Arrosoirs & sécateurs

Mes plus belles âneries en jardinage

S’il fallait décerner des médailles pour les jardiniers ayant fait le plus d’âneries, sans conteste, j’aurais droit au podium avec une bonne chance d’avoir la médaille d’or.

Et en plus j’assume... sans la moindre honte !

Les lis de ma belle-mère


Mes années de jardinage ont vraiment commencé peu de temps après notre mariage.
Ma belle-mère, pour nous faire plaisir, nous avait donné une bonne vingtaine de bulbes de lis de la Madone. Evidemment je ne connaissais pas et je les ai plantés dans le petit carré de jardin de la maison en location que l’on avait alors.
Sans doute les avais-je plantés dans le bon sens, à la bonne profondeur et au bon endroit car au printemps, une vingtaine de tiges vertes sortaient de terre. Et sur ces tiges bien droites, de ridicules petites feuilles vertes. Rien de bien normal pour qui connait les lis mais pour un benêt comme moi tout droit sorti de ses études à la fac (la culture du lis n’était pas au programme dans ma filière), ces tiges me semblaient vraiment ridicules et je pensais très sérieusement que ma belle-mère s’était tout simplement débarrassée de ses bulbes dégénérés...
J’ai donc tout arraché !
Bien entendu, quand elle est venue aux nouvelles, j’ai dû lui faire un gros mensonge du genre "les bulbes n’ont rien donné". Mais quand j’ai vu plus tard dans d’autres jardins à quoi ressemblaient ces lis de la Madone, j’ai vite compris quelle ânerie j’avais faite. Il faut savoir que c’est un bulbe assez cher et qui ne se cultive pas si facilement que ça.
Depuis, j’en ai replanté et à chaque fois ce fut un échec... Il n’y a donc jamais eu de Lis de la Madone dans le jardin et je crois qu’il n’y en aura jamais.

Un béton très particulier


Quelques années plus tard, lorsque j’ai vraiment commencé à aménager le jardin qui est cultivé actuellement, j’ai commencé à "potasser" les livres de jardinage et j’ai vite compris que la terre était très très acide (de la terre de lande bretonne avec des genêts et des ajoncs) et qu’il fallait en corriger le PH. J’ai donc acheté un grand sac de Lithotamme qui est un amendement calcaire. Cela ressemble, quand il est broyé, à une poudre gris foncé.
C’est la période où l’on avait décidé de mettre des poteaux pour fils à linge (aujourd’hui enlevés). Et bien entendu, pour tenir ces poteaux, il vaut mieux mettre au pied un bon gros plot de béton.
Et ce fut fait dans les règles de l’art... sauf que, plusieurs jours après le béton n’avait pas pris. Damned, que se passait-il ? Et c’est alors que j’ai réalisé que j’avais confondu le sac de ciment et celui de lithotamme !!!
Peut-être qu’en attendant encore un peu, j’aurais pu observer une certaine croissance des poteaux mais pour la solidité c’était mal parti !

Il y a des conseils à ne pas suivre à la lettre...


Quelques années plus tard, j’ai commencé à bouturer et j’avais lu que la salive avait un peu le même effet que les hormones d’enracinement. Certains conseillaient donc de mettre l’extrémité de la tige qui doit être dans le terreau, dans la bouche... Bête et discipliné j’ai suivi le conseil pour le bouturage d’une euphorbe ! Vous avez déjà mangé quelques petits piments-oiseaux ? Ca m’a fait le même effet pendant 1/2 h et je ne savais pas pourquoi au début. J’ai vite compris ! C’est le latex blanc qui coule des tiges d’euphorbes qui est très dangereux. Certains y sont même allergiques au contact.
Bien sûr, j’ai attendu que cela soit passé pour en toucher 2 mots à ma femme qui m’aurait bien envoyé aux urgences !
Donc évitez de suivre ce conseil car il y a beaucoup de plantes toxiques dans votre jardin, beaucoup plus que ce que vous croyez.

Du parfum à pas cher...


Je fais du purin d’ortie dans un grand bidon de 100 l. Il faut le diluer à 10 % voire 20 %. Ce qui fait un certain nombre d’arrosoirs ! Au bout du 10ème arrosoir versé, je me lasse un peu. Mais parfois quand on pose l’arrosoir plein avec un peu trop d’énergie, le contenu gicle. Et c’est ce qui est arrivé ! Je me suis arrosé de purin... Et quand on connaît l’odeur du purin d’ortie, on comprend pourquoi je suis retourné vite fait au sous-sol me déshabiller pour ne pas empester la maison. Et dans la tenue d’Adam, je suis monté prendre une douche !

Histoire de tuyau à couper...


Celle-là est récente...
Je dois installer un regard pour la distribution d’eau à un endroit où passe un tuyau d’eau. Il suffit de faire un raccord donc couper le tuyau d’eau...
Je trouve bien le tuyau. Bizarre, il est en PVC gris et non noir. Je coupe quand même consciencieusement à la scie à métaux le tube et je réalise alors que j’ai coupé le câble électrique que j’avais posé il y a bien 20 ans pour installer la lanterne à l’entrée du jardin !!! Je n’ai pas pris de décharge électrique car l’interrupteur était dans la bonne position !!! Dans le cas contraire, je crains que se seraient arrêtés là mes exploits...

Ce ne sont que quelques-unes de mes âneries car, bien entendu, j’en ai fait d’autres... et j’espère bien ne pas m’arrêter en si bon chemin !

Alain, le 1er juin 2010

Mes plus belles âneries en jardinage

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic