Arabis ferdinandi-coburgii ’Variegata’
- Sagittaria sagittifolia ’Flore-Pleno’
De plus, deux amies jardinières nous ont apporté une capucine tubéreuse, une Ipomée vivace, une ancolie, un Fuchsia ‘Genii’ et une Heuchère au feuillage noir.
Et pour terminer : une menthe ’After-Eight’ au feuillage sombre : un petit cadeau des petits-enfants pour fêter un certain évènement.
Il ne reste plus qu’à planter ! Y’a plus qu’à…

Mercredi 2

Je ne pensais pas pouvoir jardiner autant aujourd’hui car il a plu une bonne partie de la journée. De plus le petit est en vacances ici pour la semaine.
J’ai tout de même réussi à :
- installer au fond d’un des trois tonneaux, une nouvelle plante aquatique : Sagittaria ‘Flore’Pleno’
- planter l’hosta ‘Golden scepter’ dans un pot placé à mi-ombre. C’est une toute petite hosta au feuillage jaune très lumineux.
- planter l’Epimédium niveum à la floraison blanche près de l’Epimédium ‘Gaspard’ (vous vous souvenez pourquoi il a été baptisé ainsi il y a 6 ans ?) et l’Anémone rivularis ‘Glacier’. A propos de cette superbe anémone à la floraison blanche et cœur bleu, je l’avais eue dans le jardin il y a bien une dizaine d’années. Mais je l’ai perdue car elle exige des conditions assez particulières (notamment mi-ombre et sol frais). Je m’étais juré de la retrouver un jour sur une fête des plantes. Aurore de la pépinière de la Roche St Louis a dû entrer en connexion car hier l’anémone trônait sur son stand. Impossible de résister.
La capucine tubéreuse est installée en pépinière : elle sera plantée plus tard.
L’Ipomée vivace est mise dans un pot plus gros et installée dans la serre (plantation plus tard) ainsi que les boutures d’Heuchère et du Fuchsia ‘Genii’. C’est un fuchsia rustique que j’ai eu il y a plusieurs années.
Enfin, l’Halesia est planté dans un endroit à mi-ombre en fond de plate-bande où il pourra se développer. Je cherchais un gros arbuste léger au feuillage lumineux et caduc. J’ai trouvé.

Vendredi 4

7ème tonte du gazon
J’arrive à faire quelques bricoles, le temps que Gaspard me laisse de libre !
Plantation
- de la Silène maritima ‘Swan Lake’ (je pense qu’il s’agit de celle-ci car il est évident que le pépiniériste s’est trompé en écrivant l’étiquette). Elle est placée dans un pot sur le mur de clôture. Comme elle « dégouline », cela devrait bien rendre. C’est une plante que j’avais déjà eue il y a quelques années mais, mal placée, elle n’avait pas fait de vieux os.
- d’une Ipomae battatas à feuillage pourpre dans le jardin noir
- d’un Mertensia maritima dans une lessiveuse dans le carré des aromatiques. Vous connaissez ? C’est la plante huître. Ses feuilles ont vraiment le goût de l’huître et donc un breton ne peut pas ne pas mettre cette plante. Mais je continuerai tout de même à manger des huîtres une fois par semaine !
- de la menthe ’After Eight’ également dans une lessiveuse dans le coin des aromatiques.
- de quelques plantes en pot, notamment des petits Sedums.
L’une des plantes que je préfère dans le jardin et que je bichonne depuis plus de 15 ans est un Fuchsia procumbens ‘Variegata’. Il est dans un pot qu’il recouvre entièrement car son port est retombant. En fait, je devrais dire « qu’il recouvrait » car je ne l’ai pas rentré en serre cet hiver et il n’a pas du tout apprécié les gels de mars. Mais vraiment pas du tout. Je pensais qu’il allait redémarrer mais que nenni et il était temps d’agir. Je l’ai sorti du pot et replanté. Effectivement, il est en très piteux état mais je pense que maintenant il va se remettre. Heureusement, il y a quelques années je l’avais bouturé dans un plus petit pot. Il n’y a donc pas péril en la demeure !

Lundi 7

Il a fait chaud, une chaleur que j’apprécie très moyennement…
Le temps passe et apparemment pas de pyrale en vue mais je me méfie. Pour être sûr de ne pas avoir de mauvaises surprises je pulvérise du Bacillus thuringiensis pour la 1ère fois de l’année sur tous les buis.
Aujourd’hui je ne fais guère dans l’écologie pure et dure mais j’assume. Désherbage (avec un désherbant sélectif) du petit espace vert qui se trouve en limite de propriété. C’est moi qui tond la pelouse alors qu’elle appartient à la commune ( !!!) mais je tiens à ce qu’elle soit impeccable et non un carré de pissenlits, de trèfles et de liseron. Le trottoir (environ 50 m) est également désherbé. Il m’arrive de le faire à la binette (il n’est pas goudronné), cela demande au moins 2 jours. Donc cette fois il a été désherbé d’une façon plus radicale.
Plantation dans un pot d’un ostéospermum à la floraison rouge-pourpre. Il est placé sur le mur de clôture dans un récipient entouré de lierre. J’aime.
Il y a un an j’avais fait des boutures d’un Viburnum ‘Charles Lamont’. J’ai obtenu… une très jolie petite fougère ! Elle est replantée dans un pot.
Bouture d’un Deutzia rencontré ce week-end (un tout petit Deutzia à la floraison blanche superbe. Son nom ? Mystère).

Mardi 8

J’ai passé la journée à m’occuper des potées, notamment celles qui sont sur le trottoir près des entrées du jardin.
Dans deux lessiveuses des boutures de Centaurea cineraria (faites en mars) sont installées. Dans l’une elles remplacent une graminée un peu fatiguée qui a du mal à redémarrer. Je crois que c’est une Poa labilliarderi donc une graminée très jolie. Elle est récupérée et divisée puis placée dans le carré de graminées et dans un gros pot.
On a toute une collection de succulentes (certaines rustiques, d’autres gélives) et il faut les mettre en pots ou toute sorte de récipients. J’ai commencé mais je n’ai pas terminé. Les pots qui se trouvent sur le mur de clôture au milieu du lierre ont tous des plantes. Quelques succulentes gélives restaient toute l’année dans la serre, ce qui est idiot. Elles ont été mises ensemble dans un gros pot qui rentrera dans la serre seulement l’hiver.
L’Abelia spathulata, acheté à la dernière fête des plantes à Brest, est enfin planté. C’est un tout petit abélia à la floraison blanche dès avril-mai. Un arbuste rare déniché à la pépinière Arven près de Douarnenez.

JPEG - 79 ko
Et maintenant il faut que ça pousse !

JPEG - 64.4 ko
Des succulentes gélives à rentrer l’hiver.

Jeudi 10

8ème tonte du gazon
Suite et fin des agencements des succulentes dans les pots.
Dans 4 godets j’avais semé des Ipomées bleues et, Ô miracle, les semis ont bien levé. Avec un peu de chance, il devrait y avoir des ipomées à 4 endroits différents : sur le claustra devant la maison et 3 dans des arbustes. On verra, verdict dans 2 mois.
Une graminée et un Fuchsia microphylla sont déplacés : ils végètent car mal placés.
On avait rapporté de la Creuse une potentille anserina. Elle ne se développait pas au point que je ne lui donnais guère de chance de survie. Mais Doc Alain est passé par là : hivernage dans la serre et remise en terre aujourd’hui car elle est sauvée.
Il y a dans un coin du jardin un Aster ericoïdes blanc superbe. Mais quelle calamité : la touffe double ou triple de surface tous les ans. A l’automne j’avais fait un sacré nettoyage mais aujourd’hui j’ai dû continuer à supprimer des plants pour ne laisser que deux touffes d’une trentaine de centimètres de diamètre à 1 m de distance. Il va falloir d’ailleurs pincer les tiges car elles mesurent déjà plus de 30 cm. A faire demain. Cet Aster se trouve dans un coin assez fleuri en fin d’été car il y a en particulier des colchiques et un Hydrangea. J’ai donc planté un autre Aster assez haut (on le donne pour 1,30 m) dont j’avais fait des boutures. Il doit être bleu. C’est l’Aster laevis ‘Calliope’.
Je suis rentré pour une raison quelconque dans la serre. Je n’en suis ressorti qu’au bout d’une bonne heure et demie environ. L’idée m’a pris de faire du tri dans tous les pots de boutures. Pourquoi garder les pots de boutures ratées ? Du balai !!! Ce soir la serre semble vide, ce qui est loin d’être le cas. J’ai même séparé les boutures : dans un coin celles à mettre en place dans les jours à venir, dans un autre celles qui ont besoin de changer de pot et enfin les toutes jeunes pas ou peu enracinées. C’est pas beau ça ?

JPEG - 28.4 ko
J’adore cet Iris sibirica ’Tropic Night’
Elégance, délicatesse... Il mesure au moins 1,20 m de hauteur. Sans doute ma fleur préférée du jardin.

Vendredi 11

Pas beaucoup de courage pour aller jardiner d’autant plus que lorsque je prends la décision d’y aller il se met à pleuvoir, ce qui est excellent pour le jardin. Ce ne sont pas des trombes d’eau loin de là mais le peu qui tombe rafraîchit les plantes… et le jardinier ! En fait, j’ai assez apprécié ce temps humide plus propice aux efforts que la chaleur d’il y a quelques jours (un Normand bâtardé breton ne peut pas apprécier les grosses chaleurs !).
J’ai donc fait quelques plantations de boutures bien enracinées qui se trouvaient dans la serre : un Sorbaria sorbifolia, un Aster ericoides ‘Cyrille’ (toujours des petites fleurs mais cette fois roses) et des Anémones du Japon blanches (je ne veux plus de roses).
Vous me direz que c’est peu, mais c’est déjà çà car avant de planter il faut réfléchir à l’emplacement. Et réfléchir… çà me prend du temps !

Samedi 12

Atelier bouturage dans le jardin pour 6 ami(e)s d’Arrosoirs et sécateurs. Un superbe après-midi, studieux bien sûr, mais dans une ambiance sympa. Je voulais prendre des photos… j’ai complètement oublié. C’est la première fois que je fais une bouture pour moi : un Iochroma australis provenant du jardin de l’un des « élèves ». On a échappé de peu à la pluie (la chaleur était loin d’être torride !). Une petite tisane, un café ou un thé ont été les bienvenus en fin d’après-midi. Le gâteau au sarrasin de Gérard a été particulièrement apprécié !!!

Dimanche 13

C’est entre les averses (ou carrément dessous !) que je travaille un peu dans le jardin. Très franchement cette pluie qui tombe ne peut faire que du bien et la voir tomber est assez jouissif.
La gouttière Nord est, comme habitude, nettoyée en urgence quand il pleut. Ce sont les chatons du bouleau qui l’encombrent. J’en profite, monté sur l’échelle, pour passer un bon coup de jet d’eau dans le camellia qui se trouve à côté. Je ne suis pas du tout fan de camellias mais celui-ci (‘Mme Lebois’) a ses fleurs qui ont la fâcheuse tendance à ne pas s’ouvrir complètement et à rester sur l’arbre.
Plantation d’un Sedum ‘Picolette’ donné hier lors de la séance bouturage. D’après ce que j’ai lu sur internet, ce serait une nouveauté au feuillage pourpre. En tout cas il m’a l’air bien sympathique. Merci Nicole. Une monarde ’Purple Rooster’ m’a aussi été donnée. Elle est mise en pot et pour un petit moment dans la serre. Merci Elisabeth.
Un petit coin à l’ombre est nettoyé et un petit épimedium est planté. C’est un épimedium que l’on avait acheté chez Thierry Delabroye il y a 2 ou 3 ans. Il végétait et donc mis en pot. Il est actuellement en fleurs et ne demande qu’à retrouver la pleine terre.

JPEG - 76.8 ko
La glycine qui monte contre le mur Est de la maison est toute en fleurs.
Son pied est dans un coin de la terrasse. Autant dire qu’on en profite !

JPEG - 43.8 ko
Heureuse surprise : un tout petit Iris Pacific Coast est en fleurs.
Superbe !

Lundi 14

Plantations de quelques vivaces :
- Salvia ‘Indigo Spires’ (vivace achetée lors d’une fête des plantes à l’automne. Elle avait été mise dans la serre pour des problèmes de rusticité : j’ai préféré l’installer au printemps)
- Strobilanthes penstemonoides (une plante d’ombre achetée à l’automne et mise également en serre)
- Chrysanthemum indicum (quand on parle de Chrysanthèmes on pense, à tort, à ces fleurs de cimetière, pas particulièrement esthétiques d’ailleurs. Mais certains ont des fleurs en forme de marguerite. D’ailleurs on les appelle « Marguerites d’automne » et certaines ont un très joli coloris. Ce sont des Chrysanthemum indicum. A l’automne dernier, on avait acheté en Alsace différentes marguerites d’automne de différents coloris à un prix ridicule. Les pieds-mères avaient été mis sous la serre – ils sont morts – mais certaines boutures d’une variété jaune-cuivré ont réussi. Les plants sont mis en terre. On verra. Et si le résultat est probant, je pense recommencer cette année.
Le purin d’ortie est indispensable dans un jardin. Le purin fait maison évidemment. Je n’ai jamais compris que l’on puisse acheter des bidons de purin dans les jardineries : l’ortie est une plante sauvage que l’on rencontre dans la campagne. On a le droit de la couper et c’est gratuit. Si, si… Oui, je me moque ! A moins de 100 m du jardin il y a un carré de 20 m² au moins de superbes orties. Je suis allé en couper suffisamment pour les mettre dans un bidon plastique de 100 l. Bien entendu il y a un couvercle sinon gare aux odeurs dans quelques jours ! Pratiquement tous les ans je prépare mes 100 l de purin mais ces deux dernières années j’ai eu la flemme de l’utiliser. Pourquoi ? Tout simplement parce que dilué à 10 %, cela veut dire qu’il faut verser 1000 l de purin aux pieds des plantes. Donc environ 100 arrosoirs. Et moi, contrairement à ce que l’on pourrait penser, utiliser un arrosoir n’est pas mon truc. Au bout du 4 ou 5ème, j’en ai ras le bol. Je vous ai déjà raconté qu’une année, en voulant aller trop vite, j’ai posé un arrosoir plein de purin trop violemment et je me suis arrosé complètement. Oui, c’est drôle… mais pour les autres ! Je suis rentré dans le garage très vite pour poser tous mes vêtements (j’ai bien dit tous !) et prendre une douche. Bon, cette année, je suis décidé à l’utiliser car celui de l’an dernier n’a servi qu’à arroser le compost.

Mardi 15

9ème tonte du gazon
Un peu de nettoyage devant la maison. Le jardinage est un éternel recommencement !

JPEG - 41.5 ko
Un 2ème petit Iris Pacific Coast découvert aujourd’hui.

Mercredi 16

Je ne connaissais pas la capucine tubéreuse (Tropaeolum tuberosum). Son tubercule est comestible mais c’est une plante grimpante avec une très belle floraison. A Brest, lors de la fête des plantes, une amie-jardinière m’a apporté un plant. Il a été mis en serre mais il fallait maintenant le planter car il a bien poussé pendant ces 15 derniers jours. Il m’aura fallu 2 jours et 5 tours du jardin pour lui trouver la bonne place. En tout cas, je pense l’avoir trouvée… l’avenir le dira. Merci Geneviève.

JPEG - 35.9 ko
Les Iris germanica sont en fleurs. Ce bleu est notre préféré.

Jeudi 17

Rien d’exceptionnel. Le jardin devant la maison est entièrement nettoyé. Ce n’est pas tellement le désherbage des plates-bandes qui prend du temps car il n’y a pas trop de mauvaises herbes mais j’en profite pour terminer les bordures de pelouse. Et ça, c’est long et pénible.
Un Fuchsia magellanica ‘Alba’ dégénère depuis 2 ans. Il redémarre difficilement (il fait 10 cm de haut alors que sa hauteur en pleine saison est de minimum 1,50 m). Le petit plant a donc été récupéré et mis en pot dans la serre. Si je n’arrive pas à le sauver, ce n’est pas bien grave car à un autre endroit du jardin il y a un pied qui est beau et redémarre bien. C’est un Fuchsia auquel je tiens particulièrement.

Vendredi 18

Un brin de nettoyage d’un petit carré à l’ombre car il fait chaud.
3 euphorbes myrsinite (des semis spontanés) sont récupérés à 3 endroits du jardin. Ce sont des petits plants repérés depuis longtemps mais je ne savais pas du tout où les replanter. Aujourd’hui j’ai trouvé l’endroit idéal en bordure de la plate-bande grise. C’était d’une évidence ! Un arrosage copieux s’imposait après la plantation mais il faudra surveiller.
Près des buis, dans le coin que j’appelais potager, il y a une longue plate-bande à aménager. Quelques petits arbustes ont été plantés à l’automne dernier (buis, rosier ‘Hot Chocolate’, Syringa persica et Euphorbe ‘Ascot Rainbow’). Entre ces arbustes, c’est un tapis (3 m²) de Limnanthes douglasii ‘Meringue’. Les limnanthes sont défleuries : il faut tout enlever. C’est déjà fait pour plus de la moitié. Ensuite, il faudra planter des vivaces (et limiter la repousse des limnanthes !).
Vous vous rappelez mon histoire de tulipes en mélange ? J’ai récupéré les bulbes par couleur (pas facile). Ils ne sont pas bien gros et je me demande si je vais les replanter ! Est-ce que ça vaut le coup ?
On avait acheté il y a quelques années 3 fruitiers sur tige sur les conseils de Didier Willery lors de la visite de son jardin. Cet hiver le groseillier à grappes et le cassissier sont morts (le gel ? bizarre). Quant au groseillier à maquereaux (celui que je préfère), toutes ses feuilles ont été dévorées ! J’ai lu avant-hier dans la gazette locale (d’ailleurs plus ou moins locale car c’est Ouest-France) : « La chenille verte envahit le Sud du Morbihan… elle sévit dans les chênes et fruitiers… ». Bingo ! J’ai donc sorti le pulvérisateur et le Bacillus thuringiensis même si c’est un peu tard. J’en ai profité pour en remettre couche sur tous les buis qui sont en train de se refaire une beauté.

Samedi 19

Ouille, ce soir je ne vais pas traîner car la journée a été superbe mais assez fatigante (le soleil et la chaleur y sont pour quelque chose).
On était plus d’une quarantaine dans 3 jardins du Finistère. J’étais confiant. Je la sentais bien cette journée et je ne suis pas déçu. Je dirais même que c’est largement au-dessus de mes espérances. Et je ne crois pas me tromper en disant que c’est l’avis général car les 3 jardins, bien que très différents étaient vraiment superbes. Quant à l’accueil des jardinier(e)s... on en redemande !
Un seul regret : l’excès de soleil. Pour les photos ce n’est vraiment pas le top.

Samedi 19

Ouille, ce soir je ne vais pas traîner car la journée a été superbe mais assez fatigante (le soleil et la chaleur y sont pour quelque chose).
On était plus d’une quarantaine dans 3 jardins du Finistère. J’étais confiant. Je la sentais bien cette journée et je ne suis pas déçu. Je dirais même que c’est largement au-dessus de mes espérances. Et je ne crois pas me tromper en disant que c’est l’avis général car les 3 jardins, bien que très différents étaient vraiment superbes. Quant à l’accueil des jardinier(e)s... on en redemande !
Un seul regret : l’excès de soleil. Pour les photos ce n’est vraiment pas le top.

Un jardin à Landrévarzec. 8500 m². Beaucoup d’arbustes et notamment des plantes de terre bruyère, glycine, roses anciennes, vivaces...


Le jardin de Lanton. Superbement structuré. Et des perspectives...



Jardin du rocher. Mylène a fait un travail énorme pour mettre en valeur le site proche de sa maison. Un jardin atypique. Etonnant et superbe.

JPEG - 70.2 ko
Ils ont soif... C’est vrai qu’il a fait très chaud.
Un petit coup de cidre breton, ça requinque !

Oui, une journée exceptionnelle pour 2 raisons : d’abord pour la beauté des jardins mais aussi pour le bonheur d’avoir retrouvé le groupe car c’est avant tout un groupe d’AMIS-jardiniers. Le plaisir qu’avaient les gens de se retrouver faisait plaisir à voir. Et pour moi c’est un sacré coup d’énergie pour continuer à « travailler » pour dénicher d’autres trésors.
Des articles vont bientôt paraître...

Dimanche 20

Il fait toujours aussi chaud et travailler en plein soleil est intenable. Il faut attendre 18 h pour s’y mettre vraiment.
Le carré de limnanthes est complètement nettoyé et dans ce carré qui borde les buis il ne reste que les petits arbustes. Quoi y planter ? Des vivaces probablement mais lesquelles ? Mon petit doigt me dit que je trouverai bien.

Lundi 21

Quelle chaleur ! Travailler dans le jardin dans l’après-midi est impossible. Je suis vraiment admiratif de tous ces jardiniers rencontrés lors des visites de jardins. Comment font-ils pour entretenir des jardins de 5000 m² voire plus ? En ce moment je ne peux être efficace que 4 ou 5 h par jour, pas plus.
L’eau dans les tonneaux a été en partie renouvelée car des algues filamenteuses réapparaissent. Quelle calamité !
Actuellement, ce n’est pas trop le désherbage qui est prioritaire mais il faut enlever les fleurs fanées, notamment des ancolies (et aussi des Iris). Pour les ancolies ce n’est pas évident car dans les bouquets, enlever les fleurs fanées est un vrai casse-tête. Bien souvent la touffe est coupée même s’il reste quelques belles fleurs.
Aujourd’hui j’ai travaillé autour de la serre, c’est-à-dire là où il y avait un pseudo-potager. Désherber les genoux sur les pavés qui servent d’allées n’est pas aisé. Mais j’ai mon coussin pour protéger mes genoux arthrosés !
Suppression du cassissier et du groseillier à grappe. Pourquoi sont-ils morts ? Mystère.

Mardi 22

10ème tonte du gazon.
Le manque d’eau, si on observe bien, commence à faire ses effets : quelques plantes souffrent un peu et j’ai remarqué à un ou deux endroits des taches jaunes de gazon assoiffé. Pas beaucoup mais quand même. Quelques bonnes grosses averses seraient les bienvenues.
Tous les jours il faut sortir le souffleur pour enlever les fleurs de la glycine qui tombent sur la terrasse. A peine a-t-on fini qu’il faut recommencer. Il y a un mois on soufflait les pétales du camellia !
Tout le coin du jardin entre la serre et le carré de buis est nettoyé. Il va falloir maintenant réfléchir à l’aménagement. Remplacer des légumes par des vivaces et arbustes, ça motive… moi en tout cas.

Lundi 28

Le groupe « Arrosoirs et sécateurs » était dans le Berry. Retour ce soir.
Visite de 6 jardins :
Vendredi après-midi : on se retrouve plus d’une trentaine sur la petite place de l’église de Poulaines pour visiter le Domaine de Poulaines. Le temps des retrouvailles… et des bises !
Le jardin est superbe et la longue balade avec Valérie Esnault, la propriétaire des lieux, est un enchantement. Ca démarre fort…


Samedi matin : Le domaine de George Sand. Visite guidée de la maison de George Sand. Passionnant et découverte d’un écrivain que je connaissais mal (durant mes années de collège et lycée, son existence est passée totalement inaperçue). Ensuite, visite libre du parc. Plus intéressant que je l’avais imaginé.


Samedi après-midi : Le prieuré ND d’Orsan. On était venu 3 fois et on avait eu 3 coups de foudre. Depuis une dizaine d’années, je souhaitais venir avec un groupe mais cela me semblait irréalisable. Et maintenant c’est fait… Sincèrement, je n’ai pas eu de 4ème coup de foudre mais ce jardin reste un de mes jardins préférés.


Les jardins de Drulon. Je connaissais également. J’ai aimé mais la visite guidée au pas de charge était sans intérêt.


Dimanche : Le jardin d’Elisée. Jardin superbe et visite guidée passionnante avec un couple de jardiniers chaleureux à l’écoute des visiteurs. Cerise sur le gâteau : le petit accent belge d’Anne.


Parc et château d’Ainay le Vieil  : Un autre jardin que l’on connaissait pour l’avoir vu en 2005. Tout a commencé par la visite guidée du château. Excellent… Et ensuite le groupe s’est baladé librement dans le parc après les au revoir et les bises. Mais on ne va tarder pas à se retrouver…


Que ce soit dans les jardins ou le soir dans les hôtels, l’ambiance était excellente. Le groupe n’est vraiment pas triste, c’est le moins que l’on puisse dire.

JPEG - 66.1 ko
Une partie du groupe dans le domaine de Poulaines


Pour nous, le retour s’est fait aujourd’hui. En cours de route nous nous sommes arrêté à Chédigny, le village de roses qui est le premier village classé jardin remarquable. On connaissait déjà pour y être déjà venus en juillet 2014 (voir l’article). Cette fois, tous les rosiers étaient en pleine floraison. Magnifique. Une halte que l’on ne regrette pas.

Si je vous dis que ce soir on accuse la fatigue, serez-vous surpris ?

Mardi 29

J’ai oublié de vous dire hier que je me posais la question sur la route du retour : allait-on retrouver le pluviomètre désespérément vide ? Pendant tout le week-end la météo indiquait des pluies en Bretagne, alors, avec un peu de chance… Il faut savoir que là où on habite il y a un microclimat qui fait que, souvent, il pleut aux alentours mais pas sur le jardin. En arrivant il pleuviotait et à peine descendu de voiture, j’ai vite compris qu’il avait dû bien pleuvoir car beaucoup de vivaces étaient couchées. Verdict 25 millimètres. Je pense même qu’il a dû y avoir un orage et de fortes pluies. Ouf… car le jardin réclame un minimum d’arrosage.
Aujourd’hui, on a eu une alternance de soleil et de pluie. En fin d’après-midi, on a même eu droit à un bel orage et des trombes d’eau comme on en voit assez rarement. Qui c’est qui jubilait ? Qui c’est qu’était content ?
La clématite cirrhosa ‘Winter Parasol’ est très poussante. Placée où elle est, elle recouvre un rosier ‘Clair matin’ qui commence à ne plus voir très clair, et envahit un Deutzia et une spirée thunbergii ‘Fujino Pink’. Je suis vigilant et je n’hésite pas à la tailler pour qu’elle reste à sa place. Aujourd’hui, elle a pris une petite claque, mais une claque tout de même qui m’a pris beaucoup de temps. Pas certain d’avoir terminé !
Mise en place de plantes données pendant le week-end par de sympathiques amies d’A&S : une Heuchère ‘Caramel’ (sa place était toute indiquée : sous l’arche avec les autres ‘Caramel’), un Sedum floriferum ‘Weihenstephaner’ (place toute trouvée : en jardinière).

Jeudi 31

Juste une petite heure de disponible pour jardiner en fin d’après-midi. Dans les jours à venir, le plus gros du travail va être de supprimer les fleurs fanées (ancolies, Iris, myosotis dont il faudra arracher les pieds… et les roses). Je suis allergique aux fleurs fanées, je n’y peux rien, je suis sans doute né comme ça. C’est une des nombreuses raisons pour lesquelles je prends mes distances avec les rosiers. J’ai donc commencé un peu aujourd’hui à l’avant et sur le côté de la maison.



Retour (les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
Mai 2017
Mai 2016
Mai 2015
Mai 2014
Mai 2013
Mai 2012
Mai 2011
Mai 2010
Mai 2009
Mai 2008
Mai 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2018

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic