Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2020

Retour le mois précédent, en avril 2020


Vendredi 1er


Etant né sous le signe du muguet je ne peux pas imaginer le jardin sans cette plante. J’en ai eu à une période plus d’un m², au point qu’il devenait même envahissant. Et puis, avec le temps, il s’est fait envahir par des couvre-sol plus agressifs que lui et le dernier est le Cyclamen d’automne. Je viens à l’instant d’aller voir l’ampleur du désastre : il reste une quinzaine de brins éparpillés par ci par là dans une plate-bande. Je sais ce qu’il me reste à faire : le transplanter dans un coin ombragé du jardin. A voir.
Je ne suis pas un grand fan des hémérocalles. Il y a très longtemps quelques plants avaient été mis dans le jardin. En fait ce sont des hémérocalles très basiques sans intérêt. Je crois qu’ils sont tous orange, quand ils veulent bien fleurir. Et en plus ils se multiplient à une vitesse. Bref, dans plusieurs coins du jardin ils sont carrément envahissants et j’ai donc commencé à les supprimer.
Le compost continue à se vider. 3 brouettes aujourd’hui. Je le répands sur le broyat étalé ces derniers jours.
Je m’amuse (?) à démonter les palettes pour récupérer les planches pour faire le toit du poulailler. J’aurai assez de planches.
Et puis dans l’après-midi, j’ai décidé d’attaquer « la fontaine qui fuit ». Angoisse… Je pensais être obligé de casser une bonne partie, en particulier la face avant. Pas du tout. J’ai enlevé quelques grosses pierres sur le côté et une partie de la terre et miracle : j’ai récupéré le tuyau sans problème. J’ai supprimé le bambou pourri qui était en bout et j’ai remis le tuyau en place. Pas tout à fait car il est mis un peu plus haut pour que la chute d’eau s’entende mieux. En plus, il sort de presque 10 cm alors qu’il sortait à peine des pierres (quand le débit était trop faible l’eau coulait sur la face avant et non dans le bassin). Ce soir tout marche très bien mais il y a une chose que je ne comprends pas : je n’ai trouvé rien d’anormal et je ne sais toujours pas d’où venait le problème. Je ne remets pas les pierres ni la terre et je vais attendre une quinzaine de jours pour voir s’il y a à nouveau des fuites. Suspens...

Samedi 2

Je ne suis pas cardiaque et je le sais depuis ce matin. Bien entendu, la première chose que j’ai faite, c’est d’aller voir l’eau couler dans la fontaine et… le bac était vide jusqu’au niveau de la pompe c’est-à-dire à 5 cm du fond du bac. J’ai poussé un grand cri (pour être honnête, c’était pas un cri mais un juron,,, ne le répétez pas). J’ai senti mes jambes flageoler, une poussée d’adrénaline me submerger, la sueur perler, l’angoisse monter et le désespoir m’envahir car j’ai dû me rendre à l’évidence : « la fontaine qui fuit »… fuit !
Vous connaissez à la TV les séries qui se prolongent indéfiniment : saison 1, saison 2 etc. Et bien moi je fais mieux. J’ai fait des recherches. La fontaine a été construite en 2010 et je l’ai démontée en 2012 parce qu’elle fuyait. Donc dans la série « la fontaine fuit », on en est à la saison 9 !!! Et aujourd’hui c’était l’épisode 53 intitulé « il a failli péter un câble ».
Dégoûté, je n’ai rien fait d’autre à part me venger sur quelques mauvaises herbes.

Dimanche 3

Après réflexion et malgré mon grand âge et mes neurones « ramollos » je me suis dit que le problème ne pouvait venir que du bac puisque le tuyau semble intact. Conclusion : il faudrait changer le bac. Pas bête mais petit problème : cela oblige à casser une bonne partie de la fontaine. Mais je me suis dit, toujours avec les mêmes neurones, qu’il y avait une autre solution : mettre dans le bac en plastique noir, un autre bac en plastique noir un peu plus petit. Oui, quand je réfléchis, je peux parfois être impressionnant ! Mais un bac plus petit, où le trouver ? Descente dans le garage et je l’ai trouvé !!! Il a fallu enlever trois autres grosses pierres et j’ai mis le nouveau bac dans l’ancien. Et l’eau est remise en circulation. On verra demain...

Lundi 4

Saison 9, épisode 54 : « Il ne se décourage pas »
Le niveau de l’eau dans le bac a baissé de 2 cm donc le problème n’est pas résolu ! Modification : le tuyau a été immergé complètement dans le bac. Il n’y a plus de circuit extérieur. Si le niveau baisse c’est que le problème vient du bac. S’il ne baisse pas c’est que le problème vient du tuyau. Vous êtes d’accord ?

Comme le système de la fontaine est techniquement très compliqué, je vous ai fait un petit dessin. Bon d’accord, il vous faudra un peu d’imagination pour comprendre car le dessin n’est pas mon fort (quand je dessine pour un - ou une - de mes petits enfants une vache ça ressemble plus à une poule ou un cochon, quant au cheval il a plus l’aspect du canard ou du chien). Un bac avec de l’eau, une pompe, un tuyau et l’eau qui revient dans le bac. Je sais c’est assez compliqué mais en agitant vos neurones vous devriez comprendre pour suivre les prochains épisodes des saisons suivantes. Ne vous moquez pas car je me sens un peu « couillon ».
Le compost est complètement vidé, on redémarre à zéro.
Les brins de muguet récupérés dans une plate-bande ont tous été replantés dans un petit carré où il n’y avait aucune plantation. Il pourra se répandre à loisir.
J’aime beaucoup les ancolies. C’est certainement une de mes vivaces préférées. Mais tous les ans elles ont droit à des attaques d’oïdium, c’est-à- dire un feuillage blanchâtre particulièrement laid et bien sûr, je ne vois plus que ça. 3 fois durant l’été, je rase complètement le feuillage dès qu’il commence à s’abîmer. Cette année, j’ai décidé de traiter contre l’oïdium. Il restait un fond de flacon d’un produit anti-oïdium : j’ai profité du retour du soleil pour faire un premier traitement.

Mardi 5

J’ai pu me réapprovisionner en huile de lin et ce matin j’ai continué à badigeonner l’intérieur de la serre. Au bout d’une heure, j’arrête car tenir un pinceau n’est vraiment pas mon truc.
Cette nuit il a plu et je dirais même qu’il a bien plu. Je ne suis pas mécontent mais je ne saute pas de joie pour au moins une raison : le traitement anti-oïdium est à refaire ! J’avais pensé que nous n’aurions pas d’eau ces jours-ci. C’est raté. Quelques plantes n’apprécient pas la pluie, notamment les Iris germanica. Ce matin certaines plantes étaient un peu couchées… comme un coup de mou. Mais avec le soleil revenu, ce soir elles avaient plus d’allure. Sauf le rosier ‘Graham Thomas qui est super mais qu’il a fallu tuteurer avec du bambou pour qu’il retrouve un minimum de dignité.
Tous les coins du jardin sont envahis par une plante qui a l’aspect d’une graminée. Une grande quantité a été supprimée ces dernières semaines sans savoir ce que c’est. Actuellement elle fait des épis qui ne sont pas moches et je sais ce que c’est : c’est la Briza media. Je vais en garder un peu mais j’arrache... j’arrache… on ne me refait pas le coup de l’Allium triquetrum une deuxième fois !

Jeudi 7

5ème tonte du gazon
Huile de lin à l’intérieur de la serre : terminé. Il reste à faire le plus important : l’extérieur.
Le rosier ‘Tuscany Superb’ a toujours tendance à s’écrouler à cette époque. Comme ‘Graham Thomas’, il est entouré par une « cage » de bambou.
J’avais besoin de nettoyer. J’ai donc pris mon pied à enlever quelques mauvaises herbes.
Il faut bien s’amuser un peu. En haut du claustra, en limite de propriété, j’avais mis un chat. Aujourd’hui il m’a pris l’envie d’y ajouter un oiseau... Titi et gros minet...

Mercredi 6

Les ancolies que j’adore (vous le savez déjà) ont en fait deux défauts. Le premier c’est que c’est une plante ici très sensible à l’oïdium. J’ai fait un deuxième traitement après la pluie qui a suivi le 1er traitement. J’ai utilisé du soufre. Mais je ne suis pas du tout content du résultat car le soufre est une poudre et les feuilles maintenant sont toutes tachées. Je préfère les produits liquides mais je n’en avais pas sous la main. On ne m’y reprendra pas. Le 2ème problème avec les ancolies c’est qu’au milieu des belles fleurs il y a les fleurs fanées qui forment des graines. Ce qui gâche tout. J’ai donc passé une heure à couper les gousses de graines. Passionnant ! Et je n’ai fait que la moitié du jardin !!!
Lors d’une fête des plantes à l’automne dernier, un pépiniériste m’a donné un Abelia triflora. Sympa non ? Il a été planté aujourd’hui. Je lui ai trouvé enfin une place idéale. Au fait, vous vous souvenez de ce qu’on appelle une fête des plantes ? J’explique au cas où vous auriez oublié. Ce n’est pas un endroit où les plantes font la fête mais un rassemblement de pépiniéristes avec des jardiniers qui font la fête en dépensant plein de sous pour avoir des plantes (et en général ils dépensent plus que ce qu’ils avaient prévu ! J’en connais...).
Dans cette même plate-bande où il y a un noisetier pourpre (et sa clématite) qui ont été taillés il y a peu de temps, j’ai planté un deutzia il y a une quinzaine de jours. Il semblerait que ce deutzia soit D. gracilis ‘Nikko’, c’est-à-dire un tout petit arbuste. Il a donc été transplanté et avancé d’un mètre dans la plate-bande. Il sera ensuite possible de planter entre le noisetier et le deutzia un autre arbuste.
Ensuite l’après-midi s’est passé devant la maison, plus ou moins à l’ombre (il a fait une chaleur épouvantable). Un grenadier mesurait environ 3 m. C’est un des premiers arbustes du jardin mais ce n’est pas une réussite car il reçoit peu de soleil à cause du cognassier si bien qu’il ne fleurit pas. Il a été rabattu à 1 m. J’espère qu’il va s’étoffer car pour l’instant il ne reste plus que des mini-troncs. S’il ne réagit pas comme il faut, il pourrait bien un jour passer de vie à trépas.
Et je reste devant la maison pour parfaire le nettoyage pour une raison dont je vous parlerai demain… si vous le voulez bien.

Vendredi 8

Je continue le travail sur la serre. Cette fois, c’est l’extérieur qui m’intéresse. J’ai remarqué que certaines vitres glissent dans les rainures : deux vitres ont ainsi été cassées. Il faut donc faire des petites bricoles qui prennent un temps fou pour retenir discrètement ces vitres. Je suis donc en train de tout inspecter. J’ai commencé à passer de l’huile de lin sur la structure en bois à l’extérieur. Le bois est très sec et absorbe l’huile de lin avec une certaine voracité surprenante. Je suis d’ailleurs en train de me demander si je ne vais pas ensuite recouvrir extérieurement les boiseries avec de la lasure chêne foncé. A voir.
Pour terminer la journée, retour devant la maison pour continuer le nettoyage. Suppression d’une touffe énorme de bulbes coincée sous un Raphiolepis : il y avait bien une cinquantaine de gros bulbes. Il s’agit sans doute de narcisses plus ou moins dégénérés et qui de toute façon n’avaient aucun intérêt. Tout est passé sous la tondeuse… direction compost.

Samedi 9

Entre la serre et le grillage de clôture il doit y avoir guère plus de 30 cm. Il faut pourtant y mettre l’escabeau (non déplié évidemment) appuyé sur la gouttière de la serre. Tout ça pour passer l’huile de lin sur les boiseries les plus hautes. Comme je vous ai déjà dit que la nature avait été chiche question longueur des bras, il a fallu installer avec un tasseau une rallonge de 50 cm pour le pinceau. Bref, je m’amuse comme un petit fou ! Nettoyage extérieur des vitres. Un côté de la serre est terminé. On verra pour la suite demain.

L’an dernier, on avait acheté un Diascia personata. Il y a une quinzaine d’années j’avais fait une collection de Diascia (la plante était très à la mode) mais en fait c’est une plante pas évidente à garder longtemps donc j’ai abandonné. Je ne dois pas être le seul à avoir fait ce constat car on en voit très peu dans les jardins. Et puis, j’ai découvert il y a 3 ans le Diascia personata dans le jardin de la pépinière Lepage. Coup de foudre. Rien à voir avec les autres Diascia : il est beaucoup plus vigoureux (presque 1 m de haut) et plus rustique. Et c’est à l’automne dernier sur une fête des plantes que l’on a pu l’acheter. Je ne savais plus où il avait été planté mais je l’ai retrouvé il y a quelques jours tout à fait par hasard. Je me suis aperçu que dans la serre il y avait 2 pots non étiquetés et le feuillage indique qu’il s’agit bien du Diascia personata. Ils ont été plantés. Il y en aura donc 3 plants à 3 endroits différents. Pour planter un des Diascia, il a fallu enlever une partie d’une graminée qui prend un peu trop de place. C’est la Melica uniflora ‘Albida’. La touffe étant tellement grosse, j’ai dû la couper en deux. J’ai eu l’agréable surprise de découvrir que la Melica aime bien l’ombre. Ce qui m’arrange. Une partie a été replantée dans le carré de graminées côté mi-ombre mais l’autre attendra qu’une plate-bande à mi-ombre soit nettoyée. Sans doute demain.

Dimanche 10

Pendant ce confinement, je pourrai dire que j’ai passé une partie de mon temps dans ma résidence secondaire : la serre. J’ai terminé de passer l’huile de lin mais j’en ai encore bavé. Un pinceau avec un manche d’au moins 50 cm, vous avez déjà essayé ? Surtout quand en plus vous êtes en équilibre précaire sur un escabeau coincé entre la serre et un Acer de 3 m… Ensuite, il a fallu faire quelques réparations si bien que ma résidence secondaire a encore occupé une bonne partie de la journée.
Nettoyage d’une grande plate-bande au fond du jardin. Elle est à mi-ombre donc c’est là qu’ira la Melica mais ce sera pour demain.

Lundi 11

Hier je jardinais confiné… aujourd’hui je jardine déconfiné… ça change tout !
Une petite touche finale dans la serre. Ouf, terminé…

JPEG - 55 ko
Je me demande si je ne vais pas mettre des chaussons pour les visiteurs à l’entrée de la serre.
C’est vrai, après tout le travail que j’ai fait, je ne tiens à ce que l’on salisse "ma résidence secondaire"



Plantation de la 2ème touffe de Melica uniflora ‘Albida’.
Une personne, par l’intermédiaire de Facebook, me demandait ces jours-ci des conseils au sujet de la pyrale du buis car il y a des bestioles dans ses buis. Petit problème : elle habite à moins de 30 km d’ici ! Autant dire que le danger est là tout près… Du coup, j’ai fait un 2ème traitement aujourd’hui.
Retour devant la maison pour continuer le nettoyage. Il y a un petit carré de Polygonatum multiflorum (Sceau de Salomon) et les feuilles commencent à se faire bouffer. C’est le début d’une attaque de tenthrèdes. Si je ne fais rien, dans quelques jours, il ne restera plus que les nervures. J’ai donc ressorti le pulvérisateur.
Un Acer ‘Pink Dwarf’, qui est dans un grand pot, nous inquiète. Il n’a pratiquement pas de feuilles. Et celles qu’il a sont petites. Je me suis décidé à le tailler de moitié. On verra bien.

Mardi 12

L’osmanthus x burkwoodii a profité que j’aie le dos tourné pour pousser à la vitesse grand V et quand je m’en suis aperçu, il mesurait au moins 4 m. Où est le problème ? C’est un arbuste qui a une floraison très odorante mais quand les fleurs sont à 4 m, personne n’a le courage de prendre une échelle pour aller s’enivrer de son parfum. Non seulement j’ai des petits bras mais en plus j’ai des petites jambes (oui, sans doute un raté à la naissance !!!). Alors quoi faire ? Le rabattre. J’avais commencé il y a 2 ou 3 ans mais c’en étais resté là. De nouveaux troncs ont donc été taillés à 1 m. Pas question de tous les tailler car je veux d’abord voir comment il va réagir (pas de traumatisme). Suite l’an prochain et, au plus tard, dans 2 ans il devrait avoir retrouvé une taille un peu plus normale. Je sais bien qu’avec l’âge on se tasse… je vais donc faire en sorte d’adapter sa taille à l’altitude de mon appareil nasal.

JPEG - 48.1 ko
Le fait d’avoir allégé l’Osmanthus, la plate-bande devant la maison reçoit plus de soleil.
... et c’est très bien.


Au pied, c’est un tapis de lierre : je me suis donc amusé à le limiter sérieusement.
Conclusion : il y a une quantité de tailles à broyer assez impressionnante. J’ai d’ailleurs commencé un peu en fin d’après-midi.

Mercredi 13

S’il y a bien une plante vivace que je bichonne, c’est le Fuchsia procumbens ‘Variegata’. Je dois l’avoir depuis une quinzaine d’années (voire plus). Il était dans un pot et curieusement à l’automne dernier il est mort sans raison. Heureusement il avait été bouturé et il reste donc un pot, mais plus petit. Comme j’y tiens particulièrement, j’ai fait des boutures ce matin. Normalement les boutures sont faciles à réussir.

JPEG - 54.9 ko
Fuchsia procumbens ’Variegata’


Entre l’Osmanthus x burkwoodii et la maison il y a un grand Prunus ‘Accolade’. Il commence à mal vieillir car il a des branches mortes à supprimer mais il est aussi recouvert sur certains troncs par du lierre. Il y a longtemps que je devais le supprimer. Ce soir, c’est fait et j’ai passé moins de temps que prévu. Il va falloir demain supprimer le bois mort.

Jeudi 14

La journée commence par une belle séance de broyage. Ce fut un peu long (un peu plus de 2 heures) mais toutes les tailles de lierre et d’Osmanthus x burkwoodii sont à l’état de broyat répandu entre des arbustes.
Comme prévu, j’ai passé presque tout l’après-midi en haut de l’escabeau ou de l’échelle pour tailler le Prunus ‘Accolade’. Effectivement, il y a du bois mort et je trouve ça inquiétant. J’ai passé un temps fou mais je n’ai pas terminé. Ou bien cette taille va lui redonner de l’énergie ou bien elle va lui être fatale mais je n’avais pas le choix. Je ne suis pas sûr que ce genre de Prunus apprécie d’être taillé. On verra bien. En fin d’après-midi, nouvelle séance de broyage, cette fois ce sont les branches plus ou moins mortes du Prunus qui passent dans le broyeur. Il faut que je termine demain.
En ce moment les nuits sont fraîches alors que dans la journée il fait assez chaud. Le Fuchsia procumbens ‘Variegata’ n’a pas l’air de trop apprécier : il passera ses nuits dans la serre.

Vendredi 15

6ème tonte du gazon. Il a besoin d’être dopé mais à cause du confinement il n’a pas été possible d’aller acheter un sac d’engrais à libération lente. Il faudrait aller exprès à 20 km d’ici pour s’en procurer et cela ne m’enchante pas du tout.
La taille du Prunus ‘Accolade’ est terminée (j’en ai bavé). On verra comment il va réagir.
Broyage (en partie) des tailles du Prunus.

Samedi 16

Peu de temps pour jardiner : je me contente de broyer le reste des tailles du Prunus et faire du nettoyage dans le garage qui est bien souvent envahi de branchages.

Dimanche 17

Pas très opérationnel aujourd’hui !
Connaissez-vous le Rhododenthemum ‘Casablanca’. C’est une vivace tapissante que l’on a découvert dans une pépinière l’an dernier et qui nous tentait bien car elle a des fleurs de marguerites. Depuis 2 ans, je fais une fixation sur les marguerites… c’est grave Docteur ? Sa hauteur ne dépasse pas les 30 cm. Elle est plantée dans un pot placé sur le mur de clôture près du grand portail d’entrée.
Un peu de nettoyage...

Lundi 18

Et toujours un peu de nettoyage...
Histoire d’eau…
Et la fontaine qui fuit ? Depuis que j’ai mis un petit bac dans le grand il n’y a plus de perte totale et brusque de l’eau mais le niveau baisse très doucement. Je ne pense pas que ce soit dû à l’évaporation même s’il fait chaud. Aujourd’hui, j’ai enlevé le petit bac. Retour à la case départ et j’ai recouvert l’intérieur du bac initial de 2 films plastique. En fait c’est un sac poubelle noir mis en double épaisseur. J’ai remis le circuit d’eau en marche… et on verra demain.
Et bien entendu, une fuite d’eau n’est pas suffisante : il en faut une deuxième et celle-là, je l’ai constatée dans les circuit des 3 tonneaux. En regardant de plus près, je pense avoir trouvé la raison. Je suis donc allé à la coop maritime pour acheter un tube de « mastic colle polyuréthane » spécial pour les bateaux. Du costaud qu’il m’a dit le vendeur derrière son masque (entre parenthèses, pour la 1ère fois j’ai mis un masque : j’ai cru que j’allais étouffer !). On verra demain.
Les problèmes de flotte, ras le bol. J’ai donc commencé à m’occuper du toit du poulailler. Pour l’instant, j’ai enlevé l’ancien toit… ou ce qu’il en restait car il était complètement pourri. Il tenait par les bardeaux bitumés imitation ardoise. Pour le remonter, on verra demain.

JPEG - 74.1 ko
Comme un petit air de fatigué...
au bout de 15 ans c’est un peu normal.

Mardi 19

J’ai passé pratiquement toute la journée occupé à refaire le toit du poulailler. Il a fallu tout enlever (complètement pourri), ajouter des planches sur deux côtés pour pouvoir fixer les nouvelles planches (ce sont des planchettes de palettes comme tout le reste du poulailler. Donc dépense zéro euro, ce sont les pointes et les vis qui coûtent cher !). Cette fois le toit a été lasuré. Demain je compte mettre des bardeaux bitumés.
Un tour du côté des 3 tonneaux : j’ai commencé à mettre de la « colle mastic polyurétahne » (on dira du silicone pour faire simple). Je prends mon temps.
Histoire de changer un peu d’activité (le bricolage c’est bien mais à petite dose), j’ai acheté deux Osteospermum à floraison blanche (style marguerite !) pour une petite jardinière sur le mur de clôture près du grand portail.

JPEG - 30.8 ko
les Osteospermum
comme un air de marguerite...

Mercredi 20

Non, ce n’est pas une fake-news. Mais on vous dit que l’on est fin mai et c’est faux. En tout cas ici dans le Sud-Bretagne on est en juillet ou peut-être en août. Si, si, vous pouvez me croire. Il fait une chaleur insupportable. D’ailleurs, on commence à parler de problèmes d’eau dans certaines régions.
Je ne pensais pas passer autant de temps pour poser les bardeaux bitumés ! Mais c’est vrai que lorsque je bricole, ce que je pense faire en 1 heure, en fait il en faut 3… Bref, ce soir le poulailler est remis en état. Il reste à poser deux baguettes donc en 10 minutes maximum (c’est à dire 2 h minimum !).
Les 6 dernières dalles en ardoise pour le pas japonais sous la grande arche sont posées sur la pelouse. L’ensemble nous plaît bien.

JPEG - 87.8 ko
Ce n’est pas terminé, car il faudra fignoler.
...bien installer les dalles au niveau du sol, refaire la bordure de pelouse et mettre de l’helxine entre les pavés.
JPEG - 79.9 ko
Dans l’autre sens...


Un petit tour pour continuer à résoudre le problème de la fuite d’eau au niveau des tonneaux.
Et la « fontaine qui fuit » ? Bon, on en reparlera plus tard, c’est préférable !

Jeudi 21

Et ça continue de cogner. Tout le monde est content, mais pas moi car je sens la sécheresse arriver à grands pas. Il faut commencer à surveiller car certaines plantes sont assoiffées. Les mêmes qui aujourd’hui baignent dans le bonheur car il fait beau et chaud vont bientôt pleurer parce leur jardin réclame la pluie. C’est vraiment être exigeant que de demander une journée bien arrosée de temps en temps ?
Le toit du poulailler est complètement terminé.

JPEG - 101.7 ko
Y’a des moments où j’ai vraiment envie de m’applaudir !
Que voulez-vous, moi je sais rendre les poules heureuses. Arlette était toute émue... Si, si.


A nouveau, petit tour du côté des tonneaux pour mettre à nouveau du silicone.
Mais ma principale occupation de la journée a été de terminer l’allée de dalles d’ardoises.

Vendredi 22

Plantation d’un Fuchsia triphylla ‘Fulgens’. C’est un Fuchsia arbustif (1 m à 1,50 m environ) avec des fleurs tubulaires rouge-orangé. C’est une bouture qui avait été faite avec un rameau donné lors lors d’une visite de jardin.
La circulation d’eau est remise dans les tonneaux. On verra…
Un peu de nettoyage du côté de la serre, notamment le jardin de Gaspard. Avec le confinement il n’a pas eu la possibilité de le voir depuis mi-mars et comme il vient ce soir, je tiens à lui montrer que j’ai pris soin de son jardin !

Samedi 23

Gaspard était heureux de retrouver son jardin. Il a trouvé que les plantes ont bien poussé et que je m’étais bien occupé de son jardin. Ouf… Il était toutefois un peu déçu (en tout cas étonné) de ne pas voir ses tulipes encore en fleurs. Il a eu donc droit à un petit cours de botanique ! J’ai oublié de vous dire qu’il y a une semaine pour fêter le déconfinement, il nous a offert, de sa propre initiative un paquet de tulipes blanches (car il sait qu’on aime les blanches). Trop mignon ce gamin ! Le problème c’est que tous les bulbes étaient périmés voire pourris. Vous ne le lui répéterez pas mais à l’automne je vais racheter les mêmes et je lui ferai croire que ce sont celles qu’il nous a offert. Là encore je lui ai expliqué que les fleurs n’apparaîtront que dans un an. Il a très bien compris car en plus il est tout sauf idiot. Normal, il tiens ça de son grand-père !!!
Pratiquement pas de perte d’eau dans la fontaine mais perte importante dans les tonneaux ! Je n’y comprends rien. J’ai arrêté la circulation d’eau et rempli les tonneaux à bloc et je vais laisser quelques jours ainsi. S’il n’y a pas de perte c’est que le problème ne vient pas des tonneaux (ouf !) mais des 2 tuyaux qui les relient. Avec la quantité de silicone qui a été mise, c’est à n’y rien comprendre.
Nettoyage du côté de la serre et des buis. C’est la jungle. Les Cerinthe sont en fleurs depuis 2 mois mais les plantes bouchent les allées car bien entendu elles se ressèment un peu n’importe où. Des plants ont été arrachés mais j’en garde quelques-uns car j’ai promis des graines. J’arrache aussi des plants de myosotis qui sont en fin de floraison et je coupe les plants d’ancolie. Pour éviter l’oïdium, je leur ai pulvérisé du soufre. C’est bien la dernière fois car le feuillage est aussi laid qu’en cas d’attaque d’oïdium.

Dimanche 24

Pas de perte d’eau dans les tonneaux donc cela ne peut venir que des tuyaux qui permettent à l’eau de passer d’un tonneau à un autre. Pas de perte d’eau dans la « fontaine qui fuit ». Ne me demandez pas d’explication ! Je suis cerné par les problèmes de flotte...

JPEG - 38.7 ko
C’est de là que viendrait le problème ?


Plantation dans un pot de 2 boutures de Fuchsia. Je pense que l’une des deux est celle du Fuchsia ‘Genii’.
Quand je suis assis sur un banc ou une chaise d’un des salons de jardin (ce qui est rare), je regarde. Et je regarde surtout ce qui ne va pas : une plante mal placée, une vivace ou un arbuste assoiffé, des mauvaises herbes… et hier soir, j’ai découvert que le prunier avait une grosse branche sans feuilles. Je suis allé voir de plus près. Verdict : la branche est morte. Ce matin et une partie de l’après-midi il a donc fallu tronçonner… et broyer.
Il restait assez peu de temps pour continuer le nettoyage près de la serre.
Mme Alain a récolté de la rhubarbe en vue de confiture. Je m’en lèche déjà les babines ! (rien que d’y penser, j’ai pris 2 kg )

Lundi 25

J’ai retrouvé la clématite ‘My Angel’ ! Je suppose en fait qu’il s’agit bien de ‘My Angel’, mais c’est sa floraison qui me le confirmera. On avait acheté cette clématite un peu envahissante. Je n’arrêtais pas d’arracher des rejets jusqu’au jour où elle a complètement disparu (encore une de mes âneries !). En visitant un jardin dans le Cotentin, je la retrouve – ou plutôt je pense la retrouver – Elle n’était pas en fleurs mais son feuillage et ses caractéristiques semblaient indiquer qu’il s’agissait bien d’elle. La jardinière m’a donné un petit plant qui un an après a été planté dans le jardin. Mais impossible la retrouver alors que je me souvenais où j’avais pu la mettre. Et c’est en arrachant un plant de myosotis fané qu’elle est réapparue.
Nettoyage du coin des buis et de la serre. A genoux sur les pavés des petites allées (merci au coussin plastique) en plein soleil, j’en ai vraiment bavé. En ce moment, « l’autre là-haut » nous bombarde de ses rayons agressifs. Il va falloir qu’il se calme...!).

Mardi 26

Démarrer la journée en dégustant une confiture rhubarbe-orange faite par Mme Alain vous donne la pêche. Un régal…
Insupportable cette chaleur… si ça continue, vous risquez de m’entendre râler car maintenant il faut surveiller certaines plantes et tout particulièrement celles plantées il y a moins d’un an. C’est le cas d’un Itea virginica ‘Henry’s Garnet’ que j’ai découvert avec des feuilles qui pendouillaient lamentablement. Un arrosage copieux lui a redonné un aspect plus sympathique. Attention aussi à certains Hydrangea qui n’apprécient pas du tout cette chaleur. Sur la terrasse, pourtant au Nord, il y a un coin ensoleillé le matin et à cet endroit ça cogne. 2 Acer en pot ont des feuilles qui grillent d’autant plus qu’ils ont un feuillage très fin. Ils ont été déplacés dans une plate-bande près de quelques Acer en pleine terre et remplacés par deux Aeonium, un noir et un vert acide.

Il est évident qu’avec un temps pareil, les roses fanent très vite. Et je ne supporte pas les roses fanées. Il va donc falloir les enlever. C’est un travail de tous les jours.
Nettoyage d’un coin du jardin… à l’ombre !!! (au soleil c’est intenable)
Tout à fait par hasard, j’ai découvert d’où provient la fuite d’eau dans les tonneaux. A voir demain.

Mercredi 27

Je remets une bonne couche de silicone à l’endroit de la fuite et la circulation d’eau est remise en route. Il faut attendre le verdict.
C’est tout ce que je peux faire car les deux « zozos déconfinés » sont à la maison et entre le match de foot, les jeux de société, une balade etc il y a de quoi s’occuper et ça vaut bien une journée de jardinage (à 8 et 3 ans ils ne manquent pas d’énergie) !

Jeudi 28

Bouturage de 2 variétés d’Osteospermum (une blanche et une mauve clair).
_Un peu de nettoyage à l’ombre mais l’énergie n’est pas au rendez-vous. Décidément je suis fait pour vivre dans les pays nordiques. Oui, mais pas trop quand même.
J’ai découvert que, comme dans le Prunus ‘Accolade’, du lierre très commun monte à l’assaut du Malus ‘Evereste’. Il est grand temps d’intervenir et j’ai commencé à l’arracher.

Vendredi 29

Le lierre a été arraché et j’en ai profité pour enlever les brindilles mortes du Malus. Ensuite, je suis allé couper du lierre sur un claustra en limite de propriété et près de la terrasse. Je ne déteste pas le lierre mais encore faut-il qu’il se tienne correctement. Or, c’est plante sans-gêne qui attend que le jardinier tourne le dos pour cavaler. Et ça j’aime pas : c’est qui l’patron ici ?
Petite séance de broyage, cela va sans dire !
Une bonne nouvelle : après les déclarations de qui vous savez hier soir, j’ai pris la décision de conserver deux journées de visites de jardins avec le groupe A&S. Ouf, des retrouvailles qui feront du bien… Bien sûr, on ira masqués et on se tiendra à distance. De toute façon, si quelqu’un s’approche à moins de 1 m de moi, veut me faire la bise ou me serrer la main, je crie très fort et j’ameute le quartier !

Samedi 30

Je continue à me bagarrer avec les fuites d’eau. Dans la petite fontaine le problème semble pratiquement réglé. Il y a un peu de perte peut-être due à l’évaporation. Quant aux tonneaux il y a moins de perte. A nouveau un peu de silicone et on verra demain.
Je suis allé dans le fond du jardin du côté de la clôture en limite avec le champ. Elle est à l’ombre et il pousse évidement du lierre qu’il faut enlever. J’aurais dû le faire depuis longtemps. Je vais même dans le champ pour supprimer plus facilement cette peste qui grimpe sur la brande et la fait s’écrouler.
Avec le temps qu’il fait les roses fanent très vite. Les roses fanées sont supprimées mais il en reste encore. Ce sera pour demain.

Dimanche 31

Je ne voudrais pas crier victoire, sauter au plafond, ou faire des petits sauts de cabri en braillant « j’ai gagné, j’ai gagné ! » mais je crois que je n’ai plus de fuites. Non, moi ça va mais je veux dire que les problèmes de la fontaine et des tonneaux semblent résolus. Semblent car je suis prudent…
J’ai fini le tour des rosiers mais il faudra recommencer dans quelques jours ! Un rosier non remontant est tout en fleurs mais il s’écroule. Il est tuteuré discrètement avec du bambou. Son nom ? J’ai un doute : Mme Legras de St Germain ? Félicité Parmentier ? Quand on est négligent et que l’on ne note pas tout dans l’ordinateur au fur et à mesure, voila ce qui arrive.
Encore et toujours un peu de nettoyage mais ce qui m’inquiète en ce moment c’est le début de la sécheresse. Il y a des signes avant-coureurs : les Hydrangeas qui piquent du nez, la pelouse qui vire vers le jaune. Elle est encore verte mais à certains endroits ce n’est plus le vert franc que j’aime. Et on est fin mai ! C’est consternant. Que sera le jardin dans 2 ou 3 mois ? C’est décourageant. Bien entendu j’arrose (j’ai la chance d’avoir un puits) mais cela ne suffit pas. Il faudrait quelques bonnes pluies mais c’est mal parti. Je rappelle aux mauvaises langues que le jardin est en Bretagne !!! Vous savez, la Bretagne, là où il pleut tout le temps… parait-il !!!


Suite en Juin 2020



Retour (les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année.)
Mai 2018 Mai 2017
Mai 2016 Mai 2015
Mai 2014 Mai 2013
Mai 2012 Mai 2011
Mai 2010 Mai 2009
Mai 2008 Mai 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mai 2020

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Recevez la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic