Arrosoirs & sécateurs

Jardins de la retraite et de la Paix à Quimper (29)

Vendredi 16 juin 2017

Le jardin de la retraite

Le nom du jardin vient de la congrégation « les dames de la Retraite » dites « filles du Sacré Cœur de Jésus » tournée, outre l’organisation des retraites, vers l’éducation des filles.
La maison de Quimper ayant été confisquée en 1790, la communauté s’installa à Quimperlé en 1808 puis se réinstalle à Quimper en 1847 (place La Tour d’Auvergne). Dans les bâtiments en contre bas du jardin, en 1911, un séminaire occupe les lieux, suivi par les Dames de la Retraite qui y installent un établissement d’enseignement.
A sa fermeture en 1977, la ville de Quimper rachètent les bâtiments et les terrains. Les bâtiments sont alors affectés aux services municipaux et à une maison de retraite. Le jardin est ouvert au public en 1979 sous le nom de Jardin de la Retraite tandis qu’à l’extérieur les douves sont recreusées, le rempart et la tour Névet mis en valeur (1981)

JPEG - 25.5 ko
Entrée du jardin


"Le jardin de la Retraite était en partie un cimetière. Le sol est très calcaire à cause du maërl que l’on y a mis des années durant dans les allées. Les plantes traditionnelles des terrains acides de Bretagne n’auraient pas pu y pousser, il fallait des plantes subtropicales, dont les palmiers" nous explique Jean Hubert Gilson, directeur du service des espaces verts de la ville.
Dans les années 80, il y avait un espace vert et une roseraie. Mais le jardin va être peu à peu transformé. Les rosiers sont remplacés par des palmiers et des plantes subtropicales. Ici, la température moyenne annuelle est de 12,6°C et les températures les plus basses sont de - 7°C.
C’est un lieu fermé situé au pied des remparts de l’ancienne ville fortifiée. Il est composé d’une suite de petits jardins communiquant entre eux par des marches ou des portes. On y trouve des bananiers, des palmiers et de nombreux arbustes (Melaleuca, Olearia...) d’origines diverses (Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Chine etc).


JPEG - 25.2 ko
Une autre partie du jardin



Mais l’arbre le plus étonnant est un marronnier de 150 ans.

Le jardin de la Paix

Dès que l’on entre dans ce nouveau jardin attenant au jardin de la retraite, on change d’univers. Nous sommes dans un jardin méditerranéen dont la superficie est de 900 m².

C’est en 2013 que les travaux et les plantations sont achevés et qu’il est ouvert au public. Lors de l’inauguration, Bernard Poignant, alors maire de Quimper, déclarait "il a un style très ’Jérusalem’ et symbolise la paix". Il ajoutait : « La paix, un objectif dont l’humanité a toujours besoin ». Il la symbolise notamment par la plantation de pin d’Alep (Pinus halepensis) ou d’olivier (Olea europeana). La végétation plantée est essentiellement méditerranéenne  : myrte (symbole de l’amour et de la fidélité mais c’est aussi une plante funéraire ; en rêver est de mauvais augure) ou le Cyprès (symbole de la mort, de l’espoir et de la résurrection), Cistes, lavandes, romarins...




Ce jardin a pour vocation d’être un espace vert commémoratif et symbolique de la paix. On trouve d’ailleurs dans le jardin une plaque avec la citation d’Albert Camus (08 août 1945) : « la paix est le seul combat qui vaille d’être mené ». On ferait bien de s’en souvenir !!!

Jardin de la retraite
35 Rue Élie Freron, 29000 Quimper
Jardin de la Paix
4 Rue des Douves, 29000 Quimper

Jardins de la retraite et de la Paix à Quimper (29)

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic