Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en août 2019

Retour au mois précédent : juillet 2019


Jeudi 1er

Maintenant que l’Hydrangea ne cache plus un coin de la façade Nord, la mousse sur le mur (blanc !) crève les yeux. Je passe un bon moment à pulvériser un produit anti-mousse car c’est l’occasion d’en profiter pour en mettre sur à peu près la moitié de la maison. C’est commencé, autant continuer car de toute façon je devais le faire un jour ou l’autre.

Et ensuite retour du côté des buis et de la serre pour continuer le nettoyage. Et je déteste désherber ce coin car il faut être à genoux sur les petites allées en pierre. Le petit coussin en « mousse PVC » m’est indispensable.

Vendredi 2

Ouf… c’est terminé ! Les endroits nettoyés sont recouverts avec le broyat de l’Hydrangea (3 belles brouettes tout de même).
J’avais acheté lors de notre périple avec les amis d’A&S en Creuse, il y a 2 ans, une plante qui donne des fruits comestibles proches du framboisier. C’est un Rubus illecebrosus. Ce soir, elle n’existe plus dans le jardin. Pourquoi ? Parce que c’est une vraie peste et dans un ou deux ans elle aurait colonisé plusieurs m².
Il faudra à l’automne planter un nouveau pied de rhubarbe.
L’après-midi se termine par une nouvelle suppression des roses fanées, notamment celles de ‘Pierre de Ronsard’ qui a bien refleuri mais qui n’a pas du tout apprécié le coup de vent d’il y a quelques jours. Et demain, je vais terminer d’enlever les roses fanées : je ne supporte pas.

Samedi 3

J’ai passé 3 jours autour des buis. Cela m’a permis de constater qu’ils sont beaucoup plus beaux : ils se regarnissent en bas. Il y a deux ans il y avait eu une attaque de pyrales qui avait sérieusement abîmé le bas des boules. Cette année, j’ai fait 2 traitements. Un 3ème serait certainement souhaitable… par précaution.
17ème tonte du gazon. A quelques endroits (les plus chauds ou plus exposés au soleil), il est vraiment jaune. Tant pis car il faudrait trop arroser pour qu’il redevienne vert. Ca m’énerve mais c’est ainsi presque tous les ans.
L’envie de tailler en vert un pommier basse-tige ‘Granny Smith’... C’est une taille qui se fait normalement en juin-juillet et qui consiste à rabattre à 2 ou 3 yeux les nouvelles branches qui ont poussé au printemps. J’ai commencé mais je ne pensais pas passer autant de temps. Je terminerai demain.

Dimanche 4

Broyage des tailles du pommier  : 2 brouettes de broyat.
Remise en état du coin de plate-bande sous le pommier (oui, j’ai un peu piétiné et bien qu’ayant perdu plus de 7 kg, la terre a été un peu tassée !) puis le broyat est réparti entre les plantes.
Taille de la petite haie d’Olearia virgata. Manier le taille-haie en haut de l’escabeau n’est pas trop mon truc mais il fallait le faire. Heureusement cette petite haie de 6 m de long n’a que 6 Olearia. Je me demande si avant l’hiver, je ne vais pas encore la rabattre d’environ 30 cm. Je ne vois pas l’intérêt d’une haie taillée qui dépasse 2,50 m. Quand on voit certaines haies de plus de 3 m, ça me fait sourire (sans doute y a-t-il des pays où les gens sont très très grands !).
J’en ai profité pour tailler plus que sévèrement deux clématites viticella (de 2 ou 3 m, elles passent à 50 cm). Elles ont fini de fleurir et tous les ans recouvrent des arbustes au risque de les étouffer. De plus le feuillage n’a rien d’exceptionnel donc autant le supprimer dès maintenant. Dans les jours à venir, je vais faire un tour dans les clématites et les tailler sévèrement. On en reparlera.

Lundi 5

Pendant 4 jours, je risque de ne pas avoir beaucoup de temps pour jardiner (le jardinier est aussi Papy !).
Aujourd’hui, j’ai tout de même réussi à broyer les tailles de l’oléaria : 2 brouettes supplémentaires de broyat : recouvrir la terre pour protéger de la sécheresse n’est pas un luxe en ce moment.

Mardi 6

Juste le temps de faire un tour d’une toute petite demi-heure dans le jardin.
Un Carex oshimensis ‘Everillo’ a été planté dans un pot au printemps et placé dans un endroit assez ensoleillé. Il n’a pas du tout aimé : le feuillage est grillé depuis 15 jours. Je me suis donc décidé à le raser et le mettre à l’ombre dans la serre. Il sera donc arrosé régulièrement.
Taille de 2 [Pittosporum tenuifolium ‘Golf Ball’→1342]. Ce sont deux superbes boules d’un diamètre de 80 cm environ qui remplacent avantageusement les buis pour le même effet.

JPEG - 83.3 ko
Achile arrose
Très appliqué...

Mercredi 7

Juste une petite demi-heure comme hier m’est accordée. Suffisant pour tailler à moins de 50 cm une clématite ‘Huldine’ qui mesurait bien 2 m. Elle recouvrait comme tous les ans un treillage en bambou mais aussi un pommier en espalier très très fatigué (il sera supprimé cet hiver). Sans doute trouvez-vous que j’y vais un peu fort avec les clématites. Que nenni ! Si la clématite est remontante (comme ‘Huldine’) elle devrait avoir une 2ème floraison très abondante (il y a très longtemps que j’ai fait cette découverte tout à fait par hasard). C’est le même principe que pour les rosiers remontants mais vous ne verrez ça nulle part dans les livres ou internet. J’en avais parlé à Arnaud Travers il y a quelques années et il m’avait fortement conseillé de continuer à le faire et je lui avais posé la question « Pourquoi ne le conseille-t-on pas dans les magazines et internet ? ». Réponse : Parce que cela ne sert à rien puisque les jardiniers ne le feront pas ! Pas faux...

JPEG - 75.4 ko
’Huldine’ avant la taille
JPEG - 90.2 ko
’Huldine’ après la taille
On aperçoit le pommier en espalier qui disparaîtra cet hiver.

Jeudi 8

Miracle : j’ai réussi à trouver le temps pour broyer les tailles d’Huldine.

Vendredi 9

En juillet c’était l’été (un peu trop torride pour moi)… En août, c’est l’automne… En tout cas aujourd’hui, car en plus du vent (ce soir, ça souffle... comme en Bretagne) on a droit à une alternance de soleil et d’averses et ce n’est pas moi qui m’en plaindrais. Le jardin paraît moins sec, mais ce n’est qu’une apparence car j’ai découvert cet après-midi un Griselinia littoralis assoiffé (il a été planté à l’automne dernier).
Il me reste maintenant 3 jours pour préparer le jardin à notre absence. Bien sûr une voisine viendra surveiller le jardin mais je laisse l’eau couler doucement au pied des arbustes plantés récemment et qui risquent de souffrir du manque d’eau. Je pense que cette année il était préférable de partir en août plutôt qu’en juillet. Je n’ose imaginer la casse dans le jardin si on s’était absentés en juillet !
Aujourd’hui, j’ai refait un nettoyage de tout le fond du jardin. Notamment les ancolies et les Tradescantias sont rasés au niveau du sol. C’est un peu la course de vitesse car mon absence du jardin en début de semaine m’a fait prendre du retard dans ma préparation. Mais il y a parfois aussi d’autres impératifs...

Samedi 10

18ème tonte du gazon.
Encore du vent toute la journée, mais moins qu’hier soir. Il est tombé apparemment une bonne quantité de pluie. D’ailleurs, la pelouse pourrait faire des envieux… et des envieuses (j’en connais !).
Une clématite viticella qui recouvrait entièrement (comme tous les ans) un Viburnum burkwoodii est taillée à 50 cm. Habituellement je le fais à l’automne mais en fait, je ne vois pas l’intérêt d’attendre. Il en est de même pour la clématite ‘Etoile violette ‘.

JPEG - 82.9 ko
Demain matin je sais par quoi commencer la journée !
Une heure de broyage !!!


Je déteste travailler dans l’urgence, pour le jardinage ou autre chose, mais à chaque fois, les deux ou trois jours qui précèdent un départ, c’est toujours le même bazar. Demain il faudra jardiner au pas de course… à mon âge, est-ce bien raisonnable ?
A quoi sert un paillage sur le sol ? Oui, je sais ce que vous allez me dire mais il faut ajouter une bonne raison de mettre un épais paillage sur le sol : amortir les chutes du jardinier ! Pour arracher la clématite tout en haut du Viburnum, je suis monté sur le mur de clôture. J’ai dû trop me pencher et je me suis retrouvé par terre sans avoir trop bien compris ce qui se passait. Mais j’ai noté que l’atterrissage s’est fait tout en douceur malgré la hauteur de la chute. Comme sur un matelas… Faites l’essai !
Ce soir, au moment où j’écris, plus un souffle de vent...

Dimanche 11

4 autres clématites sont taillées à 50 cm et un Fuchsia magellanica ‘Alba’ est taillé de moitié (il faisait plus d’un mètre, avait poussé un peu trop vite et le vent de ces derniers jours avait un peu couché ses branches : dans un mois il devrait être plus compact et en pleine floraison). Une passiflore ‘Constance Eliott’ un peu trop vigoureuse déborde du mur de clôture devant la maison et commence à s’étaler sur le trottoir : elle aussi subit les coups de sécateur. Et tout ce petit monde passe dans le broyeur. Pas le temps de répartir les 3 brouettes de broyat : il restera donc dans des grands sacs à compost. On verra au retour…
Je passe entre 2 et 3 heures pour nettoyer le trottoir devant la maison. Quelle galère mais je ne supporte pas ces trottoirs dégueu... que l’on voit maintenant un peu partout. C’est pourtant très tendance !
Tout le jardin n’a pas été remis en état. Il aurait fallu 2 ou 3 jours de plus mais tant pis : le départ est pour demain… direction l’Alsace en passant comme tous les ans par Chaumont sur Loire (mardi).

Mardi 13

Comme tous les ans, arrêt au festival international des jardins à Chaumont-sur-Loire. Incontournable ! On adore… C’est toujours un grand moment. Cette année, le thème est « Jardins de paradis ». Verdict : on l’a trouvé moyen car n’a eu pour la 1ère fois aucun coup de foudre. Des jardins intéressants mais pas de jardins exceptionnels. On y est restés tout de même plus de 6 h car on est allés refaire un tour dans « les prés du Goualoup » qui ont bien évolué avec quelques réalisations nouvelles vraiment superbes. Si vous allez à Chaumont, ne ratez pas cet endroit car certains jardins (pérennes) sont magnifiques, notamment « le jardin des hypothèses ». Dans un autre genre, « le jardin anglais » n’est pas mal non plus.
La page sur le festival a été actualisée avec de nouvelles photos (j’ai quand même mitraillé : 293 photos !) http://arrosoirs-secateurs.com/Le-festival-international-des
Mais il fallait bien repartir car 3 h de route nous attendaient...



JPEG - 75.1 ko
"Le jardin des hypothèses" dans les Prés du Goualoup


Retour
en août 2018
en août 2017
en août 2016
en août 2015
en août 2014
en août 2013
en août 2012
en août 2011
en août 2010
en août 2009
en août 2008
en août 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en août 2019

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic