Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en février 2020

Retour le mois précédent (janvier 2020)


Samedi 1er

Une journée idéale pour jardiner et j’en ai bien profité.
Si je vous dis que j’ai continué à nettoyer, vous ne serez pas surpris. Nettoyer donc, mais pas que…
J’ai commencé à faire les bordures de gazon. Je devrais le faire en même temps que le nettoyage de la plate-bande. 5 m par ci, 5 m par là. Mais j’ai la flemme car c’est une corvée. Donc j’ai gagné et aujourd’hui j’ai bien dû faire 50 m. A deux endroits en bordure la pelouse n’existe plus. C’est en tout 1m² maximum mais ça fait désordre. J’avais semé du gazon en fin d’été mais celui-ci n’est pas sorti (graines trop vieilles ? Conséquence de la canicule ?). J’ai trouvé la solution : j’utilise les petites bandes de pelouse lorsque je découpe les bordures. Ce n’est pas la première fois et je pense que c’est la meilleure solution.
J’adore le Scleranthus. On dirait un coussin de mousse. Bien évidement j’avais acheté un plant (qui a dit : « bien entendu il l’a perdu » ?). Bon, c’est pas faux. Aujourd’hui une amie-jardinière m’a apporté une petite touffe (pas si petite que ça d’ailleurs) et à peine était-elle partie que je l’ai mise en terre car j’ai trouvé tout de suite son emplacement. Je vais la bichonner.
J’ai découvert que le Scleranthus est la fleur de Bach (rien à voir avec le compositeur de cantates !) destinée aux personnes changeantes, qui n’arrivent pas à se positionner, hésitent toujours entre deux choix. Cà c’est tout à fait moi quand je dois mettre en place une plante !

JPEG - 53.2 ko
Je ne suis pas l’auteur de cette photo de Scleranthus.


Aujourd’hui, une autre amie-jardinière et fidèle lectrice de la chronique m’envoie un mail pour me demander de lui donner un pot d’Allium triquetrum lorsqu’on se verra fin mars dans des jardins finistériens avec le groupe A&S. Mais non, je ne blague pas ! Vous connaissez mon grand coeur et vous vous dotez bien que je vais lui donner le pot (voire deux ou carrément une brouette !). Cela dit, je me pose une question : dois-je lui faire signer un papier comme quoi elle s‘engage à ne pas me faire la tronche quand son jardin sera envahi d’Allium ? Faut voir...

Lundi 3

Il faut maintenant nettoyer le carré de graminées. J’ai donc commencé aujourd’hui mais j’étais bien loin de penser devoir passer autant de temps sur une graminée. Une !!! C’est un Carex obnupta. Il drageonne beaucoup (j’ai dû supprimer une vingtaine de plants). Il sort même dans la pelouse. C’est du costaud ! La souche mère (1 m de haut pour 50 cm de large) a été un peu diminuée en largeur mais c’est aussi facile à faire que pour une souche de Miscanthus ! Son feuillage d’un vert foncé est persistant. Le feuillage est identique du 1er janvier au 31 décembre. Pour les autres graminées, on verra plus tard !!

Mardi 4

Mais où est passée la brosse pour chien qui me sert à peigner les graminées ? Bien embêtant car je voulais remettre en état les graminées ! Elle est soit dans le sous-sol que je suis en train de ranger, soit, et c’est plus inquiétant, dans le jardin où je l’aurais oubliée.
Il faut impérativement vider le 2ème trou du compost car je vais manquer de place pour stocker les nouveaux déchets. Cà déborde de partout ! J’ai donc abandonné la plate-bande de graminées et commencé à nettoyer un endroit qui a bien besoin d’être recouvert de compost.

Jeudi 6

J’ai retrouvé la brosse pour les graminées. Où était-elle ? A sa place !!!
Je suis donc retourné nettoyer le carré des graminées et j’ai recouvert la terre de compost. A propos de ce coin je ne suis pas satisfait. Il y a quelques années tout allait bien mais depuis 3 ou 4 ans les graminées ne prennent pas ou dépérissent. Je ne comprends pas. Est-ce dû au sol peut-être trop humide en hiver ? Je ne vois pas d’autres explications et je commence à me poser des questions ? Dois-je insister ou planter des petits arbustes et vivaces entre les graminées restantes ?
Il y a quelques jours une amie-jardinière est venue à la maison et nous a offert une mini-mini serre très « cocotte ». Je l’ai démontée pour mettre du Rustol sur les parties métalliques. Elle est posée sur un des salons de jardin. A l’intérieur une petite succulente y a été mise. Sympa non ?

Vendredi 7

Le compost est complètement vidé et réparti sur la terre toujours du côté des graminées. Je continue inlassablement à nettoyer en compagnie d’Arlette. Elle est complètement accroc au jardinage car elle n’est jamais à plus d’un mètre et quand je rentre travailler dans le sous-sol à la nuit tombée, elle rentre aussi et s’installe sur la poubelle. Bon, dire qu’elle soit très efficace dans le nettoyage du jardin ou le rangement du sous-sol est un peu exagéré. Mais si elle y croit !

Samedi 8


Que puis-je bien dire sinon que je continue à nettoyer. Je suis maintenant complètement au fond du jardin dans la plate-bande le long de la clôture qui borde le champ. J’ai taillé un Eleagnus dans la haie donc séance de broyage avec des gants hyper costauds car ses épines sont redoutables (autant sinon plus que celles des rosiers). J’en ai profité pour supprimer les cannes sèches d’une touffe de bambou. Il faudrait que je le fasse pour tous les bambous mais j’avoue avoir un peu la flemme et c’est un tort. Esthétiquement c’est évident mais en plus il paraîtrait que cela freinerait les bambous cavaleurs. 2ème séance de broyage (une belle brouette de broyat pour chaque séance de broyage. Ca vaut le coup).

Dimanche 9

Satané vent… satané crachin… Mais quand il faut y aller !
Le « fontaine qui fuit »... a fui et la pompe a tourné dans le vide. Ce qui est arrivé plus d’une fois mais l’hélice qui fait monter l’eau avait tendance à se bloquer. Elle a dû se bloquer et la pompe a chauffé. Elle est morte. Heureusement son prix est raisonnable et ce n’est pas 20 euros qui devrait nous empêcher de manger jusqu’à la fin du mois.
Nettoyage de la plate-bande du fond terminée.

Lundi 10

Et la tempête n’a toujours pas fini de souffler ! Même avec des origines bretonne et normande je ne supporte pas.
La moitié d’une grande plate-bande est nettoyée. Certaines clématites commencent à bourgeonner. Je les taille sans excès (moins qu’il y quelques années). Je les tuteure avec des tiges de Fargesia rufa (bambou à tiges très fines) ou les accroche à leurs supports (rosier, arbuste…) avec du lien pour les aider à grimper.

Mardi 11

La grande-bande est presqu’entièrement nettoyée. Un Miscanthus est rasé et broyé.

Il ne reste à nettoyer que le jardin « noir » et le coin de la serre et des buis.


Jeudi 13

Et une tempête de plus… Ca n’arrête pas. Je suis à la limite de l’agacement... je frôle l’énervement... je suis tout prêt de l’exaspération.
J’ai donc jardiné dans les coups de vent mais heureusement qu’une légère surcharge pondérale me cloue au sol car depuis plusieurs jours je risque de prendre la voie des airs. La Centaurée cineraria qui est dans la lessiveuse sur le trottoir semble en fâcheuse posture. Elle a une telle prise au vent que une partie semble cassée. A voir demain.
Je suis donc dans le coin des buis dans les allées en pierre (mon petit coussin est bien précieux, sinon attention aux genoux). Bref, j’ai bien avancé mais il faudra continuer demain. Le ménage a été fait dans le carré de Limnanthes douglasii ‘Meringue’ : ça déborde dans les allées car les graines ont tendance à se ressemer n’importe où.

Vendredi 14

Le nettoyage du coin carré de buis-serre se termine.
Un rosier grimpant ‘Meg’ est supprimé. Il avait été déplacé mais il n’a pas aimé. C’est sans regret qu’il a été arraché. Je vous rappelle que si j’aime bien les belles roses (pas n’importe lesquelles) je déteste les rosiers (je parle de l’arbuste).

Samedi 15

Tout le coin de la serre est nettoyé. Il ne reste plus qu’à remettre en état le jardin « noir ». Mais en milieu d’après-midi le crachin est arrivé et j’ai capitulé. Et il y a eu la pluie puis la tempête. Une de plus ! Ras le bol…
Et pour terminer par une note positive disons que les premières floraisons sont bien là : hellébores, perce-neige (de plus en plus chaque année), crocus, ipheion, narcisse…

JPEG - 60.1 ko
Un des nombreux coins d’Hellébores orientalis
JPEG - 34.8 ko
Les crocus poussent entre les pavés.

JPEG - 49.1 ko
Les premiers narcisses
JPEG - 27.8 ko
Une des nombreuses touffes de perce-neige

Dimanche 16

Le jardin « noir » est nettoyé. Ce matin, je travaillais sous la tempête et cet après-midi sous un fin crachin. Il faut vraiment en vouloir ! Par moment, je m’admire !!! (et par moments, je me dis que je suis un peu fêlé !).
Bref, le jardin est présentable. Il va maintenant falloir terminer les bordures de pelouse puis commencer les tailles d’arbres et arbustes et notamment du cognassier. Et là ce n’est pas une mince affaire. Mais on en reparlera.

Lundi 17

Le soleil était bien là mais le fond de l’air n’était pas bien chaud. Mais je râle tout le temps et je ne suis pas allé dans le jardin pour faire de la chaise-longue mais pour couper les bordures de pelouse. Avec les petits morceaux récoltés je répare les petits endroits dénudés. Je m’amuse…
Quand je suis sorti cet après-midi, j’ai été très sensible à l’accueil qui m’a été réservé. Je n’avais jamais vu ça nulle part. Des milliers d’oiseaux noirs (des merles ? En tout cas ce n’étaient pas des mésanges !) se trouvaient dans tous les grands arbres autour du jardin. Et avec ça un boucan pas possible. J’ai eu juste le temps de rentrer pour chercher l’appareil photo et prendre quelques photos. Elles donnent une toute petite idée du spectacle. Impressionnant ! Et puis les bestioles sont parties toutes en même temps. Bizarre… Très hitchcockien !!!



JPEG - 22.6 ko
Le départ : une toute petite partie du "troupeau".

Mardi 18

Opération pelouse…
Je continue les bordures. C’est interminable mais j’avance bien tout de même. Et je continue à boucher les trous dénudés de la pelouse.
1ère tonte du gazon. En réalité ce n’est pas une vraie tonte. A certains endroits la pelouse est rase, à d’autres elle est plus poussante mais forme des touffes pas très esthétiques. Une fois la tonte terminée, on pourrait presque croire qu’elle est belle !
Après 3 tempêtes quels sont les dégâts ? C’est simple : la Centaurea cineraria la plus volumineuse qui se trouve sur le trottoir près du portail d’entrée n’a pas du tout apprécié la dernière tempête. Le côté le plus exposé a cassé. Ce n’est pas la première fois que cela arrive et ce n’est pas une catastrophe. Il y a deux solutions : soit supprimer complètement la plante et la remplacer par une bouture (je dois en avoir une dans la serre), soit je coupe la partie abîmée et je retourne le pot de façon que cette partie après nettoyage soit face au mur. A voir, mais de toute façon je vais refaire au moins un pot de boutures.

JPEG - 57.1 ko
Quand je regarde la photo, je crains fort de devoir la supprimer.

Mercredi 19

Les bordures de pelouse sont terminées. Il faudrait les refaire au moins deux fois dans l’année. C’est un minimum. En fait, je vous l’ai déjà dit, je devrais faire la bordure de pelouse de la plate-bande que je viens de nettoyer. Mais quand j’ai fini une plate-bande, je suis trop content d’aller en voir une autre…
J’aime beaucoup lhelxine. Il y en a dans tous les coins du jardin, en particulier dans les allées entre les pavés. Mais il faut savoir que cette plante est assez envahissante et ne faites pas la même ânerie que moi... Ne la plantez pas trop près d’une pelouse car dès que vous aurez le dos tourné elle va coloniser la pelouse et pour vous en débarrasser c’est fichu. A plusieurs endroits il y a donc des plaques d’helxine à la place de la pelouse.
Je vais devoir déplacer quelques plantes. C’est le bon moment. J’ai donc récupéré quelques plants d’hellébore orientalis d’un an (10 à 15 cm de haut) mal placés pour les replanter dans un coin de plate-bande déjà occupé par des hellébores. Un beau plant de Geranium phaeum (probablement ‘Samobor’ d’après son feuillage) change de plate-bande. Il devrait être plus à son aise et mieux mis en valeur. Il faut que je continue à faire quelques modifications en ce moment car les plantes sont bien visibles et faciles à déplacer.

Jeudi 20

A l’automne j’avais planté dans un petit coin du jardin près de la serre des petits plants d’hellébores récupérés un peu partout dans le jardin. Surprise : 4 d’entre eux sont en fleurs. Ils ont été enlevés et replantés ensemble dans un coin de plate-bande.
Aujourd’hui livraison comme ces deux dernières années, de sacs de cosse de sarrasin pour les amis d’Arrosoirs et sécateurs. Un prix défaiant toute concurrence !!! En attendant l’arrivée du camion (et ses 90 sacs), petit tour dans le jardin et distribution de petits plants d’hellébores, de bulbes de Sternbergia lutea et de Limnanthes ‘Meringue’. Certains repartent même avec des touffes de Tropaeolum ciliatum (capucine) à bouturer. Y’a pas de mal à faire plaisir !
Et le camion est arrivé ! Distribution des sacs aux personnes présentes mais il reste 41 sacs dans le garage. Ces sacs partiront petit à petit ! On peut encore entrer dans le garage, mais c’est juste...

JPEG - 65.6 ko
Il y a ceux qui bossent...
et il y a ceux qui regardent !

Vendredi 21

Un petit peu de nettoyage sur la plate-bande du petit espace-vert qui longe le terrain. Il va bientôt falloir que je taille la haie qui se trouve à cet endroit. Si j’attends que la commune le fasse, je peux attendre longtemps.
Puisque je parle de haie, parlons du taille-haie. Je me suis enfin décidé à acheter un produit qui élimine la résine sur les outils coupants et notamment les lames du taille-haie qui sont dans un sale état. Avec l’âge, je deviens raisonnable… j’allais dire que je deviens pro !
7 sacs de cosse ont été mis dans la voiture : livraison demain à domicile. 7 sacs en moins ! (j’ai maintenant accès au broyeur… mais pour la tondeuse, il faudra attendre encore un bon moment !).
La petite pompe pour la fontaine, commandée sur internet, est arrivée et le circuit d’eau est remis en marche. A quand la prochaine fuite ?
La Centaurea cineraria a été taillée et en tournant légèrement la lessiveuse elle est un peu plus présentable mais en fin d’hiver, je vais la supprimer et la remplacer par une bouture (il y en a une dans la serre mais bien évidemment j’en ai refait avec les tailles d’aujourd’hui).

JPEG - 93.3 ko
C’est un peu mieux mais ses jours sont comptés...
On dira qu’elle est en phase terminale...

Dimanche 23

Retour de week-end dans l’après-midi donc peu de temps pour jardiner. Mais assez pour faire une bouture d’un Akebia à fleurs blanches.

Jeudi, lors de la distribution des cosses de sarrasin, on m’a apporté un pot de « marguerite ». J’ai réussi à trouver le nom de cette plante qui a effectivement des fleurs qui ressemblent à de grandes marguerites. Il s’agit d’un Argyranthemum frutescens (Anthemis des Canaries). C’est une plante qui est frileuse (on peut s’en douter : les Canaries ce n’est pas la Siberie !), qui réclame donc du soleil et de la chaleur. Où la planter ? Il y avait 5 places possibles. A l’aide de ma jardinière adjointe on a éliminé les places les unes après les autres pour la planter à… un 6ème endroit. Au-dessus d’elle une structure a été placée. Pourquoi ? En cas de gel (l’hiver n’est pas fini et on n’est pas à l’abri d’un coup de froid), il sera possible de mettre un voile de protection.

Lundi 24

Chronique d’une mort annoncée…
J’aime beaucoup le Daphné odora ‘Aureomarginata. Mais on peut lui faire un reproche : sa durée est relativement limitée. Souvent il crève très rapidement après sa floraison. Je n’ai jamais pu savoir pourquoi. Il y a quelques années, j’ai fait des boutures d’un Daphné qui est mort 1 ou 2 mois après (je l’avais senti ?). J’ai ainsi obtenu deux potées de botutures. L’une a toujours, et est toujours, magnifique. Mais l’autre a toujours posé des problèmes. La moitié du plant a crevé (en fait il y avait 2 boutures et l’une est morte). Aujourd’hui, la partie restante est jaune depuis l’automne. Rien à faire. Le plant va donc être supprimé. Bien entendu j’ai fait un pot de boutures du beau plant. Au cas où…

Un Miscanthus a été rasé. Je ne sais pas pourquoi je l’avais oublié en nettoyant la plate-bande où il se trouve. On ne voyait que lui et ça faisait désordre !
Sur le mur de clôture pousse à l’extérieur du lierre. Je ne l’ai jamais invité mais il est là et il est un peu envahissant notamment à l’endroit où pousse un rosier grimpant, qui ne grimpe pas puisqu’il pousse à l’horizontale sur le mur. C’est ‘Albertine’. Et la pauvre ‘Albertine’ suffoque dans le lierre. J’ai donc passé plus d’une heure à tailler ce fichu lierre… et ce n’est pas fini ! Faut-il préciser que le Miscanthus et le lierre sont passés dans le broyeur, ce qui a donné une belle brouette de broyat.
Peu à peu le garage se vide des sacs : encore 8 de partis aujourd’hui. Il doit encore en rester 26.

Mercredi 26

Satané lierre…
J’ai passé toute la journée à couper le lierre sur le mur puis broyer les tailles !
Au pied du mur de clôture à l’extérieur sur le trottoir, dans un tapis… de lierre, j’ai trouvé complètement étoffé un petit plant de géranium phaeum (facile à reconnaître grâce à son feuillage). Je l’ai récupéré et planté dans un coin d’une plate-bande à mi-ombre.

JPEG - 82.7 ko
Un nichoir... de plus en plus végétalisé
Si vous étiez une petite mésange, vous trouveriez l’entrée (je devrais dire les entrées car il y en a deux.

Samedi 29

A la toute première heure (même légèrement avant l’ouverture !), on y était. Où ? A la pépinière « Barnhaven Primroses » à Plestin les grèves dans les Côtes d’Armor. Mais qu’est ce qui a bien pu me pousser hors du lit ? Les hellébores bien sûr ! On a donc acheté 4 hellébores, une potée de narcisses jaunes ‘Warbler’, une primevère blanche, 3 heuchères (pépinière des 2 caps) et en prime on rapporte une cagette de muscari venant du jardin de ma frangine.


JPEG - 67.5 ko
Heuchères à la pépinière des 2 caps invitée chez Barnhaven
JPEG - 30.5 ko
Un stand de nichoirs et mangeoires "Créa Bois"

Nos achats




Retour
(les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
février 2019
février 2018, février 2017
février 2016, février 2015
février 2014, février 2013
février 2012, février 2011
février 2010, février 2009
février 2008, février 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en février 2020

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic