Arrosoirs & sécateurs

Mars 07

Jeudi 1er

Je continue à aérer mon fumier de cheval.

Broyage des branches d’arbustes taillés ces derniers jours (camellia, rhamunus...). J’y passe quand même plus d’une heure mais 3 brouettes bien pleines de broyat rejoignent le compost (plus d’endroits pour l’étaler en surface : la terre est recouverte soit de fumier, soit de cosse de sarrazin, soit de compost).
Plantation d’oignons verts au potager. Un tout petit carré (250 g d’oignons), mais suffisant pour accompagner quelques salades au printemps. J’ai recouvert bien sûr d’un filet car les oiseaux adorent les sortir de terre. De toute façon, Rosalie (ma poule) commençait déjà à en déterrer avant même que j’ai fini ! (ce qui lui a valu de rentrer au poulailler plus tôt que prévu ... Non mais ! Qui c’est le chef ici ?). J’en profite pour vous la présenter... Bon pied, bon oeil, mais parfois tête de... mule (je voulais dire de... poule !)

Mon semis de cobée est en train de lever : 1ère graine germée (15 jours)

Vendredi 2

Festival des hellébores aux "jardins de Rospico" près de Pont-Aven... et que croyez-vous qu’il arriva ? 11 nouvelles hellébores à planter ! (je sais, hellébore est du genre masculin mais la fleur est trop belle... il doit y avoir erreur). 11... et puis zut, si on ne peut pas se faire plaisir un peu dans la vie... de toute façon, elles ne ressemblent pas à celles que l’on a déjà... alors...

Samedi 3

Tout l’après-midi, un groupe de 10 personnes vient dans le jardin pour apprendre à tailler les rosiers. Théorie (avec document), puis pratique sur le terrain... Ainsi entre 10 et 15 rosiers sont taillés (nettoyage des non-remontants, taille des remontants, buissons, arbustifs, grimpants). Et ensuite pour se réchauffer : petits gâteaux, thé, café... préparés par Madame ! So ’british’ ! (n’est-ce pas Brighid ?)

(un 2ème groupe viendra samedi prochain).

Dimanche 4

En fin de matinée (la pluie menace), plantation des 11 hellébores en 2 endroits à mi-ombre.

Mais ce n’est pas tout : je les répertorie l’après-midi (tableaux avec caractéristiques et dessins) dans l’ordinateur.

Pour les étiquettes de clématites, je leur reproche, étant écrites en blanc (voir photo 17 janvier), d’être trop visibles. Je change l’écriture : j’écris avec un tube de "Cern couleurs vitrail" couleur argent.

L’idée m’a été soufflée samedi par une copine (merci Claude). Sitôt dit, sitôt fait. Actuellement 90 sont répertoriées. Cet après-midi, bien au chaud, j’en refait une vingtaine (en fait, je retourne l’ardoise et je réécris derrière !). Je suis content du résultat car elles sont plus discrètes.

Le semis de cobées lève petit à petit. Problème : pour ne pas qu’elles s’étiolent, je les mets dehors devant la maison entre la porte-fenêtre et les volets. Il faut dire que mon équipement est des plus rudimentaires. L’hiver prochain, j’ai le projet de monter une serre...

Lundi 5

Plantation d’une graminée (Luzula sylvatica ’Aurea’). Je ne la connaissais pas mais elle est superbe. Son feuillage, comme son nom l’indique, est jaune. Ce qui est intéressant car elle aime les coins ombragés et frais. Je l’ai donc plantée à l’arrière de la maison, au Nord.
Les orties commencent à pousser : je vais en récolter 2 seaux que je mets dans un bidon en plastique d’une centaine de litres rempli d’eau. Et dans quelques jours j’aurai du purin d’ortie pour doper rosiers, clématites, arbustes etc.

Nettoyage dans mes châssis de boutures (j’y passe quand même plus de 2 h) : j’enlève le dessus du terreau souvent envahi de mousse, je remets du terreau neuf et enrichi. J’élimine les pots où les boutures sont ratées. Divine surprise : j’ai réussi plusieurs boutures de clématites ...


2ème tonte du gazon.

Vendredi 9

"Salut ! C’est moi, c’est Georges... Jojo pour les intimes. J’ai toujours des problèmes de chevelure vite tristounette et raplapla. Ce matin, le "patron" m’a refait un look. J’ai même eu droit à un petit relooking du visage. Remis à neuf ! Cela dit, à quoi bon... il me manque quand même une copine car dans mon albizzia, je trouve un peu le temps long. Vous ne pourriez pas lui en toucher 2 mots ?"

N’importe quoi... depuis qu’il est sur le site, il joue la star !

J’ai un cognassier (un vrai qui donne de superbes fruits pour faire des gelées et de la pâte de coings). L’ennui, c’est que le haut de l’arbre est traversé depuis plusieurs années par les fils de téléphone. Je me suis donc enfin décidé à le rabattre. Et je me suis découvert encore assez agile parce qu’avec mon matériel pas très pro, il a fallu sauter de branche en branche... enfin presque.

Taille de quelques rosiers mais il y aura du renfort demain...

Samedi 10

Le purin d’ortie est prêt. A l’odeur, on ne peut pas se tromper ! et croyez-moi, c’est pas N° 5 de Chanel !!! J’ai une centaine de litres de purin concentré, il faudra le diluer évidemment. Un petit conseil : ne pas s’arroser avec comme cela m’est arrivé une fois !!! Non, c’est pas drôle... mais pas drôle du tout.

J’ai donc commencé à verser des arrosoirs au pied de quelques rosiers qui ont besoin d’un petit coup de fortifiant.

2ème séance de taille des rosiers. Les "élèves" ont été sérieuses ! Ci-contre Brigitte et Cécile en grande discussion :- Je taille où ?
- Moi je taillerai là.
- J’ose pas.
etc.

Il me reste maintenant à tailler ceux qui ne le sont toujours pas.

Dimanche 11

Traitement de fin d’hiver (huile blanche paraffinique + malathion) des pommiers et poiriers.

Taille d’un rosier grimpant
Quand on aime les clématites, on les bichonne. C’est ce que j’ai fait. Une clématite viticella monte dans un vieux cerisier et ’Mme Le Coultre’ part à l’assaut d’un bouleau. Mais au départ de la végétation, avant d’atteindre les premières branches, il faut bien aider un peu. Vous connaissez maintenant le peigne à graminées, je vous présente les échelles à clématites !

Mardi 13


Taille des rosiers (suite). J’ai passé une bonne partie de l’après-midi à tailler et palisser 2 rosiers grimpants. Ce sont des grimpants qui poussent à l’horizontale sur le mur de clôture (voir ci-dessous). Les faisant pousser à l’horizontale, j’utilise les bienfaits de l’arcure qui augmente le nombre de tiges latérales partant des branches charpentières. Je multiplie ainsi les floraisons. Le rosier de gauche c’est ’Polka’... pas de problème. Mais celui de droite, c’est ’Mermaid’ qui poussait un peu n’importe comment et en particulier dans les arbustes environnants. J’ai donc remis un peu d’ordre mais quelle galère car s’il y a un rosier dont il faut se méfier pour ses épines, c’est bien celui-là. Redoutable ! D’ailleurs mes mains ont gardé quelques souvenirs de cet après-midi ! et pourtant j’ai mis le plus possible des gants...

Pour lier les branches, j’ai enfin trouvé un lien génial acheté à la pépinière de la Laïta près de Lorient. C’est un lien "plastico-caoutchouteux", si vous voyez ce que je veux dire, un peu élastique, discret, qui ne blesse pas, très résistant, qui doit durer une éternité. Je crois que les bobines font 60 m. Plus de 20 ans de jardinage pour enfin trouver le lien idéal !!!

Dès que j’ai taillé quelques rosiers je mets au pied une dose d’engrais (Osmocote rosiers) et un arrosoir de purin d’ortie. Ceci explique pourquoi je n’avance pas très vite.

Une constatation : certains rosiers qui me semblaient "en perte de vitesse", ont l’air plus vigoureux en ce début de saison. S’agit-il des effets du fumier de cheval ?

Vendredi 16

Je ne sais pas si vous l’avez deviné, mais j’ai quelques gros points faibles... je dirais même très faibles. Et l’un d’entre eux est la culture des fruitiers. Connaissez-vous beaucoup de jardiniers qui cultivent des pommiers qui ne donnent pas de pommes, des poiriers sans poires, des fraisiers sans fraises, des framboisiers sans framboises... (mais mon prunier donne bien des prunes et mon cognassier des coings... tout de même !) ?

J’ai bien sûr suivi il y a longtemps quelques cours de taille des pommiers et poiriers, mais quand on arrive chez soi, on fait ce qu’on peut... et moi, je peux peu d’après ce que j’ai compris.
Deux amis jardiniers m’ont gentiment proposé de venir remettre en état les espaliers, les cordons et 2 basses-tiges (qui n’ont plus comme intérêt que de servir de support à des clématites !).

Et de la remise en état, y’en a eu... car ils venaient pour tailler... en fait, ils ont fait une taille de rajeunissement (dommage que çà ne se fasse que sur les fruitiers !).
Ils ont bossé pratiquement 4 heures, mais le résultat se voit, c’est le moins qu’on puisse dire !!! Maintenant je suis obligé d’avoir des fruits, pas cette année, mais en 2008. On verra bien, mais il faudrait tout de même que j’arrive à les tailler correctement. Il serait peut-être bon que je reprenne quelques cours... A voir l’an prochain.

JPEG - 25.8 ko
les espaliers avant
JPEG - 20.2 ko
après


Samedi 17

Tailler, c’est bien... mais après il faut se débarrasser des tailles : je garde les plus petites branches pour les broyer la semaine prochaine, les plus grosses vont rejoindre le tas de déchets à brûler dans le champ d’à côté. Et tout çà demande du temps !

Je viens de trouver ma 96e clématite (’Mme Le Coultre’).

Dimanche 18

Corne broyée sur toutes les plates-bandes d’hellébores.

Le feuillage du Rhamnus alaterne ’Variegata’ semble bien malade depuis une semaine et il est temps d’intervenir. Je ne sais pas ce que sont ces taches foliaires (je ne devrais pas tarder à savoir) mais en attendant je fais un traitement au benlate (il me reste du produit car il n’est plus en vente depuis quelques années). J’en profite pour traiter les hellébores également au benlate pour éviter les taches foliaires dont ils sont souvent sujets après la floraison.

Transplantation d’un Hydrangea quercifolia ’Snow Flake’. Je l’avais planté en limite de propriété. Mais derrière le grillage de séparation a été planté un laurier-sauce qui mesure au moins 3 ou 4 mètres... pas besoin d’un dessin pour comprendre ce qui se passe !

Bouturage de la clématite cirrhosa ’Balearica’ (elle se bouture facilement). Elle grimpe dans un noisetier pourpre et atteint maintenant 4 ou 5 m. Elle fleurit de Noël à fin février. L’ennui est que, avec le temps, le noisetier n’est plus en bordure de plate-bande et comme la fleur est petite, on n’en profite guère. D’ailleurs je me demande si je ne vais pas la tailler à 1 mètre et la faire courir dans la plate-bande. A voir, mais il faut que je prenne ma décision maintenant. Pour en savoir plus sur cette clématite

Je bouture aussi Pittosporum tenuifolium ’Green Elfe’. C’est un superbe petit Pittosporum tenuifolium qui ne dépasse pas 1,20 m (je l’ai acheté en 99). J’en profite, en prenant des boutures, pour le tailler un peu car je ne veux pas le laisser trop pousser.

Taille de rosiers... j’ai presque terminé !

Une bonne journée : j’ai retrouvé 4 nouvelles clématites... Il faut que je refasse mes comptes mais je crois bien avoir atteint les 100.

Mardi 20

Broyage du tas de petites branches de pommiers et poiriers : 2 brouettes bien pleines. Je les mets au compost.

Taille des rosiers : TERMINE !!! En fait, je commence à être de plus en plus partisan de tailler les rosiers assez tard (ici mi-mars). On voit beaucoup mieux ce que l’on fait.

Il restait 2 cordons de pommiers à tailler. C’est fait et j’ai tenu compte de ma leçon de taille de la semaine dernière. J’essaie parfois d’être bon élève !

Je vais chercher des sacs de cosse de sarrazin. 3 seulement pour cette fois car toute la terre dans le jardin est recouverte soit de cosse soit de fumier (mais çà, si vous suivez mes "aventures jardinières", vous le savez déjà). Bien sûr, j’ai pris ma remorque et je suis revenu chargé comme un mulet pour en rapporter pour ma copine M’am Pétunia...

Jeudi 22

Je ne pouvais pas jardiner aujourd’hui mais là où j’étais on me signale des clématites à 7,50 €... et parmi elles il y a ’H.F Young’, une grande fleur bleue que je connais mais que je n’ai pas. Que croyez-vous donc que je fis ? Vous avez deviné ? Franchement, qu’auriez-vous fait à ma place ? Pouvais-je passer à côté ? Cela aurait-il d’ailleurs été bien raisonnable ? Je viens de lire qu’elle est d’un bleu porcelaine, qu’elle a un port compact et est très florifère... comment aurais-je pu résister ? C’eut été (presque) inhumain !!!

Dimanche 25

Peu de temps pour jardiner ces temps-ci... et pourtant il y a à faire. J’ai l’impression de ne pas avancer...

Plantation de la nouvelle clématite ’H.F Young’ : elle poussera dans un Viburnum watanabe.

Je finis de mettre de l’osmocote rosiers et je mets de la corne broyée sur les deux allées d’helxine. Un bon arrosage pour terminer.

Mais ce qui me prend le plus de temps, c’est d’enlever la paille sèche qui recouvre le fumier dans les plates-bandes. Je laisse bien sûr le fumier et je griffe la terre. La paille récupérée est mise entre les arbustes des haies. Je n’ai pas eu le temps de finir.

Bonne nouvelle : j’ai retrouvé une clématite que je croyais morte (elle avait été atteinte par la maladie des clématites et n’était pas réapparue en 2006).

Moins bonne nouvelle : le feuillage naissant du Toona qui était d’un rose crevette sympa a été grillé par le gel d’il y a quelques jours. Décidément cet arbre n’a que des problèmes !

Jeudi 29

- Mais c’est pas possible, qu’est-ce qu’il fait ?

- Je faisais une pause baby-sitting... qui d’ailleurs n’est pas tout à fait terminée. Pour Papy le jardinage et internet sont donc un peu en pointillé ces temps-ci...

J’ai tout de même réussi à me libérer 1/4 h ce soir pour tondre la petite pelouse. J’essaierai de tondre l’autre demain. Pas gagné car j’ai un autre boulot à faire. Je vous en parlerai demain.

J’ai eu le temps de faire un petit tour de jardin : les narcisses sont sur la fin, donc je commence à couper les tiges défleuries. Attention, il ne faut surtout pas couper les feuilles mais les laisser faner complètement. C’est valable pour tous les bulbes. Il faut qu’ils fassent des réserves pour refleurir. En coupant les feuilles vertes, vous aurez l’année d’après de petits bulbes qui ne donneront aucune fleur.
C’est pour cette raison, qu’à regret, je ne mets aucun bulbe dans la pelouse. Je l’avais fait au tout début ("un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître..."), mais j’ai dépassé l’âge de couper le gazon à la cisaille entre les touffes de narcisses ou de crocus.

J’avais oublié de vous montrer mes "béquilles à cordons". J’en avais marre de ces fils métalliques en bordure de plate-bande. Pas pratique quand on veut désherber, surtout le jour où on les oublie et qu’on se retrouve le nez dans l’hortensia placé derrière. Pas la peine de rigoler... c’est pas drôle !

Vendredi 30

Entre deux moments de baby-sitting, j’arrive tout de même à tondre la pelouse (la 3ème tonte de l’année).
Deux gros chantiers m’attendent dans les semaines à venir. Le 1er est de remplacer mes bassins réalisés avec des demi-tonneaux il y a 6 ou 7 ans. Les tonneaux étaient en assez mauvais état et j’ai fait l’erreur de mettre une bâche pour réaliser l’étanchéité. Il est temps de les changer car à certains endroits, de l’extérieur on aperçoit la bâche intérieure !!! J’ai, en catastrophe, rebouché avec de la pâte à bois... Cette fois, je compte mettre de la résine à l’intérieur. Le système fonctionne en circuit fermé grâce à une petite pompe immergée dans le bassin le plus bas. Je compte bien apporter des modifications et je devrais avoir moins de problèmes qu’il y a quelques années !

On vient de me trouver, par hasard, un gros tonneau. Il ne me manque plus q’un demi-tonneau plus petit.
C’est mon copain Michel alias Mickaël (prononcez bien Maïqueul...à l’américaine), l’expert en stratification, qui va me donner un coup de main.

1ère opération : la coupe du tonneau à la scie circulaire (on devine, sur la photo, Maïqueul en plein boulot derrière sa scie... du boulot de pro...)

Dans les semaines à venir, vous suivrez la suite des opérations...

Samedi 31

Maïqueul m’a laissé tomber (décidément le "petit personnel" n’est plus ce qu’il était...) mais je vais suivre ses instructions...

2ème opération : nettoyage des tonneaux.

A la brosse métallique, j’enlève le bois abîmé ou pourri. A l’intérieur comme à l’extérieur.
Un coup de jet d’eau... puis décapage, dégraissage et nettoyage à la brosse avec de la lessive de soude (cristaux de soude caustique dilués dans l’eau). Inutile de dire que cette opération demande impérativement un équipement de protection (gants, pantalon étanche...). Puis lavage à grande eau...

Et maintenant il faut laisser sécher ce qui va demander... un certain temps.

2ème pulvérisation de benlate sur le Rhamnus (le reste du pulvérisateur ira sur les hellébores). Si je n’avais pas eu du benlate, j’aurais mis du mancozèbe vendu sous le nom commercial de Dithane.

Je vide le tonneau de purin d’ortie (j’en mets sur les plantes qui semblent avoir besoin d’un coup de pouce). Je retourne chercher des orties et je re-prépare du purin.

Taille des hortensias. pour en savoir plus sur la taille des hydrangeas
Nettoyage de la pompe du bassin (le débit avait baissé). J’enlève quelques seaux d’eau et je ne remets pas la pompe en marche pour que les particules en suspension tombent au fond car l’eau est un peu trouble.

Les 4 "grosses" sont de sortie. Après un hiver passé au chaud, elles rejoignent les bassins. Ce sont des sculptures en terre cuite que l’on peut acheter en contactant Armelle Musnier, 17 rue Mathurin Roger à Plouer sur Rance (22490). Pub gratuite !

Au potager, les oignons verts poussent bien et le persil, semé il y a un mois, est "sorti".

Mon semis de cobée se porte bien... çà pousse... les godets sont derrière la porte-fenêtre plein sud. Toujours à l’intérieur car le fond de l’air reste frais.

J’ai pu noter quelques floraisons nouvelles, notamment des fritillaires meleagris et uva-vulpis (en pot), des anémones blanda, chionodoxa luciliae etc.
Bon, c’est pas tout çà, mais on a pris un mois dans la vue...

Je vous parlais de mes tonneaux, mais ce n’est pas un hasard. Les magasins de jardinage de France et de Navarre, auront le plaisir, à partir de lundi prochain, de vous offrir un 1/2 tonneau pour que vous puissiez réaliser vous-même vos bassins. Il suffira de préciser un certain mot de passe...

Mars 07

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic