Arrosoirs & sécateurs

Juillet 07

Dimanche 1er

Juillet... la chaleur (mais pas trop)... les chaises longues (de temps en temps)... le soleil... la plage (pour ceux qui aiment)...

Eh bien NON... Juin s’est terminé comme il avait commencé : de la pluie et encore de la pluie. Et aujourd’hui on a le droit à du vent !

Hé, là-haut ! On a perdu le calendrier ? On est en juillet, alors si vous pouviez nous envoyer un peu plus de soleil et un peu moins de flotte ce serait sympa. Juillet en avril et avril en juillet... çà va pas bien, on a pété les plombs ? Va falloir se ressaisir.

Parce que le marssonina, y’en a marre... le mildiou, y’en a marre... les verveines bonariensis couchées par le vent, y’en a marre... les roses qui pourrissent, y’en a marre... Je continue ?

Faudra-t-il en arriver à une bonne petite manif de jardiniers en colère et de touristes déprimés pour remettre un peu d’ordre ?

Moi, j’suis pas difficile : un petit 23 - 24° çà me convient. Pas plus, sinon je suis un peu ramollo. Vous n’avez pas çà en magasin ?

J’arrive toutefois sous le crachin et dans le vent à

- semer du persil : le semis de février avait pris un bon départ mais brusquement il a jauni. Certainement la septoriose (ce n’est pas la 1ère fois). Avant de semer, j’arrose le sol avec un fongicide (je n’ai plus de manèbe, je mets du benlate : ce produit n’est plus en vente mais il me reste une boîte... autant s’en servir).

- nettoyer des plates-bandes : il va falloir être plus présent au jardin, car çà pousse et j’aime bien avoir la maîtrise du jardin. Or, en ce moment il y a des endroits qui ont besoin d’un bon nettoyage. Et je ne parle pas des plantes qui demandent à être tuteurées discrètement à cause du vent (notamment les verveines bonariensis, les Veronicastrum...)

Lundi 2

Nettoyage d’un bout de plate-bande (pour changer un peu !)

Mais surtout : taille d’un rosier grimpant non remontant ’La Fraîcheur’. C’est un rosier qui grimpe dans un Prunus padus ’Colorata’. La floraison rose des petites fleurs en grappes dans le feuillage pourpre de prunus est plutôt bien réussie (voila que je me lance des fleurs !!!). Seul petit problème : la taille. J’ai passé 2 heures pour tout enlever - je l’ai réduit à 1 m alors qu’il arrivait en haut de l’arbre -

Et qu’ai-je découvert dans le prunus ? la 109ème clématite : Vyvyan Pennell (une double mauve).

Mardi 3

Nettoyage de plate-bande (j’ai bien avancé aujourd’hui). Quand je dis nettoyage cela veut évidemment dire désherbage, taille des fleurs fanées, taille des rosiers remontants et non-remontants. Parmi les non-remontants sont taillés aujourd’hui ’Mme Hardy’ et ’Konigin von Denmark’.

La descente du sous-sol est engazonnée avec 2 chemins pour les roues faits de pierres du jardin. Le bas est un dallage avec ces mêmes pierres mais là, le gazon n’a pas tenu.

Je récupère de l’helxine dans un endroit où elle est un peu envahissante pour la mettre entre les pierres. Toujours cette recherche de verdure... le vert reste pour moi la couleur essentielle du jardin.

Zut, je n’ai pas de photos à mettre...

Mercredi 4

Je me suis pris la tête toute la journée avec le logiciel Front-Page qui me permet d’écrire les pages du site. Il ne fonctionne plus ! Au moment où j’écris, le problème n’est pas résolu mais je peux tout de même continuer grâce à un tour de passe-passe provisoire. Bref...

J’ai donc moins jardiné que prévu, mais pour éviter de péter les plombs, je vais faire un tour au jardin.

Broyage de tailles.

Taille du 2ème rosier ’La Fraîcheur’ qui, lui, pousse dans un lilas.

La clématite viticella purpurea plena ’Elegans’ est en fleurs. Des petits pompons vieux rose de 4 cm de diamètre. Parmi les préférées. C’est une merveille. Elle court sur une bruyère d’hiver en bordure de plate-bande et une branche grimpe dans le rosier ’Sénégal’.

3ème traitement des rosiers : je profite d’une journée ensoleillée (en ce moment il faut bien viser !)

Jeudi 5

De la flotte presque toute la journée... autant dire que je ne suis pas mécontent d’avoir traité les rosiers hier. A ce propos, c’est l’occasion de préciser qu’il faut compter 8 à 12 heures sans pluie pour considérer qu’un traitement est efficace.

Vendredi 6

Ouf, le rosier liane ’Toby Tristam’ a enfin fini de fleurir ! Si j’étais pressé de voir la fin de sa floraison, c’est qu’il grimpe sur une colonne métallique coincée entre un Cotinus ’Grace’, un cornus et des Olearia virgata. Or, le 14 février, j’ai taillé très très court les Olearia et j’ai découvert que la colonne était couchée (le vent n’est pas violent en Bretagne !!!). De plus, il n’a pas été taillé depuis plusieurs années. Il a donc fait du vieux bois. Bref, c’est une horreur, même si sa floraison côté intérieur du jardin a été superbe. Mais vu de la rue !!! Une bonne partie de la journée a été consacrée à le tailler et à redresser la colonne tenue au mur de clôture par des câbles.. C’était également l’occasion de remettre en état le Cornus et le Cotinus. C’est la clématite viticelle ’Kermesina’ qui est contente ! Elle voit enfin le jour, car elle était écrasée par le rosier. Je ne suis pas mécontent du résultat.

Avant : à gauche le Cornus, à droite le Cotinus et au milieu ’Toby Tristam en fin de floraison. C’est une vue de l’intérieur. Mais de la rue c’est la désolation.

Après : vue de la rue.
Devant : ’Pierre de Ronsard’ couché sur le mur. Derrière les Olearia taillés en février (ils repoussent et sont superbes). On aperçoit la colonne avec ’Toby Tristam’ enroulé dessus.

Au moment où j’écris ces lignes, il est impossible de les mettre en ligne...

Samedi 7

Ouf, les problèmes informatiques sont réglés... A quand les prochains ?

Une nouvelle pensionnaire près des bassins, elle rejoint ses 4 copines.
Entre celles qui papotent et celle qui roupille... si je compte sur elles pour me donner un coup de main au jardin, c’est raté !

Une petite pub au passage (la 2ème) :

Armelle Musnier - Sculpture
L’Artmateur
17, rue Mathurin Roger
22490 Plouer sur Rance
02 96 86 87 17

Nettoyage d’un coin de plate-bande. Notamment je rase des pieds de Geranium pratense ’Kendall Clarke’. Un géranium que j’aime beaucoup pour sa floraison abondante, sa fleur d’un coloris superbe (pour moi c’est la plus belle fleur de géranium vivace). Et il se ressème abondamment. MAIS... car il y a toujours un mais... il ne supporte pas la pluie et comme ici il pousse tout en hauteur (terre trop riche ?), il s’écroule. Je suis obligé de le tuteurer.

Dimanche 8

Suite du nettoyage des plates-bandes : en particulier je mets au compost des plants de Montia sibirica encore en fleurs (je ne dirai pas la quantité car je risque de faire hurler... et je n’ai pas fini !). Je les enlève tous pour donner de l’air aux autres plantes. Et puis j’en ai marre : ils sont en fleurs depuis 3 mois. Aucune crainte : il y en aura encore 100 fois trop l’an prochain !

Je redresse les plants de Verbena bonariensis couchés par le vent, avec des tuteurs faits maison (du fer rond de diamètre 5 mm et un petit étau et le tour est joué... à pas cher)

Le tas de compost déborde. C’est le moment de commencer à le vider (je vide le trou N° 2. Revoir les explications du 25 février). Je le répands sur la terre là où je viens de nettoyer. J’ai déjà dû mettre 5 ou 6 brouettes. C’est du compost commencé en février - mars. Cà m’a toujours fait sourire d’entendre des jardiniers dire qu’il leur faut deux ans pour utiliser leur compost.

Le Physocarpus ’Dart’s Gold’ avec son feuillage jaune est superbe à mi-ombre. L’ennui est que depuis l’an dernier il dépérit à vue d’oeil sans raison.

Je fais des boutures... au cas où ! Notez que le conteneur est plus profond que large (c’est un pot à clématite) et que j’y mets 5 ou 6 boutures. Il est placé à l’ombre d’un arbre (le laurier-sauce du voisin !) dans un coin du potager.

Lundi 9

15ème tonte du gazon. Depuis que je jardine, je n’avais jamais autant tondu la pelouse. En juillet, la fréquence de tonte est de 10 jours environ. Jamais vu çà. Il faut dire qu’en ce moment c’est une alternance d’averses et de soleil... Alors forcément ! Par contre le vent c’est constamment...

Broyage de tailles. Résultat : une bonne brouette de broyat que je répands au pied des groseilliers.

Nettoyage de la même plate-bande qu’hier (suite et ce n’est pas fini). Les Montia sibirica remplissent le compost !

Il restait une lessiveuse en zinc non occupée. Maintenant c’est fait ! Elle est placée sur le trottoir devant le rosier ’Albertine’ près du portail d’entrée. Pour rester dans les tons de gris ou bleu (plus loin, près du portillon, il y a aussi sur le trottoir une série de potées dans des récipients en zinc avec des plantes à feuillage gris ou bleu), plantation d’une graminée bleue (j’hésite sur son nom : Helictrochitron sempervirens ou Agropyron magellanicum ? Je les confonds toujours). Au pied : du Sedum fosterianum ‘Antique Grill’ pour recouvrir la terre.

Attention, la graminée n’a pas du tout un port retombant. C’est l’effet de la transplantation qui la rend "flagada". Elle aura meilleure allure dans quelques jours.

Mardi 10

Je rentre la potée faite hier au frais car le soleil chauffe l’après-midi. C’est préférable pour que la reprise se fasse dans de bonnes conditions.

Cà y est, le nettoyage de la plate-bande est terminé. Elle est traversée par une allée pavée car elle mesure environ 7 m sur 8 m. Fini la forêt vierge, j’ai repris le dessus ! Certains se plaignent que çà ne pousse pas, moi ce serait plutôt le contraire.

Dans cette plate-bande il y a un bambou qui est une merveille (feuillage jaune, hauteur 1 m). C’est de loin mon bambou préféré : Pleioblastus auricoma. Mais il est beaucoup plus traçant que prévu. Il est en train de coloniser la plate-bande. Je récupère des rejets (ils sont les pieds dans un seau d’eau mais je vais certainement, demain, les planter en attente dans un pot). De toute façon, l’hiver prochain il va falloir lui mettre une "barrière".

Pour en savoir plus sur ce bambou...

Mercredi 11

Nettoyage d’une nouvelle plate-bande : taille des branches les plus basses du magnolia pour donner de la lumière aux rosiers et aux vivaces qui poussent au pied.

Plantation dans un vieux pot des plants du Pleioblastus. Pour en faire quoi ? On verra à l’automne.

Découverte d’une autre clématite. Et de surcroît, en fleurs ! C’est ’Blue Boy’, un hybride de viticella, ce qui explique ses nombreuses petites fleurs en clochettes. Elle part à l’assaut du Viburnum plicatum ’Shasta’

Jeudi 12

Toujours et encore du nettoyage dans un coin de plate-bande ou s’est installé un certain fouillis (çà pousse !). Le tas de compost se remplit ! Le Viburnum sargentii ’Onondaga’, devenu très volumineux (environ 4 m), fait trop d’ombre à certaines plantes qui manquent de lumière. Il prend une "claque". Il est taillé de moitié.

Samedi 14

Nettoyage des boutures (enlèvement de la mousse des mauvaises herbes des pots - élimination des boutures ratées)

Un bambou (x Hibanobambousa ’Tranquillans ’) qui mesure 3 m et qui dissimule l’enclos du poulailler, a des petites tiges qui retombent sur l’allée. Elles sont coupées pour dégager le passage.

Une clématite nouvelle fleurit pour la 1ère fois. J’ai oublié de la répertorier au moment de la plantation. C’est malin car je ne vois pas quel peut être son nom. Je ne désespère pas de trouver.

Dimanche 15

La clématite d’hier, c’est ’Inspiration’. C’est bien la peine que je mette des étiquettes si je ne sais pas les lire !

Une autre fleurit pour la 1ère fois aujourd’hui, c’est ’Mme Baron-Veillard’. Photo... et direction arrosoirs-secateurs.com (j’ai ajouté 15 nouveaux descriptifs avec photos sur le site).

Y’a des jours où je déteste les rosiers : quand il faut les tailler !... Et aujourd’hui c’était le tour de ’Palissade rose’ un grimpant qui recouvre une arche (3 m de haut sur 4 à 5 de large). Sa floraison est terminée pour cette année, car il est non-remontant. Floraison spectaculaire (il est sur le site) mais il faut le dompter l’animal !

Y’a des jours où je déteste le purin d’ortie... quand il faut faire des allers et retours pour verser les arrosoirs en évitant de s’asperger le bas du pantalon (il m’est même arrivé une fois de m’asperger complètement !). Je mets une vingtaine d’arrosoirs en particulier sur les clématites et les rosiers un peu poussifs.

Nettoyage d’une bordure d’allée : certains arbustes se croient tout permis !

Et pendant ce temps-là, un pigeon-ramier couve depuis plus 15 jours dans un nid installé confortablement dans un Hydrangea petiolaris palissé au dessus de la porte du garage. Nullement dérangé par les va et vient...

Lundi 16

Y’a des jours où je hais le broyeur... comme aujourd’hui. Mais quand j’obtiens 3 grosses brouettes de végétaux broyés (bambou, magnolia, viburnum, etc.) pour recouvrir les plates-bandes du potager, j’ me dis que c’est vraiment super.

Mais y’a aussi des jours où je hais la tondeuse mais la pelouse bien tondue "çà a d’ la gueule" tout de même. 16ème tonte du gazon.

Bref, le jardinage, y’a des moments...

Plantation de 24 batavias (les romaines - un régal - sont terminées). Elles devraient être bonnes à déguster au retour de vacances fin août.

Mardi 17

Purin d’ortie : ouf... bidon vide. M’en suis même pas renversé sur moi...

Dans le champ d’à côté, juste derrière la clôture, il y a mon tas de branchages et coupes de rosiers prêts à être brûlés (pas avant septembre maintenant). Mais il y a aussi une invasion de grandes fougères. J’en coupe une partie (ridicule vue la quantité) et j’en fais un bon tas que je laisse sécher : dans quelques jours elles seront sèches, je vais les broyer pour en faire un excellent paillis.

Samedi 21

3 jours d’absence... qui a parlé de vacances ? Il faut s’y remettre.

Nettoyage du trottoir (il va falloir que je me renseigne sur les désherbeurs thermiques mais je crains que ce ne soit un peu cher et en priorité, c’est d’un broyeur puissant dont j’ai besoin). J’en profite pour tailler les arbustes en limite du trottoir et qui débordent (eleagnus, cotoneaster, choisya ternata, jasmin humile, prunus lusitanica...). Bilan : j’ai encore un tas impressionnant de tailles à broyer lundi !

Pendant ces 3 jours, passage par la pépinière Campanule à Coesmes près de Rennes (j’y étais déjà passé en juin - cette fois c’est pour récupérer un CD de photos de campanules pour illustrer la conférence d’octobre sur cette plante que j’aime beaucoup... et pour le site. Rendez-vous fin octobre). Serez-vous étonnés si je vous dis que nous avons craqué pour 3 nouvelles campanules (elles sont donc plantées aujourd’hui) et pour un Echinacea purpurea ’Green Envy’. La dominante de cette variété est le vert contrairement à ce que laisse penser la photo ci-contre. Mélangé à du jaune et du rose, c’est vraiment original.

Dimanche 22

Aujourd’hui, j’ai jardiné dans à peine plus de 10 m²... Nettoyage d’une plate-bande mais surtout remise en forme d’une Ceanothe griseum.

Le jardin est à moins de 2 km de la mer et cette Ceanothe est plantée plein vent. Il y a 2 ou 3 ans je voulais l’enlever car la moitié de son feuillage était grillé par le vent. Par manque de temps ou par fainéantise cela n’a pas été fait et puis un jour je me suis décidé à la nettoyer. Elle a maintenant une forme bizarre : on dirait un bonsaï... géant ! Bref, je la garde mais une partie de l’après-midi a été consacrée à enlever minutieusement son bois sec. J’ai même noté qu’elle avait refait des pousses depuis que je l’entretiens.

Lundi 23

Je pensais tondre la pelouse... pas le temps.

Je voulais broyer les fougères... pas le temps.

Je me suis contenté de broyer les tailles de ces derniers jours (3 heures tout de même pour obtenir 4 grosses brouettes pleines à ras bord).

Mardi 24

17ème tonte du gazon (je n’ai jamais tondu la pelouse aussi souvent (faut dire aussi que pluie, soleil, pluie... çà aide.)

Broyage des fougères coupées la semaine dernière dans le champ d’à côté. 3 brouettes après 2 petites heures (la fougère çà bourre sans arrêt !). 3 h à broyer hier, 2 aujourd’hui... manquerait plus que je broie du noir maintenant ! je mets le broyat comme paillis dans le potager et notamment entre les salades plantées il y a quelques jours... enfin ce qu’il en reste car les escargots ont aimé ! Il en reste quand même une sur deux. Mais si ! A propos de potager, faut que je vous dise que cette année encore, pour les tomates c’est raté. L’an dernier on avait dû se partager 2 tomates cerises. Je ne suis pas sûr d’avoir atteint ce record de récolte cette année. Question potager, je suis maudit ! les semis de radis sont chahutés par la poule, le persil disparaît, les tomates attrapent le mildiou et les salades font le régal des escargots... triste bilan !

A partir de maintenant il faut préparer le départ (un peu de vacances fera du bien... peut-être bien que je vais partir avec des bouquins branchés potager !). Je commence donc à re-nettoyer le jardin (ce n’est pas une blague !) mais cette fois, je vais petit à petit couper les fleurs et rabattre les plantes pour permettre une nouvelle floraison de fin d’été. Il me reste un peu plus d’une semaine. Hardi petit !

Mercredi 25

Je n’ai absolument pas fait ce que j’avais prévu ! Au lieu de nettoyer des plates-bandes, j’ai continué à passer du vernis anti-rouille sur 2 salons de jardin et un objet décoratif (j’avais commencé le 9 mai , mais j’étais tombé en panne de produit... et pour s’y remettre... Seulement des chaises rouillent dangereusement pendant ce temps-là.

Bien sûr il y a le plastique, çà demande moins d’entretien... mais je hais le plastique !

Jeudi 26

Vernis anti-rouille (fin).

Dans 8 jours, le jardin sera livré à lui-même pour environ 3 semaines. Il s’agit de le préparer à cette absence : nettoyage de la partie sud à l’avant de la maison (désherbage, taille des rosiers et des fleurs fanées ou qui sont en fin de floraison). Dans une semaine, le jardin doit être le moins fleuri possible pour pouvoir refleurir fin août.

Vendredi 27


Plantation de batavias pour remplacer celles qui n’ont pas résisté à la voracité des limaces. Cette photo est prise alors que la plate-bande est encore présentable : au sol de la fougère broyée qui, théoriquement est efficace contre les escargots. Ce qui ne m’empêche pas de mettre du ferramol, ce que je n’avais pas fait la 1ère fois... on voit ce que çà a donné comme résultat. (L’épouvantail surveille la plate-bande ! je comptais sur lui pour m’avertir de l’arrivée des gastéropodes. C’est raté !)

Lasure incolore sur la porte bleue (hier j’avais passé du vernis anti-rouille sur les parties en fer). Pas question de laisser cette porte se dégrader.

Nettoyage de plates-bandes (suite)

... et ce soir, il pleut...

Samedi 28

Le compost est entièrement vidé (10 bonnes brouettes répandues sur la terre). Il y avait intérêt à le faire pour 2 raisons : la 1ère, c’est que je ne pouvais plus stocker les déchets et autres mauvaises herbes. La 2ème, c’est qu’au retour de vacances, il me faudra bien avoir de la place.

_

Dans le compost, j’ai trouvé - cela arrive parfois - de bons gros vers bien dodus : Rosalie (ma poule) a adoré !

Monsieur et Madame "pigeon-ramier" sont heureux de vous annoncer la naissance de leurs 2 jumeaux (ou jumelles) dans l’hydrangea petiolaris au-dessus de la porte de garage. Ce qui permet au jardinier des lieux en montant sur son escabeau bancal, au péril de sa vie, de les photographier. Après les petits des mésanges... décidément, il s’en passe des choses dans le jardin !!!

Dimanche 29

Nettoyage (pour varier les plaisirs !)
Taille des glycines. L’une court le long de la façade Est, elle fleurit bleu. L’autre est montée en arbre et fleurit blanc.
Sans doute est-ce l’occasion de revenir sur la taille des glycines.

- En début d’été puis en fin d’été en rabattant systématiquement les longues pousses de l’année à 30 ou 40 cm.

- En fin d’hiver, tailler à 3 yeux les rameaux coupés durant l’été.
Curieux tout de même : je viens d’écrire et mettre en ligne sur le site une page qui explique comment monter une glycine en arbre. C’est ma journée glycine !

- Pour la glycine en arbre il faut systématiquement couper au ras du tronc, toutes les tiges qui en partent (voir photo).

Et ce soir, il bruine !

Lundi 30

Juste eu le temps de broyer les tailles de glycine (super, les tiges fines qui font parfois 2 m de long - et plus - s’enroulent autour des lames et bloquent le broyeur !!!).

Il me restait 2 sacs de Fibralgo (un paillage fertilisant). J’en répands le contenu au pied de rosiers et de clématites.
J’en reviens aux clématites... Hier soir en faisant du rangement j’ai retrouvé un bout de papier où il était écrit les noms de 2 clématites... 2 noms que je cherchais car elles n’ont pas fleuri et je ne les avais pas répertoriées. Ouf, ce sont 2 macropetala donc 2 clématites de printemps.

Juillet 07

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic