Arrosoirs & sécateurs

Plantation et entretien d’une haie libre

Plantation

Nous ne rentrerons pas ici dans les détails mais il est bon de rappeler qu’il est impératif de :

- préparer correctement le terrain : bêchage, amélioration éventuelle du sol (trop lourd, trop calcaire, trop pauvre...),

- planter dans les règles de l’art en n’oubliant pas de bien arroser après la plantation et éventuellement de tailler un peu l’arbuste,

- respecter les règles de législation : où planter en limite de propriété ?
• 0,50 m minimum de la limite séparative pour des végétaux inférieurs à 2 mètres,
• 2,00 m minimum de la limite séparative pour des végétaux supérieurs à 2 mètres,

- couvrir le sol par du compost, de la cosse de sarrazin, du BRF, du fumier ou tout autre matière organique. SVP, pas de films plastique !


Disposition des végétaux
Quand on plante une haie, c’est pour plusieurs années, voire pour toujours. Cela mérite quelques réflexions !
Quelques conseils :

- grouper les arbustes à la périphérie du jardin, surtout dans un petit terrain. En laissant au centre un espace libre, par exemple engazonné, on donne une impression d’espace. Une erreur à éviter : disséminer les arbustes dans tout le terrain,

- ne pas planter trop dense. On fait souvent l’erreur de planter trop serré et quelques années après il faut supprimer des végétaux (les moins vigoureux étouffent et, de toute façon, chaque arbuste doit pouvoir prendre sa taille naturelle sans contrainte),

- la distance de plantation dépend des végétaux installés, c’est-à-dire du volume qu’ils prendront à l’état adulte (un Choisya ternata aussi large que haut demandera plus d’espace qu’un Olearia virgata qui ne demande qu’à pousser en hauteur),
on peut considérer que 1,50 m à 2 m est une distance moyenne convenable (prévoir 2 m au moins pour le Choisya et 1,20 m pour l’Oléaria). Peut-être est-il bon de rappeler une fois de plus qu’il est impératif de connaître les arbustes que l’on plante (et si on ne sait pas, on consulte des livres, des sites internet, ou le pépiniériste tout simplement),

A la plantation, si l’on respecte les bonnes distances de plantation (en moyenne 1,50 m à 2 m entre les arbustes, 1 m entre petits arbustes), malgré les vivaces plantées devant le massif, l’ensemble donne une impression de vide. C’est effectivement assez décevant les 2 ou 3 premières années…

MAIS…

… 3 ou 4 ans plus tard, la plate-bande est comblée et les arbustes peuvent atteindre leurs tailles normales sans se gêner.
Trop serrer les plants à la plantation c’est inévitablement se voir obliger de supprimer ou déplacer par la suite des arbustes qui étouffent.

- pour les associations des arbustes, il faudra penser à tenir compte :
- des époques de floraison (on peut grouper les arbustes par époques de floraison ou au contraire les disséminer),
- des parfums (éviter de mettre côte à côte 2 arbustes à floraison parfumée qui fleurissent en même temps),
- des caractéristiques physiques : feuillage (près d’un arbuste à grandes feuilles, il peut être intéressant de mettre un feuillage léger), port (près d’un arbuste à port massif prévoir un port érigé), etc.,

- si la grandeur du jardin le permet, il est préférable de planter les arbustes en quinconce sur 2 rangs,

- si on veut se protéger des regards, il faudra toujours planter un persistant entre la clôture et l’intérieur du jardin. On comptera alors une proportion de 2/3 persistants et 1/3 caducs. Si la haie a plus un rôle décoratif, la proportion de caducs est beaucoup plus importante,

- éviter les bordures de massifs trop rectilignes ou trop tarabiscotées (il faut penser à faciliter la tonte du gazon),

- Pour obtenir des effets de masse, il est conseillé de planter par groupe de 3 végétaux identiques, au lieu de multiplier les espèces et variétés.

Entretien

Même si c’est tentant et très à la mode (!!!), il faut proscrire ces bâches plastiques que l’on voit un peu trop. Un jardin n’est pas une aire d’autoroute ou une bordure de parking de supermarché ! Si on ne veut pas désherber, il faut tout bétonner ou acheter un appartement !
Il est possible de limiter l’entretien qui se limite :
- à l’arrosage (dans une haie libre on arrose les arbustes individuellement : un arbuste qui accepte les terrains secs ne sera pas arrosé. On sera plus vigilant pour les autres),
- à des traitements : les arbustes d’ornement sont en général très résistants aux maladies. On ne traitera que les arbustes malades… au cas par cas,
- au désherbage : un entretien régulier évite de se faire vite déborder. Au printemps, le terrain doit être propre. Pour le reste de la saison, il suffit d’être vigilant,
- à la fertilisation : inutile de mettre de l’engrais (sauf exceptionnellement).
Pour limiter toutes ces contraintes IL EST INDISPENSABLE DE MULCHER.
On peut recouvrir de compost (apport de matières organiques qui évitera l’engrais, protection du pied du froid l’hiver et de la sécheresse l’été), de cosse de sarrazin (limitera la pousse de mauvaises herbes), de fumier (de cheval), etc.
Répétons-le une fois de plus : LA TERRE NE DOIT JAMAIS ETRE A NU.


La dernière contrainte est la taille. Mais elle n’est plus une corvée qui revient régulièrement au moins 2 fois par an comme c’est le cas pour les haies taillées.
Une erreur à ne pas faire : ne pas tailler les premières années sous prétexte que l’on souhaite voir la haie pousser très vite pour se protéger. Beaucoup d’arbustes pousseront alors tout en hauteur mais ne s’étofferont pas. Le pied va très vite se dégarnir.
On taille individuellement les arbustes comme s’ils étaient cultivés en isolé. Se reporter aux textes sur la taille des arbustes d’ornement pour tailler à la bonne date.
Un petit rappel succinct qui pourra servir de base :

Floraison avant juin (Forsythia…) = floraison sur pousses de l’année précédente => taille après floraison
Floraison après juin (Hydrangea…) = floraison sur pousses de l’année en cours => taille avant floraison


Tous les 2 ou 3 ans, il est bon de rabattre plus sévèrement. On peut même rabattre très sévèrement à moins de 50 cm des arbustes qui se dégarnissent ou qui ont besoin d’être reformés. Beaucoup apprécient.
Les persistants demandent une taille plus discrète mais certains apprécient d’être rabattus sévèrement (Choisya, Olearia virgata, Rhamnus alaterne…).

Un Rhamnus alaterne ’Variegata’, taillé insuffisamment, est "parti" tout en hauteur et son feuillage est sans intérêt. Une taille très sévère en mars ne laisse que des troncs dénudés.
Un an plus tard, il a retrouvé une belle forme et un beau feuillage. Il ne lui reste plus qu’à pousser.

Plantation et entretien d’une haie libre

Recherche sur le site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic