Arrosoirs & sécateurs

Polygonum scoparius

(anciennement P. equisetiformis)

Le genre Polygonum est devenu Persicaria.
Il faudrait donc l’appeler Persicaria scoparius.

FICHE D’IDENTITE

Famille :
Polygonacées
Polygonum vient des mots grecs "polus" (beaucoup) et "gonu" (genou) en raison des nombreux noeuds sur la tige.
Caractéristiques :
Plante poussant en touffe. hauteur 80 cm, largeur 80 cm. Elle a tendance à se coucher.
Les tiges sont très fines, rondes, lisses, sans feuilles et persistantes


JPEG - 5.8 ko


Floraison :
De fin août à octobre.
Au niveau des noeuds sur la tige, apparaissent des fleurs blanches minuscules de diamètre 3 à 4 cm.

Variétés voisines :
Je ne connais aucun polygonum lui ressemblant.
En fait, exceptées les fleurs, elle a plutôt l’aspect d’une prêle (P. equisetiformis), éventuellement d’un genêt (d’où son nouveau nom : P. scoparius)

EXIGENCES DE CULTURE
Sol :
Enrichi et assez profond
Exposition :
Soleil. Elle demande un endroit sec et chaud.
Rusticité :
Très bonne (-15 ° C)
PLANTATION
A l’automne ou au printemps.
Préparer un trou de 30 à 40 cm en tout sens. ajouter du terreau enrichi type ’Or Brun’ à la terre du trou.
ENTRETIEN AU FIL DES SAISONS
Diviser la touffe quand elle devient trop volumineuse (tous les 3 - 4 ans) ou si elle vieillit mal.
Rabattre tous les 3 ans maximum au printemps
Mulcher régulièrement en apportant du compost en surface (maintien de la fraîcheur, apport de matières organiques)
ENNEMIS
Aucun
MULTIPLICATION
Division des touffes et bouturage.
A faire au printemps ou à l’automne. Très facile. Le bouturage dans l’eau est conseillé : les tiges dans un verre d’eau émettent très vite des racines.

JPEG - 15.7 ko
En une petite quinzaine de jours on obtient des racines.
Ne pas attendre plus longtemps pour mettre ces rameaux enracinés dans du terreau de bouturage bien humide.

ASSOCIATIONS ET UTILISATIONS

Ce n’est pas une plante très facile à placer car elle a tendance à se coucher notamment à mi-ombre (à éviter). Elle est excellente dans un jardin de graviers ou entre des pavés dans une rocaille. Je pense que l’endroit idéal est au dessus d’un mur (par exemple de pierres sèches) au soleil.
En massifs près de vivaces à grandes feuilles pour obtenir un contraste ou des vivaces dont la floraison est en fin d’été (Aster, Salvia...).
Très intéressant en potée, à condition que le pot soit assez grand et que l’on maintienne le terreau frais.
NOTES PERSONNELLES
Montrez-le à un jardinier, même très averti, il pensera voir une prêle ou un genêt. Cà marche à tous les coups !
Le polygonum scoparius est encore peu connu. On le trouve rarement cité dans les ouvrages de jardinage.
Et pourtant ! Sa floraison est très discrète mais à une époque où la moindre petite tache de couleur se remarque.
De plus son feuillage est intéressant toute l’année.
C’est une de mes vivaces préférées, en tout cas une plante à découvrir.
Je l’ai dans le jardin depuis environ 20 ans et je me suis aperçu qu’elle est toujours peu connue. Dommage.
Le plus : floraison insolite
Le moins : se couche parfois sur le sol

Polygonum scoparius

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic