Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en octobre 2018

Retour le mois dernier en septembre 2018


Lundi 1er

Peinture des salons (suite)
Dans les jours à venir, le taille haie va reprendre du service car les arbustes persistants qui bordent le terrain ont bien besoin d’une petite coupe pour limiter leur développement, notamment les Pittosporum qui ont une fâcheuse tendance à devenir monstrueux dès que j’ai le dos tourné. Je me suis fait avoir une fois… pas deux. Les deux Pittosporum qui formaient des boules de 5 à 6 m de diamètre avaient été rabattus à environ 2 m. Il ne restait plus que les troncs. Aujourd’hui ils sont très beaux et reforment des boules de dimension raisonnable mais une petite coupe était nécessaire. Bien entendu, une séance de broyage était indispensable.

Mardi 2

Finition de la peinture des salons.
Ne rigolez pas s’il vous plaît (j’en vois déjà qui se marrent). Pour peindre, j’installe dans le jardin au soleil des tréteaux et une planche pour mettre les chaises à peindre. Devinez ce qui a bien pu se passer. Je vous soupçonne d’avoir trouvé. J’ai réussi en posant une chaise sur la planche à tout fiche en l’air : les chaises peintes, la planche, les tréteaux et… le pot de peinture. Pas trop de perte de peinture mais il y a ce soir une tache sur la pelouse. La couleur vert provençal ne va pas du tout avec la couleur vert-jaune de la pelouse bretonne. Petit détail que je ne peux pas passer sous silence : on a entendu un énorme M...E qui doit encore résonner dans toutes les oreilles du voisinage.
Taille d’un arbuste persistant aux feuilles piquantes (sympa à broyer !) : Osmanthus heterophyllus. J’en profite pour rabattre une 2ème clématite viticella (type).

Jeudi 4

22ème tonte du gazon. Ce n’est pas que le gazon avait beaucoup poussé mais entre les feuilles du bouleau, celles du Liquidambar et surtout les feuilles et les gousses du Koelreuteria le jardin faisait vraiment négligé. Sous le Koelreuteria c’est à peine si on voyait la pelouse !
Les salons verts sont remis en place.


L’après-midi, je ne peux pas jardiner, mais en fin de journée j’arrose car certains arbustes sont encore assoiffés. Il faut dire qu’il fait toujours aussi chaud.

Vendredi 5

Il fait chaud et j’ai comme un gros coup de pompe, si bien que c’est sans enthousiasme que je vais dans le jardin. Mais le devoir m’appelle !
Taille d’un 3ème Pittosporum tenuifolium. Celui-là commence à prendre de belles dimensions, surtout en hauteur. Il était temps d’intervenir car ayant des petits bras (Maman, pourquoi tu m’as fait comme ça ?), j’ai du mal à tailler le haut. J’ai beau monter sur un escabeau voire une échelle, en équilibre à la limite de la stabilité, c’est difficile. Il faudra qu’en fin d’hiver je revienne lui rendre à nouveau une petite visite.

Samedi 6


Comme prévu, elle est bien là au rendez-vous (n’avais-je pas dit qu’on la reverrait avant Noël ?). Quelques bonnes averses, des coups de tonnerre… Si seulement cela pouvait continuer demain !
C’est l’occasion rêvée de rester au chaud car la température a bien dégringolé. Tant mieux ! Si le Paradis existe, je crois l’avoir trouvé aujourd’hui. Ce n’est pas tout à fait l’image que beaucoup s’en font, mais moi je le vois bien comme ça après avoir vécu l’Enfer cet été !

J’ai trouvé tout de même le temps de broyer les tailles du Pittosporum. Il y a dans le garage, trois énormes sacs de broyat (l’équivalent de 4 à 5 brouettes). Il va falloir le répartir entre les arbustes.

Dimanche 7

Raté, le soleil est revenu ! Il ne peut pas nous lâcher celui-là ?
Tout au fond du jardin, il y a un grillage qui nous sépare d’un champ. Bien entendu les arbustes plantés le long du grillage ont tendance à déborder, pour certains sur plus d’un mètre. Cela ne gêne personne mais il n’est pas inutile d’intervenir. J’ai donc commencé à tailler au sécateur mais demain il faudra sortir le taille haie, la tronçonneuse… et mes petits bras. Séance de broyage… évidemment.

Lundi 8

Taille haie et tronçonneuse… Normalement, tout à été taillé. Reste maintenant à ramener les tailles pour les broyer. J’ai trouvé le truc pour aller plus vite : je vais dans le champ avec la voiture (celle qui me sert pour aller à la déchetterie) et je reviens la tête dans les feuillages ! J’y suis allé déjà 3 fois mais je suis bien loin du compte. Il faudra déjà broyer ce que j’ai rapporté. Broyat et bois pour la cheminée en perspective !

Mardi 9

Grosse séance de broyage qui est bien loin d’être terminée.
On avait acheté début 2014 un gros champignon en branches de châtaigner (ou noisetier ?) tressées. J’en prends soin et pour l’instant il est toujours en excellent état : au moins une fois par an, je le badigeonne d’huile de lin. C’est efficace. Je viens de le refaire aujourd’hui.

Mercredi 10

Gaspard m’a aidé à finir le broyage. A deux, c’est mieux !!!

JPEG - 44.5 ko
Des tapis de cyclamen de Naples à plusieurs endroits.
Plusieurs m²... J’adore !

Jeudi 11

En début de journée (pour moi… mais donc disons en fin de matinée pour vous), un petit crachin fait du bien au jardin mais on est loin de la pluie annoncée.Mais même un petit de chat n’est pas à négliger !
Retour dans le champ au fond du jardin. Le reste des tailles est enlevé et les feuilles restantes (un beau tas !) passent sous les lames de la tondeuse. Séance de broyage. Ce soir tout est terminé. Une bonne dizaine de brouettes de broyat est répandu au fond d’une plate-bande près de la cabane entre les arbustes sur plus d’une dizaine de centimètres. Humus en perspective, mais cela mettra du temps car il s’agit d’un broyat d’arbustes persistants au feuillage coriace.
Les trois tonneaux qui servent de bassins ont bien besoin d’un petit lifting. Le bois extérieur (à l’intérieur c’est de la résine comme pour les bateaux) a besoin d’être protégé. Il faudrait le faire plus souvent (deux fois par an) mais je suis loin du compte. Il est badigeonné d’huile de lin. Je l’ai fait en partie car je me suis aperçu que le bois était très attaqué, il y a même des trous. J’ai donc arrêté pour combler les trous et les parties vraiment endommagées par du Rubson. Demain je recouvrirai d’un mastic pour ensuite finir de mettre l’huile de lin.
A propos d’huile de lin, je pense enduire les futures barrières de châtaignier. Elles sont toutes à refaire cet hiver et l’huile de lin devrait augmenter considérablement leur durée de de vie. A condition de le badigeonner au moins une fois par an.

Samedi 13

Des arbustes le long du grillage du fond sont taillés mais cette fois de l’intérieur du jardin. Nouvelle séance de broyage… cela va de soi. Je me suis aperçu que plusieurs des arbustes du fond poussent sur un tapis de lierre. Esthétiquement c’est très bien mais le lierre pompe l’eau et les arbustes souffrent. Il va donc falloir supprimer plusieurs mètres-carrés de lierre au plus vite. Amusement en perspective !

Dimanche 14

Une bien belle journée aux « Pépites botaniques » à la Haye-Fouassière près de Nantes. C’est la 5ème ou 6ème fois que l’on vient à cette fête des plantes et c’est toujours un régal. On a fait comme d’habitude l’ouverture et la fermeture ! Il y a toujours des jardiniers et des pépiniéristes que l’on retrouve avec plaisir.
Il était prévu de la pluie sur la région Nantaise mais pas sur la Bretagne. En fait, on a eu du beau temps sans une goutte mais il est tombé 10 mm d’eau sur le jardin (apparemment de la pluie une bonne partie de la journée : ça s’arrose !).
Cette année, on a été raisonnables mais on a quand même acheté :
- un Helicrysum spendidum : plante au feuillage gris à tailler en boule (80 cm x 80 cm)
- un Eragrostis ’Purple Lovegrass’ : petite graminée à la floraison rose en fin d’été.
- un Eupatorium capillifolium ‘Elegant plume’ : des tiges érigées plumeux. Très graphique.
- une touffe fleurie d’Acidanthera. J’adore cette plante bulbeuse dont j’avais abandonné la culture car pas moyen de la faire fleurir. L’an dernier sur le stand d’un pépiniériste, il y avait de superbes touffes d’Acidanthera en fleurs. J’avais résisté. Mais cette année au même endroit chez le même pépiniériste, à nouveau ces fleurs aguicheuses. Après avoir expliqué au pépiniériste mes difficultés à obtenir des fleurs, j’ai craqué. Une anecdote : après l’achat, on quitte le stand et j’entends une personne qui arrive et dit au pépiniériste « J’ai des Acidanthera : impossible de les faire fleurir ! ». Bienvenue au club ! Je me sens moins seul...Réponse dans un an…

JPEG - 15.6 ko
Acidanthera murieliae


On revient avec trois plantes qui nous ont été données par des ami(e)s-jardinier(e)s : une Osmonde royale, un épimédium ‘The Giant’ (sur Internet on lui donne une hauteur de 2 m ! sans doute dans son pays d’origine le Sichuan mais ici on demande à voir… et on verra !), un Lonicera crassifolia (un chèvrefeuille couvre-sol).

JPEG - 26.5 ko
Remise des prix
pour les pépinières Arven, "les iris de Bubry", ’Vert-Tige’ et Carniflore

Lundi 15

Pas beaucoup d’inspiration pour mettre en place les plantes achetées hier. Le Lonicera crassifolia est mis dans un pot un peu plus grand et placé dans la serre. Pour les autres, elles attendront.
Un Abelia qui se répand sur le mur de clôture avait bien besoin d’une taille sérieuse car sous son feuillage il y avait une masse impressionnante de branches sèches. Je crois bien ne jamais l’avoir nettoyé. Il va pouvoir maintenant se refaire de belles branches neuves et avoir un peu plus d’allure.
23ème tonte du gazon. Il redevient vert… enfin. Bien sûr, dans le panier de la tondeuse il y a plus de feuilles déchiquetées que de gazon coupé.
La fin de l’après-midi se termine à genoux à l’arrière de la plate-bande au fond du jardin. J’ai commencé à supprimer le tapis de lierre dont je parlais samedi. Bien loin d’avoir terminé.

Mardi 16

Le tapis de lierre est supprimé et broyé. La terre est recouverte d’une épaisse couche de broyat. A cet endroit il reste un arbuste en piteux état qui fait pitié. Je pense que c’est un Ligustrum texanum. Il sera certainement supprimé et remplacé par un autre arbuste persistant à trouver lors de la prochaine fête des plantes dans une dizaine de jours.
Plantations de l’épimédium ‘The Giant’ et de l’Eupatorium capillifolium ‘Elegant Plume’. C’est une plante très originale que je ne connaissais pas du tout. Elle devrait faire son petit effet si elle se plaît là où elle a été plantée.

Jeudi 18

Pour varier les plaisirs : un peu de broyage…
Je reviens aux tonneaux : je mets un mastic pour terminer les réparations et j’enlève des plantes, notamment des laitues d’eau trop envahissantes. Inquiétude : je me demande s’il n’y a pas depuis peu une perte d’eau. Il ne manquait plus que ça ! J’ai rempli complètement les 3 tonneaux. Bilan au retour du week-end.
Plantation d’un Helicrysum splendidum au feuillage gris dans un pot gris mis dans la plate-bande… grise. Plantation d’un Eragrostis spectabilis ‘Purple Love Grass’. Une jolie petite graminée avec de superbes inflorescences formant un brouillard rose pourpre. Elle est plantée près du rosier jaune ‘Amber Queen’ et d’une graminée au feuillage bleuté.
Bouturage d’arbustes pour une amie jardinière qui commence un nouveau jardin. Elle est venue dans le jardin faire son choix !!!

Lundi 22

On rentre d’un week-end de visites de jardins avec les amis d’ Arrosoirs et sécateurs. Comme d’habitude l’ambiance est excellente : pas tristes les copains et copines ! Quant aux jardins, c’est à chacun d’apprécier mais apparemment tout le monde avait l’air satisfait. Revenons un peu en arrière…

JPEG - 22.7 ko
Ils arrivent sur la place de St Sulpice de Favières
Ils viennent de Bretagne, de l’île de France, de Bourgogne et de Franche-Comté...

- Vendredi 19 : Domaine de Segrez à St Sulpice de Favières.
Très bel arboretum et visite guidée passionnante. Ca commence fort !

- Samedi 20 : le matin, Jardin de la Grenouillère (Les Essarts Le Roi, chez Françoise Lacaze). C’est en 2014 que j’ai connu Françoise lors d’une visite, avec un groupe, de son superbe jardin. Depuis notre 1ère visite, j’avais en tête de revenir à l’automne. Pratiquement tous les participants à ce week-end découvraient le jardin de Françoise. Ils ont adoré. Il faudrait être difficile pour qu’il en soit autrement !

L’après-midi : découverte des serres de « plantes de l’extrême » de Michel Monnier. Beaucoup, comme moi (!), étaient un peu réservés quant à cette visite. Quelle erreur !!! Michel nous a montré ses plantes « armées » pour résister à la sécheresse dans des pays désertiques, ses plantes myrmécophiles (plantes qui vivent en symbiose avec les fourmis)… En fait, beaucoup (comme moi !) seraient bien restés plus longtemps. Michel est un passionné passionnant. Bref, ça nous a passionné ! La collection de plantes de Michel a une valeur inestimable. Des plantes toutes plus rares les unes que les autres. Une belle leçon de botanique.

Le jardin des aubépines à Auffargis
Encore un superbe jardin et quel accueil !

Bref, une bien belle journée !
- Dimanche 21
matin : Jardin de Camille à Bazemont
J’ai bien cru ne jamais y arriver ! Pas simple de rouler dans la région parisienne. Mais quand, en plus, le GPS perd la boule à cause des nouvelles routes !!!
Très beau jardin qui n’a pas trop souffert des conditions climatiques. Un régal.

« La Grande Bercherie » à Gasville-Oisème.
Le week-end se termine trop tôt… mais en beauté.

J’avais, comme toujours (!), quelques craintes à cause de ce fichu automne bizarre et qui ne restera pas dans les annales. Mais on eu tout de même droit à quelques belles couleurs.
A peine rentré, j’ai fait des boutures d’Asters et mis dans un pot un Physocarpus ‘All Black’ donné par Françoise. Un petit souvenir de la Grenouillère qui ira au printemps rejoindre le jardin noir. Je ne suis pas le seul à revenir avec cette petite merveille : Françoise nous avait préparé une cagette de godets avec ce Physocarpus que je ne connaissais pas.
Dans le jardin il y a un noisetier tortueux. En hiver, c’est une merveille (branches tortueuses) mais à la belle saison, je hais son feuillage chiffonné à l’air maladif. Dans le jardin des Aubépines, les propriétaires l’ont taillé en transparence si bien que l’on profite en bas de ses branches tortueuses et l’on oublie en haut son feuillage inesthétique. Mais comment n’y ai-je pas pensé ? Aujourd’hui, car ça ne pouvait pas attendre (!), je l’ai donc taillé en transparence. J’ai presque terminé. Entre parenthèses, le bois mort a été supprimé par la même occasion ! Il reste à affiner le travail.

Mardi 23

La taille du noisetier tortueux est terminée. J’avoue ne pas être mécontent. Dans l’hiver, lorsque le feuillage sera tombé, je verrai s’il faut à nouveau intervenir.

JPEG - 54.4 ko
Avant...
JPEG - 49.8 ko
Après...


Pendant notre absence, le Liquidambar s’est laissé aller : on ne voyait plus la pelouse sous l’arbre. Elle a été balayée et la tondeuse a fait le reste du travail.
Un Tweedia caerulea, qui m’a été donné au printemps (je ne connaissais pas du tout cette plante), a passé l’été dans la serre. Elle a fleuri. Je viens de la mettre dans un pot plus grand avec du bon terreau. Elle restera cet hiver dans la serre et sera plantée en pleine terre au printemps.

Mercredi 24

Avec les tailles des branches du noisetier tortueux, je me suis amusé à faire deux bouquets qui sont posés sur deux tables de salon de jardin. Ils remplacent des potées de succulentes gélives qui doivent être rentrées en serre. Le résultat ne me déplaît pas.

La clématite aotearoa aurait dû être taillée dans l’été après sa floraison de juillet. Au moins pour une raison : elle recouvre et étouffe un Physocarpus ‘Amber Jubilee’ et le rosier ‘Dorothy Perkins’ qui court sur le mur de clôture mais qui a tendance à faire de nouvelles branches qui partent dans tous les sens. La clématite est coupée à moins de 50 cm et le rosier est taillé.

Jeudi 25

Peu de temps pour jardiner aujourd’hui. Je me contente de terminer la réparation des tonneaux commencée en début de semaine. Je pense avoir trouvé d’où vient la fuite d’eau (un des tuyaux qui permet de verser l’eau d’un tonneau à un autre). J’en profite pour changer l’eau (environ les 3/4). Pour le nettoyage des plantes, on verra au printemps. D’ailleurs, j’en profiterai peut-être pour en supprimer une ou deux et les remplacer par des nouvelles.

Vendredi 26

Il semblerait que la fuite soit réparée. Apparemment, j’ai été bon sur ce coup là ! (si je ne me fais pas des compliments, qui m’en fera ?). Le bois extérieur des tonneaux est complètement recouvert d’huile de lin. Je me demande si je fais bien de préciser que c’est l’extérieur qui est recouvert, vu qu’à l’intérieur c’est de la résine… et l’eau !!!
Sur les conseils d’un pépiniériste, je donne du carbonate de chaux aux rosiers (la terre ici est très acide et les rosiers apprécient moyennement). C’est l’occasion de tailler quelques rosiers. A ce propos, il faut savoir que novembre est la bonne période pour faire une pré-taille des rosiers qui est en fait plutôt un nettoyage. Pour différentes raisons : donner un aspect plus soigné, limiter la prise au vent, supprimer tout ce qui peut fatiguer le rosier (branches mortes ou inutiles), faire gagner du temps lors de la taille d’hiver.

Samedi 27

Une journée à la fête des plantes de Tréveneuc entre St Brieuc et Paimpol dans les côtes d’Armor. Une excellente fête que je vous recommande. Petit regret : après avoir attendu la pluie tout l’été, on l’a eue par intermittence... mais on s’en serait bien passé ! de la grêle aussi... quant à la température, n’en parlons pas (certains pépiniéristes situés plein vent étaient congelés). Malgré ça, ce fut un régal et le porte-monnaie a encore souffert. Mais il faut bien se faire plaisir !!!
Les achats :
- une fougère : Polystichum setiferum ‘Plucherrimum Blevis’
- un Eucryphia lucida ‘Pink Cloud’
- 4 Asters : A. Cordifolius ‘Idéal’, A. cordifolius ‘Little Carlow’, A. pringley ‘Monte Cassino’ et un aster à petites fleurs doubles et mauve au nom inconnu.
- Molinia caerulea ‘Heidebraut’
- Spirée prunifolia
C’est tout !!!

JPEG - 39.1 ko
Une exposition de Cynorrhodons



JPEG - 33.6 ko
Superbe, mais trop cher pour mon porte-monnaie...

Dimanche 28

Peu de temps pour jardiner. Seule la fougère est plantée près de la terrasse en remplacement de 3 fougères qui n’appréciaient pas l’ombre sèche. Il semblerait que la Polystichum setiferum ‘Plucherrimum Blevis’ soit un meilleur choix. Encore une fougère venant de la pépinière « Ecoute s’il pleut » ! Cette pépinière est vraiment une « mine d’or ».
Pour les plantations des arbustes, je pense que je vais m’amuser à jouer aux « chaises musicales ». Il y a des modifications à apporter, des arbustes à déplacer… Donc : papier, crayon et réflexion sur le plan du jardin bien au chaud dans la maison.
A propos de chaud, en fait on n’a pas très chaud depuis un petit moment. Je dirai même qu’on se gèle…

Lundi 29

Le futur M’Bappé étant à la maison pour 3 jours, ma principale occupation ne sera pas le jardinage. J’ai pourtant trouvé le temps de planter les 4 Asters et l’Eucryphia lucida ‘Pink Cloud’. Celui-ci rejoint le coin où le rosier ‘Toby Tristam’ a été supprimé. Il se trouve entre un Cotinus ‘Grace’ et les Olearia virgata près du Sambucus ‘Black Lace’.
Depuis deux jours le Camellia pleureur à petites feuilles (je ne retrouve plus son nom) m’inquiète. Ses feuilles se sont refermées. J’ai mis ça sur le compte d’un manque d’eau. Il a été copieusement arrosé mais rien n’y fait. A suivre...

Mardi 30

Je peux officiellement vous l’annoncer : la canicule est bien terminée ! On frise, la nuit, les températures négatives, même dans la serre. Le radiateur reprend du service (réglé hors-gel, il devrait se déclencher autour de 5°C.
Les Plectranthus n’ont pas du tout apprécié. Le jaune est devenu marron, le gris a les feuilles qui pendouillent et le marron a noirci. Ils sont donc rentrés dans la serre ainsi que les Aeoniums et quelques autres plantes gélives.
Plantation de la Molinia caerulea ‘Heidebraut’ à l’arrière du carré de buis.
Pour le Camellia (dont j’ai retrouvé le nom : Camellia rosthorniana ‘Cupido’ ), j’ai contacté par mail un pépiniériste spécialiste des Camellias de la région nantaise. Réponse presque immédiate. Merci Joël mais j’aurais préféré une autre réponse car cela m’inquiète. Il pourrait s’agir une pourriture des racines (manque d’eau… excès d’eau…). Il faudrait arracher le plant et protéger la motte tout l’hiver sous une couche de feuilles. Oups, ça me semble bien mal parti !

Mercredi 31

Un temps superbe le matin : il pleuvait ! Une bonne pluie revigorante pour le jardin… et le jardinier. Mais l’après-midi, le temps s’est détérioré : il a fait du soleil ! Heureusement, vers 23 h, une bonne pluie est arrivée à nouveau : le pied !
Tout le monde sait que dans beaucoup de régions la pluie manque, les nappes phréatiques sont fatiguées. Alors pourquoi nos présentateurs météo se sentent-ils obligés de « tirer la tronche » quand ils nous annoncent de la pluie ? J’aimerais tellement que l’un d’entre eux saute de joie et nous fasse des sauts de cabri pour nous dire qu’il va pleuvoir pour de bon. Excusez-moi mais j’étais en train de rêver !!!



RETOUR
N’oubliez pas de refaire un tour en...
Octobre 2017
Octobre 2016
Octobre 2015
Octobre 2014
Octobre 2013
Octobre 2012
Octobre 2011
Octobre 2010
Octobre 2009
Octobre 2008
Octobre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en octobre 2018

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic