Arrosoirs & sécateurs

Mes outils de jardin : les outils coupants.


Le tout premier outil, à tout seigneur tout honneur, est le sécateur. Il est le compagnon discret et fidèle de chacune des visites matinales de mon jardin.
En pensant à lui, je ne dirai qu’un mot FELCO ! Bien en main, léger, affûtage facile, indestructible !
Maintenant, faut savoir le porter ! Après avoir perdu beaucoup de temps à le chercher…quand je travaille au jardin…tiens tiens, vous connaissez ! J’ai trouvé la solution pratique pour le garder toujours sous la main : j’ai acheté un étui cuir + un ceinturon pour l’avoir avec moi.
Mais attention, pas n’importe quel ceinturon !
Il s’appelle FAMAS, c’est un ceinturon de l’armée, aussi solide que le Felco, que l’on peut acheter dans tout magasin de surplus militaire pour une quinzaine d’euros.
Il est fait de toile kaki, large avec plein de trous pour les réglages de taille : il s’élargit en un clin d’œil si l’on décide, en hiver, de porter une polaire de plus ou de s’étoffer des hanches, comme font les marmottes !
Mais surtout, pour nous les hommes (je parle des mûrs), porté bien serré sous la bedaine…en haut des hanches si vous préférez, il va soutenir votre dos si vous soulevez de lourdes charges et devant…peut être vous éviter d’attraper des hernies inguinales ! Très efficace donc !

Pour clore le chapitre sécateurs, je connais, pour les avoir utilisés, deux autres marques :
- ARS vous ne connaissez pas ? Marque japonaise très réputée dans les outils coupants. Normal, les Japonais, ont en matière de métaux forgés une réputation millénaire…pensez aux sabres des Samouraïs ! cette marque est distribuée par HORTIBREIZ.
- FISKARS, la marque suédoise que vous connaissez certainement. Ils présentent toute une gamme de sécateurs qui sont aussi coupants que légers.

A noter qu’il y a les sécateurs à enclume, destinés surtout à la coupe de bois mort et les sécateurs à bec de perroquet (mon Felco) qui, avec sa lame puis contre lame coupe bien net les matériaux vivants.
Voici un sécateur assez extraordinaire :
Il est télescopique, figurez-vous, et pas qu’un peu : il peut aller conter fleurette à 3 mètres de hauteur + vous, bras tendu, dans mon cas, cela fait presque 6 mètres !
Rosiers grimpants, prenez garde ! et tout cela en gardant les pieds sur le plancher des vaches ! Une poignée à un bout (le vôtre), une tige télescopique réglable par crans, puis une tête coupante (bec de perroquet) qui est ORIENTABLE… , c’est ARS, c’est Japonais ! Réf 180 ZR 3.0 – 51,30 € HORTIBREIZ

Les ébrancheurs : il en existe de multiples, plus ou moins longs, à bec de perroquet ou à enclume, à cliquets ou crémaillère, système qui permet soit disant de couper de très grosses branches ou tout du moins qui aide !
Personnellement, j’en utilise un, pas très grand, tout acier, manches alu, de 60 cm BAHCO PRADINES 34,00 €

Et puis après ?

J’utilise, si c’est jour de fainéantise, la scie sabre électrique à lame à denture japonaise, bien pratique car elle se glisse entre les branches serrées d’un arbuste.

Mais si j’ai du courage, j’ai deux solutions :

- Soit la scie arboricole de Wolf, à coupe tirante, lame « swedish steel » qu’ils disent mais à denture japonaise, c’est très bien puisqu’en plus elle est vendue avec le petit manche rouge et qu’en plus, puisque c’est un outil de la gamme MULTI STAR, vous pourrez scier en hauteur, à plus de 2 mètres avec le manche télescopique dont je vous ai déjà parlé ! OZM2 31,00 € WOLF

- Soit je sors « la Japonaise » de chez ARS et là, la branche elle est (très proprement) foutue !
Réf UV-32PRO 93,48 € HORTIBREIZ .

Les échenilloirs : on prend de la hauteur !

Un sécateur à enclume, à tête orientable, que vous allez actionner avec un cordon nylon très solide, c’est le nouvel échenilloir de chez Wolf. Il se « branche » sur le manche télescopique de la même marque. PHOTO 34 Réf ORVM 62,90 € sans le manche WOLF.
Attention de ne pas acheter l’ancien modèle, toujours en vente qui, lui a la tête fixe !
- ...et puis, j’ai aussi, si j’ai la paresse et une branche à couper pas trop haute, la petite tronçonneuse sur perche de mon COMBI STIHL PHOTO 53

A présent, taillons :

- Les haies, à la main, il faut du courage, c’est BAHCO PRADINES qu’il vous faut !
65,00€
- Si c’est plus haut et long, je prends mon COMBI STIHL, muni du taille haie orientable. Avec un moteur thermique, cela fait du bruit, certes, mais c’est efficace !

A présent, taillons les petits arbustes et les buis :

- Spécialement dédiée, je le pense, à la taille des buis, je vous présente la cisaille à mains ARS. JUSTE PARFAITE ! 2 longs bras alu, des lames (échangeables) qui se placent de façon parfaite sur un buis boule puisqu’en tournant l’outil d’un côté, vous verrez qu’il est incurvé. Et cela fait Tchic, Tchic, Tchic, coupe parfaite d’une précision absolue INDISPENSABLE pour les topiaires. Réf KR-1000 106,60 € HORTIBREIZ

- Et s’il vous prenait l’envie de « brosser à rebrousse feuille », pour tailler buis et arbustes à petites feuilles ? …pour les tailler bien sûr ! Dites ISIO de chez BOSCH ! Ce n’est pas idiot, c’est la façon idéale pour utiliser ce petit appareil électrique ! ET EN PLUS, il est livré avec un second couteau, idéal pour tailler l’herbe des bordures de pelouses, oui oui, toujours à moteur ! 79,90 €

Et, moyennant un supplément 29,99€ vous aurez un pied télescopique sur lequel se clipse la machine afin de travailler debout !
- En parlant pelouse, si vous ne voulez pas vous baisser mais que voulez que ces satanées bordures soient nettes, vous avez le SORVO de chez FISKARS. Ce nom bizarre désigne une cisaille montée en coupe horizontale sur un manche en ABS donc léger, laquelle cisaille s’active par une poignée que vous activez à hauteur de hanche. 49,90 €

- Enfin, le moins cher est l’huile de coude. Voici un coupe bordure classique, très solidement fabriqué. 23,50 € TRUFFAUT



Texte et photos de "Roses en Bretagne"
Avril 2015

Mes outils de jardin : les outils coupants.

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Recevez la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic