Arrosoirs & sécateurs

Le jardin monastique de l’abbaye Saint-Georges-de-Boscherville

Dimanche 24 octobre, le midi.

Il n’était pas prévu d’aller visiter ce jardin. Mais c’est sur la recommandation de M. et Mme Levasseur du jardin de Gill que nous sommes venus ici, les deux jardins ne sont pas séparés par plus de 500 m ! Nous ne le regretterons pas. La pause sandwiches sera simplement écourtée !!!

JPEG - 10.1 ko
Une vue d’ensemble du jardin
et de l’abbaye

Cette abbaye romane du XIIe siècle, claire et harmonieuse, est restée dans un état de conservation remarquable.
Le jardin médiéval était plus restreint que l’actuel.
Son rôle était d’abord utilitaire car les abbayes vivaient en quasi autarcie. Les moines entretenaient les jardins, car prier et travailler, telle était la règle bénédictine.
A la Renaissance, sous l’influence italienne, l’art des jardins évolua considérablement. A Saint-Georges-de-Boscherville, les jardins furent remodelés et étendus au XVIIe siècle dans le style "à la française." L’influence italienne se traduit par la succession de terrasses et par l’axe central monumental qui monte du bâtiment monastique au pavillon des vents.

JPEG - 30.8 ko
le pavillon des vents vu de l’abbaye


Dans différents carrés, nous trouvons un potager, un verger de fruits rouges, des plantes médicinales, des condiments et de vastes vergers plantés de pommiers, poiriers, vignes... et des fleurs.

Les plantes médicinales

Le rôle des herbes médicinales : armoise, bétoine, pavot, menthe, etc… était très important au Moyen-âge dans la préparation des remèdes, baumes, onguents, élixirs.

L’infirmerie de l’abbaye soignait aussi les villageois, peut-être pour éviter qu’ils ne recourent aux pratiques magiques qui persistaient encore.

Les connaissances thérapeutiques des Arabes, jointes à celles des Grecs et des Latins, enrichirent l’expérience des moines médecins. Les échanges entre abbayes étaient nombreux : méthodes de culture, boutures, semences.

La pharmacopée médiévale relevait d’un curieux mélange entre observations expérimentales qui furent ensuite scientifiquement confirmées et idées a priori. Le pavot , associé à la jusqiame et l’huile de mandragore, était utilisé comme anesthésique .

Mais on croyait aussi à la théorie des signatures : Dieu, dans sa grande sagesse, avait indiqué aux hommes comment utiliser les plantes : la pulmonaire, maculée de taches blanches évoquant le tissu des poumons, était donc supposée soigner les maladies respiratoires. Les fleurs jaunes étaient supposées soigner la jaunisse.

Après la Révolution, les jardins ont été abandonnés et devinrent des champs dépendant d’une ferme. C’est à partir de la fin des années 1980 que ceux-ci furent restaurés.

La gestion du domaine a un rôle social important

Dès sa création, l’association ATAR qui gère le domaine de l’abbaye Saint Georges de Boscherville, a voulu inscrire dans ses activités une dimension sociale. Elle utilise un dispositif de chantier d’insertion pour ceux qui sont menacés d’exclusion sociale ou professionnelle.

Une quinzaine de personnes en difficulté s’occupent donc à temps partiel de l’entretien des quatre hectares de jardin. Les contrats correspondants sont limités à deux ans. Elles réapprennent le respect du cadre de travail (ponctualité, assiduité, respect de la hiérarchie). Elles sont aidées et suivies par une accompagnatrice professionnelle et le chef jardinier a suivi une formation spéciale pour les encadrer. Le dispositif est financièrement aidé par l’Etat, le département et le Fonds Social Européen.

Environ trente pour cent de ces personnes retrouvent un emploi stable à l’issue de cette période de réinsertion à Boscherville, ce qui est un résultat satisfaisant.

Merci à Daniel, mon photographe-adjoint !

Jardin de l’abbaye Saint-Georges-de-Boscherville
12, route de l’Abbaye
76840 Saint-Martin-de-Boscherville
tél. : 02 35 32 10 82
fax : 02 34 34 97 54
www.abbaye-saint-georges.com

Si vous voulez en savoir encore plus sur le jardin de l’abbaye, cliquez sur le logo du site "jardin-jardinier"...

...et regardez la vidéo

RETOUR
Le Clos du Coudray
Le Mesnil
Jardin de Valérianes
Jardin de Gill
SUITE
Jardin Plume

Le jardin monastique de l’abbaye Saint-Georges-de-Boscherville

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic