Arrosoirs & sécateurs

Entretien des rosiers mois par mois

Avertissement : Ce calendrier de travaux est adapté à la Bretagne et les régions à climat tempéré. Pour les autres régions, il sera nécessaire d’agir parfois plus tôt (climat méditerranéen) ou plus tard (climat continental). C’est le cas, bien sûr, de la taille.

JANVIER

- Se dépêcher de planter les rosiers en dehors des périodes de gel.
- Il est trop tôt pour tailler (patience les « accrocs » du sécateur !) .

FEVRIER

- Planter les derniers rosiers à racines nues en dehors des périodes de gel.
- Tailler en fin de mois les rosiers REMONTANTS ( qui fleurissent tout l’été) à moins que le temps ne le permette pas. En Bretagne et dans les régions à climat tempéré, on peut sans problème commencer la taille dès fin février. Il n’est d’ailleurs pas bon de trop laisser démarrer avant la taille. On épuise inutilement le rosier et on retarde la floraison.

Bien entendu, la taille peut être repoussée sans problème en mars si fin février est une période trop froide. Il faut adapter chaque année en fonction du temps.
Attention, on ne taille pas un rosier moderne comme un rosier ancien, un arbustif comme un buisson ou un couvre-sol.
Pour en savoir plus sur la taille des rosiers
Après la taille :
- faire un traitement à la bouillie bordelaise
- Epandre au pied du rosier du compost ou du fumier de cheval
- Traiter contre les mousses qui recouvrent les souches. Elles font vieillir prématurément le rosier et sont source de maladies. Utilisez du dichlorophène

MARS

- Il est tard pour planter des rosiers à racines nues.
- Terminer la taille des rosiers remontants avant fin mars.
- Ne pas oublier ensuite de traiter à la bouillie bordelaise (uniquement les branches, car en mars le jeune feuillage risquerait de griller)
- Fertiliser avec de l’engrais organique plutôt que chimique.
A l’engrais "spécial rosiers’ préférez
- de l’Osmocote rosiers
- du sang desséché (action rapide)
- épandre un terreau enrichi type ’Or Brun’ ou ’Algo-Forestier’
- Enfin pailler avec du ’Fibralgo’, pas d’écorces de pin !

Ne pas oublier qu’un rosier bien nourri et bichonné est plus résistant aux maladies et plus florifère.
JPEG - 20 ko
’Albertine’, un grimpant non remontant
à placer dans un endroit légèrement ombragé

AVRIL

- Tenir le sol propre et meuble toute la saison (griffer régulièrement).
- Proscrire les désherbants rosiers (un non-sens dans un jardin !).. Il est bien préférable d’habiller les pieds des rosiers et couvrir la terre de vivaces, d’annuelles, bulbes ou de petits arbustes (caryoptéris, lavande, pérovskia…)
- Fumer superficiellement, si cela n’a pas encore été fait.
- Arroser les rosiers nouvellement plantés.
- Repiquer, en pépinière, les boutures de rosiers effectuées l’été dernier.
Celles faites cet hiver, attendront l’automne.

MAI

Certains rosiers commencent leur floraison dés ce mois-ci. C’est même en fin de mois que, souvent, les rosiers sont les plus beaux.
- Biner au pied et mulcher (compost même partiellement décomposé)
- Supprimer les gourmands.
- Faire, en début de mois, un 1ème traitement contre les maladies. on en fera un début juin et un début juillet.
Utilisez, de préférence, un produit systémique (véhiculé par la sève) qui lutte contre l’oïdium, le marssonina (maladie des taches noires) et la rouille. MYCLOBUTANIL ou PROPICONAZOLE
Il vaut mieux traiter préventivement (une fois la maladie déclarée, il est très difficile, voire impossible de s’en débarrasser).
Ne pas utiliser de PRODUIT TOTAL mais 2 produits différents (un fongicide et un insecticide)
- Surveiller les attaques de pucerons friands des jeunes pousses tendres. On pourra se contenter de traiter uniquement en cas d’invasion importante (et ne traiter que les rosiers attaqués).
Insecticides de contact : Bifenthrine ou Pyrimicarbe
et systémique : Tau-Fluvalinate.
- FINIR D’HABILLER LES PIEDS DES ROSIERS par des plantes faire-valoir qui feront ressortir la beauté du (ou des) rosier.
2 vivaces pour accompagner les rosiers :
Une floraison garantie tout l’été

JPEG - 17.1 ko
Gaura lindheimerii
JPEG - 10.7 ko
Penstemon’Alice Hindley’

Mettre en valeur un rosier par d’autres végétaux, nécessite de bien connaître ce rosier (envergure, port, floraison…).
On harmonisera les couleurs, en évitant les coloris agressifs.
On éliminera les plantes envahissantes et celles à floraison trop courte ou trop spectaculaire.
Placer les couvre-sol (népéta…) devant, en bordure. Encadrer le rosier de plantes de taille moyenne, plus basses que le rosier (pérovskia…)
On placera derrière des plantes hautes, donnant du volume à l’ensemble, mais d’un ton neutre pour ne pas distraire le regard (verbena bonariensis, graminées…).
Bien entendu, les hauteurs des plantes accompagnatrices choisies dépendront des caractéristiques du rosier.
Ces décors à réaliser autour des rosiers se feront à l’automne ou au printemps. En juin, on mettra la dernière petite touche avec quelques annuelles.
Quelques plantes particulièrement intéressantes :

- Petits arbustes : caryopteris, pérovskia, romarin, cistes, lavande…
- Clématites (une évidence !).
- Annuelles : nigelle de Damas, lobélia érinus, cosmos, pois de senteur…
- Graminées : miscanthus…
- Feuillages gris : artémises, ruta graveolens, teucrium fruticans, senecio leucostachys…
- VIVACES : nepeta, géraniums vivaces, linum perenne (lin bleu), tradescantia viginiana, erigeron mucronatus, verbena bonariensis…
C. integrifolia ’Durandii’ : une clématite au superbe coloris bleu indigo à 4 ou 5 pétales en étoile et étamines crème. Magnifique avec un rosier ’Pierre de Ronsard’
La liste serait bien trop longue à énumérer, mais, s’il ne fallait retenir qu’une plante pour accompagner les rosiers, ce serait, sans conteste, la GAURA.

Pour en savoir plus sur les mariages des plantes avec les rosiers

- EBOUTONNER, éventuellement, les roses modernes en supprimant les boutons latéraux, pour obtenir des fleurs terminales plus grosses.
On obtiendra de plus belles fleurs à couper. ’Queen Elisabeth’, par exemple, s’y prête bien.

- CUEILLIR des roses en boutons tout juste éclos, le matin de bonne heure.
Couper au sécateur juste au dessus d’une feuille des boutons tout juste éclos.
Il est conseillé de déposer la brassée de roses, dans un grand seau d’eau et dans une pièce fraîche, quelques heures avant de réaliser le bouquet.

- COUPER SYSTÉMATIQUEMENT LES FLEURS FANÉES
Elles enlaidissent le rosier et l’empêchent de fleurir abondamment. Inspecter les rosiers au moins une fois par semaine est impératif (jusqu’à l’automne). Il n’y a rien de plus désolant que le triste spectacle d’un rosier couvert de fleurs fanées dissimulant celles que l’on aurait pu admirer. Certains non-remontants, comme ’Albertine’, nécessitent même d’être nettoyés tous les 2 jours (c’est à ce prix que le rosier fleurira, par vagues successives, pendant 3 semaines).
Surtout ne jamais tailler plusieurs centimètres au-dessus d’un œil, le morceau de tige restant va noircir, donc enlaidir l’arbuste et être source possible de maladies.

Que vous coupiez une tige pour faire un bouquet ou pour enlever des fleurs fanées, vous devez toujours penser à garder au rosier une forme harmonieuse et en profiter pour faire un éventuel nettoyage du rosier.

(C’est, par exemple, un non-sens de couper systématiquement des tiges de même longueur pour faire un bouquet : une fois les tiges coupées à des longueurs variables suivant les branches du rosier, on recoupera les tiges pour finir le bouquet)
VISITER DES ROSERAIES (la Beaujoire à Nantes…) ou des pépinières avec rosiers de pleine terre : on peut alors admirer des variétés connues, en découvrir des nouvelles.
C’est tout de même plus instructif qu’un catalogue ! (ne pas oublier, là encore le petit carnet et le stylo pour noter les variétés à acheter à l’automne).
Tous les coups de foudre sont permis…

La meilleure période se situe du 15 mai au 15 juin.
Difficile de demander, dans un parc de 2 000 ou 3 000 rosiers un soin aussi parfait qu’on peut le souhaiter dans un jardin privé. Toutefois, on peut regretter le manque de soins apporté aux rosiers et bien des roseraies offrent trop souvent après le 15 juin le triste spectacle des rosiers malades et des roses fanées.
Quelques bonnes adresses

’Polka 91’ est un grimpant que l’on peut utiliser en arbuste. Les fleurs orange mandarine sont très grosses, en coupe, tiennent longtemps sur le rosier et sont parfumées.
Bref, encore un rosier trop peu connu (Meilland 1991)

JUIN

C’est la pleine floraison… Admirer c’est bien…
MAIS CELA NE DISPENSE PAS d’entretenir les rosiers ! ! !
- Biner, désherber (à la binette… pas de désherbant !), pailler, éboutonner, arroser (ceux installés récemment), pincer (pour avoir des roses modernes plus grosses), traiter, mais aussi :
- APPORTER DE L’ENGRAIS après la floraison des non-remontants et la 1re floraison des remontants.
- BOUTURER : on peut tenter quelques boutures de rameaux à bois pas trop tendre. Les boutures à talon réussissent mieux. C’est une très bonne époque, à condition que les boutures soient réalisées à mi-ombre et ne souffrent pas de la sécheresse. Comme pour les vivaces, bénéficiant de la chaleur ambiante, l’enracinement se fait très rapidement.
Rater une bouture n’est pas un drame : ce qui est raté aujourd’hui, réussira demain…
- MARCOTTER des rosiers à bois tendre : choisir des « hybrides de moschata » (Cornélia, Félicia, Pénélope, Buff beauty…) ou des rosiers « noisette »(Desprez à fleurs jaunes, Alister Stella Gray, Blush noisette…).
Abaisser au niveau du sol des jeunes pousses dépourvues de fleurs et situées sur le pourtour.
Gratter l’écorce à l’endroit du contact avec la terre .
L’enracinement aura eu lieu probablement déjà dès l’automne.
- Continuer de VISITER DES ROSERAIES, de préférence avant le 15 juin. C’est le moment de choisir ses futures variétés à planter .

JUILLET - AOUT

Continuer les traitements contre les maladies, de bouturer, d’enlever systématiquement les fleurs fanées.
- Tailler en juillet les non remontants : pour en savoir plus
- Tailler les remontants courant juillet après la floraison principale : ils repartiront sur du bois et du feuillage sains et la floraison sera plus abondante à l’automne. On pourra tailler assez sévèrement.
Ensuite, donner un dernier apport d’engrais.


’Charles de Mills’ est non remontant. Il a donc fini de fleurir en juillet. Et alors ? Pourquoi se priver d’une fleur rouge carmin aussi belle (sa corolle plate montre d’innombrables pétales) ? Et son parfum ! C’est un rosier ancien qu’il faut tailler début juillet et ensuite... attendre sa future floraison de juin.


’Martin des senteurs’ est un petit rosier obtenu par Michel Adam (Ne pas confondre avec André Eve !), remontant et très florifère, qu’il ne faudra tailler qu’en février prochain.
Remontant... non remontant... Vous suivez ?
Et si vous confondez encore remontant et grimpant, rejoignez-nous, on vous expliquera !

SEPTEMBRE

- Continuer à bouturer.
- Si vous voulez que vos rosiers fleurissent tard en saison, continuez de couper les roses fanées (IMPERATIF !). On peut en profiter pour couper les tiges un peu plus bas et enlever les tiges abîmées ou inutiles (une sorte de pré- nettoyage : du temps de gagné pour les mois qui viennent !

OCTOBRE
Commencer à nettoyer les rosiers qui ont fini de fleurir. Il ne s’agit pas d’une taille, remise à plus tard pour les remontants (celle des non-remontants a été faite cet été). Supprimer les bois morts, inutiles ou malades. Raccourcir les tiges florales qui ne comportent plus de boutons (diminuer le volume de certains rosiers arbustes peut être intéressant à l’approche des premières tempêtes bretonnes qui déchaussent les plants).
On gagne du temps pour la vraie taille d’hiver. De plus, le rosier débarrassé de ses branches superflues laisse mieux apparaître sa silhouette ce qui, après un simple coup d’œil, simplifiera la taille.
TRÈS IMPORTANT : Traiter à la bouillie bordelaise à la chute des feuilles
ET SI VOUS COMMENCIEZ A RÊVER EN FEUILLETANT LES CATALOGUES ? POUR LE PLAISIR DES YEUX OU POUR PRÉPARER D’ÉVENTUELLES COMMANDES. Le plus tôt sera le mieux.

NOVEMBRE

- Continuer le toilettage des rosiers remontants et les traitements à la bouillie bordelaise
- LAISSER LES FRUITS DÉCORATIFS sur les rosiers botaniques, Rosa rugosa, Blanc double de Coubert, Complicata, Fritz nobis, Kifstgate, Roseraie de l’Haÿ, Wedding day…

Baies du rosier liane 'Sir Cedric Morris'

Le rosier liane ’Sir Cedric Morris’ a des fruits oranges et qui persistent très longtemps.

Les très beaux fruits piriformes et couverts de poils de Rosa laevigata Les très beaux fruits piriformes et couverts de poils de {{Rosa laevigata}}

- BUTTER LES JEUNES ROSIERS et les rosiers sensibles au froid (Cécile Brunner, Mermaid,…) : protéger le collet et le point de greffe du gel – en ramenant un monticule de terre de 15-20 cm autour de la base des tiges.
Mais en Bretagne et dans toute région au climat tempéré, la grande majorité des rosiers se passe fort bien de cette opération.
- BRULER LES FEUILLES MALADES Les maladies foliaires du rosier restent tout l’hiver sur les feuilles tombées au sol. Ne les mettez pas au compost.
- PLANTER DE NOUVEAUX ROSIERS : C’est la meilleure période.

Le feuillage du rosier ’Blanc double de Coubert’ est superbe à l’automne. C’est un rosier intéressant aussi pour ses fruits décoratifs.

DECEMBRE

CONTINUER à planter des rosiers !…
Et si vous plantiez des rosiers couvre sol (Bonica, Swany…) ou des rosiers lianes (Tobby Tristam, Kew Rambler…) pour partir à l’assaut des arbres ? Pour changer un peu…

Alain D

Entretien des rosiers mois par mois

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic