Arrosoirs & sécateurs

Janvier 08

Et c’est reparti pour une année... et plus si affinités ! Il y a exactement un an que j’ai commencé cette rubrique qui a reçu 28 497 visites dans l’année. Ce qui est encourageant (le site a eu 923 254 visites soit plus du double de l’année précédente).

En bas de page je ferai un renvoi vers la page du même mois de 2007. Ainsi, si vous souhaitez savoir ce que l’on peut faire en janvier, vous aurez à votre disposition les pages de janvier. Bien sûr, un mois de janvier est toujours un mois de janvier mais les travaux ne seront pas identiques. Un exemple : l’an dernier j’étais allé cherché du fumier de cheval. Cette année je n’irai sans doute pas car dans le club hippique où je me ravitaillais il y a un problème d’approvisionnement en paille.

Bref, 2008 ne sera pas 2007 bis.

Mercredi 2

Après une pause d’une quinzaine de jours, il est temps de s’y remettre. D’autant plus que des fleurs d’hellébores pointent leur nez et que certaines clématites ne demandent qu’à démarrer. Une fois les fêtes passées, les jours rallongent et le jardin ne demande qu’à revivre.

Après une absence d’une dizaine de jours, il faut commencer à remplir les mangeoires car si les oiseaux se sont certainement ennuyés de ne pas nous voir (!), cela ne les a pas empêchés de penser au casse-croûte laissé avant notre départ : plus une graine de tournesol, plus une boule de graisse et il faut bien chercher pour trouver un gramme de margarine.

Je commence à couper les feuilles d’hellébores. En fait, j’enlève tout et il ne reste que les toutes jeunes feuilles et parfois les boutons des fleurs. Pourquoi couper les feuilles ? Je l’explique sur le site. 2 raisons : pour éviter des maladies - il faudra en plus remettre de la bouillie bordelaise - et pour des raisons d’esthétique (les fleurs seront davantage mises en valeur)

Jeudi 3

Séance de jardinage interrompue au bout d’une bonne heure pour cause de pluie... et en ce moment elle n’est pas très chaude ! vaut mieux rentrer près du feu de cheminée !

Je continue donc à nettoyer les hellébores. En fait c’est assez long à faire : il faut dire aussi qu’à force d’en planter elles (en fait ils !) prennent de la place.

Vendredi 4

Il ne pleut pas mais c’est "humide de partout". Et comme il ne fait pas froid, 2 petites heures au jardin... çà aère !

Fin du nettoyage des hellébores. J’y passe du temps car j’en profite pour redonner un petit "coup de neuf ".


Samedi 5

Fini la rigolade... maintenant on joue sérieux : il faut penser au printemps prochain et au jardin de 2008 (qui ne sera pas le même qu’en 2007 car j’ai fait du vide à l’automne). Et ce vide, il va falloir le combler. Amis pépiniéristes, préparez-vous... on arrive !

En tout premier, il faut résoudre le problème des rosiers. Il me faut donc les changer de place.

- ’Jaune Desprez’, ’Viridiflora’, ’Cuisse de nymphe émue’ plantés trop à l’ombre et qui ne fleurissent pas.

- ’Bossa Nova’ qui m’a été donné en début d’été, est en pépinière dans le potager.

-  ’Louis XIV’ qui ne pousse pas et qui maintenant est recouvert par une graminée. Il manque d’air !

- ’Tuscany superb’ étouffé par un Azara refuse de pousser et de fleurir.

- ’Belle de Crécy’ n’a rien à faire dans une plate-bande ou il n’y a que des graminée. Cherchez l’intrus !

- ’Amber Queen’ étouffé par des vivaces et planté trop près d’un banc.

- ’Aloha’ dépérit... A supprimer.

- ’Yellow Fairy’ mal placé, refuse de pousser. A déplacer avant qu’il ne soit trop tard.

Donc ce matin, très grand tour dans le jardin avec papier, stylo et plan du jardin (je vous ai dit qu’on ne rigolait plus !) et miracle : en moins d’une demi-heure on avait trouvé une place pour chacun d’eux (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura pas des modifications de dernière minute !). En espérant ne pas refaire des bêtises.

Damned... dans l’après-midi il se met à pleuvoir au moment où je sors avec bêche, sécateur et binette. Et alors ? J’ai décidé d’agir ! Rien ne peut m’arrêter.

J’arrache l’Hydrangea ’Unique’ (planté en 91) qui dépérit. Il n’avait plus de racines ! En fait, il n’a jamais donné beaucoup de fleurs et n’a jamais été très bien portant.

Je déplante le rosier grimpant ’Jaune Desprez’ planté au Nord. Et en l’enlevant... je réalise que c’est la place idéale pour l’Hydrangea (grimpant et persistant) seemanii. Il avait été planté le 25 avril dernier. Il sera là beaucoup mieux : il pourra grimper à son aise sur une claustra en limite de terrain. Il pourra prendre ses aises. A sa place je plante le rosier qui pourra courir sur le mur de clôture et même grimper dans une Aubépine.

Plantation d’un Camellia japonica qui était depuis 2 ans dans un pot. Une place idéale lui est trouvée dans la haie le long de la route à un endroit assez ombragé.
Aujourd’hui, je suis inspiré... mais il pleut toujours et après une heure et demie sous la flotte, il est préférable de rentrer... prendre une douche !

Les personnes qui m’ont vu dans le jardin ont dû se demander si je n’avais pas pété les plombs surtout ceux qui m’ont aperçu avec l’arrosoir !!!

Dimanche 6

Que d’eau... que d’eau... comme disait Mac-Mahon ! Pour la bouillie bordelaise et les plantations de rosiers, çà attendra un peu !

Lundi 7

Un temps idéal pour jardiner : du soleil et de la douceur.

C’est fait !!! 8 rosiers sont plantés ou plutôt replantés. Bien sûr, 2 ne l’on pas été où on l’avait prévu samedi. Comme quoi il faut prendre son temps et ne pas planter à la va-vite.

’Louis XIV’ était plus fatigué que je ne le pensais (... une fin de règne ?), de même que ’Cuisse de Nymphe émue’ (émue sans doute mais surtout pas bien vigoureuse). ’Viridiflora’ va se refaire une santé entourée de clématites (le pied !). Bref, tous ont trouvé, je pense, un endroit bien meilleur. On ne tardera pas à savoir si j’ai eu raison. Mais une chose est certaine : il fallait faire quelque chose. Le problème est que depuis qu’ils ont été plantés (il n’y a pas très longtemps), les arbustes des alentours se sont bien développés et certains endroits ensoleillés sont maintenant à mi-ombre et les rosiers n’apprécient pas.

Miracle... en faisant du rangement, j’ai retrouvé une feuille avec les noms de 2 clématites. Ces noms sont ceux des 2 clématites non identifiées. Ce sont 2 macropetala dont à floraison printaniére ’Wesselton’ et ’Purple Spider’. 2 étiquettes à faire demain.

Bilan : il y en a très exactement 120.

Mardi 8

Après les rosiers, passons aux graminées. Au centre du terrain, un très jeune Tilia henryana (tilleul de Henry) qui ne dépasse pas 1,20 m, pousse dans une plate-bande de graminées. Mais cette plate-bande ne me satisfaisait pas car on y trouvait un rosier ’Belle de Crecy’, quelques vivaces, des bulbes. J’ai pratiquement enlevé toutes ces plantes et je complèterai uniquement par des graminées mal placées ailleurs dans le jardin ou en réserve dans la plate-bande du potager.

Mercredi 9

Début des plantations de quelques graminées. Je terminerai demain (pas de jardinage cet après-midi, dommage car il fait un temps superbe).

Quelques heures plus tard...

Retour de la "grande ville" (çà grouille !!!)... en passant par une pépinière ("Crea’ paysage" près de Lorient) : achat de 3 graminées pour terminer la plate-bande demain (Carex testacea, Uncinia rubra et Miscanthus sinensis ’Ghana’)

Jeudi 10


Malgré un temps pas terrible (il commence à pleuvoir ce soir et on annonce du vent... et en Bretagne quand çà souffle !), je termine la plate-bande de graminées. Pour l’instant le feuillage est un peu jaune mais il faudra voir à la belle saison. Je plante dans cette plate-bande une Stipa gigantea et une autre dont je n’ai retrouvé le nom (style Miscanthus) qui n’étaient pas mises en valeur là où elles étaient. Il reste encore une ou deux places, mais il faut d’abord que j’enlève quelques touffes de Sternbergia lutea.
2 urgences :

- réparer la porte du poulailler et celle de l’enclos.

- commencer à vider un trou du compost car je ne peux plus stocker (le tas s’écroule !)

Vendredi 11

Pluie et vent depuis 24 heures...

Si le jardinier est resté à l’abri, l’écureuil s’est invité dans le jardin. Très à l’aise au milieu des mangeoires pour mésanges. Il adore la margarine !

Photo prise de la fenêtre de la cuisine ce midi.

On mangeait... lui aussi !

Samedi 12

Le compost déborde. Il est grand temps d’intervenir. Je vide donc un des trous (celui qui contient le compost mûr).J’en profite pour nettoyer une plate-bande avant de l’étendre. A cet endroit, il faudra planter un ou plusieurs arbustes d’ici peu. En tous les cas c’est un des coins à réaménager. C’est aussi dans ce coin que le néflier du Japon (Eryobotrya japonica) végète. Fin juin il avait été taillé sévèrement (voir juin 2007) mais il ne va guère mieux. Il a donc subi une 2ème taille... la dernière car s’il ne réagit pas... Je suis pessimiste car c’est un arbre qui aime la chaleur et je pense qu’il souffre peut-être aussi d’un excès d’humidité.

JPEG - 20.4 ko
Avant
JPEG - 18.1 ko
Après

J’enlève des touffes de Sternbergia lutea de la plate-bande de graminées et j’en ajoute 2 (graminées) qui étaient plantées ailleurs.

L’écureuil est revenu faire un tour... il aime vraiment la margarine !

Lundi 14

Uniquement des petites bricoles pour aujourd’hui :

- réparation de la porte du poulailler ainsi que celle de l’enclos avant qu’une bestiole un peu plus maligne que les autres ne trouve le bon moyen pour entrer et faire un sort à Rosalie.

- deux nouvelles étiquettes pour les 2 dernières clématites dont j’ai retrouvé les noms.

- bouturage d’une clématite ’Alabast’. Je sais, ce n’est pas la bonne période mais samedi dernier, par inadvertance, j’ai coupé au ras du sol une des branche de cette clématite. Il n’y a rien de plus ressemblant à une tige fanée de vivace (en l’occurrence de phlox) qu’une branche de clématite. Cela m’arrive assez souvent (le sécateur fonctionne parfois plus vite que mes neurones !) mais ce n’est pas une catastrophe. Bien au contraire car cette tige va se ramifier au niveau du sol. Et quoi faire d’une tige de 1 m qui bourgeonne sinon des boutures ? Qui sait... avec un peu de chance.

A propos de clématites, certaines démarrent sérieusement. Je vais attendre encore un peu et bientôt les tailler.

Mardi 15

Tempête bretonne : pluie, vent... donc feu de cheminée ! Pas kamikaze au point de prendre le risque de m’envoler et me retrouver perché au sommet du cerisier (de toute façon y’a pas de cerises...)

Mercredi 16

Plus de vent... du soleil... on rêve !

Le compost est complètement vidé (moi aussi car c’est une corvée mais mon dos n’a pas trop souffert. Pour ceux et celles qui auraient raté le début de mes aventures jardinières (qui durent depuis 30 ans tout de même), reportez-vous au mois de février 2007 (le 25) pour savoir comment je fais le compost. Il faut vider 2 trous de 1 m de profondeur et on ne peut pas dire que ce soit très pratique. A déconseiller pour ceux qui ont le dos fragile ! Le compost est donc étalé sur la terre dans les plates-bandes (une dizaine de brouettes çà ne passe pas inaperçu)

Plantation d’un Helianthemum ’Ben Heckla’ dans un trou du muret fleuri qui entoure le compost.

Nettoyage de 2 petites allées formées de pas japonais. Les pierres, pour l’une, étaient recouvertes de feuilles mortes, pour l’autre de cosses de graines de tournesol. Il faut dire que cette dernière se trouve sous les mangeoires et que les oiseaux n’ont pas bien compris l’intérêt du compost. Alors forcément, au bout d’un moment on se retrouve avec plusieurs centimètres de déchets. Excellent pour mettre en surface de plate-bande... c’est presque du terreau (il faut dire que je n’avais pas nettoyé en fin d’hiver).

Vendredi 18

C’est sûr, je dois sentir le renfermé. Mais que voulez-vous, entre 2 rayons de soleil, il pleut ou bien le temps est gris et humide, ce qui ne donne pas trop envie de gratouiller la terre.

Une éclaircie dans l’après-midi... je m’aère les poumons une bonne heure en nettoyant une plate-bande.

Et pour terminer je recueille 6 plants de clématite viticella (la viticella type à clochettes bleues en fleurs juin-juillet). Ce sont des semis dans un très gros pot placé sous une viticella qui grimpe dans un cerisier. Les plants sont beaux et serviront comme lots de tombola. En général, il y a un gagnant... demain il y en aura 6.


JPEG - 25.3 ko
Clématite viticella (type)

Sur les photos on voit les nouvelles pousses et le plant-mère en fleurs.

Dimanche 20

Un Pleioblastus auricoma (bambou de 1 m à feuillage jaune), a envahi une partie d’une plate-bande. Il se faufile entre les rosiers, la glycine en arbre et un Physocarpus ’Diabolo’. Il est grand temps de faire quelque chose. Je ne le pensais pas aussi traçant, si bien que je n’avais pas mis de "barrière". Erreur de jeunesse ! Heureusement, il s’enlève très bien à la bêche, les rhizomes ne sont pas "puissants". De plus il cavale sans faire des touffes compactes.

Comme, placé ou il était, il n’était pas très mis en valeur, je le change complètement d’endroit, à la mi-ombre d’un Cercis canadensis ’Forest Pansy’ au feuillage pourpre (pourpre et jaune çà va bien ensemble). Cette fois, je fais une fosse de 1 m de diamètre et je tapisse la paroi avec 2 plastiques épais noirs. Les tiges sont coupées à 15-20 cm. De toute façon c’est un bambou qui demande à être taillé très court en fin d’hiver. La terre est ensuite recouverte de cosse de sarrazin. J’ai oublié de dire que ce Pleioblastus auricoma est mon bambou préféré... il mérite ces 2 bonnes heures de travail pour le replanter.

Dans le Cercis grimpe une clématite ’Golden Tiara’. Comme certaines branches se couchent sur le sol, l’une d’entre elles s’est marcottée. En coupant la tige, je récupère un superbe plant avec des racines d’une dizaine de centimètres. Pris par la nuit, je n’ai pas le temps de m’en occuper. Elle trempe donc dans un seau d’eau. On verra demain si elle sera replantée en pleine terre ou bien mise en pot. C’est une de mes clématites préférées... Cette découverte est bien sympathique !

Les hellébores commencent à fleurir un peu partout... En voila une...
Je ne vais pas mettre des photos de toutes les hellébores du jardin, d’autant que beaucoup d’entre elles sont sur le site.

Lundi 21

Un petit peu de nettoyage et plantation de la marcotte de la clématite ’Golden Tiara’. Si elle s’implante bien, çà devrait être sympa car elle est derrière le mur près du grand portail bleu de l’entrée. A surveiller...

A propos de marcotte, le 15 novembre, j’ai replanté une tige enracinée de ’Huldine’ et elle fait des pousses. Sans crier victoire, on pourrait penser qu’il s’agit de la 121ème et ’Golden Tiara’ pourrait être la 122ème...

Mardi 22

Peu de temps pour le jardinage... y’a des jours comme çà ! Juste un petit tour dans le jardin pour constater que les hellébores s’ouvrent (mais on est loin du "feu d’artifice"... patience.) et que les clématites démarrent. Il va être temps d’agir car certaines ont des pousses de plusieurs centimètres. Je "rafraîchis" ’Mme Baron Veillard’ car j’ai été pris de vitesse. Comme elle a de belles pousses, je ne vais pas la tailler trop court cette année. J’ai récupéré quelques tiges pour faire des boutures. Qui n’essaie rien n’a rien !

Mercredi 23

Un peu de nettoyage pour varier...

Bouturage des tiges coupées de la clématite ’Mme Baron Veillard’. Ma technique est toujours la même : un pot étroit et profond (pot à... clématites), du terreau de bouturage, et une dizaine de boutures dans le pot. Ce n’est pas la période de bouturage mais avec un peu de chance, une tige pourra peut-être s’enraciner. Pour l’instant je laisse le pot au sous-sol à la lumière, mais bientôt il ira sous châssis froid.

Vendredi 25

Le pied... un temps magnifique même si ce matin il y a eu une bonne petite gelée. Le jardin est en train de reprendre vie et se transforme de jour en jour. Il faut rester prudent mais, en plus des hellébores, les crocus, les perce-neige, les narcisses commencent à fleurir... et moi çà me donne envie de sortir de mon hibernation ! Il y a encore peu, je trouvais le jardin triste et sans intérêt (non, je n’étais pas en pleine dépression !) et maintenant çà revit...

Du coup, emporté par mes ardeurs jardinières, j’ai remis à neuf une plate-bande, taillé quelques clématites dont ’Romantika’ qui a, elle aussi, des poussées de sève...
A propos des clématites, elles sont en train de démarrer et il est temps de commencer à les tailler. Certaines ont déjà des pousses de 5 cm au moins. Il est évident que si en plus elles mesurent dans les 2 m, je ne vais pas les tailler trop sévèrement. Par contre, après la floraison de juin, elles vont être taillées très très court (peut-être même à 50 cm) pour leur redonner de la vigueur.

Je termine l’après-midi (à 17 h 45... sont-ce mes sens abusés ou bien les jours rallongent-ils sérieusement ?), en broyant quelques tailles et surtout les chaumes de grandes graminées (Miscanthus) - voir photos 20 et 21 janvier 2007 -. Ce broyat va bientôt servir de paillis dans les plates-bandes, mais en attendant je le stocke sur le tas de compost le plus mûr.

Samedi 26

Nouvelles gelées. J’avais protégé par un voile d’hiver des plantes en potées assez sensibles au gel, et ce soir je refais de même...

Il y a du William Shakespeare en moi ce soir... Non, non, je n’ai pas disjoncté. Je n’ai pas de séquelles alarmantes après quelques heures de jardinage en ce bel après-midi ensoleillé. J’ai tout simplement une écharde dans le doigt : c’est un bout d’épine du rosier ’William Shakespeare’. Et dire que dans un mois, au moment de la taille des rosiers, je vais encore avoir mes petites "mimines" toutes griffées, ensanglantées et pleines d’échardes. C’est même surtout à çà qu’on reconnaît que je viens de tailler les rosiers ! Désolé, mais je ne sais pas jardiner avec des gants... il me faut du contact ! (et avec les rosiers je n’en manque pas)

Encore un peu de nettoyage... j’aime çà ! Actuellement le but est de rendre le jardin propre avant que tout se mette à pousser, et en particulier les mauvaises herbes. On fait une énorme bêtise en délaissant le jardin en février - mars (sauf dans les régions où le climat ne permet pas de jardiner en ce moment). Si le jardin n’est pas "nickel" en mars, les mauvaises herbes l’envahissent et c’est fichu. C’est la course, donc la corvée, pour rattraper le retard.

Fin du broyage des grandes graminées. Paillage de la plate-bande de graminées refaite en début de mois.

Dimanche 27

Encore un petit bout remis en état. Il y a quelques jours j’avais sorti de terre des touffes de Sternbergia lutea. J’en ai donné une bonne partie. Il restait une touffe. Je replante une partie des bulbes en plusieurs touffes de 5 bulbes. Car il faut savoir que le Sternbergia, ici en tout cas, se multiplie de façon spectaculaire. Je n’ai pas tout planté... il va falloir que je donne le reste !

Je jardine toutefois avec modération car en fin de journée, à certains endroits la terre n’est pas tout à fait dégelée. Inutile de dire que je travaille dans les endroits les moins sensibles au gel. Inutile de le dire... mais je le dis tout de même !

Lundi 28

Les gelées, c’est terminé... temps gris et humide.

Nettoyage d’une autre plate-bande. Dès que je me trouve près d’une clématite - facile, il y en a partout, et les étiquettes en ardoise m’aident à les repérer - je la taille. Cette année, je ne sais pas ce que j’ai, mais elles sont taillées moins sévèrement. Je suis mou du sécateur !

La glycine en arbre est bien exposée au vent d’Ouest, d’où son petit air penché qui lui donne un aspect original. Mais l’an dernier, lors d’une tempête il a fallu la tuteurer en catastrophe. Pas question de la voir déracinée, ce serait beaucoup moins sympathique ! J’ai acheté 3 gros tuteurs en châtaignier : je les prépare en les lasurant et en recouvrant de goudron les 50 cm du bas.

Deux choses sont à faire assez vite : tondre la pelouse (plutôt pour l’égaliser... aspect esthétique) et nettoyer le potager qui fait un peu négligé.

Mardi 29

Un peu de nettoyage mais surtout transplantation de 4 hellébores (dont 2 en fleurs) plantées il y a 2 ans. Elles étaient mal placées car cachées par des Stipa arundinacea. Elles vont rejoindre d’autres hellébores pour compléter un massif en bordure de pelouse sous une arche. Je vous entends d’ici pousser des grands cris d’horreur "transplanter des hellébores en fleurs ? Il est fou ! n’importe quoi !" Et bien non, les hellébores se transplantent très bien, même en pleine floraison. Il suffit de prendre la motte, ce qui est facile car les racines sont bien compactes et ne descendent pas en profondeur.

Mercredi 30

J’attaque le potager qui a besoin de nettoyage. Pas de bêchage, je me contente d’enlever les mauvaises herbes et je mulche beaucoup. Il faut tout de même savoir que le potager est réduit à 2 plates-bandes à cultiver. Pour le reste : fraisiers, framboisiers, myrtillier, plantes condimentaires, rhubarbe... et le carré de buis ! Il faut dire que le bilan de 2007 a été tout particulièrement encourageant à persévérer côté potager : aucune tomate, 3 radis (creux...).... mais quelques salades et des petits oignons verts tout de même !
Et en ce moment, il y a un petit carré de mâche ! mais oui ! Je ne sais pas ce qu’il va donner, si on en mangera, mais en tout cas il est bien joli !!!

Sigismond (l’épouvantail) en est tout émerveillé... depuis le temps qu’il n’a pas vu un légume !

1ère tonte de la pelouse. En fait, c’est plutôt une égalisation mais çà change tout... En 2007 j’ai tondu 23 fois. J’ai horreur de tondre la pelouse mais plus on tond souvent et plus la pelouse est belle... alors.

Jeudi 31

Pluie et vent... Besoin d’un dessin ?

RETOUR en janvier 2007

Janvier 08

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic