Arrosoirs & sécateurs

... en août 2009

Samedi 15


C’est un rituel chaque année : à peine descendu de voiture, avant même de la décharger (+ éventuellement le coffre de toit et la remorque !), il y a le traditionnel petit tour de jardin pour voir l’étendue (d’éventuels dégâts). Bien sûr les jours qui suivent permettre de mieux se rendre compte. Mais il suffit d’une dizaine de minutes pour évaluer l’état du jardin. La couleur de la pelouse est déjà un premier signe qui ne trompe pas. Et cette année elle est verte et haute. Il faut dire qu’il a plu d’après ce que je crois avoir compris.
Globalement çà va mais il y a encore un sacré boulot de remise en état !
Si l’arrivée n’a pas eu lieu trop tard, après le déballage, je commence... par tondre la pelouse pour deux raisons : si elle est haute, cela évite de la piétiner ce qui ne faciliterait pas sa tonte ultérieure, mais surtout cela redonne au jardin un "coup de neuf" étonnant. Le jardin change alors complètement d’allure.
Nous sommes arrivés vers 16 h 30, j’ai donc eu un peu de temps pour
- tondre la pelouse (15ème tonte). En fait c’est une assez haute car l’herbe avait trop poussé pour faire un travail soigné. Il faudra donc tondre à nouveau un peu plus court en début de semaine prochaine.
- Je passe de l’huile de lin sur des objets de déco en osier que l’on ramène de notre séjour. Je vous les montrerai quand ils seront mis en place.
En fait je trouve l’huile de lin très bien pour protéger le bois et je vais donc en recouvrir toutes les barrières de châtaignier. J’ai essayé sur une pour voir : c’est discret et si çà ne fait pas de bien (retarder le vieillissement du bois), çà ne fera pas de mal. Donc un travail de plus pour les jours à venir.

Dimanche 16

C’est maintenant vraiment reparti... mais quand je vois tout le boulot, çà fout un coup de blues... D’autant plus que le jardin a bien besoin d’être relooké : il y a plusieurs plates-bandes qui ne me plaisent pas. Il va falloir revoir çà. En juin-juillet, j’avais commencé à noter des plantes à déplacer ou à supprimer. Cela me sera bien utile à l’automne.
Pour aujourd’hui j’ai passé beaucoup de temps à nettoyer les rosiers. Certains sont tristounets et même franchement peu esthétiques. J’ai déjà dit ce que je pensais des rosiers... heureusement qu’il y a les roses !
Plantation d’une vingtaine de salades "pain de sucre" rapportées d’Alsace. Ce sont des plants qui m’ont été donnés par une copine jardinière dont le potager croule sous les légumes. Elle pense qu’il n’y a pas de raison que je les rate !!! Elle n’a pas internet et ne lis donc pas cette chronique, sinon elle saurait !!! J’ai semé aussi des radis ronds. Ouais... on verra bien !
Bouturage d’une Artemisia vallesiaca (Armoise du Valais). Elle est très petite et son feuillage est très fin. Le rameau à bouturer m’a été donné par une jardinière d’Orléans dont nous avons visité le jardin (bientôt sur le site).
Mise en place de quelques éléments de décoration achetés pendant notre séjour.

JPEG - 18 ko
Une libellule en osier
elle vole au dessus des bassins (la queue est fixée à une arche)



JPEG - 16.4 ko
3 oiseaux en résine se sont posés sur la serre.



C’est, parait-il, le "génie du jardin". En tout cas, partiellement dissimulé entre un camellia et un Rhamnus alaterne ’Variegata’, il surveille l’entrée du potager. Peut-être enverra-t-il des ondes positives qui me permettront d’obtenir des légumes dignes de ce nom !
Dans le potager, bien entendu, il n’y a plus une prune (l’arbre croulait sous le poids des fruits avant notre départ). Le seul fruitier qui donne vraiment des fruits... pendant notre absence ! Dégoûté !
Mais je me régale avec des fruits de Physalis... on se contente de ce qu’on peut !

Lundi 17

Et pour le nettoyage, c’est reparti ! La partie devant la maison est presqu’entièrement remise en état.
Et je continue de noter tous les changements à faire à l’automne. Quand on a le nez au ras des pâquerettes, c’est idéal pour voir toutes les plantes qui ne sont pas à leur place.

Mardi 18

Un peu de nettoyage... sous la chaleur écrasante. En fait, je préfère le bricolage au frais à l’intérieur !
Une petite remarque : il était temps que l’on revienne car certaines plantes commencaient sérieusement à donner des signes de fatigue, notamment des hydrangeas.

Jeudi 20

Encore et toujours du nettoyage...
Toutes les structures en bois de châtaignier (barrières, tuteurs, supports de clématites ou de rosiers) sont badigeonnées d’huile de lin. On verra bien si cela retarde le vieillissement. L’intérêt de l’huile de lin, c’est sa discrétion.

Vendredi 21

Et un nouveau coin nettoyé...
Il y a comme un avant-goût d’automne ou au moins un arrière-goût de fin d’été : des feuilles du bouleau et du cerisier commencent à tomber, les floraisons commencent sérieusement à se raréfier. Cà sent la rentrée !

Samedi 22

Le nettoyage continue. Je me donne encore une semaine pour remettre le jardin en état et commencer à faire des tâches plus diversifiées.
Il faudrait que je trouve un moment pour vider le 2ème trou du compost.

Dimanche 23

Quelle chaleur !
J’ai vraiment l’impression de radoter mais aujourd’hui j’ai continué... à nettoyer !
J’ai attaqué le potager (où il y a plus de fruitiers et de buis que de légumes !)

Lundi 24

En début de journée, un peu de pluie. Disons plutôt du crachin, juste pour m’empêcher de tondre la pelouse. Mais la température a baissé… ouf !
Le « potager » est nettoyé. J’avance doucement, mais j’avance.
Broyage des tailles des jours précédents.
Je commence à vider un trou du compost. Il est temps car il ne va plus avoir de place pour mettre les nouveaux déchets.

Mardi 25

16ème tonte de la pelouse
Je continue à vider le compost mais j’ai un gros problème : la brouette qui doit avoir dans les 25 ans, au moins, est en train de rendre l’âme. J’en suis arrivé à mettre une petite planche dans le fond car il part en morceaux !
et bien sûr... je nettoie ! (mais çà, vous l’aviez deviné !)
Je me suis aperçu que l’on avait plus de persil. J’ai donc mis des graines dans un verre d’eau pour hâter la levée. Petit problème : où le semer ? Depuis quelques années, il est planté au même endroit et je pense que ce n’est pas très bon. Encore faut-il trouver un autre endroit ! J’ai maximum 48 h pour trouver...

Mercredi 26

Semis de persil. J’ai trouvé un petit coin entre des groseilliers.
et un peu de nettoyage !

Jeudi 27



Pas le temps d’être au jardin aujourd’hui... mais :
- Plantation de 3 rangs de 6 fraisiers (un rang de Gento et 2 de ’Mara des bois").
Il y a déjà une plate-bande de fraisiers mais elle est contre la serre et manque de lumière. C’est la raison pour laquelle j’en refais une. L’autre va être supprimée, mais pour l’instant, j’y ai mis des salades (les "pain de sucre" et des batavias) entre les vieux plants de fraisiers.

Vendredi 28

Pas plus de temps aujourd’hui pour jardiner... mais :
Dans la serre, le sol est resté évidemment en terre. Il y a juste dans le passage une allée faite avec des pierres du jardin. Et entre ces pierres j’y ai planté de l’helxine (une vivace dont je raffole). Mais l’helxine a trouvé les conditions idéales pour s’étendre. Elle est superbe. Il doit bien y avoir maintenant 2 m². A tel point qu’il ne reste plus de place pour y entreposer des pots. De plus elle envahit les semis de giroflée ravenelle et de cerinthe.
Pas grave... car dans une allée d’helxine (1 m x 10 m - je vous l’ai déjà montrée), il y a des endroits où elle n’est pas belle ou bien il n’y en a plus. Bref, en prenant celle de la serre, je peux faire les raccords. J’ai ainsi récupéré presque 1 m². Il suffit de prélever une plaque d’helxine et la poser sur le sol. Tasser un peu et arroser copieusement.

JPEG - 27.4 ko
l’helxine dans la serre...
à droite, une bande a déjà été enlevée.


Lors de notre voyage en Irlande, j’avais flashé sur une plante au feuillage gris au jardin "The Bay Garden". Mais ne voulant pas m’encombrer dans l’avion et n’étant pas trop sûr de pouvoir rapporter des plantes, je n’avais acheté qu’un géranium. Avec le regret de ne pas avoir pris l’autre plante... Et Bidou, voyant ma détresse, m’a proposé de la ramener quand elle rentrerait. Elle devait repasser dans le jardin en accompagnant le 2ème groupe une semaine plus tard.
Bien entendu, j’ai, depuis, complètement oublié cette plante et quelle ne fut pas ma surprise quand hier Bidou me l’a donnée.
Elle est mise dans une lessiveuse en zinc ramenée d’Alsace cet été.
Et je sais maintenant son nom : c’est un Plectranthus argentatus. Elle est gélive. C’est la raison pour laquelle elle n’est pas plantée en pleine terre. Elle sera rentrée l’hiver dans la serre. De plus, j’ai fait 2 boutures.


La potée est mise dans un coin de feuillages gris...

Samedi 29

Pas le temps de rigoler aujourd’hui car je n’ai pas chômé...
- semis de lin bleu dans la serre. C’est peut-être un peu tard mais je tente le coup.
- Plantation d’une deuxième Scabieuse columbaria ’Butterfly blue’. La 1ère est en fleurs depuis juin... sans discontinuer !
- Plantation d’une ancolie blanche (il me semble ne pas en avoir à fleurs entièrement blanches).
- Plantation d’un bulbe de Colchique ’Autumn major’. Il y a déjà des touffes de colchiques mais je me suis laissé tenter par la grosseur du bulbe. Enorme ! Et j’adore les colchiques qui n’ont qu’un défaut : ne pas aimer la pluie ! mais comme il ne pleut jamais en Bretagne...
- Réalisations de nouvelles potées de vivaces :

  • Dans un pot jaune : Deschampsia (espèce et variété non indiquées sur l’étiquette... ce qui m’énerve) et Ophiopogon planiscapus ’Nigrescens’. Jaune et noir... on aime.
  • Dans un pot en zinc : 2 petits sedum couvre-sol (un jaune et un bronze... mais toujours aucune précision sur les étiquettes ! ce qui continue à m’énerver !) et un Ophiopogon planiscapus ’Nigrescens’.
  • Dans un petit seau émaillé : une stipa tenuifolia et... un Ophiopogon planiscapus ’Nigrescens’.
  • Dans un petit faitout en alu : un Sedum spathulifolium « Cape Blanco » et des... Ophiopogon planiscapus ’Nigrescens’.
    Ces 3 derniers pots sont placés sur le trottoir près du portillon d’entrée. Peut-être avez-vous compris que l’on aime beaucoup cet Ophiopogon noir !!! En fait, je récupère des petits plants dans des potées où il s’est bien multiplié.




JPEG - 20.2 ko
Un Deschampsia...
espèce ? variété ?

Et pour terminer la journée, une surprise de taille : en passant près du noisetier pourpre, on s’est aperçu qu’il était plein de noisettes. Vous me direz qu’après tout un noisetier avec des noisettes, c’est bien naturel et peu surprenant... sauf que depuis qu’il a été planté il y a une quinzaine d’années, on n’avait jamais vu une seule noisette ! Jamais vu, mais on pense qu’il devait y en avoir et que, cachées dans le feuillage pourpre, elles sont passées inaperçues les années précédentes !
Et elles sont bonnes !!! Donc, demain : razzia sur les noisettes !
Et le nettoyage ? Il va pourtant bien falloir terminer...

Dimanche 30

Compost vidé... ouf !
Je me remets à nettoyer...


Georges (mon bonhomme en pots) qui trône entre 2 branches de l’Albizia, a des petits problèmes : une très grosse fracture (le pot qui forme le corps est cassé. 2 morceaux sont par terre). En fait, c’est arrivé en juillet avant notre départ et ce n’est qu’aujourd’hui que j’exerce mes talents de chirurgien. L’opération s’est bien passée. Georges est en convalescence dans la maison. Il pourra quitter la "clinique" demain matin et retrouver l’Albizia.

Lundi 31

Je pensais travailler plus dans le jardin, mais des problèmes de plomberie me... plombent la journée !
J’en ai même oublié de cueillir les noisettes !
Mais cela m’évite un coup de chaud car il fait une chaleur... inhumaine. Au moins 30°C... Si, si...
Transplantation d’une heuchère au feuillage pourpre. Elle était très mal placée car elle s’étalait dans l’allée d’helxine. Elle est replantée dans un coin à mi-ombre entourée... d’heuchères. Elle est bien arrosée mais elle reste à surveiller car ce n’est pas forcément la meilleure période pour le faire. Je ne compte plus le nombre de plantes perdues pour cette raison. Je le sais, mais je le fais quand même !
Dans un beau pot bleu, la composition a mal vieilli. Je passe tous les jours à côté et je peste à chaque fois. La potée a donc été complètement refaite. J’y ai mis tout simplement une centaurée cineraria au superbe feuillage gris. Elle se trouve derrière une artémise et un rosier rose.
Début de nettoyage d’une grande plate-bande qui besoin d’être entièrement repensée. C’était une plate-bande de plein soleil mais les arbres ont poussé et elle se trouve maintenant à mi-ombre. Donc les rosiers n’aiment pas et certaines vivaces également. L’ombre est due notamment à un Magnolia qui a une forme de parasol, ce qui a en plus pour effet de protéger de la pluie ! Bref, il faut agir. C’est fait !!! Il a pris une grande claque, car je n’ai laissé que les troncs verticaux. Tout ce qui partait sur les côtés est éliminé. Ouf... de l’air ! Un regret : ne pas l’avoir fait plus tôt.
Georges a retrouvé son Albizia. Le moral est bon... il est passé au maquillage !

JPEG - 14.7 ko
Les cicatrices sont encore apparentes...



JPEG - 15.6 ko
Il est tout guilleret...
JPEG - 12 ko
mais ce n’est pas l’effet d’un excès de Guiness

Retour
Août 2008
Août 2007

... en août 2009

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic