Arrosoirs & sécateurs

Rosiers buissons

(remontants)

Il faut les considérer comme de petits arbustes et les planter au milieu des vivaces. La taille dépend de la variété (se reporter à la page sur les tailles de rosiers)

’Amber Queen’ hybride moderne, Harkness 1984

0,70 m. C’est un petit buisson au feuillage vert sombre et brillant, qui contraste avec les fleurs doubles jaune ambré, en coupe, aux corolles ondulées. Le coloris est exceptionnel pour un moderne.
Il réussit bien en tige.

Tailler court au printemps.
Parfum ++

’Jacques Cartier’ Portland 1868

1 m à 1,20 m. Petit buisson au port dressé. Le feuillage est abondant et sain mais ne cache pas les fleurs, comme c’est souvent le cas avec les Portland.

Les boutons tout ronds s’ouvrent en fleurs rose pâle (plus intense au centre), doubles en quartiers, aux corolles très pleines et légèrement bombées. Le coloris est plus soutenu à la la mi-ombre et à l’automne.

Il fleurit tout l’été.

Parfum +++


’Leonard de Vinci’ (hybride moderne de Meilland 1994)

Buisson de 1,20 m. Les tiges sont fermes, le feuillage est sain et brillant.

Les fleurs groupées sont rose bengale et formées d’environ 80 pétales serrés dans des corolles en coupe.

La fleur est d’une belle grosseur et fait penser plus à une rose ancienne que moderne.
Je ne connais pas de rosiers dont la fleur reste belle aussi longtemps. C’est exceptionnel !

Il fleurit tout l’été si on enlève les fleurs fanées régulièrement et la floraison dure jusqu’à la fin de l’automne.

Se bouture facilement.
Un rosier exceptionnel à qui l’on ne peut faire qu’un reproche : il n’a pas de parfum... dommage !

’Louise Odier’ rosier Bourbon 1851

1,20 m. C’est un buisson au port divergent et au feuillage vert clair.

Les fleurs en coupe rose lilas sont des petits choux ronds. La floraison dure de juin à octobre.

Il est assez sensible aux maladies.
Parfum ++

’Baronne Prevost’ (1842)

Buisson dressé et vigoureux de 1,20 m. Grandes fleurs rose plates, doubles et en quartiers.

Forte floraison en juin et remontée correcte en fin d’été. Parfois sensible au marsonina.
Parfum ++


’Dainty Bess’ (hybride de thé 1925)

Rosier buisson au port dressé(1 m). La floraison dure tout l’été. Les fleurs sont de grandes églantines à larges pétales rose tendre, chiffonnées sur les bords. Les étamines pourpres sont proéminentes.

Original et gracieux.


’Fées des Neiges’ ou ’Iceberg’ (floribunda 1958)
L’un des meilleurs rosiers blanc.

Sa hauteur varie selon la façon dont on le taille (hauteur moyenne 1,20 m). Groupes de fleurs mi-doubles plates et blanches (teintées de rose par temps frais). Les pédoncules sont faibles, si bien que les fleurs piquent parfois du nez.

C’est une succession de floraisons spectaculaires de juin à l’automne. Il n’est pas rare de le voir avec quelques fleurs à Noël ! Il est bien évident qu’il faut couper régulièrement les fleurs fanées et le rabattre après chaque floraison. Il refleurira de plus belle.

Il est parfois touché par la maladie des taches noires et l’oïdium.

Son bouturage est facile.
Il accepte une ombre partielle.
Parfum +

Un rosier à acheter en priorité.

Il existe en grimpant : très intéressant mais c’est un rosier qui refuse parfois de grimper ! Il faut donc l’obliger en l’empêchant de se ramifier pour former un arbuste. Il faut à tout prix former des charpentières et tailler court les branches latérales.

’La Reine Victoria’ (Bourboniana 1872)

Buisson à port dressé de 1,20 m à placer au soleil. Très remontant (fleurit de juin à octobre). Les fleurs sont des petits choux vieux rose, ronds et pleins. N’aime pas le temps humide, il est alors sensible au marsonina.

Parfum ++
’Yolande d’Aragon’ (Portland 1843)


Un rosier raide dont il faut habiller le pied par des vivaces. Le feuillage est sain.

Les grosses fleurs rose soutenu sont globuleuses puis plates. Pétales en quartiers.

Remontée automnale si on prend soin d’enlever les fleurs fanées, de le rabattre et le nourrir.

Bonne tenue en vase.

Parfum pénétrant +++


’Queen of the Musk’ hybride de Moschata 1913

0,80 m. Buisson vigoureux souvent plus large que haut au feuillage sombre et luisant. Grappes de fleurs de petites fleurs simples à 2 rangées de pétales rose puis blanc-crème.

La floraison est continuelle jusqu’à l’automne (si on enlève régulièrement ses fleurs fanées) et chaque rose dure très longtemps avant de faner.

Il est toujours sain.

A utiliser en groupe ou en isolé. Un rosier vraiment superbe trop peu cultivé. Une valeur sûre.

Parfum puissant et épicé +++


’Mrs John Laing’ (1887)

Un petit buisson érigé de 1 m pour petit jardin. Feuillage clair. Sa culture est facile. La fleur pleine, ronde et lourde est rose satiné. Elle dure longtemps.

Parfum +++

’Yves Piaget’ (hybride moderne Meilland 1983)

Bien difficile de se douter qu’il s’agit là d’un rosier moderne. La fleur fait plutôt penser aux roses anciennes tant elle est énorme et bien pleine. Ses bords sont crénelés. Certains disent qu’elle ressemble à une pivoine... d’autres diront un chou !

Très remontant

Hauteur 1,10 m. A réserver aux régions tempérées. Mettre en valeur par des floraisons bleues.

Parfum +++


’Rose de Rescht’ (rose de Portland, parfois classée comme rose de Damas)

Un petit rosier de 0,90 m au port érigé et compact. Les fleurs rouge fuchsia, assez petites, émergent difficilement d’un feuillage gaufré vert sombre.

Toujours en fleurs, bonne remontée d’automne.

Parfum exceptionnel +++

’Mrs Oackley Fisher’ (hybride moderne 1921)

0,90 m. De larges églantines orangées. Les tiges jeunes sont pourpre et le feuillage est foncé.
Il fleurit tout l’été.

A planter au soleil.

Parfum ++

’Mme Alfred de Rougemond’ (rosier Noisette 1862)

Un petit buisson de 0,80 m à la végétation poussive. Branches souples et feuillage sombre.

Bouquets de fleurs très doubles en coupe blanches (la forme rappelle celle des ’centifolia’)

Rosa viridiflora (Chinensis 1743)

LA ROSE VERTE. Une curiosité botanique que certains détestent mais que d’autres ne trouvent pas dénuée d’intérêt.

Il s’agit d’une mutation d’un rosier de Chine dont les éléments floraux sont transformés en bractées brunes et vertes. Un buisson vert...
La floraison est continuelle et jusque tard en saison.

Très intéressant en art floral : réalisation de bouquets originaux et de longue durée. La fleur peut être séchée.


’Just Joey’ (hybride de Thé 1973)

1 m. Les boutons orange cuivré veiné de rouge donnent des fleurs abricot qui restent belles jusqu’à la défloraison et se renouvellent jusqu’à l’automne. Excellente variété pour la fleur coupée.
Taille courte au printemps.

Parfum ++

’Penthouse’ (hybride moderne 1985)

Roses bien doubles en coupes lâches aux pétales larges rose clair. Floraison ininterrompue jusqu’à la fin de l’automne.
Buisson compact, arrondi, bien ramifié de 0,80 à 1,50 m suivant utilisation. Tiges rigides.
Parfum +

’Joseph’s Coat’ (hybride moderne 1964)

On aime... ou on déteste !

1,50 m. Fleurs mi-doubles en bouquets jaune orangé à l’ouverture puis rouge et vieux rose à la défloraison.

Très florifère et bien remontant, il peut être palissé.

Son coloris violent (voire agressif), est à atténuer par un environnement neutre de feuillages vert foncé. Ne pas le planter près d’autres rosiers ni avec d’autres floraisons (dans les deux cas l’effet peut-être désastreux).

Parfum +


’Ulrich Brünner’ 1881

Un arbuste vigoureux, érigé et peu épineux de 1,20 à 1,50 m. Des fleurs doubles en coupe rouge cerise. Excellente pour la fleur coupée. Le floraison d’automne est limitée bien qu’il soit remontant.

Parfum +++


’Comte de Chambord’ (Portland 1860)

Issu de ’Baronne Prévost x ’Duchesse de Portland’

Buisson de 1 m, au port dressé, assez vigoureux qui aime le soleil mais déteste l’ombre.

Fleurs pleines rose à reflets lilas. Le bouton est superbe (voir photo ci-contre), les fleurs s’ouvrent à plat et en quartiers.
Refleurit à l’automne s’il est bien nourri.

Parfum +++

Alain

Rosiers buissons

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic