Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2019

Retour en novembre 2019


Lundi 2

Bravant la froidure alsacienne, je suis allé faire un petit tour dans la nature toute proche. L’été dernier j’avais rapporté des petites campanules sauvages (qui sont actuellement dans la serre). Cette fois ce sont de toutes petites fougères qui pullulent dans le coin. Par ici, j’ai repéré quelques endroits où il y en a des mètres-carrés. Je suis à peu près sûr qu’il s’agit de Blechnum penna-marina (les botanistes ont encore sévit : il semblerait que son nom actuel soit Austroblechnum penna-marina ! Ce qui change tout bien sûr !!!). J’avais rapporté cette petite fougère il y a plusieurs années. Elle est discrète mais dans les murs dans quelques jours, elle fera son petit effet.

Petit rectificatif : j’ai reçu ce soir un mail d’une amie d’A&S me précisant que j’avais fait une erreur. La fougère est en fait Asplenium trichomanes. Evidemment ! Je le savais car je l’ai déjà eue. Je ne retrouvais plus son nom et sur internet, en regardant des photos, je me suis trompé. Merci Nicole.

Mardi 3

Comment résister à des bruyères d’hiver (Erica darleyensis) qui vous tendent leurs petites branchouillettes toutes fleuries ? Vous savez ? Pas nous en tout cas. On reviendra donc en fin de semaine avec 2 blanches (variétés différentes mais sans nom ! Ce qui a le don de m’énerver.) et une rose (‘Kramer’s Rote’. Une variété bien connue).
Le coffre sera plein… ça c’est sûr. Pourvu qu’il reste de la place pour la conductrice et son passager !

Dimanche 8

On est partis par une petite froidure hivernale (c’est l’Alsace !)… on a traversé la France sous une bonne pluie bien automnale… et on est arrivés sous un soleil timide presque printanier (c’est la Bretagne !). Ce soir, au moment où j’écris il y a du vent et il pleut (la Bretagne, je vous dis).
Pour ne pas changer les habitudes, à peine arrivés, un petit tour vite fait du jardin pour voir les dégâts. Apparemment aucun… Ouf.
Et la poule ? Direction le poulailler… Il faut savoir qu’Arlette est la seule poule depuis une quinzaine d’années qui n’a pas compris que l’enclos est fait pour se dégourdir les pattes et le poulailler pour manger et dormir. Elle s’obstine à passer ses nuits dehors sur une poubelle qui sert à stocker un peu de paille au fond de l’enclos. Donc, coup d’oeil dans l’enclos… Personne… grosse frayeur ! En fait Arlette était bien installée sur le perchoir dans le poulailler. Miracle : elle a enfin compris ! Ne vous moquez pas : si vous aviez un QI de poule, vous coucheriez où ?
Les plantes achetées sont stockées devant la porte du garage. Elles seront mises en place dans les jours à venir. Ayant un emploi du temps assez chargé en début de semaine, je ne sais pas du tout quand je vais trouver le temps de le faire.

JPEG - 68.1 ko
Les plantes rapportées... et à planter.

Mardi 10

Autour de midi, j’ai trouvé un petit créneau où il ne pleuvait pas pour faire la 25ème tonte du gazon. J’y ai passé un bon bout de temps car l’herbe est humide et recouverte d’une bonne couche de feuilles à certains endroits, en particulier sous le Liquidambar. Heureusement, le gazon n’a pas trop poussé. Mais il fallait tout de même vider le panier toutes les 5 minutes.
Il y a un endroit qui me désole depuis longtemps : c’est la pelouse sous l’arche. Comme on passe régulièrement par là, la pelouse n’est jamais belle. Les pas japonais qui étaient là depuis une bonne dizaine d’années ont été supprimés. Ils ont été mis ailleurs dans un passage recouvert d’helxine.



J’ai commencé à placer des grandes plaques d’ardoise. Actuellement il y en a trois mais il en faut une bonne dizaine qui seront mises petit à petit durant l’hiver. Je compte supprimer complètement la pelouse et mettre à la place des couvre-sol entre les dalles et sur les bords. Tout en tondant, je cherchais quels couvre-sol planter (mais oui, je peux faire deux choses à la fois !) et j’ai trouvé quelques idées. Sur les bords j’ai pensé à de l’alchemille et du lamium maculatum ‘Beacon Silver’. Il faut évidemment des plantes de mi-ombre.


A voir... J’ai tout l’hiver pour refaire cet endroit.

Jeudi 12

Décidément on est bien en Bretagne ! Pluie et vent au programme tous les jours depuis notre retour. A deux endroits du jardin, sur la pelouse, il y a des flaques d’eau, ce qui n’était pratiquement jamais arrivé en 40 ans. La rigole au pied de la maison à l’entrée du garage est gorgée d’eau et je suis obligé de la vider 10 fois par jour avec le vide-cave. J’envoie cette eau dans le jardin évidemment. C’est quand même incroyable : cet été on pleurait pour avoir 3 gouttes de flotte et maintenant on baigne dedans. Si seulement les nappes phréatiques pouvaient être gonflées à bloc.
Il faut que je commence à m’occuper des plantes rapportées d’Alsace. Le Ceratostigma plumbaginoides est planté dans le jardin devant la maison à un endroit où il lui sera permis de s’étaler à loisir. Le plant de Chrysanthème (toujours en fleurs) est mis dans la serre. Je n’y touche pas. On verra au printemps.
Deux ardoises de plus sous l’arche.

Vendredi 13

La petite fougère Asplenium trichomanes est plantée au Nord derrière la maison au-dessus d’un muret. En fait, j’ai planté une vingtaine de plants en espérant obtenir deux belles taches dont l’une se mélangera à des hellébores.
Le plant d’Aster amellus ‘Lac de Genève’ est mis dans un pot un petit peu plus grand et placé dans la serre. On verra en fin d’hiver.
J’ai passé un bon moment à remettre en place les salons de jardin qui avaient été mis dans le garage pendant notre absence.
Je pensais planter l’hellébore niger et les bruyères mais après le soleil de ce matin, la pluie est arrivée dans l’après-midi !!!... Alors, on verra demain.
Et pour couronner le tout, en soirée on a droit à une nouvelle tempête ! Super pour un vendredi 13 !!!

Samedi 14

Un temps humide pas très encourageant pour aller travailler dehors mais depuis notre retour je n’ai vraiment pas fait grand chose. C’est mollasson !
Plantation des dernières plantes rapportées d’Alsace : Hellébore niger, bruyères (Erica darleyensis) et un Carex.
A propos des bruyères, faites très attention lorsque vous les plantez. Si vous les enlevez du pot et que vous les plantez sans préparatif, vous pouvez être certain(e)s que vous allez droit à l’échec. Il faut absolument peigner la motte (j’utilise une brosse pour chiens) de façon à enlever le feutrage de racines. N’ayez pas peur d’enlever une partie du substrat. Trempez la motte dans un seau d’eau et vous pouvez alors planter.

JPEG - 72.2 ko
Avant
JPEG - 69.6 ko
Après

Dimanche 15

Ce n’est pas encore aujourd’hui que j’ai pu avancer sérieusement dans le jardin.
A part quelques bricoles, je me suis surtout intéressé aux oiseaux. J’ai remis en place (après les avoir bien nettoyées) les mangeoires pour graines de tournesol (on a rapporté d’Alsace un sac de 25 kg car son prix était intéressant et il reste des graines de l’an dernier). Des mangeoires (coques de noix de coco, pots) remplies de margarine et des boules de graisse ont été suspendues à des branches d’arbres.

JPEG - 51.3 ko
Une mangeoire fabrication maison
Elle a au moins 15 ans...



JPEG - 42.1 ko
pot rempli de margarine
JPEG - 37.7 ko
Coquille de noix de coco remplie de margarine.


Bon appétit les zoziaux !!!
J’espérais commencer le nettoyage du jardin mais c’est raté...

Lundi 16

Dégoûté ! De la pluie toute la journée… Trop, c’est trop... J’ai bien fait quelques tentatives mais j’ai très vite renoncé. Courageux mais pas téméraire. A mon âge la prudence est conseillée, quoiqu’il ne fasse pas froid.
En fin d’après-midi, je me suis réfugié dans la serre pour réaliser une sorte de jardinière. En fait ce sont deux graminées plantées dans deux pots mis dans un « panier » métallique que j’ai repeint dernièrement. Bref, je mettrai une photo mais quand j’ai terminé la nuit commençait à tomber. Tristounet tout ça… Comme tous les soirs depuis quelques jours, j’allume dans la serre des bougies chauffe-plats (une bonne dizaine) et 2 ou 3 bougies que j’avais fabriquées l’an dernier. Histoire de monter un peu la température...
Et ce n’est pas demain que je vais avancer dans le jardin !!! ni dans les jours à venir...

Mercredi 18

Plantation d’un Mahonia x media ‘Winter sun’ acheté hier. Je voulais ‘Charity’ mais il n’y avait que son cousin ‘Winter sun’ qui lui ressemble étrangement. Il a été planté à mi-ombre dans la plate-bande au fond du jardin. Quand j’ai fait le trou pour le planter, je me suis aperçu qu’à 20 cm de profondeur, le trou était comblé par l’eau. Je n’avais jamais vu ça. Ici, le sol est très drainant. La terre a la consistance d’un terreau. C’est dire à quel point le sol est gorgé d’eau. A quelques mètres de là, la pelouse est couverte par une flaque d’eau.


Plantation de 6 Violas cornuta. Tous les ans j’achète cette petite planteque j’aime beaucoup. Elle se ressème mais j’ai eu la désagréable surprise de constater que les semis spontanés donnent des plants avec des floraisons toutes identiques. Retour au type… le coloris initial n’est pas conservé. C’est étonnant que j’aime particulièrement les petites Violas car je déteste les pensées à grandes fleurs. Et ça remonte à mon enfance. Je devais avoir moins de 10 ans, quand avec les copains, on jouait au foot sur notre terrain bordé par une plate-bande où il y avait des pensées. On prenait un malin plaisir à les piétiner. C’était il y a… un certain nombre d’années : il y a prescription.

Jeudi 19

Plantation de 6 nouvelles Violas cornuta bleu pâle dans deux jardinières accrochées à la fenêtre de la cuisine. On pourra en profiter pendant un bon moment. Elles sont plantées entre des plants de Rubus parvifolius ‘Ogon’. Jaune et bleu… j’aime.

Vendredi 20

Il aura fallu la journée pour remettre la circulation d’eau dans les tonneaux arrêtée pendant notre absence. Il fallait vider l’eau, nettoyer les plantes, enlever les algues filamenteuses et autres saletés, remettre de l’eau propre et remettre la pompe en marche.

Samedi 21

Décidément, lorsque je suis disponible pour le jardin, il pleut… Aujourd’hui, il pleut et il vente… la totale !
J’ai pu remettre en fonctionnement, après nettoyage, la fontaine. Vous savez : « la fontaine qui fuit »… toujours !
Je n’avais pas envie de passer encore ma journée devant l’ordinateur. Alors quoi faire ? J’ai commencé à refaire des bougies avec les restes de l’an dernier. Des bougies pour la serre cet hiver.

Dimanche 22

Un peu de nettoyage. Dans un coin de plate-bande j’avais, à l’automne, répandu du compost. Il y a eu une levée de mauvaises herbes que j’ai supprimée. Des mauvaises herbes, en fait je n’en suis pas sûr. Je me demande s’il ne s’agirait pas plutôt d’une levée de graminée du style Setaria viridis ‘Caramel’ qui a eu lieu pendant notre absence.

Lundi 23

JPEG - 57.1 ko
Un coin de la serre... pleine à craquer.
JPEG - 33.4 ko
Les nouvelles bougies...
Mais je suis bien loin d’avoir terminé.

Mardi 24


Jeudi 26

Gaspard plante dans son jardin deux violas cornuta apportées par le Père Noël. L’intérêt des violas est que la floraison est longue et à une période intéressante. Je l’oriente mais c’est lui qui choisit, c’est évident.
Je suis allé à la plage avec Achile son petit frère de 2 ans 1/2 (pas triste le gamin, il est au moins en 2ème année à l’école du rire). Après avoir joué dans les rochers et le sable, il m’aide à remplir un sac de goémon. En ce moment il n’y en a pas beaucoup. Il y a bien une vingtaine d’années que je suis pas venu en ramasser, alors que la plage est à 3 ou 4 kilomètres. Au début que je jardinais j’allais de temps en temps pour ramasser une bonne dizaine de gros sacs. Qui a dit qu’avec l’âge on devient paresseux ? Le goémon est mis au compost.
2 ardoises de plus dans le passage sous l’arche. Merci au Père Noël !
A cette époque de l’année, avant l’arrivée des hellébores, les Erica darleyensis sont les reines du jardin. Elles sont bien fleuries depuis 15 jours environ et la floraison va durer jusqu’à fin février-début mars. Je suis un inconditionnel des E. darleyensis.


Samedi 28

Les fêtes, c’est bien, mais il faut aussi revenir à la réalité… la vraie vie les mains dans la terre.
La poule est heureuse : ce soir son poulailler est tout propre et le compost est recouvert d’une bouillie immonde (une poule ça « s’en va du bas » très souvent !).
Je déteste le vent et lorsqu’il y a une tempête je ne suis pas à prendre avec des pincettes (alors qu’en temps normal j’ai un caractère en or, tout le monde le sait ! - rires-). Mais les tempêtes ont toutefois un avantage : elles font tomber des arbres des branches mortes. Après ces derniers jours, le Koelreuteria et l’Albizzia notamment ont perdu un nombre non négligeable de branches mortes qui sont passées dans le broyeur.
Début du nettoyage du jardin (il est temps car nous sommes rentrés d’Alsace depuis 3 semaines, mais l’emploi du temps a été bien chargé).
Non, ce n’est pas un cadeau du Père Noël mais j’utilise de plus en plus ce petit râteau pour gamin. Non pas que je retombe en enfance (quoi que parfois !) mais c’est vraiment pratique pour nettoyer les allées étroites, par exemple recouvertes de feuilles.

Dimanche 29

Du soleil (enfin !), mais le fond de l’air n’est pas très chaud : il faut ressortir la doudoune…
6 nouvelles bougies sont faites au chaud dans le garage.
nettoyage d’un petit coin. Avoir le nez au ras du sol m’a permis de découvrir que les premières fleurs des plants d’hellébores apparaissent. Je commence à couper les feuilles (je les coupe toutes). Les premiers crocus botaniques ne vont pas tarder à fleurir.

Lundi 30

Un brouillard à couper au couteau… un temps frais et humide… les conditions pour jardiner sont moyennes mais il y a du temps à rattraper. Pas le moment de jouer la chochotte.
Fin du nettoyage sur le côté de la maison.
Je coupe les feuilles des hellébores sur le côté et à l’avant de la maison. Mais c’est loin d’être terminé car il y a des hellébores un peu partout dans le jardin. Je dois avoir passé une bonne demi-heure et je pense avoir fait le dixième du boulot. Faites le calcul… moi, j’hésite ! Je renonce à passer les feuilles au broyeur car je passe un temps fou pour un résultat décevant.

JPEG - 71.6 ko
Le jardin vu de la cuisine
Il y a encore un peu de brouillard.

A suivre... Janvier 2020
Les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année :
Retour en
Décembre 2018
Décembre 2017
Décembre 2016
Décembre 2015
Décembre 2014
Décembre 2013
Décembre 2012
Décembre 2011
Décembre 2010
Décembre 2009
Décembre 2008
Décembre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2019

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic