Arrosoirs & sécateurs

Juin 08

Dimanche 1er

Heureux les jardiniers dont les plantes poussent modérément ! Ici çà pousse tellement que j’en suis à me demander si avec l’âge je ne rapetisse pas ! Et je ne parle pas que des mauvaises herbes. Les vivaces se chevauchent (pousse-toi d’ là que j’ m’y mette...), les arbustes s’entremêlent, la pelouse réclame la tondeuse tous les 3 - 4 jours... J’ai du mal à suivre ! Une bonne averse succède à un beau soleil radieux.

J’ai encore enlevé l’équivalent de plusieurs brouettes de mauvaises herbes qui alimentent le compost qui se remplit dangereusement. C’est une conspiration ?

Plantation d’un petit géranium vivace : G. cinereum ’Ballerina’ (un géranium de rocaille que j’aime beaucoup).

Lundi 2

Plantation d’une Oenothère caespitosa. Je cherchais une O. speciosa ’Alba’ mais j’ai trouvé la caespitosa qui doit lui ressembler.

Plantation dans un nouveau pot bleu émaillé d’une graminée au _ feuillage jaune que j’aime bien. Elle était dans un vieux pot éclaté par le gel et mise en réserve dans le coin pépinière. En fait elle est belle et je l’ai donc récupérée.

Nettoyage mais aussi je supprime des branches au Parrotia persica. Il est superbe mais prend trop de largeur et recouvre trop de plantes qui manquent d’air et de lumière. Les branches, bien sûr passent au broyeur, les plus grosses passeront cet hiver dans la cheminée.

Mardi 3

12ème tonte du gazon... trop d’occupations pour en faire plus aujourd’hui !

Mercredi 4

Même remarque qu’hier donc je ne peux pas jardiner plus d’une heure.

Un peu de nettoyage mais surtout rempotage d’une Salvia discolor qui m’a été donnée samedi dans un pot plus grand. C’est une superbe sauge à fleur noire (ma sauge préférée) mais comme toutes "les belles", elle joue sa star capricieuse. Elle est gélive et demande à être rentrée en serre l’hiver. Cà tombe bien, l’hiver prochain, il est prévu d’ajouter une serre dans le jardin.

(la photo a été prise dans un des jardins que nous avons visités)

Jeudi 5

Du nettoyage et notamment le coin graminées. C’est un bout de plate-bande au centre du jardin où je ne veux aucune fleur ou le moins possible : un Tilia henryiana (tilleul de Henry) au milieu de graminées. J’ai pratiquement enlevé tout ce qui fleurissait (rosier, vivaces...). On y trouve deux Stipa gigantea, des Nassela etc.

Un autre coin sans fleurs mais cette fois-ci avec des feuillages verts : le coin des bassins.
Dernier bricolage des bassins. C’est terminé. J’en profite pour changer 1/3 de l’eau. Il s’était reformé un peu d’algues vertes mais sur les parois en résine elles sont faciles à enlever avec une brosse à vaisselle.

Vendredi 6

Il ne faisait pas bon être un Choisya ternata aujourd’hui ! J’avais commencé le mois dernier à en tailler un, je termine. Et dans la foulée, un deuxième subit le même régime. En fait, de plus de 2 m ils passent à moins de 1 m. Dans l’immédiat, ils n’ont pas fière allure mais ils vont se refaire une beauté car ils seront plus denses. Ils commençaient à partir dans tous les sens. C’est aussi le cas de plusieurs arbustes. Alors il ne faut pas hésiter à rajeunir en taillant très court ceux qui repartent bien et c’est le cas du Choisya. C’est un peu normal car la partie la plus jeune du jardin a tout de même près de 15 ans. Mais oui, ma brave dame, çà ne nous rajeunit pas ! et pour nous, couper de moitié ne nous redonne pas une nouvelle jeunesse. Bien triste tout çà !

13ème tonte du gazon.

Nettoyage... çà continue, encore et encore, mais cela a bien avancé aujourd’hui.

Je suis malheureusement obligé de faire une pause dans le nettoyage car je commence à vider le 2ème trou du compost. Il n’y a plus de place pour entreposer les mauvaises herbes...

Dimanche 8

Il y a un an, j’avais découvert dans un jardin le rosier ’Burgundy Ice’ qui est une mutation pourpre de ’Iceberg’. J’avais "flashé". Je l’ai acheté après la conférence de ce matin sur les rosiers. Il est donc planté... on trouve toujours et encore de la place dans ces cas-là !

Taille d’un des Choisya de la haie qui prenait plus de 3 m de largeur, le sol se trouve donc mis à jour. J’en profite pour nettoyer et commencer à répandre d’une bonne couche de compost.

Dans le coin se trouve un Morus kagayamae qui recouvre un coin de la haie. Ses branches sont trop longues. Il est donc élagué.

J’ai un tas de végétaux à broyer...

Lundi 9


Il fait chaud... on se croirait au mois de juin (je dis çà parce qu’en mai on se serait cru souvent en avril).

Le compost est complètement vidé : une dizaine de brouettes au pied et autour d’un Choisya.
En le rabattant, un Phillyrea angustifolia voit enfin le jour ! En fait il est assez beau mais il pousse à l’horizontale pour se répandre par dessus le mur au dessus du trottoir. Je le palisse sur le mur en l’attachant à un fil métallique. C’est un arbuste solide car il avait toutes les bonnes raisons de crever ces dernières années.

JPEG - 34.7 ko
à gauche le Phillyrea
et à droite un bout de Choisya.

Et toujours du nettoyage ! Ce qui me console, c’est que je suis pas le seul à avoir été débordé en mai.

Mardi 10

Peu de temps à consacrer au jardinage : je me contente de désherber un peu.

Mercredi 11

Quelle chaleur ! Donc pas question de jardiner dans l’après-midi...

Le matin et en fin d’après-midi (à l’ombre) : broyage des tailles de ces jours-ci. Le tas commençait à devenir volumineux si bien que j’y passe plus de 2 heures. Mais j’obtiens 4 belles brouettes de broyat répandu sur le compost mis lundi autour du Choisya. Une couche de compost + une couche de broyat. Qui prétendra que les plantes ici ne sont pas bichonnées. Et dire que certains préfèrent mettre de l’engrais ! Bref, chacun fait ce qu’il veut...

Je continue à désherber assez tard à la fraîche. Pas désagréable du tout. A cette époque jardiner tôt le matin et tard le soir est bien agréable. Mais moi travailler tôt le matin... connais pas. Ch’uis pas du matin ! Et le réveil est un engin de torture que je ne veux plus connaître.

Jeudi 12

14ème tonte du gazon

Je suis en train de désherber un coin envahi de Montia sibirica. Une peste ! mais j’aime bien car elle s’arrache facilement. Un peu çà va mais faut quand même pas exagérer. Ne criez pas mais j’en mets plein au compost ! Si çà vous intéresse, venez vous servir !!! Je vous en donnerai avec plaisir.

Plantation d’un oeillet jaune bordé d’un peu d’abricot et de rose. J’ai dû déjà vous le dire, je n’aime pas trop la fleur... mais l’odeur de l’oeillet !!!

Je récupère un plant de graminée jaune sur un très beau pied qui éclaire un coin à mi-ombre (je pense qu’il s’agit de Deschampsia flexuosa ’Tatra Gold’ - à vérifier car je n’en suis pas certain). Il est planté dans un pot... bleu.
_ Plantation de succulentes dans un autre pot bleu plus petit.

Il y avait des promos intéressantes sur les pots émaillés du bleu que l’on recherche !!!
Erreur... après vérification, ce n’est pas le Deschampsia (que l’on a par ailleurs) mais le Carex elata ’Aurea’.

Lundi 16

Après un week-end prolongé (dans la maçonnerie et pose de grillage et de brande) retour ici pour un peu de nettoyage, histoire de se remettre dans l’ambiance...

Je suis dégoûté, dépité, énervé (j’en passe et des meilleurs !) : les pucerons lanigères me narguent !!! JE HAIS LES PUCERONS LANIGERES ! Regardez la photo : une branche sur deux des pommiers en espalier en est recouverte (ce que l’on voit, ce sont les amas cotonneux qui recouvrent ces foutues bestioles qui peuvent affaiblir gravement les pommiers)... Je ne sais plus trop bien quoi faire. C’est l’invasion.

On adore la bourrache mais, petite question : pourquoi faut-il qu’elle se ressème dans des endroits impossibles comme les bordures d’allées pour empêcher de passer ou les bordures de pelouse pour empêcher de tondre ?

Dur, dur, la vie du jardinier...

Mardi 17

Les roses sont en pleine floraison mais il faut déjà couper les fanées, et ce n’est pas un mince travail ! Je ne supporte pas les rosiers avec les roses fanées ! Il ne faut pas se contenter de couper la rose mais tailler la tige plus ou moins pour redonner une forme harmonieuse au rosier. C’est aussi une bonne occasion pour se débarrasser en partie des branches malades et d’éventuels pucerons mais aussi redonner de la vigueur après une floraison forcément épuisante.

A propos de pucerons, j’en reviens aux lanigères de mes pommiers. Pour éviter de voir le triste spectacle de ces amas cotonneux, je les ai supprimés avec le jet d’eau (fin et puissant façon karcher). Les pucerons sont certainement toujours là mais au moins on ne voit plus rien. C’est ce que l’on appelle la politique de l’autruche ! Comme il n’y a pas de pommes, je pense que je vais en profiter pour traiter chimiquement. Je sais... mais ces arbres en espaliers (5 ou 6) forment une haie et ce serait bien embêtant si ces arbres venaient à crever.

Par ailleurs, un peu de nettoyage : notamment je rase les touffes défleuries du géranium ’Kendall Clarke’. Une merveille d’un bleu clair original mais qui ne fleurit qu’une fois en juin. Il se ressème un peu partout et devient un peu envahissant. Quant aux Montia sibirica... c’est l’invasion. A défaut de pouvoir en donner (venez en chercher !), le surplus va au compost.

Mercredi 18

Les derniers préparatifs pour le lancement du nouveau site me prennent beaucoup de temps si bien que je ne peux jardiner que quelques heures par ci par là. Mais, ouf, on tient le bon bout !

Nettoyage d’un bout de trottoir : ces fichues mauvaises herbes reviennent. Désolé, mais je mets du désherbant pour être tranquille un moment !

Après avoir nettoyé au jet les pommiers envahis de pucerons lanigères, je me décide à pulvériser un insecticide. Il n’y a pas de pommes, donc autant en profiter. Bref, c’est pas ma journée écolo !

Plantation dans un pot d’un beau pied de cosmos chocolat trouvé à pas cher dans une jardinerie. Il est bourré de boutons. J’adore cette plante... mais pas évidente à garder d’une année sur l’autre. J’ai un autre plant mais il n’a pas l’air de vouloir démarrer.

Et toujours les roses fanées à couper...

Jeudi 19

Et encore les roses fanées...
15ème tonte du gazon.

Plantation des 3 clématites achetées au printemps (elles souffrent dans leurs pots) : C. texensis ’Princesse Diana’ dans des feuillages gris, C. texensis ’Gravetye Beauty’ dans un petit Pittosporum et C. jackmanii ’Superba’ dans un rosier arbustif rose.

Si mon compte est bon, j’en suis à 125 !

Lundi 23


Depuis jeudi, pas une minute pour jardiner. Je trouve toutefois une petite heure aujourd’hui pour nettoyer un petit carré du potager pour y semer des giroflées ravenelle. C’est une plante bisannuelle à semer en mai-juin et qui fleurit en avril de l’année suivante. J’aime beaucoup cette plante car elle est superbe pour fleurir les vieux murs de pierres (comme les valérianes ou les érigérons karvinskianus). Et les murets ne manquent pas ici. Depuis plusieurs années j’oublie de les semer, et cette année il était temps de me réveiller !
Je mets des graines de persil à tremper dans l’eau. Celui de l’an dernier est en train de monter à graines.

Mardi 24

Un peu de nettoyage du potager et notamment j’enlève le persil qui monte à graines. Semis de persil.
En bout de ce petit carré se trouve un groseillier à maquereaux. J’adore ! et la semaine dernière je me régalais déjà en pensant à toutes ces groseilles que j’allais dévorer sans doute au calme sous "l’abri" en osier vivant. J’en bavais déjà... Et patatras : le nez dans le persil, un coup d’oeil sur le groseillier m’a fait comprendre l’étendue des dégâts. Plus une feuille... plus une groseille. A poil qu’il est. Merci les chenilles, oiseaux, escargots ou limaces. Vive la nature ! J’enrage car nom d’un chien je raffole de groseilles à maquereaux. C’est un crime ? Quand je vous dis que je suis maudit pour les légumes et les fruits !!!
Entre parenthèses, c’est le 3ème arbuste qui subit le même sort (cassissier et viburnum)

Mercredi 25

Des imprévus ne m’ont pas permis de jardiner autant qu’il aurait fallu.
Mais tout de même : nettoyage d’un coin de potager et taille des buis à la cisaille (ils se taillent en juin et septembre). Les boules n’ont pas toutes la même grosseur mais on y arrive. Quand je pense à l’allure qu’ils avaient quand on me les a donnés ! Beau travail Alain ! (Oh pardon ! et puis zut, je peux bien me complimenter parfois...)

JPEG - 47.7 ko
L’artiste travaille...

Semis de lin bleu dans la plate-bande réservée aux boutures dans un coin du potager. Le repiquage se fera à l’automne.
Nom d’un chien, il fait chaud depuis plusieurs jours et le jardin est en train de souffrir. Les hortensias ont les feuilles qui pendouillent (je les arrose copieusement). Mais des vivaces ont des feuillages tristes. Attention, il y a intérêt à être vigilant dans les jours à venir...

Jeudi 26

16ème tonte du gazon
Nettoyage de quelques rosiers arbustes
 : ’Bonica’ qui devient énorme, ’Sourire d’Orchidée’ (comment peut-on ne pas l’avoir dans son jardin ?), ’Reine des violettes’ (superbes fleurs mais rosier toujours malade et dégarni, en tout ici), ’Mousseline’ (rosier qui me déçoit)...
Nettoyage d’une Euphorbe ’Characias’. C’est simple : il suffit de couper au ras du sol les tiges défleuries. Il reste alors une touffe de superbe feuillage. Une plante incontournable et fabuleuse.

Lundi 30

Après un week-end de balades dans des jardins entre Alençon et Le Mans, retour à la dure réalité : il faut continuer à nettoyer pour garder le jardin en bon état. Il fait trop chaud dans l’après-midi (le jardin commence à avoir soif !), aussi est-il plus supportable de travailler en fin de matinée et fin d’après-midi. Et exceptionnellement aujourd’hui jusqu’à la tombée de la nuit, ce qui est très agréable.
Et à deux, c’est encore mieux !
C’est un peu toujours la même chose en ce moment : enlever les roses fanées et nettoyer les plates-bandes. Il faut raser les vivaces défleuries et faire un peu d’air dans les massifs. J’ai bien dû mettre une brouette de Montia sibirica défleuries au compost !

Retour en juin 2007

Juin 08

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic