Arrosoirs & sécateurs

Mai 07

Mercredi 2

Impressionnant... 4 jours d’absence et le jardin a un tout autre "visage" : quelques clématites, la glycine en arbre, le Kolkwitzia, le Viburnum plicatum ’Shasta’ et d’autres arbustes sont en fleurs... les ancolies explosent de partout... quant aux feuillages ils sont exubérants et superbes car indemnes de toute maladie ou de toute attaque de ravageurs. C’est la période que je préfère au jardin : pas trop de floraisons, de jeunes feuillages...

La glycine blanche montée en arbre

6ème tonte de la pelouse. Je l’ai écrit sur le site à la page entretien du gazon mais peut-être aussi dans cette rubrique, mais tant pis, je le répète... et je le répèterai encore : il faut tondre le plus souvent possible. A chaque tonte, on enlève 1/3 de la hauteur du brin d’herbe. Bien souvent, je me contente d’égaliser la hauteur de l’herbe. "Un petit rafraîchissement" comme on dit chez le coiffeur...

Plantation d’un Thymus lanuginosus (le thym laineux) : la petite plate-bande de différents thyms couvre-sol est terminée. Je suis obligé d’arrêter car un bel orage et des trombes d’eau terminent l’après-midi. Quand il a cessé, je nettoie une gouttière qui déborde : le bouleau avec ses feuilles à l’automne et ses chatons au printemps bouche régulièrement la gouttière. Il est planté trop près de la maison.

le carré de thyms sur tapis de paillette de lin (les thyms vont s’étendre) devant le carré de buis sur tapis de cosse de sarrazin.

Mais j’allais oublier... Monsieur et Madame mésange sont heureux de vous annoncer les naissances de leurs petits dans le nid qui se trouve justement dans le bouleau... et à hauteur de la fenêtre de la cuisine. Autant dire qu’il nous est facile de suivre en ce moment les allers et retours, qui sont incessants, des parents pour les nourrir. Ah, le baby-sitting !

Jeudi 3

Le potager est plein... enfin presque plein car j’arrive à planter un pied de tomate ’Coeur de boeuf’ dans le carré d’oignons verts (bientôt il n’y en aura plus) et un pied de tomate-cerise dans une bassine en zinc Astuce : je mets une bonne grosse (très grosse en fait !) poignée d’orties fraîches dans la terre sous la motte du plant. Enfin je sème un rang de radis entre les 2 rangées de fraisiers avec un petit espoir d’en manger 1 ou 2 car, s’ils poussent, ce sont des fils ou bien ils sont creux !!

A propos d’orties, je vide le tonneau de purin (d’orties) au pied des plantes à doper. J’ai écrit je ne sais combien de fois qu’il fallait diluer à 10 %... mais parfois on peut se tromper dans les calculs... on gagne du temps !

Je passe une bonne partie de l’après-midi à brûler, comme fin janvier, les déchets de tailles dans le champ d’à côté car il commençaient à devenir important. De plus, si j’avais attendu, j’aurais eu des problèmes car en juin ou en été, pas question de faire un feu.

Vendredi 4

Je n’ai pu travailler que ce matin : je me contente donc de continuer de vider le compost. J’avais commencé fin février ! Il est temps de le vider complètement. Je terminerai demain. Je l’étale en surface entre les plantes (comme je l’ai déjà dit cent fois).

Samedi 5

Dans tout jardin, il y a un coin un peu (ou beaucoup) délaissé pour des raisons diverses. Ici c’est un coin du potager car je compte construire une serre l’hiver prochain. C’est pour l’instant le coin boutures. J’y mets le tonneau pour le purin d’orties, des potées en attente etc. J’y avais mis 2 châssis nantais et un composteur mais je les ai donnés. Je passe une bonne partie à nettoyer ce coin. J’y plante 3 potées de cobée pour cacher le grillage en limite avec le voisin (car bien entendu dans ce coin, il n’y a pas de plantations d’arbustes). Je plante la 4ème potée de cobée près de l’hydrangea seemanii planté il y a quelques jours. Il était temps de planter ces cobées car elles végétaient et les limaces s’en régalaient. Le coin est plus propre mais je n’ai donc pas fini de vider le tas de compost. Ce sera pour lundi !
Mes semis d’ipomées sont sortis depuis quelques jours. Il va falloir que je réfléchisse où je vais les planter ! Aucune idée !!!

Dimanche 6

Un journée historique : Léonie a 1 an aujourd’hui et souffle sa 1ère bougie ! (pas le temps de jardiner).

Lundi 7

Récupération des cendres de bois dans le champ. Comme en janvier je les mets sur le tas de compost qui sera bientôt prêt à être vidé (revoir éventuellement ma façon de faire du compost : photos et explications 25 février).

Pour l’instant je finis de vider l’autre tas de compost et je l’étale sur la plate-bande de boutures. En fait, j’ai 2 châssis de boutures (je les fais toujours en pots). Quand ces boutures sont enracinées mais trop jeunes pour être mises en pleine terre, j’enterre les pots dans une plate-bande. Actuellement cette plate-bande est pratiquement vide, j’en profite donc pour mettre en surface un peu de compost.

En nettoyant cette plate-bande, je récupère et replante des bulbes de Sternbergia lutea. Ils ont fleuri en septembre et le feuillage est bien fané. C’est un bulbe que j’aime beaucoup et qui se multiplie abondamment. J’en replante bien une bonne trentaine. Les plus petits ne sont pas plantés... à moins que je les donne car ils sont beaux.

Pour que le compost soit discret, je l’ai dissimulé derrière un petit muret de pierres dans lequel je plante des vivaces (aubrieta, campanule muralis). Quelques pierres sont tombées. Je refais un peu de maçonnerie pour les sceller à nouveau.

Mardi 8

Le temps est pourri... juste assez pour rentrer "humide" mais pas assez pour rester à l’intérieur !
Je termine de réparer le petit muret protégeant le compost (il ne fait que 50 cm environ mais derrière c’est un trou de plus d’un mètre). Les trous sont comblés de terre et j’y plante des Gaura, des Erigeron karvinskianus, une valériane blanche et du plantain pourpre. Tant qu’à avoir un muret, autant qu’il soit fleuri !

Ouf, depuis que je la surveillais, elle est enfin sortie de terre... Je veux parler de la 107ème clématite. C’est texensis ’Odoriba’... achetée en septembre dernier et je craignais de ne jamais la revoir.
Je me décide enfin à mettre en place 3 pots que j’avais mis à l’extérieur mais à l’abri du gel et des intempéries. L’un contient un fuchsia blanc, un autre un Cosmos atrosanguineus (cosmos chocolat) et le dernier une ancolie viridiflora (une ancolie verte... une pure merveille. Mais je l’avais un peu oubliée, elle est maigrichonne... mais en vie !)

Mercredi 9

Le jardinage, ce n’est pas que planter, désherber... il y a les à-côtés : la maçonnerie (j’en sors !) et... la peinture. J’ai horreur de peindre pour au moins une raison : avant de commencer je m’en suis mis partout (il m’est même arrivé en ouvrant un pot avec un tournevis de rentrer la main entière dans le pot !!! Ben oui ...)

Bref, il est temps de remettre ma ménagerie (2 hérons, un canard, un coq, 2 pintades, 3 hérissons), salon de jardins, éléments de décoration en état. Tous ces objets en ferraille rouillent (ce qui n’est pas inesthétique) mais il est bon de leur passer un vernis protecteur.


Sur la photo, une partie des éléments à vernir avec les bestioles les pattes en l’air. Et Rosalie qui va échapper à ce grand nettoyage de printemps !

Jeudi 10

2ème couche de vernis. Mais petit problème : je tombe en panne de vernis et mon magasin de bricolage préféré est en rupture de stock ! Les autres objets attendront un peu pour le reloocking...

Et les tonneaux me direz-vous ? (voir 30 et 31 mars) Que deviennent-ils ? Je les emmène chez "Maïkeul" qui va les stratifier chez lui. A suivre...

Vendredi 11

Cette nuit il y avait un tel vent qu’on se serait cru en novembre (s’endormir en pensant aux iris qui doivent s’écrouler n’est pas la meilleure façon de tomber dans les bras de Morphée !). Et dire qu’en avril on se serait cru en juillet ! Comment voulez-vous que les plantes s’y retrouvent ? Heureusement qu’elles n’ont pas de cerveau, çà leur évite de se poser trop de questions...

Pas de casse, mais j’attendrai que le beau temps soit revenu pour tuteurer les iris, ils ne tomberont pas plus bas !

La ménagerie (une partie), belle comme un sou neuf, fait la pose et vous salue bien bas... Chacun a retrouvé son coin de jardin : le héron a rejoint sa copine près du bassin, le canard sur la pelouse n’en finit pas d’essayer d’aller boire un coup, le coq veille sur la sortie du poulailler pour rassurer Rosalie et les 2 pintades n’arrêtent pas de jacasser dans leur plate-bande !

Nouvelle tonte de pelouse (la 7ème). Il va falloir que je refasse les bordures qui ne sont pas très nettes (grrrr !!!) et que je désherbe la pelouse quand le beau temps va revenir.

Un peu de pluie et du vent... du vent... Je déteste ! Demain, visite avec nos amis de 3 jardins et d’une pépinière près de Nantes : pourvu qu’il fasse beau ! Ma hantise quand j’organise des balades ...

Dimanche 13

L’un de mes plaisirs, en tant que jardinier, est de visiter d’autres jardins et si vous allez de temps en temps sur le site, ne manquez pas la page des jardins que je vous conseille de visiter. Bientôt il y en aura d’autres car on a la bougeotte en ce moment. Ainsi hier on était dans la région nantaise où nous avons visité 3 jardins privés et une pépinière (ne me demandez pas les noms des jardins car les propriétaires n’ouvrent qu’exceptionnellement). Un régal ! Incroyable le nombre de plantes que j’ai découvertes et que j’ai photographiées (je vous en ferai profiter sur le site évidemment).

En avant-première, une des 227 photos prises hier dans un des jardins...

Bien entendu à la pépinière de la Roche St Louis à Ste Pazanne (une excellente adresse), pas question de résister ! Pour toutes les personnes du groupe, le but était de pouvoir acheter certaines plantes vues dans les jardins au cours de la journée. On a ainsi craqué, en particulier, pour des heuchères, un geranium pyrenaicum ’Bill Wallis’, une centaurée superbe au feuillage gris (elle ressemble au senecio vira-vira... j’adore ! c’est Centaurea cineraria), un petit oeillet (probablement oeillet de poète ?) etc.

une partie des plantes achetées et qu’il va falloir planter cette semaine... A suivre.

Le petit oeillet dont je ne connais pas le nom.
Aujourd’hui le vent n’arrête pas de souffler et comme le courage n’est pas au rendez-vous, je me contente de commencer à repeindre un salon de jardin bleu. Il y avait des points de rouille, il était temps d’agir. La couleur ne nous plaît pas (bleu piscine !). On veut rester dans un bleu clair mais pour la dernière couche il va falloir trouver un ton différent.

Lundi 14

Fin de la 1ère couche de peinture du salon bleu.

Nettoyage et désherbage... c’est le début et ce sera ainsi régulièrement jusqu’en... novembre ! Mais oui car si le jardin est nettoyé de fond en comble en fin d’hiver et le sol recouvert de mulch (cosse de sarrazin, compost ou fumier de cheval), le problème est de ne pas se laisser déborder. Et ici il faut être vigilant car les massifs sont abondamment plantés et les vivaces pourraient être vite étouffées par les mauvaises herbes. Pour que le désherbage ne soit pas une trop grosse corvée (chez moi c’est un plaisir !!!), il doit être fait régulièrement. Bien entendu, si en début de saison le terrain n’est pas nettoyé, ce n’est même pas la peine d’espérer avoir un jardin net par la suite ! Moralité : désherbez par petits bouts, mais désherbez...

Aujourd’hui j’ai nettoyé une allée d’helxine qui commence à être belle. Ensuite, j’ai donc désherbé mais aussi coupé des fleurs fanées en particulier les ancolies qui commencent à former des graines, les iris abîmés par le vent et la pluie du week-end.

Plantation de quelques vivaces achetées samedi.

Mardi 15

Y’a des jours où on se demande pourquoi on est pas resté au chaud sous la couette... et aujourd’hui c’est vraiment le cas : de la pluie, et encore de la pluie. Un temps pourri de novembre ! Inutile de dire que pour le jardinage c’est raté. Mais comme il y a toujours quelque chose à faire, j’en profite pour passer la dernière couche de peinture du salon bleu (nouvelle teinte... c’est la 3ème !).
Les jardinières plein sud sont plantées de succulentes et de sédums.

Ci-contre une mangeoire pour poussins plantée de succulentes et une jardinière plantée de sédums pour un décor permanent.

Au nord, on a choisi des lierres mais elles sont à refaire. On voudrait y ajouter une espèce d’asparagus qui réussit très bien dans une autre jardinière. Conclusion, il faut d’abord décaper la peinture bleue qui n’a pas tenu et je vais la remplacer par de la lasure du même bleu que celui des huisseries. Commencement des travaux cet après-midi.

Et demain on annonce encore de la pluie ! J’aime, mais parfois...

Mercredi 16

Je peins... je peins... et je repeins.

Le salon bleu (pratiquement terminé) et les jardinières (çà avance !).

Je nettoie... je nettoie... et re-nettoie... les plates-bandes. Les ancolies sont en partie défleuries, dommage. J’essaie, pour les pieds encore esthétiques d’enlever les gousses de graines en formation, mais s’il reste peu de fleurs, je rase.

C’est l’invasion des montia sibirica en fleurs. Et dire que cette plante m’est régulièrement demandée sur le forum et par courriel. De quoi faire des heureux ! Un coin de graminées est complètement colonisé. Je pense les arracher, peut-être dès demain alors qu’ils sont en fleurs, mais çà me choque. Je ne veux que des graminées... c’est moi qui décide non ? Alors, direction compost !!!

2 nouvelles clématites sont sorties ! Je les guettais et commençais à désespérer. ’Miss Bateman’ et ’Odoriba’. Un petit coup de corne broyée pour les doper... A propos de clématites, dans un jardin visité samedi où il y en avait pas mal, j’ai découvert 2 variétés superbes... qu’il me faut ! Je sais déjà où je vais les trouver à l’automne. Vous en doutiez ?

En ce moment, je suis préoccupé par le temps car je voudrais traiter les rosiers contre les maladies (1er traitement). Il est grand temps de le faire. Si je ne l’ai pas fait aujourd’hui, c’est qu’il était prévu de la pluie pour ce soir. Et il n’a pas plu !!!

Jeudi 17

Comme souvent, il était prévu en Bretagne un temps couvert...

Tu parles ! cet après-midi il a fait beau et chaud ! J’en ai profité pour faire des traitements :

- 1er traitement contre les maladies des rosiers, et en particulier le marssonina (et non marssonia) c’est-à- dire la maladie des taches noires qui est une vraie plaie. J’ai quelques rosiers relativement sensibles et je ne supporte pas les rosiers malades. Le rosier en lui-même n’est pas un arbuste que je trouve très attrayant (et en plus çà pique !), ce sont les roses que j’aime. Alors, si en plus les roses s’épanouissent dans un arbuste malade... ! Je ne parle pas des roses fanées qu’on laisse... Je ne ferai pas de commentaires supplémentaires... Vous m’avez compris. Donc j’ai traité... et je retraiterai ainsi toutes les 3 semaines-un mois (il ne sert à rien de traiter une fois, si on traite, c’est de mai à septembre-octobre, régulièrement, car une fois la maladie installée, il est pratiquement impossible de s’en débarrasser). Les 2 dernières années, je m’étais laissé aller et je n’avais jamais eu autant de rosiers malades.

Et puisque je suis dans le "pas très écolo" (j’assume !)

- désherbant gazon. Là encore, j’ai fait le choix d’avoir un gazon qui ne soit pas un tapis de mauvaises herbes. Sans parler d’un gazon anglais, j’accorde beaucoup d’importance au gazon pour mettre en valeur le jardin (faites l’expérience : regardez votre jardin avec le gazon non tondu et un peu négligé et ensuite avec le gazon "nickel" et le fin du fin avec des bordures bien faites... votre jardin aura une toute autre allure). Il y avait quelques années que je n’avais pas mis du désherbant sélectif, il était temps. J’en mets tous les 3 ou 4 ans, ce qui n’est tout de même pas criminel !!! Je ne pourrai pas tondre avant lundi (minimum 48 h après une tonte, minimum 48 h avant une tonte)

Petits conseils techniques pour ne pas faire n’importe quoi :
- Pulvériser en fin de soirée entre mi-mai et fin juin (éventuellement rattrapage mi-septembre à fin octobre) lorsque les températures atteignent 13° (nuit) et 25° (jour).
- Impératif : à faire minimum 48 h après la tonte.
- Ne pas dépasser les dosages.

Pour en savoir plus sur l’entretien du gazon.
Nettoyage des plates-bandes (suite)

Taille des buis du potager. C’est le bon moment (il faudra retailler en septembre). Les boules n’ont pas toutes le même diamètre, aussi je taille plus ou moins. Dans un an, je pense arriver à avoir des boules identiques.

Peinture...

Le salon bleu est terminé et remis à sa place. Il va falloir trouver des supports pour pouvoir poser les pots sans abîmer la peinture de la table... à voir.

Les jardinières sont en bonne voie. Il ne reste plus qu’à acheter les plantes : c’est pour demain.

Samedi 19

Plantation de 2 vivaces : un Corydalis flexuosa ’Purple leaf’, un Dianthus carthusianorum (superbe !) et d’un rubus au feuillage entièrement jaune (je ne connais pas le nom). Tous les trous sont pratiquement bouchés. Le jardin est prêt pour passer la saison.

Petite inquiétude : le Melianthus major, qui dépérissait depuis 2 ans, semble en bout de course et je pense qu’il ne donnera rien cette année. Dommage, car c’est une de mes plantes préférées.

Il va falloir faire quelque chose !!!

Plantation d’un Thunbergia alata, mieux connu sous le nom de ’Suzanne aux yeux noirs’ pour ses fleurs orange à coeur noir. C’est une grimpante annuelle (2ème annuelle du jardin après le lobélia erinus). Je l’ai plantée contre le grillage en bordure du potager. On verra : c’est la 1ère fois que je mets cette plante.

Les jardinières sont terminées et plantées de lierres et Asparagus sprengeri. Comme j’ai repeint les supports aujourd’hui, je mettrai les jardinières en place demain. J’essaierai de prendre une photo. J’essaierai, car elles seront mises à l’étage et donc je devrai grimper dans le bouleau !!! Rendez-vous peut-être demain soir... à l’hôpital !

Dimanche 20


Les jardinières sont en place (il y en a 3). Ce sont des plantes vivaces pour un décor permanent, comme pour celles des jardinières du Sud.
Même pas tombé ! Au péril de ma vie (si... si ! ) j’ai donc pris cette photo !

J’en ai profité pour arracher le lierre qui s’obstine à grimper sur le bouleau. Ce n’est pas la peine de planter des bouleaux pour l’écorce blanche si elle doit être recouverte de lierre.

Nettoyage des plates-bandes (suite), interrompu par la pluie. Je reviens sur les ancolies dont la floraison est pratiquement terminée : je rase au niveau du sol les pieds complètement défleuris. Un nouveau feuillage tout neuf va réapparaître (sinon apparaîtra bientôt de l’oïdium - voir photo ci-contre). Dans quelques temps, il y aura tout de même de l’oïdium : je raserai le feuillage à nouveau... et ainsi de suite. Cela évite de traiter et la plante ne crève pas. Je laisse quelques pieds discrets qui vont dégrainer sous peu.

A cause de la pluie, je me contente l’après-midi de jardiner... virtuellement : j’ajoute 4 pages au site sur les vivaces d’ombre.

Lundi 21

Temps pourri : il pleut et il fait froid. 1/2 h de nettoyage (désherbage d’un carré d’helxine) entre deux averses.

Pour la tonte du gazon, on verra demain... ou après-demain.

Mardi 22

Temps superbe...

Nettoyage (suite). J’ai une allée (10 m x 1 m) entièrement recouverte d’helxine... ou presque car il y avait quelques endroits où la terre apparaissait. Je récupère des plaques d’helxine dans un autre coin du jardin et je comble les trous. C’est simple, il suffit de les poser et bien les appliquer sur la terre en marchant dessus.

Broyage de quelques tailles d’arbustes trop envahissants (notamment un cornouiller).

Tonte du gazon (8ème). Le désherbage chimique a été efficace.

Nettoyage du poulailler (il était temps !). Bien entendu le fumier récupéré va sur le tas de compost (de l’or !!!). Melle Rosalie a des "appartements" remis à neuf ce soir avec de la paille toute fraîche. Il me faut tout de même reboucher un trou avec du ciment : une bestiole, depuis un certain temps, venait casser les oeufs et se nourrir à bon compte. Le poulailler et l’enclos sont cimentés et hermétiquement fermés mais il faut être vigilant car la moindre faille entraîne des visites qui, dans le passé, m’ont valu quelques désagréments (poules décapitées, disparues etc.).

Mercredi 23

Nettoyage des plates-bandes (suite et presque fin... pour le moment, car le jardinage est un éternel recommencement !).

Il y a une dizaine d’années j’avais fait une bouture d’un rosier inconnu, vu dans un jardin.

Il y a une dizaine de jours, en visitant des jardins dans la région nantaise, je l’ai retrouvé et je connais enfin son nom : c’est ’Seven sisters’. C’est un rosier grimpant non remontant. Je l’ai fait pousser en arbuste, ce qui donne un rosier puissant de 2 m... et parfumé. Il lui manque une clématite bleue !!!

Jeudi 24

Pas beaucoup de temps pour jardiner...

Je taille quelques arbustes à floraison printanière (Osmanthus burkwoodii, Oranger du Mexique). Ce n’est pas une vraie taille mais je les limite surtout en largeur. Ensuite broyage.

Je me décide ENFIN à commencer un épouvantail... Aucun rôle d’épouvante (les oiseaux se marrent déjà !) mais j’ai toujours trouvé çà sympa. Je cherchais à faire un épouvantail simple et que l’on n’a pas besoin de refaire trop souvent. J’ai trouvé... Vous devriez pouvoir le voir très vite.

Vendredi 25

Trop chaud pour jardiner !!! (mais il paraît que çà va se gâter !)

Nettoyage des plates-bandes terminé. Ouf... mais je n’ai plus qu’à recommencer par l’autre bout car il y a des roses fanées etc... Eternel recommencement...

Samedi 26

Sigismond (j’ vous jure que ce n’est pas moi qui l’ai baptisé ainsi !) est en place dans le potager. Il paraît qu’il a le déhanché de John Travolta dans "la fièvre du samedi soir" ! Tout près des groseilles, cassis, fraisiers et framboisiers... du côté oiseaux, je suis tranquille !!!
Tout compte fait ce n’est peut-être pas "la fièvre du samedi soir" mais "Grease"
On annonce pour demain un fort coup de vent... J’ai horreur.

Découverte macabre : la Silène maritima plantée dans le mur fin avril semble morte... de ma faute : un coup de chaud. Je l’ai déterrée : elle trempe le c.. dans une bassine d’eau fraîche.

Dimanche 27

Cà souffle. Une belle tempête d’automne ! Dans ce cas, une seule chose à faire : l’autruche... ne rien voir, ne rien entendre...

Lundi 28

Ce qui est bien avec le jardinage, c’est que lorsqu’on a fini... on recommence ! Ma technique est simple pour nettoyer les plate-bandes. Je désherbe en rond ! Je m’explique : je commence par un coin du jardin et je suis méthodiquement les plates-bandes en faisant le tour du jardin. Et je me retrouve au point de départ pour refaire un tour. Le but est d’aller plus vite que la nature : autant dire qu’il faut nettoyer plus vite que la repousse des mauvaises herbes. A vous donner le tournis ! Et çà fait 30 ans que çà dure !!!

Et c’est reparti pour un tour : (re) nettoyage du potager.

Mardi 29

9ème tonte du gazon.

Semer des ipomées, c’est bien, surtout quand on aime... encore faut-il savoir où les planter ensuite. J’ai une haie en bordure de potager qui est toute jeune puisque je l’ai refaite entièrement à l’automne. Les arbustes ne sont pas assez grands pour cacher le grillage en limite de propriété. Pour cet été il le sera... De plus, avec 3 grands tuteurs que j’ai lasurés en chêne foncé, j’ai fait un trépied pour faire monter les ipomées. Espérant que le résultat soit sympa : je pourrai prendre des photos et faire une fiche pour le site sur cette annuelle superbe. Encore du bleu, mais ici on aime... mais je crois que vous aviez déjà eu l’occasion de vous en rendre compte !

Petite question : il sera certainement utile de guider les ipomées pour qu’elles forment bien une colonne et ne partent pas n’importe où. Donc, il faudra voir comment les guider...

Mercredi 30

Le vent et la pluie de ces derniers jours ont fait assez peu de dégâts. Il y a quelques vivaces hautes qui se sont couchées (verbena bonariensis par exemple) ou quelques branches cassées. Mais cela aurait pu être pire.

Taille du Kolkwitzia : comme les autres arbustes à floraison printanière (forsythia, deutzia, seringat...), il fleurit sur le bois de l’année précédente, il doit donc être taillé aussitôt APRES la floraison (pour une petite revision sur la taille des arbustes à floraison printanière)

Taille d’un lilas et d’un Azara microphylla : ce sont 2 arbustes placés dans la haie de clôture et qui ont pris trop d’importance. Le lilas ne fleurit pas beaucoup (de 4 à 5 m il est passé à 1 m, autant dire que l’an prochain, il ne fleurira pas et dans 2 ans, peut-être, si d’ici là je ne l’ai pas remplacé !). Quant à l’Azara, il a fait des troncs mais le feuillage est clairsemé : en le rabattant des 3/4, il devrait s’étoffer et pousser moins en hauteur.

J’ai une plate-bande plantée pratiquement que de graminées. Elle était envahie par des Montia sibirica tout en fleurs. Ceux-ci sont maintenant au compost ! (l’équivalent de 2 brouettes !!! et dire que l’on m’en demande sans arrêt !)

Jeudi 31

Tout en nettoyant les plates-bandes, je refais les bordures de la pelouse. J’utilise la bêche... j’ai plusieurs dizaines de mètres à faire ! Comme çà devient vite pénible, je le fais petit à petit (je nettoie une plate-bande et je fais la bordure). Il me faudra donc bien 15 jours pour tout faire.

Epandage d’un engrais gazon. Je n’avais pas mis d’engrais "coup de fouet" pour la pelouse au printemps (oubli, tout simplement... j’aurais dû le faire en mars, mais quand j’y ai pensé, il était trop tard). L’engrais que je mets à cette époque est un engrais à libération lente. Il est beaucoup plus cher mais il agit toute la saison et non pas sur 15 jours. Il n’augmente pas le nombre de tontes mais il aide le gazon à résister à la sécheresse.

Mai 07

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic