Arrosoirs & sécateurs

Cymbalaria muralis (la "Ruine de Rome")


Anciennement dénommée Linaria cymbalaria

FICHE D’IDENTITE

Nom commun : Linaire cymbalaire mais surtout "Ruine de Rome" car elle habille les murs depuis des siècles.
Origine : Europe du Sud
Famille : Scrophulariaceae

Caractéristiques : Vivace au feuillage brillant et à la texture charnue. Hauteur de moins de cinq centimètres car elle se colle au sol ou au muret. Les feuilles ont au moins 5 lobes.
On a utilisé autrefois cette plante à des fins médicinales, notamment ses feuilles ont des vertus hémostatiques.
Floraison : Elle peut commencer début mars et se poursuivre une partie de l’été. Les fleurs rappellent celles des linaires, évidemment, mais aussi des mufliers qui font partie de la même famille. La corolle est formée de 2 lèvres, l’inférieure est trilobée, la supérieure a 2 lobes. La corolle est généralement bleu pâle, la gorge est jaune.

JPEG - 20.5 ko
On voit bien ses longues tiges fines rougeâtres.

Des variétés
Cymbalaria muralis ’Globosa’ : violet
Cymbalaria muralis ’Alba’ : blanc

EXIGENCES DE CULTURE

Sol : Tout sol ordinaire mais pousse très bien dans les anfractuosités des murs. Accepte donc les conditions extrêmes de sécheresse et de sol très pauvre voire presqu’inexistant ! On se demande comment parfois elle peut pousser !!!
Exposition :
Plein soleil ou mi-ombre
Rusticité : Très bonne

PLANTATION

Au printemps ou à l’automne. Il suffit de lui trouver une petite poche de terre dans un mur, même sur la paroi verticale.

ENTRETIEN AU FIL DES SAISONS

Après la floraison, dans le courant de l’été, elle a tendance à sécher (grillée par le soleil). Il suffit alors de tout supprimer. Elle réapparaîtra...

ENNEMIS

Aucun

MULTIPLICATION

Semis spontané. Elle apparaît alors dans des endroits inattendus, notamment entre deux pierres d’un mur. Elle étend petit à petit son territoire.

ASSOCIATIONS ET UTILISATIONS

L’intérêt de cette plante est de pouvoir habiller des murs. Dans la nature on la trouve poussant naturellement dans les vieux murs. Une fois installée, on la laissera pousser et se ressemer là où elle veut. C’est une plante qui ne gêne en rien ses voisines.
Le mariage avec les valérianes (Centranthus ruber) et l’Erigeron karvinskianus s’impose.

JPEG - 26.7 ko
Elle pousse sur la façade Sud d’un mur...
avec des valérianes et de l’Erigeron karvinskianus.

NOTES PERSONNELLES

Au cours d’une promenade, il y a une bonne quinzaine d’années, j’avais pris dans un vieux mur 2 ou 3 petits plants minuscules de Cymbalaria muralis. Placés dans des poches de terre dans un mur de clôture récemment construit, je ne m’en suis plus du tout occupé. Et maintenant elle apparaît dans des endroits improbables et étend petit à petit son territoire. Ce n’est pas une plante spectaculaire mais elle apporte une petite touche naturelle bien agréable. Quand elle a fini de fleurir, elle ressemble vaguement à une grande toile d’araignée, je me contente alors de tirer dessus. C’est le seul entretien qu’elle réclame.
LE PLUS : habille les vieux murs
LE MOINS : disparaît plus ou moins l’hiver

Retour aux floraisons de avril
Bien difficile de choisir un mois de floraison. Mais c’est en avril au début de sa floraison qu’elle est la plus fringante.

Alain le 6 avril 2012

Cymbalaria muralis (la

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic