Arrosoirs & sécateurs

Les bulbes d’été

JPEG - 26.2 ko
Brodiae laxa


Seuls les petits bulbes seront étudiés.
Ont, en particulier, été écartés :
- les tubercules (dahlias, cannas…) donnant des plantes volumineuses ainsi que les alstroemères,
- les plantes de serre trop gélives pour être cultivées en pleine terre (polianthes…),
- les glaïeuls. (Peut-être serait-il bon de conseiller de cesser de les cultiver en rang d’oignons et de surcroît en mélanges de couleurs ! Tous les goûts sont dans la nature, mais il me semble plus intéressant de les planter entre des vivaces de haute taille ou des petits arbustes par groupes de cinq ou six oignons, presque à touche-touche, dans un seul coloris.),
- les lis (plante trop intéressante pour ne pas lui consacrer plus tard une page),
- enfin les alliums (ail d’ornement) sont étudiés succinctement car ces plantes sont étudiées dans une autre page. pour en savoir plus

Les différentes familles


Orchidacées : Bletilla,
Liliacées : Galtonia, Allium, Brodiaea,
Iridacées : Homeria, Ixia, Dierama, Gladiolus, Sparaxis, Crocosmia.
Amaryllidacées : Crinum, Hymenocalis, Vallota.

Conditions générales de culture

Ces plantes originaires de régions chaudes (Afrique du Sud et bassin méditerranéen) aiment :
- le soleil,
- la lumière,
- la chaleur (certaines au pied d’un mur au sud),
- un sol léger et bien drainé.

Certaines ne détestent pas un peu de sécheresse l’été (Brodiaea). Elles ont toutes une rapidité exceptionnelle de végétation.
Les planter par groupes serrés avec un nombre suffisant de bulbes (au moins dix pour des Gladiolus, Sparaxis ou Ixia).

Rusticité
Leur résistance tient souvent à un sol bien drainé, l’humidité leur étant tout aussi néfaste que le froid proprement dit.

Les plus rustiques


JPEG - 22.5 ko
Allium christophii
Les grosses ombelles sphériques font merveille au dessus d’un tapis de vivaces.

Ils passent sans problème l’hiver en pleine terre. Certains peuvent même se naturaliser (Allium, Gladiolus byzanthinus).

H : Hauteur (cm), P : profondeur de plantation (cm), D : distance de plantation (cm)

ALLIUM
H : 15 à 150. P : 5 à 10. ombelles sphériques de différents diamètres (cm)
A. aflatunense
H : 90. P : suivant calibre
Floraison : début d’été. Boules pourpre vif, diamètre 10
A. christophii
H : 60 à 90
Floraison : début d’été, lilas foncé, diamètre 20
A. giganteum
H : 120, D : 20 à 30
Floraison : milieu d’été, lilas, diamètre 10
A. moly
H : 30, D : 10
Floraison : 6/7, jaune, diamètre 7
A. ostrowskianum
H : 20, D : 10
Floraison : 6/7, rose, diamètre 5
A. caerulum
H : 50, D : 15
Floraison : 6/7, bleu clair, diamètre 6
etc. Pour en savoir plus
GALTONIA candicans “Jacinthe du Cap”
H : 120 à 150, P : 40, D : 15
Floraison : 7-9, “Jacinthe” géante aux clochettes blanc-crème pendantes très espacées sur la hampe florale
GLADIOLUS (glaïeul nain)
G. colvillei (nanus)
H : 40 à 60, D : 10 à 15
Floraison : 6-7, petites fleurs de glaïeul orangé, rose, rouge, saumon avec macules
G. bysantinus
H : 60, D : 10 à 15
Floraison : 6 , petites fleurs de glaïeul lie de vin
CROCOSMIA
C. crocosmiiflora
H : 100, P : 8, D : 7
Floraison : 7/8, jaune à orange
JPEG - 26.5 ko
Allium ’Globe Master’
dans une plate-bande du jardin Agapanthe près de Rouen.


Ces bulbes peuvent être plantés à l’automne sauf le Galtonia (gros bulbe ressemblant à celui de la Jacinthe que l’on plantera au printemps en mars, au plus tard mi-avril). Les plantes d’Allium démarrées en godets seront installées au printemps. Enfin les bulbes de Gladiolus colvillei peuvent également être plantés au printemps (dans les régions à gelées tardives, plantées après la mi-mai ils s’épanouiront en fin d’été).
Condition de culture : aucune exigence particulière mais l’ Allium aime les terrains secs ; le galtonia aime les sols riches en humus, acides, avec une humidité suffisante en période de végétation.
Quand au montbretia, il demande beaucoup d’eau durant la période de croissance même s’il s’accommode d’un terrain très quelconque (ne pas planter trop serrés les bulbes de montbretia car très vite cette plante forme des touffes très denses qu’il vaut mieux diviser tous les 3-4 ans).

LES MOYENNEMENT RUSTIQUES

Dans les régions à hiver doux (Bretagne), ils passent sans problème l’hiver en pleine terre mais il est recommandé de les protéger par une couche de paille, de feuilles mortes, de fougères sèches… Ils doivent de toute façon être plantés dans une situation abritée et ensoleillée (seul le Bletilla demande la mi-ombre).

JPEG - 10.9 ko
Crocosmia ’Lucifer’

H : Hauteur (cm), P : profondeur de plantation (cm), D : distance de plantation (cm)

BRODIAEA triteleia ou laxa
H : 30 à 40, P : 10 à 15, D : 10 à 15
Floraison : début d’été, une certaine ressemblance à l’Allium : ombrelle de diamètre 15 cm de fleurs en étoile au sommet d’une tige nue
DIERAMA “canne à pêche des anges”
D. pendulum
H : 100, D : 25 à 45
Floraison : 6-7, tiges flexible, des fleurs en trompette rose pourpré
D. pulcherrimum
H : 180, D : 30 à 60
Floraison : rose, blanc, rouge pourpré, feuillage de graminée
IXIA
H : 50, P : 7, D : 4 cm (en touffes serrées d’une dizaine)
Floraison : jaune, rouge, pourpre, orange, blanc avec un cœur d’un autre coloris.Tiges raides et élancées avec, au sommet, des épis de fleurs étoilées très colorées (vendu en mélange de coloris)
CROCOSMIA : feuillage luxuriant fortement nervuré
C. masonorum
H : 100, P : 8, D : 20
Floraison : 7-8, fleurs oranges sur tiges disposées en arceaux
CRINUM powelli
H : 45, P : 25 à 30, D : 30 à 45
Floraison : 7-8, ombelles massive de fleurs roses ou blanches rappelant le lis
Pour en savoir plus
HYMENOCALLIS festalis (Ismène)
H : 50, P : 30 à 40
Floraison : 6-7, ombelle de fleurs blanches ressemblant à des jonquilles prolongées par de longs filaments, c’est la “Jonquille du Pérou”
BLETILLA striata = B. hyacinthina
H : 30, P : 5, D : 15
Floraison : 6, pourpre, rose, blanc. Orchidée de jardin.
JPEG - 19.1 ko
Crinum x powelli


La plantation de ces bulbes se fera :
- en mai pour le Crinum et l’Hymenocallis (ce dernier pour être mis en végétation en pot dans une serre froide ou véranda pour être planté à la belle saison au jardin),
- à l’automne pour le Brodiae et l’Ixia,
- indifféremment à l’automne ou tôt au printemps pour le Dierama ou le Bletilla.
Enfin si on arrache les bulbes de Crocosmia à l’entrée de l’hiver (division des touffes par exemple) on attendra le début du printemps pour les planter.
Conditions de culture :
- le Crinum demande un sol riche, bien drainé au pied d’un mur au sud, arrosé l’été.
- le Bletilla et le Dierama exigent une terre humide enrichie de tourbe ou de terreau de feuilles ; le Dierama déteste être déplacé,
- le Crocosmia aime l’eau l’été mais… pas l’hiver,
- par contre le Brodiae aime les terres desséchées l’été (mur exposé plein sud).
Il existe une autre plante bulbeuse qui me semble intéressante et dont on parle très peu dans les ouvrages. C’est l’ Homeria collina , une Iridacée d’Afrique du Sud. Ses fleurs –colorées orange, jaune principalement– s’élèvent à environ 30 cm de hauteur ; elles ont une forme d’entonnoir. Elle aime les expositions chaudes et fleurit longtemps en juin.

LES MOINS RUSTIQUES

Originaires d’Afrique du Sud, les Sparaxis, Babiana, Watsonia et Vallota ne se cultivent que dans les régions à climat doux et dans une situation très privilégiée (exposition ensoleillée, chaude et abritée du gel). Ils peuvent éventuellement passer l’hiver en pleine terre mais au risque de les voir disparaître au premier hiver trop froid :
- les planter au printemps assez tôt pour les faire fleurir en été,
- les enlever, les sécher et les conserver à l’abri l’hiver dans de la tourbe sèche, vermiculite…
Mais il existe une autre solution : la culture en pot.
Planter à l’automne dans de grands pots mis à l’abri durant l’hiver (châssis froid, serre froide), puis installer en plein air sans dépoter dans une situation ensoleillée.
Les Sparaxis, amateurs de sols desséchés l’été, apprécient cette culture en pot dans les régions à l’été pluvieux.
Quant aux vallotas, maintenir une bonne humidité et nourrir une fois par mois entre le printemps et l’automne de fertilisant pour plante d’intérieur. Par contre, tout l’hiver maintenir une sécheresse de la terre du pot.

H : Hauteur (cm), P : profondeur de plantation (cm), D : distance de plantation (cm)

BABIANA
H : 15 à 30, P : 7, D : 10
Floraison : 6-7 (3 à 5 semaines), floraison voisine du glaïeul (bleu, fuschia, jaune, violet, cramoisi blanc)
WATSONIA Plantes élégantes d’assez grande taille ressemblant aux glaïeuls
W. rosea
H : 90 à 120, P : 15. Floraison : rose, rouge
W. pillansii
H : 90, P : 10
Floraison : abricot, rouge orangé. Feuillage caduc
SPARAXIS tricolor
H : 30 à 50, P : 5, D : 10
Floraison : Juin. Coloris très vifs souvent en mélange sur la fleur (“fleur arlequin”). Vendu en mélange de tons dans le commerce (rouge, rose, pourpre, orange)
VALLOTA speciosa = Cyrthanthus elatus (Amaryllis)
H : 60, D : 30
Floraison : rouge orangé (existe en blanc et en rose).Ombelle de trois à dix fleurs de diamètre 10 cm


Quelques conseils complémentaires de culture :
- comme pour tout bulbe, ne pas couper le feuillage (caduc) avant qu’il n’ait complètement jauni,
- étiqueter ou noter de quelque façon que ce soit l’emplacement des bulbes afin de ne pas les déranger avant le départ de la végétation,
- attention aux limaces en début de végétation.

Multiplication : par séparation des rejets parfois très abondants. Les bulbilles replantés demanderont en général deux ou trois ans minimum pour obtenir des fleurs.
Les Crocosmia forment des touffes serrées qu’il suffit de diviser tous les trois ou quatre ans juste après la floraison ou tôt au printemps.

UTILISATION DE CES BULBES D’ÉTÉ

En fleurs à couper :
On peut réaliser de superbes bouquets avec les Ixia, les Crocosmia, les watsonia, les Brodiaea –en bouquet rond avec des feuilles de bergenia– et les Gladiolus. Les couleurs vives –et souvent mélangées- de ces plantes (mises à part les Brodiaeas)– gagneront certainement à être associées à des feuillages et principalement des feuillages gris (Artémise, Helichrysum italicum, Senecio leucostachys, Dorycnium hirsutum…)
Comment les associer dans les plate-bandes estivales ?
Comme pour tous les autres végétaux, il faudra évidemment tenir compte des caractéristiques de la plante (hauteur, exigences…), mais pour les bulbes d’été il faudra tout particulièrement tenir compte de l’harmonie des couleurs.
Certaines fleurs (Ixia, Gladiolus, Sparaxis…) sont vendues en mélange de couleurs qui, sans être particulièrement agressives, ne passent pas inaperçues.
Ces plantes ne sont donc pas faciles à associer d’autant plus qu’elles fleurissent à une période où les floraisons sont abondantes : gare aux surcharges de couleurs…
Les feuillages gris seront d’excellents faire-valoir : Artemisia schmidtiana nana avec Sparaxis, Senecio leucostachys avec Ixia
Une autre plante est très difficile à marier, c’est le Crocosmia, par exemple C. masonorum. Là encore un feuillage gris s’impose : celui du Melianthus major ou du Cynara cardunculus. On pourra compléter la scène par un autre feuillage gris (Dorycnium hirsutum : touffe arrondie) et un rosier rampant (blanc) ou une floraison bleue (Scabieuse, Géranium vivace…)
Aucun problème par contre avec les Brodiaea (bleu) ou les Galtonia (blanc).
On évitera également de les isoler, car après la floraison on risque de se retrouver avec un coin dénudé inesthétique.
Il faudra donc les marier avec des végétaux de même exigences.
Enfin :
- les Galtonia ravivent une plate-bande estivale et “flashent” devant un arbuste ou une haie sombre,
on pourra les intégrer dans un jardin blanc avec des Phlox blancs, des Osteospermum… ou bien s’en servir pour atténuer les tons agressifs de certaines vivaces rouge ou orange,
- les Alliums avec leurs têtes sphériques si caractéristiques mériteraient d’être plus souvent utilisés : A. giganteum entre des buissons tels que Potentilles, Teucrium… ou A. schubertii au milieu de vivaces par exemple.

Alain - 18 janvier 1997

Les bulbes d’été

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic