Arrosoirs & sécateurs

Un jardin blanc ? Pourquoi pas...

Un diaporama du jardin blanc d’Apremont-sur-Allier.

JPEG - 19.1 ko

Le jardin monochrome le plus facile –ou le moins difficile !– à réaliser est le jardin blanc. Mais il ne faut surtout pas croire que réaliser ce genre de jardin est d’une simplicité déroutante.

Quand on parle de jardin blanc, il ne faut pas imaginer que tout le jardin est blanc. En fait il s’agit d’une plate-bande plus ou moins importante. Dans des jardins composés de chambres de verdure, le jardin blanc sera une de ces chambres. Il peut être une roseraie formée de Rosiers à floraison blanche habillés de vivaces blanches.
A Apremont-sur-Allier, dans un parc floral de 4 hectares, c’est une très grande plate-bande située à l’entrée.

Le plus célèbre jardin blanc est celui de Sissinghurst dans le Kent en Angleterre. Créé par l’écrivain Vita Sackville-West dans les années 1930, il s’étend sur 5 hectares en 10 espaces fermés. Chacune de ces chambres a un thème bien défini. On trouve ainsi le célèbre jardin blanc. Celui d’Apremont-sur-Allier s’en est inspiré. Il s’agit d’une bordure d’arbustes et de plantes vivaces à fleurs blanches ou à feuillages argentés.
Ce ne sont pas les seuls car il y eut au début du XXe siècle un certain engouement pour ce genre de jardin qui convient bien aux régions peu ensoleillées.

JPEG - 15.5 ko
Ornithogalum umbellatum


Quelques conseils pour le réussir

- Attacher une grande importance aux feuillages (formes, dimensions, textures) pour créer des contrastes.
- Créer des combinaisons subtiles entre les verts des feuillages et les floraisons blanches.
- Le gris est un complément indispensable du blanc. Il évitera l’impression d’extrême brillance du blanc au soleil. De plus il atténuera le contraste entre les verts sombres et le blanc.
- Couper les fleurs fanées : les fleurs blanches fanées auraient un effet catastrophique sur l’ensemble.

Quoi penser du jardin blanc ?


Personnellement, j’étais assez attiré par ce genre de réalisation mais qui me semblait (et qui me semble toujours) assez artificielle car contraire à la nature qui comprend tout un mélange de couleurs. Cela relève plus de l’exercice de style que du jardin naturel. Et je suis allé voir le jardin blanc d’Apremont-sur-Allier en 1999. J’ai vraiment été conquis. En 2009 je suis retourné… deuxième coup de foudre. Oui c’est artificiel mais esthétiquement, quelle classe !

JPEG - 18.3 ko
Spirea arguta


Quelles plantes pour un jardin blanc ?


Toute plante à floraison blanche est la bienvenue mais il faudra tenir compte dans les associations des formes des fleurs (fleurs légères et grosses fleurs), des différents tons de blancs (le blanc verdâtre de l’Hydrangea ‘Annabelle’ n’a rien à voir avec le blanc éclatant du Phlox paniculata ‘Jacqueline Maille’), etc.

Pour avoir une idée, citons la liste de quelques floraisons blanches du jardin blanc d’Apremont-sur-Allier :

Dahlia, Cosmos bipinnatus, Hydrangea ‘Annabelle’, Galtonia candicans, Agapanthus, Petunia, Cleome spinosa, Althea, Stachys lanata, Artemisia, Salvia nemorosa ‘Adrian’, Monarda ‘Schneewittchen’, Potentilla fruticasa ‘Abbotswood’, Achillea ptarmica ‘La Perle’, Lysimachia clethroides, Geranium pratense ‘Kashmir White’, Kalimeris incisa, Astrantia major ‘Alba’, Phlox paniculata ‘Jacqueline Maille’, Crinum x powellii ‘Album’, Anthericum ramosum, etc.
Si vous voulez découvrir le jardin de Sissinghurst, une vidéo vous attend.

Alain, le 20 décembre 2010

Un jardin blanc ? Pourquoi pas...

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Recevez la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic