Arrosoirs & sécateurs

Les couleurs d’automne

Pourquoi les feuilles changent-elles de couleur à l’automne ?


Des histoires de pigments…

JPEG - 25 ko
Les feuilles du Parrotia persica virent au jaune

Les feuilles assurent une partie de leur nutrition par la photosynthèse (formation de glucides à partir du dioxyde de carbone et rejet d’oxygène). Cette photosynthèse est réalisée grâce à des cellules pigmentées qui induisent des colorations de la feuille :
- Chlorophylle (vert)
- Carotène (rouge et orange)
- Xanthophylle (jaune)
- Anthocyane (pourpre)

Les différents pigments sont généralement masqués par le vert de la chlorophylle. Cette chlorophylle a notamment besoin de lumière pour se former.
A l’automne, la baisse des températures et de l’intensité du rayonnement solaire provoquent la dégradation de la chlorophylle et l’arrêt de la photosynthèse.
Les autres pigments, jusque là masqués, apparaissent. Les feuilles virent au rouge, au jaune, à l’orange et au pourpre.

Une période de sécheresse en fin d’été peut aussi hâter la coloration.
Contrairement à une idée reçue, la coloration des feuilles à l’automne, n’est pas due aux gelées.
De plus, un tampon de liège se forme entre la tige et le pétiole bloquant peu à peu les canaux transportant la nourriture vers la feuille, ce qui entraîne la chute de la feuille (accélérée par le vent et les gelées).
Dans le cas de l’érable (par exemple), le tampon de liège n’empêche pas complètement le sève brute de pénétrer dans les feuilles. Il en résulte une accumulation de sucre dans les tissus provoquant la formation de composés chimiques colorés : phénols et anthocyanes. Ces derniers, d’un rouge très prononcé, changeront de couleur selon l’acidité du milieu : rouge vif en sol acide et violet en sol alcalin. La formation de ce pigment est favorisée par l’alternance de nuits fraîches et de journées ensoleillées. La quantité de chlorophylle (vert) diminue, dévoilant les carotènes (jaune). C’est pourquoi on peut voir des feuilles d’érables se teinter de vert, de jaune et de rouge plus ou moins sombre.

JPEG - 14.1 ko
Les feuilles de l’Euonymus alatus sont d’un rouge écarlate


Facteurs qui conditionnent la couleur d’automne

- La plante elle-même et son aptitude à se colorer
Certaines plantes n’auront jamais de colorations d’automne : on n’a jamais vu la feuille du Morus kagayamae qui est d’un beau vert foncé et brillant tomber autrement que verte. Mais pour un genre de plantes (exemple : Acer), la coloration est plus ou moins intense suivant les espèces ou les variétés (certains Acers virent au rouge écarlate, au rouge vif, d’autres au rouge orangé).
A noter que l’âge de la plante influe sur les couleurs : les jeunes plantes trop vigoureuses en arrière-saison n’ont « pas le temps » de changer de couleurs. C’est en vieillissant que la plante se pare de couleurs automnales intenses.
- La nature du terrain et les conditions de culture
Le Cotinus coggygria, l’Euonymus alatus, le Rhus typhina ont des couleurs plus intenses si la terre est sèche. Mais le Liquidambar, les chênes d’Amérique, les érables japonais, le Ginkgo biloba, les Viburnum (notamment) préfèrent que la terre soit fraîche.
Les conditions de culture difficiles accentuent les couleurs, ce qui explique que les plantes en conteneurs dans les pépinières ont souvent des couleurs d’automne plus intenses qu’en pleine terre.
- Les conditions climatiques
Facteurs favorables :
- Abaissement brutal de la température (nuits froides).
- baisse de la luminosité (jours plus courts).
- degré d’hygrométrie suffisant.

Facteurs défavorables :
- sécheresse
- arrière-saison trop douce
- vent
- gel

L’intensité des couleurs dépend donc de la situation géographique : les régions du Nord des USA et le Canada sont bien connues pour les couleurs d’automne. En France, les régions aux saisons très marquées sont plus favorables que les régions au climat tempéré.
De plus, les conditions météorologiques jouant un rôle important, les couleurs automnales changent d’une année sur l’autre.

JPEG - 20.3 ko
Les feuilles de l’Acer griseum sont orangées



Conclusion :

Les décors flamboyants à l’automne sont aléatoires !


On peut toutefois augmenter ses chances de préserver les couleurs d’automne dans son jardin, en plantant les végétaux à l’abri des vents (derrière d’autres arbustes ou un brise-vent) et du gel (il est bon de repérer les endroits de son jardin où le gel est le plus fréquent – notamment les parties basses).
Quand on achète une plante pour son feuillage d’automne, il est préférable de la choisir dans une pépinière de la région (même nature de terrain, mêmes conditions climatiques).

A savoir…
Les feuillages jaunes et orangés éclairent un jardin sous un ciel gris d’automne, Ils seront mis en valeur près de feuillages sombres. Les arbres et arbustes qui doivent se colorer à l’automne sont à placer en arrière-plan pour être vus de loin.

La taille par transparence permet, non seulement de mettre en valeur les écorces décoratives, mais aussi de laisser la lumière pénétrer dans l’arbre ou l’arbuste pour éclairer le feuillage. C’est particulièrement vrai pour le Parrotia persica ou certains Acers. C’est spectaculaire pour le Cotinus ‘Grace’.
Pour certains arbres et arbustes, le feuillage d’automne s’accompagne de baies ou de fruits (Malus, Aronia, Euonumys…). Un plus…

Alain, le 15 octobre 2011

Les couleurs d’automne

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic