Arrosoirs & sécateurs

Les érables au feuillage d’automne particulièrement remarquable

Le genre Acer comprend entre 150 et 200 espèces. Leur feuillage est très varié et certains Acers ont des écorces remarquables. Mais la plupart d’entre eux ont un feuillage d’automne exceptionnel : il peut virer écarlate, carmin, bordeaux, jaune, orange, rouge, pourpre. C’est de loin le genre qui compte le plus de plantes intéressantes à cette période de l’année. Il serait fastidieux et illusoire de vouloir tous les citer. Je me contenterai donc des plus connus en les classant en deux catégories : les arbres et les arbustes (avec notamment les petits érables du Japon)

JPEG - 37.4 ko
Acer japonicum ’Aconitifolium’


Quelques grands Acer (arbres)

Ils mesurent entre 5 et 10 m. Leur cime est souvent évasée. Il faut donc leur prévoir une place suffisante. Certains ont de superbes écorces, notamment les « érables à peau de serpent ».

Ils aiment un sol riche, frais mais bien drainé plutôt acide. Certains n’apprécient pas du tout le calcaire. Ce sont des arbres qui préfèrent la mi-ombre (ou un soleil pas trop violent). Soleil et vents desséchants font griller le feuillage.

JPEG - 34.8 ko
Acer palmatum ’Ozakazuki’


Espèces d’Acer Coloris d’automne A noter
A. buergerianum Orange et rouge
A. capillipes Rouge vif Port étalé. Erable à peau de serpent
A. circinatum Orange et rouge Parfois arbustif. « érable à feuilles de vigne »
A. davidii Orange, jaune et rouge Feuilles ovales. Erable à peau de serpent.
A. ginnala Rouge vif Plus belles couleurs au soleil
A. griseum Orange et rouge Superbe écorce qui se desquame
A. japonicum ‘Aconitifolium’ et ‘Vitifolium’ Rouge
A. maximowiczianum Rouge orangé Feuilles trifoliolées
A. micranthum Rouge orangé au printemps et automne
A. oliverianum Orange, rouge et pourpre
(flamboyant)
Ressemble à un A. palmatum
A. palmatum

(Erable du Japon)

‘Seiryu’ (jaune, feuillage très fin)

‘Senkaki’ ou ‘Sango-Kaku’ (jaune)

‘Bloodgood’ (rouge)

‘Ozakazuki’ (cramoisi)

Etc.

Certains érables du Japon peuvent atteindre 6 m et plus. Ne sont cités que les plus connus.
A. pectinatum Rouge orangé Il existe différentes sous-espèces
A. pensylvanicum Jaune Erable à peau de serpent
A. pseudosieboldianum Rouge orangé Buissonnant
A. rubrum Rouge écarlate

Cultivars : rouge orangé, rouge, pourpre.

Arbre à grand développement mais nombreux cultivars plus petits
A. rufinerve Rouge Erable à peau de serpent (superbe écorce)
A. saccharinum Jaune, orange puis rouge Grand arbre (20 m). Plusieurs cultivars souvent jaunes à l’automne
A. saccharum ssp. granditentatum (écarlate, orange ou jaune)

‘Temple’s Upright’ (colonne flamboyante)

‘Glod Spire’ (jaune orangé doré)

ssp. nigrum ‘Green Column’ (colonne jaune vif)

Grand arbre. Des cultivars sont de plus petite taille.
A. shirasawanum ‘Aureum’ Jaune vif puis verdit en été et devient rouge à l’automne
A. sieboldianum Orange, jaune et rouge Feuillage très découpé ressemblant au japonicum. Samares jaunes.
A. triflorum Orange Un des plus beaux petits arbres pour ses coloris d’automne


JPEG - 28.1 ko
Acer saccharum


JPEG - 27.7 ko
Acer palmatum ’Sherwood Flame’


Acer palmatum (érables du Japon)

Ce sont notamment les petits érables de moins de 2-3 m au port arbustif qui font penser aux jardins zen japonais et dont les feuillages très variés prennent des couleurs extraordinaires à l’automne (et même parfois au printemps).
Malheureusement ce sont de petites merveilles exigeantes qui ne se plaisent pas partout et dans n’importe quelles conditions de culture. Pour résumer succinctement leurs exigences, on consultera le petit tableau ci-dessous.

Ils aiment

Ils détestent

Sol frais (arrosages sans excès en période sèche) mais bien drainé, riche en matières organiques (compost de feuilles, terreau de fumier bien décomposé - pas de « terres dites de bruyère ») et acide. Sol calcaire

Sol gorgé d’eau

Situations abritées du vent et du gel printanier (protection par des arbustes plus hauts) Vents desséchants ou violents et les courants d’air
mi-ombre (atmosphère de sous-bois) Situations très chaudes
Mulch de feuilles mortes Avoir soif

Ils sont sensibles à la verticilliose (champignon qui bouche les vaisseaux entrainant le desséchement des branches). Une maladie redoutable.
Impossible de faire la liste de tous les petits érables japonais. Ne sont cités ici que les plus connus ayant des coloris d’automne particulièrement remarquables et ne dépassant pas 2 mètres de haut. Ils ont un port évasé ou bien arrondi en formant une boule. Certains supportent très bien la culture en pot.
Attention : en règle générale
- plus le feuillage est fin et divisé (dissectum…) plus il est sensible au soleil et au vent.
- les feuillages clairs exigent la mi-ombre mais les feuillages pourpres sont plus beaux au soleil.

JPEG - 20.8 ko
Acer palmatum ’Inaba Shidare’

Quelques Acer palmatum (entre parenthèses leurs couleurs d’automne)

‘Aka kawa hime’ (Jaune, or et rouge), ‘Autumn Fire’ (rouge), ‘Beni tsukasa’ (rouge), ‘Coonara Pigmy’ (rose foncé), ‘Corallinum’ (rose orangé), ‘Deshojo’ (bronze), ‘Dissectum’ (doré), dissectum ‘Stella Rossa’ (rouge), ‘Fall’s Fire’ (pourpre, rouge, orange et jaune), ‘Garnet’ (rouge), ‘Hogyoku’ (orange), ‘Kamagata’ (jaune vif, orange), ‘Kandy kitchen’ (rouge écarlate), ‘Katsura’ (jaune vif et orange), ‘Koto hime’ (jaune et orange), ‘Orange dream’ (jaune d’or), ‘Shaina’ (cramoisi), ‘Shin deshojo’ (rouge au printemps, puis vert en été puis orange et rouge), ‘Shishigashira’ (doré), ‘Summer Gold’ (orangé) etc.

Pour en savoir plus et découvrir un nombre important d’Erables japonais, il faut lire le livre :
Erables du Japon
J.D Vertrees et P. Gregory
Edition Ulmer.

JPEG - 14.6 ko
Acer vitifolium

Si vous souhaitez voir de beaux érables japonais, visitez le jardin de la Guesnonière dans le Cotentin, principalement fin octobre - début novembre.

Alain, le 15 octobre 2011

Les érables au feuillage d’automne particulièrement remarquable

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic