Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en juillet 2019

Retour le mois précédent (juin 2019)


Lundi 1er

Il semble bien que le problème de la fuite d’eau dans les tonneaux soit résolu (pour combien de temps ?) mais les algues filamenteuses n’ont jamais été aussi prolifiques. Tous les jours j’en enlève à la main. Une calamité. J’hésite à mettre un produit anti-algues mais je me demande si je ne vais pas m’y résoudre.
Un des trous du compost (le plus ancien) est vidé.
Le poulailler est nettoyé. Ce sont les premières poules depuis plus de 10 ans qui ne dorment pas dans le poulailler mais dans l’enclos sur une grande poubelle où je mets le reste de paille fraîche. En fait c’est Arlette qui a décidé ça car Serpolette (la jeune) ne quitte pas son aînée. Rappelez-vous, Arlette monte sur ma tête, Serpolette monte sur mon dos dans la minute. Il va falloir que je m’intéresse à la psychologie des poules ! Petit QI… comportement complexe… comme certains humains !
14ème tonte du gazon
Le Muehlenbeckia astonii qui a été taillé et qui est passé de la mi-ombre au plein soleil semble avoir apprécié moyennement. Un coup de chaud ? En tout cas ce soir le bac a été inondé et le feuillage bassiné. A surveiller...

Mardi 2

C’est simple : du nettoyage !
Les derniers plants de Cerinthe major sont supprimés. Je les avais gardés pour récolter des graines. C’est fait. Petit problème : 3 ou 4 personnes étaient intéressées mais je ne sais plus qui !!! (ce sont des amis d’A&S bien sûr). Si elles me lisent, qu’elles m’envoient un mail pour que je leur en mette de côté.

JPEG - 19.5 ko
Clématite viticella ’Campaniflora’
Une merveille qui fleurit début juillet. Ce sont des petites clochettes blanches de 1 cm. Elle est assez vigoureuse (c’est une viticella) et atteignait le haut d’un camellia. J’ai donc recourbé les branches pour les placer sur les branches d’un prunier qui pousse à côté. Les fleurs sont à la bonne hauteur pour les contempler. J’ai fait des boutures car je veux absolument la multiplier.

Jeudi 4

Ce n’est pas la canicule mais il fait chaud… trop chaud.
J’ai jardiné une bonne partie de la journée malgré la chaleur. Il faut dire que j’ai nettoyé toute la plate-bande du fond du jardin qui se trouve à l’ombre, plus exactement à mi-ombre. Deux constatations : elle est recouverte de cosse de sarrazin et donc il y a beaucoup moins de nettoyage à faire car beaucoup moins de mauvaises herbes, ensuite j’ai constaté que dans cette plate-bande certaines plantes réclamaient de l’eau. C’est le cas notamment des Hydrangeas plantés il y a moins de 2 ans. Mais j’ai repéré dans d’autres coins du jardin des plantes qui semblent avoir soif, notamment un Fuchsia ‘Genii’ . Dans ce cas, je pose au pied le bout du tuyau et je laisse couler doucement.
Il y a deux ans on avait acheté deux tuteurs décoratifs, mais déception : ils sont peints en blanc. La qualité principale d’un tuteur étant d’être très discret, c’est raté et depuis 2 ans ils étaient dans un coin du sous sol. Je me suis décidé enfin à les peindre en brun comme les salons de jardins. Ce sera terminé demain.

Vendredi 5

Tombé du lit… un moustique dans la chambre !
C’est vrai que travailler tôt dans le jardin ne manque pas d’intérêt. Comme le soir, on respire. Cela dit, je ne vais pas faire appel à une armée de moustiques pour m’obliger à me lever tôt !
J’ai donc terminé la peinture des deux tuteurs. Il reste à leur trouver leur place. Nettoyage au karcher d’un photophore dont la peinture s’écaille. J’ai commencé à le peindre. Il sera terminé demain.

Il continue à faire chaud et il faut être vigilant sur l’état des plantes. J’ai découvert que la Parahebe ‘Avalanche’ qui était superbe il y a encore quelques jours est dans un triste état. Le gros pot est noyé et tous les jours elle aura droit à sa petite douche. Il fait chaud mais à la fin de ma sieste j’ai eu la surprise de découvrir qu’il avait bien plu. Malheureusement, ensuite le temps s’est dégradé : le soleil est revenu !
Un peu de nettoyage en fin de journée. Notamment, le houblon doré est taillé car il commençait à prendre ses aises : de longues tiges qui s’étendent sur le sol sont supprimées.
Taille de 2 rosiers : ‘Colette’ et ‘Sourire d’Orchidée’.
A propos de rosier, j’en ai supprimé un aujourd’hui. Ce doit être ‘Louise Odier’. Je dis bien « ce doit être » car cela fait plusieurs années que je n’ai pas vu une fleur. Pourquoi ? Trop d’ombre ! Mais oui, quand on est jeune on plante des arbres et des arbustes et on oublie qu’ils sont faits pour pousser et pour faire de l’ombre ce que n’aiment pas les plantes qui aiment le soleil ! Comme quoi les principaux outils du jardinier sont ses neurones… Bon d’accord, j’ai planté des rosiers sans penser qu’ils seraient un jour à l’ombre mais ne tirez pas pour autant trop de conclusions désagréables me concernant !

Samedi 6

La peinture du photophore est terminé… à l’ombre car ça cogne encore et aujourd’hui je ne suis pas très violent sur le boulot. En fin d’après-midi, je fais toujours un tout petit peu de nettoyage… mais vraiment un tout petit peu ! Une symphorine Symphoricarpos orbiculatus ’Foliis Variegatis qui s’enroule sur un piquet métallique qui retient les pommiers en espalier est rabattue à 50 cm. Elle mesurait largement plus de 2 m mais elle avait besoin d’être rajeunie. De plus, avec la chaleur elle était dénudée. Être taillée lui fera du bien.
Je suis assez content de moi : le week-end de début novembre pour les amis d’Arrosoirs et sécateurs est pratiquement prêt. J’ai les 5 jardins (cette fois c’est du haut de gamme !) et l’accord des 5 jardinier(e)s. Il va bientôt paraître sur le site… A suivre… Suspense !

Dimanche 7

La peinture du photophore est terminée et il retrouve la terrasse.

Puisque je suis dans la peinture, autant continuer avec des éléments de décoration en ferraille (3 petits photophores et un support bougies).
Nettoyage suite. Je commence à raser les touffes d’ancolie.

Lundi 8

Peinture fin… avant la suite ?
Au centre du jardin, il reste une allée gravillonnée. Heureusement elle est discrète car située entre des plates-bandes. Mais il faut la désherber régulièrement. J’ai commencé (ou plutôt recommencé) ce soir jusqu’à la tombée de la nuit. Une bonne heure mais je n’en suis qu’à la moitié.
Jardiner dans la journée ? Mieux vaut ne pas y penser à cause de la chaleur.

Mardi 9

Après la plage (ben oui, faut bien faire sa B A !), une bonne heure de jardinage jusqu’à la tombée de la nuit. Juste le temps de terminer le nettoyage de l’allée gravillonnée.

Mercredi 10

15ème tonte du gazon. La pelouse est toujours verte mais d’un vert plus très franc, un vert qui a tendance à virer au jaune. De l’eau… de l’eau… vivement de l’eau...
Ras le bol des algues filamenteuses dans les tonneaux. Avec Gaspard, on a décidé de tout nettoyer de fond en comble. Pour l’instant, l’eau a été vidée complètement. Gaspard a été chargé de nettoyer au jet d’eau les plantes et l’intérieur des tonneaux pour supprimer les algues. Comme ils disent par ici « y’avait du goût, dame ! ». Les tonneaux ont été à moitié remplis d’eau propre puis vidés. On verra pour la suite demain, mais sans mon apprenti.
Ce soir, à la fraîche, j’ai continué à nettoyer les rosiers. Quand il n’y a plus de roses, c’est le bon moment pour faire une taille. Qu’ils soient remontants ou pas. Pour les remontants, cela leur redonne de la vigueur pour une deuxième floraison et cela élimine le feuillage éventuellement malade.

JPEG - 25.6 ko
Je ne suis pas fan des Hémérocalles mais on avait acheté celle-ci il y a bien longtemps.
Cette année elle est très belle et je me dis que ça vaut le coup de la garder.

Jeudi 11

Les tonneaux sont pleins et la circulation d’eau a repris.
Je coupe à nouveau les fleurs fanées des valérianes sur le trottoir

Vendredi 12

Achat de 2 plantes aquatiques : une laitue d’eau et un Phalaris arundinacea ‘Picta’ au feuillage marginé de blanc.
Un peu de bricolage… un peu de nettoyage…
J’ai encore découvert deux plantes assoiffées avec des feuilles qui en disent long sur l’état du sol : un Fuchsia en pot et une sauge. Demain elles devraient être plus présentables car elles ont eu leur dose d’eau qui devraient les revigorer pour plusieurs jours.

Samedi 13

Et ça continue ! De nouvelles découvertes de plantes en état de manque. Ce sont en général des plantes mises en terre depuis moins d’un an, mais il y a aussi des plantes plus âgées et ça c’est inquiétant. Je déteste le jardin quand il est dans cet état. Il me faut du vert mais pas n’importe quel vert ! Je suis donc obligé d’arroser pour sauver ce qui peut encore être sauvé. Mais comment cela va-t-il se passer lors de notre absence ? Les étés deviennent de plus en plus pénibles et à la météo ils (ou elles) arrivent tout sourire pour nous annoncer que le soleil et la chaleur ne vont pas nous quitter ! De la provocation !
Pour arroser, encore faut-il avoir du matériel bien adapté. J’ai deux tuyaux d’arrosage excellents. Ce sont ces tuyaux qui s’allongent quand on envoie de l’eau. Mais il y a un petit problème : les embouts sont fragiles et mal adaptés aux prises Gardena. Soit c’est l’embout arroseur qui se décroche. Soit c’est le tuyau qui se décroche de la prise d’eau. Bref, aujourd’hui je me suis décidé à trouver une solution. Et j’ai trouvé ! J’y ai passé un bon moment mais le problème est résolu. J’ai tout simplement ajouté aux bouts des tuyaux des raccords Gardena.

JPEG - 65.2 ko
Avez-vous compris ?


Il faut continuer à nettoyer car non seulement le jardin me paraît sec mais en plus négligé. Je sais… certain(e)s diront que je suis maniaque. C’est peut-être un peu vrai ! Que voulez-vous, j’ai du mal avec les jardins écrasés de soleil.
Pour les rosiers, ce n’est pas terminé mais j’ai eu de l’aide aujourd’hui.

Dimanche 14

Les clématites, cette année, n’ont jamais eu une aussi belle floraison. Il y en a même que je croyais avoir perdu sont réapparues. Mais curieusement, l’une des plus florifères, ‘Huldine’, a très peu de fleurs. Décidément, j’ai parfois du mal à comprendre les humains, mais pour la nature ce n’est pas mieux ! Pour ‘Huldine’, je connais un remède : je vais la tailler, c’est-à-dire supprimer au moins les 3/4. Elle a une envergure de 2 m sur 2 m. Elle sera coupée à moins de 50 cm. Normalement elle devrait redémarrer et fleurir abondamment en fin d’été. On peut le faire d’ailleurs sur toutes les clématites remontantes. Il y a une dizaine d’années, je l’ai fait avec succès sur plusieurs clématites. Les remontées de floraison avaient été spectaculaires. On verra bien.
Jeudi dernier, en allant acheter les plantes aquatiques, on a remarqué une superbe ‘Mrs Cholmondeley’. Un très beau pied bien fourni. Il eut été vraiment déraisonnable de ne pas l’acheter. Elle est d’un superbe bleu lavande (je la connaissais pour l’avoir déjà eue mais elle a été étouffée par un noisetier pourpre… c’était il y a bien longtemps). J’ai pris mon temps pour lui trouver une place mais je ne suis pas mécontent de l’endroit où elle pourra pousser. Elle est entourée de petits arbustes à feuillages à dominante grise.

JPEG - 36.2 ko
C. ’Mrs Cholmondeley’


Et bien sûr, broyage… arrosage… nettoyage...

Lundi 15

Au sujet des clématites, je me suis posé la question : combien y en a-t-il ? Je devrais dire : combien en reste-t-il ? Car il y a eu beaucoup de pertes. La principale raison est que les arbres et arbustes ont poussé à tel point que certains coins du jardin sont toujours à mi-ombre aux beaux jours. Ce qui est loin d’être désagréable (vous connaissez mon aversion pour l’excès de soleil… et en ce moment je suis servi !). J’ai donc imprimé le plan du jardin format A4 et j’ai commencé à noter en essayant de ne pas en oublier. Je terminerai demain.
Un peu de nettoyage au centre du jardin. Je jardine le soir entre 21 h et 22 h 30. Dans la journée, je peux jardiner un peu à l’ombre mais ces jours-ci, le petit est là. Coup de chance : il ne réclame pas pour jouer au foot !

Mardi 16

Le recensement des clématites est terminé. La plupart sont actuellement en fleurs mais il faut ajouter celles d’hiver et celles de printemps. En écrivant ces lignes, je viens de réaliser que j’en ai oublié une qui, d’ailleurs est en pleine floraison. Il y en a 3 ou 4 pour lesquelles j’ai des doutes sur le nom. Enfin, j’en ai trouvé 2 ou 3 qui sont faiblardes et qui ont bien besoin d’être dopées sinon elles risquent de disparaître. Verdict : j’en ai compté 54 mais certaines ont peut-être été oubliées (à voir dans les jours à venir). C’est déjà pas mal, mais j’en ai planté bien plus. J’allais oublié de dire que du côté de la serre, il y en a 4 ou 5 qui sont en pots et seront plantées à l’automne (ce sont des boutures réussies ou des plants récupérés).

JPEG - 50.8 ko
’Margaret Hunt’ (la claire)
et C. viticella ’Aoteoara’


Nettoyage (suite). Je coupe maintenant systématiquement les touffes d’ancolie. J’ai arraché un nombre impressionnant de plants d’Aconit à la floraison d’automne. Actuellement ce sont des tiges de 1,50 m qui fleuriront fin août-début septembre. C’est vraiment une plante envahissante. Dommage que je ne puisse pas en donner car les Amis d’A&S sont loin d’ici. Je les mets donc au compost.

Mercredi 17

Une seule heure de jardinage dans la soirée : nettoyage d’un petit carré, un endroit bien sec qu’il va falloir arroser très vite pour ne pas avoir de pertes.
Rectificatif : on est à 56 clématites (mais celles que je trouve maintenant sont des clématites plutôt « poussives » !)

Jeudi 18

Du nettoyage… encore et toujours ! Les branches basses du Liquidambar ont été coupées pour que l’on puisse passer dessous sans se baisser ou se cogner la tête. Il est planté sur la pelouse et on passe 50 fois par jour sous cet arbre. Certaines branches mal placées de l’Heptacodium sont supprimées. Au pied, de nouvelles branches poussent. Elles sont aussi supprimées car on veut que les troncs restent bien apparents.
Et la journée se termine par du broyage... cela va de soi.

Vendredi 19

Nettoyage d’une grande plate-bande. Je continue de vider le compost… 2 ou 3 brouettes de temps en temps. En attendant, les déchets sont mis dans des grands sacs mais cela ne peut pas s’éterniser.
Je découvre par ci par là des semis de clématites, à coup sûr des viticella. Il faudrait noter où elles se trouvent pour pouvoir les enlever à l’automne : de quoi faire quelques heureux et heureuses ! Mais si je ne note pas (elles mesurent entre 10 et 20 cm), il y a le risque de ne plus savoir où elles sont. J’ai retrouvé une 57ème clématite : c’est une macropetala plantée en mars dernier.

JPEG - 84 ko
L’Hydrangea macrophylla ’Izu No Hana’ est superbe.
JPEG - 39.6 ko
Il mesure plus de 2 m. Il est d’un bleu !!!

Samedi 20

Fin du nettoyage d’un coin de la plate-bande dans laquelle j’étais hier. J’y ai passé plus de temps que prévu car il fallait dégager certaines plantes pour les mettre en valeur, notamment l’Hydrangea macrophylla ‘Izu No Hana’ qui est une merveille. De plus l’Alchornea davidii qui ne dépasse pas 30 cm (planté en avril) demandait à respirer : au milieu de plantes d’au moins 1 m sinon plus, il était au bord de l’asphyxie mais il est beau et ne souffre pas de la chaleur.
Je vous ai déjà parlé du Phyllostachys ‘Aurea’ qui cavale dans deux plates-bandes. Il faut constamment le surveiller (il fait encore de nouvelles cannes). Mais le plus embêtant est qu’il aurait tendance à vouloir voir ce qui se passe chez la voisine. J’ai donc passé une bonne heure à lui faire sa fête. Du broyage en perspective pour demain.
Depuis quelques jours, les poules ne me quittent pas. Elles sont à moins d’un mètre de moi et je dois parfois les repousser pour ne pas leur donner par inadvertance un coup de binette. Comme m’a dit le plus sérieusement du monde qui vous savez « Papy, elles sont amoureuses de toi ». Je n’y avais pas pensé !

Dimanche 21

Depuis quelque temps pour nettoyer, je vais au plus pressé. Je veux dire que je vais travailler là où il me semble urgent d’intervenir. C’est pourquoi aujourd’hui, j’ai commencé le nettoyage dans le jardin devant la maison. Une Hebe microphylla qui a fini de fleurir est taillée avec la cisaille pour les buis. Elle retrouve sa belle forme en boule. Il est important de la tailler assez sévèrement après chaque floraison (elle devrait refleurir en fin d’été), sinon quand on se décide à la tailler il ne reste que le bois et c’est ainsi que plusieurs fois j’ai dû me résoudre à la raser complètement au niveau du sol. Un arrosage copieux s’impose car ce coin nettoyé est au pied de la maison à la façade blanche. Inutile de vous faire un dessin !

Lundi 22

16ème tonte du gazon. Ce n’est pas qu’il était trop haut (il pousse beaucoup moins… cherchez pourquoi) mais une fois tondu, il a meilleure allure.
La pensée du jour : « Quand on est à l’ombre et qu’on ne remue pas on est bien mais si on est au soleil et qu’on bouge c’est l’horreur ». Et cet après-midi, j’ai travaillé… à l’ombre… mais j’avais chaud ! Suite du nettoyage devant la maison.
En soirée (21 h- 22 h), je finis de vider le compost : les 3 dernières brouettes. Il faisait plus frais mais je suis rentré en sueur… pour prendre une douche. Le fond du trou du compost est à environ 80 cm du niveau du sol donc pour remonter le compost dans la brouette… c’est sportif ! Pour se muscler, certains font des haltères, d’autres le tour de France à vélo, moi, je vide le compost !

Mardi 23

Je tiens tout de suite à vous rassurer : je survis et je tiendrai le coup ! Mais ce sera dur...
Fin avril, j’ai reçu un mail d’une personne que je ne connais pas, qui habite une région que je ne connais pas (je sais simplement qu’en ce moment cette personne vit en surchauffe !). Bref, dans ce mail, elle me demandait si je ne pouvais pas lui envoyer des graines de Tropaeolum ciliatum (une capucine). Donc ce matin j’ai coupé une partie de la plante qui grimpe sur la « cabane » et je me suis amusé, à l’ombre, assis sur la terrasse et les doigts de pieds en éventail à mettre de côté les graines qui seront envoyées ces jours-ci.
Dans l’après-midi, toujours à l’ombre, j’ai coupé le lierre qui pousse sur le claustra en limite de propriété sur le bord de la terrasse. Et bien sûr, dans le garage, au frais, le lierre a été broyé. Résultat : une belle brouette de broyat.

Jeudi 25

Devant et sur le côté de maison, le jardin est correct mais il va falloir retourner du côté de la serre et du carré de buis. Aucun répit !
Le Ligustrum ibota ’ Musli ® ’Muster’ est taillé assez sévèrement.

Samedi 27

Un peu de nettoyage dans un coin de plate-bande. Faut bien changer les habitudes !
Devant la serre, je stocke les plantes en pots qui sont des boutures bien enracinées et prêtes éventuellement à être mises en pleine terre. Parmi ces plantes, il y a plusieurs clématites. Je leur installe des tuteurs avec de très fines cannes de bambou (Fargesia rufa). Les pots sont nettoyés.

Dimanche 28

Il fait chaud, c’est sûr, mais chez nous en Bretagne en bord de mer on a un avantage : il y a la plupart du temps un petit vent qui rafraîchit l’atmosphère. En gros c’est supportable mais au soleil c’est moins bien qu’à l’ombre ! Tout ça pour dire qu’il n’ a pas plu depuis plus d’un mois.
Un bel Acer dans un gros pot placé devant la serre a pris un coup de chaud. C’est vrai qu’il n’est pas à l’ombre mais au soleil une bonne partie de l’année. Il est un peu dans le même état que certains touristes sur les plages tout près d’ici : grillé ! Il a donc eu droit à un bon arrosage mais surtout à plusieurs bonnes douches pour le rafraîchir. A suivre de près car il est beau et on ne tient pas à le perdre (il a un feuillage pourpre et un port horizontal – environ 1 m). Son nom ? J’ai un doute sur celui qui était sur l’étiquette.
Le nettoyage continue autour de la serre puis dans le coin des buis. Arrosage du côté de la serre car la terre est vraiment sèche et certaines vivaces ont un petit air fatigué.
Il reste deux groseilliers à maquereaux : un sur tige et un autre en buisson qui végète, ne donne rien car tous les ans dévoré par des bestioles qui s’attaquent aux feuilles. Il rejoint les tailles de rosiers direction déchetterie demain. Quant à l’autre, il avait des fruits mais je n’en ai pas mangé un car les oiseaux les avaient repérés. Quand j’ai mis un filet, il était trop tard.

Lundi 29

Enfin un peu d’eau ! J’ai dit un peu… ce n’est pas le déluge mais c’est toujours bon à prendre. L’ennui est qu’avec la pluie est arrivé le vent… un peu de vent.
Une découverte dont je me serais bien passé : au-dessus de la porte du garage monte un Hydrangea petiolaris. Il y a plusieurs années, avec le vent, il s était décollé du mur et écroulé. Heureusement un fil métallique horizontal avait retenu le bas. Il avait à nouveau poussé et un deuxième fil avait été mis pour retenir le haut. Hier, on s’est aperçu que le haut de l’Hydrangea ne s’étant pas ou peu fixé au mur, de par son poids a arraché la fixation du 2ème fil. Retour au point de départ ! J’ai donc commencé à tailler jusqu’au niveau du fil du bas et broyer.

JPEG - 54.3 ko
Avant...

Mardi 30

J’ai terminé la taille du petiolaris et le broyage (2 belles brouettes de broyat). Je vais attendre l’automne ou l’hiver pour remettre des fils. Ce n’est plus très urgent. Par contre, ce qui est urgent, c’est de nettoyer le mur de la maison qui a verdi.

JPEG - 40.1 ko
Après...

Mercredi 31

Pas le temps de jardiner mais avec Gaspard on cueille des prunes. Elles sont excellentes mais la récolte est bien maigre. On cueille aussi des framboises mais là aussi on ne risque pas de s’étouffer. L’important est que Gaspard se régale : aucune framboise n’arrivera sur la table !
L’Albizia est un arbre que j’aime bien mais quand les fleurs tombent, ce qui est le cas en ce moment, la pelouse en est recouverte. Quand on tond, la tondeuse n’en prend que très peu, aussi j’ai passé le râteau pour pelouse et les fleurs sont au compost.

JPEG - 63.1 ko
Achile (le petit frère de Gaspard) rentre les poules !
"Bonne nuit, les poules !"


Retour
Juillet 2018
Juillet 2017
Juillet 2016
Juillet 2015
Juillet 2014
Juillet 2013
Juillet 2012
Juillet 2011
Juillet 2010
Juillet 2009
juillet 2008
juillet 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en juillet 2019

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic