Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2019

Retour en novembre 2019


Lundi 2

Bravant la froidure alsacienne, je suis allé faire un petit tour dans la nature toute proche. L’été dernier j’avais rapporté des petites campanules sauvages (qui sont actuellement dans la serre). Cette fois ce sont de toutes petites fougères qui pullulent dans le coin. Par ici, j’ai repéré quelques endroits où il y en a des mètres-carrés. Je suis à peu près sûr qu’il s’agit de Blechnum penna-marina (les botanistes ont encore sévit : il semblerait que son nom actuel soit Austroblechnum penna-marina ! Ce qui change tout bien sûr !!!). J’avais rapporté cette petite fougère il y a plusieurs années. Elle est discrète mais dans les murs dans quelques jours, elle fera son petit effet.

Petit rectificatif : j’ai reçu ce soir un mail d’une amie d’A&S me précisant que j’avais fait une erreur. La fougère est en fait Asplenium trichomanes. Evidemment ! Je le savais car je l’ai déjà eue. Je ne retrouvais plus son nom et sur internet, en regardant des photos, je me suis trompé. Merci Nicole.

Mardi 3

Comment résister à des bruyères d’hiver (Erica darleyensis) qui vous tendent leurs petites branchouillettes toutes fleuries ? Vous savez ? Pas nous en tout cas. On reviendra donc en fin de semaine avec 2 blanches (variétés différentes mais sans nom ! Ce qui a le don de m’énerver.) et une rose (‘Kramer’s Rote’. Une variété bien connue).
Le coffre sera plein… ça c’est sûr. Pourvu qu’il reste de la place pour la conductrice et son passager !

Dimanche 8

On est partis par une petite froidure hivernale (c’est l’Alsace !)… on a traversé la France sous une bonne pluie bien automnale… et on est arrivés sous un soleil timide presque printanier (c’est la Bretagne !). Ce soir, au moment où j’écris il y a du vent et il pleut (la Bretagne, je vous dis).
Pour ne pas changer les habitudes, à peine arrivés, un petit tour vite fait du jardin pour voir les dégâts. Apparemment aucun… Ouf.
Et la poule ? Direction le poulailler… Il faut savoir qu’Arlette est la seule poule depuis une quinzaine d’années qui n’a pas compris que l’enclos est fait pour se dégourdir les pattes et le poulailler pour manger et dormir. Elle s’obstine à passer ses nuits dehors sur une poubelle qui sert à stocker un peu de paille au fond de l’enclos. Donc, coup d’oeil dans l’enclos… Personne… grosse frayeur ! En fait Arlette était bien installée sur le perchoir dans le poulailler. Miracle : elle a enfin compris ! Ne vous moquez pas : si vous aviez un QI de poule, vous coucheriez où ?
Les plantes achetées sont stockées devant la porte du garage. Elles seront mises en place dans les jours à venir. Ayant un emploi du temps assez chargé en début de semaine, je ne sais pas du tout quand je vais trouver le temps de le faire.



Les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année :
Retour en
Décembre 2018
Décembre 2017
Décembre 2016
Décembre 2015
Décembre 2014
Décembre 2013
Décembre 2012
Décembre 2011
Décembre 2010
Décembre 2009
Décembre 2008
Décembre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2019

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic