Arrosoirs & sécateurs

Culture et utilisations des Fougères

CULTURE
JPEG - 13.9 ko
Phyllitis scolopendrium


Elégantes, rarement malades, ayant peu d’ennemis (à part les limaces pour certaines espèces), rustiques, s’accommodant de situations difficiles (talus, vieux murs, pied des arbres comme les conifères, etc.), les Fougères figurent parmi les plantes inratables au jardin ; ceci devrait inciter les jardiniers à penser plus souvent à elles. De plus, leur durée vie varie de 35 à 100 ans.
Plantation

- Quand ?

Au printemps ou en automne en pleine terre ; au printemps en rocaille.

- Où ?

  • sol idéal : léger, bien drainé, riche en humus (= humifère) et légèrement acide pour la plupart. S’il est trop lourd, ajouter du sable. On peut aussi mettre dans le trou de plantation du compost, du terreau, des feuilles mortes ; PAS D’ENGRAIS CHIMIQUE.
  • emplacement : ombre, mi-ombre, pas de soleil direct pour la majorité.
    en général : peu ou pas d’eau, planter à l’ombre ; l’humidité du sol augmente la tolérance au soleil.
    Éviter les endroits ventés car les frondes de certaines Fougères sont fragiles et se cassent facilement.

    - Comment ?
    Planter peu profond, le rhizome doit affleurer voir dépasser un peu le sol pour éviter le pourrissement. Culture en pot : planter dans un contenant plus large que haut des Fougères de moins de 60 cm dont le rhizome est peu traçant, adapter la dimension du pot à celle de la Fougère ; attention au dessèchement même en hiver. Apporter de l’engrais retard organique au printemps en divisant par deux les quantités indiquées. Entretien très limité
    Pailler avec leurs frondes séchées et des feuilles mortes offre un double intérêt : conserver l’humidité et enrichir le sol en humus pour nourrir la plante.
    Arroser si temps très sec.
    Protéger du froid les plus frileuses avec un paillis.
    Et le mieux à faire : laisser les feuilles mortes en place et enlever les frondes séchées au printemps. Cas des Fougères persistantes

    Pour la plupart, au printemps le feuillage se renouvelle. Les frondes ont souffert de l’hiver, il faut s’en débarrasser quand les nouvelles frondes apparaissent.
UTILISATION (rocaille, mur, talus, pied de haie et d’arbre)
JPEG - 25 ko
Compositition de fougères
avec un Acer.


Plantes sans soucis intéressantes pour leur graphisme, leur élégance, leur facilité de culture dans les lieux et sols les plus ingrats, leur entretien très réduit, elles structurent les massifs de vivaces en leur donnant du relief.
Leur port dressé ou étalé, la variété des frondes persistantes, semi-persistantes ou caduques, de couleur variable parfois suivant la saison,de forme simple à très découpée, de taille allant de 4-5 cm à 1m et plus, permet aux Fougères de s’intégrer partout dans tous les jardins.
Il existe une Fougère pour chaque situation du jardin : soleil ou ombre, sol acide ou calcaire, riche, pauvre, sec, frais ou les pieds dans l’eau. Penser aux Fougères pour garnir un talus, un mur, le bas d’une haie ou le pied d’un arbre.
Une grande capacité d’adaptation leur permet de pousser dans des endroits très différents. Par exemple, le Polypodium vulgare poussera aussi bien à l’ombre d’arbres sur un talus que sur un vieux tronc ou qu’en haut d’un mur ensoleillé, la taille des frondes variant avec les situations.
Une utilisation moins connue ; le purin de Fougère, répulsif pour les limaces
100 g de frondes fraîches et 10 l d’eau non calcaire ou d’eau de pluie dans un récipient non métallique. Laisser macérer une semaine au moins. Le purin est utilisable quand l’eau est bien colorée.

ASSOCIATION


Pour éviter des déceptions, il faut associer des plantes originaires d’un même milieu dont les exigences sont similaires. Les Fougères donneront des associations intéressantes avec des Rhododendrons, Fuschias, Astilbes, Heuchères, Pétasites, Rodgersias, Lamiers, Carex, etc.

Quelques exemples
- Érables du Japon au feuillage pourpre finement découpé avec des touffes d’Asplenium (= Phyllitis) scolopendrium ou de Fougères aux frondes elles aussi découpées.
- Phyllitis scolopendrium (Langue de cerf), Polypodium vulgare (pour l’hiver), Dryopteris filix-mas, Euphorbia amygdaloïdes (Pe) sur un tapis de Geranium endressii constitue un ensemble intéressant toute l’année et d’entretien minimal.
- Onoclea et Rosa x ‘Raubritter’
- Osmonde et gunnera près d’un étang.
- Au printemps :

  • Dryopteris filis mas (Fougère "mâle") ou Polystichum setiferum avec des bulbes de printemps, des Primevères, des Jacinthes des bois, des Hellébores, des Euphorbes amygdaloïdes….
  • Athyrium filix-mas, Pulmonaire, Sceau de salomon et bulbes printaniers.
  • Athyrium filix-mas ou Dryopteris filix-femina et Ancolie.
  • Matteuccia sruthiopteris (Plume d’autruche) prolifique dans bonne terre de jardin, solide, élégante, stolonifère (donc parfois envahissante) avec des Jonquilles ou Narcisses.
  • Onoclea sensibilis et Rosier Raubritter en sol frais ou au bord de l’eau -* Les nouvelles pousses cuivrées du Dryopteris erythrosora s’harmonisent parfaitement avec les nouvelles feuilles cuivrées du Pieris japonica ; cette association reste intéressante le reste de l’année, ces deux plantes étant persistantes.
    - Pour garnir un talus sec, pauvre, planté de Chênes, un tapis de petites Pervenches ou de Lierre parsemé de touffes de Polypodes vulgaires, Primevères, Lamiers, Jacinthes des bois, Cyclamens d’automne, Euphorbes Amygdaloïdes offre des scènes différentes suivant les saisons et demande un entretien minime.
FOUGERES ARBORESCENTES

Rescapées du temps des dinosaures, originaires de Tasmanie, on les trouve dans les forêts tropicales. Une des plus connues, Dicksonia antartica s’acclimatent aux régions à climat doux et humide (prévoir une protection hivernale) ; de superbes exemplaires de cette fougère poussent en pleine terre sur l’ile Tresco aux Scilly en face de la pointe de Cornouaille en Angleterre. Elles peuvent mesurer jusqu’à 25 m. Leurs frondes bipennées, luisantes, vert moyen, forment une couronne à l’extrémité d’une sorte de tronc, un système racinaire aérien entoure ce tronc.
Leur importation est très réglementée. Importateur exclusif en France : Ausfern-France, 14, avenue Bridault, 06000 Nice.

OU TROUVER DES FOUGERES ?

En vous promenant dans les bois ou en campagne, vous trouverez des Fougères basiques mais intéressantes : Polypodium vulgare, Dryopteris filix-mas, Phyllitis scolopendrium, Blechnum spicant, Athryrium filix-femina, etc. Attention, certaines Fougères comme les Osmondes sont protégées.
Pour trouver des Fougères plus originales mais tout aussi faciles de culture, allez voir les pépiniéristes :
- En Bretagne :

  • pépinière Chèvrefeuille, Nouvelle Route de Sainte-Anne à Pluneret
    tél : 02 97 24 11 82
  • pépinière Le Clos d’Armoise, Moustoir-Lorho, 56450 Theix ;
    tél : 02 97 43 62 55 ou 06 80 96 14 68
  • pépinière Le jardin d’eau, Les Briez, 22980 Saint-Michel-de-Plélan ;
    tél :02 96 27 03 43 ; www.lejardindeau.com
    - plus loin :
  • Le Clos du Coudray, 14 rue du Parc, 76850 Étampuis
    tél : 02 35 34 96 85 ; www.leclosducoudray.com
  • Ripaud pépinières, route de Chantonnay, 85390 Cheffois
    tél : 02 51 52 64 17 ; www.ripaudpepiniere.com
  • Pépinière Yves Dupont, 10 rue de Bellevue, BP 8148, 45081 Orléans cedex
    tél : 02 38 66 39 29 ; www.fougeres.com.fr/
  • Le monde des Fougères, 95 chemin du Puits, 06330 Roquefort-les-Pins
    tél : 04 93 77 63 38 ; www.pepinieres-evazin.com

    Marie-France Even, 15 septembre 2009

A lire également
Description de quelques fougères

Culture et utilisations des Fougères

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic