Arrosoirs & sécateurs

Vaccinium corymbosum ‘Patriot’ (un Myrtillier)

Famille des Ericaceae

Si on vous parle, au Canada de “bleuet” comestible, n’allez pas imaginer qu’on a l’intention de vous préparer une soupe de centaurée ou de la fleur des champs qui, quand nous étions petits, nous était donnée à vendre au profit des victimes de la grande boucherie humaine. Non, nos cousins désignent ainsi justement la cousine de notre Vaccinium myrtillus, vous avez reconnu la Myrtille des lisières de nos bois.
de grosses myrtilles sucrées.

Cette dernière, très difficile à acclimater au jardin car très exigeante sur son milieu de culture, a cédé, depuis quelques années, sa place auprès de nous à un Myrtillier arbustif (1,50m de hauteur maxi), produisant facilement sous notre climat breton une belle récolte de fruits à peau bleutée (d’où son nom québécois), au goût agréable, à la pulpe claire, après une floraison en petites corolles fermées blanc-rosé groupées en corymbes (comme les fleurs du Sureau).

Pour peu qu’on fournisse à cette jolie plante une terre non calcaire, fraîche, hors d’atteinte des rayons trop ardents du soleil après midi, elle fleurira joliment comme décrit plus haut, et fournira des "corymbelles" (qui sont des "myrtilles" géantes) en abondance et offrira en automne, un feuillage caduc rutilant digne de l’“été indien” de ses origines.
son feuillage d'automne.

En effet, le genre Vaccinium, qui comprend 450 espèces, dont on a créé des hybrides à la production fruitière échelonnée de fin juin à fin septembre, est originaire principalement d’Amérique du Nord.

C’est un arbuste à "petits fruits" intéressant à cultiver au jardin familial. Ne comptez pas toutefois en obtenir un complément vitaminé améliorant votre vision, sa richesse en vitamine A étant bien inférieure à celle de nos myrtilles.

Mais c’est un fruit délicieux propre à la confection de desserts en tous genres, et aussi en accompagnement de viandes en sauce.

Sachez que la belle n’aime pas être dérangée. Rien ne vous empêche par contre de lui assurer un paillage à tendance acide, qui maintiendra une certaine fertilité et une nécessaire fraîcheur : elle peut alors vivre 50 ans pour peu que vous lui fassiez un brin de toilette pour ôter le vieux bois et faire pénétrer la lumière au centre du buisson.

Gare aux terrains détrempés, favorisant la pourriture du collet. Assurez vous aussi, à l’achat, de l’auto-fertilité de la variété, plus pratique à l’usage.

On peut imaginer, en dégustant ses fruits, l’heureuse cohabitation des premiers pionniers avec les "Indiens" qui leur ont appris ce qu’ils pouvaient manger pour survivre aux premiers épouvantables hivers de leur exil. On sait, hélas, ce qu’il advint de cette fraternité humaine…
Il demeure malgré tout, dans la tradition américaine, la coutume du "thanksgiving", dans laquelle la dinde (de la farce) se déguste accompagnée des baies de V.macrocarpon, la Canneberge, Myrtille des marais (Cranberry), que la mode a popularisée dans le monde entier. Toujours les petits fruits…

Cet article a été écrit par Marcel LARVOL & Pierre RICHARD de la Société d’Horticulture de Quimper... une société d’horticulture dynamique que nous connaissons bien...


JPEG - 16.1 ko
Myrtillier ‘Southland’
hybride issu de Vaccinium Ashéi.

Vaccinium corymbosum ‘Patriot’ (un Myrtillier)

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic