Arrosoirs & sécateurs

Différents types de bouturage.

JPEG - 29 ko
Atelier bouturage
16 avril 2011

BOUTURAGE DE RAMEAUX DE VIVACES

Le bouturage de rameau consiste à prélever une portion de tige feuillée ou non pour lui faire émettre des racines.

- Bouture simple : rameau comportant un œil à la base et un autre en extrémité.
Il faut compter trois à cinq yeux sur une bouture pour quelle s’enracine convenablement.

- Bouture à talon : rameau latéral détaché avec un morceau d’écorce de la branche qui le supporte (technique très employée pour les boutures d’arbustes).

JPEG - 10.3 ko
Bouture à talon à gauche, bouture simple à droite.
La bouture à talon augmente les chances de réussite.


JPEG - 21.1 ko
Des boutures d’arbustes.


Au printemps (mai-juin) : les boutures herbacées (boutures “en vert”)

sur les pousses latérales de plantes vigoureuses en bonne santé en pleine végétation (Chrysanthème, Fuschia, Lupin, Phlox, Penstemon, Anthémis, Veronica ‘Georgia Blue’, Arabis…)

C’est également le bon moment de bouturer les vivaces à floraison printanière après leur floraison (Aubrieta, Erysinum linifolium, Arenaria montana…)
- attendre que de jeunes tiges se soient développées à la base de la touffe,
- enlever les feuilles de la base sur 2/3 de la longueur de la bouture (aux ciseaux, couper de moitié les feuilles du tiers supérieur si celles-ci sont trop grandes),
- tremper éventuellement dans l’hormone d’enracinement,
- piquer la bouture dans le substrat, profondément enterrée, jusqu’à la naissance des premières feuilles,
- arroser et couvrir de manière qu’elle se trouve à l’étouffée dans une ambiance chaude et humide (châssis, mini-serre, véranda ou simple sac de plastique transparent),
- placer les boutures à mi-ombre (surtout pas de soleil direct !)
A cette époque de l’année, les rameaux s’enracinent immédiatement et une plante adulte est souvent obtenue dans la même année produisant une floraison dès la fin de l’été (Penstemon, Diascia…), mais attention au pourrissement, faute d’une bonne aération, en particulier si le bouturage a été fait tôt au printemps.
Lorsque l’on effectue le pincement de plantes vivaces hautes en mai-juin (Phlox, Penstemon, Aster, Anthemis, Rudbeckia…), il est intéressant de garder les tailles pour les bouturer.

De mi-août à octobre : boutures semi-ligneuses ou aoûtées

Souvent appliqué pour les arbres, ce bouturage convient bien aux vivaces qui produisent des rameaux ligneux à leur base (Hélianthèmes, Nepetas, Lamiers, Pervenches, Erysinum linifolium, Alysses, Armoise…)
Les boutures s’enracinent lentement et ne pourront être repiquées en pleine terre qu’au printemps suivant (elles devront donc être hivernées sous châssis ou tunnel plastique).

BOUTURES DE RACINES

Cette technique est utilisée pour des plantes drageonnantes : des vivaces (Helianthus, Pavot, Phlox, Acanthe, Aconit, Anchusa, Anémone du Japon, la Crambe, la Gaillarde, Hélénium…) ou des arbustes (Lilas, Aralia, Rhus, Framboisier…)
Période : toute la saison de végétation, de mars à septembre.
- Ce sont les portions de racines prélevées le plus près du pied qui s’enracinent le mieux.
- Placer les boutures sous châssis ou sous une véranda peu chauffée en maintenant une ambiance très humide.
- Temps de reprise : environ quatre à cinq semaines.
- Fort pourcentage de reprise (plus de 80%).
- Pour les vivaces, la plante adulte est obtenue dans la saison.

BOUTURES DE FEUILLES

Bien que surtout employée pour multiplier les plantes d’appartement et de serre, c’est une bonne technique pour bouturer les Sedums, Joubardes, Mesembryanthemums…
Pour le Sedum spectabile ou l’un de ses cousins à grandes feuilles “grasses”, prélever des feuilles une par une avec un petit morceau de la tige et les planter verticalement dans le substrat pas trop humide en enterrant la base d’un centimètre.
Enracinement en quelques jours.
Bon pourcentage de réussite pour les ‘Succulentes’.

BOUTURES D’ÉCAILLES (LIS)

C’est une technique très simple qui réussit à 80%.
On peut, à partir d’un bulbe, obtenir une vingtaine d’écailles.
Époque : mars-avril.
Il est très important que la terre ne soit pas collante et ne retienne pas l’eau car le principal ennemi de cette technique est la pourriture.
Une plante adulte est obtenue en quatre ans.

BOUTURES DANS L’EAU

Très utilisée pour le Laurier rose, on peut aussi utiliser cette méthode pour l’Impatiens, le Lierre ou le Coleus.
Période favorable : saison de végétation.
Conseils :
- ne pas laisser les racines se développer trop longtemps dans l’eau car, très fragiles, elles auront d’autant plus de mal à s’adapter au rempotage qu’elles seront de grande taille,
- ajouter à l’eau de bouturage un petit peu de charbon de bois pour éviter que l’eau ne croupisse.

JPEG - 15.7 ko
En une petite quinzaine de jours on obtient des racines.
Ne pas attendre plus longtemps pour mettre ces rameaux enracinés dans du terreau de bouturage bien humide.

Bouturage dans l’eau du Polygonum scoparius.
Alain, octobre 2005

A lire également :
- Qu’est-ce que le bouturage ?
- Bouturage : Les clés de la réussite
Atelier bouturage

Différents types de bouturage.

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic