Arrosoirs & sécateurs

Un jardin monochrome ? Pourquoi pas ?

JPEG - 50.2 ko
Le jardin blanc d’Apremont sur Allier

Le terme de jardin monochrome est en réalité mal choisi pour deux raisons :

- le mot jardin désigne une plate-bande plus ou moins importante, un massif privilégié où l’on veut créer une ambiance particulière. C’est un petit coin de jardin dans le jardin. Au Parc floral d’Apremont sur Allier de 4 hectares, le jardin blanc est une grande plate-bande qui doit faire au grand maximum 200 à 300 m² dans un parc de 4 hectares.
Dans un jardin il est judicieux de créer des « chambres » plus ou moins séparées les unes des autres. Dans un grand jardin, c’est facile à réaliser. Dans un plus petit jardin, on se contente de créer des coins plus ou moins isolés du reste du jardin. Ce sont ces chambres ou ces coins de jardins qui se prêtent bien à la réalisation de jardins monochromes. Il est, à mon avis, intéressant qu’ils soient un peu à l’écart. On y favorise la création d’une certaine ambiance.

- le mot monochrome est également mal choisi sauf dans le cas du jardin vert. On peut considérer que des jardins comme Marqueyssac, Eyrignac, les jardins du Prieuré d’Orsan… sont de véritables jardins monochromes où le vert est pratiquement la seule couleur. Les autres jardins monochromes sont, au mieux, bicolores : un jardin blanc comme celui d’Apremont sur Allier est en fait un jardin blanc… et vert !

Mais on continuera à employer ce terme pour les jardins ayant une forte couleur dominante. Je dis bien couleur dominante car il est fortement conseillé d’ajouter une petite pointe de couleur (notamment la couleur complémentaire) pour briser la monotonie. Le jardin blanc n’utilise souvent que des fleurs blanches mais dans un jardin bleu quelques fleurs jaunes réveilleront le massif.
L’idée de créer un jardin monochrome peut paraître farfelue pour un jardinier qui commence un jardin. Des fleurs… encore des fleurs en mélanges (parfois approximatifs) de couleurs. Avec le temps, on découvre les associations heureuses et moins heureuses. C’est très subjectif et très personnel mais on apprend vite à réaliser des plates-bandes à 2 ou 3 couleurs. Alors pourquoi pas un jardin monochrome ?
Est-ce céder à la facilité que de réaliser un jardin monochrome ? Certainement pas.
Mais quelle couleur choisir ?
Tout dépend de ses goûts personnels mais aussi de l’endroit et de l’utilité de ce jardin.
- S’il se trouve près d’un lieu de repos, il faudra choisir des couleurs froides : le vert et le bleu s’imposent. On évitera le rouge, l’orange ou le jaune.
- Si l’on souhaite un jardin tonique, on pourra choisir le rouge et le jaune.
Le rose est une couleur intermédiaire qui se prêtera bien aux deux choix.

Quelques idées de jardins monochromes  :

Le plus simple de tous est évidemment le jardin vert. Il s’agit d’un jardin de feuillages… mais pas seulement. Car il existe des fleurs vertes (Hellébore, Alchemille…) très intéressantes.

JPEG - 25.8 ko
Un jardin vert...
Les jardins du Prieuré d’Orsan

L’autre jardin auquel on pense est évidemment le jardin blanc. Le plus connu est celui de Sissinghurst dans le Kent en Angleterre et en France celui d’Apremont sur Allier qui s’est inspiré du premier. Dans ces deux jardins le blanc est la seule couleur utilisée. Ce sont des floraisons blanches d’été. Superbe… mais saisonnier.

JPEG - 30 ko
Le jardin blanc d’Apremont sur Allier


Le jardin blanc d'Apremont sur Allier

On pourra penser au jardin bleu, en particulier près d’un coin calme à l’écart du reste du jardin ou près d’un lieu de repos. Trop de bleu pouvant créer une atmosphère un peu triste il serait bon de l’égayer avec quelques feuillages dorés ou argentés ou des fleurs jaunes.

JPEG - 46.5 ko
Une dominante de bleu.

Il y a aussi le jardin jaune. Il peut être tout particulièrement intéressant dans un endroit un peu ombragé : il existe des graminées jaunes, des couvre-sol (Tolmiea menziesii…) et des floraisons pour ces endroits. Ajouter quelques touches de bleu est conseillé.

JPEG - 24 ko
Un massif jaune
dans les jardins de Chaumont sur Loire

Je suis beaucoup moins enthousiaste pour le jardin rouge. Il est vrai que le rouge n’est pas ma couleur préférée au jardin. Affaire de goût.
Les jardins monochromes basés uniquement sur des floraisons n’ont qu’un intérêt saisonnier d’où l’intérêt de créer un décor à partir des feuillages. Ce qui n’est pas évident avec les couleurs qui viennent d’être citées. C’est beaucoup plus facile avec le gris

Et puis il y a… le jardin « noir » !


Un jardin noir au festival de Chaumont sur Loire

JPEG - 51.3 ko
On lui a associé du jaune.

Alain, le 16 juin 2012

Un jardin monochrome ? Pourquoi pas ?

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic