Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en août 2021

Retour au mois précédent : juillet 2021


Lundi 2

A nous l’Alsace ! Au programme : repos… et lorsque les loulous seront là, on compte bien en profiter au maximum.
Je n’ai jamais été satisfait par les jardinières placées aux 3 fenêtres de la façade nord de la maison. On frise le ridicule : il n’y a pratiquement plus rien depuis un bon moment. Il y a quelques jours une idée a brusquement surgi dans ma petite tête : planter des fougères, uniquement des fougères. Dans le jardin je peux sans problème récupérer au moins 4 ou 5 plants d’Asplenium scolopendrium (la scolopendre ou langue de cerf). Mais je compte rapporter d’autres fougères dénichées dans quelques pépinières alsaciennes. Cet après-midi, je ne sais pas trop par quelle coïncidence, nous nous sommes retrouvés dans deux jardineries à la recherche de fougères. C’est fou parfois les coups du hasard !
On est revenus avec quelques fougères. Mais avant de parler des achats je voudrais pousser un grand coup de gueule. Ce n’est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière. Quelle est la raison de cette brusque poussée d’adrénaline ? L’étiquetage des plantes. Ca frise le ridicule et je me demande si on ne nous prend pas pour des imbéciles (j’ai failli écrire un autre mot… de 3 lettres qui commence par un c). Un exemple : je repère une Heuchère et je voulais savoir le nom de la variété (probablement ‘Obsidian’ vue sa couleur presque noire). Je regarde l’étiquette (erreur : la minuscule étiquette) et je lis « plante de marché » ! J’hallucine… A moins que ce soit de l’humour !
Mais revenons aux achats. J’étais parti avec un excellent livre sur les fougères au cas où des renseignements complémentaires auraient été nécessaires... Il ne m’a servi à rien et c’est à la maison que, sur Internet, j’ai pu retrouver les vrais noms et leurs caractéristiques.
- Nephrolepsis (sans doute cordifolia)
- Blechnum gib. Silver Lady. Plus précisément Blechnum gibbum ‘Silver Lady’
- 2 Adiantum Rad. Fragrance. Après des recherches sur Internet, il s’agit de Adiantum Raddianum ’Fragrantissimum’. Deux remarques : je suppose que c’est parce que les étiquettes sont trop petites que les noms sont abrégés ! Mais en plus j’ai découvert que cet Adiantum est gélif et plutôt cultivé comme plante d’intérieur. Tout faux… et en plus on en a acheté 2 car c’est une superbe plante. Dans le jardin, on a l’Adianthum venustum qui est plus couvre-sol et parfaitement rustique.
- Salvia greggii bleue. Là encore, nom plus qu’approximatif. Serait-ce ‘Blue note’ ?
- Sempervivum (Joubarbe) au feuillage d’un très joli coloris pourpre. Son nom ? Vous faites de l’humour ?

Mardi 3

Après réflexion, on a rapporté les deux plants d’Adianthum. A regret car la plante est superbe mais elle ne passera pas l’hiver dehors. En échange, on a pris une autre fougère (Athyrium). Pour le nom de l’espèce, c’était en option. Par contre, il est bien indiqué que c’est une fougère, au cas où certains prendraient la plante pour une tulipe !
Et on a craqué pour une clématite. Son nom ? ‘Yukikomachi’. C’est apparemment une nouvelle variété à floraison blanche. Sa fleur, plus petite, fait penser à celle d’Huldine. Petite remarque : normal que l’on ait son nom : elle est produite par un producteur bien connu de... Bretagne ! D’ailleurs, toutes les plantes dans la jardinerie provenant de chez lui sont parfaitement étiquetées. Y’ a pas à dire, quand c’est breton, c’est du bon !

Mardi 10

Et un petit tour dans une autre jardinerie !!!
Achat d’une autre fougère (Polystichum polyblepharum) d’un Ceratostgima willmottianum pour son feuillage et sa floraison bleue à l’automne), d’un Carex testacea ‘Prairie Fire’ (pour son feuillage orange en été) et une dizaine de bulbes de crocus sativus (crocus à safran à la floraison d’automne).
C’est sûr, on va rentrer le coffre plein de plantes… comme chaque année. Ce ne sera pas pire qu’il y a plus de 40 ans où l’on était rentrés avec 3 bouleaux : 1000 km en conduisant la tête dans les feuillages. Ces bouleaux maintenant sont pratiquement aussi hauts que la maison (il n’y en plus que 2).

Jeudi 12

Et ça continue… encore et encore…
Je me demande si nous pourrons rentrer tous les deux dans la voiture pour le retour. Qui va se dévouer pour rentrer à pied ? 1000 km c’est bon pour les mollets.
Achats aujourd’hui à des prix dérisoirs d’un Acer atrolineare (feuillage pourpre) et d’un joli petit Fuchsia à fleurs blanches.

Samedi 14

Les bulbes de crocus sativus sont plantés dans du terreau dans un pot. Je craignais qu’ils se dessèchent. Ils seront replantés en pleine terre dès notre retour.
On n’est pas fan de la couleur orange mais on a craqué pour cette petite plante de plein soleil pour pots et jardinières. Bien sûr, pas d’étiquette mais je pense qu’il s’agit de pourpier. Mais je peux me tromper.

Vendredi 20

On revient de notre petite virée habituelle en Franche-Comté. Ce matin, notre amie jardinière nous a donné des rameaux à bouturer d’un Hibiscus syriacus à grandes fleurs bleues (on n’est pas fan des Hibiscus mais celui-là nous a tapé dans l’oeil) et d’un petit oeillet à floraison rose. Les boutures sont faites dès notre retour.

Visite hier du jardin « le clos de la Dame Verte » à Palise au nord de Besançon. Quel accueil ! Décidément les jardinières et jardiniers savent recevoir !

Jeudi 26

L’Alsace c’est bien beau, mais le jardin commence à me manquer. Le départ approche et l’arrivée est prévue samedi après-midi.

JPEG - 77 ko
Les plantes achetées durant le séjour
Quelques prises de tête m’attendent !

Vendredi 27 et samedi 28

Arrivée vers 17 h. Descente de voiture… petit tour rapide du jardin… Toujours le même cérémonial depuis des années.
Cette année, ce qui saute aux yeux, c’est la hauteur de la pelouse. Je ne l’ai pratiquement jamais vue à notre retour aussi bien portante. Habituellement elle est verte tirant sur le jaune et à certains endroits franchement jaune. Cette fois elle est bien verte pratiquement partout. Je n’ai donc pas tardé à sauter sur la tondeuse car on est samedi et je peux tondre jusqu’à 19 h. Je n’ai tondu que la pelouse à l’arrière de la maison mais il m’a fallu du temps car, compte tenu de la hauteur de l’herbe, j’ai d’abord tondu assez haut puis à la hauteur habituelle. Il reste à tondre le petit espace vert extérieur au jardin et la pelouse devant la maison (demain c’est dimanche, donc entre 10 h et 12 h).
D’autres constatations ?
- Il a plu c’est certain mais depuis un petit moment le temps a dû être bien ensoleillé car certaines plantes ont soif. Mais rien d’alarmant.
- L’Acer qui avait eu un coup de chaud en juin (feuilles toutes sèches) ne s’en est pas remis. Il est bon pour le broyeur et sera remplacé par celui rapporté d’Alsace.
- Un petit Hydrangea serrata est mort. Ce n’est pas une surprise car il n’a jamais voulu démarrer depuis sa plantation. J’aurais dû le déterrer et le remettre en pot. J’en ai sauvé plusieurs ainsi.
- La pyrale du buis a sévi  : un petit buis est complètement dévoré. Ce n’est pas une catastrophe mais j’ai tout de même eu quelques sueurs froides : j’ai pensé tout de suite aux autres grosses boules. Ouf, aucune attaque. Dans un premier temps, j’ai bien arrosé le buis mort avec du Bacillus thuringiensis au cas où il resterait quelques bestioles qui voudraient ensuite s’en prendre aux autres buis. Il sera enlevé dans 2 ou 3 jours et je traiterai préventivement les buis en bon état.

- La poule a eu chaud ! Le poulailler a été attaqué à plusieurs endroits et par des bestioles différentes. C’est à coup sûr un renard qui a voulu comme l’an dernier défoncer le grillage d’une des fenêtres. Mais cette fois-ci comme il y avait deux grillages, un à l’intérieur, l’autre à l’extérieur, ce dernier a été à moitié arraché mais la bestiole a abandonné. A d’autres endroits, on voit des traces d’attaques certainement par de plus petits animaux (rats ? Campagnols ? belette ?). C’est étonnant car cela se passe quand on est absent. J’ai l’impression que toutes les bestioles qui rôdent dans le coin, se rendent compte qu’il n’y a plus de présence humaine et en profitent pour attaquer le poulailler. Notre voisine surveille pourtant et se désole de ces attaques, comme si elle était responsable !

Dimanche 29

La tonte (17ème) est terminée. Pas mécontent
Pendant notre absence les deux Phyllostachys ‘Aurea’ en ont bien profité pour faire à nouveau des rejets. Ils sont rasés et broyés. Quelle plaie.
Je suis allé prendre une photo de près du poulailler et j’ai fait une découverte : les dégâts sont plus importants que ce que je pensais. Cette saleté de bestiole est vraiment une enragée. Il va falloir agir au plus vite.

Les roses fanées sont coupées. Je ne supporte pas.
Les bassins sont pratiquement entièrement vidés et remplis à nouveau. Pour le faire, j’utilise une pompe vide cave et je n’ai pas trouvé mieux que de m’arroser entièrement avec l’eau pas très claire, c’est le moins que l’on puisse dire. Une bonne douche en fin de journée s’est avérée nécessaire !
Et pour terminer je commence le nettoyage. En fait, je coupe les fleurs fanées (Agapanthe par exemple) et les feuillages des ancolies qui sont encore bourrés d’oïdium. Mais je suis loin d’avoir terminé !!!
Pas mécontent de la journée… mais ce soir, j’ai comme un petit coup de mou...

Lundi 30

Je suis étonné par la fureur avec laquelle « l’excité du bocal » s’est attaqué au poulailler. Il s’en est fallu d’un rien pour que la poule voie sa dernière heure arriver. Je passe un bon moment à commencer les réparations mais c’est loin d’être terminé. C’est aussi l’occasion de « nourrir » quelques campagnols, mulots ou souris qui font des galeries sous le poulailler (le sol est bétonné).
Hier soir j’ai oublié de refermer le poulailler ! Mais heureusement « l’excité » ne s’en est pas aperçu…
Je continue à couper les fleurs fanées. C’est ainsi que la touffe de Leucanthemum x superbum ‘Becky’ (grandes marguerites) est rasée. Avec les tiges coupées je fais une bonne vingtaine de boutures. Cela peut paraattendra ître beaucoup mais il y a énormément d’échecs.

Mardi 31

Les deux bolides sont à la maison pour deux jours, donc le jardin un peu.
J’ai toutefois réussi à m’échapper un peu : la réparation du poulailler avance bien.



Retour
en août 2020 en août 2019
en août 2018 en août 2017
en août 2016 en août 2015
en août 2014 en août 2013
en août 2012 en août 2011
en août 2010 en août 2009
en août 2008 en août 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en août 2021

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Recevez la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Contacter le webmestre

Contacter le webmaster