Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en octobre 2018

Retour le mois dernier en septembre 2018


Lundi 1er

Peinture des salons (suite)
Dans les jours à venir, le taille haie va reprendre du service car les arbustes persistants qui bordent le terrain ont bien besoin d’une petite coupe pour limiter leur développement, notamment les Pittosporum qui ont une fâcheuse tendance à devenir monstrueux dès que j’ai le dos tourné. Je me suis fait avoir une fois… pas deux. Les deux Pittosporum qui formaient des boules de 5 à 6 m de diamètre avaient été rabattus à environ 2 m. Il ne restait plus que les troncs. Aujourd’hui ils sont très beaux et reforment des boules de dimension raisonnable mais une petite coupe était nécessaire. Bien entendu, une séance de broyage était indispensable.

Mardi 2

Finition de la peinture des salons.
Ne rigolez pas s’il vous plaît (j’en vois déjà qui se marrent). Pour peindre, j’installe dans le jardin au soleil des tréteaux et une planche pour mettre les chaises à peindre. Devinez ce qui a bien pu se passer. Je vous soupçonne d’avoir trouvé. J’ai réussi en posant une chaise sur la planche à tout fiche en l’air : les chaises peintes, la planche, les tréteaux et… le pot de peinture. Pas trop de perte de peinture mais il y a ce soir une tache sur la pelouse. La couleur vert provençal ne va pas du tout avec la couleur vert-jaune de la pelouse bretonne. Petit détail que je ne peux pas passer sous silence : on a entendu un énorme M...E qui doit encore résonner dans toutes les oreilles du voisinage.
Taille d’un arbuste persistant aux feuilles piquantes (sympa à broyer !) : Osmanthus heterophyllus. J’en profite pour rabattre une 2ème clématite viticella (type).

Jeudi 4

22ème tonte du gazon. Ce n’est pas que le gazon avait beaucoup poussé mais entre les feuilles du bouleau, celles du Liquidambar et surtout les feuilles et les gousses du Koelreuteria le jardin faisait vraiment négligé. Sous le Koelreuteria c’est à peine si on voyait la pelouse !
Les salons verts sont remis en place.


L’après-midi, je ne peux pas jardiner, mais en fin de journée j’arrose car certains arbustes sont encore assoiffés. Il faut dire qu’il fait toujours aussi chaud.

Vendredi 5

Il fait chaud et j’ai comme un gros coup de pompe, si bien que c’est sans enthousiasme que je vais dans le jardin. Mais le devoir m’appelle !
Taille d’un 3ème Pittosporum tenuifolium. Celui-là commence à prendre de belles dimensions, surtout en hauteur. Il était temps d’intervenir car ayant des petits bras (Maman, pourquoi tu m’as fait comme ça ?), j’ai du mal à tailler le haut. J’ai beau monter sur un escabeau voire une échelle, en équilibre à la limite de la stabilité, c’est difficile. Il faudra qu’en fin d’hiver je revienne lui rendre à nouveau une petite visite.

Samedi 6


Comme prévu, elle est bien là au rendez-vous (n’avais-je pas dit qu’on la reverrait avant Noël ?). Quelques bonnes averses, des coups de tonnerre… Si seulement cela pouvait continuer demain !
C’est l’occasion rêvée de rester au chaud car la température a bien dégringolé. Tant mieux ! Si le Paradis existe, je crois l’avoir trouvé aujourd’hui. Ce n’est pas tout à fait l’image que beaucoup s’en font, mais moi je le vois bien comme ça après avoir vécu l’Enfer cet été !

J’ai trouvé tout de même le temps de broyer les tailles du Pittosporum. Il y a dans le garage, trois énormes sacs de broyat (l’équivalent de 4 à 5 brouettes). Il va falloir le répartir entre les arbustes.

Dimanche 7

Raté, le soleil est revenu ! Il ne peut pas nous lâcher celui-là ?
Tout au fond du jardin, il y a un grillage qui nous sépare d’un champ. Bien entendu les arbustes plantés le long du grillage ont tendance à déborder, pour certains sur plus d’un mètre. Cela ne gêne personne mais il n’est pas inutile d’intervenir. J’ai donc commencé à tailler au sécateur mais demain il faudra sortir le taille haie, la tronçonneuse… et mes petits bras. Séance de broyage… évidemment.

Lundi 8

Taille haie et tronçonneuse… Normalement, tout à été taillé. Reste maintenant à ramener les tailles pour les broyer. J’ai trouvé le truc pour aller plus vite : je vais dans le champ avec la voiture (celle qui me sert pour aller à la déchetterie) et je reviens la tête dans les feuillages ! J’y suis allé déjà 3 fois mais je suis bien loin du compte. Il faudra déjà broyer ce que j’ai rapporté. Broyat et bois pour la cheminée en perspective !

Mardi 9

Grosse séance de broyage qui est bien loin d’être terminée.
On avait acheté début 2014 un gros champignon en branches de châtaigner (ou noisetier ?) tressées. J’en prends soin et pour l’instant il est toujours en excellent état : au moins une fois par an, je le badigeonne d’huile de lin. C’est efficace. Je viens de le refaire aujourd’hui.

Mercredi 10

Gaspard m’a aidé à finir le broyage. A deux, c’est mieux !!!

JPEG - 44.5 ko
Des tapis de cyclamen de Naples à plusieurs endroits.
Plusieurs m²... J’adore !

Jeudi 11

En début de journée (pour moi… mais donc disons en fin de matinée pour vous), un petit crachin fait du bien au jardin mais on est loin de la pluie annoncée.Mais même un petit de chat n’est pas à négliger !
Retour dans le champ au fond du jardin. Le reste des tailles est enlevé et les feuilles restantes (un beau tas !) passent sous les lames de la tondeuse. Séance de broyage. Ce soir tout est terminé. Une bonne dizaine de brouettes de broyat est répandu au fond d’une plate-bande près de la cabane entre les arbustes sur plus d’une dizaine de centimètres. Humus en perspective, mais cela mettra du temps car il s’agit d’un broyat d’arbustes persistants au feuillage coriace.
Les trois tonneaux qui servent de bassins ont bien besoin d’un petit lifting. Le bois extérieur (à l’intérieur c’est de la résine comme pour les bateaux) a besoin d’être protégé. Il faudrait le faire plus souvent (deux fois par an) mais je suis loin du compte. Il est badigeonné d’huile de lin. Je l’ai fait en partie car je me suis aperçu que le bois était très attaqué, il y a même des trous. J’ai donc arrêté pour combler les trous et les parties vraiment endommagées par du Rubson. Demain je recouvrirai d’un mastic pour ensuite finir de mettre l’huile de lin.
A propos d’huile de lin, je pense enduire les futures barrières de châtaignier. Elles sont toutes à refaire cet hiver et l’huile de lin devrait augmenter considérablement leur durée de de vie. A condition de le badigeonner au moins une fois par an.

Samedi 13

Des arbustes le long du grillage du fond sont taillés mais cette fois de l’intérieur du jardin. Nouvelle séance de broyage… cela va de soi. Je me suis aperçu que plusieurs des arbustes du fond poussent sur un tapis de lierre. Esthétiquement c’est très bien mais le lierre pompe l’eau et les arbustes souffrent. Il va donc falloir supprimer plusieurs mètres-carrés de lierre au plus vite. Amusement en perspective !

Dimanche 14

Une bien belle journée aux « Pépites botaniques » à la Haye-Fouassière près de Nantes. C’est la 5ème ou 6ème fois que l’on vient à cette fête des plantes et c’est toujours un régal. On a fait comme d’habitude l’ouverture et la fermeture ! Il y a toujours des jardiniers et des pépiniéristes que l’on retrouve avec plaisir.
Il était prévu de la pluie sur la région Nantaise mais pas sur la Bretagne. En fait, on a eu du beau temps sans une goutte mais il est tombé 10 mm d’eau sur le jardin (apparemment de la pluie une bonne partie de la journée : ça s’arrose !).
Cette année, on a été raisonnables mais on a quand même acheté :
- un Helicrysum spendidum : plante au feuillage gris à tailler en boule (80 cm x 80 cm)
- un Eragrostis ’Purple Lovegrass’ : petite graminée à la floraison rose en fin d’été.
- un Eupatorium capillifolium ‘Elegant plume’ : des tiges érigées plumeux. Très graphique.
- une touffe fleurie d’Acidanthera. J’adore cette plante bulbeuse dont j’avais abandonné la culture car pas moyen de la faire fleurir. L’an dernier sur le stand d’un pépiniériste, il y avait de superbes touffes d’Acidanthera en fleurs. J’avais résisté. Mais cette année au même endroit chez le même pépiniériste, à nouveau ces fleurs aguicheuses. Après avoir expliqué au pépiniériste mes difficultés à obtenir des fleurs, j’ai craqué. Une anecdote : après l’achat, on quitte le stand et j’entends une personne qui arrive et dit au pépiniériste « J’ai des Acidanthera : impossible de les faire fleurir ! ». Bienvenue au club ! Je me sens moins seul...Réponse dans un an…

JPEG - 15.6 ko
Acidanthera murieliae


On revient avec trois plantes qui nous ont été données par des ami(e)s-jardinier(e)s : une Osmonde royale, un épimédium ‘The Giant’ (sur Internet on lui donne une hauteur de 2 m ! sans doute dans son pays d’origine le Sichuan mais ici on demande à voir… et on verra !), un Lonicera crassifolia (un chèvrefeuille couvre-sol).

JPEG - 26.5 ko
Remise des prix
pour les pépinières Arven, "les iris de Bubry", ’Vert-Tige’ et Carniflore

Lundi 15

Pas beaucoup d’inspiration pour mettre en place les plantes achetées hier. Le Lonicera crassifolia est mis dans un pot un peu plus grand et placé dans la serre. Pour les autres, elles attendront.
Un Abelia qui se répand sur le mur de clôture avait bien besoin d’une taille sérieuse car sous son feuillage il y avait une masse impressionnante de branches sèches. Je crois bien ne jamais l’avoir nettoyé. Il va pouvoir maintenant se refaire de belles branches neuves et avoir un peu plus d’allure.
23ème tonte du gazon. Il redevient vert… enfin. Bien sûr, dans le panier de la tondeuse il y a plus de feuilles déchiquetées que de gazon coupé.
La fin de l’après-midi se termine à genoux à l’arrière de la plate-bande au fond du jardin. J’ai commencé à supprimer le tapis de lierre dont je parlais samedi. Bien loin d’avoir terminé.



RETOUR
N’oubliez pas de refaire un tour en...
Octobre 2017
Octobre 2016
Octobre 2015
Octobre 2014
Octobre 2013
Octobre 2012
Octobre 2011
Octobre 2010
Octobre 2009
Octobre 2008
Octobre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en octobre 2018

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic