Arrosoirs & sécateurs

L’entretien du sol

DESHERBER régulièrement les massifs et GRIFFER le sol

évite, bien souvent, la corvée du désherbage, car on détruit facilement les jeunes mauvaises herbes et, de surcroît, on empêche le sol de durcir en surface sous l’effet du soleil ou de la pluie, ce qui est très préjudiciable aux plantes.

IMPORTANT

La terre d’un massif ne doit jamais être piétinée. Si pour une raison quelconque (désherbage, taille…), vous devez pénétrer dans un massif, le sol doit être soigneusement griffé après votre passage.

En surface, la terre doit impérativement rester meuble et aérée.

MULCHER

C’est recouvrir la terre de matières organiques : compost “maison” au moins partiellement décomposé, fumier, tonte de gazon non traité et aéré à la fourche pour obtenir du foin, feuilles mortes, goémon, déchets broyés de taille de haies, cosses de sarrazin…

- pour fabriquer de l’humus (évite l’abus d’engrais),
- pour protéger les plantes de la sécheresse l’été et du gel l’hiver,
- pour éviter que la terre se tasse.

Dans tout jardin, il devrait y avoir une place pour la fabrication du compost

Il y recevra tout ce qui est organique, et plus particulièrement d’origine végétale : tontes de gazon non traité et en couches peu épaisses, déchets de cuisine, feuilles mortes, fumiers, paille, végétaux provenant du désherbage, goémon, déchets broyés de taille de haies, cendres de bois…

Quelques conseils pratiques

Bien mélanger les sources, à la fois cellulose et éléments azotés.
Le tas doit être aéré (pour éviter la pourriture) et humide (apport d’eau en été).
Apporter, éventuellement, un activateur de compost (sulfate d’ammoniaque).

Constituer deux cases :
Dès que la première est remplie entièrement, retourner les éléments dans la deuxième, et remplir à nouveau la première.
Pendant qu’une partie du compost mûrit, l’autre démarre.

Utilisation du compost  :
L’utiliser partiellement décomposé en surface entre les plants.
Autre avantage : il est alors utilisable au bout de trois mois en été et cinq à six mois en période froide.

Dans le même ordre d’idée, on pourra fabriquer du PURIN D’ORTIE pour :

- stimuler la croissance des plantes,
- renforcer les défenses face aux maladies et parasites,
- lutter contre la chlorose et les carences minérales.

“Recette”
- deux seaux d’ortie pour un tonneau de 100 litres d’eau,
- laisser fermenter de une semaine à un mois suivant la saison (la fermentation est terminée lorsque la remontée de petites bulles s’achève),
- utiliser en dilution à 5% en traitement foliaire, à 10 à 20% en engrais
Un traitement n’est efficace que si la plante ne souffre pas de sécheresse.

Alain, conférence 10 octobre 2004

L’entretien du sol

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Recevez la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic